Communication de Mélodie Marull : L’autoportrait plastique et textuel chez Pierre Molinier

Lautoportrait plastique et textuel chez Pierre Molinier

 Mélodie Marull

Doctorante au CREM

 

Techniques photographiques et textuelles se répondent dans l’élaboration de l’autoportrait et du portrait chez Pierre Molinier. Nous verrons que ces deux dernières notions se teintent d’ambiguité lorsque l’on évoque son travail, le corps de l’artiste se mêlant à celui de ses modèles.

 

La notion d’entre-deux persiste dans l’oeuvre comme dans la vie de Pierre Molinier: entre vie et mort, entre masculin et féminin, entre public et privé… les jeux qu’il établit sur ces systèmes de dualité sont nombreux et incluent également ceux du portait et de l’autoportrait, de l’autre et de soi et de l’écriture et du visuel. Sur un mode romanesque, Pierre Molinier construit un personnage incarnant une utopie. Il se projette alors en lui par le biais de la photographie. Parmi les rencontres marquantes qui jalonnent la vie créative de l’artiste, certaines auront eu une influence considérable sur l’élaboration de son langage créatif. Avec Emmanuelle Arsan, Pierre Molinier crée une confusion au sujet de leurs rapports qui vient nourrir des travaux mettant en scène celle qu’il reconnait comme son double.

 

Dessins, photographies de tableaux ou images de photomontages originaux viennent ponctuer les échanges épistolaires qu’il entretient avec assiduité. Il lui arrive de surcroît de retravailler les portraits que ses interlocuteurs lui envoient avant de les leur retourner. C’est ainsi que la photographie répond à l’écriture et que ses correspondances sont, en plus d’un dialogue entre deux êtres, un dialogue entre deux genres.

 

  1. Le Chaman, portrait dune utopie.

 

Decrypter le langage visuel complexe de Pierre Molinier doit aller de pair avec la connaissance de son histoire personnelle. Constitutive de son oeuvre au même titre que ses peintures, photographies ou photomontages, elle offre une clé d’analyse indispensable lorsqu’il s’agit d’appréhender les langages visuels ou textuels de Pierre Molinier.

 

Ce que lui-même désignait comme son Grand Oeuvre correspond non seulement à ses productions dans leur globalité mais également à la construction d’un personnage qu’il incarna. Il peut déclarer, afin de situer son récit « javais 2, 18 ou 50 ans »[1]. Un souvenir, une anecdote peut ainsi se déplacer de plusieurs années au grès des conversations; le temps perd de son immuabilité en se pliant aux caprices de l’artiste et à son désir de contrôle de son image et de son histoire. Sa biographie est parsemée d’anecdotes avérées ou non qu’il se plaisait à raconter aux personnes qu’il rencontrait, souvent par provocation et dans une stratégie qui nous apparaît aujourd’hui comme la mise en articulation d’une mythologie personnelle.

 

A partir de 1966, Pierre Molinier se lance dans le projet de réalisation d’un livre réunissant dessins, peintures et photomontages et qu’il choisira plus tard d’intituler Le Chaman et ses créatures. Pierre Molinier est profondément influencé par les domaines de l’ésotérisme, de la magie et par le chamanisme et sa bibliothèque compte un nombre important d’ouvrages sur ce sujet et sur les philosophies orientales. Le personnage du Chaman suscite son intérêt de part son ambiguité: c’est une créature de l’entre-deux: ni homme et ni femme, il est le messager entre le monde des vivants et celui des morts. Pierre Molinier le conçoit comme l’incarnation de son idéal androgyne; un état de plénitude ultime. L’artiste se veut, comme le chaman, celui qui propose un langage entre le monde physique et le monde spirituel. Le Chaman permet à Pierre Molinier de sortir de son corps, incomplet à ses yeux puisque biologiquement uniquement de sexe masculin mais également vieillissant. Il occupe tant une fonction érotique qu’une fonction thaumaturgique. Ainsi le recueil de photographies Le Chaman et ses créatures est pour lui la mise image de son récit personnel, c’est-à-dire une autobiographie où la narration se déploie au fil des portraits.

 

Illustration 1: Le Chaman (1967)

 

La photographie se fait alors le miroir de la transformation de Pierre Molinier en ce personnage du Chaman. Elle est hybride et évolue visuellement, repose sur le travestissement et les modifications corporelles que l’artiste fait subir à son corps et à ceux de ses modèles, devant l’objectif ou dans l’assemblage de ses photomontages. Les créatures qui l’accompagnent ont ces anatomies vertigineuses au sein desquelles il fusionne avec ses muses.

 

  1. Quand représentation de soi et représentation de l’autre fusionnent.

 

Nous ne connaissons pas les dates des premiers essais photographiques de Pierre Molinier. En revanche, nous savons que vers 1955, Pierre Molinier accueille chez lui une prostituée du nom de Monique qui lui servira de modèle pour de nombreux portraits.

 

Ces premiers travaux photographiques avec le corps comme sujet le galvanisent et il semble vraisemblable qu’avoir une modèle ainsi à sa disposition aura encouragé sa pratique de ce médium. Au même moment, Pierre Molinier commence à réaliser des autoportraits.

 

La photographie offre une fonction quasi immédiate de représentativité dont il remarque rapidement l’aspect pratique lorsqu’il s’agit d’assouvir ses fantasmes scopiques comme ses passions narcissiques.

 

Pierre Molinier voit également très tôt la photographie comme un domaine d’expérimentation.

 

Autodidacte, il apprend à tâtons avec du matériel daté et des techniques qui relèvent du bidouillage. Les recherches techniques (tirages en négatifs, silhouettes fantomatiques et utilisation du flou, premiers découpages et collages…) vont de pair avec un travail du corps et de sa mise en scène.

 

Il réalise des tirages de portraits ou d’autoportraits qu’il va alors soigneusement découper. Les fragments d’images sont assemblés et forment des anatomies chimériques; femmes tentaculaires ou siamoises enlacées. L’image tirée est retravaillée, le processus répété jusqu’à satisfaction de son auteur. Il retouche également les négatifs à la mine de plomb, affinant les tailles, tatouant ou enveloppant de dentelles les peau de ses modèles, brouillant le genre de ses modèles masculins et de lui-même.

 

Les images que crée Pierre Molinier ont une vocation avant tout auto érotique. Les corps qu’il conçoit sont hors normes, hors natures. Ils sont les représentations mouvantes, mutantes de ses fantasmes fétichistes. Pierre Molinier fixe les premiers souvenirs de son obsession dès sa petite enfance, lorsqu’il se glissait sous les jupes des employées de l’atelier de couture de sa mère pour leur caresser les jambes. Cette obsession ne le quittera pas et c’est en toute logique que ces dernières occupent une place primordiale dans son iconographie.

 

Le regard que Pierre Molinier pose sur les jambes est, en plus de celui d’un fétichiste, celui d’un artiste. Assurément sensible à leurs formes, leurs courbes calligraphiques. Les jambes sont souvent au centre (y compris littéralement) de ses productions photographiques et picturales. Dans le recueil Le Chaman et ses créatures, leur nombre croît au fil des pages pour aboutir à La Grande mêlée, mi créature, mi mandala érotique qui en possède plus d’une trentaine.

 

Illustration 2: La Grande Mêlée (1968)

 

Les créatures qui naissent de ces opérations sont des portraits polymorphes; le corps de l’artiste absorbe celui de ses modèles et ils ne forment plus qu’un seul être, à la fois unique et multiple. Le processus créatif dont résulte ces images exprime cette fusion et la technique de production comme le portrait en lui-même renvoient à une intériorité.

 

  1. Emmanuelle Arsan: entre mythomanie et confusion.

 

Celle qui se fait appeler Emmanuelle Arsan a en réalité Marayat pour prénom. Son mari, Louis-Jacques Rollet-Andriane et elle vivent à Bangkok. Ils ne rencontreront Pierre Molinier que deux fois mais leur correspondance sera aussi riche en lettres qu’en tableaux, dessins, photographies et autres présents dont Pierre Molinier couvre sa maîtresse fantasmée.

 

En 1961, Pierre Molinier lit et relit Emmanuelle qui est alors un ouvrage que la censure force à l’anonymat et écrit à André Breton son désir de rencontrer l’auteur, qu’il suppose féminin. Il a entre les mains les versions clandestines de Emmanuelle et de Emmanuelle L’Anti-vierge publiées par Eric Losfeld, respectivement en 1959 et 1960. L’érotisme libre et léger que les ouvrages décrivent touche Pierre Molinier. Lui que l’Orient inspire dans ses productions est plongé dans le récit initiatique et sensuel d’une femme qui découvre les plaisir de la sexualité et s’émancipe à son arrivée en Thaïlande. Il n’en fallait pas plus pour que l’imagination de Pierre Molinier s’emballe et qu’il se mette à la préparation d’un premier contact avec la mystérieuse auteur.

 

En 1964, il expédie à Bangkok un album de sa peinture, une lettre, ainsi qu’une toile originale (Les Dames au pistolet). Il s’agit du premier d’une longue succession de cadeaux dont Pierre Molinier, qui n’a pour mesure que l’amour délirant qu’il porte à sa muse, couvrira le couple. Les réponses en provenance de Bangkok achèvent d’établir l’obsession de Pierre Molinier pour Emmanuelle Arsan en exprimant littéralement l’identification qu’il ne pouvait qu’espérer.

 

Pierre Molinier, fier de sa conquête, n’aura de cesse de montrer les lettres à qui voulait bien les voir et de clamer l’existence d’une réelle relation entre lui et Emmanuelle Arsan. Pourtant, il ne rencontra concrètement celle qu’il surnommait son « double » que deux fois; la première à Paris en 1964 en compagnie d’un couple d’amis et la seconde et déjà dernière en 1967 à son domicile à Bordeaux.

 

Par petites touches, Pierre Molinier confectionne la réalité qui lui convient, maquille le passé comme il maquille son visage et ses photographies. La vérité du personnage prend alors le pas sur les faits réels et il convient de s’intéresser tout particulièrement à cette vie de l’artiste, à première vue alternative, mais qui fut pourtant la seule qu’il vécu vraiment. La relation que Pierre Molinier entretient avec Emmanuelle Arsan est donc une relation avec un autre fantasmé. Les cadeaux que Pierre Molinier destina au couple ont été d’une qualité et d’une richesse inédite et prouvent la générosité folle de celui-ci. Pierre Molinier qui n’avait jamais voyagé se projette auprès de sa muse. En expédiant ses oeuvres chez elle, c’est un peu de lui qu’il transporte à travers cet Orient qui l’a si souvent inspiré et dont on retrouve avec récurrence l’imagerie érotique dans son oeuvre.

 

Emmanuelle Arsan marqua durablement et profondément le travail de Pierre Molinier: son visage apparaît dans de nombreux dessins et peintures comme son corps dans ses photomontages. Avant de pouvoir disposer des photographies qu’il prendra lui-même au cours de sa visite, Pierre Molinier utilise celles qu’elle et son mari lui font parvenir de Bangkok pour ses photomontages.

 

Illustration 3: Pierre et Emmanuelle dans latelier bordelais.

 

Sur une des photographie de Pierre Molinier, Emmanuelle Arsan, bienveillante, se penche au dessus de l’épaule de l’artiste et contemple son travail. Présentée comme  un portrait du couple qu’ils forment, cette image l’ancre dans la réalité. A nouveau, la photographie se fait créatrice de vérité.

 

Illustration 4: Le trucage révélé.

 

Cependant, les fesses qui apparaissent ici ne sont pas celles d’Emmanuelle Arsan, mais appartiennent à Pierre Molinier lui-même: symboliquement, les doubles ne partagent qu’un seul et même corps. Pierre Molinier utilisera le photomontage pour greffer le portrait d’Emmanuelle Arsan dans son quotidien bordelais. Ainsi, afin d’asseoir sa version de son amour passionné et physique avec elle, il réalise des photomontages les mettant en scène tous les deux.

 

  1. Conclusion.

 

La mise en scène de corps polymorphes et fantasmée est un thème récurrent dans l’oeuvre de Pierre Molinier. Ses photomontages brouillent la frontière entre représentation de soi et représentation de l’autre par la fusion que l’artiste effectue entre son propre corps et ceux de ses modèles. La photographie est pour Pierre Molinier un dispositif magique, elle lui permet non seulement de transformer la réalité mais également d’imposer son imaginaire. L’épreuve photographique devient la vérité de l’artiste qui finit par primer sur les faits réels. En prenant conscience de la capacité qu’elle a d’intégrer eu le réel, Pierre Molinier conçoit la possibilité de sortir de son propre corps; le Chaman et ses créatures naissent alors.

 

Récit de l’être et récit de l’oeuvre tendent à se confondre et Pierre Molinier nourrit sa création des rapports qu’il entretient avec quelques privilégiés. Emmanuelle Arsan se trouver immergée, tant dans son oeuvre et de manière littérale que dans sa vie, réelle ou fantasmée. Elle devient son double, le miroir dans lequel se reflète son intériorité. Les images qu’elle lui inspire ainsi que la correspondance qu’ils échangent créent un dialogue. Le travail de Pierre Molinier repose tant sur le plan textuel que sur le plan photographique et les procédés qu’il met en oeuvre pour se raconter dans chacun de ces domaines se répondent et se complètent.

 

Bibliographie:

  • Molinier, Pierre. Je suis né homme-putain, Ecrits et dessins inédits réunis et présentés par Jean-Luc Mercié, Paris : Biro Editeur et Edition Kamel Mennour, 2005, 170 p.
  • Molinier, Pierre. Pierre Molinier, Texte de Jean-Luc Mercié, Paris : Les presses du réel/Kamel Mennour, 2010, 400 p.
  • Molinier, Pierre. Le Chaman et ses créatures, Bordeaux : William Blake & Co., 1995, 96 p.
  • Petit, Pierre. Molinier, une vie d’enfer, Paris : Editions Ramsay/Jean-Jacques Pauvert, 1992, 271 p.
  • Catalogue Drouot, vente des archives Pierre Molinier, 2016, 156 p.

 

Images:

Courtesy: Jean Luc Mercié

[1] Molinier, Pierre (écrits réunis par Jean-Luc Mercié), Je Suis né homme Putain, Écrits et dessins inédits, Kamel Mennour, 2005, p.10


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *