Communication de crise en phase post-accidentelle nucléaire

Antonin Segault, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (4ème année) sous la direction de Ioan Roxin, au sein du laboratoire ELLIADD, à l’Université de Franche-Comté.

Communication de crise en phase post-accidentelle nucléaire

Introduction

En 2017, 447 réacteurs nucléaires produisent de l’électricité dans le monde (IAEA, 2017). S’y ajoutent les nombreuses installations dédiées à la production et au retraitement du combustible nucléaire, aux applications médicales des rayonnements, à l’armement nucléaire, à la recherche et à certains domaines de l’industrie. Ces installations connaissent régulièrement des incidents de faibles ampleur (ASN, 2017), sans conséquence sur l’environnement et les populations alentour. Cependant, au cours des dernières décennies, plusieurs accidents nucléaires majeurs ont contaminé de large territoires et affecté les vies de centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, les pays exploitant l’énergie nucléaire – notamment en Europe – doivent se préparer à l’éventualité d’un nouvel accident de ce type (Schaub, 2016).

Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet de recherche SCOPANUM (Stratégies de COmmunication de crise en gestion Post-Accident NUcléaire via les Médias Sociaux) financé par le CSFRS (Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques). SCOPANUM associe des chercheurs du laboratoire ELLIADD (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours) et des experts du CEPN (Centre d’étude sur l’Évaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire) autour des objectifs suivants :

  • analyser les usages des médias sociaux en phase post-accidentelle nucléaire (PAN) ;
  • fournir des préconisations pour l’intégration des médias sociaux dans les stratégies de communication en phase PAN ;
  • réaliser un démonstrateur d’une plateforme sémantique en soutien à la communication de crise de type PAN.

Dans cet article, nous allons présenter le montage méthodologie original mis en œuvre au cours de la thèse. Nous reviendrons tout d’abord sur le cadre théorique de ces travaux avant d’exposer notre problématique de recherche. Nous décrirons ensuite l’articulation des multiples méthodologies employées ainsi que les productions scientifiques qui en ont découlé. Enfin, nous reprendrons les conclusions de la thèse tout en examinant les limites résultant des méthodes employées.

Cadre théorique et problématique

Les situations de crise constituent des moments de rupture, affectant la marche de la société. La gestion de ces situations vise alors à rétablir le fonctionnement normal des organisations touchées (Coombs, 2009). En raison de l’incertitude que génère la survenue d’une crise, les activités de gestion de crise s’accompagnent également d’une « crise de l’information » (Bouzon, 1999). En effet « avoir accès à l’information dont on a besoin en temps opportun permet aux gestionnaires de prendre les bonnes décisions et de réussir leurs opérations et à la population, de se conduire en toute sécurité et de bien appliquer les consignes en connaissance de cause » (Ait Ouarab-Bouaouli, 2008). Par ailleurs, la perception de crises, de leurs gravité et des moyens appropriés pour y répondre diffère fortement selon les individus (Coombs, 2010; Heath, Palenchar, & O’Hair, 2009). La communication de crise, que l’on peut définir comme « la collecte, le traitement et la diffusion de toutes les informations nécessaires à la gestion de la crise » (Coombs, 2010, p20), est par conséquent une composante clef de la gestion des situations de crise. Elle doit prendre la forme d’un dialogue incluant l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise (Covello, 2003).

L’évolution des outils des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) s’est accompagnée d’une transformation progressive des pratiques de communication de crise. Ainsi, au cours des dernières années, les outils du Web – tout particulièrement les médias sociaux (e.g. Twitter, Facebook, Youtube) – ont pris une place croissante lors des situations de crise (Palen, Vieweg, Liu, & Hughes, 2009). Les citoyens y ont développé de nouveaux usages visant à faciliter la gestion collaborative des informations quant au danger ou aux manières d’y échapper (Bruns & Burgess, 2012; Fugate, 2011; Vieweg, Hughes, Starbird, & Palen, 2010), tandis que des outils ont été développés pour appuyer ces nouvelles formes de communication de crise (e.g. Facebook Safety Check, Google SOS Alerts). Les technologies du Web Sémantique se sont également révélées utiles pour l’organisation des connaissances relatives à la crise, favorisant  l’interopérabilité entre l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise (Liu, Shaw, & Brewster, 2013).

Les accidents nucléaires majeurs tels que ceux survenus à Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011) sont à l’origine de crises à large échelle (Fairlie & Sumner, 2006; Gorre, 2014; IAEA, 2014). Les personnes vivant dans les larges territoires contaminés par des particules radioactives sont soumis à des contre-mesures (e.g. évacuation, restrictions alimentaires, suivi médical) visant à limiter leur irradiation. Ces personnes doivent pour cela s’approprier de nouvelles connaissances parfois très techniques (e.g. mesure de la radioactivité, gestion des déchets) et changer durablement leurs comportements (SAGE Project, 2005). En cela, la situation post-accidentelle nucléaire (PAN) constitue un défi en matière de communication de crise.

En France, des recommandations ont été développées en prévision d’une situation PAN (CODIRPA, 2012), mais nous semblent inadaptées.. D’une part, les stratégies de communication proposées sont majoritairement descendantes (top-down), à l’initiative des experts, laissant peu de place au dialogue avec les citoyens. Par ailleurs, elles ne s’appuient pas sur le potentiel de TIC pour l’organisation et la diffusion des connaissances – les médias sociaux n’y sont présentés que comme des menaces pesant sur la parole des autorités. La problématique suivante a donc été formulée : « L’usage des technologies de l’information et de la communication peut-il contribuer à la mise en place d’une communication de crise plus adaptée aux spécificités des phases post-accidentelles nucléaires ? »

Montage méthodologique

Pour répondre à cette problématique, nous avons tout d’abord examiné les usages existants des TIC en situation PAN. Nos recherches ont pour cela porté sur les « pratiques informationnelles » qui se sont déployées au lendemain de l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi, seul exemple d’accident nucléaire survenu à l’ère du Web social. La notion de « pratiques informationnelles » désigne « la manière dont l’ensemble de dispositifs, des sources, des outils, des compétences cognitives sont effectivement mobilisés dans les différentes situations de production, de recherche, traitement de l’information » (Chaudiron & Ihadjadene, 2010). L’analyse de ces pratiques s’inscrit au sein du champ des « études d’usages », dans lequel l’« observateur décrit comment les agents se coordonnent entre eux et avec les dispositifs techniques, en habitant de façon durable dans un environnement équipé de technologies. » (Proulx, 2015). Les concepts et outils associés à champ de recherche ont donc constitué la première partie du cadre méthodologique de cette thèse.

Cependant, en raison des objectifs du projet SCOPANUM, une partie des travaux de cette thèse relèvent de la recherche appliquée, notamment pour la conception et l’évaluation de nouveaux outils d’aide à la communication de crise. Nous avons donc également adopté une approche pouvant être qualifiée de « recherche-développement », au cours de laquelle « le chercheur est engagé à la fois dans des activités de développement et dans l’analyse de ces activités » (Loiselle & Harvey, 2007, p,44). Comme la recherche-création dans le domaine de l’art, la recherche-développement repose sur une boucle de rétroaction, articulant deux formes d’activités aux finalités différentes (Bouchardon, 2013). Le chercheur-développeur est amené à adopter un recul critique sur les pratiques de développement qu’il met en œuvre, nourrissant ainsi ses recherches.

Si la recherche-développement peut être constituée de deux phases – développement et recherche –  temporellement distinctes, celles-ci peuvent également être menées en parallèle (Loiselle & Harvey, 2007). La démarche de recherche employée pour cette thèse s’inspire pour cela du cycloïde de « recherche-action » décrivant l’alternance de phases d’étude et de réalisation dans le domaine de l’audiovisuel (Lamboux-Durand, 2016, p,168). Nos recherches ont ainsi pris la forme d’une succession de phase d’étude des usages, de conception d’outils et d’évaluations expérimentales.

Figure 1: Cycloïde de recherche-action (Lamboux-Durand, 2016)

 

Études et résultats

Nos travaux ont en premier lieu porté sur les mesures de la radioactivité, des données indispensables à la gestion d’une situation PAN. À travers une revue de littérature, nous avons étudié le rôle important qu’ont joué les outils du Web dans la production et le partage de mesures après l’accident de Fukushima. Une étude a ensuite été réalisée pour évaluer le potentiel de robots utilisant la plateforme Twitter pour diffuser automatiquement les mesures effectuées à l’aide de radiamètres connectés (Segault, Tajariol, & Roxin, 2015b). Sur la base des résultats fournis par cette première étude, les métadonnées accompagnant les mesures de la radioactivité ont été explorées plus en détail. Ce travail s’est appuyé sur une analyse de traces d’usages collectées sur Twitter mais aussi sur une enquête réalisée auprès d’experts en radioprotection et d’utilisateurs non-experts. Les résultats de cette seconde étude ont permis le développement de recommandations visant à favoriser la qualité des mesures publiées, ainsi que d’un prototype de robot s’appuyant sur ces recommandations (Segault, Tajariol, Ishigaki, & Roxin, 2016; Segault, Tajariol, & Roxin, 2016).

Figure 2: Tweet produit par un robot-radiamètre

 

Dans une seconde série d’études, nous nous sommes plus largement intéressé au bagage de connaissances pratiques que les personnes vivant dans une zone contaminée ont besoin d’acquérir au cours de la situation PAN. En l’absence de base de connaissances synthétisant les connaissances répondant aux besoins des citoyens – et non seulement celles que les experts jugent utiles aux citoyens – un corpus de documents a été constitué afin d’identifier ces connaissances. Des méthodes de traitement automatique des langues et de modélisation sémantique ont été exploitées pour représenter et organiser les connaissances de manière formelle (Segault, Cotfas, & Tajariol, 2015; Segault, Tajariol, & Roxin, 2015a). Les modèles résultants ont servi de base au développement d’un démonstrateur d’application web mobile à destination des personnes affectées par une situation PAN. Ce démonstrateur a ensuite fait l’objet d’une évaluation en vrai grandeur afin d’étudier la pertinence des outils d’accès aux connaissances proposés. Nous avons pu ainsi dégager plusieurs pistes d’amélioration de l’application, ainsi que des indications pour la mise en œuvre d’une évaluation plus complète.

Figure 3: Interface mobile du prototype Ginkgo

L’ensemble de ces travaux peuvent être replacés dans le cycloïde de recherche-action qui a été décrit plus tôt. Les deux série d’études ont débuté par une phase d’étude, que ce soit à travers la revue de littérature, l’analyse de traces ou l’étude des outils existants. Ces études ont ensuite nourri une démarche de conception aboutissement au développement d’outils – logiciels, comme des prototypes d’applications, ou informationnels, comme des recommandations. La phase d’évaluation n’a cependant pu être atteinte que pour l’application mobile, tandis qu’elle reste à faire pour le prototype de robot. Par ailleurs, aucune de ces deux séries de travaux n’a pu boucler un cycle complet et initier une nouvelle phase d’étude portant sur les usages des dispositifs préalablement développés. Divers conclusions peuvent néanmoins en être tirées.

Discussions et conclusions

Les travaux réalisés au cours de cette thèse nous ont permis d’apporter des réponses concrètes – sous la forme d’outils informationnels ou techniques – aux besoins exprimés dans le projet SCOPANUM. Ils ont également été à l’origine de nombreux apports théoriques et méthodologiques quant aux opportunités offertes par les outils du Web pou la communication de crise en situation PAN. En effet « pouvoir être associé en tant que sciences sociales à la production de ces systèmes d’information est souvent la seule chance d’en comprendre les ressorts » (Boullier, 2016, p.319).

Ainsi, nous avons vu que les usages des médias sociaux par les citoyens pouvaient ne pas être adaptés aux spécificités de la situation PAN et nécessiter l’apport de savoir experts, notamment sous la forme d’outils ad-hoc. Plus généralement, les médias sociaux semblent constituer un terrain prometteur pour restaurer le dialogue entre les citoyens et les experts, mais seulement si ces derniers adoptent des stratégies de communication plus ouvertes. Enfin, nos recherches ont confirmé les différences de perception de la crise existant entre les multiples acteurs de la crise et mis en évidence des obstacles mais aussi des pistes de travail pour l’étude des perceptions des citoyens.

Néanmoins, plusieurs remarques peuvent être faites sur la méthodologie mise en œuvre durant ces études. Tout d’abord, les deux axes de recherche-développement que nous avons présenté ont été poursuivis en parallèle, tout au long de la thèse, sans vraiment se rejoindre. Malgré leurs trajectoires différentes – l’un provenant directement des objectifs du projet SCOPANUM, l’autre ayant émergé de nos travaux exploratoires – des passerelles auraient pu être créées afin de mieux combiner leurs résultats. Par ailleurs, les deux cycles de recherche-développement se sont étalés sur plusieurs années, avec des phases d’étude et de conception souvent très longue en raison des objectifs ambitieux que nous avons fixés. La définition d’objectifs intermédiaires, selon une approche plus agile, aurait probablement raccourcit les cycles, nous permettant d’adopter le fonctionnement itératif prescrit dans le schéma du cycloïde de recherche-action. Enfin, le choix de poursuivre ces deux axes de recherches tout au long de la thèse a nécessité d’abandonner d’autres thématiques de recherche, parfois prometteuses, par manque de temps et de ressources. L’adoption d’un fonctionnement plus agile aurait également facilité l’exploration d’un plus grand nombre de pistes.

Ces remarques ne remettent cependant pas en cause le choix d’une démarche de recherche-développement, mais seulement certains aspects de son implémentation dans le cadre de cette thèse. Dans le contexte économique actuel, le financement de la recherche et notamment des thèses dépend de manière croissante du subventionnement de projet à court terme par des organismes publics ou privés – y compris dans le domaine des sciences humaines. Le développement de nouvelles démarches de recherche appliquée est alors impératif pour combiner au mieux les demandes des commanditaires des projets et les objectifs de la recherche scientifique.

Bibliographie

Ait Ouarab-Bouaouli, S. (2008). Pour une équité dans l’accès à l’information en cas de catastrophes. Communication, 26(2), 174‑193.

ASN. (2017). Avis d’incident des installations nucléaires. Consulté à l’adresse https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires

Bouchardon, S. (2013). The research and creation approach in digital literature. Présenté à Electronic Literature Organization (ELO) Conference.

Boullier, D. (2016). Sociologie du numérique. Armand Colin.

Bouzon, A. (1999). Communication de crise et maîtrise des risques dans les organisations. Communication et organisation, (16). Consulté à l’adresse https://communicationorganisation.revues.org/2257

Bruns, A., & Burgess, J. E. (2012). Local and global responses to disaster: #eqnz and the Christchurch earthquake. In Proceedings of the Disaster and Emergency Management Conference (p. 86–103).

Chaudiron, S., & Ihadjadene, M. (2010). De la recherche de l’information aux pratiques informationnelles. Études de communication, (35), 13‑30.

CODIRPA. (2012). Eléments de doctrine pour la gestion post-accidentelle d’un accident nucléaire. ASN. Consulté à l’adresse http://post-accidentel.asn.fr/content/download/53098/365511/version/1/file/Doctrine_CODIRPA_NOV2012.pdf

Coombs, W. T. (2009). Conceptualizing crisis communication. In Handbook of risk and crisis communication (p. 99–118). New York: Routledge.

Coombs, W. T. (2010). Parameters for crisis communication. In The handbook of crisis communication (p. 17–53). Blackwell Publishing Ltd.

Covello, V. T. (2003). Best practices in public health risk and crisis communication. Journal of Health Communication, 8(S1), 5–8.

Fairlie, I., & Sumner, D. (2006). The other report on Chernobyl (TORCH). Altner Combecher Foundation, Berlin.

Fugate, C. (2011). Understanding the power of social media as a communication tool in the aftermath of disasters. Senate Committee on Homeland Security and Governmental Affairs, Subcommittee on Disaster Recovery and Intergovernmental Affairs: Federal Emergency Management Agency. Consulté à l’adresse https://beta.fema.gov/pdf/about/programs/legislative/testimony/2011/5_5_2011_use_of_social_media_in_disasters.pdf

Gorre, F. (2014). Tremblement de terre, tsunami et accident nucléaire de la centrale de Fukushima : état des lieux des conséquences et des actions engagées trois ans après. Consulté à l’adresse http://www.ccr.fr/-/avis-expert-fukushima-3-ans-apres

Heath, R. L., Palenchar, M. J., & O’Hair, H. D. (2009). Community building through risk communication infrastructures. Handbook of risk and crisis communication, 471–487.

IAEA. (2014). Experiences and Lessons Learned Worldwide in the Cleanup and Decommissioning of Nuclear Facilities in the Aftermath of Accidents (IAEA Nuclear Energy Series No. NW-T-2.7). Consulté à l’adresse http://www-pub.iaea.org/books/IAEABooks/10621/Experiences-and-Lessons-Learned-Worldwide-in-the-Cleanup-and-Decommissioning-of-Nuclear-Facilities-in-the-Aftermath-of-Accidents

IAEA. (2017). Operational & Long-Term Shutdown Reactors. Consulté à l’adresse https://www.iaea.org/PRIS/WorldStatistics/OperationalReactorsByCountry.aspx

Lamboux-Durand, A. (2016). Production et usage de l’audiovisuel en contexte scientifique: Les témoignages pour des lieux d’exposition. Éditions universitaires européennes.

Liu, S., Shaw, D., & Brewster, C. (2013). Ontologies for Crisis Management: A Review of State of the Art in Ontology Design and Usability. In ISCRAM 2013 Proceedings of the 10th International Conference on Information Systems for Crisis Response and Management.

Loiselle, J., & Harvey, S. (2007). La recherche développement en éducation: fondements, apports et limites. Recherches qualitatives, 27(1), 40–59.

Palen, L., Vieweg, S., Liu, S. B., & Hughes, A. L. (2009). Crisis in a networked world features of computer-mediated communication in the April 16, 2007, Virginia Tech Event. Social Science Computer Review, 27(4), 467–480.

Proulx, S. (2015). La sociologie des usages, et après ? Revue française des sciences de l’information et de la communication, (6). Consulté à l’adresse http://rfsic.revues.org/1230

SAGE Project. (2005). Guidance on Practical Radiation Protection for People Living in Long-Term Contaminated Territories. Consulté à l’adresse http://www.ec-sage.net/members/wp4_handbook.pdf

Schaub, C. (2016). Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe. Consulté à l’adresse http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/03/il-faut-imaginer-qu-un-accident-de-type-fukushima-puisse-survenir-en-europe_1437315

Segault, A., Cotfas, L.-A., & Tajariol, F. (2015). A semantic system for knowledge sharing in post-nuclear-accident situations. In Workshop on Semantics and Analytics for Emergency Response (SAFE2015). Kristiansand, Norway.

Segault, A., Tajariol, F., Ishigaki, Y., & Roxin, I. (2016). Sharing Radiation Measurements Through Social Media: A Methodological User-Oriented Proposal Set of Guidelines. International Journal of Information Systems for Crisis Response and Management, 8(2), 17‑30.

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2015a). A SKOS Radiation Safety Thesaurus for People Living in Contaminated Territories. In N. B. B. Saoud, C. Adam, & C. Hanachi (Éd.), Information Systems for Crisis Response and Management in Mediterranean Countries (p. 116‑123). Springer International Publishing. Consulté à l’adresse http://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-319-24399-3_10

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2015b). Twitter, robots et radiamètres : des objets connectés pour la diffusion de l’information après un accident radiologique. In H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets : de l’hypertexte à l’hyper-objet (p. 100–112). Paris, France: ISTE Editions.

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2016). Robots-radiamètres, propositions pour la complétude des mesures de la radioactivité. In Nouveaux défis de l’Internet des Objets: Interaction Homme-Machine et Facteurs Humains. Paris, France. Consulté à l’adresse https://ido2016.sciencesconf.org/122772

Vieweg, S., Hughes, A. L., Starbird, K., & Palen, L. (2010). Microblogging during two natural hazards events: what twitter may contribute to situational awareness. In Proceedings of the SIGCHI conference on human factors in computing systems (p. 1079–1088). ACM.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *