Archives de catégorie : Travaux en cours

Notes de recherche issues de nos travaux de thèse

Mise en récit de la controverse des déchets radioactifs

Article initialement publié sur le carnet de recherche Publics en questions

Vincent Carlino, Université de Lorraine

Depuis vingt ans, la question des déchets radioactifs se pose à l’industrie nucléaire. Celle-ci est d’autant plus importante lorsque l’on sait que la France a massivement investi dans la recherche et l’ingénierie nucléaire après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à en faire une composante fondamentale de son identité nationale (Hecht, 2014). Décider du sort des déchets produits dans les dix-neuf centrales du pays représente un enjeu capital. Sur le plan technique, définir une méthode de gestion des déchets influe sur la maîtrise de l’énergie nucléaire française et son essor à l’échelle internationale. En effet, parvenir à gérer des déchets permettrait d’exporter un circuit de production d’électricité maîtrisé depuis la construction des réacteurs jusqu’au traitement des combustibles usés.

Le débat sur les déchets radioactifs se pose également sur les plans social et politique. Le choix des territoires d’accueil des déchets ne pouvant être seulement dicté par des critères scientifiques, la controverse a rapidement gagné l’arène politique. L’appui des élus et des populations locales est décisif pour le processus de décision. C’est pour répondre à cette exigence que la loi « Bataille » de 1991 a ouvert un chantier visant à faire émerger des candidatures. Elle fixe la technique du stockage géologique profond comme solution à explorer, et crée un établissement pour « concevoir, implanter et réaliser » les centres de stockage, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). En se resserrant autour de la commune de Bure et du centre de stockage sous-terrain Cigéo, les déchets radioactifs suscitent des prises de position très différentes auprès des populations locales et des décideurs politiques et industriels. Les déchets radioactifs forment une controverse sociale (Charaudeau, 2014) qui se décline en une série d’interrogations. En quoi consiste le stockage sous-terrain ? Est-ce la technique la plus appropriée ? Quel est le coût de l’installation ? Quelle est sa durée d’exploitation ? Faut-il permettre une intervention humaine une fois que celle-ci sera réalisée (principe de réversibilité) ?

Un public en crise ?

Des réponses sont avancées dans la communication institutionnelle du maître d’ouvrage, ainsi que par différents collectifs et associations de militants qui entendent livrer un point de vue critique. Dès les prémices du projet, les opposants ont multiplié les actions pour alerter les populations locales. En réalité, Cigéo serait le chantier du centre de stockage définitif qui devrait être construit à l’horizon 2050 et non un simple laboratoire. Les élus locaux « vendraient leurs consciences » pour accueillir ces déchets et par-là développer l’emploi et l’économie des territoires ruraux voisins. Ces critiques sont exprimées sous forme de communiqués, de procès, d’articles de presse, de films documentaires, etc.

Conscient de ce conflit entre promoteurs et opposants de Cigéo, l’État a décidé en 2013 la mise en place de concertations citoyennes organisées par la Commission nationale du débat public (CNDP). Visant à réunir les parties prenantes du projet, le dispositif était présidé par une commission d’experts et structuré par un calendrier de réunions. Les opposants ont rapidement refusé d’y prendre part, jugeant que le cadrage proposé tenait pour acquis des éléments qui méritaient d’être (re)discutés. Autrement dit, le « débat public » était perçu comme une présentation de décisions déjà actées plutôt qu’un espace de débat citoyen. Cette contestation a donné lieu à un boycott par un collectif d’associations locales. Les opposants ont investi les lieux du débat pour l’empêcher par des sifflets et des slogans. Ne pouvant se tenir dans de telles conditions, les séances ont été levées et remplacées par un débat sur internet. En l’occurrence, le public du débat était en crise. Pour autant, cela ne signifie pas que les acteurs sont restés indifférents face à la controverse des déchets nucléaires. Au contraire, le tournant polémique des échanges a conduit à une forte médiatisation de l’action militante, alternativement qualifiée de boycott ou de sabotage.

Se rendre visible dans la controverse

En investissant les débats, les opposants font vivre une arène publique caractérisée par des échanges triadiques impliquant les deux camps en opposition ainsi que des auditoires qui assistent à la dispute (Céfaï, 2002 : 60). À travers leurs actions, ils livrent un contre-discours qui cohabite avec celui de l’industrie nucléaire, recourent à des stratégies de conflits, dénoncent les intérêts des décideurs, publicisent leur critique antinucléaire. Ils organisent le cadre de la controverse plus qu’ils ne participent à une dispute rhétorique qui viserait à convaincre autrui. La cible n’est pas tant le camp adverse que les auditoires qui assistent à la dispute.

Qu’il s’agisse d’un forum délibératif, d’instances politiques, ou des médias, investir une arène permet de se rendre visible dans la controverse. Des acteurs, des camps, et différentes visions du problème apparaissent dans le jeu social et entrent en confrontation. L’enjeu est de montrer au public le bien-fondé du discours et des arguments avancés. La finalité n’est pas tant de convaincre autrui – qui demeure ancré sur ses positions – que de publiciser le discours de chaque camp (Angenot, 2008). Ce processus relève davantage de la narration que de l’affrontement rhétorique. Les promoteurs de Cigéo recourent également à cette méthode avec le site web Les Arpenteurs. Se présentant comme un magazine, le site traite de l’actualité des déchets radioactifs et offre une tribune, via le travail éditorial, pour réagir au discours antinucléaire.

 

arpenteurs

 

Fruit de l’opposition entre promoteurs et opposants aux déchets radioactifs, la mise en récit livre différentes versions de la controverse dans l’espace public. Elle permet in fine de s’informer à ceux qui n’y participent pas activement.

 

RéférencesAngenot M., 2008, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. Mille et une nuits.

Céfaï D., 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », pp. 51-82, in : Céfaï D., Joseph I., dirs, L’héritage du pragmatisme : conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Charaudeau P., 2014, « La situation de communication comme fondatrice d’un genre : la controverse », pp. 49-58, in : Monte M., Gilles, P., dirs, Genres & Textes : déterminations, évolutions, confrontations, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Hecht G., 2014, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éd. Amsterdam.

Filmer l’histoire de la Révolution culturelle en Chine : enjeux et contraintes

Le documentaire Histoire de Zheng Zhisheng, un témoin de la Révolution culturelle a été réalisé par M. Xia Qing et moi-même sur une période très courte, en seulement six mois. Pour des questions de budget, Xia Qing est parti seul en Chine pour réaliser ce film. Il a été tourné en juillet 2015, exactement 48 ans après les affrontements de Chongqing. Pendant environ un mois, dans deux provinces, il a interviewé trois témoins des affrontements de Chongqing :

  • M. Zheng Zhisheng, le Maître de corps de la Faction 815 ;
  • M. Zhou Ziyun, un des anciens dirigeants de la Faction 815 ;
  • Mme Huang Ronghua, surnommée la filleule de Jiang Qing, la femme de Mao Zedong.

Dans cet article, nous voudrions aborder plusieurs problématiques : la motivation à réaliser ce documentaire, la contrainte et des difficultés rencontrées lors de ce tournage en Chine, deux problèmes éthiques liés à la réalisation de ce documentaire et deux questions sensibles qui concernent notre témoin principal, M. Zheng. Enfin, nous parlerons de la divergence d’approche entre nous deux réalisateurs, entre l’artiste et le chercheur, dans la réalisation du documentaire.  Nous finirons par les perspectives de ce projet.

Pourquoi choisir M. Zheng comme sujet de notre documentaire ?

En raison de la censure, très peu de documentaires ont été réalisés en Chine sur le sujet de la Révolution culturelle. Concernant les affrontements de Chongqing, le plus grand des affrontements pendant la Révolution, il existe seulement quelques reportages sur le Cimetière des Gardes rouges du Parc de Shaping. Sinon, aucun vrai documentaire n’a été tourné, c’est une grande lacune de notre histoire.

Lors de la préparation, M. WU Di, historien et spécialiste de la Révolution culturelle nous a proposé d’aborder trois sujets. Deux concernent les massacres qui se sont passés à Pékin pendant la Révolution culturelle et le troisième est l’histoire du Maître de corps Zheng Zhisheng. Pourquoi  choisi M. Zheng comme sujet de notre documentaire ? C’est pour deux raisons.

Tout d’abord, c’est pour le rôle particulier et unique de M. Zheng pendant les affrontements de Chongqing. En effet, l’Université de Chongqing a été le lieu de création de la Faction 815. Étant étudiant dans cette université, à l’âge de 24 ans, il a été désigné malgré lui comme Maître de corps pour traiter et enterrer les morts membres de la Faction 815. Il a été obligé d’affronter directement la mort et de faire face à la douleur et la colère des familles. Ces circonstances ont provoqué en lui une forme de haine et de vengeance. Nous avons choisi de montrer, à travers ce parcours individuel, la complexité des événements de Chongqing et l’escalade de la violence pendant l’été 1967.

Ensuite, le caractère de M. Zheng et son vécu pendant et après les affrontements de Chongqing est très représentatif de sa génération. Ce documentaire présente comment un jeune étudiant des années 60 en Chine s’est engagé dans un événement politique puis dans des affrontements très violents qui ont définitivement bouleversé le cours de sa vie.

La première fois que nous avons pris connaissance de l’histoire de M. Zheng, nous avons été très sensible surtout à son accusation pour meurtre de 6 personnes et à son emprisonnement pendant 13 ans à cause de ses actes pendant les affrontements de Chongqing. Cela nous avons fait penser à la notion de la « banalité du mal »  proposée par Hannah Arendt, en 1963, dans son ouvrage Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, sur le crime des Nazis pendant la Seconde guerre mondiale. Cependant, en approfondissant l’interview et la conversation avec M. Zheng, nous trouvons que le contexte est complètement différent. D’abord, son parcours reflète une maladie de l’époque sous l’emprise de Mao Zedong. Cette personne véhicule une grande complexité et une certaine forme de contradiction. En effet, tout en étant résistant, il a été obligé d’accomplir certains actes répréhensibles.

Par conséquent, la médiatisation de ce témoin essaie de mettre en avant un autre concept différent de celui du monde occidental. Même s’il existe des points communs comme les actions violentes provoquées par le totalitarisme et le culte du dirigeant, le modèle chinois est déformé et influencé par son histoire culturelle originale et par sa pensée communiste.

Le défi principal de la réalisation

Après le premier entretien avec M. Zheng Zhisheng, le maître de corps, Xia Qing et M. Zheng ont pris le même bus pour rentrer. Pendant le trajet, Xia a pris des notes en tant que réalisateur tant en chinois qu’en français. M. Zheng s’en est aperçu et a cru que il était français et qu’il travaillait pour le gouvernement français. Lors du deuxième entretien, il ne l’a plus fait confiance et malgré toutes les questions que il a posées, il n’a parlé que des paysages de son village natal, de l’histoire de son enfance, de sa famille, de son fils et de son petit-fils, comment il voit sa vie future, l’écriture des ses mémoires. Le rétablissement de la confiance entre eux a été assez cocasse. Quand il a eu des problèmes techniques avec sa caméra, M. Zheng s’est aperçu que il n’avait pas un matériel très performant et donc que il était un vrai étudiant sans lien avec le gouvernement français. Il a alors compris que il était véritablement passionné et qu’il cherchait la vérité sur la Révolution culturelle de la Chine.

M. Zheng l’a alors expliqué pourquoi il est méfiant. Chaque fois qu’il accepte un entretien avec un média étranger, il doit demander l’autorisation aux Affaires étrangères de Chongqing, sinon il n’a pas le droit de faire l’interview. En 2007, un professeur chinois naturalisé américain est venu en Chine pour le rencontrer. Se méfiant de lui, les autorités l’ont fait suivre par un de leurs membres, ayant l’apparence d’un acheteur. Il l’a suivi avec une caméra cachée pour surveiller le contenu des entretiens. Ce professeur lui avait caché sa nationalité américaine et donc M. Zheng n’aurait pas du accepter l’entretien. Cette expérience explique pourquoi M. Zheng ne voulait pas coopérer lors de la deuxième rencontre.

Le cas de Mme Huang Ronghua

A Chongqing, Xia Qing a interviewé un autre témoin, la seule femme. Au début, elle n’a pas accepté de l’accueillir chez elle. Il s’est donc retrouvé dans un restaurant près de son appartement. Pendant l’entretien, elle a abordé au fur et à mesure des sujets de plus en plus approfondis. A ce moment-là, un homme d’une vingtaine d’années attablé à côté d’eux, a commencé à téléphoner et à parler de plus en plus fort, avec un ton très impatient, et même à crier. Mme Huang l’a observé et l’a murmuré qu’elle pensait que c’était un membre de la sécurité étatique habillé en civil. De plus en plus inquiète, elle a ensuite refusé d’être filmée. Ils ont alors commandé deux plats de pâtes et ils ont mangé. Puis, ils sont rapidement sortis du restaurant. C’est pour cette raison que le deuxième entretien s’est passé chez elle. Mme Huang l’a alors expliqué pourquoi elle n’avait pas voulu me recevoir dans son appartement. En fait, son mari n’approuvait pas qu’elle fasse des entretiens pour témoigner de son expérience.

Première difficulté : le manque de soutien des familles des témoins

La première difficulté que nous avons rencontrée lors des interviews est le manque de soutien des familles des témoins. Dans le cas de M. Zheng, tous les entretiens se sont déroulés dans le bureau de son entreprise puisque sa femme était complètement opposée à son témoignage. Par conséquent, nous n’avons pas pu montrer son environnement personnel et quotidien. De plus, sa femme lui a interdit d’écrire son autobiographie. Alors, en 2008, pendant un an, il a attendu chaque soir que sa femme s’endorme pour écrire ses mémoires de 23h à 2h du matin.

Ce n’est pas un cas unique. Cet été, nous avons interviewé trois témoins des affrontements de Chongqing.  Sans exception, tous les membres de leur famille étaient soit directement opposés à l’interview, soit ils ne les soutenaient pas. Ce n’est pas parce qu’ils ne s’entendent pas bien, ce n’est pas parce qu’ils n’ont pas une conscience historique, mais c’est parce que lorsqu’ils étaient jeunes, ils ont vécu trop de bouleversements politiques. Ils ont subi beaucoup de persécutions et ont souvent été accusés de crimes injustifiés. Par conséquent, dans l’environnement politique actuel de la Chine, ils ressentent toujours une grande inquiétude et beaucoup d’insécurité. Ils ont donc refusé de témoigner dans le but de protéger leur famille.

Sur ce point là, le Professeur Wu Di, qui a eu de riches et abondantes expériences avec les témoins de la Révolution culturelle, a déjà résumé et analysé leurs problèmes psychologiques dans son article « La psychologie dans histoire orale de la Révolution culturelle ». Nous pensons qu’en Chine ou dans d’autres pays, ce sont des réactions communes qui existent entre les témoins d’événements dramatiques.

Deuxième difficulté : Le manque d’archives et de traces historiques

Lors d’une conversation, M. He Shu, grand historien de la Révolution culturelle, nous a raconté qu’après la fin de la Révolution culturelle, le gouvernement chinois a soigneusement entrepris des enquêtes détaillées et a enregistré pratiquement tous les crimes et tous les événements. De plus, le gouvernement a aussi collecté un grand nombre de données qui comprennent principalement des photos, des notes et des documents politiques, réalisés pendant la Révolution culturelle.  Mais sous la pensée du dirigeant chinois Deng Xiaoping, il a été imposé de laisser de côté toute l’histoire de la Révolution culturelle, et surtout de ne pas rentrer dans les détails qui pouvaient menacer la légitimité du pouvoir en place. C’est ainsi que presque toutes les archives collectées concernant cette période ont été rassemblées puis détruites.

De plus, depuis les années 1980, les villes chinoises se développent très rapidement. Beaucoup de bâtiments appartenant au patrimoine historique sont démolis. A Chongqing comme ailleurs, il est compliqué de trouver dans la ville des traces des affrontements de la Révolution culturelle. Il est aussi très difficile de se représenter les lieux de mémoire par manque d’archives, de souvenirs ou de photos des affrontements de Chongqing. Dans les bibliothèques chinoises aussi, très peu d’archives sont accessibles au public.

Les enjeux éthiques de la réalisation documentaire

Pourquoi choisir de ne pas interviewer un témoin principal des affrontements de Chongqing ?

M. Zheng nous avait proposé d’interviewer un témoin, mais nous ne l’ai pas fait. En effet, cet homme nommé QIU Kai Quan, était un militant important des « Rebelles jusqu’au bout » de Chongqing et un meurtrier considéré comme l’incarnation du diable. Il est très difficile aujourd’hui de s’imaginer toutes ses manières de tuer tant il était cruel. Après les affrontements de Chongqing, M. Qiu a été condamné à la peine de mort avec sursis. Grâce à sa conduite exemplaire en prison, il a bénéficié d’une remise de peine et a été libéré. Il fut le dernier militant important des affrontements de Chongqing à sortir de prison. Après sa libération, Qiu Kaiquan a ouvert, grâce à sa formation de médecine chinoise en prison, un cabinet de soins. Il propose des massages et des séances  d’acupuncture, qui sont gratuites pour les personnes âgées sans famille.

C’est donc pour une raison éthique que nous n’avons pas interviewé ce témoin qui est en train d’expier ses crimes du passé. Dans son processus d’auto-guérison et en rendant service aux autres,  nous ne savations pas comment lui demander de revivre les événements sombres de son passé. En tant qu’interviewer, c’est quand même une position très délicate. Nous pensons que nous ne devons pas le déranger et lui faire répéter des informations qui existent déjà dans l’autobiographie de M. Zheng uniquement pour enregistrer le documentaire. Cela n’avait pas de sens. Le seul sens aurait été de voir un meurtrier âgé face à la caméra. C’est notre réflexion personnelle, elle est liée à l’enjeu éthique de la réalisation de ce documentaire. Nous pensons que l’Histoire ne doit pas être oubliée, mais l’histoire ne doit pas être présentée d’une façon voyeuriste, à la seule fin d’être consommée.

Doit-on montrer les images des morts, qui constituent le sujet principal de ce film ?

C’est le deux problème éthique rencontré lors de la réalisation de ce documentaire. Nous voudrions  proposer un exemple pour exprimer notre point de vue sur cette question.

Nous revenons sur l’histoire de Liang Ziqiao, la jeune fille de 15 ans morte en août 1967 dans les affrontements de Chongqing. En effet, nous avons obtenu l’autorisation d’utiliser la photo du corps de Liang. Néanmoins, nous avons choisi de ne pas l’utiliser au montage pour deux raisons.

D’abord, pour une raison d’humanité. D’après M. Zheng, Liang était une fille dynamique et souriante.  Nous voulons que le public garde le souvenir d’un visage vivant et non l’image d’un visage angoissé et torturé. C’est une façon de respecter la victime et les membres de sa famille, la mort étant un moment intime. Peut-être ne veulent-ils pas la montrer aux médias ? Même si l’utilisation de l’image du corps peut susciter directement et rapidement la compassion du public, nous préférons ne pas la présenter.

Ensuite, dans le documentaire, nous avons parlé de l’exposition des corps dans la chambre funéraire par la Faction 815. L’exposition de corps est la meilleure façon d’éveiller la haine et d’influencer l’opinion publique. Dans ce documentaire, l’exposition des corps des victimes, et surtout celui de la femme enceinte, a provoqué très rapidement l’aggravation des affrontements entre les deux factions à Chongqing. D’après M. Zheng, il existe aussi un autre exemple, celui de la mort de Zou Maolin, un étudiant de l’École de pétrole. Avant d’être enterré, les membres de sa faction ont promené son corps dans la rue pour inciter tous les camarades à se battre contre leur ennemi. Donc, dans ce documentaire qui sera projeté au public chinois qui a vécu cette histoire, nous ne voulons pas reproduire ces mêmes actes en montrant les photos des victimes.

Deux questions sensibles

Ce documentaire aborde deux questions sensibles qui concernent notre témoin principal, M. Zheng Zhesheng.

1. Le meurtre de deux captifs qui s’est produit le 18 août 1967

Comme vous l’avez compris dans le documentaire, M. Zheng Zhisheng a eu une grande responsabilité, il était chargé de tuer  deux prisonniers (He Minggui et Li Pingzheng). Étant responsable de la chambre mortuaire, il a été témoin aussi de plusieurs assassinats dans les affrontements de Chongqing,  comme exemple, celui du captif Kang Shuiyun présenté au début de ce documentaire.

Lors du montage, nous avions hésité  à raconter cette histoire délicate dans le documentaire parce que, pour M. Zheng, c’est une expérience « déshonorante ». Mais puisque M. Zheng, devant notre caméra, n’a rien caché de ce qu’il a fait, il a été très courageux de sa part de nous inviter et d’être filmé sur les lieux de mémoire. Donc, nous avons décidé de montrer cette séquence très précieuse et surtout sa réaction quand il s’est retrouvé sur place, là où il a enterré les deux victimes. Bien qu’il nous décrive cette expérience avec un discours très vague et confus il a clairement exprimé son repentir face à la caméra. Par la suite, à la fin de cette séquence, nous avons décrit plus précisément cette histoire, avec de nombreux détails, d’après l’autobiographie inédite de M. Zheng. Nous avons utilisé une voix off pour la raconter afin que le public comprenne ce qu’il s’est passé. C’est notre approche dans le traitement de la première question sensible.

Mais nous voudrions aussi souligner, qu’en réalité, avec tous ses effort, Zheng a protégé beaucoup de prisonniers, comme par exemple He Kaitai. Sans la protection de M. Zheng, il aurait été tué par les membres de la Faction 815.  M. Zheng a protégé aussi les femmes prisonnières pour qu’elles ne soient pas violées  par  les membres de la Faction 815, même si il n’a pas toujours réussi.   C’est un homme qui s’est toujours opposé à la violence et qui a toujours voulu aider les autres. Cependant, au sommet des affrontements, le 18 août 1967, le jour du bombardement de l’Université de Chongqing, il a organisé l’assassinat de deux captifs  sous l’emprise de la colère et de la haine. Cela a changé le cours de sa vie.

2.  Les injustices juridiques après les affrontements de Chongqing

Le second sujet sensible est lié aux  injustices juridiques dont a été victime M. Zheng après les affrontements de Chongqing.

Dans le documentaire, nous avons rapidement mentionné qu’il a été emprisonné en 1970 à l’âge de 27 ans. Dix ans après, il a été jugé par la Cour de Chongqing et accusé d’avoir « commandé, participé, fusillé et battu à mort » six captifs. Il est alors condamné à treize ans de prison et enfin libéré en 1983 à l’âge de 40 ans.

En effet, à la fin des affrontements de Chongqing, le gouvernement a lancé une procédure judiciaire et effectué une enquête minutieuse au sujet des crimes passés, afin de rétablir l’ordre social. Officiellement, les personnes qui ont joué un rôle important dans les affrontements, surtout les meurtriers, ont été dûment jugés et punis. En réalité, le jugement de M. Zheng nous dévoile une autre histoire totalement ignorée, celle de l’injustice juridique qui a suivi les affrontements de Chongqing.  En effet, dans son jugement, M. Zheng a été accusé d’être responsable de la mort de six personnes. Mais, d’après lui, il y en a deux qui lui sont parfaitement inconnues. La mort de ces deux personnes lui a été imputée pour que le vrai coupable, lui,  ne soit pas accusé. A ce moment-là, M. Zheng a voulu faire appel auprès de la Cour mais Tan Li Xuan, le policier du centre de détention, l’a persuadé d’abandonner cette requête.

L’histoire de M. Zheng n’est pas unique. En effet, en prison, il a rencontré plusieurs  personnes qui ont subi injustement les conséquences des affrontements de Chongqing. Prenons comme exemple l’assassinat du captif Kang Suiyun. M. WEI Yongfu, étudiant de l’Université de Chongqing est le tireur professionnel qui a tiré une balle dans la tête de Kang. Il a été condamné à dix ans de prison et a été enfermé au même endroit que M. Zheng Zhisheng. Par contre, le Bandit Xiao, le cerveau qui a obligé Wei à tirer sur la victime, n’a jamais été jugé simplement parce que son père était un des hauts fonctionnaires de Chongqing. Nous n’avons pas pu abordé ce point-là dans le documentaire parce que cette histoire est très obscure et très compliquée.

Les divergences entre le scientifique et l’artiste

Dans cette partie, nous voudrions vous parler des divergences rencontrées pendant la réalisation du documentaire, dues à deux identités différentes : celle du chercheur et celle de l’artiste.

En tant que chercheur, je préfère une narration dans l’ordre chronologique, de façon très logique en expliquant la cause et la conséquence, le déroulement de l’événement, le lien entre les personnes etc. J’ai confirmé les faits, les chiffres et j’ai donné beaucoup d’informations et de détails. Par exemple, les prix du traitement de corps dans les années 1960 en Chine, les séquences un peu anthropologiques comme « le travail quotidien du Maître de corps », les informations médicales, militaires etc.

Pour Xia Qing, la place de l’image est une priorité.  Il préfère une image expressive et moins de texte, c’est-à-dire que, simplement en regardant l’image, on comprend ce qu’elle veut nous montrer. De plus, il aime bien utiliser la métaphore et l’imagination. Par exemple, à la fin du documentaire, il a établi un lien entre les slogans des stèles et les slogans actuels que l’on voit dans la ville de Chongqing. Les stèles du cimetière sont comparées aux grands immeubles, qui sont comme des stèles et se tiennent debout silencieusement. L’affiche du documentaire a même été réalisée dans cette idée-là.  L’art est un langage universel qui peut traverser les barrières du temps, des cultures, des langues etc.

De plus, inspiré par l’histoire de la Chine contemporaine, Xia est en train de créer plusieurs œuvres de l’art contemporain, sous forme d’installation et de performance.

Les perspectives du projet

Ce qui a été présenté est seulement le début de notre projet, le premier épisode d’une série de documentaires au sujet de la Révolution culturelle, et plus précisément, au sujet des affrontements de Chongqing. En effet, cet été, nous avons interviewé trois témoins, il y aura donc les épisodes 2, 3 etc. Avec ces supports originaux, nous voudrons proposer au moins trois angles différents dans le récit de cet événement à travers des différentes expériences personnelles : pour enregistrer et mémoriser cette histoire totalement ignorée en Chine et inconnue hors des frontières, pour rétablir la vérité et pour essayer de trouver une voie de réconciliation et une voie de salut.

De plus, nous voudrions aussi utiliser les multimédias et réaliser un web-documentaire bilingue franco-chinois sur les Affrontements de Chongqing. C’est une forme de réalisation d’un reportage historique profond qui regroupe : des vidéos, des images, des textes, des références essentielles, des petites biographies des témoins, une partie de l’auto-biographie inédite de M. Zheng Zhisheng, des interactions avec le public, la chronologie des affrontements de Chongqing comparée avec la chronologie de la Révolution culturelle en Chine et la chronologie de la réalisation du documentaire.

Ce projet s’étalera sur deux ans. Par ailleurs, dans le processus de réalisation de ce documentaire, nous avons commencé à constituer une équipe de travail de 4 personnes : je suis la réalisatrice, Xia Qing est réalisateur et photographe, Mlle Jiang Weihua s’occupe du montage et des sous-titres, et Mme Catherine Vincent-Baehr est notre correctrice française.

Nous tenons à remercier M. Wu Di, l’historien de la Révolution et He Shu, l’historien spécialiste des affrontements de Chongqing qui nous a donné des conseils pertinents tout au long de la réalisation de ce documentaire. Nous tenons notamment à exprimer notre reconnaissance à Mme Béatrice Fleury, ma directrice de recherche et à M. Jacques Walter, directeur du Crem qui nous soutiennent depuis toujours dans notre projet. C’est Mme Fleury qui nous a proposé le titre du documentaire en version française, et le projet Chinalor qui nous a financé pour la traduction des sous-titres en français. Un grand merci à Hu Jie, un des meilleurs réalisateurs de documentaires chinois pour sa direction artistique. Nous adressons aussi tous nos remerciements aux témoins qui ont accepté nos interviews. Nous les remercions pour leur confiance.