Convaincre par le jeu, présentation du travail de thèse de Rémi Cayatte

Convaincre par le jeu

 

Présentation de la méthode d’analyse du corpus de thèse de Rémi Cayatte

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, CREM

Communication – Atelier Séminaire de l’AJC CREM, le 23/05/2017

 

 

Introduction

 

J’ai commencé mon travail de thèse fin 2011, et soutenu en octobre dernier. J’avais entamé ce travail en tant qu’angliciste, j’étudiais alors surtout la nature du discours dans certains jeux vidéo. Petit à petit c’est la question des mécanismes de transmission du discours par le jeu, de comment un jeu peut chercher à convaincre le joueur de quelque chose, qui m’a intéressé. En cours de thèse, j’ai donc changé de section CNU, de laboratoire, de directeur de thèse, et poursuivi ma recherche au CREM.

 

Pour discuter du jeu vidéo en tant que dispositif persuasif, je vais surtout me concentrer sur la méthode que j’ai adoptée dans mon travail de thèse, revenir sur un corpus de jeux et sur les représentations idéologiques que ces jeux construisent.

 

La question de « comment un jeu vidéo peut-il convaincre » n’est pas anodine puisque, dans mon cas, c’est ce qui m’a amené à adopter une définition particulière de l’objet jeu vidéo ainsi qu’une méthode d’analyse particulière. L’idée était de prendre en compte les trois composantes qui me semblent indissociables de ce qu’est le jeu vidéo : le récit, l’image, et le jeu. Voici la définition que j’ai donc adoptée dans mon travail de thèse : le jeu vidéo est une expérience ludique, transmise par des images, et guidée par un récit.

 

Cette définition est volontairement englobante, voire peut-être un peu trop, puisqu’elle exclut de fait des productions généralement considérées comme des jeux vidéo, mais qui n’ont pas ou peu de qualités ludiques (Press Space to Win), pas ou peu de récit ni même d’embryon de récit (Tetris), voire pas ou peu d’images (Sound Voyager). Ceci dit c’est le fait d’adopter cette définition qui m’a permis pour la thèse de produire une analyse close reading d’un corpus de jeu pour mieux comprendre la nature et les moyens de transmission du discours de ces jeux.

 

Ce corpus était composé des jeux Call of Duty: Modern Warfare 1, 2 et 3 (2007-2009-2011). J’ai d’abord choisi ces jeux parce que ce sont ceux qui m’ont poussé à me poser des questions sur les liens entre jeux vidéo et idéologie quand j’étais étudiant en Master. J’ai également choisi ce corpus parce qu’il est représentatif d’une certaine tendance du jeu de tir moderne à brouiller les limites entre réalité et fiction. Les jeux Modern Warfare sont les précurseurs de ce que l’on pourrait appeler une formule qui consiste à prendre position sur des événements contemporains à travers la fiction, et ce à travers divers choix de conception sur les plans narratifs, visuels, et ludiques.

 

L’idée était donc d’étudier la trilogie Call of Duty: Modern Warfare de manière globale (récit, image, jeu),  pour pouvoir montrer ce qui, dans ces jeux, est à même de convaincre le joueur de quelque chose et de lui transmettre un message, ce qui les rend persuasifs. Si je reprends ce terme utilisé par Ian Bogost (2007), la méthode que j’adopte correspond cependant moins à sa conception du jeu vidéo comme un moyen de persuasion qui reposerait avant tout sur une structure de jeu, des éléments relevant des règles du jeu et du gameplay, ce qu’il nomme la rhétorique procédurale :

 

« […] les jeux vidéo ouvrent un nouveau domaine à la persuasion […]. J‘appelle cette nouvelle forme la rhétorique procédurale, l‘art de la persuasion à travers des représentations et des interactions qui se fondent sur des règles plus que sur des paroles, des écrits, des images figées ou animées. » (Bogost, 2007 : ix)

 

« […] L’image est subordonnée au processus. […] les jeux vidéo ne sont pas fondamentalement caractérisés par leur capacité à afficher des images, mais par leurs capacités en matière de règles opérationnelles […] la propriété fondamentale des jeux vidéo [est la] procéduralité. »] (Bogost, 2007 : 171-173)

 

Cette idée d’une « propriété fondamentale » du jeu vidéo qui serait la procéduralité fait écho à une manière générale de penser le jeu vidéo comme un objet d’étude qui devrait être abordé d’abord et avant tout par ses spécificités. C’est ce que certains ont pu appeler le courant « ludologiste » qui a pu dominer un temps la recherche en sciences du jeu.

 

Pour faire court, cette manière de penser le jeu a pu parfois rejeter les approches du dispositif jeu vidéo en provenance d’autres domaines de recherche, comme les études filmiques et surtout les études littéraires et la narratologie. Cette approche a en commun avec de nombreuses autres d’admettre que les jeux (vidéo ou non) puissent avoir une composante fictionnelle (narrative ou visuelle), tout en insistant sur le fait que ce n’est pas très important, puisque ce n’est pas ce qui fait la spécificité première de ce dispositif.

 

Sans rentrer dans les détails, l’aspect ludique, configuratif (Eskelinen, 2001) ou procédural, est peut-être bien la caractéristique première du dispositif jeu vidéo, mais pas forcément l’entrée idéale pour analyser des jeux, en particulier pour en étudier l’aspect politique et idéologique.

 

Triple Cadrage

 

J’ai donc choisi, pour étudier comment et de quoi les jeux Modern Warfare cherchent à convaincre, de ne pas commencer par leur aspect ludique, mais d’aborder la question de la structure et des règles de jeu seulement après m’être penché sur ce qu’ils donnent à lire, à écouter, et à voir. L’approche qui me permet d’étudier le plus facilement comment ces trois aspects fonctionnent ensemble dans ce j’ai appelé un « travail idéologique » (Cayatte, 2016) est celle du triple cadrage de l’expérience de jeu.

 

Ce triple cadrage opère du général au particulier. Je m’intéresse d’abord à l’aspect que les jeux vidéo partagent avec d’autres productions culturelles : le récit. Par récit j’entends la manière dont une série d’événements de fiction est racontée/énoncée de manière ludique. Plus spécifiquement, j’ai pu me pencher sur les temps et les lieux de l’action, sur certains personnages des trois jeux Modern Warfare, sur certains dialogues en jeu, et sur les thèmes récurrents développés tout au long de cette trilogie. Tous ces éléments participent à cadrer une première fois l’expérience vidéoludique que ces trois jeux proposent, en particulier en renvoyant (parfois explicitement parfois de manière plus subtile) le joueur à des événements réels (et en particulier à des conflits contemporains).

 

Je me penche ensuite sur les images que le joueur est amené à voir au fil de l’expérience Modern Warfare. Je fais ceci en m’intéressant en particulier au sens de certaines représentations et modélisations en jeu, mais aussi à la manière dont ce qui est représenté à l’écran complète ce qui est présent dans le récit et le texte du jeu. En particulier au niveau des modélisations des décors dans lesquels le joueur est amené à évoluer et sur ce qu’ils représentent, et des séquences de jeux durant lesquelles le joueur n’est plus tout à fait maître de ce qui s’affiche à l’écran. Ce deuxième cadrage n’occulte pas celui qui est effectué par le récit, mais renforce plutôt certains éléments de discours déjà transmis par le récit et le texte en jeu (en entendant « texte » au sens large).

 

Je finis enfin mon étude de ces trois jeux en analysant ce qui est le plus spécifique au medium jeu vidéo : les règles et la structure de jeu, le gameplay, ainsi que le joueur-modèle (Genvo, 2008) que ces deux éléments participent à construire. Comme je cherche à mettre en évidence une certaine transmission idéologique inscrite dans la manière dont ce jeu a été pensé et fabriqué pour être joué, je ne m’intéresse pas à ce qui concerne les parties de Call of Duty en ligne, mais à l’ensemble des trois campagnes solo de ces jeux.

 

Ce que ce triple cadrage de l’expérience de jeu permet de mettre en lumière, ce sont les limites imposées au joueur, et auxquelles le joueur se soumet volontairement. C’est en particulier l’absence de marge de manœuvre laissée à l’appropriation, à la créativité, et à l’interprétation, qui m’intéresse. Je vais vous donner quelques exemples pour illustrer la manière dont ces trois jeux encadrent, voire contraignent, l’expérience de l’utilisateur pour canaliser l’activité de jeu qui, ici, n’est pas aussi libre que l’idée que l’on se fait parfois de ce qu’est le jeu.

 

Premier cadrage au niveau du récit :

 

Le récit qui se construit au fil des trois jeux Modern Warfare raconte comment quelques membres des forces spéciales parviennent à enrayer une menace à la fois terroriste et militaire, et protègent le monde occidental en général et les États-Unis en particulier de multiples catastrophes. Cette menace culmine en une troisième guerre mondiale durant laquelle les États-Unis sont envahis par la Russie, et durant laquelle plusieurs armes de destructions massives sont employées pour répandre la terreur, au Moyen-Orient comme en occident. L’action de ces trois jeux se déroule dans un futur proche (de fiction), entre les années 2011 et 2017 (jeux publiés entre 2007 et 2011).

 

Parmi les éléments relevant du récit et du texte en jeu qui cadrent et orientent l’expérience de jeu, les renvois textuels qui rapprochent dans ces trois jeux événements de fiction et événements réels de l’après 11 septembre 2001 sont peut-être les plus faciles à relever. Dans l’une des missions du troisième jeu de la trilogie, par exemple, le joueur se retrouve régulièrement confronté à des écrans de télévisions qui parsèment les décors de cette mission. Sur ces écrans l’on peut lire le message suivant :

 

« Head of FEMA orders all residents of NYX metro to evacuate immediately – watch CNC for list of evacuation sites in your –

Mayor says ‘losses are unknown at this time, but it will be more than our hearts can bear

 

Cette portion du texte en jeu visible dans cette mission qui consiste pour le joueur à résister à l’invasion russe de la ville de New York, est très proche d’une prise de parole bien réelle du maire de New York le jour du 11 septembre 2001 :

 

« Question: Do we know the number of casualties at this point, sir?

Giuliani: I don’t think we really want to speculate about that. The number of casualties will be more than any of us can bear ultimately. » (CNN, 2001)

 

Cette intertextualité participe à rapprocher, à mettre sur le même plan, catastrophes réelles et fictives, et à renvoyer le joueur (en particulier le joueur américain) à des événements traumatiques récents.

 

Il existe de nombreux autres exemples d’éléments textuels dans les trois jeux Modern Warfare qui s’inspirent vraisemblablement de prises de paroles d’hommes politiques américains dans un contexte de l’après 11 septembre, brouillant ainsi la limite entre réalité et fiction et ancrant les événements du scénario de ces jeux dans le réel. De nombreux discours de George W. Bush qui expliquent aux citoyens américains ce qu’est la doctrine de la guerre préventive, l’importance d’y avoir recours après les événements du 11 septembre, et qui légitiment les guerres d’Irak et d’Afghanistan, se retrouvent ainsi par exemples dans certaines lignes de dialogues des trois jeux Modern Warfare.

 

En plus de cette intertextualité qui renvoie au contemporain par le choix de certains termes, s’observe dans le scénario des trois jeux Modern Warfare un autre type de cadrage narratif : un cadrage thématique qui rapproche également événements fictifs et réels. Beaucoup des événements les plus déterminants des scénarios de ce jeux rappellent ainsi la manière dont la seconde guerre du Golfe a pu être présentée et légitimée aux citoyens américains par des membres de l’administration Bush ; et sont aussi la concrétisation de certains fantasmes que l’on retrouve dans ces prises de paroles, par exemple :

 

« Nos ennemis […] seront même impatients, d’utiliser des armes biologiques, chimiques ou nucléaires […] Face aux preuves formelles du danger qui nous menace, nous ne pouvons pas attendre d’en avoir la preuve finale [the smoking gun], la preuve irréfutable qui prendrait la forme d’un champignon nucléaire. » (Bush, octobre 2002)

 

L’idée selon laquelle il est dangereux d’attendre d’obtenir la preuve irréfutable que les ennemis de l’Amérique soient en possession d’armes de destruction massive avant d’agir pour prévenir le pire est régulièrement évoquée dans des discours du président Georges W. Bush, mais aussi de certains membres de son administration, pour légitimer le recours à la force militaire en Irak. Or, une telle preuve irréfutable reste toujours à trouver.

 

Dans les jeux Modern Warfare, l’existence d’armes de destruction massive aux mains de terroristes et d’un dictateur moyen-oriental est cette fois tout à fait avérée. L’objectif de la toute première mission de cette trilogie de jeux est ainsi pour le joueur de récupérer de telles armes. Lors de cette mission, le joueur et ses alliés arrivent trop tard, et le joueur est amené plus loin dans l’expérience de jeu à incarner un personnage qui meurt à la suite de l’explosion nucléaire qu’il n’aura pas pu lui-même empêcher.

 

Je n’ai donné que deux exemples de renvois textuels et thématiques à des conflits contemporains du contexte de production et de réception des jeux Modern Warfare qui sont observables dans ces jeux. De manière plus générale, ce qui s’opère dans le récit de ces trois jeux, c’est la concrétisation à l’écran, sous forme de fiction, des fantasmes et des peurs de l’après 11 septembre 2001 et des discours politiques qui ont légitimé la seconde guerre du Golfe dans les années qui ont suivi ces attentats.

 

Le conflit virtuel auquel participe le joueur dans ces jeux et les conflits bien réels d’Irak et d’Afghanistan se superposent ainsi constamment, en particulier durant le premier volet de la série Modern Warfare. Dans les suites de ce jeu, d’autres fantasmes, qu’ils soient contemporains ou plus anciens, prolongent cette superposition et cette hyperréalité. Les jeux Call of Duty Modern Warfare 2 et 3  proposent ainsi au joueur de participer à un conflit virtuel qui commence comme une invasion du territoire américain par l’armée russe, puis qui devient une troisième guerre mondiale dans laquelle militaires et terroristes s’allient pour menacer l’Europe et les Etats-Unis.

 

Je vais revenir dans un instant sur ceci en abordant la question de la signification et du cadrage produits par les images dans ces trois jeux. Mais déjà, à travers des éléments textuels et thématiques, un premier « travail culturel » (Lauter, 2001) effectué par les jeux Modern Warfare s’esquisse.

Voici comment Paul Lauter présente cette idée de « travail culturel » :

 

« […] Les manières par lesquelles un livre ou tout autre sorte de « texte » […] aide à mettre en place le canevas, construit les métaphores, crée le langage même grâce auxquels les gens comprennent leurs expériences et appréhendent le monde. (Lauter, 2001 : 11) »

 

L’ensemble du récit Modern Warfare est ainsi construit sur un discours que j’appelle le discours du « comme si ». Comme si les États-Unis n’étaient pas aussi proactifs sur le plan militaire, et n’avaient pas appliqué la doctrine militaire de la guerre préventive, comme si l’Amérique avait effectivement attendu trop longtemps pour prendre conscience du danger qui la menace, et enfin, comme si les attentats du 11 septembre n’avaient pas eux lieux ou n’avait pas servi de « réveil » (ils ne sont d’ailleurs jamais explicitement mentionnés dans les trois jeux Modern Warfare). Le récit qui structure ces trois jeux repose ainsi autant sur des éléments de fiction que sur une certaine rhétorique du pire qu’il matérialise, en voici un exemple :

 

« Le 11 septembre et ses répercussions ont fait prendre conscience à la nation du danger, des véritables ambitions du réseau terroriste mondial, et du fait que des armes de destruction massive sont recherchées par des ennemis déterminés […] » (Cheney, août 2002) »

 

Le discours et la rhétorique du « comme si » que le scénario des jeux Modern Warfare construisent, permettent ainsi, par un récit de fiction, de légitimer des prises de paroles et des décisions politiques et géopolitiques bien réelles et de proposer une manière d’appréhender le monde contemporain. Cette légitimation passe en grande partie par le fait de présenter l’engagement américain à l’étranger et le recours à la force comme une évidence. Le fait d’imposer des évidences comme des évidences est justement vu par Louis Althusser (1970) comme le propre de l’idéologie :

 

« C‘est en effet le propre de l‘idéologie que d‘imposer (sans en avoir l‘air, puisque ce sont des « évidences ») les évidences comme évidences […] »

 

Le fait de se pencher pour le récit d’un corpus de jeux pour étudier ce qui y est présenté au joueur comme des évidences, n’est pas anodin, la simple présence d’un récit pouvant produire un effet d’acceptation chez le joueur :

 

« [Les joueurs] sont tellement impliqués dans le récit qu’ils font l’expérience de la suspension de leur incrédulité (ils traitent les éléments de récit ainsi que les messages persuasifs qui y sont inscrits comme s’ils étaient exacts). » (Peng, 2009 : 117)

 

En plus de cette possibilité de suspension de l’incrédulité, le récit qui structure une expérience idéologique permet de contextualiser cette expérience, et dans le cas des jeux Modern Warfare de prendre position sur des problématiques contemporaines par la fiction.

 

Deuxième cadrage : par l’image

 

Le joueur, bien sûr, ne prête pas forcément attention à toutes les références et aux renvois au réel présents dans le récit d’un jeu, qu’il s’agisse d’allusions ou de citations textuelles, ou d’éléments de rhétorique qui transparaissent dans les événements centraux d’un scénario.

 

Cependant, le travail culturel et idéologique de légitimation par la fiction qui s’observe dans le récit et le texte des jeux de mon corpus, s’observe aussi sur le plan des images. Les images que le joueur est amené à voir lorsqu’il joue à ces jeux sont à la fois signifiantes par elles-mêmes, mais aussi parce ce qu’elles renforcent et matérialisent à l’écran les prises de position dont j’ai pu parler auparavant.

 

Ma première série d’exemples de cadrage par l’image concerne les décors que le joueur est amené à traverser dans les jeux Modern Warfare, en particulier dans certains passages durant lesquels le joueur a pour mission de défendre un état américain en péril face à une invasion russe. Les décors, ou terrains de jeux, de ces missions qui se déroulent sur le territoire américain, illustrent un certain fantasme de l’insécurité des États-Unis, et matérialisent à l’écran le discours catastrophiste que l’on retrouve autant dans certains discours politiques du début des années 2000 que dans le discours qui structure le récit des jeux Modern Warfare.

 

De nombreux décors proposent ainsi au joueur d’évoluer dans un territoire américain en déroute, et de voir ce qui pourrait arriver de pire aux États-Unis (discours du comme si), notamment en matérialisant une american way of life symboliquement menacée par des troupes ennemies :

 

 

Call of Duty: Modern Warfare 2, « Wolverines ! »

Call of Duty: Modern Warfare 2, « Exodus ».

Call of Duty: Modern Warfare 2, « Wolverines !»

 

Même chose dans d’autres séquences de ces jeux où le joueur progresse dans une zone de guerre qui n’est autre que la ville de Washington, et surtout à progresser autour et dans certains des lieux de pouvoir les plus symboliques de l’état américain :

 

Call of Duty: Modern Warfare 2, Monument Washington, « Whiskey Hotel »

Call of Duty: Modern Warfare 2, le World War 2 Memorial assiégé , « Whiskey Hotel »

Call of Duty: Modern Warfare 2, ce qu’il reste d’un bunker de la présidence américaine, « Whiskey Hotel »

Call of Duty: Modern Warfare 2, la Maison Blanche « Whiskey Hotel »

Call of Duty: Modern Warfare 2, le Bureau Ovale, « Whiskey Hotel »

Il s’agit ici d’éléments de décors que le joueur est obligé de parcourir pour progresser dans le jeu. Ce dernier, bien qu’il soit maitre de ce que son avatar regarde, et donc de ce qui s’affiche à l’écran, est obligé de voir. À ces passages imposés s’ajoutent de nombreux autres éléments de décors moins incontournables mais aussi chargés sur le plan du discours, comme certaines « scènes » que le joueur peut observer au détour d’un couloir, deux exemples :

 

Figure Call of Duty: Modern Warfare 2, « Whiskey Hotel ».

Call of Duty: Modern Warfare 2, un soldat ennemi se désaltère dans une maison en flammes, « Exodus ».

En plus de ces éléments de décors, ou ces mises en scènes que le joueur est amené à voir, mais auxquels il n’est pas forcé de prêter attention, et à côté desquelles il peut tout à fait passer, il existe de nombreuses occurrences dans les trois jeux Modern Warfare de renforcements du discours narratif par l’image qu’il n’est pas possible d’éviter. Un exemple :

 

Call of Duty: Modern Warfare 3, « Scorched Earth »

Il s’agit ici non plus d’éléments ou d’événements que le joueur est forcément amené à voir, mais à regarder. Dans cet exemple, lorsque l’avatar contrôlé par le joueur sort d’un véhicule (et il est toujours amené à sortir de ce véhicule à cet instant précis), ce n’est plus le joueur qui choisit ce que le personnage regarde et donc ce qui apparaît à l’écran, mais le jeu, qui reprend l’espace d’un instant le contrôle de l’image pour la cadrer sur un événement précis.

 

Ce type de reprise en main de l’image, ou de micro-événements narratifs produit autant un cadrage discursif et rhétorique, qui relève de « ce que le jeu veut dire » qu’un cadrage très concret de l’image à un moment précis de l’expérience de jeu

 

Par rapport aux images précédentes, il s’agit ici de montrer quelque chose au joueur pour s’assurer qu’il le voit/qu’il le regarde. Cette monstration forcée dénote d’une volonté de véhiculer un message aux joueurs. C’est presque plus ici le fait que des images soient imposées au joueur, que ce en quoi consistent ces images, qui m’intéresse.

 

Avant de passer au cadrage ludique, deux exemples de ce que j’appellerais des citations visuelles, citations qui ont la même fonction que l’intertextualité que j’évoquais tout à l’heure : rapprocher événements réels et fictifs, pour transmettre un point de vue sur des problématiques contemporaines. Voici ainsi ce à quoi l’image reproduite précédemment renvoie explicitement :

 

« 9/11: Pete Hamill remembers September 11th and details New York’s day of loss » NYDailyNews, 2011.

Pour étudier la nature et les moyens de transmission du discours inscrit dans les jeux Modern Warfare, comme dans d’autres jeux, il me semblait intéressant de se pencher sur ce que le joueur peut voir, mais surtout sur ce que le joueur est contraint de voir, avant de passer à ce que le joueur peut faire ou non.

 

Troisième cadrage : par le jeu

 

Sans avoir encore abordé d’éléments relevant du game design (hormis les micro-événements), une portée idéologique de la trilogie de jeux Modern Warfare se dessine déjà. Ce qui semble contredire les approches du dispositif jeu vidéo qui considèrent que l’image, comme le récit, sont subordonnées aux processus, à ce qui fait la spécificité du dispositif.

 

Or dans le cas de ces jeux, il semble qu’on puisse déceler une certaine volonté d’aborder des sujets politiques et géopolitiques, voire de persuasion, qui ne passe pas directement par le jeu et par les processus, ou plutôt qui ne passe pas que par ces éléments.

 

J’aborde tout de même la question dans ma thèse et dans d’autres publications, d’une part parce que les jeux Modern Warfare sont des jeux. Mais surtout parce que le fait que ce soit des jeux permet un cadrage ludique qui, tout en fonctionnant de concert avec le cadrage narratif et visuel que j’ai évoqué auparavant, permet une chose que le film ou le roman ne permettent pas : s’assurer que le joueur prête bien attention au discours qui structure ces trois jeux.

 

Pour aborder cette question voici un exemple de ce que j’ai pu appeler dans mon travail de thèse les « séquences hybrides ».

 

Dans ce passage, le joueur incarne brièvement Monsieur Davis, tandis que ce dernier filme ses vacances familiales à Londres. L’avatar contrôlé par le joueur a la possibilité de se déplacer lentement sur quelques mètres, et de filmer son environnement. C’est l’un des rares passages de ces jeux dans lequel l’avatar incarné par le joueur ne tient pas une arme, mais un caméscope, qui ne s’affiche pas à l’écran si ce n’est au niveau de l’interface.

 

L’objectif pour le joueur dans cette séquence est de faire avancer Monsieur Davis de quelques mètres (la consigne donnée est « chéri, rapproche toi »), puis de cadrer l’image sur un point précis du décor (la petite fille). Si le joueur décide de ne filmer que les pieds de Monsieur Davis et de ne pas le faire avancer de quelques mètres, il ne se passe rien, et madame Davis continue d’interpeller son mari jusqu’à ce qu’il s’exécute.

 

Mrs. Davis: Chéri est ce que tu filmes ça ?

Mrs. Davis: Allez, viens plus près.

 

Une fois que le joueur a fait se rapprocher Monsieur Davis, une catastrophe se produit (il s’agit ici d’un attentat terroriste à l’arme chimique) : Monsieur Davis, soufflé par l’explosion, perd son caméscope des mains, caméscope qui continue à filmer pendant quelques instants l’horreur de la scène.

De façon intéressante, lorsque Monsieur Davis perd son appareil, le point de vue par lequel le joueur voit ce qu’il se passe ne repasse pas à celui de Monsieur Davis, mais reste sur celui de la caméra. On peut se demander si l’on peut encore véritablement parler ici de vue à la première personne ? Ou bien de vue à la première caméra ? Ce détail est assez représentatif du rôle qui est dévolu dans ce passage de l’expérience de jeu Modern Warfare comme dans d’autres : il est ici assigné au joueur à la fois un rôle de regardeur et de montreur d’images.

Le joueur est ainsi dans ce type de séquence l’instrument d’une monstration forcée qu’il subit lui-même. De manière plus prosaïque, il s’agit ici, comme dans toutes les séquences hybrides des trois jeux Modern Warfare, d’incarner un personnage qui ne peut pas s’en sortir. Il s’agit donc pour le joueur de jouer pour perdre, ce qui en soit est intéressant sur le plan de ce qui est le plus important dans ce type de séquence : le récit et les images.

J’appelle donc ces séquences « hybrides » parce que ce ne sont pas tout à fait des scènes cinématiques, ni même des quick time events, mais que ces séquences ne sont pas non plus des séquences de jeux « classiques ».

 

Il existe une séquence hybride dans chacun des trois jeux Modern Warfare, elles font toutes du cadrage de l’image par l’utilisateur le seul et unique moyen d’interaction avec le jeu. Faire du cadrage de l’image l’objectif de ces séquences hybrides produit très concrètement un cadrage, pour reprendre mon fil rouge, à la fois visuel, mais aussi au niveau ludique puisque, contrairement à ce qui se passe durant les micro-événements scriptés durant lesquels le jeu reprend la caméra en main, ici c’est au joueur que revient la tâche de cadrer ce qui apparaît sur son écran. Si le joueur ne s’exécute pas, Madame Davis continuera de le lui demander encore et encore…

 

Sur le plan de la place du joueur, ce type de séquences hybrides produit deux effets particulièrement notables :

 

1 : Le joueur tient une place de « simple » caméraman. Ceci n’est pas anodin dans le sens ou le joueur subit alors des actions et événements sur lesquelles il n’a aucune emprise. Cette position inconfortable de spectateur contraint est intéressante à relier à une certaine idée d’impuissance face à des catastrophes. L’utilisateur est aussi impuissant face au malheur qui frappe la famille Davis que face à des attentats bien réels.

 

2 : Par opposition à une scène cinématique (durant laquelle le joueur n’a pas d’emprise sur les événements non plus), ces séquences hybrides rendent impossible le fait de ne pas faire attention à ce qui se déroule à l’écran, à ce qui se passe au niveau du récit Modern Warfare. Il n’est pas possible ici de passer ces séquences une fois que le niveau de jeu est lancé, et il n’est pas non plus possible de s’absenter, auquel cas, en revenant, l’on se retrouve devant madame Davis qui continue inlassablement à interpeller le joueur pour qu’il cadre l’image exactement là où il faut pour que l’effet de choc soir maximal.

 

Une des spécificités ludiques de ces jeux (séquences hybrides) fonctionne conjointement avec le récit (les événements et la manière dont ils sont racontés), et avec l’image, pour partager un certain point de vue avec le joueur. Ce point de vue peut être résumé ainsi : « voici ce qui pourrait arriver de pire si nous ne nous engageons pas dans la guerre préventive pour éviter des attaques terroristes ou des conflits chez nous ». D’autre part, cette spécificité ludique permet de s’assurer que ce point de vue soit perçu par l’utilisateur, qui doit être devant son écran, et actif, pour que le pire se produise et pour que l’expérience de jeu continue.

 

Le joueur-modèle des jeux Modern Warfare que j’ai cherché à mettre en évidence dans ma thèse pour aborder ces jeux comme moyen de persuasion est un joueur contraint. Et s‘il est tour à tour acteur, spectateur, voire caméraman, ce joueur-modèle est principalement dans ces jeux le récepteur d‘un contenu narratif et visuel, et surtout politique et idéologique, contenu dont il est lui-même l‘un des rouages essentiels de la transmission.

 

En plus des séquences hybrides dont j’ai donné un exemple juste avant, de nombreux éléments de la structure de jeu et du gameplay des trois jeux Modern Warfare (ce qui relèvent de la rhétorique procédurale) sont également révélateurs de la construction par les concepteurs de ces jeux d’un joueur-modèle contraint voire impuissant.

 

Au niveau de la structure de jeu durant les missions plus classiques, c’est surtout la linéarité de l’expérience Modern Warfare qui dénote de cette impuissance. Il ne s’agit pas dans ces jeux de faire des choix, ou  d’être créatif, mais de progresser en ligne droite, en se laissant guider par le level design et par les objectifs qui apparaissent sans cesse à l’écran. Voici un exemple de la structure d’un niveau du premier jeu Modern Warfare :

 

Structure de jeu de « One Shot, One Kill », Call of Duty 4 : Modern Warfare

Sans rentrer plus dans les détails, j’ai distingué dans ce schéma entre ce que j’appelle les éléments préfabriqués (ce qui est proposé au joueur comme situation, les éléments rectangulaires) et les possibilités d’interactions (éléments entourés) qui sont les différentes manières pour l’utilisateur de remplir les conditions pour progresser dans l’expérience de jeu et se voir proposer de nouveaux éléments préfabriqués. Ici peu importe au final, puisque dans cette mission comme dans la grande majorité de tous les autres niveaux des trois jeux Modern Warfare il n’y a toujours qu’une manière de résoudre les éléments préfabriqués, qui se succèdent toujours dans le même ordre et aux mêmes moments de l’expérience de jeu.

 

Cette immuabilité est présente dans d’autres productions culturelles bien sûr, mais une des spécificités du jeu vidéo est d’avoir l’opportunité de s’assurer que l’utilisateur ne saute pas les étapes (en plus de s’assurer par endroits qu’il prête bien attention à ce qui se passe dans l’espace de jeu). Sur ce point ce qu’exprime Espen Aarseth sur les hypertextes correspond ainsi à ces cybertextes que sont les jeux vidéo (à condition de prendre le terme texte dans son acceptation la plus large) :

 

« Un chemin hypertextuel comportant un seul lien (unidirectionnel) entre des segments de textes est bien plus autoritaire et contraignant qu‘un roman policier (par exemple), duquel le lecteur est libre de lire la fin à tout moment. » (Aarseth, 1997 : 47)

 

L’unilinéarité de l’expérience de jeu Modern Warfare se fait parfois au prix de l’un des marqueurs de cette série : le réalisme et la vraisemblance des situations dans lesquelles le joueur est impliqué. Ce joueur ne peut ainsi pas explorer d’options alternatives pour progresser dans le jeu, la route lui étant toujours barrée, parfois de manière plus symbolique que concrète :

« Exodus », Call of Duty: Modern Warfare 2

Dans cet exemple, l’avatar contrôlé par le joueur peut venir à bout d’une myriade de soldats ennemis, survivre à de nombreuses blessures et même guérir de ces blessures en quelques secondes s’il se met à couvert. Mais il ne peut pas enjamber cette barrière.

 

À ces endroits de l’expérience de jeux qui sont très révélateurs du fait qu’il s’agit pour le joueur plus de voir et de comprendre les éléments fictionnels des trois jeux Modern Warfare que de véritablement y participer, s’ajoutent de nombreux points de détails, qui sont pour beaucoup communs à de nombreux jeux de tir à la première personne. La multiplicité des objectifs qui s’affichent à l’écran participe, par exemple, dans ces jeux comme dans bien d’autres à décourager chez le joueur ce qui relève de la créativité, de l’autonomie et du regard critique.

 

Le cadrage ludique dont j’ai donné quelques exemples permet ainsi de renforcer ce qui peut être communiqué au joueur par le texte et l’image, en imposant les règles du jeu, mais aussi en orientant l’interprétation des éléments fictionnels qui structurent une expérience de jeu.

 

Conclusion

 

La méthode que j’ai adoptée dans mon travail de thèse consiste à étudier la manière dont une expérience de jeu est encadrée pour le joueur sur les plans textuels visuels et ludiques me semble être féconde lorsqu’il s’agit d’étudier l’argumentaire qu’un jeu peut construire, en particulier au niveau des représentations idéologiques. Pour résumer je m’intéresse à la manière dont un utilisateur-modèle (à la fois lecteur, regardeur, et acteur, voire co-narrateur) est conçu à la fois dans et par une expérience de jeu.

 

En ce qui concerne l’approche que j’ai choisie par rapport à l’opposition classique entre ludologie et narratologie, l’apport de cette méthode est de proposer une manière de relier ces deux approches. Le fait de prêter une attention particulière à l’image me permet ainsi de faire se rejoindre les angles narratifs et ludiques, en faisant des éléments visuels l’interface entre ces deux pôles

 

Dans le cas des jeux Modern Warfare, j’ai pu montrer à travers cette méthode qu’ils sont très encadrés sur les plans fictionnels et ludiques, et qu’ils ne sont ainsi pas des « machine[s] à produire des mondes possibles » pour transposer les réflexions d‘Umberto Eco (1985) des textes aux jeux, mais des machines à produire un monde possible : celui d‘une Amérique fantasmée, en déroute faute d‘avoir eu recours aux doctrines de guerre préventive et de guerre globale contre le terrorisme.

 

L’approche que j’ai pu résumer ici porte sur les jeux en eux-mêmes, sans m’occuper de la conception ou de la réception. Je ne m’intéresse pas à savoir si les jeux Modern Warfare, par exemple, réussissent dans l’entreprise de légitimation de la doctrine de la guerre préventive que je souligne, ni à savoir « pourquoi » ceci s’opère dans ces jeux. Ce qui m’intéresse c’est le « comment », et j’ai pu en donner quelques exemples.

 

Le fait d’étudier successivement les spécificités narratives, visuelles et ludiques, parce que c’est une approche relativement simple, me permet d’appliquer la méthode que j’ai présentée à d’autres jeux (soit des jeux particuliers, soit des genres de jeux ou des choix de game design).

 

Bibliographie

 

Aarseth, Espen, 1997. Cybertext: Perspectives on Ergodic Literature. Baltimore : Johns Hopkins U Press.

 

Althusser, Louis, 1970. « Idéologie et appareils idéologiques d‘État (Notes pour une recherche). » dans Positions (1964-1975), p. 67-125. Paris : Les Éditions sociales, 1976.

 

Bogost, Ian, 2007. Persuasive Games: The Expressive Power of VideoGames. Cambridge : MIT Press.

 

Bush, George, W., 07 Octobre 2002. « President Bush Outlines Iraqi Threat ». <http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2002/10/20021007-8.html>.

 

Cayatte, Rémi, 2016. Les jeux vidéo américains de l’après 11 septembre 2001 : la guerre faite jeu, nouveau terrain de propagande idéologique ? Thèse de doctorat, Université de Lorraine.

 

Cheney, Richard, Bruce, 27 Aout 2002. « Speech delivered to the Veterans of Foreign Wars ». <http://www.theguardian.com/world/2002/aug/27/usa.iraq>.

 

Eco, Umberto, 1985. Lector in Fabula, Paris, Éd. Grasset

 

Eskelinen, Markku, 2001. « The Gaming Situation », dans Game Studies: The International Journal of Computer Game Research. <gamestudies.org/0101/eskelinen/>

 

Genvo, Sébastien, 2008. « Caractériser l’expérience du jeu à son ère numérique : pour une étude du « play design » », <http://www.ludologique.com/publis/articles_en_ligne.html>

 

CNN, 11 Septembre 2001. « New York‘s Governor And Mayor of New York City Address Concerns of the Damage. » Transcription CNN, CNN.com <http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/0109/11/bn.42.html>

 

Lauter, Paul, 2001. From Walden Pond to Jurassic Park: Activism, Culture & American Studies. Donald E. Pease ed. Durham NC: Duke U Press.

 

Peng, Wei, 2009. « Design and evaluation of a computer game to promote a healthy diet for young adults. » dans Health Comunication, vol. 24.

La lexicométrie : un outil efficient pour l’analyse du discours

La lexicométrie : un outil efficient pour l’analyse du discours

Hadria KHELIFI

Doctorante à université de Lorraine

hadriakhelifi@gmail.com

Résumé

Cet exposé s’inscrit dans la perspective de l’analyse du discours ayant un format numérique. Il est destiné, prioritairement, aux jeunes chercheurs qui étudient leur corpus de façon traditionnelle dans différents domaines notamment en discours et langue car la recherche statistique et/ou automatique en sciences sociales est une ancienne tendance.

Aujourd’hui, il existe des logiciels informatiques qui prolongent avantageusement certaines lacunes des méthodologies classiques de la recherche scientifique. Leur usage semble toutefois restreint. S’agit-il d’un déficit de performance ou de difficulté d’interprétation des résultats, à titre d’exemple ? Les chercheurs estiment-ils que les méthodes de recherche et d’exégèse classique donnent amplement de satisfaction ?

Mots clés

Analyse du discours, interprétation, lexicométrie, logiciel, Hyperbase.

Introduction

Depuis le passage à l’écrit numérique, le traitement des textes via des logiciels impacte de plus en plus la méthodologie de la recherche dans différentes disciplines des sciences humaines. La raison de l’usage de ces outils vient de la nécessité d’analyser des corpus volumineux, ce qui requiert une quantité considérable de travail. Ces mêmes outils sont également valables pour explorer et analyser de petites de documents (articles de revues, des livres, etc.) et avoir divers résultats, ce qui rend leur utilisation très alléchante.

Le logiciel assure un résultat hautement performant, satisfaisant et beaucoup plus ordonné qu’un travail manuel étant exécuté via une entité informatique intelligente. En effet, les logiciels sont connus par leur efficacité à permettre au chercheur de retourner facilement au texte qui constitue le corpus par un simple clic et à partir de n’importe quelle fonction. Il est ainsi possible de faire appel à des phrases, des paragraphes pour vérifier l’emplacement des formes, lire aisément et comprendre leur contexte. Mais cette approche par logiciel n’est pas exempte de difficultés telles que la collecte des données qui doivent être à la fois larges et diversifiées, ou les problèmes techniques (compétence à utiliser le logiciel) que peut rencontrer l’usager.

Malgré son apparition ancienne, l’exploitation de cette démarche automatique du corpus reste limitée, la raison pour laquelle de nombreuses journées[1] scientifiques ont été organisées autour du sujet, et des articles ont été publiés en faveur de l’analyse automatique dans divers domaines de recherche.

Grâce aux moyens de communication et d’usage collectif fournis par les nouvelles technologies, la statistique n’est plus réservée au champ scientifique ou économique, elle est aujourd’hui, en usage général dans tous les domaines comme celui du discours universitaire que nous choisissons de traiter à travers l’outil Hyperbase dans cette proposition de communication.

  1. Traitement automatique de textes

Via l’analyse numérique, la vision du texte et la façon de le lire changent ; nous ne lisons plus ce dernier d’une manière purement linéaire mais plutôt en produisant des liaisons transversales entre les mots fonctionnant en réseau. Selon D. Mayaffre, « le numérique complète-augmente la linéarité par des réticularités »[2]. À travers le moyen informatique, qui peut porter des millions de documents, le texte peut être présenté en tant que mobile, dynamique animant le parcours de la lecture du chercheur en le permettant de se déplacer temporairement et simultanément que le déplacement des données du texte en cas d’une lecture hypertextuelle. Il est par ailleurs judicieux de souligner que l’analyse via les logiciels n’enferme pas l’analyste dans une technique imposée, et ne prétend pas à une substitution à la pensée humaine, mais une orientation de cette dernière vers les différentes interprétations verticales et horizontales du texte.

  1. Linguistique, statistique et informatique

Selon E. Brunet, « la statistique linguistique – et la statistique tout court- ne peut atteindre son plein développement qu’en association avec l’informatique. »[3] À première pensée, nous négligeons toute relation entre la linguistique et la statistique mais si nous réfléchissons aux premiers grands corpus comme celui du T.L.F[4] qui traite une masse de trente millions de personnes, nous nous interrogeons certainement comment son traitement a pu être réalisé en absence de la statistique, avant de le présenter en forme de dictionnaire écrit. Ainsi, comment cela a été informatisé, par la suite ? Tous les savoirs sont donc indissociables depuis toujours.

  1. Lexicométrie
    • Historique

Selon M. Tournier, la lexicometrie aussi appelée : logométrie, analyse automatique,

« statistique linguistique (Guiraud, 1959, 1960), statistique lexicale ou linguistique quantitative (Muller, 1964, 1967, 1973, 1979), statistique textuelle (Salem 1987, 1994), voire analyse des données en linguistique (Benzecri 1981), la lexicométrie (Tournier 1975, Lafon 1984) n’est pas une théorie mais une méthodologie d’étude du discours, qui se veut exhaustive, systématique est automatisée. »[5]

Cette pratique est un inventaire de mots ou un répertoire linguistique, une alliance de l’informatique, de la statistique et des sciences humaines et sociales, vu que les différentes analyses proposées par cette étude se basent sur le calcul entier de tous les mots du corpus. L’année 1969 a connu par la suite l’apparition de l’Analyse automatique du discours grâce à M. Pêcheux[6]. La lexicométrie politique construite à la fin des années 1960, a connue en France une certaine popularité mais qui s’estompe au fil du temps. Elle est nommée « textométrie »[7] qu’au milieu des années1990. De nos jours, un déclin alors même dans notre essor caractérisé par des approches technologiques avancées et des ressources matérielles en abondance (ordinateurs, textes numérisés sous divers formats). En plus, de nombreuses versions de différents logiciels sont téléchargées gratuitement sur Internet, des logiciels aux capacités de traitement énormes pour les macros-corpus.

Selon L. Lebart et A. Salem, les premiers travaux quantitatifs sur le texte portent sur l’ensemble des unités linguistiques que l’on peut répertorier dans un même texte (phonème, lexème). Quant à la statistique lexicale, en reprenant la nomination de P. Guiraud puis de C. Muller, elle entreprend d’étudier avant tout le vocabulaire des anciens grands auteurs français du 17ème siècle[8]. Ils rajoutent que G. Herdan (1964) considère la linguistique statistique comme « une branche de la linguistique structurale, avec pour principale fonction la description statistique du fonctionnement (dans des corpus de textes) des unités définies par le linguiste aux différents niveaux de l’analyse linguistique (phonologique, lexical, phrastique) »[9]. Quant aux recherches récentes effectuées via l’analyse automatique, nous citons à titre d’exemple, le projet Scientext conduit principalement par les équipes pluridisciplinaires suivantes : IDILEM[10], LiCoRN[11], LLS[12] compare des écrits scientifiques (thèses, écrit d’étudiants, articles, actes de colloque) dont l’objectif est une étude linguistique du positionnement de l’auteur à travers les marques syntaxiques et énonciatives liées à la causalité.

  • Fonctionnement lexicométrique

Afin de réaliser sa tâche, le logiciel chargé de la pratique lexicométrique exige un texte fermé et stabilisé. Nous soulignons qu’il est très important que la donnée de départ (corpus) ne subisse aucune modification ou transformation par rapport au discours tel qu’il est écrit ou dit par son auteur notamment quand il s’agit d’un corpus constitué d’une transcription d’entretiens. À travers sa nomination, « statistique lexicale ou linguistique quantitative » que représente la lexicométrie, C. Muller vise à mesurer la quantité des mots d’un texte, plus précisément les lexèmes qui couvrent toutes les classes (substantifs, temps, modes d’un verbe, etc.[13]). Avant de commencer le traitement, le logiciel découpe le corpus en parties puis s’attèle à décompter le nombre de chaque unité linguistique dans le corpus, à étudier sa fréquence et son occurrence, à définir son évolution, etc.

Quant à l’interprétation des résultats, c’est à l’utilisateur de gérer son analyse de corpus selon l’approche qu’il a choisi. Les résultats fournis par le logiciel orientent l’analyste, notamment s’il est un non-spécialiste. D. Mayaffre, un historien qui a étudié de nombreux discours politiques, reconnait que lui-même ne tient ni à la méthode binomiale[14] ni le modèle hypergéométrique en statistique lexicale, et que ses connaissances linguistiques ne suffisent pas pour nourrir le débat épistémologique sur le lien entre Histoire et Linguistique dans l’analyse du discours[15] et pourtant, la plupart de ses analyses se basent sur des recherches statistiques obtenu à l’aide des logiciels d’analyse linguistique. En effet, c’est le logiciel qui, en offrant diverses pistes de recherche, suite à ses différentes fonctionnalités et selon les composantes du discours (verbe, lemme, nom propre, adjectif, adverbe, ponctuation, mots outils, etc.), orientent le chercheur vers les différentes manières d’interpréter les résultats. C’est la méthode lexicométrique qui organise le travail du chercheur en proposant des analyses distinctes. En d’autres termes, le logiciel apprête le texte au chercheur en le triant, calculant les différents profils qu’il suppose être cherchés, organisant toutes les données sous forme de tableaux, graphiques ou histogramme mais en n’imposant rien à l’analyste en ce qui concerne sa lecture des résultats, sa créativité ou son esprit critique.

Il existe divers logiciels pour effectuer une analyse de discours très longs notamment : Alceste (de M. Reinert), Lexico 1 et 2 (de A. Salem), Tropes (de P. Molette et A. Landré), Decision Explorer (de S. Heiden), NVivo (de QSR[16]), Hyperbase (par E. Brunet).

  1. Exemple d’analyse via le logiciel Hyperbase
    • Hyperbase

Hyperbase[17] est un outil d’analyse statistique et graphique à partir duquel il est possible de définir la quantité de l’écrit, calculer la haute fréquence des éléments utilisés dans tout le corpus, la distance lexicale entre les textes du corpus , la richesse du vocabulaire et l’état de son évolution, la typologie du discours, les thèmes transversaux du corpus, la prise de position par les scripteurs-étudiants, la cohésion et la cohérence, etc. Ainsi, il permet de comparer un texte à d’autres textes ou une comparaison interne selon l’objectif du chercheur.

Grace aux fonctions proposées par ce logiciel, l’angle de vision de l’analyste par rapport au texte change. Ce dernier n’est plus qu’une suite linéaire de phrases étudiées telles quelles selon leur position dans le texte, ou une suite linéaire de mots analysés selon leur ordre dans la phrase (sujet – verbe – complément), ce même ordre qui leur gratifie du sens, et fait du mot un « objet réticulaire »[18], c’est-à-dire une construction textuelle qui fonctionne en réseau. Cette structure se construit à partir du vocabulaire situé d’une manière désorganisée dans le texte mais qui peut être porteur du sens, créateur de logique et de cohérence. Hyperbase a été utilisé pour l’étude de nombreux corpus de la littérature française (le Clézio, Hugo, Sand, Rimbaud, Aragon, du Bellay…), la base Balzac, Rabelais, preuve de son efficacité et de sa pertinence. Afin d’illustrer au mieux l’usage de ce logiciel, nous vous proposons ci-dessous deux exemples dont l’un concerne le positionnement du scripteur-étudiant à travers son texte et l’autre établit une recherche thématique au sein du discours universitaire.

  1. Traces du scripteur dans le discours universitaire

Dans le cadre d’une recherche sur le discours universitaire écrit, nous avons choisi d’étudier la prise en charge de l’énonciation par le scripteur-étudiant à travers l’usage des pronoms personnels je et nous. Le rédacteur exprime ses différents points de vue en prenant parfois en charges ses propos à travers les pronoms je ou nous. Le tableau ci-dessous montre le chiffre de ces deux pronoms.

Discipline Je Nous Discipline Je Nous
Anthropologie 11 92 Gestion 10 100
Architecture 148 Mathématiques 51
Bibliothéconomie 53 Médecine vétérinaire 59
Didactique 39 134 Psychologie 55 215
Éducation sportive 102 Science alimentaire 112
Informatique 1 139 Texte littéraire 20 117

Tableau 1 : Fréquence des pronoms je, nous,

Selon le tableau ci-dessus, le pronom sujet je se montre 136 fois, un chiffre beaucoup moins que celui de nous qui s’élève à 1322 usages. Je est complètement absent dans certaines disciplines qui constituent le corpus comme : l’architecture, la bibliothéconomie, l’éducation sportive, les mathématiques, la médecine vétérinaire, la science alimentaire. Les auteurs de ces discours se sont déresponsabilisés de toutes les informations apportées dans leurs écrits car le principe du je est d’« assumer la responsabilité. »[19]. L’absence totale de ce pronom confirme qu’il est surement masqué derrière les pronoms nous et on (que nous ne traitons pas dans cet exemple). La présence et/ ou l’absence de je et nous peut avoir des raisons diverses :

  • Contenu des différentes parties du mémoire de fin d’étude

Il est possible que cette réduction dans l’emploi de je soit liée au contenu des différentes parties composant le mémoire de fin d’étude. Par exemple, dans le développement (la plus longue partie) ou la conclusion, l’implication du rédacteur est moins imposante que dans l’introduction.

  • Typologie du texte

Nous supposons que la typologie du texte est concernée par l’usage de je ou de nous. Par exemple, dans un texte expressif ou narratif (quand le narrateur fait partie de l’histoire), l’emploi du je ou nous est prépondérant.

  • Spécificité des disciplines à l’université

Le je apparait en progression dans la plupart des discours en sciences humaines. Dans les discours nommés dures et économiques, le pronom je est absent. Là aussi, nous pouvons dire qu’il est courant que les spécialités connues comme scientifiques posent immédiatement la problématique, discutent directement le sujet et proposent aussitôt des solutions. L’éloquence et la manifestation du soi sont rares chez l’étudiant des sciences dures contrairement à un rédacteur en sciences humaines qui rédige son texte en le traçant une finalité esthétique, s’impliquant parfois involontairement.

À vrai dire, nous ne pouvons pas définir les divers rôles de deux pronoms à partir du graphique seul. Nous ne savons pas, à titre d’exemple, quel je (« je acteur, je chercheur, je réflexif, je intime »[20]) a été utilisé par le scripteur, mais à l’aide du logiciel Hyperbase, nous avons pu rapidement chercher les différents emplois du je comme dans le contexte ci-dessous :

 

Figure 1 : contexte de je dans le mémoire anthropologie

  • Usage volontaire et/ ou involontaire des pronoms je et nous

Certains auteurs veillent à utiliser un seul pronom, le je, à titre d’exemple, parmi les trois pronoms personnels connus pour marquer leur présence, mais ils peuvent glisser aux deux autres pronoms (nous, on) soit par inadvertance ou pour un usage métadiscursif, soit volontairement. Dans ce dernier cas, le locuteur peut choisir implicitement ou complètement de se décharger de son énoncé en ayant un statut neutre, ou bien partiellement en cas de manque d’information sur le sujet en question.

  1. Étude thématique

En se basant sur Hyperbase et à partir des mots les plus fréquents, nous avons choisi un mot-pivot (travail) pour devenir un thème. Ce dernier sera défini en lien avec tous les mots qui l’entourent. Nous choisissons comme mot-pôle les lemmes et non pas les verbes, les adjectives ou les adverbes parce que les lemmes sont les plus performants[21].

  • Le thème travail

Nous avons privilégié travail comme mot-pôle étant la prochaine occupation des étudiants après leurs études universitaires pourtant il n’est pas le premier lemme figurant sur la liste des hautes fréquences. Afin d’obtenir de meilleurs résultats et plus de détails sur ce thème, et dans l’objectif d’exposer les avantages et les fonctions proposées par Hyperbase, nous avons décidé d’étudier travail via plusieurs ongles :

  • Étude de thème travail via les fréquences

Figure 2 : graphique du mot travail

Selon le graphique ci-dessous, travail est présent dans tous les discours, soit ceux qui remontent comme la psychologie (traite le sujet du stress au milieu professionnel) et la gestion, soit ceux qui appariassent en déclin. Pourquoi ces occurrences massives de tel terme? Probablement parce que ces étudiants pensent déja au terrain de l’emploi, après avoir quitté l’université ou plutôt son usage polyvalent lui permet de remplacer de nombreuses formes tel que : fonction, mission, poste, affaire, action, etc. Le grand chiffre des occurrences du mot travail est probablement dû aussi à son usage associé à certains substantifs (plan du travail), ou des adjectifs (bon travail, travail collectif…) pour designer autres expressions.

  • Recherche via les occurrences du mot travail

Cette recherche sur le mot travail apporte les informations les plus performantes dans une analyse thématique. Ci-dessous, un lot extrait du tableau exposant l’environnement du travail.

 

 

 

 

 

Écart Mot Écart
10,11

10,11

10,11

10,11

10,08

9,75

9,35

9,01

8,04

7,83

7,41

7,11

6,68

6,62

 

Travail

Condition

Charge

Complique

Au

De

Enseignant

Le

Modernes

Défavorables

Stress

Notre

Poste

Environnement

 

4,9

4,79

4,77

4,76

4,59

4,51

4,5

4,44

4,39

4,39

4,37

4,35

4,3

4,27

 

Tableau 2 : Environnement thématique (ordre hiérarchique) du mot travail

Il s’agit d’un calcul de spécificité particulier ressemblant au calcul des corrélats qui repère à chaque fois deux mots associés dans le même graphique.[22] Mais cette fois-ci la recherche ne se réduit pas à deux mots comparés, mais à l’assortiment de tous les mots qui peuvent être en lien avec le mot connu comme pôle (ici travail) vu qu’ils se trouvent dans le même milieu. Nous n’allons pas commenter le tableau d’une façon de parler du lien entre le mot travail et son voisinage, car cela sera développer plus loin (voir figure 3, p.11), mais plutôt de repérer des liens entre les voisins de ce mot-pôle pour introduire de divers mini-thèmes. Par exemple, la liaison entre poste et environnement est le lieu. Les deux mots indiquent un endroit de rencontre pour travailler. Le terme environnement peut aussi avoir un lien avec conditions mais cette fois-ci pour indiquer quelque chose d’abstrait qui est le milieu ou l’entourage humain où le travail est effectué, etc.

  • Co-occurrences du mot-pôle (travail) en absence des mots outils

Précisons que le calcul des co-occurrences se fait sur l’ensemble de tous les mots se rassemblant autour du mot-pivot. Sur le graphe plus bas, nous avons choisi le seuil 3 qui donne un chiffre de 53 termes dans l’environnement du mot-pôle, pour avoir une présentation lisible avec le plus grand nombre de thèmes possibles. Après avoir éliminé les mots outils, nous avons matérialisé la liste des co-occurents comme dans le graphique ci-dessus.

Figure 3 : Environnement du mot travail en éliminant les mots outils

Selon ce graphe les termes qui se trouvent dans l’environnement du mot-pôle sont, à titre d’exemple : « conditions, charge, stress, défavorable, matériel, collègue,», etc.

Les termes qui sont liés directement au mot-pôle sont ses mots-amis, avec lesquelles il entretient une liaison solide. Ceux dont le lien est indirect et donc faible avec travail sont les proches de ses proches. La couleur rouge représente les liens directs et celle en bleu montre le lien des mots liés au pôle. Une troisième couleur noir, n’apparait pas en cas de graphe simplifié, indique les autres cas. Les mots sont ainsi différenciés par plusieurs couleurs ; le rouge concerne les nœuds fréquentés, le noir pour les nœuds isolés (ayant moins de cinq liaisons). L’épaisseur des traits et la taille des caractères sont proportionnelles à leur importance dans le réseau. Cette structure pôle-amis-proches d’amis rend la lecture du graphe complexe sachant que nous pouvons avoir une image encore plus simplifiée si nous sollicitons ceci à Hyperbase.

Les résultats proposés par Hyperbase, dans le cas d’une recherche thématique sont semblables mais chaque fonction nous donne plus à voir et à commenter, et c’est le but, à notre avis, de la diversité des options du logiciel. Par exemple, le graphique via les occurrences attire l’attention du chercheur et du lecteur pour l’analyser d’un point de vue quantitatif. L’environnement thématique d’un mot-pôle montre la question de la capacité des mots à se lier entre eux fortement ou légèrement. C’est une fonction cantonnée pour repérer le chemin (court/long) entre les mots selon la relation (forte/faible) qu’ils entreprennent. C’est, donc, au chercheur de choisir l’option la plus représentative pour son étude.

Conclusion

Via la lexicométrie, la linguistique est devenue propriétaire des résultats chiffrés. Selon D. Mayaffre, D. Peschanski, a constaté une absence d’« effectivité »[23] dans les études linguistiques en Histoire, par exemple, et a réclamé des « résultats »[24].

Aujourd’hui, la lexicométrie nous semble indispensable, non seulement vu la longueur du corpus, mais également pour une lecture séparée des résultats. Notre objectif à travers cet exposé est de montrer ce « que cachent les données textuelles »[25], si l’on reprend l’expression de F. Rastier. Cette méthodologie de recherche permet au chercheur de donner libre cours à sa propre interprétation des résultats et sa créativité sous toutes les réserves d’usage.

La méthode statistique a remporté de nombreux succès non seulement auprès des domaines des sciences de la nature mais aussi dans les sciences humaines et sociales. Il est donc temps de réunir les différents domaines de recherche et permettre aux chercheurs de porter un regard plus large et plus perçant en leur facilitant l’accès aux connaissances d’autres spécialités.

 

 

 

 

 

 

 

Bibliographie  

  • Brunet E., 2011, Ce qui compte, Paris, Edition Champion.
  • Lebart L., Salem A., 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod.
  • Mayaffre D., 2015, Textes augmentés et discours numériques, Actes du colloque international du 14-19 septembre 2015 : Texte et discours en confrontation dans l’espace européen pour un renouvellement épistémologique et heuristique, Université de Lorraine, Metz.
  • Mayaffre D., 2000, Le poids des mots, Paris, Honoré Champion,
  • Muller C., 1992, Principe et méthodes de statistique lexicale, Paris, Honoré Champion,
  • Muller C., 1992, Principe et méthodes de la statistique linguistique, Paris, Honoré Champion.
  • Tournier M., 2000, Lexicométrie, in P. Charaudeau et D. Maingueneau, Dictionnaire d’Analyse des discours, Paris, Seuil.

 

 

[1] Nous vous conseillons de consulter les JADT (journée internationale d’Analyse statistique des Données Textuelles) qui réunissent des chercheurs travaillant sur l’analyse automatique et statistique du texte tous les deux ans depuis 1990. Ces recherches portent sur des textes de domaines différents et sur la façon d’utiliser le logiciel (préparation du texte, installation du logiciel, possibilités de la lecture des résultats, comparaison entre des logiciels existant…)

[2] Mayaffre D., 2015.

[3] Brunet E., 2011, p.40-41.

[4] Trésor de la langue Française, un dictionnaire de la langue française des XIXème et XXème siècle, publié entre 1971 et 1994.

[5] Tournier M., 2002, p. 342-343.

[6] Leimdorfer F., Salem A., 1995, Usage de la lexicométrie en analyse de discours, selon l’adresse :

http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_4/sci_hum/41740.pdf, [consulté le

25/01/2016].

[7] Rastier F., Que cachent les « données textuelles » ?, 2008, selon l’adresse :

http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/jadt2008/pdf/rastier.pdf, [consulté le 14/06/16].

[8] Lebart L., Salem A., 1994, p.16.

[9] Ibid., p.17.

[10] Laboratoire de Linguistique et de Didactique des Langues Etrangères et Maternelles de Grenoble

[11] Linguistique de corpus de Lorient.

[12] Langage, Littérature, Société de Chambéry.

[13] Muller C., 1992, p.10.

[14] Une loi qui spécifie le nombre de succès obtenus lors de la répétition de plusieurs unités identiques. Consulter : Muller C., 1992, Initiation aux méthodes de la statistique linguistique, p.42.

[15] Mayaffre D., 2000, p.749.

[16] Quality Systems Registrars.

[17] Figure parmi les logiciels disponibles pour la plateforme Windows et sous Mac OS comme Alceste et Lexico.

[18] Mayaffre D., 2015.

 

[19] Reutner U., 2010, De nobis ipsis silemus ? Les marques de personne dans l’article Scientifique, U. Reutner, In Énonciation et rhétorique dans l’écrit scientifique, selon l’adresse : http://lidil.revues.org/3013

[20] Deronne C., 2001, p.149-150.

 

[21] Brunet E., 2011, Hyperbase, manuel de référence, p.44, selon : http://ancilla.unice.fr/bases/manuel.pdf  [consulté le 04/01/2016].

[22] Brunet E., 2011, Hyperbase, manuel de référence, p.48 selon l’adresse: http://ancilla.unice.fr/bases/manuel.pdf  [consulté le 04/01/2016].

[23] Mayaffre D.,2000, p.749.

[24] Ibid.

[25] Article de Rastier F., 9es JADT en 2008.

Synthèse de la communication de Fourar Fatima Zohra : Education et écrans : enjeux et interactivités du Webdocumentaire

 

Education et écrans : enjeux et interactivités du Webdocumentaire

Fourar Fatima Zohra

Université de Lorraine, 57000 Metz

 

Résumé

Nous vivons une époque de l’immédiateté et sans trop d’efforts, dans un monde où l’esprit critique se heurte à une quantité d’informations qui dépasse toute capacité humaine. A cela s’ajoute l’évolution rapide des nouvelles technologies et des médias qui ont intensifiés cette culture dite juvénile et même généré de nouvelles pratiques culturelles chez les jeunes qui se reconnaissent sous une culture commune très diversifiée. L’arrivée des webdocumentaires s’insère dans un paysage médiatique caractérisé par des changements dans le mode de consommation des médias (JENKINS, H ; 2013),  alors que le lectorat de la presse écrite continue à baisser inexorablement, la télévision a progressivement cédé sa première place à l’internet en termes de temps passé devant l’appareil récepteur chez cette nouvelle génération. Pour autant, « l’information n’est pas le savoir » comme l’affirme (SERRES, M ; 2012)[1], cette nouvelle culture a bien entendu un but en soi, celui de se distinguer des autres générations, et de socialiser avec les pairs dans son territoire privé. C’est pourquoi, les jeunes sont toujours à l’affût des nouveautés auxquelles ils doivent avoir accès rapidement dans ce monde encore souvent qualifié de virtuel et qui est pourtant bel et bien réel pour les jeunes de nos jours (HEIDT ; 1981, 56), parfaitement capables de s’adapter et d’évoluer dans ce nouveau contexte mondial connecté en permanence et source de potentialité pour l’humanité. Cependant, le rapport de ces jeunes apprenants aux écrans a été très largement étudié au cours des dernières années (François, P.-O ; 2012) ; (TOSTI, D. T, BALL, J. R ; 1969. Op. Cit, HEIDT ; 1981) ; (CLARK, R. E ; 1975) ; et autres, notamment en raison du développement croissant d’internet, ainsi les comportements étudiés s’avèrent être en rapide mutation, suivant en cela les évolutions techniques qui développent de nouveaux usages et de nouveaux services.

 

 

Dans cette proposition alors, on doit s’interroger d’une part, sur la contribution qu’elles pourraient apporter ces nouvelles technologies à l’enseignement – apprentissage des apprenants et le web documentaire comme inter-monde ?, d’autre part, pouvons nous envisager le webdocumentaire comme un média éducatif ? Et qu’en est-il aujourd’hui les propositions audiovisuelles documentaires sur le web ?

Ensuite, notre objectif est de montrer que les apports de ces nouvelles technologies sont nombreux et se manifestent fort lors de la mise en place de projets de classe motivants et valorisants[2], intégrés à des projets de communication authentique et que cette innovation interpelle des pratiques et de nouvelles méthodes exigeant aussi la prise en considération des aspects psychologiques et comportementaux et qui donnent lieu selon (PEDON, E ; 2013) à « une production multiforme, protéiforme, qualifiée d’exploratoire, de tâtonnante, d’innovante, d’expérimentale », entre autres, dans l’environnement numérique, ces pratiques se qualifient comme un « nouveau dispositif de médiation en ligne de l’information » et dans le paysage culturel et artistique, elles se caractérisent comme une « œuvre interactive à la frontière entre reportage d’enquête et documentaire ».

Ces propos sont étayés par une enquête descriptive et analytique (un public distinct sur un même territoire) en Algérie –lycée Ali Nmeur –Batna–, fin du mois d’avril 2015, et ceci par le biais de deux questionnaires destinés aux élèves et aux enseignants du cycle secondaire de tous les niveaux et de toutes les filières (scientifiques et littéraires), dont l’objectif est de montrer le rôle de cette éducation aux médias  et la réception des documentaires inter-mondes dans l’enseignement-apprentissage afin d’accompagner  ces « œuvres audiovisuelles innovantes » (CHATELET, C ; 2016) qui intègrent les spécificités de l’internet et des nouvelles technologies dans leur démarche d’enseignement-apprentissage et de diffusion, par exemple (Arte, France 5, France 24, Canal+, qui expérimentent l’éditorialisation du webdocumentaire).

A cet effet, la vitesse des changements qui affectent nos sociétés a terriblement augmenté ces dernières années. L’actuelle mondialisation, fruit des formidables progrès technologiques, des transports et des télécommunications, s’accélère sans cesse (FONKOUA ; 1997). C’est un phénomène irréversible et incontournable, et dans ce contexte, nous ne concevons pas les citoyens d’aujourd’hui, ni ceux de demain, fermés dans leur petit univers casanier, éloignés des autres et du reste du monde, mais il faut apprendre à jouir des possibilités de communication infinies dont nous disposons à présent et penser que peut être ces nouveaux médias et cette interactivité associée aux technologies présentent une très importante opportunité pour moderniser les systèmes éducatifs et réactualiser par la suite de nouvelles pratiques pédagogiques.

Mots clés : Education ; Générations ; Webdocumentaire ; Pédagogie; Médias

 

Références bibliographiques

BASQUE, J, ROCHELEAU, J et WINNER, L. 1998. Une approche pédagogique pour l’école informatisée.

CHATELET, C. 2016.  « Webdocumentaire, documentaire interactif, idoc, jeu documentaire… Les enjeux des « nouvelles » formes audiovisuelles documentaires », Entrelacs. Disponible sur : http://entrelacs.revues.org/1704 [consulté le 29 janvier 2017].

DEVAUCHELLE, B. 1999. Multimédiatiser l’école: Enseignement et formation à l’heure numérique, Pédagogies pour demain.

FONKOUA, P. 1997.  Les TIC pour les enseignants d’aujourd’hui et de demain, Paris.

HEIDT, Erhard. U. 1981.  La taxinomie des médias, in Communication, 33, pp. 51-74

JENKINS, H. 2013.  La Convergence culturelle, Nouveaux Médias, nouveaux publics, Armand Colin.

LAROSE, F, GRENON, V, LAFRANCE, S. 2002. Pratiques et profiles d’utilisation des TICE chez les enseignants d’une université. In Guir, R. Pratiquer les TICE, former les enseignants et les formateurs à de nouveaux usages. Ed. De Boeck.

LEBRUN, M. 2002. Des technologies pour enseigner et apprendre, Paris, De Boeck, 2eme édition.

PEDON, E. 2013. Le web documentaire : dispositifs et enjeux d’une pratique médiatique en devenir.

RONDOT, F. 2013. Qu’est ce qu’un webdocumentaire ou webdoc ? Disponible sur : http://www.franck-rondot.com/webdocs-webdocumentaire/presentation-webdoc.html [consulté le 27 janvier 2017].

[1]SERRES, M. 2012. Petite poucette, Editions le Pommier, Collection, Manifestes.

[2] Un nouvel environnement techno-pédagogique est en train de s’imposer dans les établissements scolaires notamment en Algérie à partir du moyen (collège), voir (FERADJI, L, HOCINE, N ; 2009)

Programme du Semdoc 2017

Semdoc 2017

 

Université de Bourgogne

 

Institut universitaire professionnalisé

36 rue Chabot-Charny

 

Jeudi 6 juillet

 

9 h – 9 h 15 : Accueil des participants

 

9 h 15 – 9 h 30 : Présentation des activités

 

9 h 30 –

10 h 30

Lionel

Maillot

Utilisation de la théorie du comportement planifié pour analyser l’engagement de doctorants dans la vulgarisation 7ème année Eric Heilmann

 

Dominique Valentin

Cimeos
10 h 30 -11 h 30 Géraldine

Letz

La mise en visibilité médiatique des athlètes paralympiques appareillés (2012-2016). De l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel 2ème année V. Lowy

 

S. Arborio

Crem
11 h 30 – 12 h 30 Catherine Dosso Produire un exemplier par rencontre 4ème année Jacques Walter Crem

 

Pause déjeuner (plateaux-repas pris sur place)

 

14 h –

15 h

Idé

Hamani

La radio en Afrique. Discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger. Andrée Chauvin-Vileno

 

Séverine Equoy-Hutin

Elliadd
15 h –

16 h

Miao

Chi

La Guerre sino-japonaise au cinéma sous la domination des Mao Zedong (1949-1976). Historiographie, corpus et méthodologie 4ème année Béatrice Fleury Crem
16 h –

17 h

Vincent Carlino Dispersion et confinement des matériaux d’enquête dans l’analyse d’une controverse 3ème année Jacques Walter Crem

 

 

 

 

Vendredi 7 juillet

 

9 h -10 h Adrien Cassina Poètes et poésie sur le web francophone.

Focus sur une méthodologie de Web-analyse

3ème année Eric Heilmann

 

François Ribac

Cimeos
10 h –

11 h

Antonin Segault Communication de crise : conception d’une plateforme sémantique pour une situation post-accident nucléaire Ioan  Roxin

 

Federico Tajario

Elliadd
11 h –

12 h

Hélène Burzala Représentations et pratiques de consommation des légumes. Eléments d’analyse qualitative 3ème année Jean-Jacques Boutaud

 

Clémentine Hugol-Gential

Cimeos

 

12 h 30 : Déjeuner (restaurant) et clôture

 

Laurent Di Filippo est lauréat du Prix de thèse de l’Université de Lorraine 2017

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)





Laurent Di Filippo (laurent@di-filippo.fr) est lauréat du Prix de thèse de l’Université de Lorraine 2017
Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle du Nord.
Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG 
Age of Conan: Hyborian Adventures

Thèse en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves,
préparée sous la direction des professeurs Jacques Walter (UL, France) et Jürg Glauser (Université de Bâle, Suisse),
soutenue le 4 novembre 2016 à Metz

Jury

Anne Besson (Université d’Artois, examinatrice)
Maude Bonenfant (Université du Québec à Montréal, rapporteure)
David Douyère (Université François Rabelais de Tours, président du jury)
Marie-Pierre Fourquet-Courbet (Aix-Marseille Université, rapporteure)
Jürg Glauser (Université de Bâle, co-directeur)
Jürgen Mohn (Université de Bâle, examinateur)
Jacques Walter (Université de Lorraine, directeur)

Résumé

Un rhinocéros Berserker, des hordes de Vanir déferlant sur la Cimmérie, le fils d’Ymir emprisonné… Les références aux récits médiévaux scandinaves couramment désignés par les termes « mythes nordiques » sont nombreuses dans le jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs Age of Conan: Hyborian Adventures.

À partir de ce cas d’étude, Laurent Di Filippo étudie les manières dont des éléments issus de sources presque millénaires sont devenus des composantes d’une production vidéoludique contemporaine. De façon plus générale, l’auteur s’intéresse aux phénomènes culturels et à leurs dynamiques à travers leurs processus de transmission, de manifestation et d’appropriation. Pour ce faire, il s’appuie sur une démarche qualitative et empirique à la croisée des sciences de l’information et de la communication et des études scandinaves afin de développer une approche anthropo-communicationnelle, fortement imprégnée par des travaux en anthropologie.

Communication de Mélodie Marull : L’autoportrait plastique et textuel chez Pierre Molinier

Lautoportrait plastique et textuel chez Pierre Molinier

 Mélodie Marull

Doctorante au CREM

 

Techniques photographiques et textuelles se répondent dans l’élaboration de l’autoportrait et du portrait chez Pierre Molinier. Nous verrons que ces deux dernières notions se teintent d’ambiguité lorsque l’on évoque son travail, le corps de l’artiste se mêlant à celui de ses modèles.

 

La notion d’entre-deux persiste dans l’oeuvre comme dans la vie de Pierre Molinier: entre vie et mort, entre masculin et féminin, entre public et privé… les jeux qu’il établit sur ces systèmes de dualité sont nombreux et incluent également ceux du portait et de l’autoportrait, de l’autre et de soi et de l’écriture et du visuel. Sur un mode romanesque, Pierre Molinier construit un personnage incarnant une utopie. Il se projette alors en lui par le biais de la photographie. Parmi les rencontres marquantes qui jalonnent la vie créative de l’artiste, certaines auront eu une influence considérable sur l’élaboration de son langage créatif. Avec Emmanuelle Arsan, Pierre Molinier crée une confusion au sujet de leurs rapports qui vient nourrir des travaux mettant en scène celle qu’il reconnait comme son double.

 

Dessins, photographies de tableaux ou images de photomontages originaux viennent ponctuer les échanges épistolaires qu’il entretient avec assiduité. Il lui arrive de surcroît de retravailler les portraits que ses interlocuteurs lui envoient avant de les leur retourner. C’est ainsi que la photographie répond à l’écriture et que ses correspondances sont, en plus d’un dialogue entre deux êtres, un dialogue entre deux genres.

 

  1. Le Chaman, portrait dune utopie.

 

Decrypter le langage visuel complexe de Pierre Molinier doit aller de pair avec la connaissance de son histoire personnelle. Constitutive de son oeuvre au même titre que ses peintures, photographies ou photomontages, elle offre une clé d’analyse indispensable lorsqu’il s’agit d’appréhender les langages visuels ou textuels de Pierre Molinier.

 

Ce que lui-même désignait comme son Grand Oeuvre correspond non seulement à ses productions dans leur globalité mais également à la construction d’un personnage qu’il incarna. Il peut déclarer, afin de situer son récit « javais 2, 18 ou 50 ans »[1]. Un souvenir, une anecdote peut ainsi se déplacer de plusieurs années au grès des conversations; le temps perd de son immuabilité en se pliant aux caprices de l’artiste et à son désir de contrôle de son image et de son histoire. Sa biographie est parsemée d’anecdotes avérées ou non qu’il se plaisait à raconter aux personnes qu’il rencontrait, souvent par provocation et dans une stratégie qui nous apparaît aujourd’hui comme la mise en articulation d’une mythologie personnelle.

 

A partir de 1966, Pierre Molinier se lance dans le projet de réalisation d’un livre réunissant dessins, peintures et photomontages et qu’il choisira plus tard d’intituler Le Chaman et ses créatures. Pierre Molinier est profondément influencé par les domaines de l’ésotérisme, de la magie et par le chamanisme et sa bibliothèque compte un nombre important d’ouvrages sur ce sujet et sur les philosophies orientales. Le personnage du Chaman suscite son intérêt de part son ambiguité: c’est une créature de l’entre-deux: ni homme et ni femme, il est le messager entre le monde des vivants et celui des morts. Pierre Molinier le conçoit comme l’incarnation de son idéal androgyne; un état de plénitude ultime. L’artiste se veut, comme le chaman, celui qui propose un langage entre le monde physique et le monde spirituel. Le Chaman permet à Pierre Molinier de sortir de son corps, incomplet à ses yeux puisque biologiquement uniquement de sexe masculin mais également vieillissant. Il occupe tant une fonction érotique qu’une fonction thaumaturgique. Ainsi le recueil de photographies Le Chaman et ses créatures est pour lui la mise image de son récit personnel, c’est-à-dire une autobiographie où la narration se déploie au fil des portraits.

 

Illustration 1: Le Chaman (1967)

 

La photographie se fait alors le miroir de la transformation de Pierre Molinier en ce personnage du Chaman. Elle est hybride et évolue visuellement, repose sur le travestissement et les modifications corporelles que l’artiste fait subir à son corps et à ceux de ses modèles, devant l’objectif ou dans l’assemblage de ses photomontages. Les créatures qui l’accompagnent ont ces anatomies vertigineuses au sein desquelles il fusionne avec ses muses.

 

  1. Quand représentation de soi et représentation de l’autre fusionnent.

 

Nous ne connaissons pas les dates des premiers essais photographiques de Pierre Molinier. En revanche, nous savons que vers 1955, Pierre Molinier accueille chez lui une prostituée du nom de Monique qui lui servira de modèle pour de nombreux portraits.

 

Ces premiers travaux photographiques avec le corps comme sujet le galvanisent et il semble vraisemblable qu’avoir une modèle ainsi à sa disposition aura encouragé sa pratique de ce médium. Au même moment, Pierre Molinier commence à réaliser des autoportraits.

 

La photographie offre une fonction quasi immédiate de représentativité dont il remarque rapidement l’aspect pratique lorsqu’il s’agit d’assouvir ses fantasmes scopiques comme ses passions narcissiques.

 

Pierre Molinier voit également très tôt la photographie comme un domaine d’expérimentation.

 

Autodidacte, il apprend à tâtons avec du matériel daté et des techniques qui relèvent du bidouillage. Les recherches techniques (tirages en négatifs, silhouettes fantomatiques et utilisation du flou, premiers découpages et collages…) vont de pair avec un travail du corps et de sa mise en scène.

 

Il réalise des tirages de portraits ou d’autoportraits qu’il va alors soigneusement découper. Les fragments d’images sont assemblés et forment des anatomies chimériques; femmes tentaculaires ou siamoises enlacées. L’image tirée est retravaillée, le processus répété jusqu’à satisfaction de son auteur. Il retouche également les négatifs à la mine de plomb, affinant les tailles, tatouant ou enveloppant de dentelles les peau de ses modèles, brouillant le genre de ses modèles masculins et de lui-même.

 

Les images que crée Pierre Molinier ont une vocation avant tout auto érotique. Les corps qu’il conçoit sont hors normes, hors natures. Ils sont les représentations mouvantes, mutantes de ses fantasmes fétichistes. Pierre Molinier fixe les premiers souvenirs de son obsession dès sa petite enfance, lorsqu’il se glissait sous les jupes des employées de l’atelier de couture de sa mère pour leur caresser les jambes. Cette obsession ne le quittera pas et c’est en toute logique que ces dernières occupent une place primordiale dans son iconographie.

 

Le regard que Pierre Molinier pose sur les jambes est, en plus de celui d’un fétichiste, celui d’un artiste. Assurément sensible à leurs formes, leurs courbes calligraphiques. Les jambes sont souvent au centre (y compris littéralement) de ses productions photographiques et picturales. Dans le recueil Le Chaman et ses créatures, leur nombre croît au fil des pages pour aboutir à La Grande mêlée, mi créature, mi mandala érotique qui en possède plus d’une trentaine.

 

Illustration 2: La Grande Mêlée (1968)

 

Les créatures qui naissent de ces opérations sont des portraits polymorphes; le corps de l’artiste absorbe celui de ses modèles et ils ne forment plus qu’un seul être, à la fois unique et multiple. Le processus créatif dont résulte ces images exprime cette fusion et la technique de production comme le portrait en lui-même renvoient à une intériorité.

 

  1. Emmanuelle Arsan: entre mythomanie et confusion.

 

Celle qui se fait appeler Emmanuelle Arsan a en réalité Marayat pour prénom. Son mari, Louis-Jacques Rollet-Andriane et elle vivent à Bangkok. Ils ne rencontreront Pierre Molinier que deux fois mais leur correspondance sera aussi riche en lettres qu’en tableaux, dessins, photographies et autres présents dont Pierre Molinier couvre sa maîtresse fantasmée.

 

En 1961, Pierre Molinier lit et relit Emmanuelle qui est alors un ouvrage que la censure force à l’anonymat et écrit à André Breton son désir de rencontrer l’auteur, qu’il suppose féminin. Il a entre les mains les versions clandestines de Emmanuelle et de Emmanuelle L’Anti-vierge publiées par Eric Losfeld, respectivement en 1959 et 1960. L’érotisme libre et léger que les ouvrages décrivent touche Pierre Molinier. Lui que l’Orient inspire dans ses productions est plongé dans le récit initiatique et sensuel d’une femme qui découvre les plaisir de la sexualité et s’émancipe à son arrivée en Thaïlande. Il n’en fallait pas plus pour que l’imagination de Pierre Molinier s’emballe et qu’il se mette à la préparation d’un premier contact avec la mystérieuse auteur.

 

En 1964, il expédie à Bangkok un album de sa peinture, une lettre, ainsi qu’une toile originale (Les Dames au pistolet). Il s’agit du premier d’une longue succession de cadeaux dont Pierre Molinier, qui n’a pour mesure que l’amour délirant qu’il porte à sa muse, couvrira le couple. Les réponses en provenance de Bangkok achèvent d’établir l’obsession de Pierre Molinier pour Emmanuelle Arsan en exprimant littéralement l’identification qu’il ne pouvait qu’espérer.

 

Pierre Molinier, fier de sa conquête, n’aura de cesse de montrer les lettres à qui voulait bien les voir et de clamer l’existence d’une réelle relation entre lui et Emmanuelle Arsan. Pourtant, il ne rencontra concrètement celle qu’il surnommait son « double » que deux fois; la première à Paris en 1964 en compagnie d’un couple d’amis et la seconde et déjà dernière en 1967 à son domicile à Bordeaux.

 

Par petites touches, Pierre Molinier confectionne la réalité qui lui convient, maquille le passé comme il maquille son visage et ses photographies. La vérité du personnage prend alors le pas sur les faits réels et il convient de s’intéresser tout particulièrement à cette vie de l’artiste, à première vue alternative, mais qui fut pourtant la seule qu’il vécu vraiment. La relation que Pierre Molinier entretient avec Emmanuelle Arsan est donc une relation avec un autre fantasmé. Les cadeaux que Pierre Molinier destina au couple ont été d’une qualité et d’une richesse inédite et prouvent la générosité folle de celui-ci. Pierre Molinier qui n’avait jamais voyagé se projette auprès de sa muse. En expédiant ses oeuvres chez elle, c’est un peu de lui qu’il transporte à travers cet Orient qui l’a si souvent inspiré et dont on retrouve avec récurrence l’imagerie érotique dans son oeuvre.

 

Emmanuelle Arsan marqua durablement et profondément le travail de Pierre Molinier: son visage apparaît dans de nombreux dessins et peintures comme son corps dans ses photomontages. Avant de pouvoir disposer des photographies qu’il prendra lui-même au cours de sa visite, Pierre Molinier utilise celles qu’elle et son mari lui font parvenir de Bangkok pour ses photomontages.

 

Illustration 3: Pierre et Emmanuelle dans latelier bordelais.

 

Sur une des photographie de Pierre Molinier, Emmanuelle Arsan, bienveillante, se penche au dessus de l’épaule de l’artiste et contemple son travail. Présentée comme  un portrait du couple qu’ils forment, cette image l’ancre dans la réalité. A nouveau, la photographie se fait créatrice de vérité.

 

Illustration 4: Le trucage révélé.

 

Cependant, les fesses qui apparaissent ici ne sont pas celles d’Emmanuelle Arsan, mais appartiennent à Pierre Molinier lui-même: symboliquement, les doubles ne partagent qu’un seul et même corps. Pierre Molinier utilisera le photomontage pour greffer le portrait d’Emmanuelle Arsan dans son quotidien bordelais. Ainsi, afin d’asseoir sa version de son amour passionné et physique avec elle, il réalise des photomontages les mettant en scène tous les deux.

 

  1. Conclusion.

 

La mise en scène de corps polymorphes et fantasmée est un thème récurrent dans l’oeuvre de Pierre Molinier. Ses photomontages brouillent la frontière entre représentation de soi et représentation de l’autre par la fusion que l’artiste effectue entre son propre corps et ceux de ses modèles. La photographie est pour Pierre Molinier un dispositif magique, elle lui permet non seulement de transformer la réalité mais également d’imposer son imaginaire. L’épreuve photographique devient la vérité de l’artiste qui finit par primer sur les faits réels. En prenant conscience de la capacité qu’elle a d’intégrer eu le réel, Pierre Molinier conçoit la possibilité de sortir de son propre corps; le Chaman et ses créatures naissent alors.

 

Récit de l’être et récit de l’oeuvre tendent à se confondre et Pierre Molinier nourrit sa création des rapports qu’il entretient avec quelques privilégiés. Emmanuelle Arsan se trouver immergée, tant dans son oeuvre et de manière littérale que dans sa vie, réelle ou fantasmée. Elle devient son double, le miroir dans lequel se reflète son intériorité. Les images qu’elle lui inspire ainsi que la correspondance qu’ils échangent créent un dialogue. Le travail de Pierre Molinier repose tant sur le plan textuel que sur le plan photographique et les procédés qu’il met en oeuvre pour se raconter dans chacun de ces domaines se répondent et se complètent.

 

Bibliographie:

  • Molinier, Pierre. Je suis né homme-putain, Ecrits et dessins inédits réunis et présentés par Jean-Luc Mercié, Paris : Biro Editeur et Edition Kamel Mennour, 2005, 170 p.
  • Molinier, Pierre. Pierre Molinier, Texte de Jean-Luc Mercié, Paris : Les presses du réel/Kamel Mennour, 2010, 400 p.
  • Molinier, Pierre. Le Chaman et ses créatures, Bordeaux : William Blake & Co., 1995, 96 p.
  • Petit, Pierre. Molinier, une vie d’enfer, Paris : Editions Ramsay/Jean-Jacques Pauvert, 1992, 271 p.
  • Catalogue Drouot, vente des archives Pierre Molinier, 2016, 156 p.

 

Images:

Courtesy: Jean Luc Mercié

[1] Molinier, Pierre (écrits réunis par Jean-Luc Mercié), Je Suis né homme Putain, Écrits et dessins inédits, Kamel Mennour, 2005, p.10

AàC Colloque Jeunes Chercheur.e.s : l’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens

 


L’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens

Metz 28/29septembre 2017, Salle du Conseil de l’UFR ALL Arts-Lettres-Langues

 

Université de Lorraine

École doctorale Fernand-Braudel

Centre de Recherche sur les Médiations (CREM) EA 3476

Équipe Praxitexte

Université de Bourgogne Franche-Comté

ELLIADD – Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours

Pôle Contextes, Langages, Didactiques

Réseau IRIS

 

Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) offre ou est censé offrir une base commune à l’élaboration de programmes, d’évaluations, de certifications et de matériels linguistiques. Ce référentiel, qui s’inscrit donc dans le cadre – politique – européen, a pour objectifs, tout d’abord, d’intensifier et de faciliter l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, de promouvoir, ainsi, la mobilité personnelle et professionnelle entre pays membres, de favoriser, enfin, l’intégration de citoyens mobiles dans d’autres environnements linguistiques et culturels de l’Union. Parallèlement, depuis la publication de ce dispositif en 2001, certains pays non européens l’ont adopté ; et ils l’ont fait soit en le reprenant tel quel, soit en adaptant un certain nombre des principes qu’il promeut (Kherra, 2011 ; Sagaz et Ducatel, 2011).

Ces politiques et dispositifs d’adoption et/ou adaptation soulèvent des débats, entre autres linguistiques et didactiques, qui en fait ne sont pas nouveaux. Sans vouloir remonter trop loin dans le temps, par exemple aux méthodes traditionnelles ou audio-visuelles, on rappellera qu’il y a environ un quart de siècle, la diffusion massive des approches communicatives dans l’enseignement- apprentissage des langues étrangères a soulevé des problèmes dont par exemple Le Français dans le Monde s’est fait l’écho dans sa livraison « Environnement et enseignement du français » d’août- septembre 1982 (n° 171). Dans cette livraison, Ferenczi posait ainsi la question de l’exterritorialité, qu’il opposait, comme d’autres auteur.e.s de la livraison, à l’environnement, censé « nous attacher à l’univers physique et social, selon les ressources matérielles, les activités humaines et les codes culturels qui caractérisent une aire géographique et politique bien déterminée » (art. cité : 31). Pour autant, Ferenczi concluait, bien avant que l’idée de mondialisation ne se soit répandue : « l’accroissement des relations économiques, la multiplication des échanges humains et des contacts culturels que connaît notre monde moderne, ne sauraient laisser en l’état la didactique des langues toujours avide de renouvellement » (art. cit. : 33). Une vingtaine d’années plus tard, le tournant actionnel des approches communicatives, quia émergé avec le CECRL, et la large diffusion de ce dernier dans une Europe élargie, comme hors d’elle, ont relancé le débat, et renouvelé les questions ou les problématiques liées à l’environnement ou à la contextualisation, qu’on les aborde des points de vue politique ou didactique.

Ce colloque invite ainsi les jeunes chercheur.e.s à revenir et/ou à se pencher sur les enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels et didactiques de l’importation (totale ou partielle) du Cadre, ainsi que sur les conditions et les difficultés de l’adoption et de l’application de ses principes ;les jeunes chercheur.e.s pourront s’appuyer sur le fait que nombre de spécialistes s’interrogent sur la standardisation, en proposant des approches diversement contextualisées (Blanchet, 2009 ; Blanchet et Chardenet, 2011 ; Coste, 2007 ; Lefranc, 2008 ; Puren, 2007 ; Springer, 2011).

*

*

*

Le colloque recueillera et confrontera diverses contributions suivant trois axes :

1. Adaptabilité/Applicabilité du CECR dans de différents contextes

 Pourquoi des pays non européens adoptent-ils le CECR ? Et qu’adoptent-ils de celui-ci ?

 Le CECR est-il« contextualisable » et quelles sont les limites de cette contextualisation ?

 Comment utiliser le CECR pour créer des curricula dans des contextes non européens ?

2. Élaboration des manuels dans les pays non européens

 Quel rôle peut jouer le CECR dans l’élaboration des manuels de FLE dans les pays non

européens ?

 Dans quelle mesure, jusqu’à quel point l’élaboration de manuels en FLE, FLS, FOS, FOU,

est-elle inspirée du CECR ?

 L’approche actionnelle, notamment, y est-elle prise en compte ?

3. Évaluation et certification

 De quelle manière le CECR est-il reconnu, hors Europe, comme une référence standard pour l’évaluation des compétences linguistiques ?

 Dans quelle mesure ce standard fonctionne-t-il pour les mobilités entre pays non européens ?

 Quel est l’impact du standard européen sur les certifications locales en FLE ?

*

*

* Modalités de réponse à l’appel, calendrier, inscription, publication

Les doctorant.e.s et les jeunes docteur.e.s (ayant soutenu après le 1 er septembre2015) en sciences du langage et didactique des langues sont invité.e.s à soumettre une proposition pour une communication de vingt minutes (suivie de dix minutes de discussion) qui sera transmise au plus tard le 15 mai 2017 à . Les propositions contiendront le nom de leur auteur.e et la mention de son rattachement institutionnel, son adresse mail, un titre et une notice biographique (cinq lignes max.) ; le tout suivi, sur une autre page, d’un résumé de 500 mots ; le résumé ne mentionnera pas le nom de l’auteur.eet sera accompagné de quelques références bibliographiques (sur la même page). Les propositions seront soumises à une double expertise en aveugle qui sera effectuée par les membres du comité scientifique.

jd.praxitexte.crem2017@gmail.com

Les évaluations aux candidatures seront envoyées avant le 30 mai 2017.

La participation devra être confirmée, après acceptation, avant le 30 juin 2017. Les inscriptions sans communication également.

Les frais de participation s’élèvent à 30 euros.

Une publication de textes sélectionnés est prévue sur le Carnet des jeunes chercheurs du CREM :

https://ajccrem.hypotheses.org/

*

Rappel du calendrier :

Date limite de dépôt d’une proposition de communication : avant le 15 mai 2017.

Retour des expertises : avant le 31 mai 2017.

Inscription : avant le 30 juin 2017.

Déroulement du colloque : 28 et 29 septembre2017.

*

Comité d’organisation

Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine)

Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine)

Fatima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Nassira EL HANNOUF (Doctorante à l’UBFC)

Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Hadria KHELIFI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Naïma MATI (Jeune docteure en SdL de l’UBFC)

Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Isabelle RODIN (Jeune docteure en SdL de l’UBFC)

Comité d’organisation local :

Guy ACHARD-BAYLE, Hussain BILHAJ, Fatima Zohra FOURAR(CREM- Praxitexte, Université de Lorraine).

Comité scientifique

Driss ABLALI (Professeur à l’Université de Lorraine)

Nathalie AUGER (Professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Kaouthar BEN ABDALLAH (MCF à l’UBFC)

Serge BORG (Professeur à l’UBFC)

Filomena CAPUCHO (Professeure à l’Université Catholique Portugaise)

Fred DERVIN (Professeur à l’Université d’Helsinki)

Mohamed EMBARKI (Professeur à l’Université de Bourgogne & Franche-Comté)

Béatrice FRACCHIOLLA (Professeure à l’Université de Lorraine)

Rana KANDEEL (Professeure ass. à l’Université du Yarmouk)

Dominique MACAIRE (Professeure à l’Université de Lorraine)

Caroline MASSERON (Professeure à l’Université de Lorraine)

Irem ONURSAL (Professeure ass. à l’Université Hacettepe, Ankara)

Ali TARMAL (Professeur à l’Université Al-Zawiya)

Pu ZHIHONG (Professeur à l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou/Canton)

Références & orientations bibliographiques

BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ? ». In : Le Français à l’université2, 2- 3. Disponible sur le site de l’AUF : [Consulté le 5février 2017].

http://www.bulletin.auf.org/index.php?id=833

CASTELLOTTI, Véronique & NISHIYAMA, Noriyuki Jean(dir.). 2012. « Contextualisation du CERC. Le cas de l’Asie du Sud-Est ». Le Français dans le Monde – Recherches & Applications50.

CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

COSTE, Daniel. 2007. « Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ». In : Rapport de F. Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe. Disponible à l’adresse : [Consulté le 5 février 2017].

http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/SourceForum07/ForumFeb06_%20Report_FR.doc

FERENCZI, Victor. 1982. « Motivation et environnement », dans Le Français dans le Monde171, 31-33.

JEANNOT-FOURCAUD Béatrice, DELCROIX Antoine & POGGI Marie-Paule. 2014. « Introduction » à Contextes, effets de contextes et didactique des langues. Paris : L’Harmattan, 9-36.

KHERRA, Nawel. 2011.« L’adaptation du CECRL aux besoins d’étudiants arabophones non spécialistes du français : cas des étudiants de l’école préparatoire d’architecture dans le contexte universitaire algérien ». In :Synergies Europe6, 85-98.

LEFRANC, Yannick. 2008. « Faire avec et contre le CECRL ». In : Évaluation et Cadre européen de référence pour les langues, Sixième journée d’étude organisée par l’Association Régionale de Français Langue Étrangère dans le cadre du Master de Didactique des langues. 15 février 2008. Strasbourg : Université de Strasbourg. Disponible à l’adresse : [Consulté le 14 janvier 2017].

http://fle.u-strasbg.fr/journeeval/lefranc.htm

LEFRANC, Yannick.2014. « Le management enchanteur : gouvernement, technologie et double langage du CECRL ». In : Cahiers du GEPE6,« Politiques linguistiques en Europe ».Disponible sur le site : [Consulté le 14 janvier 2017].

http://www.cahiersdugepe.fr/index.php?id=2608

Le Français dans le Monde(n° spéc. 171) :« Environnement et enseignement du français », sous la direction de Jacques Cortès et Christian Pellaumail, Août-Septembre 1982.

PUREN, Christian. 2007. « Quelques questions impertinentes à propos d’un Cadre Européen Commun de Référence » (Journée des langues de l’IUFM de Lorraine, 9 mai 2007. Disponible sur le site de l’APLV : [consulté le 14 janvier 2017].

http://www.aplv-

languesmodernes.org/spip.php?article990

ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLÉ international.

SAGAZ, Michel. 2011. « Contextualisation du CECR et pratiques méthodologiques locales : le cas du Japon ». In : Synergies Europe6, 75-84.

SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. Pourquoi adopter le CECR au Japon ? In :Synergies Europe 6, 153-163.

SPRINGER, Claude. 2011. « Le CECR : outil de diversification ou de standardisation ? ». In :Cadre Européen Commun de Référence et Enseignement du Français en Corée, Octobre 2011, Séoul. Disponible à l’adresse : [consulté le 14 janvier 2017].

http://springcloogle.blogspot.fr/2011/10/cecr-standardisation-ou-diversification.html

*

Compte-rendu du séminaire  » Sport et Média  » de l’équipe Praxis Nancy le 29-11-2016 (CREM-Université de Lorraine)

Fatma FAKHFAKH (Docteure – Praxitexte – CREM)

Adel ZNAIDI (Doctorant – Praxitexte – CREM)

 

Pour introduire, nous commençons par remercier tous les membres de l’équipe Praxis, particulièrement Mme Anne PIPONNIER qui m’ont suggéré de rédiger ce compte-rendu, et qui ont organisé cette journée portant sur le thème  » Sport et Média  » en collaboration avec l’ACJ-CREM (Association des jeunes chercheurs rattachée au Centre de Recherche sur les Médiations).

Notre présence au séminaire s’inscrit dans le cadre de nos visites régulières au campus de l’Université de Lorraine qui ont pour objectif de participer aux différents événements scientifiques et académiques prévus à Nancy et à Metz.

Tout d’abord, précisons que les deux pôles du CREM, Praxis et Praxitexte, peuvent avoir des points de recherche en commun et que les séminaires peuvent être des lieux d’échange et de mise en commun entre les chercheurs des deux équipes, notamment autour des questions de  la communication (textuelle, journalistique, littéraire, orale, etc), des politiques (linguistiques, sociales, médiatiques, etc) et des dispositifs (scientifiques, audio oraux, audiovisuels, etc).

Bien que nos recherches au sein de l’équipe Praxitexte s’inscrivent dans le cadre d’étude des difficultés d’apprentissage et d’évaluation du français langue étrangère en Tunisie (en ligne / en présentiel, méthodes et pratiques d’enseignement, analyses des cas, études de terrain, etc), cela ne nous a pas empêché de participer avec les membres de Praxis au séminaire portant sur les difficultés que rencontre la femme handicapée sportive.

Nous saluons les deux doctorantes Natacha LAPEYROUX et Géraldine LETZ pour leurs travaux intéressants, riches et courageux, ainsi que Monsieur Jean-François DIANA (Maître de conférences à l’université Paul Verlaine – Metz) qui les a discutées.

Pour ce qui est du travail de Mme LAPEYROUX, intitulé  » Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à 2015 « , nous valorisons tous particulièrement, quatre points :

  • L’interdisciplinarité de la recherche interpelant à la fois le domaine sportif féminin, le contexte médiatique (télévision), le contexte social (jugements et préjugés face au sport dit purement masculin, à savoir la boxe), la nature biologique de l’être humain (la femme notamment), etc ;
  • L’audace et le courage de la doctorante ayant choisi le thème de la boxe féminine considéré comme tabou ;
  • Le traitement du sujet par les médias (corpus d’archives télévisuelles, focalisation, plans, etc.) ;
  • La précision de la période d’étude (dates / diachronie) et des références renvoyant au terrain (l’Association Internationale de Boxe Amateur).

 

Dans sa méthodologie, la doctorante se base sur l’utilisation du concept de performance de Judith Butler et sur une l’analyse socio-discursive des retransmissions sportives. Ce qui lui a permis de constater que la sphère médiatique est appréhendée comme une arène symbolique dans laquelle les femmes sportives mènent une lutte pour légitimer leur position.

Le deuxième exposé présenté lors de cette journée est celui de Mme LETZ, la doctorante en sciences de l’information et de la communication, intitulé  » Corps, appareillage et sport paralympique : du moi morcelé au super-héros « . La doctorante se propose d’interroger la construction médiatique de la figure de l’athlète prothétique paralympique. Le sportif dépasse les limites du corps humain et se déploie dans un champ pluridisciplinaire qui dépasse le cadre du sport, interrogeant ainsi la norme et le rapport à la différence dans la société́ moderne. Nous avons retenu notamment:

  • La clarté de l’exposé et de la méthodologie suivie par la doctorante ;
  • La pertinence du choix des illustrations dans son exposé (le recours à l’authentique) ;
  • La présentation du terrain (entretiens avec athlètes, etc.) ;
  • L’emploi d’un métalangage littéraire et fantastique (mythe, mythologie, héro, mi-homme, mi-machine, histoire, monstres, figure, créateur, etc.)
  • La compassion de la doctorante avec la situation des athlètes handicapés pour laquelle nous la saluons chaleureusement (réaffirmation de soi, le Je héros, identifiable par la société, etc.

 

Les deux analyses descriptives effectuées par les deux doctorantes nous ont permis d’identifier les mécanismes de création et de la diffusion de l’information et son impact auprès des publics.

Nos visites à l’Université de Lorraine se poursuivront vu que nous prévoyons de  préparer un travail de post-doctorat et que nous comptons participer aux futurs évènements scientifiques qui auront lieu. La présence à ce type de journées et séminaires du CREM permet l’échange, le débat sur les différents thèmes traités par les membres des quatre équipes. Pour nous, c’était une découverte avant tout : l’utilité des recherches, les contextes sociaux, médiatiques et de santé, les corpus authentiques choisis rattachés à la société et au domaine médiatique.

 

Fatma FAKHFAKH est docteure en Sciences du Langage de l’Université de Lorraine et en Didactique du français de l’Université Virtuelle de Tunis. Elle est membre de l’équipe Praxitexte du CREM et j’avais effectué ma thèse intitulée « De l’étude de terrain (à l’I.P.E.I.S. et la F.S.S.) à la scénarisation des évaluations d’un cours de FOU scientifique et technique, mis en ligne sur la plateforme Moodle 2.4 de l’U.V.T. conçu pour les étudiants de première année des cycles préparatoires  » sous la direction des Professeurs Guy ACHARD-BAYLE et Bourguiba BENREJEB. Acuellement enseignante universitaire en Tunisie (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax – Université de Sfax).

Adel ZNAIDI est doctorant en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine et en Didactique du français à l’Université Virtuelle de Tunis. Il prépare une thèse en cotutelle entre l’Université de Lorraine et l’Université Virtuelle de Tunis intitulée « Métacognition et Apprentissage du texte narratif : Etude de l’autorégulation chez les élèves du 1er cycle de l’enseignement de base « . Cette thèse est coencadrée par Guy ACHARD-BAYLE pour le côté français et Abdelmajid NACEUR pour le côté tunisien. Il effectue ses recherches au CREM (Praxitexte) depuis deux ans.

Mise en œuvre d’une démarche de recherche création dans un doctorat en SIC portant sur l’art numérique

Françoise Chambefort
ELLIADD, Université de Franche-Comté

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Expérimenter, c’est faire advenir de nouvelles formes de vie et d’activité, de pensée et de création.(…)

Expérimenter, c’est faire varier une situation pour en moduler les perspectives. [NIC 2009 ; 5]

Notre travail de thèse porte sur l’art numérique et plus particulièrement sur l’art génératif qui utilise des flux de données en temps réel. Il vise à montrer les potentialités narratives, ou plus généralement de création de sens, que portent ces dispositifs.

Sur les pas de Serge Bouchardon qui allie ses activités de chercheur en SIC et d’auteur en littérature numérique, nous avons souhaité mettre en œuvre une démarche de recherche création.

Après avoir présenté cette démarche, nous verrons en quoi elle peut être particulièrement pertinente pour aborder notre sujet de recherche et selon quelle méthode nous nous proposons de la mettre en œuvre.

1/ La démarche de recherche création

Une démarche qui vient de la recherche en arts plastiques

Le terme de recherche création est apparu il y a une vingtaine d’année. accompagnant un mouvement d’intégration progressif des études d’art dans le domaine universitaire et ainsi qu’une réflexion sur les rapports entre art et science [SIC 1995]. Les débats ont été nombreux dans le milieu francophone sur la nature de ce que devrait être la recherche artistique. Ils ont été marqués en 2004 par le 72e congrès de l’Acfas, La recherche création pour une compréhension de la recherche en pratique artistique [GOSS 2006], la publication en 2009 de l’ouvrage Recherche & Création par l’École Nationale Supérieure des Arts de Nancy [BIA 2009] , puis le colloque qui s’est tenu à l’UQAM en mars 2014, La recherche création : Territoire d’innovation méthodologique [DUB 2014]. Le numéro de la revue Hermès de 2015, L’artiste, un chercheur pas comme les autres [REN 2015] est venu compléter la réflexion.

Très tôt, certains participants à ce débat mettent en avant une contradiction entre la pratique artistique et l’activité de recherche tandis que d’autres soulignent leurs similarités. La raison, l’objectivité, le concept peuvent-ils cohabiter avec le sensible, le subjectif, l’expérientiel ? Hervé Fischer , dans son article « La raison sensible » [REN 2015 ; 206-213], montre bien comment deux idéologies de l’art continuent de cohabiter. L’une, héritée du romantisme, oppose le génie artistique donné comme irrationnel au savoir universitaire rigoureux dont les exigences sont posées comme incompatibles avec ce génie. L’autre, qu’il qualifie de «conception intellectuelle de l’art», s’est appuyée sur les sciences, sciences exactes ou sciences humaines, pour justifier ses modes d’expression. Cette dichotomie se retrouve dans le clivage qui oppose les écoles d’art et les filières universitaires en art numérique.

Le terme recherche création est donc très ancré dans son contexte et les débats qu’il suscite sont plus souvent polémiques que méthodologiques. Cependant, il tend à se vulgariser, désignant une démarche de travail propre aux praticiens en art.

Une démarche utilisée également en SIC

Les chercheurs en SIC Serge Bouchardon [REN 2015 ; 187-197] et Alexandra Saemmer [REN 2015 ; 198-205] qui ont contribué au numéro de la revue Hermès L’artiste, un chercheur pas comme les autres, mettent en œuvre depuis plusieurs années cette démarche de recherche création. Dans ce même numéro, Emmanuel Mahé, docteur en SIC et directeur de recherche à l’ENSAD, dresse un premier bilan du doctorat SACRe (Sciences, Arts, Création et Recherche) lancé en 2012 à l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL). Sur une trentaine de doctorants, cinq sont inscrits dans des disciplines non artistiques dont les sciences de l’information et de la communication [REN 2015, 218].

Serge Bouchardon, dans son introduction à La Valeur heuristique de la littérature numérique [BOU 2013], définit la démarche de recherche création comme un prolongement de la recherche conception :

En terme de démarche scientifique, il s’agit de dépasser une posture d’observation. La posture d’interrogation ne peut pas être seulement dans l’observation de ce qui a été fait, mais dans l’anticipation à partir de la conception et de la création. [BOU 2013 ; 29]

La recherche conception, précise Bouchardon, se prête particulièrement à l’étude d’un objet technique et plus particulièrement d’un objet numérique :

(…) le numérique est toujours un construit, mais est également toujours en construction, et avoir une démarche de conception permet de saisir cette construction. [BOU 2013 ; 30]

Prolongeant cette démarche, la création s’inscrit dans une boucle de rétroaction avec la recherche. La démarche de recherche création place le chercheur-acteur dans une position de constante critique réflexive, la difficulté étant d’être capable de rendre compte de cet aller-retour entre action et méta-discours.

Si elle est constatée dans les faits, cette capacité des sciences de l’information et de la communication à s’ouvrir à une démarche qui peut paraître non académique s’explique.

En 1997, Jean Lancri introduit le colloque de l’Institut des arts de Porto Alegre Méthodologie de la recherche en arts plastiques à l’Université, par une intervention intitulée Modestes propositions sur les conditions d’une recherche en Arts Plastiques à l’Université [LAN 2001]. Cet article qui a bientôt vingt ans, est antérieur au débat sur la recherche création (l’intégration des formations artistiques à l’Université a en effet eu lieu dans les années 60 à Montréal) ; il fournit de nombreuses pistes de réflexions, notamment méthodologiques. Jean Lancri y pointe précisément les spécificités de la recherche en arts plastiques. Il insiste notamment sur l’importance de la notion d’altérité dans la démarche du chercheur en arts plastiques, ce qu’il nomme « le champ de l’autre »  [LAN 2001].

Cette confrontation avec autrui est au centre de la démarche de recherche création. Or ce concept d’altérité est également au centre de notre discipline, du fait de son objet, la communication. Mais il est également au centre de son discours épistémologique, puisque le champ des sciences de l’information et de la communication est résolument interdisciplinaire.

Dans l’introduction du numéro de la revue Hermès intitulé L’artiste, un chercheur pas comme les autres, Franck Renucci et Jean-Marc Réol relèvent ces deux points et en ajoutent un troisième lorsque l’objet de recherche appartient au domaine de l’art numérique :

Les sciences de la communication sont pertinentes dans ce champ par la question centrale de l’altérité qu’elles mettent en évidence (Wolton, 2012). Elles le sont aussi dans les rapports entre pratiques, interdiscipline, technique et société. Aujourd’hui, de nombreux chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC) s’engagent dans des voies de recherche articulées à la création avec des différences épistémologiques et méthodologiques très importantes. Nous retiendrons une volonté partagée d’intégrer la création dans une pratique de recherche au sein des SIC. On observera que ces chercheurs inscrivent bien souvent leur pratique pédagogique et de recherche dans des environnements numériques. [REN 2015 ; 16]

Selon eux, notre discipline est à même de porter un regard singulier et riche sur la création artistique :

Le chercheur en sciences de la communication (…) n’étudiera pas uniquement l’objet artistique, les discours qui le traversent, les processus de création, les dispositifs de médiations et de médiatisation. Il appuiera ses études en premier lieu sur l’altérité radicale de l’objet d’art, obstacle mais aussi créateur d’espaces discursifs. [REN 2015 ; 16]

Trois éléments apparaissent donc comme décisifs :

  • les particularités de l’œuvre d’art en tant qu’objet de recherche pour les SIC,
  • la nature socio-technique de cet objet dans le cas de l’art numérique,
  • l’interdisciplinarité des sciences de l’information et de la communication qui permet d’adopter des méthodes et des points de vue épistémologiques variés et de les agencer de façon productive.
L’articulation entre recherche et création

L’expérience scientifique et l’expérience artistique se distinguent par leur fin. L’expérience scientifique vise à vérifier la validité d’une hypothèse ou l’opérabilité d’un concept. L’artiste crée des expériences sensibles dans un dialogue avec autrui. Il peut créer ou utiliser des concepts pour donner un sens à ces expériences. L’expérience artistique peut aussi être une expérience de réception.

Évoquant l’artiste qui porte sa recherche sur sa propre démarche créatrice, Yvonne Laflamme décompose ainsi la situation :

La complexité de cette relation le place dans une situation de nature ternaire, puisqu’elle met en relation l’artiste (le sujet égocentrique) et son objet d’étude (sa création artistique) par le biais de la médiation dynamique du chercheur (sujet épistémologique). [LAF 2009]

Retenons de cette structure le dédoublement de l’artiste-chercheur en deux sujets distincts, le sujet égocentrique et le sujet épistémologique et l’aspect dynamique de la position de sujet épistémologique. En SIC cependant, l’objet d’étude est plus large et la création n’est pas toujours préexistante à la recherche. Dans la plupart des cas, l’artiste-chercheur étudie en parallèle un corpus d’œuvres et ses propres œuvres, créées ou non en lien avec cette recherche. Ainsi il peut accéder non seulement à l’objet mais au processus même de création de cet objet, et il peut faire varier les paramètres qui le définissent.

Ainsi, recherche et création ne sont pas situées sur le même plan dans cette démarche. Clairement, l’activité de recherche englobe tout le processus.  La production artistique (souvent appelée démo) n’a pas le même statut que dans une pratique professionnelle. Elle peut être moins aboutie, son rôle étant avant tout de servir la problématique de recherche. Cela n’empêche pas qu’elle puisse avoir sa finalité propre et se développer ensuite comme œuvre à part entière mais dans un autre cadre.

Examinons maintenant plus en détail le jeu des points de vue qui peut se déployer grâce à cette démarche.

Pour en rendre compte, Serge Bouchardon construit un schéma d’expériences autour de deux axes, l’un relié au sujet, l’autre relié à l’objet :

Ainsi je m’appuie sur mes propres productions comme sur les productions d’autres auteurs, soit en tant qu’œuvres créatives soit en tant qu’elles me permettent d’expérimenter des concepts (par exemple le couple narrativité/interactivité dans l’exemple ci-dessus). Mes productions et celles des autres, je peux les penser depuis les concepts ou depuis une activité de création, en tant qu’expérience littéraire et artistique ou comme support à une expérience scientifique. Sur le schéma à deux axes ci-dessous, je mobilise ainsi quatre formes d’expériences correspondant à quatre cases. Une limite serait de s’enfermer dans une seule case ; la force d’une telle démarche est, me semble-t-il, de conjuguer les quatre cases. [BOU 2014 ; 34-35]

schema-bouchardon

Schéma d’expériences de Serge Bouchardon

 

Parmi ces quatre formes d’expériences, deux semblent aller de soi :

– l’expérience scientifique s’appuyant sur les productions d’autrui (2), le corpus, préserve naturellement cette distance critique que tout chercheur est enjoint à ménager par rapport à son objet.

– l’expérience artistique s’appuyant sur les propres productions de l’artiste-chercheur (3) est celle du vécu éminemment personnel et intime de la création.

Les deux autres postures semblent moins faciles à cerner.

Que peut-être une expérience scientifique s’appuyant sur mes productions (1) ? Bien que cette posture soit celle d’un chercheur engagé de façon totale par rapport à son objet de recherche, elle peut lui permettre d’accéder à des données d’expérience capitales qui seraient inaccessibles sans cela. À un premier niveau, le sujet épistémologique peut utiliser son activité de créateur pour faire varier différents paramètres qui lui permettront de vérifier son hypothèse ou plus globalement, comme le dit Serge Bourchardon, de « voir ce qui résiste » dans le dispositif [BOU 2014 ; 32]. À un deuxième niveau, celui de la méta-cognition, le chercheur va pouvoir observer de l’intérieur le processus de création de l’objet artistique. Le défi à relever sera alors de mettre en place une méthode qui lui permette de recueillir des données utilisables dans son travail scientifique pour rendre compte de ce processus.

La dernière forme d’expérience proposée par Serge Bouchardon est celle qui croise expérience artistique et production d’autres auteurs (4). Cependant l’expérience artistique ne sera pas dans ce cas de l’ordre de la création. Ce sera une expérience de réception sensible de l’œuvre d’un autre, par un sujet qui toutefois a l’expérience de la création.

Ces expériences amènent le chercheur à opérer deux décentrements :

– à traiter soi-même comme un autre [LAN 2006 ; 11], le sujet épistémologique observant le sujet égocentrique,

– à considérer un autre comme soi-même dans l’expérience sensible des œuvres du corpus.

Ces deux points de vue ont des similitudes fortes car comme l’explique Stanislas Dehaene [DEH 2010], nous utilisons le même format de représentation mentale et les mêmes aires cérébrales pour représenter notre esprit et celui des autres :

ainsi, métacognition et représentation des autres partagent certains mécanismes cérébraux. Cependant, l’interprétation de ce recouvrement reste ambiguë. soit nous disposons d’une représentation détaillée de nous-mêmes et nous utilisons ce « réseau du soi » pour simuler l’esprit des autres et tenter de le comprendre ; ou bien, nous ne disposons pas d’un système spécifique d’introspection, mais notre connaissance est fondée sur l’auto-observation répétée : nous représentons notre comportement et inférons notre état d’esprit comme nous le ferions de celui d’une autre personne, mais nous disposons simplement d’un peu plus de données sur nous-mêmes que sur les autres. [DEH 2010]

Dans les deux cas, notre subjectivité sera notre premier moyen d’accéder à la connaissance en nous forgeant une représentation.

2/ Application à notre sujet de recherche

Notre recherche vise à explorer les potentialités narratives des œuvres d’art génératif s’appuyant sur des flux de données. Dans l’art génératif, l’artiste délègue à l’œuvre elle-même une partie ou la totalité  de sa capacité créatrice. Cette forme d’art touche à l’ensemble des domaines artistiques (image fixe et animée, son, texte) et a vu ses possibilités exploser avec l’arrivée de l’informatique. Lors de la programmation, l’artiste définit le degré d’autonomie et d’indépendance que l’œuvre pourra avoir.

L’art génératif basé sur un flux de données en temps réel émerge de façon protéiforme dans la continuité du Net Art en prenant pour objet :

  • les données du web1,
  • des données spatiales ou de gestuelle dans le cas d’installations interactives,
  • des données issues d’une pratique sociale spécifique  ((     Homeostatic de Lionel Maes, 2008, une œuvre qui permet de visualiser des mots provenant des agences de presse, les flux boursiers avec All over de Samuel Bianchini en 2009, Mutations de Sophie Itey, Joseph Larralde et Arnaud Dubarry (Les Morphogénistes) en 2013-2014, œuvre construite à partir des données du trafic de la communauté urbaine de Bordeaux.)).

L’art du flux n’a pour l’instant pas ou peu été capable de raconter des histoires. Pourtant, selon nous, il met en jeu un rapport au réel et un rapport au temps propices à la narration.

Afin de vérifier cette hypothèse, nous souhaitons combiner deux approches :

  • une approche théorique qui applique les apports de la recherche en narratologie à l’objet d’études (analyse des facteurs favorables et défavorables) puis confronte cette analyse à un corpus d’œuvres,
  • une approche technico-pratique par la réalisation de prototypes (ou « démos »).

Concernant les possibilités narratives de cet art du flux, nous attendons de la démarche de création qu’elle nous permette de pointer précisément les freins et les éléments facilitateurs.

Nous nous sommes interrogées sur cette rupture supposée avec le postulat d’objectivité scientifique qui semble constitutive de la relation entre recherche et création :

La nature paradoxale de cette relation pose problème dans un milieu où les critères de recherche sont basés sur les principes propres à la pensée classique occidentale, porteuse de l’idée que la valeur de la recherche, qu’elle soit scientifique ou universitaire, dépend de l’objectivité du sujet par rapport à son objet et que toute approche qui ne répond pas à ces critères ne peut avoir de valeur pour l’avancement des connaissances. [LAF 2009 ; 65]

Mais le paradoxe de Comte, cette idée que l’esprit humain pourrait observer directement tous les phénomènes excepté les siens propres (Auguste Comte cité par Stanislas Dehaene [DEH 2010] ), est facilement réfutable. Les choix méthodologiques et éthiques du chercheur peuvent permettre de concilier objectivation et subjectivité. C’est ce que nous avons tenté de faire en construisant notre méthode de travail.

3/ La méthode choisie

Allier la méthode heuristique et l’auto-explicitation

Selon le paradigme post-positiviste (qui s’est développé à partir des années 1980 avec la recherche qualitative, le constructivisme, le naturalisme [BRU 2007 ; 42]), il devient possible d’objectiver sa subjectivité afin de produire des données utilisables dans le cadre rigoureux de la recherche scientifique.

Claude Paquin, dans ses cours de méthodologie de la recherche création2, évoque notamment la méthode heuristique développée par le psychologue Clark Moustakas dans les années 60 [MOU 1990] puis condensée et appliquée par Eric Craig aux sciences de l’éducation en 1978. Il s’agit d’une méthode d’inspiration phénoménologique qui permet au chercheur d’investiguer un phénomène dans lequel il est lui-même immergé. Le processus se décompose en quatre phases :

  1. la question (engagement initial) qui demande au chercheur d’être conscient d’une question, d’un problème ou d’un intérêt ressenti de manière subjective

  2. l ’exploration (immersion + incubation), où le chercheur explore la question à travers l’expérience

  3. la compréhension (illumination + explication), où le chercheur clarifie, intègre et conceptualise les découvertes faites lors de l’exploration

  4. la communication (synthèse créative + validation), où il s’agit pour lui d’articuler ses découvertes afin de pouvoir les communiquer à d’autres [PAQ 2014]

Cette méthode s’appuie sur le modèle de la créativité (voir par exemple les travaux de Mihály Csíkszentmihályi), elle est donc particulièrement adapté à une démarche de recherche création. Claude Paquin préconise de la pratiquer sous forme de cycles en alternant les périodes de création (point 2) et de réflexion (point 3).

Nous proposons d’utiliser la méthode de l’auto-explicitation ((         Cette méthode est évoquée rapidement par Serge Bouchardon dans : Bouchardon S. The research and creation approach in digital literature. In Université Paris 8; 2013. ))* mise au point par le psychologue Pierre Vermersch pour produire des données utilisables dans la phase d’exploration et d’illumination. Elle découle directement de la méthode des entretiens d’explicitation : il s’agit de décrire un vécu afin de documenter l’activité d’un sujet.  Dans Les bases de l’auto-explicitation [VER 2007], Vermesch évoque le statut de l’introspection et explique pourquoi il était indispensable de mettre au point une méthode répondant aux mêmes exigences que toute autre recherche. Elle s’appuie sur trois vécus :

  • le vécu de référence qui a vocation d’être explicité est noté V1,
  • le vécu du moment où l’on pratique l’introspection (pour viser V1) est noté V2,
  • enfin V3 représente le temps où l’on prend comme objet d’étude les actes introspectifs eux-mêmes.

Les recherches en psychologie expérimentale sur l’introspection confirment la validité de cette pratique quand V2 suit immédiatement V1 :

(…) le rapport verbal peut être extrêmement fidèle lorsqu’il est direct et qu’il décrit le contenu présent de la mémoire à court terme. dans ces conditions, il existe une correspondance étroite entre ce que les sujets disent et ce qu’ils font : l’introspection est crédible et utile. [DEH 2010]

Modélisation de la démarche

La démarche de recherche création peut être modélisée sous la forme d’un système de production de connaissance, connaissance matérialisée par la production textuelle (thèse, articles scientifiques…).

aaa-imageaaab-image

Modélisation du système de recherche création

 

Comme nous l’avons vu avec le schéma d’expérience de Serge Bouchardon, en recherche création, l’artiste-chercheur est également confronté aux œuvres d’autres artistes. Il est possible de représenter cette expérience de manière symétrique à l’expérience de création : une expérience sensible est vécue, cette expérience est objectivée par l’auto-explicitation (cases 2 et 3), la production artistique est également confrontée au concept (cases 1 et 4).

aaac-image

Diagramme d’activité de la recherche création

 

Ces activités s’intègrent dans une boucle de rétroaction assez similaire qui vient alimenter le système de production de connaissance.

Nous pouvons ainsi construire deux diagrammes de séquence sur le même modèle, l’un pour l’expérience de création d’une œuvre, l’autre pour l’expérience sensible de l’œuvre d’autres artistes.

aaad-imageDiagramme de séquence 1

 aaae-imageDiagramme de séquence 2

Premiers résultats

Les premières tentatives d’auto-explicitation que nous avons menées après une phase d’ illumination semblent fructueuses.

Nous travaillons sur une œuvre appelée Lucette, gare de Clichy. Il s’agit d’un projet d’œuvre générative, visuelle, sonore et textuelle, connectée en temps réel avec l’API « Prochains départs » du Transilien (SNCF).

Lucette habite juste en face de la gare de Clichy-Levallois. De sa fenêtre, elle voit les voyageurs sortir de la gare. Sa vie est rythmée par les trains qui passent et qui lui amènent, ou pas, des visites. Ces trains, avec leurs petits noms étranges et familiers, sont autant de personnages qui viennent rendre visite à Lucette. Il y a des journées pleines de vie et des jours de solitude.

Le problème qui s’est posé à nous au départ a été de savoir comment gérer les temps d’attente entre deux trains car ceux-ci pouvaient durer de 1 minutes à 10 ou 20 minutes, voire davantage. Nous avons imaginé créer 3 modes temporels : un mode rapide quand la fréquence des trains est élevée, un mode moyen et un mode lent. Nous avons créé un premier prototype à partir de ce concept.

aaaf-imageLucette, gare de Clichy, prototype 1

 

Cependant, la forme n’était pas satisfaisante pour nous, elle était trop confuse et éloignée de notre matériau de base, les données. Nous avons alors imaginé un deuxième prototype qui s’appuie sur une forme triptyque.

aaag-imageLucette, gare de Clichy, prototype 2

 

À l’issue d’une phase d’illumination (si l’on reprend les termes de la méthode heuristique) V1, nous avons réalisé une séance d’auto-explicitation V2. Nous avons analysé un mois plus tard ces données textuelles (V3). Ce processus nous a permis de découvrir l’importance de la logique causale induite par la forme visuelle du triptyque.

aaah-image

 

La méthode heuristique nous a permis de contrôler et de repérer les différentes phases du travail de création. La technique d’auto-explicitation en phase d’illumination nous a permis de documenter l’expérience de création et de faire apparaître les apports de la création à la recherche.

Nous expérimenterons cette méthode au cours de notre doctorat dans les mois à venir afin d’en vérifier l’opérabilité.

Bibliographie

[BIA 2009] Bianchini S, Boissier J-L, éditeurs. R & C recherche & création art, technologie, pédagogie, innovation. Montrouge Nantes [i.e. Nancy]: Burozoïque les Éd. du Parc – École nationale supérieure d’art de Nancy; 2009. 1 vol. (259 p.).

[BOU 2011 ; 121] Bouchardon S, « Ludicité et lucidité dans Les 12 travaux de l’internaute », E-formes 2 – Au risque du jeu, sous la direction de Maza M. et Saemmer A., Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 121-129.
[BOU 2013] Bouchardon S. La valeur heuristique de la littérature numérique. Paris, France: Hermann, impr. 2013; 2013. 340 p.

[BRU 2007] Bruneau M, Villeneuve A, éditeurs. Traiter de recherche création en art: entre la quête d’un territoire et la singularité des parcours. Québec, Canada: Presses de l’Université du Québec; 2007. xxii+419 p.
[DEH 2010] Dehaene, S. Introspection et métacognition : les mécanismes de La connaissance de soi. Cours au Collège de France 2010-2011 [Internet]. Disponible sur : https://www.college-de-france.fr/media/stanislas-dehaene/UPL2459176694857019989_dehaene.pdf

[DUB 2014] La recherche-création : Territoire d’innovation méthodologique | du 19 au 21 mars 2014 [Internet]. [cité 29 avr 2016]. Disponible sur: http://www.methodologiesrecherchecreation.uqam.ca/

[GOSS 2006]  Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006.

[LAF 2009]  Laflamme Y. La science de l’art/l’art de la science : une synergie propre à un nouvel esprit scientifique en recherche création. In: Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006, p. 65-76.

[LAN 2006] Lancri J. Comment la nuit travaille en étoile et pourquoi. In : In: Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006, p. 9-20.

[LAN 2001] Lancri J. Modestes propositions sur les conditions d’une recherche en Arts Plastiques à l’Université [Internet]. CERAP – Centre d’Etudes et de Recherches en Arts Plastiques. [cité 30 avr 2016]. Disponible sur: http://cerap.univ-paris1.fr/spip.php?article24

[LEL 2003 ; 32]  Leleu-Merviel S. Les désarrois des « Maîtres du sens » à l’ère du numérique. In: Hermès, éditeur. Hypertextes, hypermédias Créer du sens à l’ère numérique H2PTM’03 [Internet]. Lavoisier; 2003. p. 17‑34. Disponible sur: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00467743

[MOU 1990] Moustakas CE. Heuristic research: design, methodology, and applications. Newbury Park: Sage Publications; 1990.

[NIC 2009 ; 5] Nicolas-Le Strat P. Moments de l’expérimentation. Montpellier: Fulenn; 2009.

[PAQ 2014] Paquin L-C, « Les cercles heuristiques  : une méthodologie de recherche-création », Montréal, Colloque La recherche création, territoire d’innovation méthodologique, 2014. Disponible à l’adresse suivante :

https://www.academia.edu/11140370/Les_cercles_heuristiques

[REN 2015] « L’artiste, un chercheur pas comme les autres », Hermès, La Revue 2015/2 (n° 72).

[SAE 2011] Saemmer A, Maza M. E-formes 2 au risque du jeu. Saint-Etienne: Publications de l’Université de Saint-Étienne; 2011.

[SIC 1995] Sicard M, éditeur. Chercheurs ou artistes ?: entre art et science, ils rêvent le monde. Paris, France: Autrement, DL 1995; 1995. 233 p.

[VER 2007] Vermersch P, Bases de l’auto explicitation, Expliciter, 69, 2007, p. 1-31. Disponible à l’adresse suivante :

http://www.grex2.com/assets/files/expliciter/bases_de_l_autoexplicitation_un_expliciter_69_mars_2007.pdf

  1.           Listening post de Mark Hansen et Ben Rubin, 2001, l’une des premières œuvres qui prend comme matériau le flux de données du web, le « Google Art ». []
  2. [1]            http://lcpaquin.com/metho_rech_creat/index.html []

Appréhender le discours politique sur Twitter en tant que sémiosphère

Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie)

Tatiana Kondrashova
Doctorante en 2ème année à l’Université de Bourgogne.
Thèse : Sémiosphère des discours politiques sur Twitter. Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie).
Sous la co-direction du Professeur J.-J. Boutaud et d’Alex Frame (MCF).

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Twitter en dix ans d’existence (création en 2006) est devenu un média important dans l’espace numérique international. Il totalisait en 2014, 900 millions de comptes dans le monde dont un tiers était actif1. Cette plateforme représente donc un élément essentiel du paysage médiatique. En raison même de cette présence dans l’espace public numérique, les hommes/femmes politiques l’intègrent régulièrement dans leurs stratégies de communication. A titre d’exemple, en France 408 députés sur 577 possèdent leur compte Twitter dont 346 sont actifs2. Néanmoins, cette présence médiatique des acteurs politiques sur Twitter ne semble pas avoir révolutionné en profondeur leurs relations avec les internautes. Les interactions, au sens d’échanges directs entre ces différentes instances, restent minoritaires (Jackson et Lilleker, 2011 ; Larsson et Moe, 2013 ; Small, 2010 ; Frame & Brachotte, 2015).

Néanmoins, de ‘nouvelles’ formes de communication politique (Longhi, 2013 ; Zlitni et Liénard, 2011) émergent au sein de ce réseau socionumérique (Coutant et Stenger, 2010). Dans un espace discursif (Thimm et al., 2012) propre à Twitter des mini publics délibératifs se forment autour d’un élément de contextualisation qu’est le hashtag (Thimm et al., 2015). Un acteur politique voulant faire partie de ces mini publics adapte son discours au style Twitter, en y intégrant des éléments technodiscursifs (Paveau, 2012) et le langage sémiotique du dispositif. Ainsi, ses tweets s’inscrivent-ils dans la continuité des discours circulant dans la twittosphère. Continuer la lecture de Appréhender le discours politique sur Twitter en tant que sémiosphère

  1. Les données de 2014, source : http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?article2109, consulté le 9 juin 2016 []
  2. Les données de 2013, source : http://www.augure.com/wp-content/uploads/2014/04/radiographie-deputes-francais-twitter.pdf, consulté le 28 mai 2016 []

Méthodologie de la constitution et de l’exploitation de corpus oraux pour une analyse multimodale

Sophie Fiorèse
ELLIADD, UBFC, Doctorante en troisième année sous la direction de Katja Ploog.
Thèse : La gestualité co-verbale : une ressource pour l’interaction exolingue

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Pour cette contribution nous proposons d’exposer la démarche méthodologique que nous appliquons pour la constitution et l’exploitation de corpus oraux. Notre recherche porte sur la gestualité co-verbale de locuteurs en conversation exolingue. Nous cherchons à mettre en lumière la place qu’occupe la gestualité co-verbale et ce qu’elle apporte à la co-construction du sens et de l’interaction dans ce type de conversation. Par conséquent notre objet de recherche nous amène à recueillir des enregistrements vidéo de conversations spontanées. Ces données recueillies sont ensuite soumises à une analyse multimodale. Nous proposons de présenter la démarche que nous suivons incluant les étapes clés et les réflexions que la constitution et l’exploitation d’un tel corpus soulèvent. Dans un premier temps, nous présenterons brièvement notre cadre théorique et nos données à savoir des conversations exolingues dans des lieux privés. Nous expliquerons les raisons de ce choix pour ensuite expliciter les précautions à prendre dans l’exploitation d’un tel corpus. Nous nous attèlerons ensuite à présenter l’étape de transcription des corpus oraux. Cette phase soulève de nombreuses questions quant aux normes de transcriptions à appliquer pour représenter l’ordre oral à l’écrit. Elle relève d’autant plus du défi lorsque l’on souhaite appliquer une approche multimodale au corpus. Nous nous pencherons plus particulièrement sur la transcription à des fins de publication en terminant notre exposé par quelques exemples de transcriptions qui réunissent différentes modalités. Continuer la lecture de Méthodologie de la constitution et de l’exploitation de corpus oraux pour une analyse multimodale

Appropriation de la compétence écrite de jeunes adultes malaisiens en milieu exolingue et endolingue pour une meilleure intégration dans un établissement supérieur français

Problématique de l’écrit dans une situation d’apprentissage du FLE : Difficultés liées à la reprise anaphorique et  la reformulation de textes

Lai Wan Ho
Laboratoire ELLIADD, thèse sous la direction de Mohamed Embarki

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Questions de recherche :

  1.  Comment définir et interpréter la compétence écrite d’un public ?
  2. Comment peut-on calibrer les compétences écrites d’un public à un niveau d’écrit de type universitaire ?
  3. Quels sont les modèles qui privilégient l’écrit :  modèles s’appuyant sur des théories sous-jacentes et des démarches opératoires servant comme prescriptifs et mesures de remédiation aux problèmes soulevés ?

1.0  Pour aborder le sujet ci-contre, nous devons parvenir à expliquer plus profondément les notions qui tournent autour de la compétence écrite.  Ces notions sont notamment les compétence linguistique, discursive et stylistique.  Afin de pouvoir éclairer le cheminement des cours de Linguistique générale de l’époque de Saussure jusqu’à la génération moderne et actuelle, nous ne prenons davantage qu’analyser les notions clés des courants linguistiques de F. de Saussure, E. Benveniste, N.Chomsky, J.M. Adam ainsi que ceux de Georges Molinié et Pierre Cahné.

La compétence linguistique est celle qui renvoie aux définitions du champ linguistique selon Saussure notamment celui du système dont la sémiologie consiste en morphologie,  grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique,stylistique et lexicologie.

F.de Saussure (1916-1972) avait poursuivi une étude sur l’activité langagière comme étant une éspèce d’activité parmi, celle qu’on a appelé la “faculté de langage”, le langage comme capacité propre à l’espèce humaine.  Nous avons défini ailleurs (Schneuwly, Bronckart et al. 1983) les conditions nécessaires à l’apparition du langage.  C’est le résultat d’une fusion de deux fonctions auparavant séparées:  la  représentation et la communication.

D’un autre côté, E. Benveniste a défini et interprété la compétence linguistique comme la distinction entre la langue et la parole et aussi du discours. Selon Benveniste, on parle des champs d’énonciation qui s’articulent sur la sémiotique et la semantique.  La sémiotique traite du système de la langue tandis que dans la sémantique, il s’agit des domaines de l’énonciation et du discours.  Avec le discours, on découvre la pragmatique et le référent ou le contexte. Donc les compétences discursives et référentielles pourront être liées à la compétence linguistique.  Par ailleurs, la compétence linguistique d’après N.Chomsky parle de la compétence et la performance :  la compétence ‘inné’ d’un locuteur et  la capacité de s’exprimer à l’oral et à l’écrit. La grammaire générative en tant que « grammaire philosophique » de N. Chomsky opère sur le système des opérations transformationnelles qui lient les structures profondes aux structures de surface.  Ce qui différencie la grammaire générative de la linguistique structurale de Saussure est que la première s’exprime sous forme de propositions qui ne se limitent pas aux règles linguistiques mais qui amènent les apprenants, par les activités mentales, à découvrir et à construire de nouvelles règles.  Au contraire, la lingusitique structurale fonctionne sur les bases de la segmentation et de la classification.  La structure est limitée et soumise strictement aux règles linguistiques. On appelle ce système « un langage institué ».

Finalement la compétence stylistique selon Georges Molinié et Pierre Cahné dans leur ouvrage ‘Qu’est-ce que le style ? » se sont intérrogés sur la place de la stylistique dans la langue. D’après l’ouvrage,  la stylistique est l’étude des procédés du discours dans leur contexte. Cette première fait partie d’une discipline issue de la rhétorique et de la linguistique

Par ailleurs, J.M Adam (1990) dans son ouvrage ‘Eléments de lingusitique textuelle – théorie et pratique de l’analyse textuelle’ a mis tant de dynamisme sur le champs de la Lingusitique Générale.  L’ouvrage ci-mentionné avait discuté avec profondeur et très largement sur le texte et la textualité étant objet de l’étude.  L’auteur a même expliqué la logique de la comparaison entre texte et discours ainsi que la place de la sémantique et la grammaire dans la linguistique textuelle et enfin “la pragmatique textuelle” dans l’analyse du discours.

Le courant linguistique de J.M. Adam et ses apports s’intéressent énormement aux étudiants de L2 qui poursuivent un parcours d’amélioration à l’écrit.  Les approches proposées par le courant de la linguistique textuelle de J.M. Adam pour le but d’améliorer l’écrit sont celles qui s’appuient sur l’exploitation des textes écrits, l’analyse du discours de textes écrits, des opérations co-textuelles et contextuelles et finalement les opérations mises en place relèvent de processus de linéarisation, de segmentation ainsi que ceux de textualisation.

2.0  Notions de cohérence et cohésion  

Les notions de cohérence et cohésion sont généralement liées aux champs de la Linguistique Textuelle et plus particulièrement à la compétence de l’analyse textuelle.

‘La notion de cohérence est généralement caractérisée par une approche plus large quii souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.’  (M.Charolles et Jauss, 1988)

M.Charolles avait ensuite fait une distinction entre la cohérence et celle de la cohésion. La notion de la cohésion selon Charolles correspond à la fonction intertextuelle et l’interphrastique du texte. La cohésion concerne véritablement la dimension à l’intérieur du texte tandis que la cohérence est plutôt concernée par la dimension extérieure.  La fonction d’intratextuelle et d’intraphrastique sont des phénomènes relévant de la cohérence et le lecteur joue le rôle du recepteur à juger et interpréter le texte ou entre deux ou trois textes.

Un texte qui se proclame d’avoir une structuration thématique dans son organisation textuelle possède une force cohésive et tenue par des traits extralinguistiques tels que des anaphores sous forme de : référence,substitution, permutation, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.   D’ailleurs ce même texte est engendré par une force cohérente et aussi tenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme des enchainements interphrastiques,  connecteurs  logiques argumentatifs aussi bien que la reprise et répartition des éléments  thématiques et  rhématiques au sein du texte.   Exemple de ce type de redaction transformationelle est un résumé.

Cependant, pour aborder  des textes (plus de 2 textes) on procède par  des moyens   linguistiques tels que la progression thématique :  cohérence et cohésion

Il faut rappeller que la notion-clé de la cohérence concerne les textes ou entre les textes qui possèdent une force cohésive et tenus par les  traits extralinguistiques tels que des         anaphores sous forme de  référence, substitution, ellipse,  permutation, conjonctions et cohésion lexicale.   D’autre part, entre les  textes il y existe une fonction de cohérence  et aussi soutenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme  d’enchainements interphrastiques et  intraphrastiques, connecteurs logiques argumentatifs et la reprise et répartition des éléments thématiques et rhématiques entre les textes.

Exemple de ce type de redaction transformationelle est une synthèse.

2.1 Modèles théoriques choisis qui sous-tendent l’étude des notions clés de la cohérence et cohésion textuelle

 Avec pour but d’approfondir l’étude et l’analyse sur les notions de cohérence et cohésion qui correspondent aux critères pour la production des écrits de type universitaire et ainsi pertinentes pour cette thèse, nous avons choisi trois modèles théoriques notamment celui de M.Charolles (1988) « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », celui de l’approche qui élabore l’analyse de la cohésion textuelle de M.A.K Halliday et R. Hasan (1976) « Cohésion in English » et finalement celui du modèle d’analyse textuelle de discours de J.M. Adam (2011) « La Linguistique Textuelle ».

2.2  Fondements du modèle théorique de M.Charolles sur les notions de la cohérence et  cohésion

Selon M.Charolles (1988), une de distinctions majeures entre les notions de la cohérence et la cohésion est celle concernant les rapports avec l’émetteur-recepteur du texte d’une part et d’autre part, l’interprétabilité du recepteur/lecteur du texte.  Comme l’explique M.Charolles dans son ouvrage « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », la notion de la cohésion est généralement mise en rapport avec la linéarité du texte, les enchaînements entre les propositions et les moyens formels dont dispose l’émetteur pour assurer ces enchaînements.  La notion de la cohérence, en revanche, est généralement caractérisée par une approche plus large qui souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.   Pour la pratique, Charolles nous propose de regarder les distinctions ou les frontières qui divisent les phénomènes théoriques relevant de la cohésion et ceux qui relèvent de la cohérence. Nous avons à amener à démontrer une distinction pertinente par la voie de deux perspectives notamment l’étude sur la dimension thématique du texte et celle sur l’interprétation qui correspond à la vision du monde du recepteur/lecteur du texte.  A vrai dire, M.Charolles (1978) ne fait pas de distinction entre cohésion et cohérence et celui-ci a même proposé quatre règles en ce qui concerne la cohésion et cohérence textuel.

Les apports linguistiques de Charolles aux problèmes relevant de l’organisation textuelle ou du dysfonctionnement d’un texte sont ceux concernant du traîtement techniques qui visent à mieux cerner la mise en page d’un texte au niveau de la cohérence textuelle:  intertextuel et intratextuel par l’emploi des marqueurs de connecteurs logiques notamment de type concession et de l’adjonction. Les opérations interphrastiques et intraphrastiques dans une démarche d’un traîtement textuel doivent être rigoureux afin de mieux organiser un texte:  contenus, localisation et délocalisation des marqueurs temporels et spatiaux, points de ponctuation, la mise en page, etc.  D’autre part, la cohésion représente un moyen d’étudier les relations entre les propositions constitutives d’un texte. Dans cette première, il s’agit éssentiellment d’une analyse à décrire la nature des liens formels perceptibles à la surface textuelle.  Pour entretenir une meilleure compréhension sur la notion de la cohésion d’un texte, nous allons arriver aux études approfondies faites sur ce sujet par M.A.K Halliday et R.Hasan dans leur ouvrage “Cohésion In English” (1976).

2.3  Fondements du modèle théorique de M.A.K Halliday et R.Hasan sur la notion de la  cohésion

Dans leur ouvrage « Cohesion in English » (1976) Halliday et Hasan entreprennent à l’époque, une analyse approfondie des marques linguistiques de continuité textuelle en anglais.  Dans cet ouvrage « Cohesion in English », ces deux auteurs abordent en détails plutôt la notion de cohésion et non plus la « cohérence ». On a amené à étudier le concept du texte avant tout.  Le concept de cohésion renvoie au texte qui pourrait être sous forme d’un discours, oral ou écrit, prosaïque ou poétique, dialogue ou monologue   Un texte est une unité fonctionnelle langagière.  C’est une unité sémantique :  Il ne s’agit pas de forme, mais du sens.

Selon Halliday et Hasan, le fait qu’un récepteur soit capable de reconnaître ‘un texte’ dans une suite de phrases implique l’existence dans ce texte de certains traits linguistiques qui contribuent positivement à cette unité textuelle.   Le concept du “texte” et de la “ textualité” pourrait être expliqué d’une manière appropriée par ses propriétés textuelles.  Un exemple pour exposer cette rationalité est le suivant:

“ Wash and core six cooking apples.  Put them into a fireproof dish.”

Lave et épluche six pommes de cuisson.  Mets-les sur une assiette résistante au feu. » La fonction anaphorique de « les » joue comme élément cohésif de ces deux phrases ci-dessus.   Tandis qu’on les interprète comme étant une unité entière.

Ensuite la textualité de ces phrases est attestée par la relation entre them (les) et six cooking apples (six pommes).

Par ailleurs, on peut parler du sens de la relation cohésive entre « them » et « cooking apples ». Il y existe un co-référent entre les deux éléments.  La nature de la cohésivité de ces éléments attribue à la textualité de ces phrases ainsi attestant la co-référence de « them »et « six cooking apples ».   L’expression de cet élément de co-référencialité est présente sous forme d’un item anaphorique « them » et un item cible « six cooking apples ».

Puisque le concept de la cohésion est une entité semantique au sein du texte, selon Haliday et Hasan, il y existe sans doute, des éléments d’interprétation qui sont interdépendables :  les éléments de la présupposition et présupposé ont été intégrés au texte-dit.  Revenant encore à l’exemple ci-dessus.  Le pronom « them » présuppose ou renvoie à quelque chose outre que celle qui existe.  Ce pré requis en fait est rempli par la phrase précedente « six cooking apples ».  La présupposition donc fournit la cohésion entre les deux phrases et par conséquent, crée un texte.

Les procédés utilisés pour établir des liaisons entre les informations anciennes et nouvelles et ensuite classées grammaticalement et lexicalement sous cinq grandes rubriques :  référence, substitution, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.  On abordera aussi d’une manière approfondie deux catégories de cohésion notamment la cohésion grammaticale et celle de lexicale.

2.3.1  Référence

C’est la relation entre un élément d’un texte et d’une autre chose référentielle qui est interprétable dans un moment donné.  La référence est une relation potentielle cohésive car celle qui sert comme source de l’interprétation pourrait être un élément textuel. Un item référentielle dont l’interprétation est déterminée de cette manière.  L’interprétation se fait dans une de deux formes:  soit identifié avec le référent-dit, soit subi à une comparaison avec le référent-dit.

Nous pourrons resumer ce sens référentiel par utilisant le terme de “CO-INTERPRETATION”.   Il y a une connection semantique entre l’item référentiel et celui qui présuppose:  mais cela ne veut pas dire que les deux possèdent nécssairement le même référent. Ceci veut dire que l’interprétation de cet item référentiel dépend d’une manière ou d’autre de celui du présupposé.  La co-référence se présente comme une forme particulière que la co-interprétation pourrait s’identifier c’est-à-dire que les deux items en effet se référent à la même chose.  En revanche, le concept général qui soutient la relation cohésive de référence et qui véritablement attestent les fonctions cohésives de pronoms personnels (exemples: elle, il, nous etc.), pronoms démonstratifs (exemples, celui, celle, ceux-ci, ces, ce, cet etc.) et les comparatifs (tels que plus bon que, plus mauvais, mieux que  etc.) dans leur capacité textuelle, est celle de la co-interprétation. Un item référentiel est celui qui est interprété par la référence à quelque chose d’autre.  C’est sur ce principe de co-interprétation que définit le rôle de la semantique d’un texte.

2.3.2   Substitution

Le terme « substitution » prend une forme d’une relation cohésive.  C’est un processus simple , selon Halliday et Hasan ‘Cohesion In English’, qui implique le remplacement d’un item par un autre.  La substitution se distingue de la référence par la relation présente dans la graphie plutôt que dans le sens.  Cela pourrait être classifié selon de nombreux types de  relations cohésives. Le processus de la substitution est un phénomène complexe qui correspond souvent aux critères sémantique et grammatical.  Le principe de distinguer la référence de la substitution est clair :  le terme de « substitution » renvoie au niveau lingusitique et cela s’explique par les mots et phrases alors que celui de « référence » est une relation sémantique.  Dans le système linguistique, la « référence » se place au niveau sémantique alors que la « substitution » se trouve au niveau lexicogrammatical, le niveau de la grammaire et vocabulaire/lexique, ou la forme linguistique.

2.3.3    Ellipse

Ellipse (ellipsis en anglais) :  en anglais, les éléments d’éllipse existent assez fréquent dans un discours.  En français, la notion d’éllipse pourra être expliqué par le-non dit ou un présupposé dans un discours.  Cependant, ces non-dits ou présupposés dans un discours renvoient toujours à un référent.  C’est à dire il y a toujours un contexte dans un discours ou une conversation.

Exemples :

Je sais que Natalie viendra.  Je le sais. «  le » renvoie à « que Natalie viendra »

Jeanne a acheté des fleurs, et Catherine, des plantes vertes.  La structure consiste de deux propositions (clauses en anglais).  La structure de la deuxième proposition est celui du sujet et complément.  Le présupposé dans la deuxième proposition pourrait être interprété comme « Catherine a acheté des plantes vertes. Dans ce cas-ci, il possède une quasi-fonction-anaphorique c’est-à-dire, éviter une redondance de dire le verbe « acheter ».

Ellipse est « la substitution à zéro ».  Malgré la similitude entre la substitution et l’éllipse au niveau de la relation fondamentale entre les parties d’un texte (la relation entre mots ou groupes ou phrases comme on la distingue de la « référence », qui est une relation impliquant le sens), elles, ce sont deux types de mécanismes structuraux différents et donc, montrent des patterns, plutôt différents.

Le point du départ d’une discussion de l’éllipse être une notion familière c’est-à-dire « quelque chose non-dit ».  Il n’y a aucun prétexte que le non-dit n’est pas compris ; au contraire, ‘le non-dit’ est ‘compris de toute façon’.

Lorsqu’on parle d’ellipse, on en réfère plus précisément aux phrases, clauses, etc. dont la structure, plus ou moins, présuppose quelques items qui les précèdent.  Un item eclliptical est celui qui laisse des créneaux spécifiques pour être rempli venant de sources diverses.  Cela s’applique également au cas de la présupposition par substitution.  C’est pourquoi on dit que l’ellipse est considérée comme « substitution à zéro ».

2.4  Fondements du modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la  cohérence textuelle, l’analyse textuelle ainsi que les notions du texte et textualité.

Dans cette partie, nous aborderons le modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la cohérence textuelle à travers de ses analyses du discours et textuelle.  La linguistique textuelle sera étudié selon le point de vue de ce linguiste. D’autres notions telles que le texte et la textualité seront également traîtées dans cette partie.  Ensuite nous nous intéresserons à un courant qui se caractérise par une approche plutôt pragmatico-cognitive, et qui sera représenté par J.M Adam (1990, 1992 et 1999) notamment).  Nous mettrons en avant la visée pragmatique, concrétisée aussi bien par des « actes de langage » que par une finalité au niveau global du texte.  Nous sommes particulièrement intéressé par un point commun entre ces trois courants : le fait qu’ils mettent l’accent sur l’articulation du texte au contexte bien que celui-ci ne soit pas abordé de la même manière chez les uns et les autres des auteurs consultés.  C’est cet état de choses qui justifie notre choix méthodologique, lequel sera clarifié au fur et à mesure de la présentation de ces courants.  Nous montrerons par ailleurs en quoi ceux-ci nous sont utiles et de quelle manière nous envisageons de les exploiter dans notre recherche.

Comme Michel Charolles qui a privilègié l’écrit par ses recherches sur la cohérence textuelle ainsi que les stratégiés qui tournent autour de la cohésivité de textes écrits, Jean Michel Adam par contre, s’intéresse véritablement sur l’amélioration et l’appropriation de la compétence écrite et cette dernière c’est à dire l’appropriation de la compétence écrite nous amène à analyser plus profondement les productions écrites d’un jeune public malaisien et ces échantillons de travail écrit font partie du corpus bâti pour l’élaboration de cette thèse.  Cette analyse et étude sur ce corpus malaisien a pris de l’ampleur dans cette thèse.  Les recherches et travaux de Jean Michel Adam sur les notions du texte et de la textualité et celles de l’analyse du discours et l’analyse textuelle ont été pris comme étant références et ainsi établis comme instruments de calibrage de niveaux d’écrit aussi bien que ceux de remédiation quant aux problèmes soulevés dans le corpus (de productions écrites) du public malaisien.

2.4.1  Notions du texte et de la textualité

Etant une unité semantique, un texte est réalisé sous forme des phrases et cela interpréte comment la relation d’un texte à une phrase se fait d’une meilleure façon. Une série de phrases relatives reliées à une phrase entière dans un cas limité représente un texte comblé ou realisé.  Alors, l’expression qu’un texte est une unité semantique est liée à la cohésion des phrases dont elles se composent.

La linguistique textuelle de J.M Adam (2005) nous a amené à repenser les rapports entre contexte,co-texte et texte(s).  Dans le « Dictionnaire d’Analyse du Discours » (2002) sous la direction de Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau, le discours est conçu comme l’inclusion d’un texte dans son contexte (= conditions de production et de réception) (Adam 1999 : 39).

Pour aborder le concept de contexte, il est nécessaire de faire une distinction entre texte et discours (Adam 1990 : 23 et 1999 : 39) en penchant sur Discours = Texte + Contexte/conditions de production et de réception-interprétation et de son symétrique alors que Texte = Discours Contexte/conditions de production.   En d’autres termes,il semble que,pour parler du TEXTE, le linguiste soit tenu ou de sortir de sa discipline ou de s’engager dans une redéfinition de son objet.

Un discours est un énoncé caractérisable certes par des propriétés textuelles,mais surtout comme un acte de discours accompli dans une situation (participants,institutions lieu, temps) ; ce dont rend bien compte le concept de « conduite langagière » comme mise en oeuvre d’un type de discours dans une situation donnée.  Le texte en revanche, est un objet abstrait résultant de la soustraction du contexte opérée sur l’objet concret (discours).  Bref, un TEXTE est un objet abstrait.  Par contre, un DISCOURS est un objet concret produit dans une situation déterminée.

3.0  Conclusion sur le cadre théorique de l’analyse des textes

Au début de la partie du cadre théorique jusqu’au présent, nous avons défini la notion de texte, notion centrale dans notre recherche, dont nous avons relevé les caractéristiques.  Celles-ci peuvent être transposées aux textes de notre corpus, mais il faut signaler que les textes d’étudiants n’auront pas la même complexité que ceux produits dans des situations autres que le cadre d’enseignement/apprentissage.  C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à des notions telles que la cohérence, la cohésion, la progression textuelle, les reprises anaphoriques, les types de textes, les processus de linéarisation, segmentation et textualisation,etc.  Ces notions ne s’avèrent pertinentes lorsqu’il s’agit d’analyser des textes d’apprenants dans lesquels on essaie de trouver des traces d’apprentissage, de repérer des dysfonctionnements ou d’élaborer des stratégiés d’apprentissage.  Or, nous ne saurions pas nous contenter de définir quelques notions pour procéder à une telle analyse.  Nous nous devons en outre d’évoquer des courants théoriques, pouvant nous aider à établir une méthodologie et à préciser des outils d’analyse opératoires qui soient adaptés à notre problématique.

Bibliographie et Références

 Adam, J.M. (1990), Eléments de linguistique textuelle :  Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga

Adam, J.M. (2005), Linguistique textuelle, Introduction à la l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin.

Benveniste, E. (1966),’Problèmes de linguistique générale’, Gallimard

Bronckart, J.P.et al. (1985), Le fonctionnement du discours :  Un modèle psychologique et une méthode d’analyse, Paris, Delachaux et Niestlé.

Charolles, M.  (1976a), « Note sur la cohérence des textes », Pratiques, no.10, pp.105-111.

Charolles, M. (1978), « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes », Langue française, no.38, pp. 87-100.

Charolles, M. (1988a), « Les études sur la cohérence, la cohésion, et la connexité depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, 10 (2), pp. 45-66.

Charolles, M. (1988b.), « Les plans de l’organisation textuelle : Périodes, chaines, portées et séquences », Pratiques, no.57, pp. 3-13.

Chomsky, N. et Halle, M.,  (1968) ‘Sound Pattern of English’, New York, Harper and Row (1973, trad. franc.., Paris, Seuil).

De Saussure, F. (1967),’Cours de Linguistique Générale’, Payot Paris.

Dictionnaire D’analyse du Discours Editions du Seuil 2002

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1976),’Cohesion In English’, London, Longman Editions

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1989), Language, context and text : Aspects of language in social-semiotic perspective, Oxford, Oxford University Press.

Molinié ,G. et Cahné, P.(1993),’Qu’est-ce que le style ?’, Edition puf Linguistique Nouvelle

Scheneuwly, B. (1988), ‘Le langage écrit chez l’enfant’, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Séminaire sports et médias AJC Crem / Praxis

L’équipe Praxis du Centre de recherche sur les médiations et l’AJC Crem vous invitent à un séminaire conjoint qui accueillera les interventions de Natacha Lapeyroux et Géraldine Letz (doctorante, Crem). Discutant : Jean-François Diana

le mardi 29 novembre 2016
de 14h à 16h
salle G04
Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy

Programme

Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à2015

Natacha Lapeyroux, doctorante en sciences de l’information et de la communication, ATER à l’IUT Nancy-Charlemagne

Les medias perpétuent l’hégémonie masculine dans le sport en sous-médiatisant le sport féminin à la télévision (Creedon, 1994). Par ailleurs, les médias ont tendance à reléguer les performances des sportives au second plan, alors que leur genre fait toujours l’objet d’une attention particulière, prolongeant l’essentialisation de l’organisation sexuelle dichotomique du sport (Messner, 2002).

Ces questions de représentations télévisuelles du sport féminin et de ses enjeux sont analysées dans le cadre de notre recherche doctorale, de manière diachronique sur une période de 10 ans, de 2005 à 2015, àpartir d’un corpus d’archives télévisuelles constitué à l’Inathèque. En étudiant les représentations émergentes sur les dix dernières années, on accède à la manière dont les sportives construisent conflictuellement la réalité à travers les « médiacultures » (Macé, Maigret, 2005).

Corps, appareillage et sport paralympique : du moi morcelé au super-héros

Géraldine Letz, doctorante en sciences de l’information et de la communication

Notre travail propose d’interroger la construction médiatique de la figure de l’athlète prothétique paralympique. Depuis deux olympiades, la symbolique du super-héros s’est clairement développée, formant un modèle d’uniformisation. Par la pratique du handisport de haut niveau, le morcellement identitaire engendré par l’amputation se voit reconfiguré et réincarné à travers l’hybridité. Le sportif mi-homme, mi- machine dépasse les limites du corps naturel et se déploie dans un champ pluridisciplinaire qui dépasse le cadre du sport, interrogeant ainsi la norme et le rapport à la différence au sein de notre sociétémoderne.

De l’appropriation d’un contexte de recherche composite à l’émergence d’un terrain

Aurélie Pourrez
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Daniel Raichvarg, Laboratoire CIMEOS, EA 4177, Dijon, Université Bourgogne Franche Comté. Thèse co-financée par le conseil régional de Bourgogne via son soutien au LabEx LipSTIC et par la ville de Dole via son soutien au centre pilote Pasteur. Troisième année de thèse.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Nous effectuons une thèse sur ce que communique le dynamisme d’innovation thérapeutique d’un Laboratoire d’Excellence (LabEx). Le LabEx Lipoprotéines et Santé : prévention et Traitement des maladies Inflammatoires et du Cancer (LipSTIC), met en jeu vingt-trois équipes de chercheurs, principalement en Bourgogne et en Franche Comté, mais aussi des institutions et des partenaires. Il centre son activité scientifique sur les lipoprotéines (communément évoqué par le « bon » cholestérol) utilisés comme nano-vecteurs (transporteurs naturels) de futurs médicaments contre le cancer et les maladies inflammatoires.

Nous partons, pour notre recherche, du constat que la distinction entre information et communication scientifiques n’est manifeste ni pour le public ni pour les chercheurs (Kugler, 1995 ; Chavigné, 1997) et que bien que la culture scientifique et la vulgarisation participent à l’inscription sociétale de la science, l’activité scientifique n’est pas ou peu visible dans les espaces publics. Une approche que nous qualifions d’informative se calque en effet essentiellement sur un schéma de présentation de résultats que ce soit dans un contexte institutionnel ou dans un contexte public au travers de la vulgarisation et de l’actualité scientifique ou enfin, dans un contexte pédagogique qui déroule des étapes de la démarche d’investigation scientifique amenant immanquablement à un résultat escompté. Or, ce que nous observons de l’activité globale des acteurs du LabEx semble tout aussi, sinon plus, éligible à une inscription sociétale que leurs résultats. Continuer la lecture de De l’appropriation d’un contexte de recherche composite à l’émergence d’un terrain

Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées

Cyrielle Montrichard
Université Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle DTEPS. 3ème année de thèse sous la direction de Philippe Schepens en co-direction avec Virginie Lethier. Titre de thèse : « Ce que la guerre fait aux pratiques de presse »

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

La Première Guerre Mondiale est un conflit singulier de par sa durée et sa violence. Persuadés de s’engager dans une guerre courte, les soldats doivent s’accoutumer à un quotidien violent et meurtrier (Cazals, Loez : 2012). C’est dans ce contexte que naissent les premières feuilles de tranchées.

La presse de tranchées, telle qu’elle sera dénommée par la population et par les soldats eux-mêmes est un genre aux contours flous : il s’agit de journaux (puisqu’ils s’en revendiquent et en ont la structure avec un titre, une périodicité, un ou des rédacteurs, etc.) parus entre 1914 et 19181 et rédigés sur le front.

Cette définition bornant ce genre de façon chronologique et géographique, ne paraît pas, au vu de nos recherches, suffisamment satisfaisant. Définir cette presse de façon précise et en délimiter les contours semblent être une tâche fondamentale à effectuer en amont de la constitution du corpus et de l’analyse de celui-ci. Ainsi, nous montrerons comment la redéfinition de cette presse a influencé la construction de notre corpus. Nous présenterons ensuite celui-ci de façon succincte avant d’expliquer les différentes étapes à réaliser avant d’effectuer une analyse systématique et statistique des données textuelles.

Continuer la lecture de Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées

  1. L’expression « Journal de tranchées » apparaît dans la manchette de certains titres de tranchées (L’Argonnaute) et l’énoncé « presse de tranchées » est repris dans les pages des journaux civils et de tranchées. Cette expression est aujourd’hui employée par la communauté scientifique (O. Roynette, S. Audoin-Rouzeau, R. Cazals, F. Rousseau)   et par le grand public pour faire référence à cette presse.  []