Soutenance de thèse Ammar Benkhodja

Ammar BENKHODJA
Langues, littératures et civilisations
Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

L’Errance à l’oeuvre dans la prose et la poésie d’El-Mahdi Acherchour. Regards littéraires et anthropologiques

Soutenance prévue le mercredi 23 novembre 2016 à 14h00
UFR ALL Ile du Saulcy 57000 METZ
salle A208

Jury

M. Jean-Marie Privat, Université de Lorraine, Directeur de thèse
Mme Marie SCARPA, Université de Lorraine, Examinateur
Mme Zineb ALI-BENALI, Université de Paris VIII, Rapporteur
M. Guy DUGAS, Université de Montpellier  III, Rapporteur

Résumé

Mêlant réalisme et merveilleux, temps de la nature et temps de la vie sociale, les textes d’El-Mahdi Acherchour détruisent les frontières entre l’espace sauvage et domestique, rattachent, dans un continuum, le monde des vivants à celui des morts, les temps anciens au présent, les oralités aux pratiques scripturales. Ils s’inscrivent ainsi dans le sillage de l’esthétique postmoderne en ne présentant pas une seule intrigue, mais d’infinis récits enchâssés.
C’est donc dans une perspective qui croise poétique des textes littéraires et anthropologie du symbolique que nous avons voulu interroger le corpus littéraire d’El-Mahdi Acherchour.
Dans la première partie consacrée à l’étude du dernier roman de cet auteur, Moineau (2010), nous avons tenté de souligner les problématiques qui s’y posent. Depuis le paratexte jusqu’aux chronotopes structurant ce roman, en passant par les configurations des personnages, quelques réflexions sur la mise en écriture de logiques plus au moins hétérogènes (une hétérologie culturelle) se sont (im)posées d’elles-mêmes. Des questions liées au sauvage et au domestique, au familier et à l’étrange(r), à l’écriture et à l’oralité, etc. Autant de logiques que l’écriture acherchourienne tend à « métisser ».
Dans la seconde partie, nous avons interrogé, dans la même perspective, les deux autres romans d’El-Mahdi Acherchour : Pays d’aucun mal (2007) et Lui, le livre suivi de l’Autre, l’autre livre (2005). Deux romans qui convoquent les mêmes lieux imaginaires et font appel à une même figure du folklore berbère (Zalgoum) dans un élan esthétique qui « fait le procès de l’Unité ».
La dernière partie a été consacrée à une lecture des cultures mises en œuvre dans la poésie d’El-Mahdi Acherchour, notamment dans L’Œil de l’égaré (1997) et Chemin des choses nocturnes (2003).
Au carrefour de la (des) culture (s) du Même, de la culture et de la langue de l’Autre, l’oeuvre d’El-Mahdi Acherchour prend une position d’ « entre-lieu », d’ »entre-deux » entre « des » cultures, érigeant toute l’œuvre poétique et romanesque en géographie de l’ambivalence et de la cohabitation. En faisant siennes la langue et la culture de l’Autre, elle-même composite et hétérogène, les vers et la prose d’El-Mehdi Acherchour proposent une vision du monde centrée sur sa réalité syncrétique.

Soutenance de thèse Laurent Di Filippo

Laurent DI FILIPPO

Sciences de l’information et de la communication

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle du Nord. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan: Hyborian Adventures

Co-tutelle avec l’Université de Bâle (Suisse)

Soutenance prévue le vendredi 4 novembre 2016 à 14h30
Salle des Conseils, Ile du Saulcy, CS 60228 57045 Metz Cedex 01

Jury

M. Jacques WALTER, Université de Lorraine, Directeur de thèse
M. Jürg GLAUSER, Universität Basel, Co-directeur de thèse
M. David DOUYÈRE, Université François Rabelais de Tours, Examinateur
Mme Anne BESSON, Université d’Artois, Examinateur
Mme Marie-Pierre FOURQUET-COURBET, Université d’Aix-Marseille, Rapporteur
Mme Maude BONENFANT, UQAM – Université du Québec à Montréal, Rapporteur
M. Jürgen MOHN, Universität Basel, Examinateur

Résumé

Un rhinocéros Berserker, des hordes de Vanir déferlant sur la Cimmérie, le fils d’Ymir emprisonné… les références aux récits médiévaux scandinaves couramment désignés par les termes « mythes nordiques » sont nombreuses dans le jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs Age of Conan: Hyborian Adventures. Mais, comment des éléments issus de sources presque millénaires sont-ils devenus des composantes d’une production vidéoludique contemporaine ? À partir de ce cas d’étude, l’auteur de ce travail s’intéresse, de façon plus générale, aux phénomènes culturels et à leurs dynamiques à travers leurs processus de transmission, de manifestation et d’appropriation. Pour ce faire, il s’appuie sur une démarche qualitative et empirique à la croisée des Sciences de l’information et de la communication et des Études scandinaves afin de développer une approche anthropo-communicationnelle, fortement imprégnée par les travaux en Anthropologie. Celle-ci se fonde sur une méthodologie à la fois linguistique, socio-historique, d’observation participante sur le temps long et un suivi de veille sur le temps très long. Elle permet de constater que, des manuscrits médiévaux aux jeux vidéo en ligne, en passant par la littérature de fantasy américaine des années 1930, le sens donné aux références aux ressources culturelles du passé est sans cesse transformé et construit en fonction de la situation dans laquelle elles sont manifestées. Ces dynamiques culturelles s’inscrivent alors au cœur de la problématique du changement et de la permanence et mettent lumière les constructions d’un imaginaire du commun tout en remettant au centre de la réflexion le travail des acteurs.

Crédit image : Capture d’écran du jeu Age of Conan, Laurent Di Filippo

Soutenance de thèse Rémi Cayatte

Rémi Cayatte a le plaisir de vous inviter à la soutenance publique de sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication intitulée :

Les jeux vidéo américains de l’après 11 septembre 2001 : la guerre faite jeu, nouveau terrain de propagande idéologique ?

Sous la direction de Sébastien Genvo (CREM, Metz) et André Kaenel (IDEA, Nancy)

Le Jeudi 20 octobre 2016
à 14h00, à l’Université de Lorraine (Metz)

Salle du Conseil de l’UFR Sciences Humaines et Sociales (D206, 2ème étage)

Jury

Marie-France Chambat-Houillon, Maître de conférences HDR à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, rapporteur
Björn-Olav Dozo, Professeur à l’Université de Liège, examinateur
Béatrice Fleury, Professeur à l’Université de Lorraine, examinateur
Sébastien Genvo, Professeur à l’Université de Lorraine, directeur de thèse
Madjid Ihadjadene, Professeur à l’Université Paris 8, rapporteur
André Kaenel, Professeur à l’Université de Lorraine, directeur de thèse

Résumé

Les jeux vidéo qui abordent de manière explicite ou détournée des événements réels transmettent une certaine vision de tels événements à leurs utilisateurs. Que ce soit à travers les éléments de récit sur lesquels ils reposent, les images portées à l’écran ou leurs spécificités ludiques, certains jeux vidéo s’inspirent ainsi du réel autant qu’ils (re)construisent ce dernier par l’intermédiaire des expériences de jeu qu’ils proposent.

Afin de mieux cerner les rouages et les mécanismes de ces jeux, nous avons pu proposer dans ce travail une méthode d’analyse qui prend en compte l’ensemble des éléments (narratifs, visuels et ludiques) qui les constituent. Nous avons pu ensuite appliquer cette méthode aux trois jeux Call of Duty: Modern Warfare (2007-2011). Une fois l’étude de ces éléments formels réalisée, nous avons replacé ces jeux dans leurs contextes de production et de réception.

Nous avons ainsi pu mettre en lumière le fait que, à l’exaltation de sentiments militaristes, guerriers, nationalistes et patriotiques, s’ajoute dans ces trois jeux une volonté assez nette de véhiculer une vision positive de l’engagement militaire américain à l’étranger et de l’adoption d’une doctrine de guerre préventive par les États-Unis au lendemain des attentats du 11 septembre 2001.

Au-delà du travail réalisé sur les trois jeux Call of Duty: Modern Warfare, la méthode utilisée pour le mener à bien participe à proposer une approche qui prend en compte les multiples facettes de l’objet jeu vidéo pour en appréhender au mieux les possibilités de persuasion.

Mise en récit de la controverse des déchets radioactifs

Article initialement publié sur le carnet de recherche Publics en questions

Vincent Carlino, Université de Lorraine

Depuis vingt ans, la question des déchets radioactifs se pose à l’industrie nucléaire. Celle-ci est d’autant plus importante lorsque l’on sait que la France a massivement investi dans la recherche et l’ingénierie nucléaire après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à en faire une composante fondamentale de son identité nationale (Hecht, 2014). Décider du sort des déchets produits dans les dix-neuf centrales du pays représente un enjeu capital. Sur le plan technique, définir une méthode de gestion des déchets influe sur la maîtrise de l’énergie nucléaire française et son essor à l’échelle internationale. En effet, parvenir à gérer des déchets permettrait d’exporter un circuit de production d’électricité maîtrisé depuis la construction des réacteurs jusqu’au traitement des combustibles usés.

Le débat sur les déchets radioactifs se pose également sur les plans social et politique. Le choix des territoires d’accueil des déchets ne pouvant être seulement dicté par des critères scientifiques, la controverse a rapidement gagné l’arène politique. L’appui des élus et des populations locales est décisif pour le processus de décision. C’est pour répondre à cette exigence que la loi « Bataille » de 1991 a ouvert un chantier visant à faire émerger des candidatures. Elle fixe la technique du stockage géologique profond comme solution à explorer, et crée un établissement pour « concevoir, implanter et réaliser » les centres de stockage, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). En se resserrant autour de la commune de Bure et du centre de stockage sous-terrain Cigéo, les déchets radioactifs suscitent des prises de position très différentes auprès des populations locales et des décideurs politiques et industriels. Les déchets radioactifs forment une controverse sociale (Charaudeau, 2014) qui se décline en une série d’interrogations. En quoi consiste le stockage sous-terrain ? Est-ce la technique la plus appropriée ? Quel est le coût de l’installation ? Quelle est sa durée d’exploitation ? Faut-il permettre une intervention humaine une fois que celle-ci sera réalisée (principe de réversibilité) ?

Un public en crise ?

Des réponses sont avancées dans la communication institutionnelle du maître d’ouvrage, ainsi que par différents collectifs et associations de militants qui entendent livrer un point de vue critique. Dès les prémices du projet, les opposants ont multiplié les actions pour alerter les populations locales. En réalité, Cigéo serait le chantier du centre de stockage définitif qui devrait être construit à l’horizon 2050 et non un simple laboratoire. Les élus locaux « vendraient leurs consciences » pour accueillir ces déchets et par-là développer l’emploi et l’économie des territoires ruraux voisins. Ces critiques sont exprimées sous forme de communiqués, de procès, d’articles de presse, de films documentaires, etc.

Conscient de ce conflit entre promoteurs et opposants de Cigéo, l’État a décidé en 2013 la mise en place de concertations citoyennes organisées par la Commission nationale du débat public (CNDP). Visant à réunir les parties prenantes du projet, le dispositif était présidé par une commission d’experts et structuré par un calendrier de réunions. Les opposants ont rapidement refusé d’y prendre part, jugeant que le cadrage proposé tenait pour acquis des éléments qui méritaient d’être (re)discutés. Autrement dit, le « débat public » était perçu comme une présentation de décisions déjà actées plutôt qu’un espace de débat citoyen. Cette contestation a donné lieu à un boycott par un collectif d’associations locales. Les opposants ont investi les lieux du débat pour l’empêcher par des sifflets et des slogans. Ne pouvant se tenir dans de telles conditions, les séances ont été levées et remplacées par un débat sur internet. En l’occurrence, le public du débat était en crise. Pour autant, cela ne signifie pas que les acteurs sont restés indifférents face à la controverse des déchets nucléaires. Au contraire, le tournant polémique des échanges a conduit à une forte médiatisation de l’action militante, alternativement qualifiée de boycott ou de sabotage.

Se rendre visible dans la controverse

En investissant les débats, les opposants font vivre une arène publique caractérisée par des échanges triadiques impliquant les deux camps en opposition ainsi que des auditoires qui assistent à la dispute (Céfaï, 2002 : 60). À travers leurs actions, ils livrent un contre-discours qui cohabite avec celui de l’industrie nucléaire, recourent à des stratégies de conflits, dénoncent les intérêts des décideurs, publicisent leur critique antinucléaire. Ils organisent le cadre de la controverse plus qu’ils ne participent à une dispute rhétorique qui viserait à convaincre autrui. La cible n’est pas tant le camp adverse que les auditoires qui assistent à la dispute.

Qu’il s’agisse d’un forum délibératif, d’instances politiques, ou des médias, investir une arène permet de se rendre visible dans la controverse. Des acteurs, des camps, et différentes visions du problème apparaissent dans le jeu social et entrent en confrontation. L’enjeu est de montrer au public le bien-fondé du discours et des arguments avancés. La finalité n’est pas tant de convaincre autrui – qui demeure ancré sur ses positions – que de publiciser le discours de chaque camp (Angenot, 2008). Ce processus relève davantage de la narration que de l’affrontement rhétorique. Les promoteurs de Cigéo recourent également à cette méthode avec le site web Les Arpenteurs. Se présentant comme un magazine, le site traite de l’actualité des déchets radioactifs et offre une tribune, via le travail éditorial, pour réagir au discours antinucléaire.

 

arpenteurs

 

Fruit de l’opposition entre promoteurs et opposants aux déchets radioactifs, la mise en récit livre différentes versions de la controverse dans l’espace public. Elle permet in fine de s’informer à ceux qui n’y participent pas activement.

 

RéférencesAngenot M., 2008, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. Mille et une nuits.

Céfaï D., 2002, « Qu’est-ce qu’une arène publique ? Quelques pistes pour une approche pragmatiste », pp. 51-82, in : Céfaï D., Joseph I., dirs, L’héritage du pragmatisme : conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube.

Charaudeau P., 2014, « La situation de communication comme fondatrice d’un genre : la controverse », pp. 49-58, in : Monte M., Gilles, P., dirs, Genres & Textes : déterminations, évolutions, confrontations, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Hecht G., 2014, Le Rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éd. Amsterdam.

Ateliers doctorants : le programme 2017

L’AJC renouvelle son programme d’ateliers pour l’année 2017. Les ateliers sont l’occasion pour nous tous de travailler la méthodologie, la construction de corpus, le travail de terrain, ou encore les théories dans l’ensemble des disciplines du Crem. Chaque séance débute par l’exposé d’un travail de thèse qui est ensuite discuté par l’ensemble du groupe. Les échanges ont vocation à être utiles à tous : ils sont une occasion à saisir pour trouver des réponses aux questions et incertitudes qui nous concernent tous !

mardi 29 novembre 2016
Séance spéciale organisée avec l’équipe Praxis

mardi 24 janvier 2017
Influence de la variable générationelle sur les interactions langagières : société en mouvement
Fatima Zohra Fourar (Crem, Université de Lorraine)

14 Février
Le portrait plastique et textuel chez Pierre Molinier
Mélodie Marull (Crem, Université de Lorraine)
mardi 4 avril 2017
Penser la médiation du Geek Art : Perspective ludiques
Audrey Janin (Crem, Université de Lorraine)

mardi 23 mai 2017
Convaincre par le jeu
Rémi Cayatte (Crem, Université de Lorraine)

Journées doctorales SFSIC 2017

La Société française des sciences de l’information et de la communication lance l’appel à communications pour ses journées doctorales 2017 qui auront lieu les 14, 15 et 16 juin à Lyon.

Deux modalités de proposition s’offrent aux doctorants :

  • Proposition de communication (à partir de la 2ème année)
  • Proposition de posters (réservée aux doctorants en 1ère année)

L’ensemble des propositions sont à déposer sur la plateforme en ligne de l’événement avant le 5 janvier minuit.  Pour plus de renseignements, se reporter aux instructions dans l’appel à communications au format PDF.