LE COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DU FLE DANS LA PERSPECTIVE DU CECRL DANS DES CONTEXTES NON EUROPÉENS

Problématique

 

Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues (CECRL) est un référentiel qui offre une base commune pour l’élaboration de programmes, d’évaluations, de certifications, de matériels linguistiques… Ce projet, qui s’inscrit donc dans le cadre – politique – européen, a pour objectif principal d’intensifier et de faciliter l’enseignement-apprentissage des langues étrangères pour promouvoir ainsi la mobilité personnelle et professionnelle entre pays et favoriser l’intégration des citoyens en mobilité dans d’autres pays et dans d’autres cultures de l’Union. Cependant, depuis la publication de ce dispositif en 2001, certains pays non européens l’adoptent, et ils le font soit en le reprenant tel quel, soit en adaptant un certain nombre des principes qu’il promeut (Kherra, 2011 ; Sagaz et Ducatel, 2011).

Ces politiques et dispositifs d’adoption et/ou adaptation soulèvent des débats, entre autres, linguistiques et didactiques, qui ne sont en fait pas nouveau. Sans vouloir remonter trop loin dans le temps, par exemple jusqu’à la diffusion « exterritoriale » des méthodes traditionnelles ou audio-visuelles, on rappellera qu’il y a environ un quart de siècle, l’apparition et l’utilisation ensuite massive des approches communicatives dans l’enseignement-apprentissage des langues étrangères ont soulevé des problèmes dont par exemple Le Français dans le Monde s’est fait l’écho dans son numéro 171 « Environnement et enseignement du français » (Août-Septembre 1982). Dans ce numéro est ainsi posée la question de l’« exterritorialité » par Ferenczi (1982 : 33), qu’il oppose donc, comme les autres auteur.e.s du numéro, à l’« environnement », censé « nous attacher à l’univers physique et social, selon les ressources matérielles, les activités humaines et les codes culturels qui caractérisent une aire géographique et politique bien déterminée » (art. cité : 31). Pour autant, Ferenczi concluait, bien avant donc que la notion mondialisation se répande, sur le fait que « l’accroissement des relations économiques, la multiplication des échanges humains et des contacts culturels que connaît notre monde moderne, ne sauraient laisser en l’état la didactique des langues toujours avide de renouvellement » (art. cité : 33).

Une vingtaine d’années plus tard, le « tournant actionnel » des approches communicatives, tel qu’il se présente dans le CERCL, a relancé le débat et sans aucun doute renouvelé les questions ou les problématiques, aussi bien politiques que didactiques, institutionnelles que pédagogiques.

Cette journée d’étude a donc pour objectif de réfléchir ou de revenir sur les enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels et didactiques de l’importation (totale ou partielle) du Cadre, ainsi que sur les conditions et les difficultés de l’adoption et de l’application de ses principes ; d’autant que d’une part nombre de chercheurs s’interrogent sur ces principes de standardisation, en proposant des approches diversement « contextualisées » (Blanchet, 2009 ; Blanchet et Chardenet, 2011 ; Coste, 2007 ; Lefranc, 2008 ; Springer, 2011 ; Puren, 2007) ; que d’autre part, le contexte européen pour lequel ce cadre a été élaboré a évolué, ne serait-ce que sous l’effet de l’élargissement de l’Union.

Axes du colloque, chapitres des actes

Les contributions sélectionnées ont été rassemblées selon trois axes :

  1. Adaptabilité/Applicabilité du CECR dans de différents contextes
  • Pourquoi des pays non européens adoptent-ils le CECR ? Et si oui qu’adoptent-ils ?
  • Le CECR est-il « contextualisable » et quelles sont les limites de cette contextualisation ?
  • Comment utiliser le CECR pour créer des curricula dans des contextes non européens ?
  1. Élaboration des manuels dans les pays non européens
  • Quel rôle peut jouer le CECR dans l’élaboration des manuels de FLE dans les pays non européens ?
  • Dans quelle mesure, jusqu’à quel point l’élaboration de manuels en FLE, FLS, FOS, FOU, est-elle inspirée du CECR ?
  • L’approche actionnelle, notamment, y est-elle prise en compte ?
  1. Évaluation et certification
  • De quelle manière le CECR est-il reconnu, hors Europe, comme une référence standard pour l’évaluation des compétences linguistiques ?
  • Dans quelle mesure ce standard fonctionne-t-il pour les mobilités entre pays non européens ?
  • Quel est l’impact du standard européen sur les certifications locales en FLE ?

Bibliographie

BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ?», dans Le Français à l’université, n° 2, 14ème année, p. 23. En ligne : http://www.bulletin.auf.org/spip.php?article193 [Consulté le 23 juillet 2010].

CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

COSTE, Daniel. 2007. «Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues», dans Rapport de F… Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe.

FERENCZI, Victor. 1982. «Motivation et environnement», dans Le Français dans le Monde, n° 171, pp. 31-33.

KHERRA, Nawel. 2011.  «L’adaptation du CECRL aux besoins d’étudiants arabophones non spécialistes du français : cas des étudiants de l’école préparatoire d’architecture dans le contexte universitaire algérien», Synergies Europe, décembre 2011, n° 6, p. 85-98.

LEFRANC, Yves. 2014. «Le management enchanteur : gouvernement, technologie et double langage du CECRL», dans Les cahiers du GEPE (Groupe d’Études sur le Plurilinguisme Européen), n°6/2014, « Politiques linguistiques en Europe ». En ligne :     http://www.cahiersdugepe.fr/index.php?id=2694

LEFRANC, Yves. 2008. «Faire avec et contre le CECRL», dans Évaluation et Cadre européen de référence pour les langues, Sixième journée d’étude organisée par l’Association Régionale de Français Langue Étrangère dans le cadre du Master de Didactique des langues. 15 février 2008. Strasbourg : Université de Strasbourg,http://fle.u-strasbg.fr/journeeval/lefranc.htm [Consulté le 14 janvier 2017].

LE FRANÇAIS DANS LE MONDE. 1982. «Environnement et enseignement du français», sous la direction de Jacques Cortès et Christian Pellaumail, n° 171.

PUREN, Christian. 2007. «Quelques questions impertinentes à propos d’un Cadre Européen Commun de Révérence» (Journée des langues de l’IUFM de Lorraine, 9 mai 2007. Disponible sur le site de l’APLV en présentation sonorisée à l’adresse, http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article990 [consulté le 14 janvier 2017].

ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLE international.

SAGAZ, Michel. 2011. «Contextualisation du CECR et pratiques méthodologiques locales le cas du Japon», Synergies Europe, n° 6, p. 75-84.

SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. «Pourquoi adopter le CECR au Japon ?», Synergies Europe,  n° 6, p. 153-163.

SPRINGER, Claude. 2011. « Le CECR : outil de diversification ou de standardisation ? ». Communication au Colloque international de la SCELLF (Société Coréenne d’Enseignement de Langue et Littérature Françaises), « Cadre Européen Commun de Référence et Enseignement du Français en Corée », 8 octobre 2011, Université Ajou, Suwon, Corée. En ligne :      http://french.snu.ac.kr/sites/french.snu.ac.kr/files/board/notice/Programme

                           Références complémentaires sur les universaux du langage 

FRANÇOIS, Jacques. 2013. « Existe-t-il des universaux du langage ? », dans Sciences Humaines, n° 246, p. 36-39.

MARTIN, Robert. 2016. Linguistique de l’universel : Réflexions sur les universaux du langage, les concepts universels, la notion de langue universelle. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

 

LISTE DES COMITÉS

    Liste du Comité Scientifique

Driss ABLALI (Professeur à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine et maître de conférences à l’Université de Mutah – Jordanie)

Nathalie AUGER (Professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Filomena CAPUCHO (Professeure à l’Université Catholique Portugaise)

Fred DERVIN (Professeur à l’Université d’Helsinki)

Mohamed EMBARKI (Professeur à l’Université de Bourgogne & Franche-Comté)

Béatrice FRACCHIOLLA (Professeure à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine et  Post-Doc à l’Université de Bergame, Italie)

Enrica GALAZZI (Professeure à l’Université Catholique de Milan, Italie)

Rana KANDEEL (Professeure ass. à l’Université du Yarmouk)

Dominique MACAIRE (Professeure à l’Université de Lorraine)

Caroline MASSERON (Professeure à l’Université de Lorraine)

Irem ONURSAL (Professeure ass. à l’Université Hacettepe, Ankara)

Ali TARMAL (Professeur à l’Université Al-Zawiya)

 Zhihong PU (Professeur à l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou/Canton)

 

Liste du Comité d’Organisation

Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine et  maître de conférences à l’Université de Mutah – Jordanie)

Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Fatima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine et  Post-Doc à l’Université de Bergame, Italie)

Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Hadria KHELIFI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.