SYNTHESE du colloque international l’enseignement–apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL dans des contextes non européens

Sarah ABID

Université de Lorraine

Laboratoire CREM EA3476

Adresse électronique : abid_sarah@hotmail.fr

L’enseignement-apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL dans des contextes non européens : Prolétarisations et Perspectives

Le titre de ce colloque, « L’enseignement-apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens », illustre les interventions et débats de ces deux journées. Le terme « perspective » suggère qu’un regard particulier est adopté dans l’enseignement du français langue étrangère, celui de cet outil de référence. Cependant, cela ne signifie pas une adoption stricte par les pays hors Europe. Avec leurs témoignages, leurs analyses et leur regard, les professeurs, docteurs et doctorants ont désigné les défaillances du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, tant en Europe que hors de l’Europe. La volonté des concepteurs semblaient être l’uniformisation des méthodes d’apprentissage d’une langue étrangère en tant qu’expérience à la fois langagière, cognitive et interculturelle, sans toutefois développer véritablement la dimension interculturelle, c’est-à-dire la dimension humaine. Pourtant, il paraît impossible de suivre un modèle unique dans le cadre de l’enseignement d’une langue, tant la diversité des contextes est importante – en particulier avec un modèle qui ne questionne pas cet aspect.

Le thème du colloque ainsi que les interrogations sur le CECRL dans le monde attestent d’un réel désir d’adapter une démarche au public visé et témoignent d’un rapport au monde qui change. Les didacticiens et enseignants souhaitent modifier le paysage de la francophonie, ce qui signifie s’éloigner de ce modèle unique et de cette notion de standard centré sur l’Europe.

Adoption ou adaptabilité ? La question ne semble plus être si pertinente tant les critiques des intervenants se rejoignaient. En effet, parmi les faiblesses du CECRL ou les difficultés communes soulignées se trouvaient l’objectif de standardisation qui n’intègre pas la diversité culturelle, le manque de prescriptions concrètes sur les pratiques pédagogiques et l’interculturalité, la posture du CECRL et des manuels centrée sur l’Europe et la perspective actionnelle qui ne convient pas à certains contextes. En somme, le Cadre ne permet pas d’avoir de débat ni sur les enjeux sociaux et politiques, ni sur l’efficacité et l’évaluation de la perspective actionnelle dans les pays hors de l’Europe. Les approches et les enjeux de l’apprentissage du français ne peuvent être réévalués par son biais or la pédagogie est censée être mouvante, et l’on peut s’inquiéter de la stagnation du CECRL, publié en 2000, quand la situation politique, économique et sociale a subi de lourdes mutations en Europe, et partout ailleurs. En effet, la mondialisation et la situation migratoire actuelle ont grandement impacté les publics d’apprenants mais aussi les enseignants. Ainsi il paraît évident de trouver d’autres alternatives pour pallier les lacunes de méthodes trop figées. Le Cadre ne semble plus aussi incontournable en tant que cadre théorique modèle, mais constitue un réel point de départ à la réflexion sur les méthodes didactiques.

Des tentatives ont été amorcées ou mises en place comme la création de manuels en Chine et au Kenya, les réflexions autour du CACRL en Asie du Sud Est initiée par le Viêt-Nam et les expérimentations des enseignants adaptées au public à plus petite échelle, celle de la classe. D’une part, nous avons vu que certaines de ces mises en œuvre pouvaient occulter la civilisation des pays francophones (comme les manuels africains Pierre et Seydou, Entre copains et Au sommet) pour servir une démarche d’apprentissage langagier, et de tâches plus adaptées au contexte des apprenants. L’intérêt était alors de privilégier l’adaptation à la contextualisation pour développer la compétence interculturelle. D’autre part, le manuel Nouvelle Méthode Communicative du Français en Chine se concentre essentiellement sur les aspects grammaticaux, en lien avec des modèles pédagogiques préexistants pour susciter l’attrait de l’enseignement auprès des apprenants chinois. Ainsi nous pouvons nous interroger sur les limites du CECRL et les limites de ces entreprises indépendantes en tant qu’elles intègrent peu la dimension interculturelle – par ailleurs à peine évoquée dans le CECRL. Néanmoins, elles attestent d’un réel désir de considérer la langue et la culture d’origine dans l’apprentissage de la langue cible, de façon à respecter le contexte local ainsi qu’à tenir compte des moyens locaux.

Enrica Galazzi évoquait l’aspect philosophique du projet du Cadre Européen au départ : transmettre des valeurs telles que le respect de la diversité, la construction d’une citoyenneté européenne. Cependant, l’enseignement des langues étrangères ne semblent plus avoir comme objectif d’élever les esprits, de former des citoyens du monde, et ainsi une vraie personnalité interculturelle, mais plutôt de développer des sujets communiquants, dont nous reconnaîtrions les compétences dans les niveaux B1 et B2.

Dominique Macaire a rappelé en introduction l’origine même du CECRL, une volonté politique – la cohésion européenne – dimension dont nous ne pouvons la défaire, tant cette volonté est responsable de ses défaillances. Elle devrait lui conférer une dimension humaniste – en tant qu’elle défend une mission éclairée, celle de détruire les préjugés, mais la perspective revendiquée est réduite à cet objectif : former pour l’obtention de certifications.

Adoption ou adaptation ? Aucune réponse n’est figée. Il ne s’agit plus d’adapter mais d’interroger dans la lignée du CECRL, tout en engageant une réflexion plus cohérente avec le contexte actuel :

  • « Le CECRL peut-il renouer avec ses origines et servir un projet éducatif plus vaste ? Peut-il continuer à former le citoyen responsable et à construire une identité pluriculturelle ?
  • Dans quelle mesure le développement de la personnalité peut-il être un objectif éducatif explicite ?
  • Comment réconcilier la diversité des personnalités avec les contraintes que subissent et qu’imposent les systèmes éducatifs (surtout dans le contexte particulier des flux migratoires et de la mondialisation) ?
  • Quelle place laisser à l’interculturalité dans la pratique des enseignants ?
  • Comment réconcilier le relativisme culturel avec l’intégrité morale et éthique ?
  • Comment peut-on évaluer la compétence culturelle ? Comment évaluer des compétences de l’ordre de l’humain dans un contexte scolaire ?
  • Comment passer de la perspective actionnelle à un apprentissage langagier ? »[1]

En somme, le CECRL est un terrain qui sert à questionner non seulement la didactique des langues étrangères, dans l’espace social qu’est la classe, mais aussi notre rapport au monde. Aujourd’hui cet enjeu ne semble pas vouloir être considéré en politique si nous observons les lois proposées ou adoptées et les décisions concernant l’accueil et la répartition des migrants – enjeu qui a donné naissance à l’idée d’un deuxième colloque sur les langues européennes d’intégration. Il nous faut ainsi revenir à un questionnement plus philosophique comme l’était l’objectif initial du CECRL : que dit un monde qui n’intègre pas la diversité culturelle ?

[1]     Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, Apprendre, enseigner, évaluer, 2001, p.85.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.