Contextualisation du CECR au contexte universitaire marocain : le cas du manuel Cap Université/ filières sciences économiques et de gestion

Sakina EL KHATTABI

Université de Lorraine

Laboratoire CREM EA3476

Adresse électronique : s_elkhattabi@hotmail.com

 Contextualisation du CECR au contexte universitaire marocain : le cas du manuel Cap Université/ filières sciences économiques et de gestion

Résumé :

L’enseignement du français à l’université marocaine a connu une amélioration après la réforme constitutionnelle de 2011. Le Maroc a adopté le CECR comme une source d’inspiration pour l’élaboration des outils didactiques, en l’adaptant au contexte universitaire marocain. De ce fait, les universités ont vu s’introduire un nouveau manuel de langue Cap Université, conçu lui aussi selon les recommandations du CECR.

Généralement, On a tendance à considérer le CECR comme une norme à laquelle doivent se référer les enseignants pour mettre en place leurs pratiques didactiques. Daniel COSTE (2007), l’un des auteurs du CECR considère le cadre comme un :« instrument de référence, le Cadre a été construit de façon souple, tournée vers la contextualisation, non seulement dans ses formulations récurrentes…mais dans son principe et dans sa construction mêmes. .Le Cadre de référence est modulable, malléable, multi-référentiel, comportant de nombreux paramètres ajustables et c’est en contexte qu’une valeur est attribuée à chacun de ces paramètres, qu’un profil est établi, que des standards et des seuils indicateurs sont éventuellement fixés».

Il est important, voire indispensable de concevoir une utilisation du CECR et de ses outils selon les paramètres du contexte dans lequel ils doivent servir. L’objectif n’est donc pas de suivre aveuglement les consignes du CECR mais plutôt de savoir choisir les outils mis à la disposition de l’enseignant selon les spécificités du contexte et les besoins des apprenants.

L’approche didactique adoptée dans les cours de langue à l’université marocaine, se base sur le CECRL afin de mettre en place des référentiels de compétence pour répondre aux besoins linguistiques spécifiques des étudiants inscrits à l’université.

L’objectif de cette contribution est d’expliquer l’utilisation du CECR dans un pays non européen et son rôle dans l’élaboration du manuel Cap Université qui pourrait éclairer et justifier son usage dans le contexte universitaire marocain.

Afin de répondre à cette question, nous nous appuierons sur deux recherches. La première, s’appuie surles besoins langagiersdes étudiants marocains. La deuxième porte sur l’adaptabilité du CECR au contexte universitaire marocain avec une concentration sur l’approche actionnelle à travers le manuel Cap Université dans la faculté Polydisciplinaire de Tétouan-Maroc (recherche effectuée en 2015).

1-Didactique contextualisée : quelles perspectives pour l’Enseignement et l’apprentissage du français dans les universités marocaines?

Toute étude nécessite de connaître parfaitement le contexte dans lequel celle-ci s’inscrit. Ceci est particulièrement vrai dans la didactique des langues où le contexte joue un rôle prépondérant : on ne peut enseigner les langues sans tenir compte des contingences sociales qui conditionnent les pratiques de l’enseignement de la langue. La première question qui mérite d’être posée est donc celle du contexte :qu’est-ce que le contexte?. En quoi impacte-t-il la pratique de l’enseignement de la langue?

Jean Pierre CUQ (2003 : 54) explique que la notion de contexte:« désigne généralement l’ensemble des déterminations extralinguistiques des situations de communication où les productions verbales (ou non) prennent place».

Le contexte ainsi défini est un terme générique qui accentue la terminologie déterminante. Effectivement, il faut instaurer une différence entre les notions parentes de contexte et de situation. Ces deux notions donnent parfois lieu à une certaine confusion dans la mesure où elles ont un sens proche dans la langue générale. Selon l’approche communicative, la situation renvoie à la situation de communication, d’énonciation et même parfois de séquence didactique. A contrario, la notion de contexte englobe davantage d’aspects, c’est-à-dire qu’elle n’est pas limitée au champ de la classe mais comprend divers aspects qui vont au-delà du simple cercle réduit de la classe. En effet, le contexte prend en considération des éléments plus larges tels que l’élément social, culturel et politique.

Par conséquent, le contexte recouvre des paramètres divers qui englobent les pratiques didactiques et déterminent le choix en matière d’éducation tels que la politique linguistique, éducative, et les comportements culturels.

Dans le cadre de la didactique des langues, prendre en compte le contexte permet d’appréhender l’articulation de ces paramètres sociaux, politiques et culturels ou économiques entre eux et de mieux visualiser les représentations des enseignants et des apprenants.

Ainsi, contextualiser permet de mieux comprendre les pratiques de classe et l’institution à travers le prisme économique,  social, politique, et culturel qui conditionnent la perception des acteurs sociaux.

Cette contextualisation permet d’analyser les phénomènes intra-linguistiques et extra-linguistiques inhérents au contexte éducatif, social et culturel… Elle permet aussi d’étudier comment les acteurs sociaux reçoivent les pratiques linguistiques pour adapter les contenus et les méthodes. BLANCHET Phillipe (2009) ajoute que :«une compréhension fine de chaque contexte pédagogique, institutionnel, éducatif, social, culturel, économique, politique et bien sûr linguistique est nécessaire. Il tente également une meilleure prise en compte,une ciblage plus réaliste et probablement plus efficace, des enseignants et des apprenants ens’interrogeant non seulement sur leurs pratiques linguistiques  effectivesmais  surtout sur leurs représentations des langues, du plurilinguisme, des relations  humaines, de la communication, de l’éducation…».

Néanmoins, il faut souligner que la contextualisation ne se résume pas au social ou à ce qui est périphérique à la classe. Une bonne contextualisation des pratiques de classe nécessite une prise en compte des théories et épistémologies auxquelles nous avons recours dans l’élaboration des curriculums et des interventions didactiques.…

Jean-Claude BEACCO a nommé ceci la contextualisation des objets et des méthodes de recherche. La pédagogie des langues, estune discipline très étendue dans laquelle de multiples méthodes et théories sont utilisées en vue de l’amélioration de l’enseignement de la langue.

L’enseignant doit ainsi contextualiser les théories et les méthodes qu’il souhaite employer dans la construction de son cours de langue sans oublier de les confronter au contexte réel (politique, social et culturel). Le but de cette démarche est de vérifier que les méthodes utilisées répondent aux attentes des étudiants ,et qu’elles sont conformes au contexte dans lequel elles interviennent.

La notion contextualisation telle qu’elle est abordée dans la présente étude se base davantage sur l’intervention didactique sans négliger néanmoins les échanges en cours de français et dans les CM…La réponse à la problématique de cette étude nécessitera de se pencher sur les outils didactiques en relation avec l’enseignement du FOU à l’université.

2-La démarche du français sur objectif universitaire

Le français sur objectifs universitaires (FOU) est une déclination du français sur objectifs spécifiques (FOS), puisqu’il  emprunte pratiquement la même démarche pour la mise en place de formations et de programmes, selon Jean Marc MANGIANTE et Chantal PARPETTE (2011:5):«Le FOU apparait bien comme une déclinaison du FOS, dans son approche centrée sur la connaissance la plus poussée des besoins d’un public ciblé, dans son parti pris de considérer que la réussite du projet d’intégration universitaire nécessite une maitrise linguistique autour de situations de communication spécifiques à la vie universitaire dans son ensemble.»

Le but des cours de FOU est de faire acquérir aux étudiants les compétences universitaires  qui permettent à l’étudiant d’accéder aux savoirs universitaires disciplinaires et l’aident à les acquérir et à les réemployer.

Les cours de FOU sont élaborés afin d’aider les étudiants à pouvoir comprendre les cours magistraux, à acquérir des compétences et des savoir-faire langagières.

3-L’enseignement du français à la Faculté Polydisciplinaire de Tétouan-Maroc : état des lieux

a-Présentation

Créée en 2004, la Faculté Polydisciplinaire de Tétouan est une jeune faculté. Elle est l’un des onze établissements de l’Université Abdelmalek Essaadi. Avec ses quarante et un enseignants chercheurs, vingt-neufmembres du personnel administratif, techniques et agents, douze contractuels et quarante enseignants et professionnels vacataires, elle accueille aujourd’hui environ dix mille cinq cent soixante-cinq étudiants et dispense des formations dans les domaines de l’économie et gestion, du droit, des sciences sociales et de l’informatique.

b-Les enseignements dans le département des Sciences Economiques et Gestion

La Faculté Polydisciplinaire assure actuellement deux filières fondamentales nationales: Droit et Sciences Economiques et Gestion.Les objectifs de la formation de la Licence en sciences économiques et gestion sont d’acquérir les bases de la gestion indispensables à la poursuite d’études en Master SciencesEconomiques et Gestion.

Par ailleurs, cette formation a la particularité de combiner de façon équilibrée des enseignements en économie et en gestion. Elle permet donc de donner aux étudiants une vision globale des problèmes économiques, de gestion et de régulation des organisations.

Ce cursus est conçupour répondre à une forte demande des entreprises en personnel de gestion d’un niveau intermédiaire.Elle a pour but de former des cadres et futurs cadres de gestion.

c-Le module Langue et Terminologie à la Faculté Polydisciplinaire de Tétouan

-Contenu

  • Contenu Module langue et terminologie semestre 1

Les étudiants suivront le module  S1 qui s’articule autour des  quatre premiers dossiers du manuel de français intitulé Cap Université  B1 Sciences juridiques, économiques et de gestion que les enseignants sont invités à enrichir avec des activités parallèles et dans le cadre des CRL[1].Les dossiers s’articulent autour d’une entrée thématique et culturelle, de savoir-faire communicatifs,  linguistiques et universitaires.

Le cours est composé d’activités de compréhension et de production orales/écrites afin de favoriserl’acquisition de compétences langagières des étudiants pour :Comprendre une discussion spécialisée et s’exprimer sur les sujets de spécialité.

  • Contenu Module langue et terminologie semestre 2

Le contenu de ce module s’inscrit dans la continuité et l’approfondissement du module S1. Les étudiants ayant suivi les quatre premiers dossiers du Cap Université B1 travailleront sur les  quatre derniers dossiers de ce même manuel que les enseignants sont invités à enrichir.

  • Contenu Module langue et terminologie semestre3

Les étudiants de niveau B1 ayant suivi les quatre derniers dossiers du Cap Université B1travailleront sur les  quatre premiers dossiers du Cap Université B1 que les enseignants sont invités à enrichir.

-Volume horaire

Le volume horaire de cet enseignement est de quarante-cinq à cinquante heures en Semestre 1 , Semestre 2 et Semestre 3 réparties en séances de trois heures par semaine en présentiel.

-Démarche

L’enseignement des modules langue et terminologie s’inscrit dans l’approche actionnelle et par tâche selon laquelle les apprenants sont des acteurs sociaux. Elle met l’accent sur les tâches à réaliser à l’intérieur d’un projet. Dans cette approche, l’apprenant est conscient des exigences de la tâche, des stratégies à mettre en place pour la réaliser et des types de connaissances antérieures qu’il doit mobiliser. Les activités pédagogiques doivent susciter des interactions en classe de langue.

-Le groupe d’apprenants

Le département des Sciences Economiques et Gestionde la Faculté Polydisciplinaire de Tétouan accueille chaque année des étudiants titulaires d’un baccalauréat en économie ou en sciences. Leur moyenne d’âge varie entre dix-huit et vingt-trois ans.

Les étudiants inscrits en première année dans la filière Sciences Economiques etGestion pendant l’année universitaire 2014/2015 était au nombre de deux mille vingt-quatre étudiants.La plupart des étudiants inscrits à l’université sont des faux débutants, qui pendant tout leur cursus scolaire ont été soumis à un enseignement arabisé.

4-Principaux résultats d’enquête sur les besoins linguistiques des étudiants :

a-Analyse des besoins et collecte des données

L’objectif de l’analyse des besoins est de connaitre le contexte d’utilisation du français,  les contraintes d’ordre linguistique auxquelles sont soumises les employées, les types d’activités professionnelles pendant lesquelles ils vont utiliser la langue française.

  • Procédure d’analyse de besoins des apprenants

Le questionnaire d’analyse des besoins a été réalisé en ligne sur le service de Google Drive, permettant la création de formulaire et questionnaires.

Le questionnaire créé sur Google Drive a ensuite été imprimé et distribué en classe. Pour les étudiants absents, une version en ligne a été publiée sur la page Facebook de la faculté.

Le  questionnaire[2]  est disponible à l’adresse ci-dessous :

http://goo.gl/forms/LFDVlP10tg

Il est important de rappeler  que les étudiants suivront le module S2 qui s’articule autour des  quatre premiers dossiers du manuel de français intitulé « Cap Université B1 Sciences juridiques, économiques et de gestion » que les enseignants sont invités à enrichir par des activités parallèles.

Le manuel destiné normalement aux étudiants des  niveaux A1/A2 est enseigné aux étudiants du niveau A2/B1, ce qui ne répond pas réellement à leurs attentes.

Après un travail de collecte de données, nous sommes parvenus à réunir des informations suffisantes pour le traitement et analyse des résultats.

b-Résultat de l’enquête par questionnaire et les observations de classe.

L’analyse du questionnaire permet de remarquer que les étudiants en économieont donné des réponses assez similaires. Ceci est imputable au fait qu’ils étudient la même méthode, Cap Université, quel que soit leur niveau. Ainsi, tous appréhendent la langue de la même façon et via le même programme. Seule la division en groupes de niveaux permet de les différencier.

Ces résultats similaires obtenus ont permis de tirer une conclusion commune à la fin de chaque chapitre. En effet, les réponses glanées se recoupent en dépit des différences de niveaux. Une seule conclusion par chapitre a donc pu être tirée.

  • Les langues parlées par les étudiants

Les étudiants en économie ne pratiquent pas le français en dehors de leurs cursus universitaire. Or, il est avéré que moins une langue étrangère est pratiquée, moins celle-ci est à même d’être maîtrisée. Les étudiants ont donc un niveau de français très bas. Les cours d’économie sont dispensés dans un français standard spécialisé.

Ceci implique que la langue du cours n’est pas accessible pour les étudiants, même si la compréhension du français semble, selon les réponses apportées au questionnaire, ne pas poser de problèmes majeurs. Cette compréhension n’est cependant pas un gage que la maitrise de la langue puisse évoluer dans un sens positif. Comprendre le français oral de tous les jours et comprendre un cours magistral d’économie sont deux choses bien différentes. La compréhension d’un cours dispensé dans une langue spécialisée reste plus délicate. Ainsi, il est impossible de conclure que la compréhension globale du français assure une compréhension du cursus. Il est donc évident qu’il faut se pencher sur le profil du public cible.

  • Le cours de langue et terminologie

En ce qui concerne le contenu du cours et la façon dont il est perçu par les étudiants, la langue et le cours qu’elle permet de délivrer semblent être bien reçue par les étudiants. Les étudiants des deux spécialités déclarent tous que leurs compétences ont augmenté depuis qu’ils participent au cours de langue et de communication. Cela permet d’en déduire que ce cours répond à leurs besoins langagiers.

  • La méthode Cap Université

Nous pouvons affirmer que les déclarations des étudiants en économie et en sciences sur la méthode Cap Université employée sont similaires. Les deux spécialités ont déclaré être satisfaites de cette méthode dont le contenu est jugé positif voire très positif. En général, les étudiants sont d’avis que ce manuel aborde de façon satisfaisante l’économie. Lorsque ces derniers sont interrogés sur le choix de la méthode, tous réaffirment leur préférence pour le manuel Cap Université.

La méthode Cap Université a, comme toute méthode, des avantages et des défauts. Lorsque, interrogés sur les aspects positifs de la méthode, la plupart des étudiants affirment que ce manuel met bien en évidence l’économie. Sa simplicité d’utilisation est également un atout majeur. Par contre, les étudiants exprimant des réserves à propos de ce manuel (des économistes pour la plupart), expliquent que les exercices de grammaire sont trop accessibles et faciles.

Une chose est commune aux deux groupes d’étudiants : cette méthode n’est utilisée qu’en classe de langue. Ceci est surtout dû à la nature du manuel, un livre, auquel les étudiants ont de moins en moins recours.

-Le français de spécialité des études en sciences économiques.

Pour les étudiants tousniveaux confondus, la langue de spécialité des études économiques constitue un obstacle. La majorité des étudiants (54%) disent ne pas comprendre un cours magistralet les mots employés par les professeurs de spécialité.

En outre, 52% des étudiants qualifient le vocabulaire entendu dans les cours de difficile et la maîtrise de la terminologie est indispensable à l’acquisition des connaissances dans la spécialité économique.

-Les difficultés langagières des étudiants

Les étudiants en économie partagent les mêmes obstacles langagiers. Ces obstacles concernent quatre compétences clés du langage : la compréhension écrite et orale, et la production écrite et orale. En termes de lecture, les étudiants rencontrent leurs difficultés dans les ouvrages spécialisés, les polycopiés de cours et les journaux économiques. Certains étudiants admettent avoir des difficultés pour lire tous les types de documents auxquels ils sont confrontés.En matière de production écrite, les difficultés se font sentir aussi.

Interrogés sur les documents à rédiger qui leur posent problème, ils répondent que La dissertation (53% des étudiants), une synthèse (30% des étudiants) et, dans une moindre mesure, les lettres et correspondances (4% des étudiants) constituent des exercices difficiles à réaliser. Par ailleurs, l’oral, que ce soit du point de vue de la compréhension ou de la production, constitue une difficulté aussi. En effet, concernant la production orale, la principale difficulté des étudiants consiste à faire un exposé.29% de l’échantillon interrogé affirme avoir du mal à réaliser un exposé. Vient en deuxième lieu, la difficulté de participer à des conversations et des échanges professionnels en français se fait sentir chez 13% des étudiants.

Concernant la compréhension orale, la principale difficulté pour les étudiants consiste à écouter et à comprendre des programmes télévisées, des films en français 42% de l’échantillon. Ensuite, viennent les cours en français. 31% de l’échantillon interrogé trouve des difficultés à comprendre des cours en français. En conclusion, les étudiants éprouvent de sérieuses difficultés langagières. Et ce, sur le plan de l’écrit et de l’oral, de la compréhension comme de la production.

-Les attentes des étudiants vis-à-vis du cours de langue

On l’a vu, les réponses des étudiants en économie ou scientifiques de niveau A2 ou B1 sont quasiment les mêmes. De la même façon, leurs attentes en matière de langue sont similaires. Tous souhaiteraient que le cours leur permette d’acquérir des compétences linguistiques écrites et orales. Aussi, ils font le vœu de développer les compétences dans les matières économiques.

 

Conclusion et perspectives

Ce travail a permis d’explorer et analyser les résultats de la recherche et de mettre en évidence le fait que le manuel Cap Université ne répond pas aux besoins exigés par les cours des filières sciences économiques et de gestion.

Ce travail a permis de mieux comprendre le fonctionnement des cours de langue à l’université et de mieux comprendre les besoins et les difficultés rencontrées par les étudiants dans leur compréhension des cours de spécialité en relation avec leur niveau en français.

-Pour une intervention didactique contextualisée

Cap Université est l’unique support employé dans le cadre des classes de langue à l’université. Or, ce manuel n’est pas vraiment adapté au niveau exigé à l’université ni au niveau des étudiants. Ses premières lacunes sont remarquables dans le domaine du lexique.

Ce manuel est surtout une méthode de cours qui mériterait d’être complétée par un manuel composé d’exercices permettant l’application directe des notions étudiées en classe. Un cahier d’exercices contribuerait aussi à rendre l’apprenant plus autonome dans sa démarche. Plus l’étudiant disposera d‘outils utiles à le faire progresser, plus il sera tenté d’y avoir recours et de diversifier les approches hors des heures de classe. Cela pourrait l’inciter à s’exercer, à appliquer les savoirs et les notions, et à comprendre et faire sien le cours de langue.

Il faut également souligner l’importance de distinguer les supports destinés aux étudiants par niveau. Une pratique didactique qui se base sur le même manuel pour deux niveaux différents ne peut être pérenne. Selon leur niveau, les étudiants ont des attentes et des besoins clairement différents. De plus, les apprenants de niveau B1/B2 s’ennuient en classe dans les cours qui reprennent les leçons devenues faciles pour eux. Ils sont dès lors tentés de ne pas se rendre en cours. Cette méthode adoptée par le CRL vise à élever les étudiants de niveau A1/A2 au niveau B1 en fin d’année. Or, les étudiants B1 suivent les mêmes cours à base du même manuel alors qu’ils sont au niveau supérieur. Ils ont donc besoin de méthodes, de cours et de manuels qui leurs sont spécifiques.

La nature et le contenu des cours de langue dispensés aux étudiants influent fortement sur leur motivation. L’approche didactique et les outils linguistiques doivent être adaptés au niveau des étudiants. Les apprenants de niveau A ont besoin d’être encouragés. De nombreux étudiants de ce niveau ne vont pas en classe car ils craignent d’être interrogés par l’enseignant à l’oral. Ce phénomène peut s’appeler « insécurité linguistique ». Or, dans ce type de situation, l’enseignant doit encourager les étudiants et les guider dans leur travail.

Le CECRL définit les niveaux en langue selon une échelle de compétences à acquérir. Les responsables pédagogiques du CRL pourraient mettre en place des niveaux plus souples et plus poreux propices à l’hétérogénéité des étudiants. Les compétences plurilingues devraient être approfondies et intégrées dans les interventions des enseignants de sorte que l’arabe soit utilisé dans l‘apprentissage de la langue cible, notamment concernant le technolecte.

-Pour une meilleure prise en compte du discours universitaire

L’enseignement du français de spécialité à l’université souffre d’un manque probant de flexibilité des programmes. On l’a vu plus haut, bien que l’apprentissage de toute langue passe par l’oral et l’interaction, les enseignants ne disposent pas des ressources nécessaires pour mener à bien le cours et s’appuient un peu trop sur le manuel Cap Université . Ce choix s’explique pour plusieurs raisons. D’une part, le manque de temps des enseignants les contraint à utiliser le manuel. D’autre part, la trop grande utilisation de ce manuel s’explique par le fait que les sujets des examens finaux portent essentiellement sur des notions étudiées avec ce support. Les enseignants privilégient donc l’utilisation du manuel Cap Université et négligent les autres notions langagières qui peuvent pourtant être utiles aux étudiants dans le cadre de leurs cours magistraux.

Les cours magistraux exigent des étudiants de comprendre le champ lexical spécialisé. Les professeurs de la discipline passent peu de temps à établir un glossaire réunissant les termes du de la terminologie adapté. Les didacticiens de FOS préconisent de se faire aider au cours de la mise au point des programmes. Les enseignants de spécialité sont les plus compétents pour fournir les informations nécessaires  à la situation de l’enseignement du français à l’université puisqu’ils connaissent le contexte et le niveau en langue des apprenants.  Il serait donc intéressant de faire collaborer les enseignants de langue avec les enseignants des disciplines scientifiques dans la mise en place de programmes parallèles qui répondent en tous points aux attentes des apprenants.

De gros efforts doivent aussi être fournis dans le domaine du lexique. Les étudiants doivent se focaliser sur le lexique savant pour s’habituer à jargonner et les encourager à chercher l’origine ou la racine des mots qui reviennent régulièrement dans les cours magistraux. Néanmoins, ces efforts paraissent complexes à mettre en œuvre pour des étudiants de niveau A. Pour résoudre ce problème, une progression parallèle entre cours de langue et cours de spécialité est préconisée. Cela permet à l’étudiant de préparer ses cours magistraux grâce au lexique spécialisé.

En outre, intégrer la langue dans les programmes de spécialité ne passe pas uniquement par l’étude de la terminologie savante. En effet, la langue de spécialité ne se résume pas au lexique mais s’étend aussi à la grammaire ou la syntaxe et au discours pour que les apprenants aient toutes les clés pour comprendre les cours magistraux. De même, les activités d’écoute devraient intégrer des situations de discours pédagogique oral. Nous l’avons montré, le discours propre aux cours magistraux est assez complexe et spécifique. Bien souvent, les étudiants ne décèlent pas les structures qui le composent.

L’enseignant peut ainsi mettre au point des exercices d’écoute inspiré de cours magistraux qui incluent des répétitions, des emphases pour les informations principales etc. uncours d’été avant rentrée universitaire est le moment typique pour s’exercer sur ce type de supports car elle constitue une bonne préparation à ce qui va être attendu de l’étudiant pendant l’année universitaire.

 

 

-Bibliographie :

-BAHMAD Malika, BENAMEUR  Mounia, EL BEKRAOUI Naima. 2009. le manuel : Cap Université, paris, Les Editions Didier.

-BLANCHET Philippe, MOORE Danièle, ASSELAH-RAHAL Safia. 2008.Perspectives pour une didactique des langues contextualisée,  Paris : Éditions des archives contemporaines.

-BLANCHET Philippe.2000. Linguistique de terrain : méthode et théorie, Presses universitaires de Rennes.

-BLANCHET Philippe, DE ROBILLARD Didier. 2003. Langues, contacts, complexité : perspectives théoriques en sociolinguistique, Presses universitaires de Rennes.

-BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ? ». In : Le Français à l’université, Disponible sur le site de l’AUF : http://www.bulletin.auf.org/index.php?id=833

-CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

-COSTE, Daniel. 2007. « Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ». In : Rapport de F. Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe. Disponible à l’adresse :http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/SourceForum07/ForumFeb06_%20Report_FR.doc

-CUQ Jean Pierre, 2003, Dictionnaire de didactique du français, langue étrangère et seconde, Paris, Clé International / ASDIFLE.

-DALLIES Florence.2008.Enseigner une langue à des fins professionnelles, Didier.

-MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal. 2011.Le français sur objectif universitaire, Grenoble, PUG.

-MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal. 2012 .«Le français sur objectif universitaire : de la maitrise linguistique aux compétences universitaires», Synergies Algérie N°15.

-MANGIANTE Jean-Marc, PARPETTE Chantal, 2009.  Le français sur objectif spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Paris, Hachette.

-POLLET Marie-Christine.2001. pour une didactique des discours universitaire, L’Harmattan.

-ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLÉ international.

-SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. Pourquoi adopter le CECR au Japon ? In :Synergies Europe.

 

[1]Centres de Ressources en Langues

[2]Inspiré du : «  Le français sur objectifs spécifiques – de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours», MANGIANTE, J.-M. et PARPETTE, C., (2004),  Paris, Hachette.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.