La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Letz Géraldine,

Centre de Recherche sur les Médiations (EA 3476), ( Université de Lorraine), troisième année de doctorat sous la direction de Sophie Arborio et Jacques Walter.

 

La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Avant-propos

        Septembre 2013, au bassin d’aviron du sport nautique de Nancy. C’est une période transitoire. La fin d’une saison riche en performances laisse place au fourmillement de débutants qui viennent s’essayer à ce sport de glisse. Jolie farandole désordonnée de pelles qui volent au-dessus de l’eau et de tubes qui s’enfoncent dans la Meurthe. L’aviron n’est pas un sport facile, surtout pour qui s’initie. Pourtant, au beau milieu de ce cafouillage technique, une jeune femme se démarque. Nouvelle, elle fait du pair oar avec une fille confirmée. Le pair oar ou 2- est un des bateaux les plus instables de l’aviron. Les deux rameuses ont chacune une rame de pointe pour faire glisser la coque. La synchronisation bâbord-tribord et l’équilibre des forces sont obligatoires pour que le bateau se maintienne et que sa trajectoire soit rectiligne.

Le geste est précis, la propulsion harmonieuse, si bien que rien ne laisse présager qu’elle donne ses premiers coups d’aviron.

Alors que les deux rameuses manœuvrent pour apponter, une prothèse de jambe avec un pied artificiel revêtu d’une basket est apportée au ponton. En réalité, la jeune femme débutante a été amputée et rame sans sa prothèse. Cela rend son cas encore plus remarquable dans la mesure où, avec la force d’une seule jambe, elle doit pousser comme celle qui l’accompagne et qui a ses deux pieds dans les cale-pieds.

Au-delà de la dimension sensationnelle de cette prouesse physique et technique, cette athlète handisport ouvre un questionnement sur les limites entre le sport valide et le handisport. Certes, le duo sportif alliant un(e) athlète handicapé(e) et son(sa) guide est bien connu, notamment en ski et en athlétisme, disciplines relayées régulièrement dans les médias, néanmoins, avec la pratique du pair oar, les deux rameuses sont placées sur un même pied d’égalité.

Les deux se complètent et leurs forces doivent être identiques. Sans prothèse, cette jeune femme égale des rameuses valides. Qu’en serait-il si elle ramait avec un appareillage conçu pour la pratique du sport nautique? Sa puissance serait sans doute accrue et dépasserait celle de valides. Ainsi, elle interroge les frontières de l’humain et le cloisonnement catégoriel du champ sportif.

Introduction

Les mouvances de notre société moderne, alimentée par une culture technicienne, marquent le désir de l’Homme de s’élever contre sa finitude. Le champ d’analyse du rapport entre le corps humain et les technologies fait l’objet d’un éclairage médiatique qui ne cesse de croitre. L’ambition humaine d’émancipation de sa condition par le biais d’assistances artificielles s’inscrit dans la réflexion contemporaine de conduites culturelles à la lumière du progrès et de l’exaltation de la performance.

Au-delà de la préservation de la santé et de la réparation de l’individu diminué, les technosciences se traduisent désormais par une logique d’augmentation. Cette tendance à l’excès demeure « la première raison d’être du sport » selon Coubertin. La sphère sportive constitue donc un espace social significatif pour appréhender les enjeux d’une motricité corpo-technique. La combinaison du sport, conformé à ses propres règles et à ses valeurs compétitives, avec l’athlète prothétique soulève un questionnement sociologique et éthique particulièrement fécond et controversé.

Notre propos sera attaché aux représentations du handicap et plus particulièrement à celles du corps sportif amputé, reconfiguré par l’usage de prothèses. Ainsi, l’athlétisme et surtout les disciplines de courses sprint et de sauts demeurent les pièces maitresses de la vitrine du spectacle handisportif. Les mises en lumière de corps hybrides renferment des enjeux et une symbolique forte, liés à la perception de la mécanisation du vivant et à la préservation de la bipédie.

L’utilisation coûteuse de dispositifs d’assistance technologiques dans le sport de haut niveau engendre de nouvelles pratiques motrices qui viennent heurter les fondements catégoriels de l’institution sportive, bouleversent la norme et interrogent les frontières de l’humain. Par son ambivalence, l’hybridité ne répond pas au besoin de classification inhérent au sport et en ébranle la hiérarchie. De même, la machinisation du corps pose des problèmes identitaires : où prend fin le vivant, où commence l’artificiel ? Quel statut conférer à l’assemblage mi-homme, mi- machine ? La mise en visibilité des athlètes appareillés use de la figure du monstre, de la réunion de deux éléments disparates pour filer la métaphore du super-héros. Ce super humain façonné par la science-fiction est aujourd’hui un réel élément moteur du sport et de la discrimination positive. Dans un contexte d’accélération de l’appropriation sociale de la technique, la figure du sportif hybride ouvre un nouveau champ de réflexion sur les capacités supplémentaires au sein de la pratique sportive et le rapport au handicap en tant que terrain de recréation de potentialités.

Par la complexité des singularités liées aux usages, l’analyse ne saurait se restreindre à une étude normative mais également expérientielle. En effet, notre travail s’inscrit dans le champ des Disability studies avec une démarche alliant sociologie-anthropologie et les sciences de l’information et de la communication.

Pour analyser les représentations du sportif appareillé, nous avons établi un corpus de presse audiovisuelle avec un bornage de 2012 à 2016. Avec les Jeux de Londres, l’image du sportif en situation de handicap a connu un essor et une métamorphose. Bien loin de la contre mobilité attachée à l’infirmité, les athlètes paralympiques sont désormais élevés au rang de super-héros. Or, cette nouvelle approche, bien que très féconde quantitativement, répond à des critères de normes sociales, culturelles et économiques.

Afin d’enrichir cette vision conventionnelle, il nous apparait nécessaire d’ériger un savoir expérientiel ou savoir d’expérience. Cette désignation, empruntée aux sciences de l’éducation et au domaine de la santé, notamment avec l’éducation thérapeutique des patients, articule l’expertise des personnes en situation de handicap avec notre cadre théorique. Il s’agit, par des observations participantes, des entretiens et des échanges, de prendre en considération un savoir et une mise en récit construits par l’expérience du vécu et du regard de la situation de handicap. Dans cette configuration, le corps objet qui sert l’image d’un marché technologique redevient un corps-acteur, détenteur d’un savoir qui dépasse la segmentation binaire de la norme.

L’appareillage comme reconstruction du moi morcelé

L’amputation est un état de séparation. Elle morcelle l’entité corporelle par la section d’une partie d’un membre ou de sa totalité. Ses causes peuvent être dues à une affection congénitale, c’est à dire une particularité physique présente dès la naissance ou bien accidentelles. Qu’elle soit innée ou brutale, cette soustraction organique constitue un bouleversement identitaire lié à la perte et l’absence. Au sortir d’une amputation, le patient doit composer avec ce nouveau moi qui s’impose à lui et la reconstruction d’une nouvelle image corporelle s’avère nécessaire. Elle induit un processus de deuil. Selon les individus et le contexte de l’amputation, les différentes phases de deuil n’interviennent pas dans la même logique chronologique et leurs temporalités varient également. Néanmoins, l’acceptation est la condition sine qua non d’un réapprentissage du corps pour diminuer la limitation motrice et tendre vers une complète autonomie. Ainsi, dans la reconquête d’un champ des possibles, l’appareillage prothétique vient se substituer au membre ou à ses segments amputés : le corps fragmenté devient alors réunifié.

L’itinéraire clinique emprunté n’est pas chose aisée. Plusieurs semaines sont nécessaires pour que le moignon du membre résiduel soit cicatrisé. Des soins spécifiques sont mis en place pour permettre la réalisation d’une première prothèse provisoire. Pour ce faire, la circulation sanguine, le tonus musculaire et l’état de santé général du patient doivent être bons, les chairs et les os ne doivent pas être adhérents au niveau de la surface organique qui recevra l’appareillage.

Une fois la cicatrisation établie, un moulage du moignon est effectué. L’empreinte obtenue sert à établir l’emboiture de la prothèse. Tous les éléments sont fabriqués sur mesure pour s’adapter aux spécificités anato-fonctionnelles des individus. La prothèse est une réponse aux besoins du projet de vie de la personne. Pour l’intégrer entièrement dans son quotidien, des ajustements complémentaires sont effectués conjointement à la rééducation et la réadaptation. Se rééduquer permet d’assimiler et d’automatiser l’intégration de la prothèse en tant qu’élément constituant de son schéma corporel. L’individu amputé redevient acteur par la découverte d’un nouveau potentiel acquis par l’apprentissage d’équilibre, l’endurance musculaire, le travail postural et l’établissement de nouveaux repères sensorimoteurs.

La réadaptation intervient en aval, grâce à l’appareillage définitif, quand le moignon est stable et ses éventuelles déformations corrigées. Elle considère la personne en lien avec l’environnement dans lequel elle va évoluer.  L’ensemble des mesures réadaptatives consistent à réinsérer la personne en milieu familial mais aussi socio-professionnel. Une certaine assurance est ainsi retrouvée. L’affranchissement du handicap s’opère dans la conquête d’une autonomie nouvelle. Dans cette logique, le sport apparait comme vecteur de reconstruction et de réaffirmation de soi. En effet, le sport est un facteur de résilience, souligné par Hubert Ripoll, spécialiste de la psychologie des sportifs : « l’idée même qu’une personne handicapée puisse accéder à la résilience en faisant quelque chose de son corps blessé par l’intermédiaire du sport prend tout son sens. […] le sport, parce qu’il permet l’accroissement de la puissance d’agir, l’accomplissement de soi, l’affirmation de sa différence et le partage avec l’autre, s’avère être un terrain particulièrement favorable à l’acte de résilience ». Ces enjeux identitaires liés à une vision capacitaire et dynamique se cristallisent dans les médias.

Les représentations des super-abilities ou la mise en spectacle des nouveaux héros paralympiques des stades

Longtemps absentes du paysage médiatique, les représentations des athlètes paralympiques font désormais l’objet d’un traitement audiovisuel sans précédent. Néanmoins, leur ancrage dans la société ne s’est pas manifesté ex nihilo.

À la suite de recherches quantitatives dans des dimensions diachronique et synchronique avec les bases de données du logiciel HyperBase de l’Institut National de l’Audiovisuel, Sylvain Paillette et Bernard Delforce distinguent trois étapes de la médiatisation des Jeux Paralympiques. La première s’étend de 1960, date des premiers Jeux Paralympiques qui se sont tenus à Rome à 1988 et les Jeux Paralympiques d’hiver d’Innsbruck. Bien que cette période soit la plus longue, elle demeure la moins féconde. En vingt-huit ans, seulement vingt-sept reportages ont été bâtis.  La logique médiatique de cette période est informationnelle puisque seuls les journaux télévisés diffusent les reportages. Cette diffusion sporadique s’inscrit dans la logique dite des « petits sports ». Les journalistes ne sont pas spécialisés et diffèrent d’un reportage à l’autre. Une médiatisation propre aux Jeux Paralympiques n’est pas alors mise en place.

L’irrégularité de la visibilité médiatique est accentuée par les inégalités entre les Jeux d’hiver et d’été. En effet, en 1976, les Jeux Paralympiques d’hiver se tenant à Örnsköldsvik en Suède ont fait l’objet d’un temps de diffusion total d’une heure et trente-trois minutes alors que les Jeux Paralympiques de Toronto se déroulant l’été de la même année, ne comptabilisent que six minutes et trente-sept secondes dans le paysage audiovisuel.

La seconde phase concerne la période allant des Jeux d’été de 1988 à Séoul, aux Jeux d’hiver de 1994 à Lillehammer en Norvège. Durant ces six années, soixante-quinze reportages ont été diffusés, toutes chaines confondues. Cet accroissement est pluriel, il concerne à la fois le nombre de reportages effectués et diffusés mais aussi le nombre d’heures totales de diffusion ainsi que les interviews réalisées. Par conséquent, l’handisport de haut niveau semble se faire une place de plus en plus marquée au sein du paysage médiatique.

La troisième période identifiée par les chercheurs est celle allant 1996 au début des années 2000. Elle marque un accroissement net et une diversification des reportages répertoriés au nombre de cent cinquante-sept. On note néanmoins l’émergence d’une différentiation médiatique entre la couverture des Jeux d’hiver de Nagano et de ceux d’été se déroulant à Sydney. En effet, la compétition hivernale fait l’objet de vingt-six reportages contre pas moins de soixante-cinq pour l’olympiade australienne. De même, une distinction entre les organismes diffuseurs se creuse : les reportages diffusés dans des magazines sportifs sont plus nombreux que les correspondances émises lors de Journaux télévisés.

La décennie des années 2010, point d’ancrage de notre travail, marque un tournant à la fois quantitatif et qualitatif. Plus de quatre milliards de téléspectateurs ont suivi la transmission en direct de la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques de Londres qui s’est déroulée dans un stade qui affichait complet. Une campagne publicitaire inédite a été déployée en Grande Bretagne et les retransmetteurs que sont les réseaux sociaux ne cessent de croitre. Pour les Jeux de Rio, la France a mis en place un dispositif pour retranscrire pas moins de cent heures de direct. De même, les médiums de diffusions se transforment via des sites et des applications. Un relai de l’écran télévisé à l’écran des smartphones s’opère. De Londres à Rio, une mise en visibilité médiatique attachée à la représentation du super-héros se développe. La chaine de télévision Channel 4 a créé deux spots promotionnels « Meet the Superhumans » en 2012, puis « We’re The Superhumans » en 2016. En France, un documentaire de quatre-vingt-cinq minutes intitulé « Les Super-Héros » écrit et réalisé par Elsa Lhéritier et Delphine Valeille a été diffusé en prime time sur France TV avant la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques. Il retrace le parcours de Michael, Marie-Amélie, Théo, Sandrine et Mathieu, athlètes paralympiques présentés comme de véritables héros des temps modernes qui accomplissent des efforts surhumains.

Un dépassement de la conception classique du « superhuman » et du manichéisme attaché au super-héros s’opèrent par le « recyclage » et le « contournement », propres à une démarche postmoderne. Avec l’usage de la technologie pour surmonter la déficience physique, une conception du corps mi-homme, mi-machine est entérinée.

Les prothèses, les fauteuils roulants, les appareillages sont présentés comme des assimilations par la machine des attributs humains. La technologie moderne forme ainsi le prolongement des membres ou des organes qui font défaut, créant ainsi des figures d’athlètes hybrides, héritées des productions culturelles attachées au cyborg. Ce dernier est un mélange d’artificiel et de biologique qui donne naissance à un humain différent. (Cf Terminator, Robocop etc..). De plus, le cyborg est historiquement lié à l’armée. Pour les soldats vétérans, la prothèse vient dédommager leur corps, remplacer la perte du sacrifice. Dans le sport, l’héroïsme est la capacité à repousser ses limites, à dépasser sa condition. La réussite se fait au travers de corps établissant une nouvelle norme par des corporalités singulières, peu communes voire anormales. La symbolique et sa mise en spectacle dans le champ sportif gomme les effets de la monstruosité (entendue en tant que monstrum) pour tendre vers une uniformisation de l’image des athlètes en situation de handicap. Ce traitement spécifique mélioratif relève du phénomène de discrimination positive. Il recréé une nouvelle forme de stigmatisation recevable et acceptable par la société via un traitement spécifique. Néanmoins, derrière le faste du spectacle sportif, se jouent des usages et des apprentissages complexes de la technique.

 

La réalité de l’appareillage : la prothèse aux antipodes du sublime

 

« Lorsque j’enlève ma lame de course pour remettre ma prothèse de marche après un entrainement ou une compétition, j’ai l’impression que ma jambe amputée pèse 100kg, je me sens lestée par ma prothèse de ma vie de tous les jours ».

Cet extrait d’un entretien réalisé avec une sprinteuse handisport Lorraine, bien que teinté d’un ton hyperbolique, met en avant un aspect fondamental de la réalité prothétique. En effet, un décalage significatif s’opère entre les représentations médiatiques et les situations vécues par les athlètes.

Pour préciser le contexte des représentations diffusées au travers du prisme des médias, nous avons l’ambition d’établir un savoir d’expérience afin d’explorer la réalité de l’appareillage. Ce travail d’investigation est composé d’observations participantes alliant la mixité handi-valide et d’entretiens semi-directifs auprès d’athlètes paralympiques et de leurs proches. Les observations ont été réalisées dans des centres de rééducation, dans des clubs sportifs ainsi que sur des compétitions handisport et des évènements où athlètes valides et handi concourent sur les mêmes infrastructures, le même jour.

 

Notre pré-analyse met en lumière une acceptation sociale et personnelle bonifiées par la pratique positive.

La confiance en soi, le sentiment de maitrise corporelle et de puissance sont autant de points soulignés par l’échantillon d’athlètes représentatifs des sportifs de haut niveau en situation de handicap. Une vision capacitaire est fortement développée.

Les prothèses sont signalées comme appartenant à un champ hyper spécialisé et couteux. L’absence de prise en charge par la sécurité sociale pose le problème de l’équité d’accessibilité, plus particulièrement pour les enfants dont la croissance nécessite des changements et des ajustements très fréquents.

La lame de course ne représente qu’une partie infime de la réalité du vécu. L’usage est réservé à une épreuve particulière. De la course aux sauts en athlétisme par exemple, la même prothèse ne peut être utilisée. Ce qui complexifie la pratique sportive. De plus, les représentations de prolongement du corps par la machine sont démantelées. L’interface entre l’organique et l’artificiel n’est pas sans souffrances. Des pressions et des frottements s’exercent entre le moignon et l’emboîture de la prothèse. Ces compressions sur les parties molles lorsqu’elles sont répétitives peuvent, à terme, provoquer de vives douleurs voire une boiterie. Aussi, le mouvement du corps avec des lames de course n’est pas inné. Des résultats d’observations menées lors de premiers essais de ce type de prothèses témoignent de chutes répandues et usuelles.

Les schémas de course apparaissent peu naturels avec une tendance à griffer en un mouvement semi circulaire, bien loin de l’imaginaire où l’on revêt la prothèse comme un costume qui sublime l’existence. Un coureur valide peut pousser sur le sol avec la chaîne musculaire de sa jambe. L’ensemble de l’énergie est propulsé au sol dès que le coureur bascule en avant. Le sportif génère sa propre énergie avec ses muscles. A l’inverse, un coureur équipé d’une prothèse a un mode de fonctionnement énergétique qui diffère. Sous la masse corporelle de l’athlète, la prothèse se courbe au contact du sol, stockant ainsi de l’énergie. La phase de restitution de cette énergie se produit lorsqu’à la fin de la foulée, la prothèse se détend, générant une force horizontale à partir de la force verticale initiale. Un coureur prothétique puise au cœur de ses muscles fessiers pour créer son mouvement à l’origine de l’énergie. Par conséquent, les prothèses ne sont que des relais transmetteurs de l’énergie qui les traverse. Une démythification de l’augmentation par la technologie éclot. Il y a donc un déséquilibre des usages musculaires entre le corps d’un coureur valide et d’un coureur appareillé. La comparaison des performances entre ces deux profils d’athlètes est difficilement opérable car ce sont deux modes corporels distincts.

D’autre part, avant de pouvoir courir, il faut aux patients amputés réapprendre à marcher grâce à un parcours de rééducation et de réadaptation en vue de répondre à leur projet de vie et à leurs besoins et attentes. La visée n’est pas performative mais elle est celle d’une instauration d’autonomie durable.

La prothèse s’inscrit moins dans une dynamique d’augmentation que de compensation en vue de l’intégration et du mieux-être du patient.

 

Conclusion

La prothèse est un mécanisme qui rend possible la réappropriation d’un corps brisé au cœur d’un itinéraire thérapeutique. Elle redessine les contours d’un corps morcelé et vient réguler une identité fragmentée pour rouvrir un champ des possibles moteurs et sociaux dont le sport fait partie intégrante. Dispositifs de compensations avant d’être des supports au service de la performance, les appareillages s’insèrent dans une logique réparatrice bénéfique à la construction de représentations collectives positives des personnes en situation de handicap. Depuis 2012, une vision ultra capacitaire empruntée à la culture mainstream entoure les exploits des sportifs paralympiques. Véritables super-héros des stades, ils véhiculent une image de « surhomme » transcendant le handicap. Les frontières entre l’imaginaire cybernétique et la réalité semblent de plus en plus poreuses. Néanmoins l’humain augmenté alimenté par la science-fiction en est encore à un stade expérimental en laboratoires. Il est peu transposable à la vie quotidienne des personnes en situation de handicap par la complexité et le coût de sa fabrication et de son aménagement.

La mise en visibilité des prothèses, actrices d’une course technologique concurrentielle entre les grands fabricants place le corps en tant qu’objet au service d’une performance technologisée. Cet établissement de performance par le soutien mécanique soulève une triangulation d’enjeux entre la transformation, la restauration et l’augmentation. L’amélioration de l’existence est un motif du courant transhumaniste qui considère la condition actuelle de l’Homme comme étant fragile. L’humain est alors améliorable par un couplage avec la machine. L’idée d’un corps-support transformable par des technologies le rendant supérieur est au centre de débats éthiques et sociétaux.

Il s’agit de dégager le degré d’humanité dans l’humain : que faut-il ajouter ou soustraire pour au corps pour façonner un être foncièrement humain ?

Agir sur le monde par le biais de la transformation pose le problème d’accessibilité, d’acceptabilité et de diffusion.  Sommes-nous face à des vertus émancipatrices ou aliénatrices des avancées technologiques ? Dans une transgression évolutive ? Face à cette controverse liée à l’irruption du corps technologisé et transcatégoriel dans l’arène sportive, l’institution garante de l’éthique et des réglementations, le Tribunal Arbitral du sport, semble mener une lutte en faveur de la préservation de l’esprit du sport, de ses normes et valeurs. Un duel entre l’impérialisme technologique et la préservation de la normativité catégorielle est enclanché. Le sport, à la fois miroir de notre société et vaste champ d’expérimentation voire d’anticipation, doit-il changer de paradigme ? L’expansionnisme technologique marque-t-il l’érection d’autres repères ?

Le premier cybathlon s’est tenu le 08 octobre 2016 à Zurich. Véritable coup de projecteurs sur les appareillages les plus évolués, ces Jeux Bioniques composés de six épreuves correspondant chacune à un type de handicap, revêtent un fonctionnement similaire aux Jeux Paralympiques. Est-ce alors une compétition permettant d’endiguer la culture technicienne pour préserver des lignes de démarcations ?

L’objectif revendiqué des appareils d’assistance robotisée utilisés au sein de ces jeux cybernétiques est la capacité de réinvestissement dans la vie de tous les jours.  En ce sens, les prothèses, fauteuil et exosquelettes ne sont pas créés uniquement pour la compétition comme c’est le cas dans le sport paralympique. La possible transposition de la technologisation des corps dans un champ social plus vaste ouvre un questionnement sur le rapport de l’Homme à ses créations techniques. Les usages dépassent ainsi le cadre de la thérapeutique. Cette sortie du domaine médico-sportif fait jaillir l’anthropotechnie, l’« art ou technique de transformation non médicale de l’être humain par intervention sur son corps » (Goffette, 2013). Sa finalité n’étant pas réparatrice, pas une lutte contre une maladie ou une incapacité, elle cristallise d’avantage le débat sur le couplage corps-machine.

 

Bibliographie

Andrieu, Bernard. Devenir hybride, Presses universitaires de Nancy, 2008.

Andrieu, Bernard. Les avatars du corps : une hybridation somatechnique, Liber, 2011.

Barthes, Roland. Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Besnier, Jean-Michel. Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ? Hachette Littérature, coll. « Haute tension », Paris, 2009.

Bruant, Gérard. Anthropologie du geste sportif. La construction de la course à pied. Presses universitaires de France, Paris, 1992.

Diana, Jean-François. Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures, Éditions universitaires de Lorraine collection Questions de communication, série actes, 2013.

Gardin, Eve. L’apprentissage du corps après l’accident, Presses universitaires de Grenoble, 2008.

Goffette, Jérôme. « De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie », pp. 85-106 in Kleinpeter (Edouard) (dir.) : L’Humain augmenté, Paris, CNRS Editions, 2013.

Marcellini, Anne, et al. « « La chose la plus rapide sans jambes ». Oscar Pistorius ou la mise en spectacle des frontières de l’humain », Politix, vol. 90, no. 2, 2010, pp. 139-165.

Mauss, Marcel. « Les Techniques du corps » dans Sociologie et Anthropologie, PUF, Paris, (1936, 1ere ed.), 1950.

Level, Marie, Lesage, Thierry. « Objets sportifs et corps sensibles : entre cultures matérielles et expériences corporelles », Staps numéro 98, 2012/4, pp.23-38.

Paillette, Sylvain, Wille, Fabien, et Delforce, Bernard. « Quelques résultats de la médiatisation du handisport aspects de méthode », Reliance, vol. no 15, no. 1, pp. 68-70, 2005.

Parlebas, Pierre. Eléments de sociologie du sport, Presses universitaires de France, Paris, 1986.

Ripoll, Hubert. La résilience par le sport, Odile Jacob, Paris, 2016, pp. 144-145.

Vigarello, Georges. « Pour une anthropologie culturelle dans le champ des pratiques sportives ». Actes du colloque : Anthropologie du sport, perspectives critiques, 10-20 avril, La Sorbonne, 1991. AFIRSE, Quel Corps ? pp. 146-151.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *