Soutenance de thèse Aurora Fragonara

Aurora FRAGONARA

Sciences du langage

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

La pratique de l’adaptation: approches sémio-linguistique et cognitive

Soutenance prévue le samedi 05 novembre 2016 à 14h
Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Lorraine Université de Lorraine – Campus du Saulcy Ile du Saulcy 57000 Metz
salle D402

Jury

  • Guy Achard-Bayle (université de Lorraine, examinateur)
  • Andrée Chauvin-Vileno (Université de Franche-Comté, rapporteur)
  • Jean-Paul Dufiet (Université de Trento , examinateur)
  • Chiara Elefante (Université de Bologne, examinatrice)
  • André Petitjean (Université de Lorraine)
  • Alain Rabatel (Université Claude Bernard-Lyon 1, rapporteur)

Résumé

Ce travail interroge le rapport entre la parole et son contexte médiatique d’énonciation. À ces fins, nous avons choisi comme observable l’adaptation en vertu du fait que cette pratique comporte le passage du même contenu d’un média à un autre. Nous avons constitué un corpus contrastif formé du Petit Prince de Saint-Exupéry et de son adaptation théâtrale par Virgil Tanase, choisie parmi d’autres selon des critères de représentativité et pertinence par rapport à notre angle d’attaque linguistique. Afin de traiter ce corpus dans une perspective linguistique, nous avons convoqué des notions et des cadres théoriques issus de la théorie de l’énonciation, la pragmatique et la linguistique cognitive. Des notions sémio-narratologiques ont également été mises à contribution. L’analyse, divisée en trois parties, se focalise d’abord sur les propriétés sémiotiques (schéma actantiel et macroséquence) et linguistiques (point de vue et isotopie) communes au conte et à la mise en scène. Ces caractéristiques assurent l’équivalence entre adapté et adaptation. Ensuite, sont brièvement analysées les propriétés linguistiques qui permettent le passage du média livre au média théâtre (relation hyponymie/hyperonymie des noms communs et dialogues). Enfin, nous nous focalisons sur les marqueurs qui enregistrent le passage d’un média à un autre en termes de traitement cognitif du référent (déictiques, actes de nomination) de la part de l’instance de réception. Les résultats de cette analyse mettent en lumière l’influence du contexte médiatique sur l’acte d’énonciation selon un double cadre théorique : celui d’une perspective élargie de l’énonciation qui prend en compte l’inscription volontaire et autonome de l’allocutaire dans une situation d’énonciation et celui d’une approche symétrique et réaliste dans le traitement de la référence.

Image By Dave Stagner (Flickr: The Little Prince) CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.