Enjeux éthiques de l’observation netnographique

Le cas de trois collectifs 2.0 éco-citoyens à Dijon, Grenoble et Montréal

Nicolas Peirot
Cimeos, Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté,
Doctorant (2ème année) en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Pr. Olivier Galibert (Cimeos).
Thèse : Don, intérêt et désintéressement au sein des plateformes collaboratives 2.0 : les enjeux d’une automatisation du community management.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

En 1995, Robert Kozinets1, propose une méthode qualitative d’observation des actes communicationnels en ligne dans sa thèse de doctorat. La netnography, mot-valise composé de network et ethnography, est aujourd’hui commentée et mobilisée en sciences de gestion mais aussi en sciences humaines et sociales et notamment en sciences de l’information et de la communication (SIC). La méthode netnographique est désormais présentée sous forme de manuels (2009, 2015), à travers lesquels Robert Kozinets expose les procédures à suivre pour la conduite d’observations en ligne. Ces bonnes pratiques évoluent, se densifient et sont dernièrement résumées selon un modèle dit du « coquillage en spirale » comportant douze étapes2.

C’est d’ailleurs sur cette version actualisée que nous nous sommes appuyés dans le cadre d’un projet de recherche régional destiné à explorer les logiques d’empowerment éco-citoyennes au sein des réseaux socio-numériques3. Nous avons ainsi procédé à l’observation de trois pages4 Facebook, administrées par trois collectifs représentatifs de différents modes d’engagement vis-à-vis de la transition socio-écologique. A partir de cette expérience de recherche, qui alimente parallèlement une thèse de doctorat en SIC, nous souhaitons proposer une réflexion critique autour de l’articulation entre éthique de la recherche en ligne et méthode netnographique au sein de dispositifs relevant du web 2.0 (O’Reilly, 2005). Malgré la prise en compte d’une évolution des formes de socialité électroniques par le père de la netnography, il nous semble en effet que la massification des usages collaboratifs et la progression du traitement algorithmique des données (Cardon, 2015) rendent la démarche éthique de l’observation en ligne problématique. Afin d’interroger cette tension nous reviendrons dans un premier temps sur la relative liberté offerte par la méthode netnographique, en tant que telle mais aussi au regard d’une éthique de la recherche en ligne peu encadrée en France. Dans un deuxième temps, nous relativiserons ces aspects en soulignant le processus dialogique dans laquelle s’inscrit la démarche éthique de la netnographie. Enfin, nous terminerons en abordant les limites de ce modèle dialogique en soulignant que la recherche d’un consentement éclairé est freinée par les propriétés sociotechniques du web 2.0. Nous illustrerons notre propos en revenant sur les trois observations netnographiques menées dans le cadre du projet « Empowerment 2.0 ».

Netnographie : l’apparente liberté d’un « bricolage méthodologique » ?

Pour Robert Kozinets, « La netnographie, tout comme son vieux parent, l’ethnographie est hétérogène. Elle s’attache et incorpore une vaste variété de techniques et approches différentes » (2010 : 42). Cette adaptabilité est également développée par Josiane Jouët et Coralie Le Caroff pour qui la netnographie comporterait une « dimension de bricolage méthodologique propre à susciter l’imagination du chercheur » (2016 : 157). Chaque nouvelle immersion en ligne nécessite ainsi de repenser ses outils afin de s’adapter aux particularités des collectifs étudiés. La netnography se présente ainsi plus comme un cadre méthodologique flexible en ce qu’elle ne « peut s’extraire de la prise en compte du dispositif étudié » (Ibid : 157). Elle est donc marquée d’emblée par la relative liberté qu’elle offre au chercheur.

Par ailleurs, en faisant ressortir les liens qu’entretiennent ethnographie et netnography (Kozinets, 2006), Robert Kozinets se fait l’écho de cette liberté méthodologique, en l’associant à un imaginaire révolutionnaire des TIC. La netnographie offrirait ainsi un accès immédiat au terrain par rapport à un travail ethnographique jugé comparativement plus lent du fait d’une nécessaire immersion au sein d’un groupe social. Elle aurait l’avantage d’être « non intrusive », de rendre la « participation optionnelle » ou encore d’affranchir le chercheur de « limitations physiques » (Ibid.). Ces éléments nous semblent relever d’une démarcation « virtuel-réel » discutable en ne tenant pas compte des dimensions sociales, culturelles et sociotechniques propres à l’immersion en ligne. En effet, il peut être tout aussi ardu d’intégrer une « communauté » ; soit parce que nous sommes étrangers à ses codes (un langage technique particulier), soit parce que les chemins qui y mènent sont étroits (faible référencement sur les moteurs de recherche, entrée restreinte par un système de cooptation ou par un mot de passe etc.). De même, les appartenances sociales de la vie quotidienne, qu’elles soient privée ou professionnelles travaillent nécessairement les compétences de chacun face aux usages 2.0. La culture numérique ne peut s’affranchir des logiques sociales dans lesquelles l’usager-chercheur est plongé.

En doublant la dimension de « bricolage méthodologique » par un discours de l’accessibilité, Robert Kozinets offre ainsi l’image d’un mode d’investigation non-contraignant. Cet aspect est renforcé par une forme d’impensé éthique au niveau de la recherche française en ligne. A ce titre, Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx (2016) précisent que « la recherche en sciences sociales, en ligne ou hors ligne, ne fait toujours pas l’objet d’un encadrement formel dans l’hexagone ». Les deux chercheurs notent l’absence de charte, comparativement à des pratiques nord-américaines plus normées. En France, le domaine de l’éthique demeure ainsi relativement limité, malgré l’adoption en 2005 d’une Charte Européenne du chercheur5 et l’entrée de chartes dans le corpus de certaines associations professionnelles telle que la Politique en matière d’éthique et d’intégrité scientifique6 de l’Agence Nationale de la Recherche (2014).

En l’absence de cadre éthique partagé, le web peut ainsi apparaître comme un eldorado de la recherche. La netnographie, particulièrement envisagée sur un mode non-participant, donnerait ainsi accès à une infinité de terrains et d’actes communicationnels. Pour autant, la récolte de données peut-elle s’opérer sans aucun contact, ni accord avec les utilisateurs ? A notre sens, il s’agit de modérer cette illusion, notamment parce que l’absence de charte éthique globale ne signifie pas l’absence de cadre normatif.

Une éthique inscrite dans un processus dialogique

L’observation netnographique et le recueil de données qu’elle présuppose sont tout d’abord conditionnés par les politiques de droits et de responsabilités des plateformes. Ces politiques évoluent régulièrement et diffèrent d’une plateforme à l’autre. Il est donc difficile de généraliser cette dimension juridique. Cependant, il est intéressant d’illustrer ce propos avec le cas de Facebook. D’abord parce que ce site constitue le premier réseau social au monde en termes d’usagers actifs au monde (1,71 milliards en 20167), ce qui le transforme de fait en un terrain d’étude privilégié. Ensuite, parce que c’est précisément sur le dispositif « page », proposé par Facebook, que nous avons mené nos observations netnographiques. Ainsi, tout contenu multimédia publié sur la plateforme, accorde à la société Facebook « une licence non exclusive, transférable, sous-licenciable, sans redevance et mondiale pour l’utilisation des contenus de propriété intellectuelle8 ». Par conséquent, lorsqu’un utilisateur publie des « contenus ou des informations avec le paramètre Public, cela signifie [qu’il permet] à tout le monde, y compris aux personnes qui n’utilisent pas Facebook, d’accéder à ces informations et de les utiliser, mais aussi de les associer à [lui]9 ». Dès lors, la démarche éthique de l’observation netnographique apparaît encore une fois retomber dans l’illusion d’une libre récolte des données en ligne. La propriété des contenus publiés par les utilisateurs est effectivement transférée aux plateformes, cependant cette condition n’invalide pas pour autant l’utilisation des données par des tiers. Néanmoins, ce type de politiques ne constitue pas le seul cadre normatif que nous avons identifié.

En premier lieu, nous suivrons Olivier Galibert (2014) lorsqu’il propose d’envisager le « modèle émancipatoire de la communauté virtuelle » comme un ensemble de normes par lesquelles sont travaillés les collectifs en ligne. Des logiques de don, (Mauss, 1999), des logiques de reconnaissance (Honneth, 2013), et surtout une éthique de la discussion (Habermas, 1987), normalisée à travers la « Nétiquette », qui garantit une argumentation raisonnable et raisonnée au sein des dispositifs. Cette dernière constitue une source importante pour la rédaction des chartes de modération qui définissent le cadre des échanges et impactent parfois directement les modes d’observation et de collecte de données au sein des espaces 2.0. A titre d’exemple, nous pouvons citer la charte de modération de la page Facebook de la Fnac10, dont un des chapitres définit les règles en matière de « droits d’auteurs sur les contributions ». Nous pouvons ainsi y lire le principe suivant : « Tout utilisateur doit respecter les droits de propriété intellectuelle des auteurs. Il doit notamment veiller à ne pas reproduire et/ou diffuser sur d’autres pages Facebook ou d’autres supports, les contributions publiées sur la page Facebook « Fnac Officiel » par les utilisateurs ou par la FNAC, sans l’accord préalable de ces derniers ». Si cet exemple ne peut être systématisé pour l’ensemble des organisations présentes sur les réseaux socio-numériques (par absence de ce principe ou même de charte de modération), il permet néanmoins de comprendre comment l’éthique de la discussion peut conditionner localement l’observation netnographique en s’ajoutant aux conditions d’utilisation des plateformes.

Par ailleurs, notons que malgré l’absence de cadre éthique national formel, il serait erroné de considérer la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) sans limites, ni restrictions. Avant de nous attacher à relever les normes propres aux environnements numériques ainsi que les dispositions légales qui encadrent la pratique de l’observation netnographique, rappelons que la recherche en SIC et plus largement en SHS s’adosse à une éthique « professionnelle ». Nous touchons ici à la « professionnalité » (Bourdoncle, 2001) du chercheur ; un ensemble de connaissances et de compétences plus ou moins rationalisées, inscrites dans une « identité métier ». Cette identité est attachée à un corpus de normes, de valeurs ainsi qu’à certaines limites déontologiques. Aussi, les libertés du chercheur en SHS sont à mettre en regard des responsabilités qui lui incombent. « L’indépendance dont bénéficie le chercheur n’est pas seulement un droit, c’est aussi un devoir, qui devra le conduire à refuser toute inféodation de son activité savante à des intérêts politiques, économiques, religieux ou idéologiques » (Conseil national du développement des sciences humaines et sociales, 2001). Dès lors, la notion de responsabilité civile11 concerne également la recherche comme le rappelle la jurisprudence : un chercheur « engage sa responsabilité à l’égard des personnes concernées lorsque la présentation des thèses soutenues manifeste  par dénaturation, falsification ou négligence grave, un mépris flagrant de la recherche de la vérité12 ». Au-delà de cette jurisprudence, notons également que si la Charte Européenne du chercheur comporte une valeur juridique limitée, elle intègre néanmoins le cadre déontologique des SHS en renvoyant aux « principes éthiques fondamentaux de [chaque] discipline ». Cependant, si certaines sociétés savantes, notamment en sociologie, se sont dotées de codes déontologiques plus ou moins étoffés (Vassy et Keller, 2008), les SIC ne semblent pas à notre connaissance avoir à leur disposition quelconque code spécifique.

Enfin, sur un plan juridique plus général, l’observation netnographique est concernée, au même titre que toute autre méthodologie de recherche en ligne, par la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978. Cette dernière définit un principe relatif à l’anonymat des données qui oriente l’éthique de notre démarche. En effet, dans la version révisée du 7 août 200413, l’article 2 précise les conditions suivantes : « Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement ». Ceci sachant que : « toute personne dispose du droit de décider et de contrôler les usages qui sont faits des données à caractère personnel la concernant ». Dès lors, l’anonymisation des données devient un enjeu fondamental, particulièrement au prisme des deux propriétés du web suivantes (Proulx, 2004) : 1) la « recherchabilité », c’est-à-dire l’indexation « plein texte » des contenus, qui peuvent donc être tracés, 2) la « persistance », c’est-à-dire les la survivance contenus indexés, même actualisés. Ces caractéristiques s’avèrent d’autant plus importantes que les échanges en ligne se situent bien entre publicité et privacité, sous la forme de « conversations privées en public » (public-ly intimate) (Waskul et Douglass, 1996).

Ainsi, dans le cadre d’une observation netnographique, la préservation de l’anonymat des utilisateurs constitue le point central d’une démarche éthique. De plus, notons que si la loi « Informatique et Libertés » accorde bien une exception à l’utilisation scientifique des données personnelles, cette dernière demeure conditionnée par la nécessité de recueillir « le consentement de la personne concernée » (chap. 2, sec. 1, art. 714). Cette procédure, tout comme l’anonymisation des données, est prévue dans les préconisations éthiques de Robert Kozinets (2015). Celles-ci se déclinent de la manière suivante : 1) se présenter et expliquer son projet de recherche, 2) être transparent sur les raisons de l’interaction, 3) utiliser ses profils personnels sur les réseaux socio-numériques, 4) rendre accessible sa thématique de recherche aux participants, 5) demander la permission à l’animateur de communauté (gatekeeper, administrateur, modérateur, community manager etc.), 6) obtenir un consentement écrit pour les entretiens individuels, 7) anonymiser ou créditer les participants dans les documents de recherche, 8) altérer les verbatims en fonction de la sensibilité des discussions, 9) rechercher un « consentement éclairé » (informed consent) de la part des participants pour l’utilisation des données les concernant.

A plusieurs niveaux, ce protocole éthique apparaît négocié avec les membres des collectifs en ligne. Cependant, la « recherche du consentement éclairé » qu’il induit, et que l’on retrouve inscrit dans la loi « Informatique et Libertés », dans les politiques de données des plateformes et dans les chartes de modération des dispositifs, nous semble aujourd’hui problématique. La recherche du consentement éclairé, comme processus éthique dialogique au cours duquel le chercheur va discuter les conditions de sa méthode scientifique avec les community managers ou les utilisateurs, nous semble entravé par la nature sociotechnique des plateformes 2.0.

Les limites de la recherche du consentement éclairé : le cas de trois collectifs éco-citoyens 2.0

Dans le cadre du projet de recherche « Empowerment 2.0 », nous avons souhaité questionner les modes d’appropriation des préceptes stratégiques du community management au sein d’organisations œuvrant pour la transition socio-écologique. Pour cela nous avons choisi de confronter les usages observés au sein de trois collectifs éco-citoyens en ligne, à travers la méthode netnographique, aux représentations des acteurs, avec une série de vingt entretiens individuels menés avec des personnes impliquées dans des démarches de transition et concernées ou non par les dispositifs étudiés. Nos observations netnograhiques se sont ainsi concentrées sur trois « pages » Facebook, correspondant chacune à un mode d’empowerment particulier : 1) « empowerment institutionnel » avec la page « Moins Jeter, La Bonne Idée15 », créée et animée par la communauté de communes Grenoble Alpes-Métropole, 2) « empowerment associatif-institutionnel » avec la page « Fontaine d’Ouche en Transition16 », lancée par le Réseau Transition en 2013, 3) « empowerment alternatif » avec la page « Incroyables Comestibles Montréal17 », issue d’une initiative éco-citoyenne auto-spontanée dans le quartier de Rosemont-Petite Patrie à Montréal.

En raison de niveaux d’activité très variés entre les trois dispositifs, nous avons fait le choix de nous concentrer sur les actes communicationnels passés, ayant eu lieu au cours de l’année 2015. Cette caractéristique nous a mené vers une observation de type « non-participante », du fait de la difficulté de « réveiller » l’engagement sur des publications datées. Par ailleurs, précisons que les pages étudiées ne semblaient pas présenter de contenus « hautement sensibles », comme cela peut être le cas au sein de dispositifs où l’avatar numérique sert le dévoilement d’expériences et d’opinions intimes (Sayarh, 2013). Cependant, la dimension politique inhérente aux dispositifs éco-citoyens, prenant parfois la forme de luttes de pouvoir locales comme à Montréal, exigeait une démarche éthique sans faille garantissant l’intégrité des utilisateurs. Cette posture s’est révélée d’autant plus nécessaire que nos observations se sont traduites par la tenue d’un journal de bord répertoriant différentes publications sous forme d’éléments multimédias (captures d’écran) ou textuels (« copier-collers »).

Suivant la procédure éthique proposée par Robert Kozinets, nous avons donc d’abord présenté notre projet de recherche à travers un message aux community managers, en étant transparents sur le projet et les intérêts qui l’entouraient, en utilisant nos profils personnels et en tentant de rendre accessible le sujet autant que possible. Enfin, dans cette présentation nous ouvrions la discussion sur les modalités de l’observation : quels modes d’enregistrement de l’activité (anonymisation des profils ou altération des propos) ? Comment prévenir les usagers-membres du dispositif (à travers une publication ou en ancrant un message en tête du fil de publications) ? Notre démarche s’est révélée en partie concluante puisque chaque community manager nous a répondu en nous donnant son accord pour mener à bien notre observation. Cependant, aucun d’entre eux n’a exprimé la volonté de discuter les modes d’observation, comme l’illustre cette réponse faisant suite à nos propositions :

« Concernant votre demande d’utilisation des données, je ne suis pas sûre que de telles précautions soient nécessaires… En effet, le principe de Facebook est bien que l’ensemble des données qui y sont publiées sont publiques. Mais ok pour l’anonymisation ».

Ces accords écrits de la part community managers nous ont permis d’engager nos observations netnographiques. Néanmoins, la confiance qu’ils nous ont accordé ainsi que le renvoi au caractère « public » des données des utilisateurs revêt à notre sens une dimension fortement problématique. En effet, malgré ce processus de construction dialogique de notre démarche avec les community managers, nous nous sommes retrouvés devant l’impossibilité de recueillir le consentement éclairé de la part des usagers-membres. Nous avons bien produit cet effort mais sans résultat, du fait de la construction sociotechnique de la plateforme Facebook. D’une part parce qu’il est difficile d’entrer en contact avec une personne à laquelle rien ne nous lie sur la plateforme18. D’autre part, parce que l’organisation des contenus au sein des fils d’actualité des utilisateurs procède d’un calcul algorithmique, basé sur les traces de navigation. Aussi, devant l’impossibilité d’entrer en contact directement avec les usagers, une publication des community managers se révèle partiellement inefficace puisqu’elle n’est vue que par une petite partie du collectif concerné. Ce phénomène est même renforcé à l’heure où Facebook réduit la « portée organique19 » des publications des pages, de 12 à 6% entre 2012 et 201420. Autrement dit, une note informant de l’observation netnographique en cours sur le dispositif toucherait en moyenne, sept personnes sur cent ayant « aimé » la page en question.

Confronté à l’impossibilité de recueillir le consentement éclairé de la part des utilisateurs, nous nous nous sommes appuyés sur les « trois niveaux de dissimulation » (cloack) proposé par Robert Kozinets21 (op.cit.) pour altérer les verbatims et anonymiser les contributions. Pour cette étude, nous avons ainsi adhéré au second niveau, impliquant trois principes : 1) conserver le nom du dispositif technique, 2) altérer les pseudonymes de manière à éviter la reconnaissance, et 3) faire l’effort suffisant pour altérer ou reformuler les citations récoltées. Ce dernier point n’a pas été appliqué de manière systématique et le niveau de vigilance a été abaissé lorsqu’il était nécessaire que la citation soit l’originale pour le bon déroulement de l’étude, ou lorsque la citation engageait tellement peu le contributeur qu’elle pouvait être exposée sans causer du tort aux identités numériques ou physiques des contributeurs.

Conclusion et perspectives

Cette mise en application de l’observation netnographique dans le cadre de dispositifs sociotechniques 2.0 entraine selon nous un double renouvellement problématique. D’une part, ce processus éthique dialogique nous interroge sur la posture à tenir en tant que chercheur face à des collectifs d’informateurs en ligne. Aussi, nous rejoignons Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx (2016) lorsqu’ils nous invitent à questionner la réciprocité des échanges dans le cadre de la recherche en ligne. Dans quelle mesure nos disciplines peuvent-elles effectivement « rendre à la communauté » ? De plus, comme nous l’avons exposé ici, cette question tend aujourd’hui à être complétée par une seconde : « à qui rendre ? » ? Si notre étude n’offre pas de réponse à cette problématique, elle relève néanmoins la nécessité d’interroger les reconfigurations possibles du lien social électronique à l’heure d’une organisation algorithmique des contenus. Devant l’impossibilité de recueillir plus que le seul consentement du community manager, il apparaît nécessaire d’interroger son rôle et sa légitimité au sein de collectifs dont la mise en existence repose désormais aussi sur les calculs prédictifs produits par les plateformes. Les limites que nous avons soulevées autour de l’interaction entre chercheur et collectifs en ligne nous ouvre également sur la question des modes de valorisation des travaux issus de l’observation netnographique : peut-on parler de « droit de propriété intellectuelle » lorsque nous reproduisons une publication ou un échange ? Est-il nécessaire de citer ces actes communicationnels comme on pourrait citer un ouvrage ?

Enfin, la problématisation éthique que nous proposons ici nous renvoie par contraste aux logiques d’instrumentalisation commerciale avancée dans lesquelles s’inscrivent désormais les acteurs de l’économie des big data. Les impensés juridiques, ou au contraire les verrous contractuels, derrière lesquels les plateformes se rangent ne sauraient nous faire passer à côté des phénomènes de privatisation de l’espace public qui sont à l’œuvre au sein du web 2.0. Alors qu’il reposait sur la valorisation d’une force créative, émancipatrice voire parfois subversive (Turner, 2012) Internet semble avoir laissé place à des logiques plus aliénantes, à travers notamment l’émergence du « travail numérique » (digital labor) (Cardon et Casilli, 2015), qui tendent vers une instrumentalisation marchande totale des interactions entre usagers.

Références bibliographiques

Bourdoncle F., 1991, « La professionnalisation des enseignants : Analyses sociologiques anglaises et américaines. La fascination des professions », Revue française de pédagogie, 94(1), pp. 73-91.

Cardon D., 2015, A quoi rêvent les algorithmes : nos vies à l’heure des big data, Paris, La République des Idées.

Cardon D. et Casilli A. A., 2015, Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Paris, Ina Editions.

Conseil national du développement des sciences humaines et sociales, 2001, Pour une politique des sciences de l’Homme et de la société : Recueil des travaux du conseil national du développement, Paris, Quadrige, PUF.

Galibert O., 2013, « L’injonction participative au débat environnemental en ligne : imaginaires d’Internet, démocratie environnementale et communication engageante », Les Enjeux de l’Information et de la Communication, 14(1), pp. 35- 49.

Galibert O., 2014, « Approche communicationnelle et organisationnelle des enjeux du Community Management », Communication & Organisations, 46(2), pp. 265 – 278.

Greffet F., 2016, « Zoom – Pas d’éthique au pays d’Astérix ? Quelques réflexions sur la situation française », pp. 55-59, in : Barats C., dir., Manuel d’analyse du web, Paris, Armand Colin.

Habermas J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel. Tome1, Rationalité de l’agir et rationalisation de la société, Paris, Fayard.

Honneth A., 2013, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Folio/Essais.

Jouët J. et Le Caroff C., 2016, « L’observation ethographique en ligne », pp. 157 – 170, in : Barats C., dir., Manuel d’analyse du web, Paris, Armand Colin.

Kozinets R. V., 2006, « Netnography 2.0 », pp. 129 – 142, in : Belk R. W. (Ed), Handbook of qualitative research methods in marketing, Northampton, MA, Edward Elgar.

Kozinets R. V., 2009. Netnography: doing ethnographic research online, London, Sage.

Kozinets R. V., 2010, Netnography. Doing ethnographic research online, Oaks, CA, Sage Publications.

Kozinets R. V., 2015, Netnography: redefined, Oaks, CA, Sage Publications.

Latzko-Toth G. et Proulx S., 2016, « Enjeux éthiques de la recherche sur le web », pp. 38-54, in : Barats C., dir., Manuel d’analyse du web, Paris, Armand Colin.

Mauss M., 1999, Sociologie et anthropologie, Paris, Quadrige, PUF.

O’Reilly T. 2005, « What Is Web 2.0? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software », URL : https://frama.link/Zt5j6rbr

Proulx S., 2004, La Révolution Internet en question, Montréal, Québec Amérique.

Sayarh N. 2013, « La netnographie : mise en application d’une méthode d’investigation des communautés virtuelles représentant un intérêt pour l’étude des sujets sensibles », Recherches qualitatives, 32(2), pp. 227 – 251.

Turner F., 2012, Aux sources de l’utopie numérique : de la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, Paris, C&F éditions.

Vassy C. et Keller R., 2008, « Faut-il contrôler les aspects éthiques de la recherche en sciences sociales, et comment ? », Mouvements, 55(3), pp. 128-141

Waskul D. et Douglass M., 1996, « Considering the electronic participant: some polemical observations on the ethics of on-line research », The Information Society, 12(2), pp. 129-139.

  1. Aujourd’hui professeur de marketing et de communication à l’Université de Californie du Sud. []
  2. « Introspection, investigation, information, interview, inspection, interaction, immersion, indexing, interpretation, iteration, instantiation » (Kozinets, 2015 : 97). []
  3. Projet PARI « Empowerment 2.0 », co-financé par le Conseil Régional de Bourgogne et la société d’ingénierie et de communication spécialisée dans le développement durable Synergence. Consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/2qA2TMz1 []
  4. « Les pages permettent aux organisations, entreprises, célébrités et marques véritables de communiquer largement avec les personnes par lesquelles elles sont appréciées. Les Pages ne peuvent être créées et gérées que par des représentants officiels ». Facebook.com. Définition consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/yNISvuOY []
  5. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/RZGmEdZD []
  6. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/gbXb8itj []
  7. « Facebook Reports First Quarter 2016 Results and Announces Proposal for New Class of Stock ». Facebook.com. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/A3Mvobhy []
  8. « Déclaration des droits et responsabilités » (dernière révision : vendredi 30 janvier 2015). Facebook.com. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/_LEgVSTW []
  9. Ibid. []
  10. Fnac.fr. Consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/ynEt4zLU []
  11. Article 1302, Code Civile []
  12. Cour de Cassation, Chambre civile 1, du 15 juin 1994, 92-16.471. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/241G3Qc1 []
  13. Cnil.fr. Consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/XH5Hqa4n []
  14. Legifrance.gouv.fr. Consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/M7P3yLyz []
  15. Page « Moins jeter, la bonne idée », administrée par la métropole Grenoble-Alpes, consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/p28Qdg50 []
  16. Page « Fontaine d’Ouche en Transition », administrée par le Réseau Transition, consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/dpCLvyC9 []
  17. Page « Incroyables Comestibles Montréal », administrée par un collectif auto-spontané d’habitants du quartier de Rosemont-Petite Patrie, consultable à l’adresse suivante : https://frama.link/Y1QcHE_X []
  18. Lorsque deux profils ne sont pas identifiés comme « amis » sur la plateforme, les messages adressés sont reversés dans la partie « autres » du système de messagerie, rendant quasi-invisible les courriels des chercheurs. Il reste bien sûr la solution d’adresser une « demande d’ami », cependant cette dernière provient dans ce cas d’un inconnu, ce qui ne facilite pas, une fois encore, la mise en contact. []
  19. La portée organique représente le nombre total de personnes ayant vu vos publications par le biais d’une distribution non payante. La portée payée correspond au nombre total de personnes ayant vu votre publication suite à une publicité. « Quelle est la différence entre la portée organique et la portée payée ? ». Facebook.com. Disponible à l’adresse suivante : https://frama.link/aED182SS []
  20. Cleary, I. (2016). « Facebook organic reach – how to increase it ». Razorsocial.com. Disponible à l’adresse suivante :  https://frama.link/7py4zfjC []
  21. A la suite des niveaux de masques (disguise), introduits par Amy Bruckman (2006). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.