« Assieds-toi et écris ta thèse ! » de Geneviève Belleville

L’on pourrait catégoriser l’ouvrage de Geneviève Belleville intitulé Assieds-toi et écris ta thèse !, publié en 2014 aux Presses de l’Université de Laval, dans la section des « guides pratiques de la rédaction académique ». En effet son auteure, professeure de psychologie à l’université de Laval (Québec) depuis 2009, y propose de nombreux outils pour organiser sa rédaction scientifique, que ce soit dans :

  • l’aménagement de son temps : Quand dois-je écrire quelle partie de ma thèse ou de mon article et comment dois-je m’y prendre ?
  • la formulation des objectifs de rédaction : Quels sont mes objectifs à long terme et mes objectifs hebdomadaires ?
  • la distinction des étapes de rédaction : Quelles sont-elles et comment vont-elles soutenir ma rédaction ?

Ainsi l’objectif principal de l’ouvrage est d’« offrir des stratégies méthodologiques et motivationnelles pour (…) aider [le lecteur] à entreprendre, à poursuivre ou à reprendre [sa] rédaction académique » (p. 3).

En guise d’introduction, Geneviève Belleville, partant d’un constat lié à sa propre expérience, n’hésite pas à affirmer que « la rédaction scientifique est l’entreprise la plus intimidante, décourageante et anxiogène de l’expérience académique » (p. 1). Afin d’y être pleinement préparé, l’auteure propose au lecteur une approche fondée sur l’organisation, inspirée notamment par des lectures sur la rédaction scientifique (p.ex l’ouvrage de Paul J. Silva How to write a lot ?) ainsi que par des principes de base en psychologie permettant d’augmenter l’efficacité de l’écriture académique et de diminuer l’anxiété liée à cette dernière. Elémentaire, la méthode qu’elle préconise « demande seulement de l’organisation et une bonne dose de discipline » (p. 3) et peut se résumer en quelques mots : pour écrire une thèse, il faut bloquer du temps pour la rédaction. Afin d’affiner et de compléter cette règle de base, l’auteure nous présente tout au long de son ouvrage diverses stratégies, quelques objectifs et de nombreux conseils de rédaction.

belleville

Assieds-toi et écris ta thèse ! est organisé en dix chapitres présentant divers aspects concrets de la rédaction. Les trois premiers chapitres sont consacrés aux aspects plutôt organisationnels, méthodologiques et généraux (temps, objectifs, étapes de rédaction) et permettent à Geneviève Belleville de donner en quelque sorte sa recette pour « bien » écrire en un minimum de temps. Pour que la rédaction soit efficace, il faut

  • planifier des périodes de rédaction quotidienne et les respecter scrupuleusement
  • définir des objectifs que l’on reliera aux périodes de rédaction prévues
  • distinguer les trois étapes de la rédaction que sont la planification (construire un plan précis contenant les idées principales de l’argumentation et les références soutenant les affirmations), la rédaction en tant que telle (mettre en forme les idées du plan) et enfin la révision (vérifier la cohérence de l’argumentation, la nécessité de chaque phrase, l’orthographe, etc.).

Les trois chapitres suivants soulignent les aspects plutôt motivationnels et individuels de la rédaction académique (rapport à l’inspiration, à la procrastination et à la perfection). Dans cette partie de l’ouvrage, l’auteure donne non seulement de nombreuses astuces pour entretenir l’inspiration (avoir un carnet d’idées, varier les tâches, etc.), diminuer la procrastination (choisir un endroit exempt de distractions, par exemple) et détruire le perfectionnisme (être indulgent avec soi-même, notamment). Elle pointe également avec finesse l’universalité de ces « tendances » : même les chercheurs les plus chevronnés n’échappent pas à ces inclinations.

Les trois derniers chapitres proposent une réflexion sur les aspects émotionnels de la rédaction scientifique — fondée en partie sur des témoignages — et apportent des conseils permettant de stimuler la rédaction (parler de son sujet, éviter l’isolement, parler des difficultés vécues lors de la rédaction, etc.). L’auteure n’hésite pas à rappeler le conseil peut-être le plus déroutant de cet ouvrage : « Je crois que j’ai répété ce conseil dans à peu près tous les chapitres, mais j’y tiens vraiment : récompensez-vous. Construisez-vous un système de récompenses lorsque vous respectez vos périodes de rédaction » (p. 116).

L’ouvrage de Geneviève Belleville est globalement bien conçu – l’enchaînement des chapitres est bien rythmé – et propose des outils très concrets d’aide à la rédaction. Agréable et aérée, la lecture est facilitée par la concision des phrases et par le ton volontairement familier de l’auteure. En outre, cet ouvrage offre de vrais outils méthodologiques pour la rédaction scientifique tout en ayant le mérite de briser de nombreux tabous académiques. Quel est celui d’entre nous qui n’a jamais été atteint de « procrastinite » aiguë ? Qui n’a jamais été tenté par l’idéal perfectionniste régnant dans le milieu universitaire et régentant peu à peu notre quotidien ? Dans cet ouvrage, il ne s’agit plus de nier ces habitudes mais bien de les reconnaître afin d’y apporter une réponse idoine et réaliste. En invitant le lecteur à acquérir un regard critique mais vrai sur ses habitudes rédactionnelles ainsi que sur ses difficultés, l’auteure a pour objectif une certaine « dédramatisation » de la tâche rédactionnelle : la démarche rédactionnelle doit être avant tout pragmatique et personnalisée, et ne devrait pas être entachée d’idéaux inatteignables qui, à terme, risqueraient d’avoir un impact délétère sur la poursuite de l’écriture. Plein de bon sens, les conseils de Geneviève Belleville permettent à chacun de faire le point quant à la progression de sa propre rédaction et, le cas échéant, d’adopter de nouvelles pratiques et stratégies d’écriture.

Bien que cet ouvrage soit dans l’ensemble bien pensé, nous avons toutefois pu soulever quelques limites. Certains conseils en effet pourraient paraître par de nombreux aspects trop évidents – le conseil « écrivez au moment de la journée où vous êtes le plus en forme » (p. 16) en est un bon exemple –, parfois même presque infantilisants (« Prenez votre agenda et bloquez du temps consacré à la rédaction »). De plus, la rhétorique quelque peu « productiviste » qu’adopte quelquefois l’auteure pourrait irriter certains lecteurs : « Je vous donnerai des stratégies infaillibles – oui, oui, infaillibles ! – pour augmenter votre productivité. Nous discuterons des façons d’être proactif et intransigeant dans la détermination du temps pour écrire (…). » nous promet l’auteure à la page 3 -, tout comme le ton parfois « interventionniste » et « donneur de leçons » qu’elle adopte à certains moments qui peut, lui aussi, contrarier la poursuite de la lecture. Néanmoins, ces quelques observations n’entachent en rien la qualité de l’ouvrage qui tient décidément toutes ses promesses.

Amis doctorants, à vos lunettes !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.