Méthodologie de la constitution et de l’exploitation de corpus oraux pour une analyse multimodale

Sophie Fiorèse
ELLIADD, UBFC, Doctorante en troisième année sous la direction de Katja Ploog.
Thèse : La gestualité co-verbale : une ressource pour l’interaction exolingue

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Introduction

Pour cette contribution nous proposons d’exposer la démarche méthodologique que nous appliquons pour la constitution et l’exploitation de corpus oraux. Notre recherche porte sur la gestualité co-verbale de locuteurs en conversation exolingue. Nous cherchons à mettre en lumière la place qu’occupe la gestualité co-verbale et ce qu’elle apporte à la co-construction du sens et de l’interaction dans ce type de conversation. Par conséquent notre objet de recherche nous amène à recueillir des enregistrements vidéo de conversations spontanées. Ces données recueillies sont ensuite soumises à une analyse multimodale. Nous proposons de présenter la démarche que nous suivons incluant les étapes clés et les réflexions que la constitution et l’exploitation d’un tel corpus soulèvent. Dans un premier temps, nous présenterons brièvement notre cadre théorique et nos données à savoir des conversations exolingues dans des lieux privés. Nous expliquerons les raisons de ce choix pour ensuite expliciter les précautions à prendre dans l’exploitation d’un tel corpus. Nous nous attèlerons ensuite à présenter l’étape de transcription des corpus oraux. Cette phase soulève de nombreuses questions quant aux normes de transcriptions à appliquer pour représenter l’ordre oral à l’écrit. Elle relève d’autant plus du défi lorsque l’on souhaite appliquer une approche multimodale au corpus. Nous nous pencherons plus particulièrement sur la transcription à des fins de publication en terminant notre exposé par quelques exemples de transcriptions qui réunissent différentes modalités.

1. La recherche

Notre travail de recherche s’inscrit dans l’analyse conversationnelle (Sacks et al., 1974) qui a pour objet la conversation au sens large et qui cherche à mettre en lumière les méthodes par lesquelles les participants d’une interaction coordonnent leurs activités. C’est-à-dire « les méthodes par lesquelles les coparticipants organisent, interprètent et produisent leur

contribution à l’interaction » (Mondada, 2008a:882). Dans cette perspective, c’est par l’analyse fine des tours de parole et dans leur succession que l’on peut voir comment l’interaction se co-construit.

Nous avons choisi de travailler sur un type d’échange qui est celui de la conversation. Cette dernière est définie comme étant la forme la plus prototypique de la communication : « Elle représente la forme la plus commune et essentielle que peut prendre l’échange verbal. »

(Kerbrat-Orecchioni, 1990 :113). C’est au travers de l’étude de ce type d’interaction que l’on peut s’approcher au plus près des pratiques sociales telles qu’elles ont cours dans la réalité. Nous travaillons plus précisément sur des conversations dites « exolingues » (Porquier, 1984), c’est-à-dire des conversations où les échanges se font au travers d’une langue qui n’est pas une langue maternelle commune aux participants. Nous étudions comment les participants à ce type d’interaction mobilisent les ressources verbales et gestuelles dans leurs échanges.

L’analyse est centrée sur le gestualité co-verbale et vise à mettre en lumière l’apport de cette dernière dans la co-construction du sens et de l’interaction.

Pour ce faire, nous filmons des conversations spontanées dans un cadre privé. Ces conversations n’ont pas été produites pour cette recherche et auraient eu lieu sans la présence de la caméra, ce sont donc des interactions dites naturelles.

2.Préalables à l’utilisation des données

L’utilisation de données et a fortiori de données récoltées dans un cadre privé implique certaines précautions à prendre qui relèvent à la fois de l’éthique et du juridique. L’utilisation d’un consentement éclairé ainsi que l’anonymisation des données sont nécessaires pour assurer aux participants le respect de leur vie privée. Il engage le chercheur dans une démarche éthique qui peut constituer un atout dans l’adhésion des participants au projet de recherche.

2.1 Le consentement éclairé

Un consentement est une demande d’autorisation adressée à une personne physique. Cette autorisation porte sur la collecte des données et sur leur traitement. Il implique qu’une

  • « personne physique affirme clairement qu’elle accepte que les données personnelles la concernant fasse l’objet d’un traitement » (Baude, 2006:113). Cette demande d’autorisation dépend de « l’information préalable » (Baude, 2006:113), c’est-à-dire qu’il ne suffit pas de demander à une personne si elle accepte d’être filmée. Elle doit être mise au courant des raisons de la collecte des données ainsi que des différents traitements qui en seront faits. Un consentement éclairé se compose au minimum de deux grandes parties :
  • l’explicitation de la recherche : elle peut prendre la forme d’un paragraphe sur le consentement écrit, ou d’une plaquette à part où la recherche est expliquée. Cette description doit être suffisamment précise pour que les participants de l’étude puissent comprendre les enjeux de la recherche, mais elle ne peut tout dévoiler au risque d’influencer les données recueillies. Il s’agit donc de trouver un bon équilibre dans les informations données aux participants.
  • la demande d’autorisation où figure tous les traitements et les différentes utilisations des données.1

Le consentement peut prendre diverses formes qui sont le plus souvent en lien avec le type d’enregistrement, le public concerné mais aussi les buts de la recherche. Il peut être écrit, ce qui est considéré comme « une bonne pratique » (Baude, 2006 :113), mais il peut aussi être oral. Les caractéristiques des participants peuvent inciter le chercheur à choisir l’une ou l’autre des formes. En effet, il serait inapproprié de faire signer un consentement écrit à des personnes analphabètes par exemple. Lorsqu’il est écrit il doit aussi être adapté en fonction du public visé et de la recherche. Dans le cadre de notre recherche, nous enregistrons des personnes non natives du français qui n’ont pas toutes un niveau très élevé de langue française. Le consentement est donc simplifié au maximum et nous nous attachons à l’explicité avant chaque enregistrement. Lors de nos enregistrements la caméra est visible, de ce fait nous expliquons notre recherche dès le début et explicitons à l’oral le consentement qui est ensuite relu et signé après l’enregistrement.

Qu’il soit oral ou écrit, « l’important est de pouvoir faire la preuve de la volonté de la personne concernée » (Baude,2006 :113).

2.2 L’anonymisation

L’anonymisation est « l’opération par laquelle se trouve supprimé d’un ensemble de données recueillies auprès d’un individu ou d’un groupe tout lien permettant l’identification de ces derniers » (Baude, 2006 :193). C’est-à-dire qu’il s’agit de supprimer toutes les informations qui permettraient de reconnaître le participant à l’étude. L’anonymisation doit s’opérer sur les données primaires, c’est-à-dire l’audio, la vidéo et éventuellement les documents officiels recueillis sur le terrain. Elle doit aussi s’effectuer sur les données secondaires que sont la transcription et les éventuelles captures d’écran entre autres. De plus, il est nécessaire de tenir compte du recoupement d’informations, notamment lors de l’utilisation de profil de participants où là encore les informations qui permettraient d’identifier les personnes doivent être anonymisées.

Les informations à anonymiser sont toutes les informations qui permettraient d’identifier les personnes. La liste peut être longue et s’étendre des noms et prénoms, aux liens de parentés ou de subordination en passant par les numéros de téléphones et adresses. C’est au chercheur de définir ce qui peut être une information sensible et juger nécessaire ou non de l’anonymiser. La problématique de la recherche, son terrain et les participants de l’étude vont définir les types de données recueillies et orienter les choix du chercheur. Une même information peut être anonymisée ou non suivant le contexte dans lequel elle apparait.

L’anonymisation des données se fait soit par la suppression soit par le remplacement, cette dernière technique étant la plus usitée. La suppression d’un passage est une solution radicale mais efficace. En effet, l’anonymisation des données peut prendre beaucoup de temps, lorsque certains passages sont très denses en informations sensibles la suppression peut s’avérer être une bonne solution. En ce qui concerne le remplacement dans les données secondaires, il s’applique sur de nombreuses informations et doit se faire de manière à conserver autant que possible l’intégrité de l’oral. Pour les prénoms par exemple on peut utiliser des pseudonymes. Il est judicieux de garder une certaine cohérence entre le prénom et le pseudonyme. En effet, si l’une de participante s’appelle Suzuki on évitera de choisir le pseudonyme Henriette. Il peut être nécessaire aussi de tenir compte du nombre de syllabes ou des diminutifs qui peuvent donner lieu à des jeux de mots lors de l’interaction. D’autre part, il est possible d’avoir recours aux statuts des participants. Par exemple, en interaction de classe on pourra choisir d’utiliser professeur/élève. Dans notre cas nous aurions pu utiliser les statuts natifs/non-natifs, mais ce choix pose déjà une catégorisation qui pourrait influencer l’analyse (Mondada, 2002).

D’autre part, cette solution peut facilement s’appliquer à des dyades, elle est plus difficile à manipuler dans des conversations multi-parties. L’utilisation d’hyperonymes, pour les villes, les numéros de téléphones, les adresses, est une solution de remplacement, bien que l’on puisse aussi choisir de remplacer un numéro de téléphone par un autre par exemple. En ce qui concerne les données primaires, pour l’audio il est possible de bipper, brouiller ou déformer les informations à anonynimiser, on peut aussi utiliser le silence. En ce qui concerne la vidéo plusieurs solutions sont possibles. L’une des possibilités est celle qui consiste à utiliser des masques cachant tout le visage ou les yeux des participants. Cette technique souvent utilisée est cependant couteuse en temps lors du traitement de la vidéo. De plus Il faut être outillé avec un logiciel qui permet l’apposition de masque sur des images en mouvement. D’autre part, lorsque l’approche multimodale est utilisée pour l’analyse de corpus, il est souvent nécessaire d’avoir recours aux regards, ce type d’anonymisation obstrue l’observable. Cet obstacle peut, dans une certaine mesure, être contourné par l’utilisation de flèches matérialisant les trajectoires des regards des participants lorsque l’on utilise une capture d’écran. D’autres possibilités comme l’inversion des couleurs ou la pixellisation peuvent être utilisées.

L’utilisation d’un consentement éclairé ainsi que l’anonymisation répondent à des exigences éthique et juridique en matière de collecte et de traitement des données. Leur mise en œuvre lors de la constitution du corpus amène le chercheur à se poser de nombreuses questions bien avant de rentrer dans l’analyse même des données. Nous allons à présent évoquer une étape clé qui quant à elle conditionne grandement l’analyse, il s’agit de la transcription.

3.La transcription

3.1. Etudier l’oral via l’écrit

Une première remarque s’impose lorsque l’on aborde la question de la transcription de corpus oraux. Cette remarque porte sur la distinction entre la transcription comme produit fini et l’écriture. Pour étudier l’oral il est nécessaire de passer par l’écrit :

« On ne peut pas étudier l’oral par l’oral, en se fiant à la mémoire qu’on en garde. On ne peut pas, sans le secours de la représentation visuelle, parcourir l’oral en tous sens et en comparer des morceaux. » (Blanche-Benveniste, 2010 :33)

Ce passage peut engendrer des confusions entre les règles de l’oral et les règles de l’écrit. C’est-à-dire que l’on serait tenté, du fait de passer à l’écrit, d’utiliser par exemple les signes de l’écrit (comme la virgule ou le point) mais aussi les règles quant à la production des phrases. Par exemple, à l’écrit en français les répétitions sont à proscrire. Or lorsque l’on se penche sur l’oral on voit que la répétition est un phénomène récurent et joue un rôle crucial sur les plans de la production et de la compréhension, ne serait-ce que du point de vue

cognitif. Il est donc important de différencier la transcription de l’écriture. La transcription de l’oral doit consigner tout ce qui a été dit, sans rien ajouter, sans rien enlever.

3.2. Les fins de la transcription

Le deuxième point important concernant la transcription est la distinction à faire entre la transcription à des fins d’analyse et la transcription à des fins de publication. Cette distinction repose essentiellement sur la lisibilité. En effet, la première sert des buts analytiques et dans une certaine mesure elle peut n’être lisible que pour le chercheur et les personnes travaillant sur le projet. Elle est associée à un codage et/ou à de l’annotation et est nécessairement outillée. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’étudier des conversations par une approche multimodale, l’utilisation de logiciels d’alignement tel qu’ELAN2 est une nécessité dans une recherche de précision. La seconde en revanche doit pouvoir être lisible pour la communauté scientifique. Elle doit être accessible et apporter un éclairage lors de la publication d’une recherche. Les deux transcriptions sont très proches l’une de l’autre mais ne servent pas les mêmes fins.

3.3. Transcrire c’est choisir

Entrer dans le processus de transcription c’est faire des choix : Quels phénomènes transcrire ? Comment les transcrire ? Comment matérialiser la production orale ? Quelle forme visuelle choisir ? Nous allons tout d’abord aborder ces questions au travers de la transcription de la ressource verbale.

Il s’agit dans un premier temps de se poser la question de la « granularité de la transcription » (Mondada, 2008b), c’est-à-dire faire des choix sur le nombre et les types de phénomènes à transcrire. Ces choix découlent du cadre théorique et de la problématique de la recherche (Mondada, 2008). En linguistique interactionnelle et en analyse conversationnelle on pose la question des contenus mais aussi des formes dans la façon dont l’interaction se co-construit et sur les processus interactifs. Tous les phénomènes peuvent être pertinents, il est donc judicieux et nécessaire d’adopter une transcription fine du verbal incluant par exemple les troncations, les pauses, les hésitations a fortiori lorsque l’on adopte une approche multimodale.

D’autre part, il s’agit de faire un choix quant au type de représentation graphique utilisée pour transcrire l’oral. Trois principales possibilités s’offrent au transcripteur : l’orthographe adaptée, l’orthographe non adaptée et la transcription phonétique. La première a pour avantage d’être assez proche de la production orale, en revanche elle peut s’avérer difficile à lire notamment lorsqu’il y a beaucoup d’élision. D’autre part, elle peut donner une image péjorative du locuteur (Blanche-Benveniste, 2010). En ce qui concerne la seconde, à savoir l’orthographe standard, elle est facile à lire puisqu’elle correspond à nos habitudes de lecture, elle ne produit de ce fait pas d’effet péjoratif. En revanche, elle lisse l’oral et donne une « version optimiste » (Blanche-Benveniste, 2010) de la production orale des locuteurs. Enfin, pour la transcription phonétique, le résultat est très fidèle à la production orale sans en donner une image péjorative puisque le code graphique est différent de nos habitudes de lecture. En revanche, ce type de transcription est chronophage et peut s’avérer difficile à lire pour les néophytes. L’alphabet phonétique peut être utilisé ponctuellement lorsque notamment un terme n’existe pas dans la langue standard ou que la présence d’un accent pose un problème d’intercompréhension. Le choix quant à l’orthographe va lui aussi découler des objectifs de la recherche et des formes présentes dans le corpus.

Enfin, l’outil indispensable au transcripteur est la convention de transcription. Cette dernière reflète le degré de granularité de la transcription puisqu’elle consigne tous les symboles choisis pour représenter les phénomènes de parole tels que les chevauchements, les montés intonatives, les syllabes saillantes par exemple. Plusieurs normes de transcriptions coexistent et en général chaque cadre théorique a ses propres normes. Il semble judicieux de s’y soumettre, en les adaptant éventuellement, dans un souci de familiarisation tant en termes de réception que de production.

Pour transcrire le geste co-verbal et pour comprendre la difficulté que cela représente il faut prendre en considération les caractéristiques générales du geste. Le geste est multidimensionnel, global et synthétique (McNeil, 1992), il ne se laisse que difficilement appréhender par le verbal qui est unidimensionnel, segmenté et analytique. Le geste prend son sens dans sa globalité et sa description, sa transcription donc, est une première difficulté. Pour la description du geste deux points de vue peuvent être adoptés : le point de vue « etic » ou le point de vue « emic ». Le premier consiste en une description « objective des événements dans leur aspect physique indépendamment de toute interprétation ou intentionnalité du sujet » (Cosnier et Brossard, 1984). La description du geste se fait en fonction de critères objectifs de descriptions par exemple en passant par l’utilisation des axes x,y,z. Le second point de vue engendre une description qui « rendrait compte des phénomènes dans leur pertinence pour leurs producteurs-utilisateurs » (Cosnier et Brossard, 1984). Cette fois la description se fait à travers le langage courant. D’autre part, le geste est théorisé à partir de « l’unité gestuelle » (Kendon, 2004). Pour faire simple, l’unité gestuelle se compose, dans sa forme canonique, d’une phase de préparation, du stroke ou apogée du geste et d’une phase de rétractation ou de retour. Suivant le degré de granularité de la transcription ces différentes phases devront apparaitre dans la transcription, ce qui constitue une seconde difficulté. Enfin, la troisième difficulté consiste à rendre compte de la temporalité du geste c’est-à-dire de sa synchronisation avec la parole. Il faut donc que dans la transcription le geste soit matérialisé en synchronie avec le verbal. L’analyse du geste est donc une entreprise complexe (et fastidieuse) qui nécessite la mise en place d’une grille d’annotation murement réfléchie.

La phase de transcription des données dans le but de les analyser nécessite donc de faire des choix qui doivent être réfléchis d’un point de vue théorique et pratique, car ils constituent un début d’analyse.

La question de la transcription se pose sous un autre angle lorsqu’il s’agit de publier. En effet, lors de publications les extraits choisis se doivent être révélateurs et compréhensibles. Ils sont (re)transcrits pour le lecteur et doivent donc répondre à un souci de lisibilité.

3.4 Transcription et lisibilité

Pour ce qui est de l’aspect verbal, la question de la lisibilité se fait moins pesante que pour l’aspect gestuel. En effet, il n’existe finalement peu ou pas de différence sur la représentation graphique de ce qui a été dit entre la transcription pour l’analyse et la transcription à des fins de publication. Notamment lorsque l’orthographe standard a été choisie pour transcrire l’aspect verbal3. En revanche en ce qui concerne le geste co-verbal, l’analyse va surtout consister en un codage du geste. Pour ce qui est de sa transcription pour publication, sa description sera différente et devra répondre à l’injonction de lisibilité. C’est ce que nous allons voir à présent.

De nombreux chercheurs travaillant sur les gestes co-verbaux et sur la multimodalité en général proposent des transcriptions très différentes les unes des autres. Nous n’avons pas l’espace suffisant pour proposer une revue exhaustive de tous les procédés de transcription, aussi nous proposons au lecteur quelques exemples de transcription de la gestualité co-verbale qui illustrent les différentes possibilités et essais en la matière. Les travaux de McNeil (1992) et Kendon (2004) sur les gestes co-verbaux illustrent une première tendance à savoir l’utilisation de dessins accompagnés d’une description « emic » du geste et de la matérialisation des différentes phases. Une autre tendance consiste à utiliser des descriptions phase par phase comme dans De Fornel (1990) :

fiorese0

Cette description bien que répondant à un souci de précision ne permet pas de visualiser le geste. D’autre part, si dans cet exemple la lecture se fait assez naturellement, il semble difficile d’appliquer cette méthode lorsque plusieurs tours de paroles sont transcrits et où plusieurs co-verbaux peuvent être produits. Une autre possibilité est de créer une convention de transcription pour chaque configuration gestuelle. C’est ce que propose Cabris (2001) dans une étude portant sur la gestualité de Lionel Jospin lors d’interviews télévisées. Le geste est transcrit entre cochets, l’italique marque sa synchronisation avec le verbal. Les différentes phases de l’unité gestuelle n’apparaissent pas.

fiorese1

Une convention de transcription assignée spécifiquement à la modalité gestuelle est une bonne alternative, elle permet de sortir de la difficulté de description du geste. Elle n’introduit pas d’interprétation et donne une image objective tout en permettant une lecture relativement fluide. Cependant, une telle norme parait être difficile à mettre en place dans notre recherche. En effet, les gestes co-verbaux en conversations exolingues ont un degré d’iconicité fort et il est très rare qu’une configuration gestuelle se répète.

La convention ICOR pour la transcription multimodale prête une « attention particulière au balisage et à l’ancrage temporel des phénomènes multimodaux »4. Dans cette convention un symbole marquant le geste est assigné à chaque locuteur et une ligne est dédiée à la description du geste et à ces différentes phases. Le degré de granularité est donc très fort.

fiorese2

Les différentes phases de l’unité gestuelle (nommée ici trajectoire) sont représentées. Le stroke, qui est le noyau du geste porteur de sens est décrit. Dans cet exemple il s’agit d’un déictique (pointe), ce qui est somme toute relativement simple à décrire. La description se corse lorsqu’il s’agit de gestes iconiques et complexes (ce qui est souvent le cas dans notre corpus). Cette convention de transcription préconise l’utilisation de captures d’écrans. Nous y voyons la possibilité de sortir de la difficulté de description du geste en laissant au lecteur la possibilité d’appréhender par lui-même le geste. Voici un exemple extrait de notre corpus qui applique la convention dont il est question et dans lequel, au lieu de décrire le geste, nous introduisons trois captures d’écrans pour tenter de rendre compte de la dynamique et de la forme du geste5 :

fiorese3

Cette solution permet de sortir du problème que pose la description du geste en en donnant une image objective puisque directement extraite des données. Le lecteur peut donc lui-même voir le geste. Ces captures d’écran peuvent être enrichies de flèches matérialisant les mouvements.

Conclusion

La constitution et l’exploitation d’un corpus oral posent au chercheur le défi de répondre à de nombreuses questions qui se posent tout au long du processus. Les questions éthiques et juridiques font partie intégrante d’une recherche qui s’interroge sur des pratiques sociales impliquant des personnes. Nous n’avons pas abordé d’autres questions qui sont aussi à prendre en compte lors de la constitution du corpus comme par exemple la recherche des participants ou la prise en compte du paradoxe de l’observateur. La transcription est une étape clé dans l’exploitation des données puisqu’elle conditionne l’analyse et doit être pensée en fonction des objectifs de la recherche. Lorsqu’elle doit rendre compte de phénomènes multimodaux à des fins de publication, elle demande au chercheur d’être créatif afin de transcrire une dynamique sous un mode statique et figé.

Références

Baude O., coord., 2006, Corpus oraux: guide des bonnes pratiques 2006, Paris, CNRS. Blanche-Benveniste C., 2010, Approches de la langue parlée, Paris, Ophrys.

Cosnier J., Brossard A., 1984, « Communication non verbale: co-texte ou contexte ? », pp 1-27, in: Cosnier J., Brossard A., dir., La communication non verbale, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé.

De Fornel M., 1990, « De la pertinence du geste dans les séquences de réparation et d’interruption », Réseaux 8 (2), pp. 119-53.

Kendon A., 2004, Gesture: visible action as utterance, Cambridge, Cambridge University Press.

Kerbrat-Orecchioni C., 1990, Les interactions verbales, Tome I, Paris, A. Colin.

McNEIL D., 1992, Hand and mind: what gestures reveal about thought, Chicago, University of Chicago Press.

Mondada L., 2008a, « Contributions de la linguistique interactionnelle », actes du CMLF 2008, EDP Sciences.

Mondada L., 2008b, « Documenter l’articulation des ressources multimodales dans le temps: la transcription d’enregistrements vidéos d’interactions »,pp. 127-56, in: Bilger M., coord., Données orales. Les enjeux de la transcription, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Mondada L., 2002, « Pratiques de transcription et effets de catégorisation », Cahiers de praxématique, no 39, pp. 45‑75.

Porquier R., 1984, « Communication exolingue et apprentissage des langues », pp. 17-47, in:

Acquisition d’une langue étrangère III, Université de Neuchâtel, Presses de l’Université de Paris VIII Vincennes à Saint-Denis.

Sacks H., Schegloff E. A., & Jefferson, G., 1974, « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation », Language, 50(4), pp. 696‑735.

Convention de transcription pour les aspects multimodaux du groupe ICOR : http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/documents/convention_transcription_multimodale.pdf

  1. Pour des exemples complets se référer au travail du Groupe ICOR 2006, site CORINTE http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/ []
  2. Logiciel gratuit pour la création d’annotations sur des ressources audio et vidéos développé par l’institut Max Planck de psycholinguistique https://tla.mpi.nl/tools/tla-tools/elan/ []
  3. Ce propos doit être nuancé. En effet lorsqu’il est nécessaire de transcrire des « bruits » produits par des locuteurs ou des onomatopées sans écriture standard le choix dans la façon de transcrire ces phénomènes peut quelques fois représenter une difficulté de lecture. []
  4. site CORINTE http://icar.univ-lyon2.fr/projets/corinte/ []
  5. Dans cet extrait, la phase de rétractation n’apparait pas car la locutrice enchaine sur un autre geste. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.