La radio en Afrique : discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger

Idé Haman,

Doctorant en Sciences du langage (3ème année) à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle CCM. Sous la direction d’Andrée Chauvin-Vileno (PRSc. du langage) et de Séverine Equoy-Hutin (MCF Sc. de l’information et de la communication).

La radio en Afrique : discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger

 

Depuis leur création, les radios publiques en Afrique ont été considérées comme des médias d’État (Perret, 2010) et ont joué le rôle d’outils de propagande politique (Livingstone et Lunt, 1994). Considérée comme instrument de l’armée coloniale, la radio n’était pas, à ses débuts, destinée à l’information des populations. Pendant longtemps, celles-ci n’ont d’ailleurs pas eu accès au média de façon équitable, notamment à cause de la pauvreté, du niveau d’alphabétisation et de la fragilité, voire de l’absence du réseau électrique dans les territoires (Capitant, 2008).

Dans les années 80, l’apparition des chaînes transnationales échappant au contrôle des autorités a permis aux publics de se passer des médias d’État (Ba, 1996). Cela a conduit à l’expansion des réseaux de diffusion des médias classiques gouvernementaux et à la création de stations régionales. L’avènement de la démocratie au Niger (1991) a permis la création de stations de radios privées (R&M, 1994 ; Radio Anfani, 1995) et le développement de radios communautaires (Bankilaré, 1999 ; Tchintabaraden, 2000). Cet événement majeur a suscité un intérêt certain dans le champ des études sur la radio en Afrique. En effet, des organisations internationales (Unesco, Institut Panos), des chercheurs (Tudesq, 1994 ; Frère, 2000) et des journalistes (Ilboudo, 1992) ont organisé des manifestations scientifiques et publié des travaux sur la radiophonie en Afrique. Des recherches ont ainsi vu le jour, et ont été consacrées par exemple à la pénétration du média et à son développement depuis l’époque coloniale jusqu’à la libéralisation en 1990 (Lenoble-Bart &Tudesq, 2008). D’autres études ont porté sur la radio en Afrique d’un point de vue historique, sous l’angle des conditions de réception, et ont attiré l’attention, par exemple, sur le harcèlement dont ont fait l’objet les journalistes de la part des autorités (Tudesq, 1995, 2002 ; Capitant, 2008 ; Frère, 2015 & 2016). Au Niger, quelques travaux sur le contexte sociopolitique notamment (Maignan, 2000 ; Issa A., 1996) ont été publiés, mais ce pays reste un terrain peu exploré : les conditions de production, de diffusion et d’usage de la radio au Niger de même que le discours radiophonique n’ont pas encore suscité l’intérêt de la recherche en Sciences du Langage et en Sciences de l’Information et de la Communication.

La thèse se propose d’analyser les « aspects du discours radiophonique » (Charaudeau, 1984 et 2011) de la radio d’état, la Voix du Sahel, en relation étroite avec les réalités sociales comme le préconise Tudesq (1999). Cela suppose de tenir compte du contexte politique, économique, sociolinguistique, religieux (Damome 2014), du paysage médiatique dans sa globalité, avec notamment l’émergence des radios privées et communautaires et de nouveaux dispositifs de communication. Ce projet suppose également d’articuler études des discours et analyses des pratiques sociales associées à la radio, de s’intéresser aux instances de production et de réception, qu’il s’agisse de professionnels ou d’usagers. Nos questions de recherche sont les suivantes : dans quelle mesure la radio recouvre-t-elle des enjeux sociétaux au Niger ? Est-il possible d’appréhender une idéologie de la Voix du Sahel ? Quelles places sont réservées aux discours politiques et religieux sur cette station et quelles sont leurs orientations ? Quels sont les enjeux du plurilinguisme à la radio ? Les usages et les services ont-ils changé au fil de l’histoire ? Quelles sont les conséquences des évolutions techniques actuelles et leurs impacts sur la radio et la société nigérienne ?

Dans un premier temps, nous aborderons le cadre théorique et méthodologique sur lequel nous appuyons notre analyse. Dans un deuxième temps nous nous intéresserons au contexte  historique et social des discours radiophoniques de la Voix du Sahel, au statut des radios de service public en Afrique, et enfin nous présenterons l’enquête de terrain visant à analyser les pratiques des professionnels et des publics.

1. Cadre théorique et méthodologique

1.1. Territoire disciplinaire et présentation du corpus

La thèse s’inscrit dans un cadre bi-disciplinaire en Sciences du Langage et en Sciences de l’Information et de la Communication. Cette double appartenance est due à la nature de nos objectifs et de notre objet, le discours radiophonique étant envisagé dans ses relations aux pratiques et aux usages, mais aussi aux nouveaux dispositifs de communication (Kiyindou, 2016 :46). Elle s’intéresse en effet aux évolutions des supports de communication, aux processus de production, au produit médiatique comme aux usages des acteurs, individuels et institutionnels. Notre approche s’oriente dans des champs disciplinaires qui articulent « discours médiatiques », « réception des médias publics » et « usage et appropriation » (Dacheux, 2009). Elle se situe également en Sciences du langage, dans le champ de l’« analyse du discours des médias » (Charaudeau, 2011). Nous nous référons ainsi particulièrement à l’analyse du discours radiophonique (Maury-Rouan, 2012).

Afin de conduire notre recherche sous l’angle d’une complémentarité entre discours et pratique, nous avons composé un corpus hétérogène et inédit. Nous avons souhaité réunir un important corpus d’émissions, ce qui n’avait jamais été mené jusqu’ici au Niger. Ce corpus, recueilli à partir de l’analyse de la grille des programmes et en fonction des ressources mises à notre disposition, est composé de journaux parlés et de programmes thématiques. Nos archives sonores comportent plus de mille cinq cents émissions de 2008 à 2015 en français et en langues nationales. Le corpus a été collecté à la faveur d’une enquête de terrain menée sur trois mois (juin, juillet, août, 2015) dans plusieurs localités du Niger (Copans, 2005). Il contribue ainsi à nourrir notre réflexion sur le fonctionnement des médias au Niger, et plus particulièrement sur la relation entre la radio et le contexte social, politique et religieux dans ce pays.

1.2. Une méthodologie adaptée

A partir de plusieurs sous-corpus issus des émissions transcrites, nous menons une exploration discursive (Catellani & Errecart, 2017), en nous intéressant par exemple aux récurrences lexicales des noms de responsables politiques, et aux valeurs mises en avant par les locuteurs, rapportées à leur contexte d’emploi (Peytard, 2001). Dans ce corpus nous voulons également définir « les mécanismes » du discours de l’information diffusée à la Voix du Sahel et observer les modalités d’implication des publics. Cette prise en compte des publics a été abordée pour la télévision notamment par Jean-Claude Soulages (2015) et Patrick Charaudeau (1983). Nous proposons de transposer leurs techniques d’analyse sur les émissions radiophoniques. Dans la même perspective, les théories d’analyse de discours développées par Charaudeau (1984, 2011) et Maingueneau (1997, 2002) nous servent de cadre interprétatif pour appréhender les pratiques langagières des professionnels. Afin d’aborder la question des variétés linguistiques (Abolou, 2012), nous conduisons une analyse de la répartition des langues (français, langues locales) dans les programmes de la Voix du Sahel et des conditions dans lesquelles se fait le brassage ou l’alternance de ces langues (Bourdieu, 1982). Robert Escarpit (1981) a souligné l’importance de la langue dans la communication en différenciant la langue véhiculaire qui sert à transmettre les informations de l’État de la langue vernaculaire (dominée). Pour développer une analyse interactionnelle de ces émissions nous recourons aux travaux de Kerbrat-Orecchioni (1990 : 220) et Traverso (1999 : 32).

Il faut noter que nos analyses combinent des discours de radio et des données de terrain. Pour la mise en place et l’analyse de l’enquête, nous nous inscrivons prioritairement dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication : le premier volet de l’enquête consiste ainsi à comprendre les pratiques des auditeurs (Glevarec, 2017) et le second nous a permis de rencontrer les professionnels et les responsables des radios d’État, des radios privées et des radios communautaires afin d’obtenir des informations complémentaires sur les pratiques professionnelles (Glevarec, 2001) et de croiser ensuite les résultats.

L’enquête de terrain nous a permis de constituer un deuxième corpus composé d’entretiens et de questionnaires. Pour l’exploration des résultats de l’enquête, nous utilisons les méthodes déployées par Hervé Glevarec (2001, 2017). En outre, pour explorer le terrain des médias sous l’angle organisationnel, nous avons besoin de cerner les fonctions du journaliste et ses rapports avec les autres membres de la société nigérienne (Wolton, 2000, 2003). Pour développer une approche empirique, nous mobilisons les méthodes d’enquête et d’entretiens (Dereze, 2009). D’autres études consacrées à l’analyse de la radio, comme le récent Manuel d’analyse de la radio (Antoine, 2016), mais aussi les travaux portant sur les nouvelles technologies de communication utilisées par les auditeurs (Kiyindou, 2010, 2016) comme le téléphone portable et l’internet (Damome, 2017, à paraître) présentent un intérêt tout particulier : en effet, la deuxième partie de notre thèse est consacrée à la radio et aux nouvelles technologies de communication au Niger.

                                    2. Contextualisation de l’étude

Notre étude ne peut négliger l’histoire politique, institutionnelle et sociale de la radio au Niger notamment au regard de l’avènement du pluralisme médiatique en Afrique, de la particularité de la radio et de la conception de la notion de « service public » en Afrique. Ces éléments sont à articuler étroitement à l’analyse de discours de la Voix du Sahel qui est en cours et aux résultats de l’enquête de terrain, car ils interviennent nécessairement dans l’interprétation des discours et aident au dépouillement des témoignages des enquêtés. L’enquête a été réalisée au moment de l’inauguration de la TNT au Niger, période pendant laquelle ont commencé les préparatifs de l’élection présidentielle de 2016.

La première radio du Niger a été créée le 18 octobre 1958 à la veille de l’indépendance sous le nom de Radio Niger. À l’époque, elle disposait d’un émetteur de petite puissance qui ne permettait de couvrir que la capitale et ses environs (Stemberg-Sarel, 1961). En 1974, à la suite d’un coup d’État militaire, elle change de nom pour devenir la Voix du Sahel. Sur le plan institutionnel, elle fait partie de l’ORTN1, créé le 11 février 1967. L’avènement de la FM sur le continent africain dans les années 80 (Tudesq, 2002 :12) provoque une révolution dans le secteur de la radiodiffusion publique au Niger. En effet, la modulation de fréquence (FM) est introduite en 1983 avec la construction de la Maison de la radio par le projet de coopération allemande GTZ2. Le même projet a permis l’édification de bâtiments dans toutes les provinces pour créer des stations régionales qu’on appelle « radios des régions » ou « radio jahar » en langue haoussa.

2.1 L’avènement du pluralisme médiatique en Afrique

La chute du mur de Berlin (1989) et l’effondrement des pays communistes de l’ancien bloc de l’Est (Ledos, 2012), incitent les Africains à réclamer plus de droits en demandant le pluralisme des partis politiques et la libéralisation des ondes. Le discours du président Mitterrand inspiré par la perestroïka et l’unification de l’Allemagne, prononcé à l’occasion du 16eme sommet France-Afrique (La Baule, juin 1990) marque une date importante pour la démocratisation du continent. À l’issue de ce sommet, des conférences nationales souveraines sont organisées en Afrique francophone, notamment au Niger, et facilitent l’émergence du multipartisme, de journaux indépendants, de radios et de télévisions privées. Depuis l’avènement du pluralisme et la création du premier journal privé au Niger, Haské (1993), le nombre de journaux s’accroit de manière spectaculaire (Frère, 2000). En 2014, on dénombre 90 journaux sur l’ensemble du territoire national tandis qu’à la même période le Niger comptait 134 radios communautaires. En 2015, le Conseil Supérieur de la Communication a reçu 40 dossiers de demande de création de nouvelles stations (Direction des autorisations du CSC, 2015).

2.2. La radio : média clé au Niger

Au Niger, la radio est le média qui pénètre là où la presse et la télévision n’arrivent pas à s’introduire. Conscient de son pouvoir, l’État s’accapare la radio publique et les journalistes qui y travaillent sont considérés comme des fonctionnaires (Frère, 2016 :105 ; Tozzo, 2005). De ce fait, les programmes de la Voix du Sahel sont largement orientés à des fins politiques. Charaudeau (1984 : 13) note que la radio, selon le système d’information dans lequel elle diffuse, peut être instrument de propagande. Étant la principale et presque la seule source d’information au niveau national, la Voix du Sahel reflète l’idéologie gouvernementale dans toutes ses diffusions. En Afrique, quand on évoque l’importance et la place de la radio sur le continent, l’un des rôles essentiels joués par ce média dans les sociétés contemporaines est celui de « média-carrefour » (Capitant, 2008) en ce sens que « la radio fait le lien entre le rural et l’urbain, entre les populations alphabétisées et illettrées, francophones et locutrices des langues nationales. Mais la radio fait aussi le lien entre différents types de médias, notamment avec la presse écrite » (Capitant, 2008 : 209). En outre, des problèmes tels que le manque d’électricité en milieu rural ou les coupures électriques dans les grandes villes constituent des freins pour l’émergence de ce média.

2.3. La notion de service public radiophonique

Depuis leur création, les radios gouvernementales d’Afrique sont qualifiées de « Radio d’État » ou de « Radio nationale ». La plupart d’entre elles porte le nom du pays. Par exemple : Radio Niger, Radio Mali ou Radio Côte d’Ivoire. Mais, dans la foulée des mouvements de démocratisation (1990), elles ont connu une structuration les conduisant à la dénomination de « Radio de service public » (Tozzo, 2005). La notion de « radio publique » en Afrique désigne un média aux ordres du gouvernement supposé servir l’intérêt public. Cependant, la locution « radio de service public » implique son adaptation au contexte de l’évolution sociopolitique et aux besoins sociaux des populations.

Le contexte africain montre le dynamisme du média radiophonique. Si la radio est présentée comme le média le plus important pour son accessibilité en Afrique, comment peut-on comprendre et percevoir les conditions de travail des journalistes et l’appréciation des publics au Niger ? Pour nous, la réalisation d’une enquête de terrain peut apporter quelques éléments de réponse à cette interrogation.

3. L’enquête de terrain au Niger

L’enquête a pour objectif de déterminer les pratiques d’écoute chez les auditeurs et les pratiques professionnelles des journalistes (Glevarec, 2001). Elle est menée dans quatre régions du Niger : Niamey, Tillabery, Dosso et Maradi. Elle est destinée aux professionnels des médias et aux auditeurs urbains et ruraux auxquels des questionnaires de type porte à porte ont été adressés. Des entretiens semi-directifs nous ont été également accordés par des responsables politiques et médiatiques. Les questions sont adaptées en fonction de la situation socioprofessionnelle des enquêtés et de leur lieu de résidence. Par exemple la question « les nouvelles techniques c’est-à-dire la numérisation peut-elle réussir là où la radio analogique a échoué ? » est posée aux professionnels tandis que la question « connaissez-vous la radio numérique ? » est adressée aux auditeurs.

Figure 1 : Carte du Niger avec au premier plan les zones de couverture de la Voix du Sahel (en vert) et des radios communautaires Alternative, Goudel, IFTIC, Albanna, Marahba et de Bankilaré (en rouge).

3.1. Acteurs interrogés

L’inauguration de la TNT au Niger (2015) nous a donné l’opportunité de prendre contact avec des acteurs politiques et institutionnels qui nous ont accordés des entretiens. Aussi, nous nous sommes entretenus avec des directeurs et chefs de programmes de radios publiques et privées pour obtenir des informations sur le financement de leurs stations et les contenus des programmes. Nous avons également bénéficié d’une visite guidée dans les différents studios de la radio nationale qui nous a permis de développer nos connaissances dans le domaine des pratiques des professionnels.

Le dépouillement de l’enquête est en cours de traitement via un logiciel adapté (Sphinx). L’interprétation des résultats requiert la prise en compte de paramètres sociaux. Nous pouvons également opérer un rapprochement entre ce que disent les textes officiels (Ministère de la communication, CSC, IFTIC) et les témoignages des enquêtés, par exemple sur le programme de numérisation des médias. Cela nous aidera à pointer les changements dans les pratiques et les attentes nouvelles des professionnels et des usagers. Cette enquête apportera sa contribution aux recherches scientifiques actuelles sur la radio en Afrique, sur la situation de ce média au Niger et sur la conception des publics dans le contexte plus large de la communication avec les nouvelles technologies de l’information (Kiyindou, 2016).

Conclusion

Pendant longtemps, au Niger comme ailleurs en Afrique, les radios d’État sont restées sous l’autorité gouvernementale. À partir des années 90, elles changent de statut pour devenir des « radios de service public » (Tozzo, 2005). À ce titre, elles informent les populations en tenant compte de la diversité linguistique du pays. Nous avons mis l’accent sur notre démarche et nos méthodes de travail, en évoquant les particularités de la radio au Niger et de la conception africaine d’une radio de service public. L’enquête de terrain et le corpus d’émissions recueillies doivent nous permettre de faire émerger de nouvelles pistes pour analyser la radio (Antoine, 2016) dans un cadre bi-disciplinaire articulant Sciences de l’information et de la communication et Sciences du langage. Au-delà, les éléments recueillis sont destinés à observer les pratiques et les usages de ce média au Niger au moment où le processus de numérisation est entamé dans ce pays. D’autres approches plus spécifiques centrées par exemple sur les pratiques d’écoute des jeunes ou des femmes (Glevarec, 2017) pourront nous permettre de compléter les résultats de notre enquête, au plus près des réalités africaines, et de contribuer ainsi au débat autour du nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (Kiyindou, 2016 :208), primordial dans les pays en voie de développement.

Notes

Office de Radiodiffusion Télévision du Niger

Agence Allemande de coopération technique

Bibliographie :

Abolou C.R., 2012, Les français populaires africains, Paris, L’Harmattan.

Antoine F., 2016, Analyser la radio, méthodes et mises en pratiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Barry A.O., 2009, Discours d’Afrique, tome1 : pour une rhétorique des identités postcoloniales d’Afrique subsaharienne (2009), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Capitant S., 2008,« La radio en Afrique de l’Ouest, un média carrefour sous-estimé ? L’exemple du Burkina Faso », Réseaux2008/4 (n°150), p. 189-217.DOI 10.3917/res.150.0189.

Catellani A., Errecart A., 2017, « Dialogisme et figures de l’autre dans les rapports sur la « Responsabilité sociétale des entreprises » : exploration discursive et sémiotique ». Accès : https://www.cairn.info/revue-mots-2017-2-p-57.htm.

Charaudeau P., 1984, Aspects du discours radiophonique, Paris, Didier Erudition.

Charaudeau P., 2011, Les médias et l’information l’impossible transparence du discours, Bruxelles, Éd. De Boeck Université.

CopansJ., 2005, L’enquête et ses méthodes, Paris, A. Colin.

Dacheux É., 2009, Les sciences de l’Information et de la communication, Collection Les essentielles d’Hermès, Paris, Éd. CNRS.

DamomeÉ., 2014, Radios et religions en Afrique Subsaharienne, dynamisme, concurrence et action sociale, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac.

Dereze G., 2009, Méthodes empiriques de recherche en communication, Bruxelles, Éd. de Boeck Université.

Escarpit R., 1981, Théorie de l’information et pratique politique, Paris, Seuil.

Frère M. S., 2015, Médias d’Afrique, vingt-cinq années de pluralisme de l’information (1990-2015), Paris, Karthala.

Frère M. S., 2016, Journalismes d’Afrique, Louvain-la-Neuve, De Boéck Supérieur.

Glevarec H., 2001, France culture à l’œuvre : dynamique des professions et mise en forme radiophonique, Paris, CNRS.

Glevarec H., 2017, « Ma radio » Attachement et engagement, Paris, Éd. INA.

Grevisse B., 2016, Déontologie du journalisme, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Ilboudo J.P., 1992, La radio rurale du Burkina dans les années 1980 : étude des conditions de production du discours radiophonique, du contenu du discours radiophonique et de l’auditoire, thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux 3.

Issa Abdourhamane B., 1996, Crise institutionnelle et démocratisation au Niger, Bordeaux, CEAN.

Kerbrat-Orecchioni C., 1990,  Les interactions verbales t. I, Paris, A. Colin.

Kiyindou A., 2010, Technologies de l’information et de la communication. Enjeux et usages pour le développement, Paris, H. Lavoisier.

Kiyindou A., 2016, Les sciences de l’information et de la communication par-delà les frontières, Paris, L’Harmattan.

Ledos J. J., 2012, Petite contribution à l’histoire de la radio, Paris, L’Harmattan.

Lenoble-Bart A., Tudesq A.J., 2008, Connaître les médias d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

Livingstone S., Lunt P., Maigaret É., 1994, «Se faire entendre dans l’espace public. Les femmes, la télévision et le citoyen-téléspectateur ».In: Réseaux, volume 12, n°63, 1994. Télévision et débat social. pp. 59-74; doi : 10.3406/reso.1994.2435 http://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1994_num_12_63_2435.

Maury-Rouan C., 2012, Regard sur le discours, Aix-Marseille, presses universitaires de Provence.

Maignan J.C., 2000, La difficile démocratisation du Niger, Paris, CHEAM.

Maigaret É., 2015, Sociologie de la communication et des médias, Paris, A. Colin.

Maingueneau D., 2014, Discours et analyse du discours, Paris, A. Colin.

Moeschler J., 1985, Argumentation et conversation : éléments pour une analyse pragmatique du discours, Paris, Hatier.

Perret T., 2010, « L’Afrique à l’écoute », Cahiers d’études africaines [En ligne], 198-199-200|2010, mis en ligne le 02 janvier 2013, consulté le 09/O10/2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/16448

Peytard J., 2001, Syntagmes 5, Sémiotique différentielle de Proust à Pérec, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, Besançon, PUFC.

Schmidt B., 2009, « La radio au service de ses auditeurs », Bordeaux 3, CEMIC, GRER.

Soulages J. C., 2015, L’analyse de discours : Sa place dans les sciences du langage et de la communication, Rennes, PU de Rennes.

Sternberg-SarelB., 1961, « La radio en Afrique noire d’expression française »,http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_05888018_1961_num_1_1_920consulté le 17/06/2017

TozzoÉ. A., 2005, La réforme des médias publics en Afrique de l’Ouest. Servir le gouvernement ou le citoyen ?,  in Politique africaine 1/2005, n° 97, p. 99-115

Tudesq A. J., 1994, « Les technologies de l’information, facteur d’inégalité en Afrique subsaharienne ». In: Tiers-Monde, tome 35, n°138, 1994. Technologies de communication et d’information au Sud : la mondialisation forcée. pp. 391-409; doi : 10.3406/tiers.1994.4883 http://www.persee.fr/doc/tiers_0040-7356_1994_num_35_138_4883

Tudesq A. J., 1995, Feuilles d’Afrique : étude de la presse de l’Afrique subsaharienne,Talence, MSHA.

Tudesq A. J., 1999, Les Médias en Afrique, Paris, Ellipses.

Tudesq A. J., 2002, L’Afrique parle, l’Afrique écoute : les radios en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

Wolton D., 2000,  Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux medias, Paris, Éd.Flammarion.

Wolton D., 2003, Hermès 37, L’audience, presse, radio, télévision, internet, Paris, Éd CNRS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.