De l’appropriation d’un contexte de recherche composite à l’émergence d’un terrain

Aurélie Pourrez
Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Daniel Raichvarg, Laboratoire CIMEOS, EA 4177, Dijon, Université Bourgogne Franche Comté. Thèse co-financée par le conseil régional de Bourgogne via son soutien au LabEx LipSTIC et par la ville de Dole via son soutien au centre pilote Pasteur. Troisième année de thèse.

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Nous effectuons une thèse sur ce que communique le dynamisme d’innovation thérapeutique d’un Laboratoire d’Excellence (LabEx). Le LabEx Lipoprotéines et Santé : prévention et Traitement des maladies Inflammatoires et du Cancer (LipSTIC), met en jeu vingt-trois équipes de chercheurs, principalement en Bourgogne et en Franche Comté, mais aussi des institutions et des partenaires. Il centre son activité scientifique sur les lipoprotéines (communément évoqué par le « bon » cholestérol) utilisés comme nano-vecteurs (transporteurs naturels) de futurs médicaments contre le cancer et les maladies inflammatoires.

Nous partons, pour notre recherche, du constat que la distinction entre information et communication scientifiques n’est manifeste ni pour le public ni pour les chercheurs (Kugler, 1995 ; Chavigné, 1997) et que bien que la culture scientifique et la vulgarisation participent à l’inscription sociétale de la science, l’activité scientifique n’est pas ou peu visible dans les espaces publics. Une approche que nous qualifions d’informative se calque en effet essentiellement sur un schéma de présentation de résultats que ce soit dans un contexte institutionnel ou dans un contexte public au travers de la vulgarisation et de l’actualité scientifique ou enfin, dans un contexte pédagogique qui déroule des étapes de la démarche d’investigation scientifique amenant immanquablement à un résultat escompté. Or, ce que nous observons de l’activité globale des acteurs du LabEx semble tout aussi, sinon plus, éligible à une inscription sociétale que leurs résultats.

Notre travail de thèse est co-financé : d’une part par le Conseil Régional de Bourgogne, via son soutien au LabEx LipSTIC et d’autre part, par la ville de Dole, dans le Jura, via son soutien à l’inauguration d’un centre pilote LA Main A la Pâte (LAMAP) pour promouvoir l’enseignement scientifique dans les écoles doloises. Si nous avons perçu ce co-financement comme une opportunité renfermant un potentiel de données extraordinaire, nous nous sommes confrontée, une fois en présence effective dans ces contextes de recherche, à une difficulté pour déterminer notre terrain de recherche.

Pour répondre à la préoccupation méthodologique voulue par ce premier séminaire SEMDOC, nous souhaitons nous concentrer sur cette difficulté et l’adaptation méthodologique qui en a découlé.  Dans un premier temps, nous expliquerons la nature de cette difficulté et comment la détermination du terrain nous a amené à une évolution des questions de recherche au-delà d’une modulation couramment éprouvée. Dans un deuxième temps, nous développerons en quoi cette évolution a facilité la construction d’une posture professionnelle de recherche, qui ne nous semble pas si évidente lorsque le contexte de recherche est le financeur.

Évolution des questions de recherche

1.1 Historique de l’objet de recherche

Pour explorer ce que communique un dynamisme d’innovation thérapeutique, nous nous sommes retrouvée dans un contexte de recherche complexe et instable. C’est cette instabilité qui nous a néanmoins conduit à cet objet de recherche.

A l’origine de cette thèse, un dossier fut monté pour la recherche d’un financement avec une proposition de questions de recherche : « On sait (…) que, entre les expériences réalisées dans les laboratoires et celles présentées en classe, les différences sont nombreuses : gommage des erreurs, des biais, de la durée, des contextes historiques, sociaux et politiques, transformation des incertitudes en doutes reconstruits… L’hypothèse est que, pour une mise en culture des sciences et de leur socialisation, il s’agit non d’effacer mais d’intégrer ces différences dans la pratique didactique des élèves et que c’est par la place que les chercheurs vont occuper sur le terrain pédagogique que ces différences le seront. »1 C’est un co-financement conjoncturel qui fut obtenu et la thèse devait être proposée à des enseignants ou didacticiens. Il nous fut finalement attribuée et devenait ainsi l’objet d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, en fonction des choix et de l’intérêt de notre directeur de thèse pour ce volet de la « culture de sciences ». En théorie, nous avions d’un côté de quoi explorer « les expériences réalisées dans les laboratoires » avec le LipSTIC et de l’autre, de quoi explorer « la pratique didactique des élèves » avec le centre pilote. Nous devions ainsi initialement être dans un contexte de médiation scientifique et de médiation des savoirs. Un format « recherche-action » devait permettre de faire « occuper le terrain pédagogique » par des chercheurs. La réalité éprouvée du contexte de recherche a contrarié ce qui apparaissait comme une articulation réalisable des deux entités représentées par les financeurs : la recherche fondamentale et l’éducation scientifique.

1.2 Identification de contraintes lors de l’interprétation du contexte de recherche.

La planification des actions de la thèse fut assez vite mise à mal par différentes contraintes : temporelles, géographico-économiques et principalement identitaires.

Tout d’abord, nous avons été confrontée à des contraintes temporelles. Les deux contextes de recherche étaient respectivement dans une phase de démarrage, mais chacun suivant une temporalité qui lui est propre, chacun priorisait ses propres actions en fonction de ses objectifs.

aurelie-1

Pourtant, nous avions commencé à travailler à l’intersection de ces deux mastodontes contextuels avec notre directeur de thèse au travers d’une action qui s’inscrivait dans les deux projets. S’il est assez simple de se représenter la complexité dans laquelle évolue un LabEx, il l’est moins pour celle de ce centre pilote. En effet, il est inséré dans un contexte particulier : il est la partie pédagogique du projet Pasteur Universel porté par l’Académie des Sciences et devant devenir le pôle pédagogique de l’Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) Terre de Louis Pasteur, mis en place par le projet de l’Académie et dont le directeur fut nommé au cours de notre thèse. A ce stade, l’investissement d’une maison patrimoine du personnage Pasteur, la maison Vercel, devait incarner cette rencontre. Notre travail de thèse devait préparer, avec l’aide précieuse d’un comité de pilotage de ce projet de la maison Vercel, une mise en scène des travaux du LipSTIC dans cet espace public, notamment par des ateliers d’expérimentations scientifiques avec des doctorants du LipSTIC, accessible dans un contexte scolaire. Cette maison, tout du moins la construction de son projet, aurait constitué notre principal terrain. La prise de fonction du directeur de l’EPCC intervint six mois après le début de la thèse, la maison Vercel ne fut pas un axe prioritaire et le comité de pilotage fut mis en veille. La maison Vercel ne coïncidait plus avec la temporalité de la thèse.

Ensuite, restant sur cette idée induite par le dossier de recherche de financement de rencontre physique entre chercheurs du LipSTIC et classes d’école, nous avons proposé plusieurs possibilités d’activités à l’équipe pédagogique qui nous a renvoyé qu’il fallait oublier toute possibilité de déplacement d’élèves vers des plateformes scientifiques tant le contexte économique était difficile pour les écoles.  Nous avons donc envisagé de faire venir des chercheurs à Dole, de trouver avec eux un projet dont pourrait se saisir une ou deux classes et là, s’est révélée une autre contrainte géographique : mais agir à Dole revenait à menacer l’emploi d’animatrices, obstacle que nous n’avons jamais réussi à dépasser. Il n’était pas question que ce soit des classes de Dole (tout de même en contradiction avec le financeur de notre thèse)

aurelie-2

Une association doloise faisait depuis vingt ans la promotion de l’enseignement scientifique. Au départ subventionnée, cette association a dû rendre ces activités payantes auprès des écoles doloises pour permettre la rémunération des animatrices suite aux pertes des subventions. En grande difficulté au moment du projet Pasteur Universalis, il avait donc été imaginé son évolution en centre pilote LAMAP, d’où l’inauguration. Les activités LAMAP sont gratuites et ne peuvent constituer une ressource pour les rémunérations des animatrices dont l’activité devait évoluer vers de l’extra ou du périscolaire. Les locaux de l’association, prêtée par la mairie, devinrent le lieu d’hébergement du centre pilote. Cette situation a exacerbé une autre contrainte : la contrainte identitaire. L’action pédagogique de l’association ne voulait pas de cette évolution qui lui semblait éclipser son histoire et son savoir-faire et, dans un premier temps, a donc mis en concurrence ses activités avec celles du centre pilote.

C’est donc ainsi une contrainte identitaire qui a amené à une évolution des questions de recherche. Il ne nous semblait pas pertinent d’alimenter la posture prise par l’association. Nous avons œuvré pour que puissent coexister les deux entités pédagogiques (Atelier de l’association et centre pilote) et amorcer une évolution vers un pôle pédagogique de l’EPCC. A ce stade, nous nous focalisions sur un objectif annoncé de la thèse : proposer un outil ou une activité pédagogique permettant d’aborder le cancer à l’école. L’observation participante en contexte scolaire pouvaient aussi bien se dérouler dans le cadre de l’association que dans le cadre du centre pilote. C’est pourtant l’existence du centre pilote qui justifiait en partie notre financement, mais cela soulignait une autre contrainte identitaire rendant le contexte particulièrement instable (comme nous l’avons dit plus haut et qui mériterait d’autres analyses que nous ne développerons pas ici). C’est en effet la mairie de Dole qui a souhaité soutenir le projet de l’Académie des sciences en investissant financièrement pour la mise en œuvre de l’EPCC. Cet investissement fut un des arguments forts de l’opposition durant la campagne des élections municipales ayant lieu en milieu de première année de thèse. La mairie ayant permis le co-financement de la thèse perdit les élections. Dans ce contexte, toute discussion et argumentation pouvant faire prévaloir un aménagement d’un lien privilégié avec une ou deux écoles doloises était compliquée. Cela n’échappa pas à l’association qui rejeta l’évolution prévue, oubliant les difficultés qui l’avaient fait envisager. Les activités tentèrent malgré tout d’être complémentaires plutôt que concurrentes.

1.3 Adaptation des questions de recherche

Ce contexte instable rendant une mise en œuvre difficile du projet initial de thèse a favorisé une évolution des questions de recherche. Notre principale difficulté a été que nous cherchions à moduler l’approche initiale pour la rendre réalisable dans le contexte de recherche. Le principal obstacle, que nous avons identifié que tardivement, fut l’énergie mise à imaginer une nouvelle articulation des deux contextes de recherche devenue obsolète avec la mise en veille de la maison Vercel et avec le climat identitaire conflictuel. Une phase architectonique cherchait à adapter la problématique initiale à une articulation à penser. De « recherche-actions », nous ne semblions retenir principalement que le mot « actions ». Aussi, avons-nous œuvré dans l’un et l‘autre contexte de recherche, comme en ajustant cette articulation. Nous voyions alors un terrain immense constitué par les deux contextes du LabEx et du centre pilote et semblions transposer l’approche hypothético-déductive de la problématique initiale dans chacun des contextes.

C’est en début de deuxième année que lors d’une observation participante à un comité de pilotage du LabEx que nous avons réinvesti complètement une posture de recherche, nous détachant enfin d’un climat inconfortable pour nous concentrer sur l’objet de notre recherche : le dynamisme d’innovation thérapeutique. N’étant ni enseignante ni didacticienne, nous chercherions à établir ce qu’il communique. La transposition d’un contexte de recherche à l’autre ne serait plus une réflexion à dominante didactique pour valoriser un savoir-faire expérimental vécu, mais questionnerait la démarche scientifique dont les comités de pilotage faisaient partis. Qu’est-ce qui dans cette démarche observée serait intéressant de transposer publiquement et en milieu scolaire ? C’est à ce stade que nous avons commencé à différencier une approche informationnelle de l’activité scientifique présente médiatiquement et pédagogiquement d’une approche communicationnelle.

1.4 Constitution d’un terrain de recherche

Habitée par la volonté de répondre à des attentes des deux contextes de recherche différents qu’aucun contrat ne précisait, comme cela peut être le cas dans un contrat Convention Industrielle de Formation par le Recherche, nous nous sommes longtemps appliquée à chercher à articuler l’un dans l’autre. Au-delà d’actions devenues caduques et d’un jeu de pouvoir impactant la planification d’actions présentée en assemblée générale du LipSTIC en début de thèse, nous pensions que seule cette articulation nous permettrait de répliquer ce pour quoi il nous semblait être financée. Cette préoccupation façonnait un terrain inabordable par son caractère vaste. Dans cette phase d’appropriation, nous naviguions d’un contexte à un autre, nous rassurant en nous disant que cela correspondait à une forme de démarche cyclique (Roy et Prévost, 2013) de notre recherche-actions faisant évoluer nos questions de recherche. Ce n’est qu’en début de deuxième année donc, que nous sommes parvenue à faire émerger un terrain de recherche au sein de ces deux contextes de recherche. Nous pouvions dès lors distinguer ce qui relevait d’un travail pour lequel nous étions rémunérée et le travail de recherche permettant la réalisation de notre thèse.

Travaillant à partir d’une problématique proposée par un dossier de recherche de financement et présentant une approche hypothético-déductive, nous nous sommes confrontée aux réalités de terrain questionnant la faisabilité du programme de recherche. Petit à petit, nous avons fait évoluer les questions de recherche, cherchant à les adapter aux contextes éprouvés. Malgré une flexibilité méthodologique (Robson, 2011) communément éprouvée sur le terrain, la question de la légitimité d’un changement de perspective, dépassant nous semble-t-il une simple flexibilité, dans un contexte financé, nous a inquiétée2. Des contraintes temporelles, géographiques, économiques et identitaires nous y ont conduit si nous souhaitions mener notre thèse à terme. L’articulation initiale des deux contextes de recherche a dû être revisitée pour faire émerger un terrain permettant notre travail de recherche sans oublier de réaliser ce pour quoi nous étions en partie financée. La posture professionnelle s’est élaborée au fur et à mesure de l’affirmation de la recherche-actions. La deuxième difficulté que nous souhaitions effectivement aborder maintenant, liée aussi à ce double contexte de recherche, est celle de la construction de notre posture de chercheure.

2. Construction d’une posture professionnelle : salariée dans un contexte de recherche déterminé par les financeurs, chercheure pour la thèse dans le terrain délimité.

2.1. Une recherche-actions sans objectif commun aux deux contextes d’un

La recherche d’agencement des deux contextes de recherche nous a conduit à interroger le format « recherche-actions » pour lequel le co-financement a été obtenu. En effet, lors de nos recherches bibliographiques sur cette méthode fondée à partir des travaux du psychosociologue Kurt Lewin (1943) sur le changement des habitudes alimentaires des familles américaines, comme outil pour opérer un changement efficace, nous nous sommes questionnée. Modérément sur le changement visé : il s’agissait de valoriser et intégrer les apports d’une recherche scientifique en cours et ne plus faire de la science uniquement un catalogue de résultats à démontrer, mais plus intensément sur la validité de ce format de recherche.

En effet, la situation d’entre-deux dans laquelle nous nous sommes retrouvée a interrogé la conformité de notre recherche-actions avec ce qui nous semblait devoir la déterminer. Le psychosociologue Jacques Rhéaume (1982) distinguait deux objectifs possibles de ce format de recherche déterminés par deux « acteurs » : soit une enquête participative, soit un changement. Ici la mise en relation des deux contextes était devenue principalement théorique. Les questions de recherche sur lesquelles nous travaillions (valorisation de l’incertitude dans l’activité scientifique, valorisation de la temporalité de l’activité scientifique) devenaient les changements que nous espérons amorcer par notre travail et non l’objectif commun au LipSTIC et au pôle pédagogique composite.

2.2. D’un raisonnement rationaliste à un raisonnement empiriste.

L’appropriation des contextes de recherche a entrainé une réflexion inductive de laquelle a émané le changement de notre problématique. Dans un souci de justification de ce changement, nous avons, par une recherche bibliographique, exploré quelles expériences en sciences humaines et sociales (SHS) avaient été déjà faites et nous sommes inquiétée de la validité en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). La recherche-action est une approche courante en SHS. Le socio-anthropologue Tristan Fournier rapporte par exemple le travail de Christophe Perrey (2012), pharmacologue de formation, ayant fait une thèse d’ethnologie au sein de l’unité d’épidémiologie des virus oncogènes à l’Institut Pasteur sur la détermination des thèmes de recherche d’un rétrovirus dont la propagation dépend autant de facteurs génétiques que de modes de vie. Fournier3 qualifie son œuvre de réflexion épistémologique sur la construction de connaissances scientifiques tant que sur le statut de chercheur.  En SIC, l’étude récente d’Eric Dacheux, en collaboration avec Elise Aspord4 a mis en œuvre une série de séminaires pour étudier « la communication » scientifique, pensée comme des débats scientifiques, auxquels différentes disciplines étaient conviées dans un terrain ainsi bien délimité et aux objectifs communs énoncés. Enfin, Béatrice Fleury Vilatte et Jacques Walter5 exposent trois situations de recherche différente qui entraînent trois rapports différents pour les chercheurs avec leur terrain de recherche. Même si nous n’y retrouvions pas notre situation, nous en retenions sinon une subjectivité, un impact certain de la posture épistémologique du chercheur sur la recherche entreprise. Notre modèle méthodologique fut finalement anthropologique, une recherche-action cherchant à faciliter la construction d’hébergement public d’urgence6  à Turin où les chercheurs étaient en lien avec les architectes auxquels ils rapportaient les conclusions de leur approche anthropologique dans les dortoirs pour établir un projet le plus pertinent possible. Partir du vécu des personnes pour que des professionnels adaptent leur dessein.

2.3. Chercheure salariée des contextes de recherche.

Le contexte dolois a été inconfortable tant nous nous demandions si le financement de notre thèse n’était pas devenu caduque par le changement d’équipe municipal et l’absence d’interlocuteur ainsi engendrée7. Bien que notre statut soit différent d’un autre salarié de la municipalité, nous cherchions implicitement à deviner à quelle fiche de poste nous devions répondre. Il nous a fallu un peu de temps pour affirmer notre posture de chercheure, tout en répondant à certains besoins du pôle pédagogique dans un cadre externe à notre thèse et sans ne plus que chercher à répondre à des attentes hypothétiques de ce financeur.

Dans le contexte du LipSTIC, il en fut tout à fait autrement. Nous avons été rapidement mise à l’aise quant au fait qu’il était entendu qu’une recherche en SIC ne coïncidait pas avec les besoins présentés à une agence de communication. Il était simple de discuter des difficultés rencontrées durant notre thèse lors des comités de pilotage. C’est la recherche-actions et l’investissement de notre directeur de thèse qui ont façonné un rapport des chercheurs en recherche fondamentale aux recherches en SIC, facilité par une configuration singulière pour un LabEx donnant aux SHS et SIC la même place que des chercheurs de biologie :

aurelie-4

Au départ de cette collaboration, les besoins énoncés devaient, comme pour tout autre Work Package, faire l’objet d’une présentation et d’une compréhension des membres du comité de pilotage. Au bout de deux ans et demi, nous avons obtenu, sur le simple rapport de confiance établi, un financement pour un livre jeunesse vulgarisant les travaux en cours du LipSTIC.

aurelie-3

Extrait illustrant la nano-vectorisation par les lipoprotéines. JOLY L. et CORNUDET C. (Edition programmée à la rentrée 2016-2017) Lucile mystérieuse. Editions Universitaires de Dijon

L’accompagnement du livre par le comité de pilotage du LipSTIC, même s’il n’est pas directement un résultat de notre recherche puisque notre objectif n’est plus une vulgarisation scientifique, met en exergue une piste d’ouverture faisant suite à notre thèse sur les productions possibles de la communication organisante (Fauré, Arnaud, 2014) pour le LabEx. Il nous a surtout permis de construire une posture professionnelle de recherche là où le financement nous mettait en tension.

Le sentiment de transgression épistémologique et de transgression du financement obtenu coïncide avec la période d’évolution des questions de recherche et du changement de perspective du sujet de thèse. Ce fut le temps nécessaire pour distinguer une mise à disposition pour les financeurs et une posture de recherche dans les contextes pleinement assumées.

Conclusion

Faire émerger un terrain d’étude au sein de deux contextes de recherche complexes fut une des principales difficultés que nous avons dû surmonter lors de notre doctorat. La rupture avec le plan d’actions initialement prévu et des contraintes rencontrées au sein de ces contextes ont amené à une évolution des questions de recherche telle que nous nous sommes interrogée sur la légitimité d’une telle progression. Etant co-financée, en plus de l’appropriation des contextes de recherche, il nous a fallu trouver une posture permettant d’une part de répondre à des besoins de nos financeurs et d’autre part, de mener notre travail de recherche pour notre thèse.  Si la rencontre de problèmes sur le terrain « suscite [la] perplexité [du chercheur], éveille sa curiosité, invalide les schèmes interprétatifs et motivationnels qui organisent son champ d’expérience et d’action » (Cefaï, 2012), ce que nous avons éprouvé nous a semblé mettre en jeu la faisabilité de notre recherche et la légitimité du changement opéré pour poursuivre notre thèse face au financement obtenu. Nous souhaitons que l’exposé de ces difficultés puisse permettre à d’autres doctorants participant au SEMDOC et se questionnant sur des points méthodologiques de nourrir leur réflexion ou faciliter la construction de leur posture épistémologique.

 

 

 

  1. Extrait du dossier de recherche de financement élaboré par Benoit Urgelli et Daniel Raichvarg. []
  2. L’investissement de la posture de recherche fut tel que même la réassurance de notre directeur de thèse ne suffit pas. Il nous fallait trouver par nous-même et au travers d’une investigation matière à nous apaiser. []
  3. FOURNIER T. (2014) Christophe Perrey, un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane Française in Socio-anthropologie 29, 2014. pp.199-200. []
  4. ASPORD E. et DACHEUX E. (dir.)  (2015) La communication, point aveugle du métier de chercheur. Mémoires et leçons d’un séminaire pluridisciplinaire. CNRS Editions. []
  5. FLEURY-VILATTE B. et WALTER J. (2005). Terrain, expérimentation et sciences sociales in Questions de communication [En ligne], 7 | 2005, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/4627 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.4627 []
  6. CAMPAGNARO C., PORCELLANA V. (2013), « ‪Habiter le dortoir. », Journal des anthropologues 3/2013 (n° 134-135), p. 267-290. URL : www.cairn.info/revue-journal-des-anthropologues-2013-3-page-267.htm., consulté le 15 mai 2016. []
  7. Problème non résolu à ce jour entre les institutions menant probablement au tribunal administratif. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.