Appréhender le discours politique sur Twitter en tant que sémiosphère

Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie)

Tatiana Kondrashova
Doctorante en 2ème année à l’Université de Bourgogne.
Thèse : Sémiosphère des discours politiques sur Twitter. Une analyse contrastive de quatre pays (France, Allemagne, Royaume-Uni, Russie).
Sous la co-direction du Professeur J.-J. Boutaud et d’Alex Frame (MCF).

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Twitter en dix ans d’existence (création en 2006) est devenu un média important dans l’espace numérique international. Il totalisait en 2014, 900 millions de comptes dans le monde dont un tiers était actif1. Cette plateforme représente donc un élément essentiel du paysage médiatique. En raison même de cette présence dans l’espace public numérique, les hommes/femmes politiques l’intègrent régulièrement dans leurs stratégies de communication. A titre d’exemple, en France 408 députés sur 577 possèdent leur compte Twitter dont 346 sont actifs2. Néanmoins, cette présence médiatique des acteurs politiques sur Twitter ne semble pas avoir révolutionné en profondeur leurs relations avec les internautes. Les interactions, au sens d’échanges directs entre ces différentes instances, restent minoritaires (Jackson et Lilleker, 2011 ; Larsson et Moe, 2013 ; Small, 2010 ; Frame & Brachotte, 2015).

Néanmoins, de ‘nouvelles’ formes de communication politique (Longhi, 2013 ; Zlitni et Liénard, 2011) émergent au sein de ce réseau socionumérique (Coutant et Stenger, 2010). Dans un espace discursif (Thimm et al., 2012) propre à Twitter des mini publics délibératifs se forment autour d’un élément de contextualisation qu’est le hashtag (Thimm et al., 2015). Un acteur politique voulant faire partie de ces mini publics adapte son discours au style Twitter, en y intégrant des éléments technodiscursifs (Paveau, 2012) et le langage sémiotique du dispositif. Ainsi, ses tweets s’inscrivent-ils dans la continuité des discours circulant dans la twittosphère.

Or, les discours des figures politiques sur Twitter semblent être en cohérence avec les habitudes culturelles du pays (Brachotte et Frame, 2011) malgré l’unicité internationale de la forme du dispositif. Ainsi, faut-il questionner le discours politique sur Twitter : quelles sont, d’un pays à l’autre, les différences dans la présentation d’un événement contextualisé grâce à des hashtags ? Nous faisons l’hypothèse, que le discours politique contribue au cadrage des événements décrits dans les tweets, de façon spécifique à chaque pays.

Notre étude propose une approche sémiotique à l’analyse des discours politiques de quatre pays sur Twitter. Elle vise à illustrer l’application de la notion de sémiosphère de Lotman à l’analyse des médias, notamment aux discours politiques sur Twitter, dans le contexte transculturel afin d’approfondir la réflexion concernant le rôle d’un trait culturel dans la présentation d’un événement sur Twitter. Dans un premier temps, l’émergence du sens dans la sémiosphère et sa structure seront présentés dans le cadre théorique pour, par la suite, être inscrits dans son contexte d’étude : les médias. Puis, le corpus ainsi que la méthodologie d’analyse seront décrits. Enfin, les résultats seront discutés.

Ancrage théorique : sémiosphère dans la twittosphère

L’émergence du sens dans la sémiosphère

Un tweet étant un message achevé, limité à 140 caractères, peut être également vu comme un texte-énoncé ou « un ensemble de figures sémiotiques organisées en un ensemble homogène grâce à leur disposition sur un même support ou véhicule » (Fontanille, 2008 : 20). Ces textes-énoncés possèdent une certaine épaisseur discursive (Fontanille, 2008) et s’inscrivent dans l’ensemble des textes circulants, produits par une culture, en les recyclant et en y apportant de nouveaux sens (Bakhtine, 1996). Ainsi, la notion de la culture au sens anthropologique3 paraît-elle indissociable du discours sur Twitter.

Afin d’englober cet ensemble de textes et de signes, nous proposons d’introduire dans notre analyse la notion de sémiosphère (Lotman, 1999) qui est la condition nécessaire et la suite logique de l’apparition de ces textes selon Y. Lotman :

… à travers tout l’espace de la sémiosis, depuis les jargons des différents groupes sociaux et l’argot des adolescents jusqu’au langage de la mode, l’on assiste également à un constant renouvellement des codes. Ainsi, chaque langage se trouve-t-il immergé dans un espace sémiotique spécifique, et ne peut-il fonctionner que par interaction avec cet espace. L’unité de base de la sémiosis, le mécanisme actif le plus petit, ne constitue pas un langage séparé mais la totalité de l’espace sémiotique d’une culture donnée. C’est cet espace que nous nommons sémiosphère. La sémiosphère est le résultat aussi bien que la condition du développement de la culture… (1999 : 11).

Cette « palette des langages » est sujette à des changements constants : sa hiérarchie, sa valeur axiologique évoluent ce qui mène à l’asymétrie de la sémiosphère, sa première caractéristique. Comme il s’agit de différents langages qui cohabitent au sein de la sémiosphère, Lotman propose de parler de l’hétérogénéité de sa structure, sa deuxième caractéristique. Les composants de la sémiosphère sont de nature différente et exercent des fonctions distinctes au sein de cet espace sémiotique. Néanmoins, la sémiosphère entretient ses éléments en cohérence par le biais d’interactions constantes : ils sont donc reliés entre eux par des liens dynamiques et non statiques. En ce qui concerne la structure même de la sémiosphère, au centre repose ce que Lotman appelle « la langue naturelle » d’une culture donnée (= « centre organisateur »). Il s’agit du langage le plus développé mais qui, suivant la définition de la sémiosphère, ne peut exister qu’à condition d’être immergé dans l’espace sémiotique. Par conséquent, des « langages partiels » et des « systèmes semblables à des langages » l’entourent à la périphérie. Ces derniers sont à demi formés mais peuvent être porteurs de sens. Cette structure de la sémiosphère, que Lotman baptise de « l’Argus aux yeux multiples » (1999 : 24), s’active à condition que la collectivité accepte que ses structures puissent être porteuses de signification. La « présomption de sémioticité » doit s’exercer sur ces langages. Elle est à l’origine de la création de la sémiosphère qui commence par la division binaire de l’espace sémiotisable en deux zones : l’espace interne et l’espace externe de la sémiosphère. La frontière représente un des premiers mécanismes de l’individualisation sémantique, c’est-à-dire, la division entre « notre espace », « le mien » qui est « cultivé » et « harmonieux » et « leur espace », celui des « autres », « hostile » et « chaotique ». La notion de la « frontière » est cruciale selon l’auteur puisqu’elle représente l’endroit où les sens se créent, néanmoins elle n’est pas privée d’une certaine ambivalence puisqu’elle unifie et sépare à la fois. La sémiosphère d’une culture donnée s’enrichissant lorsqu’elle entre en contact avec une autre culture, la frontière entretient cette dualité vitale pour la sémiosphère.

La notion de sémiosphère a déjà été appliquée à plusieurs reprises à l’analyse de différents objets d’étude dans les sciences sociales. L’idée de la sémiotisation graduelle de l’espace contenant le noyau et la périphérie fut appliquée aux études territoriales4, de même qu’à l’analyse du marché5. La structure de la sémiosphère a trouvé également son application à la médiasphère((Elaborée par Fourie P.J., 2010, « An Examination of the value of the concept of the ‘semiosphere’ in the study of mass communication: testing the value and feasibility of a proposed research project », Razón y Palabra, Site de la revue, [En ligne]. Adresse URL: http://www.razonypalabra.org.mx/N/N72/Monotematico/10_Fourie_72.pdf (Page consultée le 20 mars 2016)). Comme il s’agit dans notre cas de figures d’un terrain de recherche médiatique qu’est Twitter, replaçons la notion de sémiosphère dans l’analyse des médias de point de vue de l’émergence du sens et du cadrage dans/par ces derniers.

L’émergence du sens dans les théories des médias

Les études des médias comportent également une grande palette de recherches au sujet de l’émergence du sens. La notion de l’influence des médias (en anglais : media influence), qui comprend les théories d’agenda setting, priming, framing etc. s’inscrit dans le concept de la médiatisation des sociétés et de la vie politique (Krotz, 2007 ; Landerer, 2013) en plaçant l’accent sur le rôle que jouent les médias dans la retranscription de la réalité politique et sur le degré de l’interdépendance des médias et de la politique (Strömbäck, 2008). Une des théories qui nous intéressera dans ce travail est celle de framing ou du cadrage puisqu’elle permet de présenter des tweets politiques non pas comme un discours neutre mais comme des frames médiatiques ou de communication (Scheufele, 1999). Un frame((Media frame en anglais que l’on préfère traduire par ‘un frame’ ou ‘un cadre’ en français)) médiatique est de nature sociologique et il « refers to the words, images, phrases, and presentation styles that a speaker (e.g., a politician, a media outlet) uses when relaying information about an issue or event to an audience » (Chong et Druckmann, 2007 : 100). Ces frames organisent la réalité quotidienne et peuvent être formés consciemment ou bien inconsciemment par leurs producteurs (Scheufele, 1999). Les frames médiatiques apparaissent dans les médias afin de cadrer ou au moins influencer les frames individuels. « …frames seem to be everywhere, but no one knows where exactly they begin and where they end » (Van Gorp, 2007: 62). Même s’il n’existe pas de definition unique pour ce terme (Semetko et Valkenburg, 2000), en faisant la synthèse des définitions existantes, on peut définir un frame (médiatique) comme une unité verbale ou non verbale qui met en avant certains points d’un thème, il vise à (1) sélectionner, (2) accentuer, (3) intérpreter l’information afin de la transmettre au public (Entman, 1993 ; Iyengar, 2005). Ils font partie et sont inhérents du discours politique (Vreese, 2005) et subissent l’impact des cultures (Van Gorp, 2007).

Plusieurs classifications des frames médiatiques ont été proposées, y compris sur Twitter (Muralidharan et al., 2011) . Nous proposons d’inscrire l’analyse dans sa double dimension (Froehlich et Rüdiger, 2006) en scrutant à la fois le sujet des tweets (issue) et le positionnement de l’auteur à l’égard de cette thématique. Il est important de noter qu’un frame n’est pas équivalent à un thème. Le thème serait l’objet d’un frame. Le même sujet peut être représenté à travers plusieurs frames et un frame peut être appliqué à plusieurs sujets. La distinction principale consiste en degré d’abstraction que possède un frame (Van Gorp, 2007).

En partant du postulat que la structure des discours politiques sur Twitter peut être considérée comme étant sémiosphérique (Kondrashova, 2016), nous supposons qu’un tweet politique s’inscrit dans sa sémiosphère nationale respective tout en intégrant la sémiosphère de Twitter. Le langage et le sens de ces tweets doivent par conséquent être en accord avec à la fois la twittosphère en générale et avec la sémiosphère nationale d’origine. Notre contribution vise ainsi à approfondir la réflexion sur la structure de la sémiosphère des discours politiques sur Twitter en analysant les tweets des hommes/femmes politiques de différents pays comme des frames médiatiques construits autour d’un sujet (en l’occurrence, la situation géopolitique en Crimée) contextualisé par le biais d’un hashtag.

Corpus et méthodologie

La recherche est rabattue sur le corpus collecté en mai/juin 2014 lors des élections européennes. En mobilisant en partie des données collectées par l’équipe informatique de l’Université de Bourgogne pour le projet TEE 2014((Le projet TEE 2014 est un projet international porté par A.Frame et G.Brachotte, MCF à l’Université de Bourgogne, financé par la MSH et soutenu par des laboratoires TIL et CIMEOS au sujet de la communication politique sur Twitter lors des Elections Européennes 2014)), il capitalise les tweets des candidats français, allemands et britanniques aux élections européennes ainsi que ceux des parlementaires russes, ayant un compte Twitter. Ces pays furent choisis dans le but de diversification du corpus, chacun ayant le rôle et le positionnement distincts à l’égard/au sein de l’Union Européenne (la France et l’Allemagne au coeur de l’EU, le Royaume-Uni dans l’EU mais hors de la zone Schengen, la Russie hors de l’EU). Par la suite, les tweets furent triés grâce à des hashtags((Entre 10 et 12 hashtags présumés être en lien avec la situation en Crimée furent choisis par sous-corpus national avec des variations d’orthographe propre à chaque contexte national, à titre d’exemple : #Ukraine, #Russie, #Crimée, #Poutine , #Moscou, #Lavrov , #Sanctions , #Référendum etc. pour la France. Variation de couleurs sur les graphiques (Figure 1) correspond à l’utilisation de différents hashtags)) en partant d’une thématique actuelle pour tous les pays d’analyse, à savoir la situation géopolitique autour de la Crimée. Afin de permettre la visualisation de la fréquence de postage de tweets, l’équipe information de Bourgogne((http://kirgizov.link/publications/RCIS_2016_paper_75.pdf, page consultée le 1er juin 2016)) a développé un outil baptisé « TweetObservatory » permettant de présenter les tweets collectés sur l’axe temporel, classés en fonction des hashtags utilisés par les figures politiques de chaque pays du corpus : France, Allemagne, Royaume-Uni et Russie (Figure 1 de gauche à droit).

Figure 1 Fréquence de postage des tweets en fonction des # dans les sous-corpus français, allemand, britannique et russe.
Figure 1 Fréquence de postage des tweets en fonction des # dans les sous-corpus français, allemand, britannique et russe.

Il s’agit pour le corpus final, de 926 tweets, parmi lesquels un échantillon de 108 tweets fut soumis aux analyses discursives et du contenu. Il s’agit de la lecture des tweets et de leur classification à l’aide des outils Nvivo (pour l’analyse du langage) et SPSS (pour les statistiques). L’échantillon en question correspond au premier pic de discussion sur les graphiques (Figure 1) qui est représentatif pour tous les sous-corpus d’analyse. Les tweets étaient codés comme des frames médiatiques en deux dimensions, premièrement en fonction des thèmes abordés, et puis en fonction des connotation/attitudes à l’égard des sujets. Parmi les sujets principaux les unités suivantes ont été retenues : politique nationale, politique européenne, gouvernement de l’Ukraine, peuple de l’Ukraine, la Russie et Poutine. Toutes ces variables ont été codées par la suite en fonction du positionnement de l’auteur : positif, négatif ou neutre.

Résultat et discussion

Le codage des tweets en deux dimensions (thème/position) a permis de dresser les figures suivantes (Figure 2) qui visualisent les résultats obtenus((Il ne s’agit pas ici de présenter les sous-sémiosphères strictement ordonnées dans leurs structures mais d’ébaucher leurs composantes)).

Figure 2 Les composantes des sous-sémiosphères de l’échantillon par pays
Figure 2 Les composantes des sous-sémiosphères de l’échantillon par pays ((Pour la sous-sémiosphère de l’Allemagne les connotations n’ont pas été précisées vu le nombre de tweets peu important (à savoir, 13 au total) ne permettant pas d’en juger d’une manière représentative)).

Il est à noter la divergence dans la présentation de la situation en fonction des pays et des contextes nationaux. Même s’il s’agit des sujets semblables comme, par exemple, la politique européenne (représentée souvent par la discussion autour du rôle de l’EU dans le conflit), ils sont présentés avec des connotations différentes en fonction des sous-corpus (la politique européenne suscite un débat dans le corpus français tandis que dans celui britannique son rôle est perçu d’une manière négative). Ainsi, la discussion autour de la situation géopolitique en Crimée semble être ramenée à des préoccupations nationales (dans le corpus russe la politique européenne n’est pas du tout au coeur du problème).

Ces observations nous amènent à réfléchir sur le rôle du contexte national dans la présentation d’un événement. Les discours politiques sur Twitter semblent effectivement être immergés dans un espace sémiotique culturel ou des sémiosphères nationales respectives qui préfigurent les thèmes et l’angle de présentation de ces sujets dans les discours politiques. Leur structure tend à avoir les discours « centraux » qui sont les plus conventionnels ainsi que ceux « périphériques » qui semblent sortir du contexte général. De nouveaux sens semblent se crystalliser dans des échanges à la frontière des sémiosphères et dans les zones des langages marginaux.

Dans la perspective, il serait intéressant d’approfondir cette réfléxion en creusant d’avantages les caractéristiques de la sémiosphère lotmanienne et son application aux discours politiques sur Twitter sur les corpus plus importants. Cette étude vise à apporter, grâce à l’application de la notion de sémiosphère, une meilleure compréhension de l’utilisation de Twitter comme dispositif de communication politique, en prenant en compte la dimension culturelle, grâce à l’analyse contrastive appareillée à des outils de traitement statistique et sémantique des données recueillies.

Bibliographie

Brachotte G., Frame A., 2011, « Appropriation et Usages Des TIC Chez Des ‘Leaders’ Politiques En France et En Grande-Bretagne: Pratiques et Discours », pp. 65-76, in : Liénard F., Zlitni S., dir., La communication électronique, enjeux de langues, Limoges, Lambert Lucas.

Chong D., Druckman J.N., 2007, A Theory of Framing and Opinion Formation in Competitive Elite Environments. Journal of Communication, 57, pp.99–118.

Coutant A., Stenger T., 2010, Processus identitaire et ordre de l’interaction sur les réseaux socionumériques, Les enjeux de l’information et de la communication, 1, pp. 45–64.

Entman R.M., 1993, Framing: Toward Clarification of a Fractured Paradigm, Journal of communication, 43, pp. 51–58.

Fontanille J., 2008, Pratiques Sémiotiques, Paris, PUF.

Frame A., Brachotte G., 2015, Le Tweet Stratégique: Use of Twitter as a PR Tool by French Politicians, Public Relations Review, 2, pp. 278-287.

Froehlich R., Rüdiger B., 2006, Framing political public relations: Measuring success of political communication strategies in Germany, Public Relations Review, 32, pp. 18–25.

Iyengar S., 2005, Speaking of Values: The Framing of American Politics, http://www.bepress.com/forum/vol3/iss3/art7, (Page consultée le 5 juin 2016).

Jackson N., Lilleker D., 2011, Microblogging, Constituency Service and Impression Management: UK MPs and the Use of Twitter, The Journal of Legislative Studies, 17, pp.86–105.

Krotz F., 2007, The meta-process of `mediatization’ as a conceptual frame. Global Media and Communication, 3, pp.256-260.

Larsson A.O., Moe H., 2014, Twitter in Politics and Elections. Insights from Scandinavia, pp. 319-330, in : Weller K., Bruns A., Burgess J., Mahrt M., Puschmann C., dir., Twitter and Society, New-York, Peter Lang.

Liénard F., Zlitni S., éds., 2011, La communication électronique : enjeux de langues. Limoges, Lambert-Lucas.

Longhi J., 2013, Essai de Caractérisation Du Tweet Politique. L’information Grammaticale, 136, pp. 25-32.

Lotman Y., 1999, Sémiosphère, Limoges, PULIM.

Kondrashova T., 2016 , Discours politiques sur Twitter comme (sous)sémiosphères, pp.149-163, in : Liénard F., Zlitni S., dir., Médias numériques & Communication électronique, Université du Havre, Klog.

Landerer N., 2013, Rethinking the Logics: A Conceptual Framework for the Mediatization of Politics, Communication Theory, 3, pp. 239–258.

Muralidharan S., Rasmussen L., Patterson D., Shin J., 2011, Hope for Haiti: An analysis of Facebook and Twitter usage during the earthquake relief efforts, Public relations review, 2, pp. 175-177.

Paveau M.-A., 2012, Genre de Discours et Technologie Discursive. Tweet, Twittecriture et Twitterature. HAL, Site des archives ouvertes HAL, [En ligne]. Adresse URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00824817. (Page consultée le 1 juin 2016).

Rey M., 1997, Identités culturelles et interculturalité en Europe, Arles, Actes Sud (l’Europe en bref).

Scheufele D.A., 1999, Framing as a theory of media effects, Journal of Communication, 1, pp. 103–122.

Semetko H.A., Valkenburg P.M., 2000, Framing European politics: a content analysis of press and television news, Journal of Communication, 2, pp. 93–109.

Small T. A., 2010 La politique canadienne en 140 caracteres : la vie des partis dans l’univers Twitter. Revue parlementaire canadienne, 3, pp.41-48.

Strömbäck J., 2008, Four Phases of Mediatization: An Analysis of the Mediatization of Politics. The International Journal of Press/Politics, 3, pp.228 – 246.

Thimm C., 2015, The mediatization of politics and the digital public sphere: the dynamics of mini-publics, pp. 167–183, in: Frame A., Brachotte G., dir., Citizen Participation and Political Communication in a Digital World, New York, Routledge.

Thimm C., Einspänner J., Dang-Ahn M., 2012, Politische Deliberation Online – Twitter Als Element Des Politischen Diskurses, pp. 95-117.in : Krotz F., Hepp A., dir., Mediatisierte Welten: Forschungsfelder und Beschreibungsansätze, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften.

Van Gorp B., 2007, The Constructionist Approach to Framing: Bringing Culture Back In, Journal of Communication, 1, pp. 60–78.

Vreese (de) C.H., 2005, News framing: Theory and typology, Information Design Journal + Document Design, 1, pp. 51–62.

Бахтин М., 1996, Собрание Сочинений, Москва, Русские словари.

  1. Les données de 2014, source : http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?article2109, consulté le 9 juin 2016 []
  2. Les données de 2013, source : http://www.augure.com/wp-content/uploads/2014/04/radiographie-deputes-francais-twitter.pdf, consulté le 28 mai 2016 []
  3. Nous nous appuyons sur la définition de la culture de Micheline Rey : « Au sens anthropologique, la culture peut être définie comme l’ensemble des modes d’être propres à une société ou une population donnée. Ceux-ci englobent le mode de vie et de relations à autrui, l’ensemble des valeurs, des significations, et des représentations symboliques accompagnant les relations sociales, les rapports au monde, à la vie et à la nature, comme l’organisation du monde sensoriel. Cet univers se réalise dans des pratiques, des comportements quotidiens et des traits qui peuvent paraître superficiellement hétérogènes, variables et changeants » (Rey, 1997 : 17-18 []
  4. Illustrée dans l’article de Raffestin C., 1986, « Ecogenèse territoriale et territorialité », Espaces, jeux et enjeux, pp. 175-185 []
  5. Présentée par Locher M.M., 2015, « Ein neuer semiosphärischer Blick auf Märkte: Homogenisierung, Sequenzierung und intra-organisationale Rigidisierung », Econstor, Site de l’Université Witten/Herdecke, [En ligne]. Adresse URL: https://www.uni-wh.de/fileadmin/media/w/w_ls_vwl_institutionenoekonomik_gesundheitssystemmanagement/Dis_paper_Locher.pdf (Page consultée la 5 juin 2016 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.