Universalisme et didactique des langues et des cultures

 

Guy ACHARD-BAYLE

Université de Lorraine

Laboratoire CREM EA3476

Adresse électronique :  guy.achardbayle@orange.fr

 

En guise d’ouverture, sont réunies les contributions de trois collègues venant de trois universités et pays différents pour discuter la question de l’adoption ou l’adaptation du CECRL hors Europe.

L’alternative posée parou entre adoption et adaptation sera largement éclairée et débattue par la suite, tant les pays représentés, au-delà même de ce chapitre d’introduction,sont divers, en Europe mais aussi et surtouthors d’elle, comme il se doit au regard de la problématique que tente d’éclairer ce recueil.

Un Cadre européen… universel ?

Le problème, en effet, est que si lecadreest ou est dit européen, il dépasse désormais largement la géographie de son « appellation d’origine »…Or, un premier signede la problématique que cette diffusion ou que cette extension pose est qu’il n’a pas pour autant changé de nom ! En revancheil est souvent raccourci en « cadre commun de référence »,voireen « cadre commun », expressions d’où disparaissent le Equi le rattache à l’Europe : est-ce un signe qu’on s’en dispense ? Cela faciliteen tout cas sa « mondialisation ».

Pour ce qui me concerne, je ne vais pas développer cette questiondela mondialisation, qui relève de la géopolitique linguistique sinon de la géopolitique tout court, laissant le soin à d’autres, si cela s’avère utile ou nécessaire, de requalifier cette mondialisation en imposition d’un modèle hors de sasphère d’influence originelle…

Pourcommencer donc, jem’en tiens à mon champ de compétence et de connaissances, qui concerne la sémantique, telle qu’elle a été notamment déclinée sous sa forme logique[1]parRobert Martin,dont les travaux ont marqué et continuent de marquer les sciences du langage à Metz[2].

L’universalisme en linguistique : (divers) universaux du langage

À Metz, et bien entendu au-delà[3], Martin marqué la linguistique française ou générale en plaidant pour une logique du sens(cf. Martin 1983). Mais si Martin est soucieux de logique, science abstraite et universelle s’il en est (cf. Jullien 2016), il est aussi logicien des langues naturelles, lesquelles se plient, contrairement aux systèmes formels de la logique classique ou des mathématiques parfaitement universels, à leurs règles propres…

Si ce n’est quecette logique ou cette sémantique « naturelle » a conduit Martin, à diverses reprises (par ex. en 2006), tout récemment encore (2016), à s’intéresser aux universaux du langage : on remarquera,dans cette expression, l’emploi de langage et non delangues[4].

Martin distingue en fait plusieurs types d’universaux, dont les fonctionnels et les notionnels ; les connecteurs,dont certains font partie des universaux, sont fonctionnels en ce qu’ils lient des segments textuels[5], et notionnels en ce qu’ils donnent des instructions logico-sémantiquessur le cotextedroite et gauche : ainsi, donc ou par conséquentjouent avec le cotexte gauchele rôle de signal résomptif, et indiquent, à droite, lamarche à suivre… En revanche n’a pas le même sens notionnel, mais joue un rôle fonctionnel identique,en ce qu’il lie les deux segments, ou paragraphes, qui se trouvent de part et d’autredu connecteur.

Cette « double face »[6]des connecteurs a été étudiée avec précision par Bruce Fraser, qui pour sa part l’étend à ce qu’il appellelesdiscourse markers (DM).Or précisément, la question que Fraser se pose à ce proposest celle de l’existence universelle de ce type d’outils, ou plus exactement d’un certain nombre de ces outils : a priori les « basiques » comme etetou sont les plus universels…

De la même manière, peut-on lire dans l’appel au colloque « Approches linguistiques et psycholinguistiques de la structuration des textes »[7], diverses citations qui posent la question de cette universalité :

“To whatextent do all languagesshare a basic set of DMswith the samecorepragmaticmeaning?” (Fraser, 1990: 395)

“Fraser suggests it is likely that all languages will have DMs like and, so, and now, but he questions whether this is the case for markers like not with standing, well, and anyway.” (Schourup, 1999: 261)

L’universalisme,du linguistique au culturel

Comme on peut s’y attendre, des questions de ce type, et leur arrière-plan sinon leur « arrière-pensée » universaliste, ont et en effet ont eu un impact sur l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, dès lors qu’on met ou qu’on a mis en œuvre une approche fondamentalement pragmatique, « communicative », de la langue, centrée sur les usages en situation et en interaction.

Mais si la question se pose pour les outils linguistiques, propres aux interactions en situation, elle vaut encore et même davantage quand on élargitou conjugue la didactique des languesà celledes cultures ;et cela lui permet d’être, disons,reconfigurée : ainsiChantal Forestal(2009[8]), abordantla problématique de la langue sur objectifs spécifiques, en l’occurrence le français juridique, revendique-t-elle une nouvelle forme d’universalisme,qu’elle conçoit comme et nommele « transculturalisme » : cette appellation signifie pour elle, en des termes qui nous orientent vers la politique et l’éthique citoyenne, que s’il convient de tenir compte de la diversité, donc de la relativité des cultures, il fautse méfier du relativisme, qui en dernière instance tolère et justifieles atteintes aux droits humains ; or si en réalité ceux-ci ne sontpas aujourd’hui, loin de là, partagés par toute l’humanité, du moins sont-ils définitoires de celle-ci…Et c’est bien comme tels qu’ils sont défendus par une instance internationale, la Cour internationale de justice :

« Dans ce cadre [la justice], on comprend dès lors la tentative dansle domaine juridique de mettre en place au niveau mondial une juridiction“transculturelle”. La “Cour Internationale de Justice” (contestée par lesUSA pour cause d’ingérence) a pour but de protéger des droits fondamentaux.

En se délocalisant, cette Cour internationale fait le pari d’une justicefondatrice, justice quiveut lutter contre l’impunité des massacres contre lescivils et qui s’attache à faire reculer les crimes contre l’Humanité. Or cetteCour bute sur un problème : comment prendre en compte les valeurs universellesen tenant compte de la diversité des cultures juridiques nationales ? » (Forestal, art. cité 2009, en ligne)

On peut tirer de làd’autres conséquences didactiques :partie du « transculturalisme », Forestal défend ainsile projet d’une didactique des langues et des cultures étrangères « transculturelle »[9] : c’est-à-direun projet qui n’est pas multi- ou inter-culturel,mais dont l’enjeu, entre« conflit »et« coopération »,est, dit-elle,« l’accord » : l’accord entre apprenants – considérés comme citoyens et humains. On voit ainsi comment l’actionnel est redéfini par l’éthique citoyenne[10] :

« Entre relativisme culturel et universalisme, le positionnement transculturel que nous défendons n’est pas un entre-deux [mais] une mise en tension où se joue le fait que les valeurs des droits de l’homme sont un “au-delà d’ici bas”, dont le processus de valorisation est nécessairement à la fois “conflictuel” et coopératif. » (Forestal, art. cité 2009, en ligne)

Un esprit des Lumières universel ?

Forestal (2009) poursuit en direction de la philosophie :

« Cette visée d’un horizon d’universalité fut l’idée majeure des philosophes dits des Lumières, dont il faut reprendre et prolonger le programme en luttant contre l’idée d’incommunicabilité des hommes et des cultures. Nous avons à nous affranchir des limites du multiculturalisme et de l’interculturalisme surtout lorsqu’ils nous cantonnent à la célébration de la différence, des singularités distinctes, au respect intimidé des héritages culturels et des formes de pensée […] quand ils oublient des traits communs à tous les humains. »

Pour autant cet idéal philosophique est tempéré voire contredit par lespolitiques occidentales elles-mêmes, en termes d’objectifs ou de modèles économiques comme éducatifs ; etForestalde dénoncerunedidactique des langues et des cultures étrangères, notamment depuis qu’elle est « actionnelle »,trop orientée vers un taskbasedlearning :

« Les systèmeséducatifs d’enseignement-apprentissage des langues doivent devenir euxaussi des instances de relais de cet universalisme.

Tournée vers l’action en société, la versiontransculturelle de la méthodologie humaniste devra exploiter les acquis dela perspective actionnelle [du CECRL] en dépassant toutefois ses caractéristiques héritées de laculture d’entreprise dominante : hyperfonctionnelle, techniciste, mécaniste. »

Universalisme et cosmopolitisme

Or, pour nourrir le débat, sans pour autant vouloir me faire l’avocat du diable « communautariste », je dirais que Forestal ne se pose pas la question de savoir si ce modèle est ou non voulu, souhaité, attendu, et plus précisément pour nous ici,adopté et adapté par les nations ou les institutions autres qu’européennes ou occidentales :

« Aujourd’hui comme hier au sortir du béhaviorisme appliqué, on doit s’efforcerde réhumaniser la didactique des langues-cultures, ou au moins, dene pas se soumettre à la déshumanisation qui avance sous couvert de “professionnalisme”.

La perspective actionnelle duCECR 3 privilégie-t-elle des activités d’adaptation ou des activités de transformation ? Reproduire ou transformer le système socio-économico-culturelmondialisé, il faut choisir… » (Forestal, art. cité 2009, en ligne)

Pour finir sur un autre point de vue mitigé, entre universalisme et cosmopolitisme, je voudrais citer les travaux de François Jullien : ce philosophe, très sensible aux questions du langage[11], ne renie certes pas le modèle scientifique européen ou occidental centré sur le logos, depuis la Grèce antique, mais ne cesse de dire et montrer qu’il existe d’autres modèles de pensée à grand rayonnement, quand bien même ils sont méconnus de l’Occident (cf. Jullien 2007, 2016). Pour autant, l’altérité n’est pas contraire mais complémentaire (cf. Jullien 2018).

Pour conclure…

En conclusion,je dirais,en revenant à l’appel, mais aussi à la question que Forestal(se) pose sur la nécessité d’une autre didactique des langues et des cultures étrangères, qu’il existe aujourd’hui une dimension globalisée du monde, des échanges, qui est une réalité certaine… et partagée ; il en résulte un cosmopolitisme tout aussi effectif, que le relativisme,revendiqué aussi par l’Occident,a vite fait d’oublier.

… Sur le « cosmopolitique »

Il me semble alors que, pour cela ou ne serait-ce que pour cela, nous pouvons reprendre le vœu d’Alain Policar (dans la Raison Présente n° 201, 2017)d’un « droit cosmopolitique » :« À partir du moment où les interactions se généralisent au monde entier, il faut donc penser une forme de droit qui régule les liens transnationaux »[12].

Ainsi,la transposition du droit à la didactique, est-elle sans doute possible et mêmesouhaitable.

Bibliographie

ACHARD-BAYLE, Guy, PEŠEK, Ondřej. 2018. « L’organisation thématique des paragraphes et entre paragraphes – suivant les travaux de la seconde École de Prague –et leur lecture comparative franco-tchèque », Colloque LPTS (Linguistic and PsycholinguisticApproaches to TextStructuring)2018, http://lattice.cnrs.fr/lpts/appel.html. À paraître dans Discours (http://journals.openedition.org/discours/).

CHAROLLES, Michel. 1988. « Les plans d’organisation textuelle. Périodes, chaînes, portées et séquences », Pratiquesn°57, pp. 3-13. En ligne : http://www.pratiques-cresef.com/p057_ch1.pdf

DUVAL, Frédéric, éd. 2011.La « logique » du sens, autour des propositions de Robert Martin, Metz, Université Paul Verlaine, Coll. Recherches linguistiques n°32.

FORESTAL, Chantal, éd. 2008. Vers une approche transculturelle en didactique des langues-cultures,Études de linguistique appliquéen°152 (2008/4), pp. 393-410.En ligne : https://www.cairn.info/revue-ela-2008-4.htm.

FORESTAL, Chantal.2009.« La démarche transculturelle en didactique des langues-cultures : une démarche discutable… et/ou qui mérite d’être discutée », Synergies Pays riverains de la Baltique) n°6, pp. 59-75.En ligne : https://gerflint.fr/Base/Baltique6/forestal.pdf

FUCHS, Catherine,ROBERT, Stéphane, éds. 1997.Diversité des langues et représentations cognitives, Gap-Paris, Ophrys.

FRASER, Bruce. 1990. “An Approach to Discourse Markers”, Journal of Pragmaticsn°14-3, pp. 383-398.

JULLIEN, François. 2007.Si parler va sans dire. Du logos et d’autres ressources, Paris, Éditions du Seuil.

JULLIEN, François. 2016. Il n’y a pas d’identité culturelle, Paris, Éditions de L’Herne.

JULLIEN, François. 2018. Si près, tout autre. De l’écart et de la rencontre, Paris, Grasset.

LAKOFF, George.1997. « Les universaux de la pensée métaphorique : variations dans l’expression linguistique », pp. 165-181, dansFUCHS, Catherine, ROBERT, Stéphane,Diversité des langues et représentations cognitives, Gap-Paris, Ophrys.

MARTIN, Robert. 1983, 19922.Pour une logique du sens, Paris, Presses Universitaires de France.

MARTIN, Robert. 2006.Comprendre la linguistique, Paris, Presses Universitaires de France.

MARTIN, Robert.2016. Linguistique de l’universel. Réflexions sur les universaux du langage, les concepts universels, la notion de langue universelle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

POLICAR, Alain. 2017.« Cosmopolitisme ou barbarie ? »,(« Introduction » à)Raison Présente n°201. En ligne : http://www.union-rationaliste.org/index.php/librairie/raison-presente/raison-presente-n-201-detai

RABATEL, Alain. 2016. « Si la didactique du français (re)croisait linguistique, littérature et politique », pp. 321-340, dans PETITJEAN, André (éd.), /Didactiques du français et de la littérature/, Metz-Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, Coll. Recherches textuelles n°14.

SCHOURUP, Lawrence. 1999. “Discourse Markers”, Linguan°107, pp. 227-265.

[1]Du côté cognitiviste, voir Fuchs & Robert (éds 1997), qui comme leur titre l’indique, s’intéressent à la « diversité des langues », mais posent également la question de l’universalité des « représentations » (voir notamment, dans leur recueil, l’article de Lakoff).

[2]L’université de Metz lui a rendu hommage en 2011 (cf. Duval éd. 2011).

[3] Après Metz, Robert Martin a exercé à la Sorbonne, puis a été élu en 2003 membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qu’il a présidée en 2015 : il y a prononcé les conférences réunies dans son ouvrage de 2016.

[4] À mi-chemin, si l’on peut dire, Martin traite « la notion de langue universelle » : voir à ce propos sa conférence (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 2015 reprise dans son ouvrage de 2016) sur le français déclaré « langue universelle de l’Europe » par l’Académie de Berlin au XVIIIème siècle ; la conférence de Robert Martin est en ligne : http://www.aibl.fr/seances-et-manifestations/coupoles-312/coupole-2015/article/la-langue-comme-support-de-la (lien valide au 1er mars 2018).

[5] Entre autres segments, il y a les paragraphes dont Achard-Bayle &Pešek (2018) étudient les liens.

[6] Dans la lignée du travail de Charolles (1988) sur les plans d’organisation textuelle, on pourrait parler de double portée.

[7] Organisé par le laboratoire Lattice à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm à Paris en janvier 2018 : http://lattice.cnrs.fr/lpts/

[8] Version en ligne.

[9] Voir aussi Forestal (éd.) (2008).

[10] Voir également sur cette question Rabatel (2016).

[11] Voir par ex. la première phrase du premier chapitre de son dernier livre (2018) : « Je suis toujours étonné des équivoques installées par la langue » ; ou encore le ch. VII (« Dia-logue ») de son ouvrage de 2016.

[12] Voir plus largement le début de sa présentation de ce n° de Raison présente : « Les textes réunis ici correspondent à une préoccupation que cherche à résumer le titre donné à cette introduction [“Cosmopolitisme ou barbarie ?”]. Face à l’inquiétante progression des idéologies identitaristes, l’affirmation cosmopolite se propose de repenser le rapport du sujet à ses appartenances. La question centrale pourrait être ainsi formulée : est-il envisageable de concilier le principe d’universalité des droits humains, lequel, par définition, s’applique quelle que soit la nationalité des individus, et l’exclusivité des devoirs politiques liant les concitoyens entre eux ? Si l’on voit dans la citoyenneté un principe d’exclusion et, donc, l’acceptation d’une différence de traitement politique, ce principe semble constituer les fondements d’une impossibilité théorique du cosmopolitisme, en même temps qu’il conteste l’idée d’une égalité morale de chaque individu. Ce dilemme est classique en philosophie politique. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.