Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées

Cyrielle Montrichard
Université Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle DTEPS. 3ème année de thèse sous la direction de Philippe Schepens en co-direction avec Virginie Lethier. Titre de thèse : « Ce que la guerre fait aux pratiques de presse »

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

La Première Guerre Mondiale est un conflit singulier de par sa durée et sa violence. Persuadés de s’engager dans une guerre courte, les soldats doivent s’accoutumer à un quotidien violent et meurtrier (Cazals, Loez : 2012). C’est dans ce contexte que naissent les premières feuilles de tranchées.

La presse de tranchées, telle qu’elle sera dénommée par la population et par les soldats eux-mêmes est un genre aux contours flous : il s’agit de journaux (puisqu’ils s’en revendiquent et en ont la structure avec un titre, une périodicité, un ou des rédacteurs, etc.) parus entre 1914 et 19181 et rédigés sur le front.

Cette définition bornant ce genre de façon chronologique et géographique, ne paraît pas, au vu de nos recherches, suffisamment satisfaisant. Définir cette presse de façon précise et en délimiter les contours semblent être une tâche fondamentale à effectuer en amont de la constitution du corpus et de l’analyse de celui-ci. Ainsi, nous montrerons comment la redéfinition de cette presse a influencé la construction de notre corpus. Nous présenterons ensuite celui-ci de façon succincte avant d’expliquer les différentes étapes à réaliser avant d’effectuer une analyse systématique et statistique des données textuelles.

1. Contexte de la recherche

Cette presse encore méconnue du grand public a pourtant suscité quelques recherches. Les premiers travaux menés sur cette presse sont publiés peu de temps après la guerre (Charpentier, 1935). André Charpentier, ancien combattant et lui-même rédacteur d’une feuille de tranchées a souhaité en faire une description exhaustive et rendre hommage aux poilus improvisés rédacteurs de la Première Guerre Mondiale. Ces travaux seront repris et mis en visibilité par Jean-Pierre Turbergue en 1999 dans un ouvrage à destination du grand public.

Il faut attendre les années 1980 pour que cette presse se voie étudiée par les scientifiques. Stéphane Audoin-Rouzeau  (1986) souhaite dégager de ses recherches des informations quant au moral, aux pensées et au quotidien des soldats. Cette étude semble s’inscrire dans une démarche qui se veut humaniste mettant en avant le vécu et l’expérience de guerre contrairement aux recherches antérieurs qui mettaient la stratégie, les décisions du Grand Quartier Général (GQG) et l’analyse des archives officielles au centre des recherches (Koeltz, 1966 ; Suire, Gambiez : 1968).

Par ailleurs, d’autres travaux transdisciplinaires, ayant pour objet le vocabulaire des soldats durant la Première Guerre Mondiale ont en partie pour source les feuilles de tranchées (Sainéan, 1973 ; Roynette, 2010) .

Ainsi, mise à part en histoire, ces documents n’ont encore fait l’objet, à notre connaissance,  d’aucune analyse par les autres disciplines des sciences humaines. Notre étude est donc originale puisqu’elle propose d’étudier cette presse du point de vue de l’analyse du discours en s’intéressant tout particulièrement à l’énonciation, au texte et à la mise en discours des paroles et points de vue des acteurs de la guerre. Par ailleurs, nous avons pour objectif d’analyser ces documents avec un outil statistique d’analyse de données textuelles, démarche également originale sur cet objet. L’analyse de données textuelles assistées par ordinateur permet d’interroger de façon systématique de grands corpus (de plusieurs milliers de mots) et de faire émerger de ces derniers des parcours de lecture objectivés par le corpus lui-même.

2. Constitution du corpus

Nous souhaitons analyser les journaux de tranchées de façon systématique avec un logiciel de textométrie (TXM2 ) Pour ce faire, nous souhaitons répertorier les journaux de tranchées accessibles numériquement. Les documents numériques issus de la BNF (Bibliothèque Nationale de France) et de la BDIC (Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine) ont été nos principales sources pour cette collecte. Ce premier recensement nous a conduite à questionner la définition de la presse de tranchées. Il a également été l’occasion de porter un regard global en diachronie sur les données répertoriées que nous nous proposons de présenter.

2.1. Collecte des documents

Ce travail de recensement, effectué sur les sites de la BNF et de la BDIC, nous a permis de répertorier 261 journaux alors que Stéphane Audoin-Rouzeau, historien français, déclare en 1986 :

« Il est pratiquement impossible de déterminer avec exactitude le nombre de titre parus dans toute la durée du conflit […]. Les journaux apparus les premiers (fin 1914 ou début 1915) sont ceux qui nous sont le plus difficilement parvenus […] 400 journaux environ auraient donc été édités dans l’armée française entre 1914 et 1918. » (Audoin-Rouzeau, 1986 : 11)

Plus de dix ans plus tard, Jean-Pierre Turbergue (1999) ne recense pas moins de 476 journaux de tranchée. Si l’on se fie à ce dernier inventaire, les journaux en ligne que nous avons pu répertorier représentent plus de le moitié des journaux de tranchées dont nous avons aujourd’hui connaissance.

Grâce une première lecture générale de ce répertoire, nous avons pu observer la diversité de documents que renfermait le terme générique « presse de tranchées » : certains sont rédigés et imprimés sur le front ; d’autres composés et imprimés à l’arrière avec des écrits des soldats de l’avant ; d’autres encore sont rédigés par l’arrière puis distribués sur le front.

Par ailleurs, nous observons rapidement que le terme front renvoie, selon l’énonciateur, à des lieux géographiques de combats bien différents : le front occidental français qui s’étend de la mer du Nord à la frontière Suisse, le front oriental européen (Serbie, Empire Ottoman, etc.) les fronts africains (Cameroun, Afrique du Sud…), etc.

Nous comprenons donc ici toute la difficulté à délimiter cette presse géographiquement. La diversité des rédacteurs, des outils d’impression et des lieux de rédaction nous conduit à nous interroger quant à la définition à donner à la « presse de tranchées »

2.2. Redéfinir la presse de tranchées

Nous avons déjà borné chronologiquement notre corpus en excluant tous les journaux publiés hors de la période de guerre. Ainsi, la première caractéristique de la presse de tranchées se dessine : il s’agit uniquement de journaux publiés durant la Première Guerre Mondiale (d’août 1914 à novembre 1918). Cette caractéristique est admise par l’ensemble de la communauté de chercheurs. Cependant, peu d’historiens, à notre connaissance, ont tenté de définir plus précisément cette presse. Ainsi, nous nous sommes rendue sur les sites institutionnels pour savoir comment celle-ci était définie. Sur le site centenaire.org3 on trouve pour expliquer les journaux de tranchées cette définition aux contours incertains :

« Enterrés dans les tranchées, les soldats rédigent, de manière manuscrite d’abord puis sous la forme de petites feuilles ronéotypées ou imprimées des journaux destinés à distraire leurs camarades d’infortune. A la suite du premier d’entre eux l’Echo de l’Argonne, né en octobre 1914, surgissent Le canard du boyau, L’Anti-cafard, le Bochofage Au rab,… Au total plus de 450 titres dont seul Le Crapouillot, imprimé à Paris à plus de 1500 exemplaires, connaîtra une exceptionnelle longévité. De facture très artisanale pour la plupart, ces journaux, en dépit d’une périodicité incertaine et de tirages modestes, tiennent sur le front un rôle essentiel, comblant l’absence de nouvelles et aidant, par l’humour, à vaincre l’ennui et le désespoir. »

Plusieurs points nous semblent importants ici à nuancer. Dire que L’écho de l’Argonne est le premier journal de tranchées à paraître en octobre 1914 nous semble erroné puisque d’après notre premier recensement, L’écho de la guerre parait déjà en septembre 1914. De plus, dire que les journaux ont « d’abord » été rédigés de façon manuscrite avant d’être ronéotypés ou imprimés est une maladresse puisque certains journaux de notre corpus (comme Ah ! Oh !) sont encore réalisés de façon très artisanale en 1917. À l’inverse, L’écho de l’Argonne, dès sa première parution en octobre 1914 était tapuscrit et dès le n°3, imprimé par des presses performantes (Charpentier, 1935). Par ailleurs, limiter les journaux de tranchées aux seules fonctions d’information et de distraction semble particulièrement réducteur alors que nous savons que ces journaux se réclament d’autres fonctions : maintenir l’élan patriotique, maintenir et renforcer les liens entre les hommes d’une même unité, témoigner de l’expérience de guerre… (Audoin-Rouzeau, 1986). Cependant, nous retiendrons de cette définition, un élément majeur déjà entrevu par S. Audoin-Rouzeau : les journaux de tranchées sont des journaux rédigés par les soldats.

Ainsi, nous avons dû exclure de notre corpus deux journaux rédigés par l’arrière (Automobilia : L’automobile aux armées et Le Flambeau4 ) et distribués sur le front. Nous avons également mis de côté les journaux, qui, rédigés à l’arrière, donnaient des nouvelles des membres d’un groupe établi avant la guerre (groupe d’étudiants, de professionnels…) et dont certains étaient engagés sur le front5 . Ainsi, contrairement à J.-P. Turbergue (1999) et A. Charpentier (1935) qui avaient inclus ces gazettes dans leurs répertoires de presse de tranchées, nous décidons de les écarter de notre analyse.

Il existe une diversité de formats, de supports et d’outils employés pour publier et reproduire ces journaux. Cependant, il nous semble que ceux-ci ne soient pas pertinents pour catégoriser cette presse. En effet, certains journaux imprimés avec un matériel performant (comme Le Lacrymogène imprimé à Saint-Dié, zone de cantonnements de repos pour les soldats) étaient conçus à quelques kilomètres des lieux de combats.

Au vu de ces observations, nous pouvons dire que la presse de tranchées réunit l’ensemble des journaux rédigés par des soldats à l’avant (front et zone de cantonnement), imprimés à l’avant ou à l’arrière, durant la Première Guerre Mondiale (Août 1914 – Novembre 1918). Celle-ci regroupe des titres aux matérialités bien différentes en termes de format, d’impression, de périodisation et de diffusion.

2.3. Présentation numéraire en diachronie du corpus constitué

Cette redéfinition plus précise de la presse de tranchées nous a conduite à exclure de notre premier recensement 21 titres ramenant à 240 le nombre de titres répertoriés numériquement et répondant à la définition nouvellement posée de la presse de tranchées.

Avec ce nouveau répertoire, nous avons effectué quelques analyses statistiques quant aux dates de publication des numéros en notre possession. Nous avons pu comptabiliser, en tout est pour tout, 2194 numéros de 2 à 20 pages. Un graphique permet d’observer la répartition de ces numéros selon leur année de parution6 .

montrichard1

Graphique 1 : représentant le nombre de numéro disponible par année dans le corpus

Cet histogramme nous montre ce que nous avions déjà pu percevoir dans les écrits de S. Audoin-Rouzeau (1986).  En effet, il semble au vu des premiers résultats que les journaux de tranchées soient bien nés en 1914 mais qu’ils ont vraiment pris leur essor en 1915.

Audoin-Rouzeau explique le déclin, repérable également sur l’histogramme, à partir de l’année 1917 en ces mots :

« Un nouveau tassement se produit dans la première moitié de l’année 1917, lié à la préparation et à l’échec de l’offensive Nivelle d’avril. Après celle-ci, le redressement paraît bien timide, comme si les soldats en plein désarroi manquaient désormais du ressort nécessaire pour surmonter leur découragement : pour bon nombre d’entre eux, lancer un journal n’a plus de sens. » (Audoin-Rouzeau, 1986 : 31-32)

En effet, il est vrai que le mouvement des mutineries françaises a atteint un point culminant en mai et juin 1917 (Audoin-Rouzeau, Becker : 2013).

3. Un corpus pour une analyse statistique de données textuelles

Le corpus que nous souhaitons analyser doit pouvoir se prêter à une analyse du discours outillée. Cette volonté d’analyser ce corpus de façon systématique génère des contraintes qui ne permettent pas l’inclusion dans notre corpus des 240 titres répertoriés. Par ailleurs, nous nous proposons ici de présenter les variables retenues pour l’analyse ainsi que le format informatique choisi.

3.1. Les contraintes techniques d’une telle analyse.

L’utilisation de logiciels d’analyse statistiques de données textuelles nécessite un corpus au format texte. Les documents recueillis sont tous au format PDF (image) et demandent donc un travail d’océrisation réalisable avec un logiciel de reconnaissance de texte OCR7 qui permet de convertir en texte les fichiers en format image.

Par ailleurs, l’ancienneté des documents rend aujourd’hui leur contenu partiellement lisible voire illisible. Nous avons donc classé ces journaux dans quatre catégories différentes :

  • A : Parfaitement lisible
  • B : Lisible
  • C : Partiellement lisible
  • D : Illisible

Pour distinguer la catégorie A et la catégorie B, nous nous sommes positionnés en fonction des corrections qu’il y aurait à faire ou non suite à l’océrisation avec le logiciel « ABBYY FineReader8 ». En effet, les journaux dans ces deux catégories sont lisibles pour l’œil humain, cependant, nous supposons que le logiciel fera davantage d’erreurs à l’océrisation pour les journaux de la catégorie B, journaux manuscrits qu’avec les journaux tapuscrits (catégorie A). Ainsi, nous conservons les journaux de la catégorie B en gardant à l’esprit qu’une saisit manuelle de ceux-ci sera nécessaire.

Pour effectuer l’analyse textométrique, nous éliminons donc tous les journaux appartenant aux catégories C et D ainsi que les journaux où seule la page de couverture est disponible.

Il est ici à noter la mise de côté particulière d’un journal en patois : l’eco dou bousquetoun. Étant dans une langue différente de celle de notre corpus nous ne pouvons l’y inclure. Néanmoins par sa seule existence ce journal nous permet de mieux percevoir la prégnance encore importante des patois en France durant la Première Guerre Mondiale.9 Une version en langue française de ce journal existe (L’Echo du boqueteau) mais ne peut être associée à notre analyse en raison de son mauvais état de conservation.

Notre corpus prêt à l’analyse compte désormais 128 titres pour un total de 1671 numéros. On pourrait craindre de voir ce nouveau corpus déséquilibré mais lorsque l’on observe la répartition de ses numéros par année10, on peut remarquer que les titres écartés ne modifient que légèrement le nombre de numéros par année de parution.

montrichard2

Graphique 2 : représentant le nombre de numéros disponible par année de publication et mettant en comparaison les données recueillies et celles analysables

Un autre graphique nous permet d’observer l’évolution du nombre de numéro analysable par mois de guerre et nous permet une analyse plus contextualisée de la parution des journaux au cours de la période de conflit.

montrichard3

Graphique 3 : représentant le nombre de numéro de journaux ((     Nous avons dû écarter 69 numéros de ce graphique car le mois de parution n’était pas spécifié.)) selon leur mois de publication

À la vue de ce graphique, on remarque que le nombre de numéros est, entre septembre 1914 et avril 1916, en augmentation constante bien que la courbe dévoile un chiffre particulièrement élevé en août 1915. Celui-ci peut s’expliquer par des fronts intérieurs et extérieurs stables – seul le front italien  subit de nombreuses batailles. Alors que S. Audoin-Rouzeau (1986) repère un déclin à partir de 1917, les premiers chiffres que nous offre notre corpus montrent une première diminution de parution entre juillet et octobre 1916. Il est ici à noter que la bataille de Verdun a débuté en février 1916 et que la bataille de la Somme débute en juillet de la même année. La courbe semble se relever un peu entre novembre 1916 et février 1917 : la bataille de la Somme a pris fin en novembre 1916 et celle de Verdun en décembre de la même année Cependant le nombre de numéros parus diminue à nouveau à partir de février 1917 pour atteindre des chiffres particulièrement bas en juin 1917. On peut ici corréler ce chiffre aux mutineries françaises particulièrement intenses à cette période. Le déclin est ensuite amorcé et notre corpus compte uniquement 14 numéros en novembre 1917 alors que ceux-ci sont au nombre de 53 en avril et en août 1916, au point culminant de la courbe.

3.2. Hypothèses et variables retenues

Les caractéristiques nécessaires à un corpus voué à une analyse de données textuelles sont notamment l’homogénéité (garantie ici par le contexte et les rédacteurs), l’équilibre11 des parties et la contrastivité (Mayaffre, 2005). La contrastivité provient de l’idée qu’un texte ne peut être analysé pour lui-même et qu’on ne peut observer ces particularités que lorsqu’il est mis en comparaison avec un autre. Pour étudier notre corpus, il s’agit donc de définir un certain nombre de critères (variables) afin d’établir des modalités de comparaison entre les différents titres.

Ainsi, la première variable, qui, nous pensons, distinguera les journaux à l’analyse est celle de la date de parution. En effet, nous formulons l’hypothèse que selon l’année de parution, le langage des soldats sera différent (certainement de plus en plus spécifique et issu de leur argot), et que les thèmes abordés seront différents selon les périodes de l’année (Noël, la rigueur de l’hiver, la chaleur en été, Pâques, etc.). Les discours seront également à mettre en lien avec le contexte et les grands événements de la guerre (perte ou victoire de grande bataille, entrée en guerre des États-Unis, première utilisation des gaz asphyxiants, première utilisation des chars d’assaut, etc.).

Nous souhaitons aussi pouvoir distinguer les journaux selon leur lecteur (diffusion aux civils ou uniquement aux poilus). Nous émettons l’hypothèse que le récepteur (le lecteur) influence l’émetteur (le rédacteur) et que par conséquent le message transmis n’est pas le même selon que le journal est rendu accessible aux civils ou non. Ainsi, nous ajouterons une seconde variable permettant la distinction entre ces deux types de journaux. De plus, la censure appliquée à ces titres étaient d’autant plus ferme que celle-ci était diffusée à l’arrière. Nous postulons l’idée que la crainte de la censure aura également influencé les « dire » des rédacteurs (autocensure).

Par ailleurs, nous avons pu voir que le terme « front » renvoyait à différents lieux géographiques. Conscient de la difficulté à connaître le lieu exact de rédaction et de diffusion des titres12, nous préciserons, lorsque nous en aurons la connaissance s’il s’agit du front occidental, oriental, africain, italien, etc. L’hypothèse qui nous conduit à l’élaboration de cette variable est que, pour les soldats combattant sur le territoire français, les références à celui-ci, à la protection des frontières et de la patrie seront plus fréquentes que pour les soldats combattants à l’étranger.

D’autres variables ont été retenues mais le format de cet article ne nous permet pas de les détailler. Cependant notons que parmi ceux-ci des critères quant à la fabrication, au prix du journal,  à la censure ont également été inclus.

3.3. L’encodage XML-TEI 

Pour rendre le corpus d’étude exploitable, nous avons besoin que les données soient au format texte.

Afin de permettre le partage de ce corpus, nous avons choisi un encodage XML-TEI. Le métalangage XML13 permet de baliser chaque texte et d’encoder des contenus complexes (par exemple préciser la casse, noter la présence de dessins, etc.). La TEI14 complète le métalangage XML et a pour objectif de créer un langage standard qui facilite l’échange de données.

Ainsi, chaque article est enregistré au format XML et comporte une ligne de  métadonnées descriptive rappelant les différentes variables (3.2) et donnant des informations sur l’article et son contexte (titre du journal dont il est issu, l’année de parution, le mois, le numéro du journal, la page à laquelle il se situe, le titre de l’article, la rubrique dans laquelle il s’inscrit, etc.). Lors l’import du corpus dans le logiciel TXM, celui-ci affectera les métadonnées aux différents textes permettant ensuite une navigation dans le corpus par le biais de celles-ci. Par exemple, on pourra effectuer des analyses uniquement sur les articles parus en novembre 1918 ou encore mettre en comparaison différentes rubriques.

La saisie des métadonnées en veillant à respecter l’encodage XML-TEI est la dernière étape nécessaire à l’élaboration de notre corpus avant l’analyse. Celle-ci permet notamment de faciliter le partage des données mais aussi de s’assurer de la pérennité de celles-ci.

4. Conclusion

La constitution de notre corpus de presse de tranchées n’a pu s’effectuer qu’après une réflexion quant à la définition de celle-ci. Caractériser plus précisément cette presse était nécessaire afin de construire un corpus homogène et cohérent.

Conditionner ces documents anciens pour les étudier de façon systématique présente un intérêt certain. Nous pourrons, à l’analyse, confronter les textes qui composent notre corpus selon les différentes variables préalablement déterminées en fonction des hypothèses formulées. Par ailleurs, nous insistons sur le fait que cette démarche heuristique nous permettra, au-delà de nos connaissances et de nos hypothèses établies sur le sujet, de mettre au jour de nouvelles pistes d’analyse.

Nous sommes consciente que l’ancienneté de ces documents et leur état de conservation ne nous permet pas l’exhaustivité mais nous pensons que le corpus présenté sera suffisamment représentatif – critère également formulé par D. Mayaffre (2005) – pour effectuer une analyse pertinente.

Le travail de mise en forme des documents, par l’océrisation et l’encodage notamment, sera utile à l’exploitation de notre corpus. En outre, cela permettra de le rendre accessible numériquement et librement, ce qui sera certainement l’occasion de donner une meilleure visibilité à ces documents historiques.

Références bibliographiques des articles cités

Audoin-Rouzeau S., 1986, 14-18, les combattants des tranchées: à travers leurs journaux, Paris, A. Colin.

Audoin-Rouzeau S., Becker J.-J, dirs, 2013, Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard.

Cazals R.,  Loez, A, dirs, 2012, 14-18, vivre et mourir dans les tranchées, Paris, Tallandier.

Charpentier A., 1935, Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918 , souvenirs, récits et documents recueillis et commentés par André Charpentier, Paris, Impr. de Vaugirard, 2007

Koeltz L., 1966, La guerre de 1914-1918 :  les opérations militaires, Paris, Sirey.

Mayaffre D., 2005, « Les corpus politiques : objet, méthode et contenu. Introduction. » Corpus, 4, En ligne, https://corpus.revues.org/292

Roynette O., 2010,  Les mots des tranchées :  l’invention d’une langue de guerre, 1914-1919, Paris, A. Colin.

Sainéan L., 1973, L’argot des tranchées: d’après les lettres des poilus et les journaux du front, Genève, Slatkine Reprints.

Suire M., Gambiez F., 1968, 1 : Histoire de la première guerre mondiale…,  2 :  Grandeur et servitude d’une victoire, Paris, Fayard.

Turbergue J.-P., 1999, Les journaux des tranchées, 1914-1918, Paris, Italiques.

  1. L’expression « Journal de tranchées » apparaît dans la manchette de certains titres de tranchées (L’Argonnaute) et l’énoncé « presse de tranchées » est repris dans les pages des journaux civils et de tranchées. Cette expression est aujourd’hui employée par la communauté scientifique (O. Roynette, S. Audoin-Rouzeau, R. Cazals, F. Rousseau)   et par le grand public pour faire référence à cette presse.  []
  2. Logiciel développé par l’ENS de Lyon. []
  3. Site élaboré à l’occasion du centenaire de la première guerre mondiale dans le cadre de la Mission Centenaire, groupement d’intérêt public, créée par le Gouvernement français en 2012 []
  4. Le Flambeau, édité par le quotidien Le Matin pourra faire l’objet d’une analyse ultérieure. En effet, on voit bien ici, que la guerre modifie les pratiques de la presse puisque un journal, bien implanté avant-guerre, créé un nouveau journal pour un public spécifique : les soldats. []
  5. Bon nombre de gazettes peuvent être ici cités : la Gazette de l’atelier Julian, la Gazette de l’école des beaux-arts, la Gazette Dehaud-Mollet et des beaux-arts de Lille. Au total, 19 journaux de ce type ont été recensés et mis de côté []
  6. Le graphique rend compte de la répartition par année de 2014 numéro. En effet, 180 numéros ne sont pas datés et ne peuvent donc pas être inclus. []
  7. Optical Character Recogniction ou Reconnaissance Optique des Caractères. []
  8. Société ABBYY France SARL, Paris. []
  9. Cette information jouera un rôle important lorsque nous aborderons le vocabulaire spécifique des soldats et leur besoin de se comprendre. []
  10. Les données analysables ne rendent pas comptent de 78 numéros qui ne sont pas datés. []
  11. On ne peut comparer deux parties qui présentent un trop grand écart en termes d’occurrences. []
  12. La censure ne permettait pas aux soldats de divulguer leur position []
  13. Extensible Markup Language ou Langage de balisage extensible []
  14. Text Encoding Initiative ou initiative pour l’encodage du texte : il s’agit d’un consortium de chercheurs d’horizons disciplinaires différents réunis autour de l’étude de textes et des problématiques éditoriales []

Une réflexion sur « Constitution d’un corpus en analyse du discours : le cas de la presse de tranchées »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.