AàC Colloque Jeunes Chercheur.e.s : l’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens

 


L’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens

Metz 28/29septembre 2017, Salle du Conseil de l’UFR ALL Arts-Lettres-Langues

 

Université de Lorraine

École doctorale Fernand-Braudel

Centre de Recherche sur les Médiations (CREM) EA 3476

Équipe Praxitexte

Université de Bourgogne Franche-Comté

ELLIADD – Édition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours

Pôle Contextes, Langages, Didactiques

Réseau IRIS

 

Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) offre ou est censé offrir une base commune à l’élaboration de programmes, d’évaluations, de certifications et de matériels linguistiques. Ce référentiel, qui s’inscrit donc dans le cadre – politique – européen, a pour objectifs, tout d’abord, d’intensifier et de faciliter l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, de promouvoir, ainsi, la mobilité personnelle et professionnelle entre pays membres, de favoriser, enfin, l’intégration de citoyens mobiles dans d’autres environnements linguistiques et culturels de l’Union. Parallèlement, depuis la publication de ce dispositif en 2001, certains pays non européens l’ont adopté ; et ils l’ont fait soit en le reprenant tel quel, soit en adaptant un certain nombre des principes qu’il promeut (Kherra, 2011 ; Sagaz et Ducatel, 2011).

Ces politiques et dispositifs d’adoption et/ou adaptation soulèvent des débats, entre autres linguistiques et didactiques, qui en fait ne sont pas nouveaux. Sans vouloir remonter trop loin dans le temps, par exemple aux méthodes traditionnelles ou audio-visuelles, on rappellera qu’il y a environ un quart de siècle, la diffusion massive des approches communicatives dans l’enseignement- apprentissage des langues étrangères a soulevé des problèmes dont par exemple Le Français dans le Monde s’est fait l’écho dans sa livraison « Environnement et enseignement du français » d’août- septembre 1982 (n° 171). Dans cette livraison, Ferenczi posait ainsi la question de l’exterritorialité, qu’il opposait, comme d’autres auteur.e.s de la livraison, à l’environnement, censé « nous attacher à l’univers physique et social, selon les ressources matérielles, les activités humaines et les codes culturels qui caractérisent une aire géographique et politique bien déterminée » (art. cité : 31). Pour autant, Ferenczi concluait, bien avant que l’idée de mondialisation ne se soit répandue : « l’accroissement des relations économiques, la multiplication des échanges humains et des contacts culturels que connaît notre monde moderne, ne sauraient laisser en l’état la didactique des langues toujours avide de renouvellement » (art. cit. : 33). Une vingtaine d’années plus tard, le tournant actionnel des approches communicatives, quia émergé avec le CECRL, et la large diffusion de ce dernier dans une Europe élargie, comme hors d’elle, ont relancé le débat, et renouvelé les questions ou les problématiques liées à l’environnement ou à la contextualisation, qu’on les aborde des points de vue politique ou didactique.

Ce colloque invite ainsi les jeunes chercheur.e.s à revenir et/ou à se pencher sur les enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels et didactiques de l’importation (totale ou partielle) du Cadre, ainsi que sur les conditions et les difficultés de l’adoption et de l’application de ses principes ;les jeunes chercheur.e.s pourront s’appuyer sur le fait que nombre de spécialistes s’interrogent sur la standardisation, en proposant des approches diversement contextualisées (Blanchet, 2009 ; Blanchet et Chardenet, 2011 ; Coste, 2007 ; Lefranc, 2008 ; Puren, 2007 ; Springer, 2011).

*

*

*

Le colloque recueillera et confrontera diverses contributions suivant trois axes :

1. Adaptabilité/Applicabilité du CECR dans de différents contextes

 Pourquoi des pays non européens adoptent-ils le CECR ? Et qu’adoptent-ils de celui-ci ?

 Le CECR est-il« contextualisable » et quelles sont les limites de cette contextualisation ?

 Comment utiliser le CECR pour créer des curricula dans des contextes non européens ?

2. Élaboration des manuels dans les pays non européens

 Quel rôle peut jouer le CECR dans l’élaboration des manuels de FLE dans les pays non

européens ?

 Dans quelle mesure, jusqu’à quel point l’élaboration de manuels en FLE, FLS, FOS, FOU,

est-elle inspirée du CECR ?

 L’approche actionnelle, notamment, y est-elle prise en compte ?

3. Évaluation et certification

 De quelle manière le CECR est-il reconnu, hors Europe, comme une référence standard pour l’évaluation des compétences linguistiques ?

 Dans quelle mesure ce standard fonctionne-t-il pour les mobilités entre pays non européens ?

 Quel est l’impact du standard européen sur les certifications locales en FLE ?

*

*

* Modalités de réponse à l’appel, calendrier, inscription, publication

Les doctorant.e.s et les jeunes docteur.e.s (ayant soutenu après le 1 er septembre2015) en sciences du langage et didactique des langues sont invité.e.s à soumettre une proposition pour une communication de vingt minutes (suivie de dix minutes de discussion) qui sera transmise au plus tard le 15 mai 2017 à . Les propositions contiendront le nom de leur auteur.e et la mention de son rattachement institutionnel, son adresse mail, un titre et une notice biographique (cinq lignes max.) ; le tout suivi, sur une autre page, d’un résumé de 500 mots ; le résumé ne mentionnera pas le nom de l’auteur.eet sera accompagné de quelques références bibliographiques (sur la même page). Les propositions seront soumises à une double expertise en aveugle qui sera effectuée par les membres du comité scientifique.

jd.praxitexte.crem2017@gmail.com

Les évaluations aux candidatures seront envoyées avant le 30 mai 2017.

La participation devra être confirmée, après acceptation, avant le 30 juin 2017. Les inscriptions sans communication également.

Les frais de participation s’élèvent à 30 euros.

Une publication de textes sélectionnés est prévue sur le Carnet des jeunes chercheurs du CREM :

https://ajccrem.hypotheses.org/

*

Rappel du calendrier :

Date limite de dépôt d’une proposition de communication : avant le 15 mai 2017.

Retour des expertises : avant le 31 mai 2017.

Inscription : avant le 30 juin 2017.

Déroulement du colloque : 28 et 29 septembre2017.

*

Comité d’organisation

Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine)

Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine)

Fatima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Nassira EL HANNOUF (Doctorante à l’UBFC)

Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Hadria KHELIFI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Naïma MATI (Jeune docteure en SdL de l’UBFC)

Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Isabelle RODIN (Jeune docteure en SdL de l’UBFC)

Comité d’organisation local :

Guy ACHARD-BAYLE, Hussain BILHAJ, Fatima Zohra FOURAR(CREM- Praxitexte, Université de Lorraine).

Comité scientifique

Driss ABLALI (Professeur à l’Université de Lorraine)

Nathalie AUGER (Professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Kaouthar BEN ABDALLAH (MCF à l’UBFC)

Serge BORG (Professeur à l’UBFC)

Filomena CAPUCHO (Professeure à l’Université Catholique Portugaise)

Fred DERVIN (Professeur à l’Université d’Helsinki)

Mohamed EMBARKI (Professeur à l’Université de Bourgogne & Franche-Comté)

Béatrice FRACCHIOLLA (Professeure à l’Université de Lorraine)

Rana KANDEEL (Professeure ass. à l’Université du Yarmouk)

Dominique MACAIRE (Professeure à l’Université de Lorraine)

Caroline MASSERON (Professeure à l’Université de Lorraine)

Irem ONURSAL (Professeure ass. à l’Université Hacettepe, Ankara)

Ali TARMAL (Professeur à l’Université Al-Zawiya)

Pu ZHIHONG (Professeur à l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou/Canton)

Références & orientations bibliographiques

BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ? ». In : Le Français à l’université2, 2- 3. Disponible sur le site de l’AUF : [Consulté le 5février 2017].

http://www.bulletin.auf.org/index.php?id=833

CASTELLOTTI, Véronique & NISHIYAMA, Noriyuki Jean(dir.). 2012. « Contextualisation du CERC. Le cas de l’Asie du Sud-Est ». Le Français dans le Monde – Recherches & Applications50.

CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

COSTE, Daniel. 2007. « Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ». In : Rapport de F. Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe. Disponible à l’adresse : [Consulté le 5 février 2017].

http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/SourceForum07/ForumFeb06_%20Report_FR.doc

FERENCZI, Victor. 1982. « Motivation et environnement », dans Le Français dans le Monde171, 31-33.

JEANNOT-FOURCAUD Béatrice, DELCROIX Antoine & POGGI Marie-Paule. 2014. « Introduction » à Contextes, effets de contextes et didactique des langues. Paris : L’Harmattan, 9-36.

KHERRA, Nawel. 2011.« L’adaptation du CECRL aux besoins d’étudiants arabophones non spécialistes du français : cas des étudiants de l’école préparatoire d’architecture dans le contexte universitaire algérien ». In :Synergies Europe6, 85-98.

LEFRANC, Yannick. 2008. « Faire avec et contre le CECRL ». In : Évaluation et Cadre européen de référence pour les langues, Sixième journée d’étude organisée par l’Association Régionale de Français Langue Étrangère dans le cadre du Master de Didactique des langues. 15 février 2008. Strasbourg : Université de Strasbourg. Disponible à l’adresse : [Consulté le 14 janvier 2017].

http://fle.u-strasbg.fr/journeeval/lefranc.htm

LEFRANC, Yannick.2014. « Le management enchanteur : gouvernement, technologie et double langage du CECRL ». In : Cahiers du GEPE6,« Politiques linguistiques en Europe ».Disponible sur le site : [Consulté le 14 janvier 2017].

http://www.cahiersdugepe.fr/index.php?id=2608

Le Français dans le Monde(n° spéc. 171) :« Environnement et enseignement du français », sous la direction de Jacques Cortès et Christian Pellaumail, Août-Septembre 1982.

PUREN, Christian. 2007. « Quelques questions impertinentes à propos d’un Cadre Européen Commun de Référence » (Journée des langues de l’IUFM de Lorraine, 9 mai 2007. Disponible sur le site de l’APLV : [consulté le 14 janvier 2017].

http://www.aplv-

languesmodernes.org/spip.php?article990

ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLÉ international.

SAGAZ, Michel. 2011. « Contextualisation du CECR et pratiques méthodologiques locales : le cas du Japon ». In : Synergies Europe6, 75-84.

SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. Pourquoi adopter le CECR au Japon ? In :Synergies Europe 6, 153-163.

SPRINGER, Claude. 2011. « Le CECR : outil de diversification ou de standardisation ? ». In :Cadre Européen Commun de Référence et Enseignement du Français en Corée, Octobre 2011, Séoul. Disponible à l’adresse : [consulté le 14 janvier 2017].

http://springcloogle.blogspot.fr/2011/10/cecr-standardisation-ou-diversification.html

*

Compte-rendu du séminaire  » Sport et Média  » de l’équipe Praxis Nancy le 29-11-2016 (CREM-Université de Lorraine)

Fatma FAKHFAKH (Docteure – Praxitexte – CREM)

Adel ZNAIDI (Doctorant – Praxitexte – CREM)

 

Pour introduire, nous commençons par remercier tous les membres de l’équipe Praxis, particulièrement Mme Anne PIPONNIER qui m’ont suggéré de rédiger ce compte-rendu, et qui ont organisé cette journée portant sur le thème  » Sport et Média  » en collaboration avec l’ACJ-CREM (Association des jeunes chercheurs rattachée au Centre de Recherche sur les Médiations).

Notre présence au séminaire s’inscrit dans le cadre de nos visites régulières au campus de l’Université de Lorraine qui ont pour objectif de participer aux différents événements scientifiques et académiques prévus à Nancy et à Metz.

Tout d’abord, précisons que les deux pôles du CREM, Praxis et Praxitexte, peuvent avoir des points de recherche en commun et que les séminaires peuvent être des lieux d’échange et de mise en commun entre les chercheurs des deux équipes, notamment autour des questions de  la communication (textuelle, journalistique, littéraire, orale, etc), des politiques (linguistiques, sociales, médiatiques, etc) et des dispositifs (scientifiques, audio oraux, audiovisuels, etc).

Bien que nos recherches au sein de l’équipe Praxitexte s’inscrivent dans le cadre d’étude des difficultés d’apprentissage et d’évaluation du français langue étrangère en Tunisie (en ligne / en présentiel, méthodes et pratiques d’enseignement, analyses des cas, études de terrain, etc), cela ne nous a pas empêché de participer avec les membres de Praxis au séminaire portant sur les difficultés que rencontre la femme handicapée sportive.

Nous saluons les deux doctorantes Natacha LAPEYROUX et Géraldine LETZ pour leurs travaux intéressants, riches et courageux, ainsi que Monsieur Jean-François DIANA (Maître de conférences à l’université Paul Verlaine – Metz) qui les a discutées.

Pour ce qui est du travail de Mme LAPEYROUX, intitulé  » Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à 2015 « , nous valorisons tous particulièrement, quatre points :

  • L’interdisciplinarité de la recherche interpelant à la fois le domaine sportif féminin, le contexte médiatique (télévision), le contexte social (jugements et préjugés face au sport dit purement masculin, à savoir la boxe), la nature biologique de l’être humain (la femme notamment), etc ;
  • L’audace et le courage de la doctorante ayant choisi le thème de la boxe féminine considéré comme tabou ;
  • Le traitement du sujet par les médias (corpus d’archives télévisuelles, focalisation, plans, etc.) ;
  • La précision de la période d’étude (dates / diachronie) et des références renvoyant au terrain (l’Association Internationale de Boxe Amateur).

 

Dans sa méthodologie, la doctorante se base sur l’utilisation du concept de performance de Judith Butler et sur une l’analyse socio-discursive des retransmissions sportives. Ce qui lui a permis de constater que la sphère médiatique est appréhendée comme une arène symbolique dans laquelle les femmes sportives mènent une lutte pour légitimer leur position.

Le deuxième exposé présenté lors de cette journée est celui de Mme LETZ, la doctorante en sciences de l’information et de la communication, intitulé  » Corps, appareillage et sport paralympique : du moi morcelé au super-héros « . La doctorante se propose d’interroger la construction médiatique de la figure de l’athlète prothétique paralympique. Le sportif dépasse les limites du corps humain et se déploie dans un champ pluridisciplinaire qui dépasse le cadre du sport, interrogeant ainsi la norme et le rapport à la différence dans la société́ moderne. Nous avons retenu notamment:

  • La clarté de l’exposé et de la méthodologie suivie par la doctorante ;
  • La pertinence du choix des illustrations dans son exposé (le recours à l’authentique) ;
  • La présentation du terrain (entretiens avec athlètes, etc.) ;
  • L’emploi d’un métalangage littéraire et fantastique (mythe, mythologie, héro, mi-homme, mi-machine, histoire, monstres, figure, créateur, etc.)
  • La compassion de la doctorante avec la situation des athlètes handicapés pour laquelle nous la saluons chaleureusement (réaffirmation de soi, le Je héros, identifiable par la société, etc.

 

Les deux analyses descriptives effectuées par les deux doctorantes nous ont permis d’identifier les mécanismes de création et de la diffusion de l’information et son impact auprès des publics.

Nos visites à l’Université de Lorraine se poursuivront vu que nous prévoyons de  préparer un travail de post-doctorat et que nous comptons participer aux futurs évènements scientifiques qui auront lieu. La présence à ce type de journées et séminaires du CREM permet l’échange, le débat sur les différents thèmes traités par les membres des quatre équipes. Pour nous, c’était une découverte avant tout : l’utilité des recherches, les contextes sociaux, médiatiques et de santé, les corpus authentiques choisis rattachés à la société et au domaine médiatique.

 

Fatma FAKHFAKH est docteure en Sciences du Langage de l’Université de Lorraine et en Didactique du français de l’Université Virtuelle de Tunis. Elle est membre de l’équipe Praxitexte du CREM et j’avais effectué ma thèse intitulée « De l’étude de terrain (à l’I.P.E.I.S. et la F.S.S.) à la scénarisation des évaluations d’un cours de FOU scientifique et technique, mis en ligne sur la plateforme Moodle 2.4 de l’U.V.T. conçu pour les étudiants de première année des cycles préparatoires  » sous la direction des Professeurs Guy ACHARD-BAYLE et Bourguiba BENREJEB. Acuellement enseignante universitaire en Tunisie (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax – Université de Sfax).

Adel ZNAIDI est doctorant en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine et en Didactique du français à l’Université Virtuelle de Tunis. Il prépare une thèse en cotutelle entre l’Université de Lorraine et l’Université Virtuelle de Tunis intitulée « Métacognition et Apprentissage du texte narratif : Etude de l’autorégulation chez les élèves du 1er cycle de l’enseignement de base « . Cette thèse est coencadrée par Guy ACHARD-BAYLE pour le côté français et Abdelmajid NACEUR pour le côté tunisien. Il effectue ses recherches au CREM (Praxitexte) depuis deux ans.

Mise en œuvre d’une démarche de recherche création dans un doctorat en SIC portant sur l’art numérique

Françoise Chambefort
ELLIADD, Université de Franche-Comté

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Expérimenter, c’est faire advenir de nouvelles formes de vie et d’activité, de pensée et de création.(…)

Expérimenter, c’est faire varier une situation pour en moduler les perspectives. [NIC 2009 ; 5]

Notre travail de thèse porte sur l’art numérique et plus particulièrement sur l’art génératif qui utilise des flux de données en temps réel. Il vise à montrer les potentialités narratives, ou plus généralement de création de sens, que portent ces dispositifs.

Sur les pas de Serge Bouchardon qui allie ses activités de chercheur en SIC et d’auteur en littérature numérique, nous avons souhaité mettre en œuvre une démarche de recherche création.

Après avoir présenté cette démarche, nous verrons en quoi elle peut être particulièrement pertinente pour aborder notre sujet de recherche et selon quelle méthode nous nous proposons de la mettre en œuvre.

1/ La démarche de recherche création

Une démarche qui vient de la recherche en arts plastiques

Le terme de recherche création est apparu il y a une vingtaine d’année. accompagnant un mouvement d’intégration progressif des études d’art dans le domaine universitaire et ainsi qu’une réflexion sur les rapports entre art et science [SIC 1995]. Les débats ont été nombreux dans le milieu francophone sur la nature de ce que devrait être la recherche artistique. Ils ont été marqués en 2004 par le 72e congrès de l’Acfas, La recherche création pour une compréhension de la recherche en pratique artistique [GOSS 2006], la publication en 2009 de l’ouvrage Recherche & Création par l’École Nationale Supérieure des Arts de Nancy [BIA 2009] , puis le colloque qui s’est tenu à l’UQAM en mars 2014, La recherche création : Territoire d’innovation méthodologique [DUB 2014]. Le numéro de la revue Hermès de 2015, L’artiste, un chercheur pas comme les autres [REN 2015] est venu compléter la réflexion.

Très tôt, certains participants à ce débat mettent en avant une contradiction entre la pratique artistique et l’activité de recherche tandis que d’autres soulignent leurs similarités. La raison, l’objectivité, le concept peuvent-ils cohabiter avec le sensible, le subjectif, l’expérientiel ? Hervé Fischer , dans son article « La raison sensible » [REN 2015 ; 206-213], montre bien comment deux idéologies de l’art continuent de cohabiter. L’une, héritée du romantisme, oppose le génie artistique donné comme irrationnel au savoir universitaire rigoureux dont les exigences sont posées comme incompatibles avec ce génie. L’autre, qu’il qualifie de «conception intellectuelle de l’art», s’est appuyée sur les sciences, sciences exactes ou sciences humaines, pour justifier ses modes d’expression. Cette dichotomie se retrouve dans le clivage qui oppose les écoles d’art et les filières universitaires en art numérique.

Le terme recherche création est donc très ancré dans son contexte et les débats qu’il suscite sont plus souvent polémiques que méthodologiques. Cependant, il tend à se vulgariser, désignant une démarche de travail propre aux praticiens en art.

Une démarche utilisée également en SIC

Les chercheurs en SIC Serge Bouchardon [REN 2015 ; 187-197] et Alexandra Saemmer [REN 2015 ; 198-205] qui ont contribué au numéro de la revue Hermès L’artiste, un chercheur pas comme les autres, mettent en œuvre depuis plusieurs années cette démarche de recherche création. Dans ce même numéro, Emmanuel Mahé, docteur en SIC et directeur de recherche à l’ENSAD, dresse un premier bilan du doctorat SACRe (Sciences, Arts, Création et Recherche) lancé en 2012 à l’Université Paris Sciences et Lettres (PSL). Sur une trentaine de doctorants, cinq sont inscrits dans des disciplines non artistiques dont les sciences de l’information et de la communication [REN 2015, 218].

Serge Bouchardon, dans son introduction à La Valeur heuristique de la littérature numérique [BOU 2013], définit la démarche de recherche création comme un prolongement de la recherche conception :

En terme de démarche scientifique, il s’agit de dépasser une posture d’observation. La posture d’interrogation ne peut pas être seulement dans l’observation de ce qui a été fait, mais dans l’anticipation à partir de la conception et de la création. [BOU 2013 ; 29]

La recherche conception, précise Bouchardon, se prête particulièrement à l’étude d’un objet technique et plus particulièrement d’un objet numérique :

(…) le numérique est toujours un construit, mais est également toujours en construction, et avoir une démarche de conception permet de saisir cette construction. [BOU 2013 ; 30]

Prolongeant cette démarche, la création s’inscrit dans une boucle de rétroaction avec la recherche. La démarche de recherche création place le chercheur-acteur dans une position de constante critique réflexive, la difficulté étant d’être capable de rendre compte de cet aller-retour entre action et méta-discours.

Si elle est constatée dans les faits, cette capacité des sciences de l’information et de la communication à s’ouvrir à une démarche qui peut paraître non académique s’explique.

En 1997, Jean Lancri introduit le colloque de l’Institut des arts de Porto Alegre Méthodologie de la recherche en arts plastiques à l’Université, par une intervention intitulée Modestes propositions sur les conditions d’une recherche en Arts Plastiques à l’Université [LAN 2001]. Cet article qui a bientôt vingt ans, est antérieur au débat sur la recherche création (l’intégration des formations artistiques à l’Université a en effet eu lieu dans les années 60 à Montréal) ; il fournit de nombreuses pistes de réflexions, notamment méthodologiques. Jean Lancri y pointe précisément les spécificités de la recherche en arts plastiques. Il insiste notamment sur l’importance de la notion d’altérité dans la démarche du chercheur en arts plastiques, ce qu’il nomme « le champ de l’autre »  [LAN 2001].

Cette confrontation avec autrui est au centre de la démarche de recherche création. Or ce concept d’altérité est également au centre de notre discipline, du fait de son objet, la communication. Mais il est également au centre de son discours épistémologique, puisque le champ des sciences de l’information et de la communication est résolument interdisciplinaire.

Dans l’introduction du numéro de la revue Hermès intitulé L’artiste, un chercheur pas comme les autres, Franck Renucci et Jean-Marc Réol relèvent ces deux points et en ajoutent un troisième lorsque l’objet de recherche appartient au domaine de l’art numérique :

Les sciences de la communication sont pertinentes dans ce champ par la question centrale de l’altérité qu’elles mettent en évidence (Wolton, 2012). Elles le sont aussi dans les rapports entre pratiques, interdiscipline, technique et société. Aujourd’hui, de nombreux chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC) s’engagent dans des voies de recherche articulées à la création avec des différences épistémologiques et méthodologiques très importantes. Nous retiendrons une volonté partagée d’intégrer la création dans une pratique de recherche au sein des SIC. On observera que ces chercheurs inscrivent bien souvent leur pratique pédagogique et de recherche dans des environnements numériques. [REN 2015 ; 16]

Selon eux, notre discipline est à même de porter un regard singulier et riche sur la création artistique :

Le chercheur en sciences de la communication (…) n’étudiera pas uniquement l’objet artistique, les discours qui le traversent, les processus de création, les dispositifs de médiations et de médiatisation. Il appuiera ses études en premier lieu sur l’altérité radicale de l’objet d’art, obstacle mais aussi créateur d’espaces discursifs. [REN 2015 ; 16]

Trois éléments apparaissent donc comme décisifs :

  • les particularités de l’œuvre d’art en tant qu’objet de recherche pour les SIC,
  • la nature socio-technique de cet objet dans le cas de l’art numérique,
  • l’interdisciplinarité des sciences de l’information et de la communication qui permet d’adopter des méthodes et des points de vue épistémologiques variés et de les agencer de façon productive.
L’articulation entre recherche et création

L’expérience scientifique et l’expérience artistique se distinguent par leur fin. L’expérience scientifique vise à vérifier la validité d’une hypothèse ou l’opérabilité d’un concept. L’artiste crée des expériences sensibles dans un dialogue avec autrui. Il peut créer ou utiliser des concepts pour donner un sens à ces expériences. L’expérience artistique peut aussi être une expérience de réception.

Évoquant l’artiste qui porte sa recherche sur sa propre démarche créatrice, Yvonne Laflamme décompose ainsi la situation :

La complexité de cette relation le place dans une situation de nature ternaire, puisqu’elle met en relation l’artiste (le sujet égocentrique) et son objet d’étude (sa création artistique) par le biais de la médiation dynamique du chercheur (sujet épistémologique). [LAF 2009]

Retenons de cette structure le dédoublement de l’artiste-chercheur en deux sujets distincts, le sujet égocentrique et le sujet épistémologique et l’aspect dynamique de la position de sujet épistémologique. En SIC cependant, l’objet d’étude est plus large et la création n’est pas toujours préexistante à la recherche. Dans la plupart des cas, l’artiste-chercheur étudie en parallèle un corpus d’œuvres et ses propres œuvres, créées ou non en lien avec cette recherche. Ainsi il peut accéder non seulement à l’objet mais au processus même de création de cet objet, et il peut faire varier les paramètres qui le définissent.

Ainsi, recherche et création ne sont pas situées sur le même plan dans cette démarche. Clairement, l’activité de recherche englobe tout le processus.  La production artistique (souvent appelée démo) n’a pas le même statut que dans une pratique professionnelle. Elle peut être moins aboutie, son rôle étant avant tout de servir la problématique de recherche. Cela n’empêche pas qu’elle puisse avoir sa finalité propre et se développer ensuite comme œuvre à part entière mais dans un autre cadre.

Examinons maintenant plus en détail le jeu des points de vue qui peut se déployer grâce à cette démarche.

Pour en rendre compte, Serge Bouchardon construit un schéma d’expériences autour de deux axes, l’un relié au sujet, l’autre relié à l’objet :

Ainsi je m’appuie sur mes propres productions comme sur les productions d’autres auteurs, soit en tant qu’œuvres créatives soit en tant qu’elles me permettent d’expérimenter des concepts (par exemple le couple narrativité/interactivité dans l’exemple ci-dessus). Mes productions et celles des autres, je peux les penser depuis les concepts ou depuis une activité de création, en tant qu’expérience littéraire et artistique ou comme support à une expérience scientifique. Sur le schéma à deux axes ci-dessous, je mobilise ainsi quatre formes d’expériences correspondant à quatre cases. Une limite serait de s’enfermer dans une seule case ; la force d’une telle démarche est, me semble-t-il, de conjuguer les quatre cases. [BOU 2014 ; 34-35]

schema-bouchardon

Schéma d’expériences de Serge Bouchardon

 

Parmi ces quatre formes d’expériences, deux semblent aller de soi :

– l’expérience scientifique s’appuyant sur les productions d’autrui (2), le corpus, préserve naturellement cette distance critique que tout chercheur est enjoint à ménager par rapport à son objet.

– l’expérience artistique s’appuyant sur les propres productions de l’artiste-chercheur (3) est celle du vécu éminemment personnel et intime de la création.

Les deux autres postures semblent moins faciles à cerner.

Que peut-être une expérience scientifique s’appuyant sur mes productions (1) ? Bien que cette posture soit celle d’un chercheur engagé de façon totale par rapport à son objet de recherche, elle peut lui permettre d’accéder à des données d’expérience capitales qui seraient inaccessibles sans cela. À un premier niveau, le sujet épistémologique peut utiliser son activité de créateur pour faire varier différents paramètres qui lui permettront de vérifier son hypothèse ou plus globalement, comme le dit Serge Bourchardon, de « voir ce qui résiste » dans le dispositif [BOU 2014 ; 32]. À un deuxième niveau, celui de la méta-cognition, le chercheur va pouvoir observer de l’intérieur le processus de création de l’objet artistique. Le défi à relever sera alors de mettre en place une méthode qui lui permette de recueillir des données utilisables dans son travail scientifique pour rendre compte de ce processus.

La dernière forme d’expérience proposée par Serge Bouchardon est celle qui croise expérience artistique et production d’autres auteurs (4). Cependant l’expérience artistique ne sera pas dans ce cas de l’ordre de la création. Ce sera une expérience de réception sensible de l’œuvre d’un autre, par un sujet qui toutefois a l’expérience de la création.

Ces expériences amènent le chercheur à opérer deux décentrements :

– à traiter soi-même comme un autre [LAN 2006 ; 11], le sujet épistémologique observant le sujet égocentrique,

– à considérer un autre comme soi-même dans l’expérience sensible des œuvres du corpus.

Ces deux points de vue ont des similitudes fortes car comme l’explique Stanislas Dehaene [DEH 2010], nous utilisons le même format de représentation mentale et les mêmes aires cérébrales pour représenter notre esprit et celui des autres :

ainsi, métacognition et représentation des autres partagent certains mécanismes cérébraux. Cependant, l’interprétation de ce recouvrement reste ambiguë. soit nous disposons d’une représentation détaillée de nous-mêmes et nous utilisons ce « réseau du soi » pour simuler l’esprit des autres et tenter de le comprendre ; ou bien, nous ne disposons pas d’un système spécifique d’introspection, mais notre connaissance est fondée sur l’auto-observation répétée : nous représentons notre comportement et inférons notre état d’esprit comme nous le ferions de celui d’une autre personne, mais nous disposons simplement d’un peu plus de données sur nous-mêmes que sur les autres. [DEH 2010]

Dans les deux cas, notre subjectivité sera notre premier moyen d’accéder à la connaissance en nous forgeant une représentation.

2/ Application à notre sujet de recherche

Notre recherche vise à explorer les potentialités narratives des œuvres d’art génératif s’appuyant sur des flux de données. Dans l’art génératif, l’artiste délègue à l’œuvre elle-même une partie ou la totalité  de sa capacité créatrice. Cette forme d’art touche à l’ensemble des domaines artistiques (image fixe et animée, son, texte) et a vu ses possibilités exploser avec l’arrivée de l’informatique. Lors de la programmation, l’artiste définit le degré d’autonomie et d’indépendance que l’œuvre pourra avoir.

L’art génératif basé sur un flux de données en temps réel émerge de façon protéiforme dans la continuité du Net Art en prenant pour objet :

  • les données du web1,
  • des données spatiales ou de gestuelle dans le cas d’installations interactives,
  • des données issues d’une pratique sociale spécifique  ((     Homeostatic de Lionel Maes, 2008, une œuvre qui permet de visualiser des mots provenant des agences de presse, les flux boursiers avec All over de Samuel Bianchini en 2009, Mutations de Sophie Itey, Joseph Larralde et Arnaud Dubarry (Les Morphogénistes) en 2013-2014, œuvre construite à partir des données du trafic de la communauté urbaine de Bordeaux.)).

L’art du flux n’a pour l’instant pas ou peu été capable de raconter des histoires. Pourtant, selon nous, il met en jeu un rapport au réel et un rapport au temps propices à la narration.

Afin de vérifier cette hypothèse, nous souhaitons combiner deux approches :

  • une approche théorique qui applique les apports de la recherche en narratologie à l’objet d’études (analyse des facteurs favorables et défavorables) puis confronte cette analyse à un corpus d’œuvres,
  • une approche technico-pratique par la réalisation de prototypes (ou « démos »).

Concernant les possibilités narratives de cet art du flux, nous attendons de la démarche de création qu’elle nous permette de pointer précisément les freins et les éléments facilitateurs.

Nous nous sommes interrogées sur cette rupture supposée avec le postulat d’objectivité scientifique qui semble constitutive de la relation entre recherche et création :

La nature paradoxale de cette relation pose problème dans un milieu où les critères de recherche sont basés sur les principes propres à la pensée classique occidentale, porteuse de l’idée que la valeur de la recherche, qu’elle soit scientifique ou universitaire, dépend de l’objectivité du sujet par rapport à son objet et que toute approche qui ne répond pas à ces critères ne peut avoir de valeur pour l’avancement des connaissances. [LAF 2009 ; 65]

Mais le paradoxe de Comte, cette idée que l’esprit humain pourrait observer directement tous les phénomènes excepté les siens propres (Auguste Comte cité par Stanislas Dehaene [DEH 2010] ), est facilement réfutable. Les choix méthodologiques et éthiques du chercheur peuvent permettre de concilier objectivation et subjectivité. C’est ce que nous avons tenté de faire en construisant notre méthode de travail.

3/ La méthode choisie

Allier la méthode heuristique et l’auto-explicitation

Selon le paradigme post-positiviste (qui s’est développé à partir des années 1980 avec la recherche qualitative, le constructivisme, le naturalisme [BRU 2007 ; 42]), il devient possible d’objectiver sa subjectivité afin de produire des données utilisables dans le cadre rigoureux de la recherche scientifique.

Claude Paquin, dans ses cours de méthodologie de la recherche création2, évoque notamment la méthode heuristique développée par le psychologue Clark Moustakas dans les années 60 [MOU 1990] puis condensée et appliquée par Eric Craig aux sciences de l’éducation en 1978. Il s’agit d’une méthode d’inspiration phénoménologique qui permet au chercheur d’investiguer un phénomène dans lequel il est lui-même immergé. Le processus se décompose en quatre phases :

  1. la question (engagement initial) qui demande au chercheur d’être conscient d’une question, d’un problème ou d’un intérêt ressenti de manière subjective

  2. l ’exploration (immersion + incubation), où le chercheur explore la question à travers l’expérience

  3. la compréhension (illumination + explication), où le chercheur clarifie, intègre et conceptualise les découvertes faites lors de l’exploration

  4. la communication (synthèse créative + validation), où il s’agit pour lui d’articuler ses découvertes afin de pouvoir les communiquer à d’autres [PAQ 2014]

Cette méthode s’appuie sur le modèle de la créativité (voir par exemple les travaux de Mihály Csíkszentmihályi), elle est donc particulièrement adapté à une démarche de recherche création. Claude Paquin préconise de la pratiquer sous forme de cycles en alternant les périodes de création (point 2) et de réflexion (point 3).

Nous proposons d’utiliser la méthode de l’auto-explicitation ((         Cette méthode est évoquée rapidement par Serge Bouchardon dans : Bouchardon S. The research and creation approach in digital literature. In Université Paris 8; 2013. ))* mise au point par le psychologue Pierre Vermersch pour produire des données utilisables dans la phase d’exploration et d’illumination. Elle découle directement de la méthode des entretiens d’explicitation : il s’agit de décrire un vécu afin de documenter l’activité d’un sujet.  Dans Les bases de l’auto-explicitation [VER 2007], Vermesch évoque le statut de l’introspection et explique pourquoi il était indispensable de mettre au point une méthode répondant aux mêmes exigences que toute autre recherche. Elle s’appuie sur trois vécus :

  • le vécu de référence qui a vocation d’être explicité est noté V1,
  • le vécu du moment où l’on pratique l’introspection (pour viser V1) est noté V2,
  • enfin V3 représente le temps où l’on prend comme objet d’étude les actes introspectifs eux-mêmes.

Les recherches en psychologie expérimentale sur l’introspection confirment la validité de cette pratique quand V2 suit immédiatement V1 :

(…) le rapport verbal peut être extrêmement fidèle lorsqu’il est direct et qu’il décrit le contenu présent de la mémoire à court terme. dans ces conditions, il existe une correspondance étroite entre ce que les sujets disent et ce qu’ils font : l’introspection est crédible et utile. [DEH 2010]

Modélisation de la démarche

La démarche de recherche création peut être modélisée sous la forme d’un système de production de connaissance, connaissance matérialisée par la production textuelle (thèse, articles scientifiques…).

aaa-imageaaab-image

Modélisation du système de recherche création

 

Comme nous l’avons vu avec le schéma d’expérience de Serge Bouchardon, en recherche création, l’artiste-chercheur est également confronté aux œuvres d’autres artistes. Il est possible de représenter cette expérience de manière symétrique à l’expérience de création : une expérience sensible est vécue, cette expérience est objectivée par l’auto-explicitation (cases 2 et 3), la production artistique est également confrontée au concept (cases 1 et 4).

aaac-image

Diagramme d’activité de la recherche création

 

Ces activités s’intègrent dans une boucle de rétroaction assez similaire qui vient alimenter le système de production de connaissance.

Nous pouvons ainsi construire deux diagrammes de séquence sur le même modèle, l’un pour l’expérience de création d’une œuvre, l’autre pour l’expérience sensible de l’œuvre d’autres artistes.

aaad-imageDiagramme de séquence 1

 aaae-imageDiagramme de séquence 2

Premiers résultats

Les premières tentatives d’auto-explicitation que nous avons menées après une phase d’ illumination semblent fructueuses.

Nous travaillons sur une œuvre appelée Lucette, gare de Clichy. Il s’agit d’un projet d’œuvre générative, visuelle, sonore et textuelle, connectée en temps réel avec l’API « Prochains départs » du Transilien (SNCF).

Lucette habite juste en face de la gare de Clichy-Levallois. De sa fenêtre, elle voit les voyageurs sortir de la gare. Sa vie est rythmée par les trains qui passent et qui lui amènent, ou pas, des visites. Ces trains, avec leurs petits noms étranges et familiers, sont autant de personnages qui viennent rendre visite à Lucette. Il y a des journées pleines de vie et des jours de solitude.

Le problème qui s’est posé à nous au départ a été de savoir comment gérer les temps d’attente entre deux trains car ceux-ci pouvaient durer de 1 minutes à 10 ou 20 minutes, voire davantage. Nous avons imaginé créer 3 modes temporels : un mode rapide quand la fréquence des trains est élevée, un mode moyen et un mode lent. Nous avons créé un premier prototype à partir de ce concept.

aaaf-imageLucette, gare de Clichy, prototype 1

 

Cependant, la forme n’était pas satisfaisante pour nous, elle était trop confuse et éloignée de notre matériau de base, les données. Nous avons alors imaginé un deuxième prototype qui s’appuie sur une forme triptyque.

aaag-imageLucette, gare de Clichy, prototype 2

 

À l’issue d’une phase d’illumination (si l’on reprend les termes de la méthode heuristique) V1, nous avons réalisé une séance d’auto-explicitation V2. Nous avons analysé un mois plus tard ces données textuelles (V3). Ce processus nous a permis de découvrir l’importance de la logique causale induite par la forme visuelle du triptyque.

aaah-image

 

La méthode heuristique nous a permis de contrôler et de repérer les différentes phases du travail de création. La technique d’auto-explicitation en phase d’illumination nous a permis de documenter l’expérience de création et de faire apparaître les apports de la création à la recherche.

Nous expérimenterons cette méthode au cours de notre doctorat dans les mois à venir afin d’en vérifier l’opérabilité.

Bibliographie

[BIA 2009] Bianchini S, Boissier J-L, éditeurs. R & C recherche & création art, technologie, pédagogie, innovation. Montrouge Nantes [i.e. Nancy]: Burozoïque les Éd. du Parc – École nationale supérieure d’art de Nancy; 2009. 1 vol. (259 p.).

[BOU 2011 ; 121] Bouchardon S, « Ludicité et lucidité dans Les 12 travaux de l’internaute », E-formes 2 – Au risque du jeu, sous la direction de Maza M. et Saemmer A., Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 121-129.
[BOU 2013] Bouchardon S. La valeur heuristique de la littérature numérique. Paris, France: Hermann, impr. 2013; 2013. 340 p.

[BRU 2007] Bruneau M, Villeneuve A, éditeurs. Traiter de recherche création en art: entre la quête d’un territoire et la singularité des parcours. Québec, Canada: Presses de l’Université du Québec; 2007. xxii+419 p.
[DEH 2010] Dehaene, S. Introspection et métacognition : les mécanismes de La connaissance de soi. Cours au Collège de France 2010-2011 [Internet]. Disponible sur : https://www.college-de-france.fr/media/stanislas-dehaene/UPL2459176694857019989_dehaene.pdf

[DUB 2014] La recherche-création : Territoire d’innovation méthodologique | du 19 au 21 mars 2014 [Internet]. [cité 29 avr 2016]. Disponible sur: http://www.methodologiesrecherchecreation.uqam.ca/

[GOSS 2006]  Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006.

[LAF 2009]  Laflamme Y. La science de l’art/l’art de la science : une synergie propre à un nouvel esprit scientifique en recherche création. In: Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006, p. 65-76.

[LAN 2006] Lancri J. Comment la nuit travaille en étoile et pourquoi. In : In: Gosselin P, Le Coguiec É, directeur. La recherche création Pour une compréhension de la recherche en pratique artistique. PUQ, 2006, p. 9-20.

[LAN 2001] Lancri J. Modestes propositions sur les conditions d’une recherche en Arts Plastiques à l’Université [Internet]. CERAP – Centre d’Etudes et de Recherches en Arts Plastiques. [cité 30 avr 2016]. Disponible sur: http://cerap.univ-paris1.fr/spip.php?article24

[LEL 2003 ; 32]  Leleu-Merviel S. Les désarrois des « Maîtres du sens » à l’ère du numérique. In: Hermès, éditeur. Hypertextes, hypermédias Créer du sens à l’ère numérique H2PTM’03 [Internet]. Lavoisier; 2003. p. 17‑34. Disponible sur: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00467743

[MOU 1990] Moustakas CE. Heuristic research: design, methodology, and applications. Newbury Park: Sage Publications; 1990.

[NIC 2009 ; 5] Nicolas-Le Strat P. Moments de l’expérimentation. Montpellier: Fulenn; 2009.

[PAQ 2014] Paquin L-C, « Les cercles heuristiques  : une méthodologie de recherche-création », Montréal, Colloque La recherche création, territoire d’innovation méthodologique, 2014. Disponible à l’adresse suivante :

https://www.academia.edu/11140370/Les_cercles_heuristiques

[REN 2015] « L’artiste, un chercheur pas comme les autres », Hermès, La Revue 2015/2 (n° 72).

[SAE 2011] Saemmer A, Maza M. E-formes 2 au risque du jeu. Saint-Etienne: Publications de l’Université de Saint-Étienne; 2011.

[SIC 1995] Sicard M, éditeur. Chercheurs ou artistes ?: entre art et science, ils rêvent le monde. Paris, France: Autrement, DL 1995; 1995. 233 p.

[VER 2007] Vermersch P, Bases de l’auto explicitation, Expliciter, 69, 2007, p. 1-31. Disponible à l’adresse suivante :

http://www.grex2.com/assets/files/expliciter/bases_de_l_autoexplicitation_un_expliciter_69_mars_2007.pdf

  1.           Listening post de Mark Hansen et Ben Rubin, 2001, l’une des premières œuvres qui prend comme matériau le flux de données du web, le « Google Art ». []
  2. [1]            http://lcpaquin.com/metho_rech_creat/index.html []

Appréhender le discours politique sur Twitter en tant que sémiosphère

Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie)

Tatiana Kondrashova
Doctorante en 2ème année à l’Université de Bourgogne.
Thèse : Sémiosphère des discours politiques sur Twitter. Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie).
Sous la co-direction du Professeur J.-J. Boutaud et d’Alex Frame (MCF).

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Twitter en dix ans d’existence (création en 2006) est devenu un média important dans l’espace numérique international. Il totalisait en 2014, 900 millions de comptes dans le monde dont un tiers était actif1. Cette plateforme représente donc un élément essentiel du paysage médiatique. En raison même de cette présence dans l’espace public numérique, les hommes/femmes politiques l’intègrent régulièrement dans leurs stratégies de communication. A titre d’exemple, en France 408 députés sur 577 possèdent leur compte Twitter dont 346 sont actifs2. Néanmoins, cette présence médiatique des acteurs politiques sur Twitter ne semble pas avoir révolutionné en profondeur leurs relations avec les internautes. Les interactions, au sens d’échanges directs entre ces différentes instances, restent minoritaires (Jackson et Lilleker, 2011 ; Larsson et Moe, 2013 ; Small, 2010 ; Frame & Brachotte, 2015).

Néanmoins, de ‘nouvelles’ formes de communication politique (Longhi, 2013 ; Zlitni et Liénard, 2011) émergent au sein de ce réseau socionumérique (Coutant et Stenger, 2010). Dans un espace discursif (Thimm et al., 2012) propre à Twitter des mini publics délibératifs se forment autour d’un élément de contextualisation qu’est le hashtag (Thimm et al., 2015). Un acteur politique voulant faire partie de ces mini publics adapte son discours au style Twitter, en y intégrant des éléments technodiscursifs (Paveau, 2012) et le langage sémiotique du dispositif. Ainsi, ses tweets s’inscrivent-ils dans la continuité des discours circulant dans la twittosphère. Continuer la lecture de Appréhender le discours politique sur Twitter en tant que sémiosphère

  1. Les données de 2014, source : http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?article2109, consulté le 9 juin 2016 []
  2. Les données de 2013, source : http://www.augure.com/wp-content/uploads/2014/04/radiographie-deputes-francais-twitter.pdf, consulté le 28 mai 2016 []

Méthodologie de la constitution et de l’exploitation de corpus oraux pour une analyse multimodale

Sophie Fiorèse
ELLIADD, UBFC, Doctorante en troisième année sous la direction de Katja Ploog.
Thèse : La gestualité co-verbale : une ressource pour l’interaction exolingue

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Pour cette contribution nous proposons d’exposer la démarche méthodologique que nous appliquons pour la constitution et l’exploitation de corpus oraux. Notre recherche porte sur la gestualité co-verbale de locuteurs en conversation exolingue. Nous cherchons à mettre en lumière la place qu’occupe la gestualité co-verbale et ce qu’elle apporte à la co-construction du sens et de l’interaction dans ce type de conversation. Par conséquent notre objet de recherche nous amène à recueillir des enregistrements vidéo de conversations spontanées. Ces données recueillies sont ensuite soumises à une analyse multimodale. Nous proposons de présenter la démarche que nous suivons incluant les étapes clés et les réflexions que la constitution et l’exploitation d’un tel corpus soulèvent. Dans un premier temps, nous présenterons brièvement notre cadre théorique et nos données à savoir des conversations exolingues dans des lieux privés. Nous expliquerons les raisons de ce choix pour ensuite expliciter les précautions à prendre dans l’exploitation d’un tel corpus. Nous nous attèlerons ensuite à présenter l’étape de transcription des corpus oraux. Cette phase soulève de nombreuses questions quant aux normes de transcriptions à appliquer pour représenter l’ordre oral à l’écrit. Elle relève d’autant plus du défi lorsque l’on souhaite appliquer une approche multimodale au corpus. Nous nous pencherons plus particulièrement sur la transcription à des fins de publication en terminant notre exposé par quelques exemples de transcriptions qui réunissent différentes modalités. Continuer la lecture de Méthodologie de la constitution et de l’exploitation de corpus oraux pour une analyse multimodale

Appropriation de la compétence écrite de jeunes adultes malaisiens en milieu exolingue et endolingue pour une meilleure intégration dans un établissement supérieur français

Problématique de l’écrit dans une situation d’apprentissage du FLE : Difficultés liées à la reprise anaphorique et  la reformulation de textes

Lai Wan Ho
Laboratoire ELLIADD, thèse sous la direction de Mohamed Embarki

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Questions de recherche :

  1.  Comment définir et interpréter la compétence écrite d’un public ?
  2. Comment peut-on calibrer les compétences écrites d’un public à un niveau d’écrit de type universitaire ?
  3. Quels sont les modèles qui privilégient l’écrit :  modèles s’appuyant sur des théories sous-jacentes et des démarches opératoires servant comme prescriptifs et mesures de remédiation aux problèmes soulevés ?

1.0  Pour aborder le sujet ci-contre, nous devons parvenir à expliquer plus profondément les notions qui tournent autour de la compétence écrite.  Ces notions sont notamment les compétence linguistique, discursive et stylistique.  Afin de pouvoir éclairer le cheminement des cours de Linguistique générale de l’époque de Saussure jusqu’à la génération moderne et actuelle, nous ne prenons davantage qu’analyser les notions clés des courants linguistiques de F. de Saussure, E. Benveniste, N.Chomsky, J.M. Adam ainsi que ceux de Georges Molinié et Pierre Cahné.

La compétence linguistique est celle qui renvoie aux définitions du champ linguistique selon Saussure notamment celui du système dont la sémiologie consiste en morphologie,  grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique,stylistique et lexicologie.

F.de Saussure (1916-1972) avait poursuivi une étude sur l’activité langagière comme étant une éspèce d’activité parmi, celle qu’on a appelé la “faculté de langage”, le langage comme capacité propre à l’espèce humaine.  Nous avons défini ailleurs (Schneuwly, Bronckart et al. 1983) les conditions nécessaires à l’apparition du langage.  C’est le résultat d’une fusion de deux fonctions auparavant séparées:  la  représentation et la communication.

D’un autre côté, E. Benveniste a défini et interprété la compétence linguistique comme la distinction entre la langue et la parole et aussi du discours. Selon Benveniste, on parle des champs d’énonciation qui s’articulent sur la sémiotique et la semantique.  La sémiotique traite du système de la langue tandis que dans la sémantique, il s’agit des domaines de l’énonciation et du discours.  Avec le discours, on découvre la pragmatique et le référent ou le contexte. Donc les compétences discursives et référentielles pourront être liées à la compétence linguistique.  Par ailleurs, la compétence linguistique d’après N.Chomsky parle de la compétence et la performance :  la compétence ‘inné’ d’un locuteur et  la capacité de s’exprimer à l’oral et à l’écrit. La grammaire générative en tant que « grammaire philosophique » de N. Chomsky opère sur le système des opérations transformationnelles qui lient les structures profondes aux structures de surface.  Ce qui différencie la grammaire générative de la linguistique structurale de Saussure est que la première s’exprime sous forme de propositions qui ne se limitent pas aux règles linguistiques mais qui amènent les apprenants, par les activités mentales, à découvrir et à construire de nouvelles règles.  Au contraire, la lingusitique structurale fonctionne sur les bases de la segmentation et de la classification.  La structure est limitée et soumise strictement aux règles linguistiques. On appelle ce système « un langage institué ».

Finalement la compétence stylistique selon Georges Molinié et Pierre Cahné dans leur ouvrage ‘Qu’est-ce que le style ? » se sont intérrogés sur la place de la stylistique dans la langue. D’après l’ouvrage,  la stylistique est l’étude des procédés du discours dans leur contexte. Cette première fait partie d’une discipline issue de la rhétorique et de la linguistique

Par ailleurs, J.M Adam (1990) dans son ouvrage ‘Eléments de lingusitique textuelle – théorie et pratique de l’analyse textuelle’ a mis tant de dynamisme sur le champs de la Lingusitique Générale.  L’ouvrage ci-mentionné avait discuté avec profondeur et très largement sur le texte et la textualité étant objet de l’étude.  L’auteur a même expliqué la logique de la comparaison entre texte et discours ainsi que la place de la sémantique et la grammaire dans la linguistique textuelle et enfin “la pragmatique textuelle” dans l’analyse du discours.

Le courant linguistique de J.M. Adam et ses apports s’intéressent énormement aux étudiants de L2 qui poursuivent un parcours d’amélioration à l’écrit.  Les approches proposées par le courant de la linguistique textuelle de J.M. Adam pour le but d’améliorer l’écrit sont celles qui s’appuient sur l’exploitation des textes écrits, l’analyse du discours de textes écrits, des opérations co-textuelles et contextuelles et finalement les opérations mises en place relèvent de processus de linéarisation, de segmentation ainsi que ceux de textualisation.

2.0  Notions de cohérence et cohésion  

Les notions de cohérence et cohésion sont généralement liées aux champs de la Linguistique Textuelle et plus particulièrement à la compétence de l’analyse textuelle.

‘La notion de cohérence est généralement caractérisée par une approche plus large quii souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.’  (M.Charolles et Jauss, 1988)

M.Charolles avait ensuite fait une distinction entre la cohérence et celle de la cohésion. La notion de la cohésion selon Charolles correspond à la fonction intertextuelle et l’interphrastique du texte. La cohésion concerne véritablement la dimension à l’intérieur du texte tandis que la cohérence est plutôt concernée par la dimension extérieure.  La fonction d’intratextuelle et d’intraphrastique sont des phénomènes relévant de la cohérence et le lecteur joue le rôle du recepteur à juger et interpréter le texte ou entre deux ou trois textes.

Un texte qui se proclame d’avoir une structuration thématique dans son organisation textuelle possède une force cohésive et tenue par des traits extralinguistiques tels que des anaphores sous forme de : référence,substitution, permutation, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.   D’ailleurs ce même texte est engendré par une force cohérente et aussi tenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme des enchainements interphrastiques,  connecteurs  logiques argumentatifs aussi bien que la reprise et répartition des éléments  thématiques et  rhématiques au sein du texte.   Exemple de ce type de redaction transformationelle est un résumé.

Cependant, pour aborder  des textes (plus de 2 textes) on procède par  des moyens   linguistiques tels que la progression thématique :  cohérence et cohésion

Il faut rappeller que la notion-clé de la cohérence concerne les textes ou entre les textes qui possèdent une force cohésive et tenus par les  traits extralinguistiques tels que des         anaphores sous forme de  référence, substitution, ellipse,  permutation, conjonctions et cohésion lexicale.   D’autre part, entre les  textes il y existe une fonction de cohérence  et aussi soutenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme  d’enchainements interphrastiques et  intraphrastiques, connecteurs logiques argumentatifs et la reprise et répartition des éléments thématiques et rhématiques entre les textes.

Exemple de ce type de redaction transformationelle est une synthèse.

2.1 Modèles théoriques choisis qui sous-tendent l’étude des notions clés de la cohérence et cohésion textuelle

 Avec pour but d’approfondir l’étude et l’analyse sur les notions de cohérence et cohésion qui correspondent aux critères pour la production des écrits de type universitaire et ainsi pertinentes pour cette thèse, nous avons choisi trois modèles théoriques notamment celui de M.Charolles (1988) « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », celui de l’approche qui élabore l’analyse de la cohésion textuelle de M.A.K Halliday et R. Hasan (1976) « Cohésion in English » et finalement celui du modèle d’analyse textuelle de discours de J.M. Adam (2011) « La Linguistique Textuelle ».

2.2  Fondements du modèle théorique de M.Charolles sur les notions de la cohérence et  cohésion

Selon M.Charolles (1988), une de distinctions majeures entre les notions de la cohérence et la cohésion est celle concernant les rapports avec l’émetteur-recepteur du texte d’une part et d’autre part, l’interprétabilité du recepteur/lecteur du texte.  Comme l’explique M.Charolles dans son ouvrage « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », la notion de la cohésion est généralement mise en rapport avec la linéarité du texte, les enchaînements entre les propositions et les moyens formels dont dispose l’émetteur pour assurer ces enchaînements.  La notion de la cohérence, en revanche, est généralement caractérisée par une approche plus large qui souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.   Pour la pratique, Charolles nous propose de regarder les distinctions ou les frontières qui divisent les phénomènes théoriques relevant de la cohésion et ceux qui relèvent de la cohérence. Nous avons à amener à démontrer une distinction pertinente par la voie de deux perspectives notamment l’étude sur la dimension thématique du texte et celle sur l’interprétation qui correspond à la vision du monde du recepteur/lecteur du texte.  A vrai dire, M.Charolles (1978) ne fait pas de distinction entre cohésion et cohérence et celui-ci a même proposé quatre règles en ce qui concerne la cohésion et cohérence textuel.

Les apports linguistiques de Charolles aux problèmes relevant de l’organisation textuelle ou du dysfonctionnement d’un texte sont ceux concernant du traîtement techniques qui visent à mieux cerner la mise en page d’un texte au niveau de la cohérence textuelle:  intertextuel et intratextuel par l’emploi des marqueurs de connecteurs logiques notamment de type concession et de l’adjonction. Les opérations interphrastiques et intraphrastiques dans une démarche d’un traîtement textuel doivent être rigoureux afin de mieux organiser un texte:  contenus, localisation et délocalisation des marqueurs temporels et spatiaux, points de ponctuation, la mise en page, etc.  D’autre part, la cohésion représente un moyen d’étudier les relations entre les propositions constitutives d’un texte. Dans cette première, il s’agit éssentiellment d’une analyse à décrire la nature des liens formels perceptibles à la surface textuelle.  Pour entretenir une meilleure compréhension sur la notion de la cohésion d’un texte, nous allons arriver aux études approfondies faites sur ce sujet par M.A.K Halliday et R.Hasan dans leur ouvrage “Cohésion In English” (1976).

2.3  Fondements du modèle théorique de M.A.K Halliday et R.Hasan sur la notion de la  cohésion

Dans leur ouvrage « Cohesion in English » (1976) Halliday et Hasan entreprennent à l’époque, une analyse approfondie des marques linguistiques de continuité textuelle en anglais.  Dans cet ouvrage « Cohesion in English », ces deux auteurs abordent en détails plutôt la notion de cohésion et non plus la « cohérence ». On a amené à étudier le concept du texte avant tout.  Le concept de cohésion renvoie au texte qui pourrait être sous forme d’un discours, oral ou écrit, prosaïque ou poétique, dialogue ou monologue   Un texte est une unité fonctionnelle langagière.  C’est une unité sémantique :  Il ne s’agit pas de forme, mais du sens.

Selon Halliday et Hasan, le fait qu’un récepteur soit capable de reconnaître ‘un texte’ dans une suite de phrases implique l’existence dans ce texte de certains traits linguistiques qui contribuent positivement à cette unité textuelle.   Le concept du “texte” et de la “ textualité” pourrait être expliqué d’une manière appropriée par ses propriétés textuelles.  Un exemple pour exposer cette rationalité est le suivant:

“ Wash and core six cooking apples.  Put them into a fireproof dish.”

Lave et épluche six pommes de cuisson.  Mets-les sur une assiette résistante au feu. » La fonction anaphorique de « les » joue comme élément cohésif de ces deux phrases ci-dessus.   Tandis qu’on les interprète comme étant une unité entière.

Ensuite la textualité de ces phrases est attestée par la relation entre them (les) et six cooking apples (six pommes).

Par ailleurs, on peut parler du sens de la relation cohésive entre « them » et « cooking apples ». Il y existe un co-référent entre les deux éléments.  La nature de la cohésivité de ces éléments attribue à la textualité de ces phrases ainsi attestant la co-référence de « them »et « six cooking apples ».   L’expression de cet élément de co-référencialité est présente sous forme d’un item anaphorique « them » et un item cible « six cooking apples ».

Puisque le concept de la cohésion est une entité semantique au sein du texte, selon Haliday et Hasan, il y existe sans doute, des éléments d’interprétation qui sont interdépendables :  les éléments de la présupposition et présupposé ont été intégrés au texte-dit.  Revenant encore à l’exemple ci-dessus.  Le pronom « them » présuppose ou renvoie à quelque chose outre que celle qui existe.  Ce pré requis en fait est rempli par la phrase précedente « six cooking apples ».  La présupposition donc fournit la cohésion entre les deux phrases et par conséquent, crée un texte.

Les procédés utilisés pour établir des liaisons entre les informations anciennes et nouvelles et ensuite classées grammaticalement et lexicalement sous cinq grandes rubriques :  référence, substitution, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.  On abordera aussi d’une manière approfondie deux catégories de cohésion notamment la cohésion grammaticale et celle de lexicale.

2.3.1  Référence

C’est la relation entre un élément d’un texte et d’une autre chose référentielle qui est interprétable dans un moment donné.  La référence est une relation potentielle cohésive car celle qui sert comme source de l’interprétation pourrait être un élément textuel. Un item référentielle dont l’interprétation est déterminée de cette manière.  L’interprétation se fait dans une de deux formes:  soit identifié avec le référent-dit, soit subi à une comparaison avec le référent-dit.

Nous pourrons resumer ce sens référentiel par utilisant le terme de “CO-INTERPRETATION”.   Il y a une connection semantique entre l’item référentiel et celui qui présuppose:  mais cela ne veut pas dire que les deux possèdent nécssairement le même référent. Ceci veut dire que l’interprétation de cet item référentiel dépend d’une manière ou d’autre de celui du présupposé.  La co-référence se présente comme une forme particulière que la co-interprétation pourrait s’identifier c’est-à-dire que les deux items en effet se référent à la même chose.  En revanche, le concept général qui soutient la relation cohésive de référence et qui véritablement attestent les fonctions cohésives de pronoms personnels (exemples: elle, il, nous etc.), pronoms démonstratifs (exemples, celui, celle, ceux-ci, ces, ce, cet etc.) et les comparatifs (tels que plus bon que, plus mauvais, mieux que  etc.) dans leur capacité textuelle, est celle de la co-interprétation. Un item référentiel est celui qui est interprété par la référence à quelque chose d’autre.  C’est sur ce principe de co-interprétation que définit le rôle de la semantique d’un texte.

2.3.2   Substitution

Le terme « substitution » prend une forme d’une relation cohésive.  C’est un processus simple , selon Halliday et Hasan ‘Cohesion In English’, qui implique le remplacement d’un item par un autre.  La substitution se distingue de la référence par la relation présente dans la graphie plutôt que dans le sens.  Cela pourrait être classifié selon de nombreux types de  relations cohésives. Le processus de la substitution est un phénomène complexe qui correspond souvent aux critères sémantique et grammatical.  Le principe de distinguer la référence de la substitution est clair :  le terme de « substitution » renvoie au niveau lingusitique et cela s’explique par les mots et phrases alors que celui de « référence » est une relation sémantique.  Dans le système linguistique, la « référence » se place au niveau sémantique alors que la « substitution » se trouve au niveau lexicogrammatical, le niveau de la grammaire et vocabulaire/lexique, ou la forme linguistique.

2.3.3    Ellipse

Ellipse (ellipsis en anglais) :  en anglais, les éléments d’éllipse existent assez fréquent dans un discours.  En français, la notion d’éllipse pourra être expliqué par le-non dit ou un présupposé dans un discours.  Cependant, ces non-dits ou présupposés dans un discours renvoient toujours à un référent.  C’est à dire il y a toujours un contexte dans un discours ou une conversation.

Exemples :

Je sais que Natalie viendra.  Je le sais. «  le » renvoie à « que Natalie viendra »

Jeanne a acheté des fleurs, et Catherine, des plantes vertes.  La structure consiste de deux propositions (clauses en anglais).  La structure de la deuxième proposition est celui du sujet et complément.  Le présupposé dans la deuxième proposition pourrait être interprété comme « Catherine a acheté des plantes vertes. Dans ce cas-ci, il possède une quasi-fonction-anaphorique c’est-à-dire, éviter une redondance de dire le verbe « acheter ».

Ellipse est « la substitution à zéro ».  Malgré la similitude entre la substitution et l’éllipse au niveau de la relation fondamentale entre les parties d’un texte (la relation entre mots ou groupes ou phrases comme on la distingue de la « référence », qui est une relation impliquant le sens), elles, ce sont deux types de mécanismes structuraux différents et donc, montrent des patterns, plutôt différents.

Le point du départ d’une discussion de l’éllipse être une notion familière c’est-à-dire « quelque chose non-dit ».  Il n’y a aucun prétexte que le non-dit n’est pas compris ; au contraire, ‘le non-dit’ est ‘compris de toute façon’.

Lorsqu’on parle d’ellipse, on en réfère plus précisément aux phrases, clauses, etc. dont la structure, plus ou moins, présuppose quelques items qui les précèdent.  Un item eclliptical est celui qui laisse des créneaux spécifiques pour être rempli venant de sources diverses.  Cela s’applique également au cas de la présupposition par substitution.  C’est pourquoi on dit que l’ellipse est considérée comme « substitution à zéro ».

2.4  Fondements du modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la  cohérence textuelle, l’analyse textuelle ainsi que les notions du texte et textualité.

Dans cette partie, nous aborderons le modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la cohérence textuelle à travers de ses analyses du discours et textuelle.  La linguistique textuelle sera étudié selon le point de vue de ce linguiste. D’autres notions telles que le texte et la textualité seront également traîtées dans cette partie.  Ensuite nous nous intéresserons à un courant qui se caractérise par une approche plutôt pragmatico-cognitive, et qui sera représenté par J.M Adam (1990, 1992 et 1999) notamment).  Nous mettrons en avant la visée pragmatique, concrétisée aussi bien par des « actes de langage » que par une finalité au niveau global du texte.  Nous sommes particulièrement intéressé par un point commun entre ces trois courants : le fait qu’ils mettent l’accent sur l’articulation du texte au contexte bien que celui-ci ne soit pas abordé de la même manière chez les uns et les autres des auteurs consultés.  C’est cet état de choses qui justifie notre choix méthodologique, lequel sera clarifié au fur et à mesure de la présentation de ces courants.  Nous montrerons par ailleurs en quoi ceux-ci nous sont utiles et de quelle manière nous envisageons de les exploiter dans notre recherche.

Comme Michel Charolles qui a privilègié l’écrit par ses recherches sur la cohérence textuelle ainsi que les stratégiés qui tournent autour de la cohésivité de textes écrits, Jean Michel Adam par contre, s’intéresse véritablement sur l’amélioration et l’appropriation de la compétence écrite et cette dernière c’est à dire l’appropriation de la compétence écrite nous amène à analyser plus profondement les productions écrites d’un jeune public malaisien et ces échantillons de travail écrit font partie du corpus bâti pour l’élaboration de cette thèse.  Cette analyse et étude sur ce corpus malaisien a pris de l’ampleur dans cette thèse.  Les recherches et travaux de Jean Michel Adam sur les notions du texte et de la textualité et celles de l’analyse du discours et l’analyse textuelle ont été pris comme étant références et ainsi établis comme instruments de calibrage de niveaux d’écrit aussi bien que ceux de remédiation quant aux problèmes soulevés dans le corpus (de productions écrites) du public malaisien.

2.4.1  Notions du texte et de la textualité

Etant une unité semantique, un texte est réalisé sous forme des phrases et cela interpréte comment la relation d’un texte à une phrase se fait d’une meilleure façon. Une série de phrases relatives reliées à une phrase entière dans un cas limité représente un texte comblé ou realisé.  Alors, l’expression qu’un texte est une unité semantique est liée à la cohésion des phrases dont elles se composent.

La linguistique textuelle de J.M Adam (2005) nous a amené à repenser les rapports entre contexte,co-texte et texte(s).  Dans le « Dictionnaire d’Analyse du Discours » (2002) sous la direction de Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau, le discours est conçu comme l’inclusion d’un texte dans son contexte (= conditions de production et de réception) (Adam 1999 : 39).

Pour aborder le concept de contexte, il est nécessaire de faire une distinction entre texte et discours (Adam 1990 : 23 et 1999 : 39) en penchant sur Discours = Texte + Contexte/conditions de production et de réception-interprétation et de son symétrique alors que Texte = Discours Contexte/conditions de production.   En d’autres termes,il semble que,pour parler du TEXTE, le linguiste soit tenu ou de sortir de sa discipline ou de s’engager dans une redéfinition de son objet.

Un discours est un énoncé caractérisable certes par des propriétés textuelles,mais surtout comme un acte de discours accompli dans une situation (participants,institutions lieu, temps) ; ce dont rend bien compte le concept de « conduite langagière » comme mise en oeuvre d’un type de discours dans une situation donnée.  Le texte en revanche, est un objet abstrait résultant de la soustraction du contexte opérée sur l’objet concret (discours).  Bref, un TEXTE est un objet abstrait.  Par contre, un DISCOURS est un objet concret produit dans une situation déterminée.

3.0  Conclusion sur le cadre théorique de l’analyse des textes

Au début de la partie du cadre théorique jusqu’au présent, nous avons défini la notion de texte, notion centrale dans notre recherche, dont nous avons relevé les caractéristiques.  Celles-ci peuvent être transposées aux textes de notre corpus, mais il faut signaler que les textes d’étudiants n’auront pas la même complexité que ceux produits dans des situations autres que le cadre d’enseignement/apprentissage.  C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à des notions telles que la cohérence, la cohésion, la progression textuelle, les reprises anaphoriques, les types de textes, les processus de linéarisation, segmentation et textualisation,etc.  Ces notions ne s’avèrent pertinentes lorsqu’il s’agit d’analyser des textes d’apprenants dans lesquels on essaie de trouver des traces d’apprentissage, de repérer des dysfonctionnements ou d’élaborer des stratégiés d’apprentissage.  Or, nous ne saurions pas nous contenter de définir quelques notions pour procéder à une telle analyse.  Nous nous devons en outre d’évoquer des courants théoriques, pouvant nous aider à établir une méthodologie et à préciser des outils d’analyse opératoires qui soient adaptés à notre problématique.

Bibliographie et Références

 Adam, J.M. (1990), Eléments de linguistique textuelle :  Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga

Adam, J.M. (2005), Linguistique textuelle, Introduction à la l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin.

Benveniste, E. (1966),’Problèmes de linguistique générale’, Gallimard

Bronckart, J.P.et al. (1985), Le fonctionnement du discours :  Un modèle psychologique et une méthode d’analyse, Paris, Delachaux et Niestlé.

Charolles, M.  (1976a), « Note sur la cohérence des textes », Pratiques, no.10, pp.105-111.

Charolles, M. (1978), « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes », Langue française, no.38, pp. 87-100.

Charolles, M. (1988a), « Les études sur la cohérence, la cohésion, et la connexité depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, 10 (2), pp. 45-66.

Charolles, M. (1988b.), « Les plans de l’organisation textuelle : Périodes, chaines, portées et séquences », Pratiques, no.57, pp. 3-13.

Chomsky, N. et Halle, M.,  (1968) ‘Sound Pattern of English’, New York, Harper and Row (1973, trad. franc.., Paris, Seuil).

De Saussure, F. (1967),’Cours de Linguistique Générale’, Payot Paris.

Dictionnaire D’analyse du Discours Editions du Seuil 2002

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1976),’Cohesion In English’, London, Longman Editions

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1989), Language, context and text : Aspects of language in social-semiotic perspective, Oxford, Oxford University Press.

Molinié ,G. et Cahné, P.(1993),’Qu’est-ce que le style ?’, Edition puf Linguistique Nouvelle

Scheneuwly, B. (1988), ‘Le langage écrit chez l’enfant’, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Séminaire sports et médias AJC Crem / Praxis

L’équipe Praxis du Centre de recherche sur les médiations et l’AJC Crem vous invitent à un séminaire conjoint qui accueillera les interventions de Natacha Lapeyroux et Géraldine Letz (doctorante, Crem). Discutant : Jean-François Diana

le mardi 29 novembre 2016
de 14h à 16h
salle G04
Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy

Programme

Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à2015

Natacha Lapeyroux, doctorante en sciences de l’information et de la communication, ATER à l’IUT Nancy-Charlemagne

Les medias perpétuent l’hégémonie masculine dans le sport en sous-médiatisant le sport féminin à la télévision (Creedon, 1994). Par ailleurs, les médias ont tendance à reléguer les performances des sportives au second plan, alors que leur genre fait toujours l’objet d’une attention particulière, prolongeant l’essentialisation de l’organisation sexuelle dichotomique du sport (Messner, 2002).

Ces questions de représentations télévisuelles du sport féminin et de ses enjeux sont analysées dans le cadre de notre recherche doctorale, de manière diachronique sur une période de 10 ans, de 2005 à 2015, àpartir d’un corpus d’archives télévisuelles constitué à l’Inathèque. En étudiant les représentations émergentes sur les dix dernières années, on accède à la manière dont les sportives construisent conflictuellement la réalité à travers les « médiacultures » (Macé, Maigret, 2005).

Corps, appareillage et sport paralympique : du moi morcelé au super-héros

Géraldine Letz, doctorante en sciences de l’information et de la communication

Notre travail propose d’interroger la construction médiatique de la figure de l’athlète prothétique paralympique. Depuis deux olympiades, la symbolique du super-héros s’est clairement développée, formant un modèle d’uniformisation. Par la pratique du handisport de haut niveau, le morcellement identitaire engendré par l’amputation se voit reconfiguré et réincarné à travers l’hybridité. Le sportif mi-homme, mi- machine dépasse les limites du corps naturel et se déploie dans un champ pluridisciplinaire qui dépasse le cadre du sport, interrogeant ainsi la norme et le rapport à la différence au sein de notre sociétémoderne.

De l’appropriation d’un contexte de recherche composite à l’émergence d’un terrain

Aurélie Pourrez
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Daniel Raichvarg, Laboratoire CIMEOS, EA 4177, Dijon, Université Bourgogne Franche Comté. Thèse co-financée par le conseil régional de Bourgogne via son soutien au LabEx LipSTIC et par la ville de Dole via son soutien au centre pilote Pasteur. Troisième année de thèse.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Nous effectuons une thèse sur ce que communique le dynamisme d’innovation thérapeutique d’un Laboratoire d’Excellence (LabEx). Le LabEx Lipoprotéines et Santé : prévention et Traitement des maladies Inflammatoires et du Cancer (LipSTIC), met en jeu vingt-trois équipes de chercheurs, principalement en Bourgogne et en Franche Comté, mais aussi des institutions et des partenaires. Il centre son activité scientifique sur les lipoprotéines (communément évoqué par le « bon » cholestérol) utilisés comme nano-vecteurs (transporteurs naturels) de futurs médicaments contre le cancer et les maladies inflammatoires.

Nous partons, pour notre recherche, du constat que la distinction entre information et communication scientifiques n’est manifeste ni pour le public ni pour les chercheurs (Kugler, 1995 ; Chavigné, 1997) et que bien que la culture scientifique et la vulgarisation participent à l’inscription sociétale de la science, l’activité scientifique n’est pas ou peu visible dans les espaces publics. Une approche que nous qualifions d’informative se calque en effet essentiellement sur un schéma de présentation de résultats que ce soit dans un contexte institutionnel ou dans un contexte public au travers de la vulgarisation et de l’actualité scientifique ou enfin, dans un contexte pédagogique qui déroule des étapes de la démarche d’investigation scientifique amenant immanquablement à un résultat escompté. Or, ce que nous observons de l’activité globale des acteurs du LabEx semble tout aussi, sinon plus, éligible à une inscription sociétale que leurs résultats. Continuer la lecture de De l’appropriation d’un contexte de recherche composite à l’émergence d’un terrain

Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées

Cyrielle Montrichard
Université Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle DTEPS. 3ème année de thèse sous la direction de Philippe Schepens en co-direction avec Virginie Lethier. Titre de thèse : « Ce que la guerre fait aux pratiques de presse »

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

La Première Guerre Mondiale est un conflit singulier de par sa durée et sa violence. Persuadés de s’engager dans une guerre courte, les soldats doivent s’accoutumer à un quotidien violent et meurtrier (Cazals, Loez : 2012). C’est dans ce contexte que naissent les premières feuilles de tranchées.

La presse de tranchées, telle qu’elle sera dénommée par la population et par les soldats eux-mêmes est un genre aux contours flous : il s’agit de journaux (puisqu’ils s’en revendiquent et en ont la structure avec un titre, une périodicité, un ou des rédacteurs, etc.) parus entre 1914 et 19181 et rédigés sur le front.

Cette définition bornant ce genre de façon chronologique et géographique, ne paraît pas, au vu de nos recherches, suffisamment satisfaisant. Définir cette presse de façon précise et en délimiter les contours semblent être une tâche fondamentale à effectuer en amont de la constitution du corpus et de l’analyse de celui-ci. Ainsi, nous montrerons comment la redéfinition de cette presse a influencé la construction de notre corpus. Nous présenterons ensuite celui-ci de façon succincte avant d’expliquer les différentes étapes à réaliser avant d’effectuer une analyse systématique et statistique des données textuelles.

Continuer la lecture de Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées

  1. L’expression « Journal de tranchées » apparaît dans la manchette de certains titres de tranchées (L’Argonnaute) et l’énoncé « presse de tranchées » est repris dans les pages des journaux civils et de tranchées. Cette expression est aujourd’hui employée par la communauté scientifique (O. Roynette, S. Audoin-Rouzeau, R. Cazals, F. Rousseau)   et par le grand public pour faire référence à cette presse.  []

Art, langage et communication : Interstice et méthodologie plasticienne

Cyrielle Lévêque

Cyrielle Lévêque est diplômée de l’École Supérieure d’Art de Lorraine à Metz depuis 2013 et est actuellement doctorante en troisième année en Arts Plastiques à l’Université de Lorraine sous la direction de Claire Lahuerta et co-dirigée par Roland Huesca. Son travail théorique est mis en parallèle à une recherche plastique et à des expositions notamment dans l’est de la France et cet été aux Rencontres d’Arles se nourrissant l’un l’autre.

Elle démontre dans sa recherche théorique et plastique que les images qu’elle qualifie de « constructions » sont prises dans une tension entre la vie d’individus anonymes et le monde des représentations que l’histoire nous lègue. Au travers de son travail, elle s’intéresse plus spécifiquement à l’image manquante, à la disparition et à l’absence, qui compliquent tout « témoignage » visuel, pour élaborer l’idée d’une « résistance » des images grâce à l’œuvre d’art.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté. Continuer la lecture de Art, langage et communication : Interstice et méthodologie plasticienne

Enjeux éthiques de l’observation netnographique

Le cas de trois collectifs 2.0 éco-citoyens à Dijon, Grenoble et Montréal

Nicolas Peirot
Cimeos, Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté,
Doctorant (2ème année) en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Pr. Olivier Galibert (Cimeos).
Thèse : Don, intérêt et désintéressement au sein des plateformes collaboratives 2.0 : les enjeux d’une automatisation du community management.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

En 1995, Robert Kozinets1, propose une méthode qualitative d’observation des actes communicationnels en ligne dans sa thèse de doctorat. La netnography, mot-valise composé de network et ethnography, est aujourd’hui commentée et mobilisée en sciences de gestion mais aussi en sciences humaines et sociales et notamment en sciences de l’information et de la communication (SIC). La méthode netnographique est désormais présentée sous forme de manuels (2009, 2015), à travers lesquels Robert Kozinets expose les procédures à suivre pour la conduite d’observations en ligne. Ces bonnes pratiques évoluent, se densifient et sont dernièrement résumées selon un modèle dit du « coquillage en spirale » comportant douze étapes2. Continuer la lecture de Enjeux éthiques de l’observation netnographique

  1. Aujourd’hui professeur de marketing et de communication à l’Université de Californie du Sud. []
  2. « Introspection, investigation, information, interview, inspection, interaction, immersion, indexing, interpretation, iteration, instantiation » (Kozinets, 2015 : 97). []

De quoi les marques de consommation sont-elles l’expression ?

Essai de catégorisation des « ontologies anthropologiques »

Alain Perusset
Universités de Bourgogne et de Neuchâtel, 4e année de thèse. Directeurs : Jean-Jacques Boutaud et Thierry Herman. Titre de la thèse : « La marque comme forme de vie : valeurs et enjeux de sens du marketing et de la consommation ».

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Dans le monde académique, ce n’est un secret pour personne : la rédaction d’une thèse universitaire constitue un véritable parcours du combattant pour les doctorants à mesure que les années passent et que la soutenance approche. Elle est une épreuve, d’une part, parce qu’elle demande une véritable organisation qui, loin d’être parfaitement programmée, prend généralement forme dans l’urgence des délais impartis au fil des semestres, mais aussi, d’autre part, parce que ce travail contraint les doctorants à opérer des choix et à accepter le fait qu’ils ne peuvent tout dire sur le sujet qu’ils se sont pourtant donné pour mission de « retourner dans tous les sens ».

Nous-même, doctorant au moment où nous écrivons ces lignes, pensions jusqu’à peu être parvenu à éviter ces « pièges » après avoir rédigé pêle-mêle quelque 250 pages en un peu plus de trois ans. Mais voilà que récemment, à l’occasion d’un séminaire doctoral devant un parterre de professeurs issus de différentes disciplines des sciences de l’information et de la communication, nous avons été mis devant le fait accompli que nous étions tombé dans certains errements. Déstabilisantes sur le moment, mais terriblement nécessaires, les questions et les remarques formulées ce jour-là par nos auditeurs et interlocuteurs nous ont conduit à prendre des décisions radicales tant en rapport du contenu que de la structure de notre thèse.

Le présent texte ne reviendra pas sur la façon dont nous avons corrigé le tir. Bien plutôt il visera à présenter le résultat des rectifications apportées à notre thèse, laquelle, il est important de le préciser, s’articule autour de la question de recherche suivante : « Qu’est-ce qu’une marque de consommation ? »

Continuer la lecture de De quoi les marques de consommation sont-elles l’expression ?

Soutenance de thèse Aurora Fragonara

Aurora FRAGONARA

Sciences du langage

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

La pratique de l’adaptation: approches sémio-linguistique et cognitive

Soutenance prévue le samedi 05 novembre 2016 à 14h
Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Lorraine Université de Lorraine – Campus du Saulcy Ile du Saulcy 57000 Metz
salle D402

Jury

  • Guy Achard-Bayle (université de Lorraine, examinateur)
  • Andrée Chauvin-Vileno (Université de Franche-Comté, rapporteur)
  • Jean-Paul Dufiet (Université de Trento , examinateur)
  • Chiara Elefante (Université de Bologne, examinatrice)
  • André Petitjean (Université de Lorraine)
  • Alain Rabatel (Université Claude Bernard-Lyon 1, rapporteur)

Résumé

Ce travail interroge le rapport entre la parole et son contexte médiatique d’énonciation. À ces fins, nous avons choisi comme observable l’adaptation en vertu du fait que cette pratique comporte le passage du même contenu d’un média à un autre. Nous avons constitué un corpus contrastif formé du Petit Prince de Saint-Exupéry et de son adaptation théâtrale par Virgil Tanase, choisie parmi d’autres selon des critères de représentativité et pertinence par rapport à notre angle d’attaque linguistique. Afin de traiter ce corpus dans une perspective linguistique, nous avons convoqué des notions et des cadres théoriques issus de la théorie de l’énonciation, la pragmatique et la linguistique cognitive. Des notions sémio-narratologiques ont également été mises à contribution. L’analyse, divisée en trois parties, se focalise d’abord sur les propriétés sémiotiques (schéma actantiel et macroséquence) et linguistiques (point de vue et isotopie) communes au conte et à la mise en scène. Ces caractéristiques assurent l’équivalence entre adapté et adaptation. Ensuite, sont brièvement analysées les propriétés linguistiques qui permettent le passage du média livre au média théâtre (relation hyponymie/hyperonymie des noms communs et dialogues). Enfin, nous nous focalisons sur les marqueurs qui enregistrent le passage d’un média à un autre en termes de traitement cognitif du référent (déictiques, actes de nomination) de la part de l’instance de réception. Les résultats de cette analyse mettent en lumière l’influence du contexte médiatique sur l’acte d’énonciation selon un double cadre théorique : celui d’une perspective élargie de l’énonciation qui prend en compte l’inscription volontaire et autonome de l’allocutaire dans une situation d’énonciation et celui d’une approche symétrique et réaliste dans le traitement de la référence.

Image By Dave Stagner (Flickr: The Little Prince) CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons

Soutenance de thèse Ammar Benkhodja

Ammar BENKHODJA
Langues, littératures et civilisations
Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

L’Errance à l’oeuvre dans la prose et la poésie d’El-Mahdi Acherchour. Regards littéraires et anthropologiques

Soutenance prévue le mercredi 23 novembre 2016 à 14h00
UFR ALL Ile du Saulcy 57000 METZ
salle A208

Jury

M. Jean-Marie Privat, Université de Lorraine, Directeur de thèse
Mme Marie SCARPA, Université de Lorraine, Examinateur
Mme Zineb ALI-BENALI, Université de Paris VIII, Rapporteur
M. Guy DUGAS, Université de Montpellier  III, Rapporteur

Résumé

Mêlant réalisme et merveilleux, temps de la nature et temps de la vie sociale, les textes d’El-Mahdi Acherchour détruisent les frontières entre l’espace sauvage et domestique, rattachent, dans un continuum, le monde des vivants à celui des morts, les temps anciens au présent, les oralités aux pratiques scripturales. Ils s’inscrivent ainsi dans le sillage de l’esthétique postmoderne en ne présentant pas une seule intrigue, mais d’infinis récits enchâssés.
C’est donc dans une perspective qui croise poétique des textes littéraires et anthropologie du symbolique que nous avons voulu interroger le corpus littéraire d’El-Mahdi Acherchour.
Dans la première partie consacrée à l’étude du dernier roman de cet auteur, Moineau (2010), nous avons tenté de souligner les problématiques qui s’y posent. Depuis le paratexte jusqu’aux chronotopes structurant ce roman, en passant par les configurations des personnages, quelques réflexions sur la mise en écriture de logiques plus au moins hétérogènes (une hétérologie culturelle) se sont (im)posées d’elles-mêmes. Des questions liées au sauvage et au domestique, au familier et à l’étrange(r), à l’écriture et à l’oralité, etc. Autant de logiques que l’écriture acherchourienne tend à « métisser ».
Dans la seconde partie, nous avons interrogé, dans la même perspective, les deux autres romans d’El-Mahdi Acherchour : Pays d’aucun mal (2007) et Lui, le livre suivi de l’Autre, l’autre livre (2005). Deux romans qui convoquent les mêmes lieux imaginaires et font appel à une même figure du folklore berbère (Zalgoum) dans un élan esthétique qui « fait le procès de l’Unité ».
La dernière partie a été consacrée à une lecture des cultures mises en œuvre dans la poésie d’El-Mahdi Acherchour, notamment dans L’Œil de l’égaré (1997) et Chemin des choses nocturnes (2003).
Au carrefour de la (des) culture (s) du Même, de la culture et de la langue de l’Autre, l’oeuvre d’El-Mahdi Acherchour prend une position d’ « entre-lieu », d’ »entre-deux » entre « des » cultures, érigeant toute l’œuvre poétique et romanesque en géographie de l’ambivalence et de la cohabitation. En faisant siennes la langue et la culture de l’Autre, elle-même composite et hétérogène, les vers et la prose d’El-Mehdi Acherchour proposent une vision du monde centrée sur sa réalité syncrétique.

Soutenance de thèse Laurent Di Filippo

Laurent DI FILIPPO

Sciences de l’information et de la communication

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Du mythe au jeu. Approche anthropo-communicationnelle du Nord. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan: Hyborian Adventures

Co-tutelle avec l’Université de Bâle (Suisse)

Soutenance prévue le vendredi 4 novembre 2016 à 14h30
Salle des Conseils, Ile du Saulcy, CS 60228 57045 Metz Cedex 01

Jury

M. Jacques WALTER, Université de Lorraine, Directeur de thèse
M. Jürg GLAUSER, Universität Basel, Co-directeur de thèse
M. David DOUYÈRE, Université François Rabelais de Tours, Examinateur
Mme Anne BESSON, Université d’Artois, Examinateur
Mme Marie-Pierre FOURQUET-COURBET, Université d’Aix-Marseille, Rapporteur
Mme Maude BONENFANT, UQAM – Université du Québec à Montréal, Rapporteur
M. Jürgen MOHN, Universität Basel, Examinateur

Résumé

Un rhinocéros Berserker, des hordes de Vanir déferlant sur la Cimmérie, le fils d’Ymir emprisonné… les références aux récits médiévaux scandinaves couramment désignés par les termes « mythes nordiques » sont nombreuses dans le jeu de rôle en ligne massivement multi-joueurs Age of Conan: Hyborian Adventures. Mais, comment des éléments issus de sources presque millénaires sont-ils devenus des composantes d’une production vidéoludique contemporaine ? À partir de ce cas d’étude, l’auteur de ce travail s’intéresse, de façon plus générale, aux phénomènes culturels et à leurs dynamiques à travers leurs processus de transmission, de manifestation et d’appropriation. Pour ce faire, il s’appuie sur une démarche qualitative et empirique à la croisée des Sciences de l’information et de la communication et des Études scandinaves afin de développer une approche anthropo-communicationnelle, fortement imprégnée par les travaux en Anthropologie. Celle-ci se fonde sur une méthodologie à la fois linguistique, socio-historique, d’observation participante sur le temps long et un suivi de veille sur le temps très long. Elle permet de constater que, des manuscrits médiévaux aux jeux vidéo en ligne, en passant par la littérature de fantasy américaine des années 1930, le sens donné aux références aux ressources culturelles du passé est sans cesse transformé et construit en fonction de la situation dans laquelle elles sont manifestées. Ces dynamiques culturelles s’inscrivent alors au cœur de la problématique du changement et de la permanence et mettent lumière les constructions d’un imaginaire du commun tout en remettant au centre de la réflexion le travail des acteurs.

Crédit image : Capture d’écran du jeu Age of Conan, Laurent Di Filippo