Compte-rendu du séminaire  » Sport et Média  » de l’équipe Praxis Nancy le 29-11-2016 (CREM-Université de Lorraine)

Fatma FAKHFAKH (Docteure – Praxitexte – CREM)

Adel ZNAIDI (Doctorant – Praxitexte – CREM)

 

Pour introduire, nous commençons par remercier tous les membres de l’équipe Praxis, particulièrement Mme Anne PIPONNIER qui m’ont suggéré de rédiger ce compte-rendu, et qui ont organisé cette journée portant sur le thème  » Sport et Média  » en collaboration avec l’ACJ-CREM (Association des jeunes chercheurs rattachée au Centre de Recherche sur les Médiations).

Notre présence au séminaire s’inscrit dans le cadre de nos visites régulières au campus de l’Université de Lorraine qui ont pour objectif de participer aux différents événements scientifiques et académiques prévus à Nancy et à Metz.

Tout d’abord, précisons que les deux pôles du CREM, Praxis et Praxitexte, peuvent avoir des points de recherche en commun et que les séminaires peuvent être des lieux d’échange et de mise en commun entre les chercheurs des deux équipes, notamment autour des questions de  la communication (textuelle, journalistique, littéraire, orale, etc), des politiques (linguistiques, sociales, médiatiques, etc) et des dispositifs (scientifiques, audio oraux, audiovisuels, etc).

Bien que nos recherches au sein de l’équipe Praxitexte s’inscrivent dans le cadre d’étude des difficultés d’apprentissage et d’évaluation du français langue étrangère en Tunisie (en ligne / en présentiel, méthodes et pratiques d’enseignement, analyses des cas, études de terrain, etc), cela ne nous a pas empêché de participer avec les membres de Praxis au séminaire portant sur les difficultés que rencontre la femme handicapée sportive.

Nous saluons les deux doctorantes Natacha LAPEYROUX et Géraldine LETZ pour leurs travaux intéressants, riches et courageux, ainsi que Monsieur Jean-François DIANA (Maître de conférences à l’université Paul Verlaine – Metz) qui les a discutées.

Pour ce qui est du travail de Mme LAPEYROUX, intitulé  » Représentations télévisuelles des sportives de haut niveau de 2005 à 2015 « , nous valorisons tous particulièrement, quatre points :

  • L’interdisciplinarité de la recherche interpelant à la fois le domaine sportif féminin, le contexte médiatique (télévision), le contexte social (jugements et préjugés face au sport dit purement masculin, à savoir la boxe), la nature biologique de l’être humain (la femme notamment), etc ;
  • L’audace et le courage de la doctorante ayant choisi le thème de la boxe féminine considéré comme tabou ;
  • Le traitement du sujet par les médias (corpus d’archives télévisuelles, focalisation, plans, etc.) ;
  • La précision de la période d’étude (dates / diachronie) et des références renvoyant au terrain (l’Association Internationale de Boxe Amateur).

 

Dans sa méthodologie, la doctorante se base sur l’utilisation du concept de performance de Judith Butler et sur une l’analyse socio-discursive des retransmissions sportives. Ce qui lui a permis de constater que la sphère médiatique est appréhendée comme une arène symbolique dans laquelle les femmes sportives mènent une lutte pour légitimer leur position.

Le deuxième exposé présenté lors de cette journée est celui de Mme LETZ, la doctorante en sciences de l’information et de la communication, intitulé  » Corps, appareillage et sport paralympique : du moi morcelé au super-héros « . La doctorante se propose d’interroger la construction médiatique de la figure de l’athlète prothétique paralympique. Le sportif dépasse les limites du corps humain et se déploie dans un champ pluridisciplinaire qui dépasse le cadre du sport, interrogeant ainsi la norme et le rapport à la différence dans la société́ moderne. Nous avons retenu notamment:

  • La clarté de l’exposé et de la méthodologie suivie par la doctorante ;
  • La pertinence du choix des illustrations dans son exposé (le recours à l’authentique) ;
  • La présentation du terrain (entretiens avec athlètes, etc.) ;
  • L’emploi d’un métalangage littéraire et fantastique (mythe, mythologie, héro, mi-homme, mi-machine, histoire, monstres, figure, créateur, etc.)
  • La compassion de la doctorante avec la situation des athlètes handicapés pour laquelle nous la saluons chaleureusement (réaffirmation de soi, le Je héros, identifiable par la société, etc.

 

Les deux analyses descriptives effectuées par les deux doctorantes nous ont permis d’identifier les mécanismes de création et de la diffusion de l’information et son impact auprès des publics.

Nos visites à l’Université de Lorraine se poursuivront vu que nous prévoyons de  préparer un travail de post-doctorat et que nous comptons participer aux futurs évènements scientifiques qui auront lieu. La présence à ce type de journées et séminaires du CREM permet l’échange, le débat sur les différents thèmes traités par les membres des quatre équipes. Pour nous, c’était une découverte avant tout : l’utilité des recherches, les contextes sociaux, médiatiques et de santé, les corpus authentiques choisis rattachés à la société et au domaine médiatique.

 

Fatma FAKHFAKH est docteure en Sciences du Langage de l’Université de Lorraine et en Didactique du français de l’Université Virtuelle de Tunis. Elle est membre de l’équipe Praxitexte du CREM et j’avais effectué ma thèse intitulée « De l’étude de terrain (à l’I.P.E.I.S. et la F.S.S.) à la scénarisation des évaluations d’un cours de FOU scientifique et technique, mis en ligne sur la plateforme Moodle 2.4 de l’U.V.T. conçu pour les étudiants de première année des cycles préparatoires  » sous la direction des Professeurs Guy ACHARD-BAYLE et Bourguiba BENREJEB. Acuellement enseignante universitaire en Tunisie (Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax – Université de Sfax).

Adel ZNAIDI est doctorant en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine et en Didactique du français à l’Université Virtuelle de Tunis. Il prépare une thèse en cotutelle entre l’Université de Lorraine et l’Université Virtuelle de Tunis intitulée « Métacognition et Apprentissage du texte narratif : Etude de l’autorégulation chez les élèves du 1er cycle de l’enseignement de base « . Cette thèse est coencadrée par Guy ACHARD-BAYLE pour le côté français et Abdelmajid NACEUR pour le côté tunisien. Il effectue ses recherches au CREM (Praxitexte) depuis deux ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.