Tous les articles par AJC Crem

Le CECRL : quelle puissance du modèle ? Questionnements dans la recherche en didactique des langues-cultures

Dominique Macaire

Université de Lorraine-ESPÉ , Laboratoire ATILF, équipe Didactique des langues et sociolinguistique

Adresse électronique : dominique.macaire@univ-lorraine.fr

Le CECRL : quelle puissance du modèle ? Questionnements dans la recherche en didactique des langues-cultures

Résumé

Cette contribution propose une réflexion sur les enjeux historiques du CECRL et sa diffusion dans le monde. Au moment d’une reconfiguration de ce qui entend être un « compagnon », nous questionnerons le modèle lui-même, ses logiques internes et contradictoires, pour nous demander si de nouvelles options n’existent pas pour mieux prendre en compte la diversité et la spécificité des contextes autant que pour apporter une vision davantage plurielle de la didactique des langues-cultures, prioritairement conçue comme médiation au sein de l’institution.

Introduction

Depuis sa parution en 2000 et sa large diffusion en 2001, le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL)[1] a été adopté de manière quasi générale par les pays européens, avant de s’étendre à une   sphère internationale plus large favorisant des débats, en Asie du Sud-Est notamment. Pourtant des voix de chercheurs se sont manifestées pour en relever quelques contradictions.

Presque vingt ans plus tard, le CECRL revient dans le paysage éducatif sous la forme d’un volume Compagnon/Companion en septembre 2017[2] et en février 2018[3]. Cette version dite « amplifiée » est actuellement disponible en anglais, puis en français. Des traductions devraient suivre, en dépit du retard déjà constaté. Elle propose des ajouts, une forme d’adaptation et une standardisation du CECRL, en vue d’uniformiser les politiques linguistiques des pays qui l’utiliseront.

Les critiques de scientifiques se sont faites virulentes[4], relevant le trop faible adossement des préconisations du CECRL aux résultats de la recherche dans le domaine et la concertation trop limitée avec les chercheurs-didacticiens des langues concernés, et la trop faible prise en compte de leurs commentaires antérieurs sur la première version du CECRL. Si le débat a été ouvert, il n’a visiblement pas eu suffisamment d’écho auprès de ces communautés.

Les deux générations du CECRL permettent de questionner les évolutions des politiques linguistiques depuis une vingtaine d’années et de revenir sur les enjeux actuels de l’enseignement-apprentissage des langues pour les citoyens du monde. Il n’échappera à personne que ce débat est une occasion de porter un regard distancié sur notre champ disciplinaire, l’un de ceux qui a connu le plus d’évolutions dans les dernières décennies au sein des institutions éducatives en Europe.

Revisiter le CECRL d’un point de vue didactique à l’aune des recherches récentes offre en outre l’opportunité de clarifier certains débats internes à la didactique, de proposer des approches davantage plurielles, ou à tout le moins prenant mieux en compte la diversité des langues et des cultures dans une perspective dynamique et inclusive, que celle-ci se nomme globale, plurielle, éducative ou autre. Cette discussion s’inscrit en outre dans une réflexion sur l’épistémologie et les valeurs qui animent la recherche autant que sur les orientations pragmatiques des instances européennes. Les tensions qui les animent sont en creux le reflet de la difficulté des sociétés européennes de se placer entre les deux géants chinois et américain.

Nous allons tout d’abord brosser un tableau historique pour rappeler l’arrivée du CECRL dans le paysage de la didactique des langues, puis nous nous interrogerons sur le modèle lui-même, issu d’une double logique, à la fois celle d’harmonisation et celle d’inclusion de nouvelles contraintes citoyennes. Cette dualité explique pour partie sans doute les tensions que l’on sent se durcir aujourd’hui dans l’espace didactique et politique des langues vivantes.  Nous proposerons ensuite un débat critique sur quelques choix de cette amplification, scientifiquement peu discutés, ni suffisamment mis en exergue par les diffuseurs du Companion. Notre intention ici sera de réfléchir à ce que la didactique des langues pourrait offrir comme perspectives aux citoyens d’aujourd’hui au travers des valeurs qui la traversent et des notions auxquelles elle réfléchit et qu’elle produit depuis une dizaine d’années. Mais il s’agit aussi, pour l’avenir, de se demander comment la recherche et l’intervention peuvent viser une plus grande cohérence, en professionnalisant les enseignants de langues mieux formés à une approche de la diversité et de l’humain, si l’on admet que le monde est complexe et qu’il ne se change pas en mettant les apprenants derrière des grilles.

  1. D’un  CECRL à l’autre : une histoire des politiques linguistiques à l’œuvre

Selon le site du Conseil de l’Europe[5], le CECRL, paru en 2000 ou 2001 selon les traductions, « a été conçu dans l’objectif de fournir une base transparente, cohérente et aussi exhaustive que possible pour l’élaboration de programmes de langues, de lignes directrices pour les curriculums, de matériels d’enseignement et d’apprentissage, ainsi que pour l’évaluation des compétences en langues étrangères ».

Il a été accueilli de façon mitigée dans les pays européens. Des logiques contradictoires sont à l’œuvre dans son interprétation, selon que l’on considère le CECRL du point de vue institutionnel et en termes de stratégie européenne ou du point de vue de la recherche en didactique des langues-cultures.

D’un côté, le CECRL a été accueilli de manière positive par la plupart des pays européens concernés. Les politiques éducatives et linguistiques se sont emparées de l’occasion qui leur était alors offerte de se doter d’un dispositif européen global cohérent et de certifications uniformisées. Les états ont pour ainsi dire bénéficié du grand mouvement de standardisation pour harmoniser leurs instructions officielles nationales et les rendre davantage lisibles ou, a minima, comparables entre elles.

L’évolution politico-économique en Europe, la chute du Mur de Berlin, la globalisation et le nouveau siècle rendaient alors possible une mutation de l’enseignement des langues-cultures en Europe. Le CECRL s’est inscrit dans un contexte favorable aux évolutions de l’école et de l’enseignement des langues-cultures. L’Europe de l’éducation par le biais des langues avait alors besoin d’un mouvement cohérent pour se développer et stabiliser sa réputation au niveau mondial. Le système éducatif est une antichambre de la société et de l’économie, les langues en constituent un levier. Les changements en termes d’harmonisation européenne étaient rendus nécessaires par les mobilités nouvelles. Pour aller dans une autre université en Europe, pour avoir une équivalence de diplôme, il fallait désormais trouver des plateformes communes et se mettre d’accord sur des indicateurs de réussite. Le début du 20ème siècle marque l’aube de l’harmonisation de l’Europe de la circulation des langues et des politiques linguistiques qui leur font écho.

Les Instituts culturels, pour leur part, soucieux de développer des certifications davantage lisibles dans les pays de la communauté ont contribué au mouvement d’ensemble et plaidé pour une diffusion du CECLR en Europe. De façon corollaire, ces instituts ont alors pris une place dans la réflexion menée par les instances de décision de l’école. En France, par exemple, le Ministère de l’éducation nationale a mené des consultations avec les centres culturels, les a associés lors de discussions avec l’Inspection générale des langues dans les années 1990 à 2000. La position économique des instituts de langues et des centres culturels s’en est trouvée renforcée, puisqu’ils relayaient le CECRL par le biais des certifications qu’ils mettaient en place. Il convient de reconnaître, que, outre le développement des certifications, certains instituts ont également pris part aux recherches en didactique des langues-cultures. Elles ont tout d’abord porté sur les questions d’évaluation, sur des approches davantage centrées sur les apprenants, notamment par l’apport de manuels innovants, ou encore sur la réflexion à propos des interactions et de la communication dans le groupe-classe, sur l’évolution des formes sociales de travail ou modalités de groupement des élèves, etc. La contribution de l’Institut-Goethe ou celle du British Council sont en ce sens notables, à la fois théoriques[6] et praxéologiques[7].

Si l’effet a été de permettre la transparence des critères d’évaluation des niveaux de langues en Europe et par voie de conséquence leur diffusion large, il n’en reste pas moins que ces contributeurs ont apporté une réelle mise en cohérence en Europe des certifications elles-mêmes, toutes langues confondues, et par voie de conséquence des modalités d’enseignement-apprentissage des langues y conduisant. L’évaluation des niveaux de langues ne repose plus sur une note unique, mais relève de niveaux identifiés, de compétences partielles désormais reconnues. On admet alors qu’un journaliste de la presse écrite, par exemple, peut être à l’aise dans la compréhension de l’écrit, sans pour autant être en capacité à produire une langue à l’oral.

Dans la première vague d’intérêt pour le CECRL, outre l’intérêt pour la standardisation des certifications et des prescriptions en termes de programmes d’études, on a pu noter un intérêt accru pour le déploiement de la réflexion sur les compétences partielles. Celles-ci sont en relation avec les besoins langagiers spécifiques notamment dans le domaine professionnel. Les compétences partielles ayant pris place dans la liste des compétences et de l’évaluation, par voie de conséquence les formats de cours vont les développer de façon ciblée. Naissent ainsi, par exemple, dès la décennie qui précède l’arrivé du CECRL, des travaux d’ingénierie pédagogique sur les typologies d’activités favorables au développement de ces compétences spécifiques (Neuner, 1991) qui donnent par la suite lieu à une floraison de manuels scolaires en relation avec le CECRL, dont certains revendiquent la filiation directe. L’ère communicative et son extension l’approche actionnelle sont en pleine expansion. Si l’on peut reprocher au CECRL de ne pas être proche des pratiques scolaires, certains pays se sont ainsi tout de même emparés de l’adaptation de ressources et d’outils pour la mise en œuvre du CECRL. Dans le CECRL, la langue est appréhendée au sein d’une théorie de l’action, c’est à dire dans une conception pragmatique et praxéologique, plutôt que comme un système linguistique en tant que tel, c’est à dire dans une conception qui serait de type structuraliste.

De fait, le mouvement qui nait avec le CECRL est de nature double : il fait état à la fois d’une ferme intention de standardisation (visible comme nous venons de l’évoquer dans les certifications et la marchandisation de ces dernières en Europe) et d’une volonté de mieux prendre en compte la diversité des situations et des contextes scolaires, volonté qui n’est pourtant pas directement associée – voire reliée – à la première intention. S’y ajoute le choix du développement du citoyen européen, du mieux-être pour vivre ensemble et apprendre ensemble les langues ainsi que l’affichage de la foi en une Europe unie qui serait de ce fait plus forte et pèserait dans le concert mondial des politiques. Les langues portées par le CECRL sont associées à des valeurs de paix, de respect de l’autre, et de prise en compte de la diversité, conçue comme une richesse.  Contrairement au mouvement de standardisation qui fige et prescrit, les réflexions sociolinguistiques et didactiques qui sous-tendent le CECRL sont favorables à une certaine fluidité et à des approches davantage inclusives et évolutives que normatives. La contradiction entre l’outil produit pour les pistes d’application concrètes et les intentions et valeurs qui le sous-tendent est évidente.

En se plaçant délibérément du côté de l’apprenant, le CECRL ouvre la porte à la prise en compte des biographies des apprenants et aux répertoires langagiers et culturels individuels variés. Suivant cette tendance, bon nombre de pays européens s’intéressent alors au développement du Portfolio[8] dans ses diverses formes (pour divers niveaux, âges, publics, etc.). Le Portfolio prend en compte les apprentissages des élèves dans leurs produits évaluables (qui constituent les résultats observables de l’apprentissage, et les processus mis en œuvre et la visée qui sous-tend ces processus, c’est à dire le comment on apprend les langues et au nom de quoi on les apprend). Le Portfolio a le mérite de poser les questions du point de vue des apprenants et non de celui des contenus d’enseignement ou des approches didactiques à retenir. La Suisse, tout particulièrement, a exploré très tôt l’opérationnalité d’un Portfolio, d’un e-portfolio ou d’un Portfolino pour les enfants de 4 à 7 ans, et proposé des versions en ligne ou papier pour en expérimenter la validité.[9]

L’un des mérites essentiels du CECRL a été de mettre en avant les réussites des apprenants et non leurs erreurs. Le changement de perspective sur l’apprentissage est notable : celui-ci se construit progressivement par étapes et parfois par des retours en arrière, c’est à dire de façon non linéaire et cumulative. L’erreur est au centre du processus, c’est un élément constitutif du progrès des apprenants.

Du point de vue de l’apprenant, celui-ci peut sans nul doute se motiver davantage, puisqu’il a désormais connaissance des indicateurs de son évaluation et des attendus en termes de compétences. La clarification des critères de notation permet de rendre lisible l’évaluation, de donner plus d’importance à celui qui apprend et de relativiser d’autant la prédominance de l’enseignant dans l’attribution des notes. On affine ainsi les informations disponibles sur l’apprentissage et l’évaluation des langues et on permet d’autonomiser les apprentissages.

*

Au fil du temps, on a assisté à l’extension de la zone d’influence du CECRL dans d’autres pays et sur d’autres continents en Asie, aux USA, à l’occasion de colloques et de séminaires de comparaison entre les cultures d’enseignement des langues. La dynamique européenne d’harmonisation des langues intéresse d’autres états qui comparent leurs programmes, leurs orientations avec le CECRL. Ce grand mouvement de diffusion se déroule sur une décennie. Aujourd’hui, le CECRL a été traduit dans plus d’une quarantaine de langues. Il est diffusé dans le monde entier comme une référence pour l’enseignement-apprentissage et l’évaluation des langues. Le CECRL est une marque de l’Europe des langues. Il pose la spécificité européenne et entend ainsi avoir un impact sur les politiques linguistiques d’autres états-nations dans le monde. Dans le concert des actions européennes menées pour peser sur le monde et la diplomatie internationale, le CECRL a occupé une place réelle de levier dans la dernière décennie. Il a donc été investi d’une dimension politique. C’est sans doute ce qui lui reste de plus évident, la dimension didactique étant moins crédible aux yeux des chercheurs du domaine.

  1. Des questions posées à la DDLC au travers du CECRL

D’un autre côté, et ce dès la parution du CECRL, quelques didacticiens ont soulevé des questionnements à son encontre en Europe (Maurer, 2011, Macaire, 2009, Comeford, 2009), et même ont formulé des critiques scientifiques, notamment dans l’ère germanophone (Bausch et al., 2003) qui seront de nature à ouvrir des débats féconds en didactique des langues-cultures.

La critique la plus forte portée à l’encontre du CECRL pointe l’absence de référence aux théories sous-jacentes à l’élaboration du document. Le CECRL néglige de citer ses appuis théoriques, d’expliciter leur importance dans les propos qu’il affiche. Il a certes des exigences plus explicites que celles des programmes prescriptifs, puisqu’il n’entend pas « préconiser » mais seulement « recommander », selon le propos introductif. Les auteurs du Cadre adoptent une prudence certaine, voire une diplomatie qui minore le propos en n’exposant pas assez les concepts ou les termes utilisés. L’absence de glossaire, les références surtout en anglais et peu issues d’autres cultures de recherche font craindre alors une main mise anglophone sur la pensée du Cadre autant qu’un discours peu critique. Dans son étude précise du CECRL, Delouis étudie la bibliographie du Cadre (p.185-192). Elle note que les « ‘ouvrages de référence généraux’ comprennent huit publications dont sept en anglais et une seule en français, datant de 1976 » (Delouis, 2008 : 23). Elle comptabilise également les ouvrages de l’ensemble. Là aussi, les références en anglais dominent (139, soit 64,5%), devant les références en français (46 dont plusieurs traductions de l’anglais, soit 21,39%) et en allemand (9, soit 4,19%) et enfin dans d’autres langues (21 dans une grande variété de langues qui attestent des versions nationales ou régionales du CECRL). Pour les ouvrages en français, elle signale qu’une partie est d’origine suisse. Delouis poursuit en regardant le fameux chapitre théorique (Chapitre 2a du CECRL) qui ne fait état d’aucun de ces ouvrages de référence généraux, dont elle pense que la liste « aurait dû figurer en annexe plutôt que dans la bibliographie des publications consultées par les auteurs » (Delouis, 2008 : 24).  La prédominance de l’anglais (71,66% au total) montre quel est l’esprit dominant du Cadre à sa diffusion en 2001. Delouis poursuit en ces termes : « Ces chiffres laissent entrevoir quel type de plurilinguisme a prévalu dans l’élaboration du CECRL : celui qui semble être adopté de plus en plus par les instances européennes, à savoir une préférence pour l’anglais comme langue de travail avec le français comme langue secondaire, c’est-à-dire un bilinguisme pas toujours équilibré qui fait parfois une petite place à l’allemand, à l’exclusion des autres langues européennes » (Delouis, 2008 : 24).

Ceci dit, l’absence relative d’outils issus de la recherche va rapidement desservir le CECRL et permettre aux critiques de se développer. Ce fut également tout à la fois un ferment de la réflexion en didactique des langues et un puissant moteur pour les échanges de spécialistes.

Dans les décennies autour de la publication du CECRL, se développait la recherche en sociolinguistique (Dabène, 1994), les apports contributifs des psycholinguistes sur les apprentissages en langues (Gaonac’h, 1996), ou encore les travaux sur la cognition et les langues (Bange et al., 2005).

Parmi les critiques faites au CECRL se trouvent les questions liées à la notion de mono-, bi- ou plurilinguisme (Candelier et al., 2003), ou encore à l’idée selon laquelle l’acquisition des langues se produirait successivement, c’est à dire les unes après les autres de façon ordonnées, même si quelques mélanges se produisent en vertu du translanguaging. Pour certains, les langues s’apprennent ainsi de manière cumulative (langue vivante 1, puis langue vivante 2, puis langue vivante 3, toutes ces langues étant celles de l’école) et non en se combinant entre elles. S’y ajoutent les critiques sur la non-prise en compte des statuts qu’entretiennent les langues entre elles, celles que l’on dit « grandes » et celles que l’on minore.  Ces statuts entraînent des apprentissages différents de ces langues. Sans oublier la réflexion sur les langues tierces dans l’enseignement en Europe.

Enfin, des pans entiers de la réflexion en didactique des langues-cultures ne sont pas présents dans le volume du CECRL original, comme le cas spécifique des enfants, inclus dans la masse globale des publics sans prise en compte de leur développement spécifique et des âges auxquels on introduit les langues, le questionnement sur l’interculturel (Zarate et Radenkovic, 2004) réduit à une approche culturelle, celui des contextes d’enseignement-apprentissage des langues intégrant une diversité d’environnements (formels et moins formels, revisitant la « classe » de langue, virtuels, etc.) et les méthodologies qui en découlent, ou encore des questions particulièrement vives pour certains pays européens, comme la succession des langues et/ou leur simultanéité dans les apprentissages (dans les DNL, par exemple, mais aussi pour les bi- et les plurilingues), celle de la créativité, des émotions, facteurs de réussite dans les apprentissages des langues, questions largement laissées pour compte dans la version de départ.

Le choix d’une entrée par les compétences dans le CECRL a pour conséquence un découpage précis et affiné en sous-compétences au détriment de la connaissance de la grande diversité des publics cibles et des processus d’apprentissage des langues eux-mêmes.  Sous couvert d’harmonisation et de clarification, l’approche du CECRL de départ a comme revers de perdre de vue l’apprenant en tant qu’être humain dans son groupe de référence.

  1. Le volume complémentaire, nouveau départ ou prolongement du CECRL ?

Dans ce contexte de frustration relative, les didacticiens des langues s’attendaient donc à une révision du CECRL enrichie et moins contraignante pour l’avenir. Ils n’attendaient pas une mise derrière des grilles de plus en plus fines et technicistes, mais une relance de la réflexion sur l’apprentissage comme processus et produit et la mise au centre de l’apprenant ainsi que de son pendant, le contrat didactique qui l’accompagne.

Le volume complémentaire publié en février 2018 en français par le Conseil de l’Europe a été rédigé par Brian North et Tim Goodier pour la Fondation des Eurocentres[10] et par Enrica Piccardo pour l’Université de Toronto et l’Université de Grenoble-Alpes. En anglais, langue de rédaction première, il se nomme le volume compagnon. Il fait suite à une concertation et à une enquête auprès des usagers institutionnels du CECRL menée en 2017. Le Conseil de l’Europe a auparavant proposé une version complétée à consulter (Conseil de l’Europe, 2016).

Le CECRL révisé a été rédigé parallèlement à l’analyse des résultats de cette enquête. Dans sa conception, on retrouve les dimensions affectées aux concepteurs de cours et de certification, à la dimension anglophone et pour partie à une réflexion de chercheurs en France. Des consultants et des institutions (des écoles de langues par exemple) ont accompagné la réflexion. Quelques laboratoires de recherche sont indiqués comme ayant contribué ou évalué le document, qu’ils soient en France ou ailleurs dans le monde.

Le volume complémentaire entend répondre à des manques identifiés et à des évolutions récentes de la didactique des langues-cultures. L’analyse des dix ans d’utilisation du CECRL a en effet montré un certain nombre de contradictions que ce document « amplifié » souhaite réduire ou éliminer. Les auteurs de la révision soulignent la nécessité de prolonger la réflexion didactique dans plusieurs directions : le contrôle des aspects phonologiques des langues, l’ajout de descripteurs pour la langue des signes, la médiation, l’interaction en ligne, l’accès à la littérature, les compétences plurilingues/pluriculturelles étant les plus importantes. Ils ont également questionné le premier niveau (A1) et proposé des descripteurs pour les apprentissages précoces chez les enfants, traités comme les adolescents ou les adultes, bref comme tous les apprenants dans la version précédente. Les grilles de niveaux se complexifient et s’enrichissent, au risque d’enfermer l’apprenant dans un cadre normatif et d’en oublier que c’est un humain qui apprend les langues, elles-mêmes constitutives d’une identité qui n’est pas uniforme pour autant.  Le CECRL repose sur l’idée que l’apprentissage est linéaire et se construit par étapes progressives, à sens unique, et par des accumulations de savoirs, savoir-faire et savoir-être, alors que les stratégies des élèves sont diverses, variables dans le temps et toujours surprenantes lorsqu’elles se viennent seules ou à plusieurs dans les interactions. Tous ces apports des psychologues cognitivistes semblent ici refoulés au profit d’une homogénéisation des modalités d’évaluation des compétences acquises en langues-cultures. Apprendre une ou des langues, en maîtriser ce n’est pas seulement les accumuler, c’est aussi les combiner, les éliminer parfois, les réviser, les confronter et même les choisir.

Dans un article récent, Emmanuelle Huver (2017) prend le temps de montrer les zones de tension du CECRL revisité par l’Europe de l’éducation et des langues. L’auteure attire notre attention sur plusieurs aspects nodaux. Celui de la contextualisation y fait largement défaut, comme si une norme pouvait s’ériger au-dessus des sociétés, comme si l’on devait choisir entre universel et spécificités, débat déjà entendu dans le domaine de l’interculturel par exemple. Elle souligne également les zones de tension entre l’individuel et le collectif dans les approches des apprentissages en langues et plus encore dans les choix politiques qui sont faits. Les avancées de la didactique des langues de ces dernières décennies mériteraient une place plus conséquente dans ce CECRL qui sonne un peu comme un vieux tromblon porté par les politiques inquiets pour l’Europe.

Nous voyons également dans ce nouvel ouvrage une alerte d’un autre niveau, plus politique celle-là, l’alerte des angoissés de l’union européenne qui verrouillent plutôt que de réfléchir aux enjeux d’aujourd’hui. L’Europe et ses langues n’est plus la même que lors de la première sortie du CECRL. Les flux migratoires la traversent[11], les crises économiques, politiques et linguistiques également. La reconfiguration de la notion de mobilités nécessite un questionnement revisité de bien des contenus que porte la didactique des langues.

Nous avons toujours salué les débats ouverts. Le CECRL amplifié ressemble davantage à un mouvement de fermeture que d’ouverture sur la didactique et ses objets. La récente Tribune des associations[12] en est le reflet et une occasion de questionnement utile sur la standardisation forcenée qui découle depuis vingt ans du CECRL au détriment de la réflexion sans cesse renouvelée.

Conclusion

Dès le début de l’existence du CECRL, on a constaté un mouvement pendulaire, oscillant entre une louable intention d’harmonisation et une tendance à la normalisation. Il est à craindre qu’une fois l’harmonisation réalisée, l’homogénéisation ne prenne le dessus, notamment au détriment de ce que l’on sait des apprenants, de leurs diverses manières d’apprendre une langue, et des stratégies, y compris de contournement parfois, qu’ils mettent en œuvre en milieu institutionnel, de la variété des biographies et des histoires des uns et des autres, de la médiation sous ses diverses formes et des contextes scolaires spécifiques dans lesquels s’ancrent les enseignements-apprentissages des langues. On se méfiera donc des mouvements pendulaires qui encouragent une certaine binarité au détriment d’une approche davantage systémique.

Ce qui est en jeu, et urgent pour l’équilibre de nos sociétés occidentales, c’est de trouver un équilibre dans l’hétérogénéité à l’école et dans la société. L’hétérogénéité est au cœur de nos sociétés en Europe, que ce soit pour l’accueil des migrants, les questions d’identités (je choisis ici à dessein le pluriel), les langues dès le plus jeune âge, pour les questions d’inclusion et ses diverses définitions, les conceptions diverses du plurilinguisme, etc. Or, dans les pratiques et les dispositifs, l’école en France peine à accueillir l’hétérogénéité et à gérer les particularités. Elle lui préfère l’homogénéisation et ses méfaits sur l’équité et les parcours des élèves moins normés.

La mise en avant – sinon la stigmatisation – de l’existence de niveaux très différents au sein des établissements scolaires ne laisse pas assez entendre que pourtant tous les élèves peuvent apprendre, dès lors que l’on met en place avec et pour eux des stratégies collaboratives. Dès lors que l’on rappelle que la diversité est une richesse pour tous et qu’elle a sa place dans une école davantage inclusive. L’école en France peine à articuler l’individuel et le collectif, le commun et le spécifique, la diversité et l’uniformité. Parce qu’elle les met en tension, les oppose, au lieu de les accepter et de les relier. Or c’est justement dans les relations, les médiations que se joue la part éducative et didactique qui permet à tous d’apprendre, d’aller plus loin dans le rapport au savoir et de s’emparer de lui pour se former. Si la recherche doit être contributive de ces évolutions de la société pour éviter le clivage scolaire, c’est dans les interstices que cela se joue.

La DDLC est sans nul doute à un tournant de son existence pour certaines notions qu’elle porte et qu’elle-même a parfois tendance à figer.  Elle se questionne et vit une prise de distance critique qui augure de nouveaux questionnements à venir encore. Il y a urgence non seulement à reconsidérer certains paradigmes en usage, mais aussi à les conceptualiser en interrelation entre eux, en prise directe avec la conception de l’homme qui les portent et avec les outils que la recherche récente a développés pour les mettre en évidence dans les pratiques scolaires. À la fin du siècle dernier, lorsque certains chercheurs affirmaient par exemple que le plurilinguisme était un nouveau paradigme, qui comme tout paradigme méritait débat, d’autres didacticiens des langues restaient sceptiques. Dix ans plus tard, ce paradigme est adopté et porté tel un flambeau par d’aucuns. Mais pour autant sa définition reste bien relative aux contextes de sa mise en œuvre et aux idéologies qui le portent. Et les pratiques observées, y compris en recherche, sont parfois bien loin des propos tenus à son égard. Nos cœurs de croyance reposent sur des noyaux durs et font preuve de résistance au changement. S’il n’est pas utile de se mettre tous derrière la même bannière, il est toutefois urgent de clarifier les notions que nous utilisons pour mieux dialoguer dans la diversité des cultures de recherche. La quête de clarification scientifique constitue inévitablement une force dont les politiques pourraient alors peut-être se saisir pour l’action.

Références bibliographiques

BANGE, Pierre, CAROL, Rita et GRIGGS, Peter. 2005. L’apprentissage d’une langue étrangère : cognition et interaction, Paris, L’Harmattan.

BAUSCH, Karl-Richard et al. 2003. Der gemeinsame europäische Referenzrahmen für Sprachen in der Diskussion. Arbeitspapiere der 22. Frühjahrskonferenz zur Erforschung des Fremdsprachenunterrichts, Tübingen, Narr Verlag.

CANDELIER, Michel et al. 2003. L’éveil aux langues à l’école primaire : bilan d’une innovation européenne, Bruxelles, De Boeck, Collection Pratiques pédagogiques.

COMEFORD, Richard. 2009. « Alerte ! L’Education nationale est tombée dans l’escarcelle des marchands de certifications ! ». In : Enseigner les langues vivantes avec le Cadre européen, CRAP-Cahiers pédagogiques, HSN n°18, avril 2010.

CONSEIL DE L’EUROPE. 2018. Cadre européen commun de référence pour les langues : Apprendre, enseigner, évaluer – Volume complémentaire avec de nouveaux descripteurs, Strasbourg, Division des politiques éducatives, Paris, Éditions Didier. En ligne : https://rm.coe.int/cecr-volume-complementaire-avec-de-nouveaux-descripteurs/16807875d5.

CONSEIL DE L’EUROPE. 2016. Descripteurs illustrant les niveaux du CECR. Version 2016, amplifiée – Version pilote pour consultation. En ligne : https://mycloud.coe.int/index.php/s/VLAnKuMxDDsHK03

CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Strasbourg, Division des politiques éducatives, Éditions Didier. En ligne : www.coe.int/lang-CECR

DABENE, Louise. 1994. Repères sociolinguistiques pour l’enseignement des langues, Paris, Hachette.

DELOUIS, Anne Frederike. 2008. « Le CECRL : compte rendu du débat critique dans l’espace germanophone », Les langues modernes, 2008/2, pp. 19-31.

GAONAC’H, Daniel. 1996. Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère, Paris, Credif.

HUVER, Emmanuelle. 2017. « Peut-on (encore) penser à partir du CECRL ? Perspectives critiques sur la version amplifiée », in Carette Emmanuelle : Eclectisme en didactique des langues : Hommage à Francis Carton, Mélanges Crapel, 38/1, pp. 27-42 En ligne : http://www.atilf.fr/spip.php?rubrique650

MACAIRE, Dominique, 2009 (réédité avril 2010). « Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues ou la mouche du coche en formation initiale des enseignants de langues – Regard distancié pour un défi à relever ». Dans : Enseigner les langues vivantes avec le cadre européen. CRAPLes Cahiers Pédagogiques, HSN n°18, 2009, pp. 78-82.

MAURER, Bruno, 2011. Enseignement des langues et construction européenne – Le plurilinguisme, nouvelle idéologie dominante. Paris, Éditions des Archives Contemporaines.  NEUNER, Gerd, KRÜGER, Michael, GREWER, Ulrich. 1991. Übungstypologie zum kommunikativen Deutschunterricht, Munich, Langenscheidt Verlag.

ZARATE, Geneviève, GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 2004. (dirs.). La reconnaissance des compétences interculturelles : de la grille à la carte, Les Cahiers du CIEP. Paris, Éditions Didier.

[1] Le Cadre Européen Commun de référence pour les Langues a été conçu et diffusé par le Conseil de l’Europe en 2001 sur son site, puis vendu par l’intermédiaire d’éditeurs, comme les Éditions Didier pour la France. On trouve le volume en ligne sur le site officiel du Conseil de l’Europe :  https://rm.coe.int/16802fc3a8.

[2]  Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues Édition 2017 est paru avec l’extension Companion Volume with new descriptors (Provisional Edition, September 2017). Il est disponible en ligne : https://rm.coe.int/common-european-framework-of-reference-for-languages-learning-teaching/168074a4e2.

[3] Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues est désormais republié en français (février 2018) et disponible à la même adresse que l’édition en anglais.

[4] Trois associations en France ont initié une Tribune intitulée Le projet d’amplification du CECRL : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe. Il s’agit de l’Acedle (Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Etrangères), de l’ASDIFLE (Association de didactique du français langue étrangère) et de Trans-Lingua (Association Travaux et Réseaux, Approches Nouvelles en Situations Interculturelles et Transnationales). La Tribune a été mise en ligne et a réuni des signatures de laboratoires et de chercheurs.

[5] https://www.coe.int/fr/web/common-european-framework-reference-languages/history

[6] On se souvient des Journées Triangle et des publications qui en sont issues. Le British Council, le Goethe-Institut et l’Alliance Française de Paris s’étaient associés pour mener des réflexions thématiques en DDLC. Des rencontres annuelles permettaient à des spécialistes d’un domaine et des trois cultures de recherche de se rencontrer et de publier ensuite un ouvrage thématique commun.

[7] Les sites des instituts culturels sont des vitrines important pour les approches actionnelles et pour l’évolution des pratiques enseignantes. Les stages et formations qu’ils organisent permettent à de nombreux enseignants de langues de réfléchir à leurs propres pratiques par la confrontation avec des collègues de divers pays d’Europe et de tester des innovations.

[8] Le Portfolio européen des langues, ou PEL, est communément appelé Portfolio.

[9] https://www.portfoliolangues.ch/page/content/index.asp?MenuID=2329&ID=3845&Menu=15&Item=4.1.1

[10] Les Eurocentres sont des écoles de langues : https://www.eurocentres.com/fr

[11] [Nous nous permettons de signaler cette annonce : http://crem.univ-lorraine.fr/enjeux-de-lacquisition-des-langues-secondes-en-contextes-migratoires (Note de l’éditeur)].

[12] Trois associations, l’Acedle, l’Asdifle et Trans-Lingua ont ensemble proposé une tribune de réflexion à la suite de la sortie du volume Companion du CECRL. Cette tribune a été transmise à la Commission européenne qui n’a pas donné de réponse. La Tribune a été rédigée en 5 langues. Elle s’intitule « Le projet d’amplification du CECR : une fausse bonne initiative du Conseil de l’Europe ».

Perspective actionnelle par tâche dans le contexte chinois

 

Zhihong PU
Université Sun Yat-sen

Adresse électronique :   puzhihong@hotmail.com

Perspective actionnelle par tâche dans le contexte chinois

 

Le CECRL a beaucoup d’influences dans l’enseignement / apprentissage des langues en Europe et même en Asie. Certains pays asiatiques l’ont adapté dans leur programme d’enseignement du français. Or, toute méthode ou approche de didactique n’est pas universelle, l’environnement culturel et géopolitique demeurant un facteur très important dans sa contextualisation ; ce qui explique le peu d’influence du CECRL en Chine jusqu’ici… Prenons l’exemple de la perspective actionnelle par tâche.

Le CECRL privilégie la perspective de type actionnel en considérant avant tout l’usager et l’apprenant d’une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l’intérieur d’un domaine d’action particulier… Les actes de parole se réalisent dans des activités langagières s’inscrivant à l’intérieur d’actions en contexte social (cf. CECR, 2001 : 15). Il s’agit ici d’un changement de conception de l’éducation : les apprenants sont devenus des acteurs sociaux, les actes de parole ou les activités langagières des actions en contexte social. Apprendre, ce n’est plus simuler en classe, mais utiliser réellement la langue dans la vie sociale (ou pour accomplir une activité dans un contexte social).

Considérant cette conception comme une clé possible de réforme de l’enseignement du FLE en Chine, nous avons fait des expérimentations au sein d’une université de Chine du Sud, et rencontré des difficultés dues aux traditions de l’apprentissage chinois qui se résument par les caractéristiques suivantes : 1. Un objectif utilitariste, 2. Une recherche de réussite aux examens, 3. Une centration sur les connaissances, 4. Une centration sur le professeur, 5. Un apprentissage replié sur la classe et sur l’école, 6. Un système d’évaluation plutôt sommative, 7. Un apprentissage à l’école au détriment de celui dans et tout au long de la vie.

On constate donc que ces caractéristiques sont peu compatibles avec la conception de la perspective actionnelle par tâche ; ce qui peut se traduire dans le tableau suivant :

  Culture chinoise PA
Statut de l’apprenant Récepteur d’informations Acteur social
Finalité Utilité : bonnes notes, diplôme, certificat, changement de statut social

 

Acquérir des compétences diverses : compétences générales et compétence à communiquer langagièrement
Attention Aux savoirs Pas seulement aux savoirs (aux compétences avec tout ce qu’elles impliquent : savoirs, savoir-être, savoir-faire et savoir-apprendre)
Centration Sur le professeur, enseignement de type directif, les décisions concernant l’apprentissage étant prises par l’enseignant Sur l’apprenant
Didactique Enseigner / apprendre Former, éduquer
Activités d’apprentissage Accepter passivement auprès du professeur ou dans les livres Activités sociales ou celles liant directement à la société
Modalités d’activités S’enfermer en classe, dans l’école Co-action en classe ou dans la société
Succession Apprentissage à l’école Apprentissage tout au long de la vie
Vécu d’apprenants Peu important Important

 

Ces différences ont entraîné les difficultés suivantes dans nos expérimentations :

  1. Le programme national chinois pour l’enseignement du français insiste sur cinq compétences linguistiques : réception et production orales et écrites et compétence de traduction.
  2. L’enseignement / apprentissage du français se soumet à la contrainte des examens nationaux axés également sur les cinq compétences susmentionnées.
  3. La méthodologie traditionnelle domine l’enseignement / apprentissage en se concentrant sur le professeur et la forme linguistique.
  4. Les apprenants sont habitués à prendre le manuel comme base, un manuel traditionnellement axé sur la grammaire-traduction.
  5. Les enseignants sont peu formés à l’approche actionnelle par tâches, ils héritent davantage de leur professeur/formateur ses expériences traditionnelles.
  6. Ils répondent peu aux attentes et aux habitudes des apprenants qui sont eux habitués aux cours magistraux et attendent d’apprendre du et auprès de leur enseignant.
  7. La co-action se fait dans la culture maternelle : les apprenants chinois co-agissent entre eux en contexte chinois, les activités par tâche étant souvent effectuées en langue chinoise.

Face à tant de difficultés ou problèmes, la perspective actionnelle par tâche (ou par projet) convient-elle vraiment au contexte chinois d’aujourd’hui ? Ou faut-il une grande adaptation à côté d’une réforme radicale de l’enseignement du FLE en Chine ?

(L’essentiel de cette intervention a été présenté lors du colloque « L’enseignement – apprentissage du FLE dans la perspective du CECRL en contextes non européens » a été publié dans Synergies Chine n° 6/2011, in Actes du Colloque Canton 2009, Pour une recherche-action en didactique du FLE dans la Chine d’aujourd’hui, pp. 35-47. En ligne : http://gerflint.fr/Base/Chine6/chine6.html.

 

 

 

Ecoutes musicales à l’école : Produire un « exemplier » par rencontre

 

Catherine Dosso, 5ème année de doctorat sous la direction de Jacques Walter et de Gilles Boudinet   (Centre de recherches sur les médiations (EA 3476) Université de Lorraine)  et  Enseignante en Education Musicale à l’ESPE de Lorraine.

 

Notre travail concerne le domaine de la didactique des arts et questionne les relations qui naissent entre des enfants et des musiques à l’occasion des activités d’écoute musicale à l’école. Nous nous intéressons à la nature de certaines de ces relations qu’avec Deleuze et Guattari nous appelons « rencontres » même si leur vocabulaire conceptuel est différencié, plus précis, qu’ils parlent de devenirs, de ritournelles, de plans de consistance et d’organisation selon l’angle par lequel ils élaborent leurs pensées dans leur ouvrage commun Mille Plateaux écrit en 1980. Nous pouvons penser avec eux que « la rencontre » concerne la relance d’une dynamique expérientielle dans un contexte nouveau. Cette expérience qu’il faut entendre au sens d’expérimentation nous semble pouvoir apporter quelques réponses à la question du sens -ou de l’absence de sens- (Astolfi, 2008) que peuvent parfois représenter les activités d’écoute musicale pour les élèves à l’école. Il nous a semblé que notre objet de recherche qui nous lance à l’affut  de rencontres enfantines avec la musique fait émerger une question de méthode qui concerne une manière particulière d’observer les élèves, comme si on ne pouvait observer des rencontres que « par rencontre ». C’est cette question que nous souhaitons aborder ici.

Après une présentation du contexte des activités d’écoute musicale à l’école et du concept de « rencontre », nous décrirons notre position affectée lors de l’observation des élèves. Nous terminerons avec une réflexion sur la valeur de l’affect de l’observateur dans le contexte éducatif de cette recherche.

 

L’éducation aux œuvres musicales à l’école

 

Dans leur enquête à partir de questionnaires, Odile Tripier-Mondancin et Frédéric Maizières (2015) mettent en évidence que l’objectif premièrement visé par les enseignants dans les pratiques d’écoute d’œuvres musicales à l’école concerne « l’acquisition de connaissances ». Celles-ci concernent l’appropriation « d’une culture par les œuvres » et le repérage « des éléments caractéristiques dans la musique ». D’autre part selon Maizières (2011), à l’école les objectifs visés par les enseignants concernent aussi des compétences externes à l’écoute musicale elle-même, lorsque les enseignants s’attachent par exemple à développer la capacité d’attention et de concentration des élèves comprise dans une dimension transversale au service de l’ensemble des domaines enseignés. De la même façon, notre propre expérience d’enseignante nous informe que la musique est parfois utilisée à l’école lors des « phases de retour au calme », formule consacrée à cet usage dans l’espace professionnel enseignant.  Enfin, Maizières (2014) insiste aussi sur le fait que dans les intentions déclarées des enseignants, la musique accompagne très souvent l’installation de moments de plaisir partagé, les enseignants caractérisant « l’objet éducation musicale dans sa spécificité et de manière exclusivement positive comme un moment plus ludique où la relation élèves-enseignant est privilégiée ».  La sociologie de l’art, la psychologie de la musique, l’ethnomusicologie ont montré à quel point sont multiples les usages que nous faisons de la musique et combien sont nombreuses les fonctions qu’elle soutient. La relation esthétique trouve sa place au sein de ces multiples usages, qui s’entremêlent et ne sont ni systématiquement inclusifs ou exclusifs les uns des autres pour la même personne à des instants différents ou au même moment. Les textes officiels actuels qui cadrent les enseignements à l’école (MEN 2015) prennent en compte la dimension subjective et esthétique de l’écoute musicale qui trouve des appuis réflexifs pendant les phases d’échanges oraux en classe. Ceux-ci permettent aux élèves d’émettre des avis, de prendre connaissance et de discuter les avis des autres, d’apprendre à s’expliquer avec des éléments d’observation et/ou de ressenti de plus en plus riches. L’expérience esthétique n’est pas nommée directement dans le texte mais est présente. Sont pris en compte « la sensibilité et le plaisir de faire de la musique comme d’en écouter », le développement de la sensibilité des élèves étant compris comme « finalité et moyen des enseignements artistiques » (MEN, 2015, Cycle 2).  Notre approche par « la rencontre » ne se démarque pas de l’ensemble des pratiques habituelles à l’école. Elle concerne spécifiquement le champ esthétique d’une « rencontre » avec de la musique comprise avec Deleuze et Guattari (1980) comme mouvement de déterritorialisation en lien avec l’émergence de sensations nouvelles (Bogue, 2006) et tend à valoriser diversement certains comportements-actions des élèves lors des phases d’écoute musicale en classe. À l’école, le choix des œuvres écoutées est laissé à l’appréciation des enseignants. Dans cette recherche, nous avons fait écouter des répertoires de musique classique, actuelle, et traditionnelle, certaines séances ont été consacrées à l’écoute de bruits naturels ainsi que le préconisent les programmes : « Les enfants découvrent des environnements sonores et des extraits d’œuvres musicales appartenant à différents styles, cultures et époques, choisies par l’enseignant » (MEN, 2015, Cycle 1). Nous avons mené diverses séances d’écoute musicale dans deux classes différentes avec des enfants de cinq ans (Grande Section Maternelle) et de huit ans (CE2). Ces séances ont été filmées. Notre approche n’est pas comparative, il s’agissait d’approcher des comportements des élèves lors de situations d’écoute ordinaires menées par un enseignant pendant le temps de la classe, ces séances n’étaient donc pas intégrées à un projet d’action particulier, faisant intervenir des artistes, ou dans le cadre de sorties au concert.

Dans ce travail nous visons à produire un exemplier des rencontres musicales des élèves. L’exemplier se constituera à partir de courtes séquences vidéo issues d’un continuum d’enregistrements-vidéo filmé pendant les séances en classe. La définition que l’on donne habituellement à l’exemplier est celle « d’un ensemble d’exemples dont l’usage universitaire est celui de l’appui démonstratif à visée pédagogique soutenant et étayant un discours » (Cislaru, Claudel, Vlad, 2017). Sans l’exemple, le discours s’effondre.  Notre exemplier nous soutient et nous guide, il crée notre compréhension des phénomènes de rencontre que la lecture des textes philosophiques suggère et accompagne.

 

Rencontre et expérience esthétique

 

Nous ne voulons pas opposer « rencontre » et « expérience » esthétique. De ce point de vue,  les expériences esthétiques « modestes » décrites par Jean-Marie Schaeffer (2015)  ainsi que la perspective vitale développée par John Dewey (1934) constituent un appui comparatif important. Il s’agit plutôt d’envisager en quoi passer par le concept de « rencontre » déplace ou accentue différemment notre appréhension du phénomène esthétique. Nous prenons appui sur les concepts de « territoire « et de « devenir » en lien avec les forces qui s’exercent entre les plans des « organisations et de l’immanence » (Deleuze & Guattari, 1980). Toute rencontre renvoie à une « hétérogenèse » le mot est de Guattari, c’est-à-dire à la manière dont du nouveau surgit dans une situation d’organisation complexe (comprenant des habitus ou des « segmentarités » en lien avec des objets, des savoirs, des socialités, des affects, des lieux et des temporalités…). Une disponibilité particulière des corps en présence devient alors parfois perméable au changement par la puissance d’un inattendu extérieur qui « force » à penser, à « sentir » différemment. Deleuze affirme sans cesse que c’est par effet d’une nécessité, d’un involontaire, qu’il devient alors possible de s’émanciper des cadres dans lesquels nous évoluons habituellement. Dans ce processus que décrivent les auteurs, le sujet perd son état de « sujet » et précipite dans un état « préindividuel », -notion reprise à partir de l’individuation de Simondon (2005)-  cet état s’enchaînant à des phénomènes de « devenir » (1980). La notion de « devenir » s’inscrit dans la philosophie de l’événement deleuzienne et permet de penser le monde comme métamorphose continue, s’opposant aux philosophies de « l’être » et des états de chose. Ces « devenirs » obligent à expérimenter en dehors des catégories préconstruites, en dehors de nos repères sensori-moteurs habituels. Ainsi, toute rencontre -au sens que Deleuze et Guattari accordent à cette notion- est une expérience qui tend à réorganiser tout en désorganisant des ensembles de relations hétérogènes au sein d’un « agencement » et doit se comprendre dans l’immanence d’une effectuation sans projet. Les auteurs décrivent les jeux qui opposent continuellement les puissances « majeures » (celles des organisations) et les puissances « mineures » immanentes (actes de résistance qui peuvent être d’ordre artistique par exemple) créant des perturbations, des délitements tout en contribuant à conforter ou instaurer de nouveaux conformismes sur les corps, les actes, les propos, les pensées, les mouvements de toutes nature : « La conformité à la norme doit s’entendre comme une conformation, dans laquelle la norme n’est pas donnée comme idéal transcendant le vivant, mais comme une variation immanente que chaque vivant singulier transforme. Il n’y a pas une norme, donnée une fois pour toutes pour tous les vivants, mais chaque vivant, dans sa singularité, fait sortir la norme de ses bords » (Sauvagnargues, 2002). D’autre part, les arts occupent une place importante dans la pensée de Deleuze et de Guattari, l’artiste étant décrit et défini par une expertise paradoxale des dehors sensibles. Pour Deleuze et Guattari (1991) l’œuvre d’art se définit comme « bloc de sensation d’affect et de percept » qui se distinguent des affections et des perceptions que l’on vit ordinairement dans le monde. Expérimenter l’œuvre et ses sensations peut amener l’individu à expérimenter le monde sous des angles renouvelés car les œuvres artistiques machinent le sensible et possèdent la puissance de nous amener à devenir mineur.  Ronald Bogue précise que « dans chaque matière artistique émerge un être de sensation, virtuel palpable qui nous entraîne, nous invite vers de nouveaux possibles, vers de nouveaux modes d’existence » (2006, 2017). Dans le domaine musical, le concept de « ritournelle » permet de décrire les déplacements des répertoires et des goûts du point de vue des territorialisations et des déterritorialisations successives et simultanées intentées par l’acte sonore au point de son « devenir expressif ». Du côté des élèves, c’est la qualité d’un certain sourire ou d’un rire, d’une concentration et d’un sérieux, d’un mime ou d’un essai enfantin qui s’exerce-là sans maître, sans objet et sans fin, et qui nous affecte de joie.

Ces éléments se retrouvent dans le domaine de l’éducation artistique : Christian Ruby (2017) écrit que dans le domaine artistique ce qui doit être valorisé chez l’enfant est une attitude non conforme, celle-ci doit donc surprendre l’enseignant. Pour ce faire, les gestes professionnels doivent se faire différents, et selon Gilles Boudinet (2012) ils sont à chercher entre les savoir-faire et les laisser-faire du pédagogue autour d’une ligne fragile qui accueille l’incertitude et qui se dessine entre « l’intentionnalité d’un but déterminé […] et l’expérimentation immanente » au bénéfice d’une « mobilité constamment réagencée » (p.158) ce que formule aussi Jean-Charles Chabanne (2012)  qui valorise « l’hésitation, le difficile à dire » et insiste sur ces difficiles déséquilibres afin de ne pas « faire disparaître la rencontre [avec l’œuvre dans toute sa]  singularité » (p.39). Ce point de vue trouve aussi une résonance claire chez Bernard André Gaillot (1997) en didactique des arts plastiques : « Dans cette perspective le mieux formé […] sera celui qui donnera l’impression d’être le moins formé au sens de conforme à un modèle ».

Nous voulons comprendre certaines de ces expressions intensives qui se manifestent au travers des élèves dans les situations d’écoute musicale qui nous sont offertes par notre corpus vidéo.

 

Observer « par rencontre » : l’observation affectée

 

Notre approche est « compréhensive » terme que Hervé Dumez (2016) préfère à celui de « qualitative » : « La nature même de la recherche qualitative est d’être compréhensive, c’est-à-dire de donner à voir [les acteurs ou les phénomènes] par la description et par la narration. (p.29). Nous souhaitons montrer certaines actions et réactions des élèves en situation d’écoute musicale.  Notre hypothèse pose que des phénomènes de rencontre existent lors des séances d’écoute musicale à l’école, et que ceux-ci sont observables. Marc Henri Soulet en 2012 présente la recherche qualitative en insistant sur la singularité du contexte en lien avec une flexibilité de la notion de vérité : « Dans les sciences du contexte où les choses ne sont, par définition, pas égales par ailleurs, l’investigation scientifique se traduit par la production d’une hypothèse explicative, parmi d’autres existantes ou potentielles. Il ne s’agit pas tant de dire la réalité que d’en produire une lecture qui soit la plus plausible par rapport aux faits construits par le recueil des données, la plus recevable par rapport à la représentation socialement admise de cette dernière et la plus compatible avec l’état des connaissances disponibles au moment de sa production ». Contrairement à Marc Henri Soulet, nous n’attendons pas de « recevabilité de nos résultats au regard d’un dénominateur commun d’une représentation sociale ». Celle-ci opèrerait dans notre recherche comme une ombre majeure, incompatible pour nous avec le travail de la singularité. En revanche, nous retenons sa proposition qui invite à créer une perspective sur la réalité tout en s’interdisant « de la dire ». Nous ne dirons donc pas la vérité du réel des expériences musicales enfantines mais nous affirmerons une vérité, celle de notre point de vue sur les réponses des élèves en situation d’écoute musicale. Affirmer ainsi cette vérité ne revient pas à repousser toute critique à notre encontre, mais à tenter simplement de la faire exister. En effet, il se pourrait que certains phénomènes existent et que nous ne les voyions pas, ce qui est très probable, la question du point de vue étant essentielle car si la rencontre est événementielle, elle ne l’est que sous un certain rapport qui concerne un point de vue particulier de l’observateur sur le phénomène, en tension vers ce qui peut arriver de nouveau. « C’est l’échelle d’observation […] et elle seule qui peut permettre d’observer un type de rencontre, d’entrer dans sa logique » (Villani, p. 13). D’autre part, le nouveau doit être le nouveau d’une situation en elle-même et en acte, et non ce sur quoi nous pourrions coller trop vite l’étiquette « comme neuf ». Autrement dit, nous sommes prise entre deux espaces au moins : L’espace d’une part de ce qui pour nous, observatrice, peut sembler inédit et s’actualisant à cet instant, mais qui pourrait trouver des explications a posteriori qui banaliseraient complètement le fait ; L’espace d’autre part des rencontres réellement expérimentées par les élèves et qui passeront pour nous complètement inaperçues.  Ces éléments nous amènent à affirmer une position de prudence jusqu’au bout de ce travail.  Mais il est extrêmement enrichissant de penser que le monde nous échappe, et il nous semble que cette sensation de perte ou d’impuissance elle-même constitue en soi la veille et la densité d’une éthique.

Pour repérer nos épisodes de rencontre, nous pourrions soumettre l’ensemble de nos vidéos à une observation critériée et systématique. Nous passerions nos vidéos au crible d’une grille et nous noterions des traces des expressions et des affects en surveillant les manières des mouvements et des verbalisations des élèves au regard des événements musicaux. Nous pourrions placer ces relevés en parallèle avec les autres données contextuelles, injonctions explicites ou implicites des enseignantes. Nous observerions l’inadéquation entre les productions et les attendus, les traces de prise de risque, l’émergence des initiatives des élèves, nous traquerions des traces de singularité. Au terme de cette étape nous aurions ainsi sélectionné un panel de moments qui seraient constitutifs des exemples utiles à notre travail.

Il s’agirait ainsi de regarder nos vidéos sous l’ombre transcendante d’une grille. Or, quelle grille prédéterminée pourrait-elle calculer un coefficient de nouveauté ? Une grille préformée ne pourrait observer ce qui est mineur et qui passerait entre les mailles par définition.

En effet ce n’est pas ainsi que nous observons nos vidéos et un problème se pose à nous qui sommes bousculée par la nature du processus d’extraction des moments dans le continuum filmé des vidéos. En effet, c’est comme si le travail se retournait contre nous car nous voyons certains des moments capturés par la caméra s’installer tout seuls dans l’exemplier, prenant de l’indépendance par rapport à notre volonté qui se plie dans un vouloir le fait accompli. Nous cherchons à nous expliquer ce phénomène du non-choix des moments et nous postulons qu’ils expriment l’intensité d’une rencontre, celle de notre rencontre avec ce qui devient alors pour nous des moments de rencontre entre les élèves et la musique. Aucune grille dépendante d’une volonté à examiner des critères n’est actionnée alors. Si la transcendance d’une grille est inopérante, faudrait-il être devin d’une question non encore posée pour voir la nouveauté apparaître ? Il est pour nous évident qu’un affect nous traverse alors que nous regardons certains épisodes de nos vidéos. C’est cet affect qui décide du choix de nos exemples. Nous posons le problème que nous pose la nature de notre position d’observatrice-affectée, nous décrivons notre impression, notre surprise, que cela se passe ainsi. Nous voyons bien aussi l’impossibilité logique d’une grille pour capturer des rencontres. Dans notre pratique le processus est renversé : c’est a posteriori que les moments sont observés et analysés, après leur entrée comme à notre insu dans l’exemplier.

Pourtant il est très naturel que cela se passe ainsi. En effet, si nos moments sont dynamiques, chargés d’expression et d’intensité, il n’est pas surprenant de penser que nous puissions en être affectée. Cette propriété électrique des rencontres est décrite par Deleuze et Guattari (1980) avec les phénomènes en chaîne des « devenirs » qui se capturent les uns les autres. Ce n’est donc pas d’une grille mais d’un potentiomètre dont nous avons besoin car une rencontre ne pourrait pas s’observer selon un mode qui viserait à installer un seuil de neutralité de l’observation. En effet, les critères définis a priori objectiveraient l’acte d’observation et éteindraient en même temps ce qui s’anime dans la rencontre, c’est-à-dire sa puissance intensive-expressive. Cette observation-affectée est l’expression d’une certaine qualité, qui n’est pas exceptionnelle, mais simplement humaine. Il s’agit d’une forme de sensibilité aux intensités que les choses, les gens et les enfants expriment parfois lorsque se créent des circulations d’affects, des turbulences, des rencontres. « Affect » est un terme chez Deleuze et Guattari (1991) « qui fait couple avec celui d’affection » (Delourme, Lecercle, 2003, p.31) et que Deleuze retient de sa lecture de Spinoza. Le terme se distingue nettement de sa compréhension freudienne liée « à une décharge d’énergie psychique » ou lyotardienne liée au « trauma ou à l’expérience de la perte ».  L’affect se distingue de l’affection qui est très attachée à notre vécu personnel.

Pierre Paillé et Alex Mucchielli (2012) plaident pour un savoir-faire ordinaire du chercheur investi dans une méthodologie qualitative qui s’exerce au contact du terrain. Ils définissent la méthode qualitative par le fait que « l’ensemble du processus est mené de manière « naturelle » mettant « à profit les capacités naturelles du chercheur [… qui ne doit pas] masquer sa relative banalité » (p.13). L’auteur ajoute que « L’analyse qualitative est d’abord une expérience du monde-vie. Une activité de production de sens qui ne peut être réduite à des opérations techniques. Mystère d’une rencontre entre une sensibilité – celle d’un chercheur et d’une expérience -celle d’un participant » (p.60). L’affect est de cette nature : un ressenti simplement humain dont le chercheur est traversé comme tout le monde – sous une certaine perspective.

Ce qui nous affecte dans nos vidéos s’installe dans l’exemplier : dépossédée du pouvoir de choisir, impliquée dans une position « axiologiquement pleine » ce que l’importance décisive attribuée à notre affect semble révéler, notre analyse doit s’attacher alors à produire la valeur de ces événements intempestivement surgis. En effet, notre contexte scolaire nous contraint à soutenir la valeur éducative de nos phénomènes, qui semble se confondre avec leur valeur de vie, avec une éthique de l’amour de la vie.

 

Réflexion sur la valeur

 

Eirick Prairat (2014) écrit que « valuer » qui existe en anglais mais n’existe pas en français, consiste à valoriser et qu’il s’agit d’une conduite aimante. Il nous semble que son analyse de la proposition à deux temps de la valuation chez Dewey nous permet de comprendre mieux notre position. Le premier niveau de valuation chez Dewey correspond à la reconnaissance immédiate, non réfléchie, d’une valeur dans un fait. Dewey nomme « émotivisme » cette étape spontanée de la valuation. Nous nous reconnaissons dans ce premier temps de la valuation. Pourtant nous protestons que la charge affective de nos exemples à ce niveau ne nous cloue cependant pas dans l’intimité d’une émotivité rapportée fortement à un moi-vécu, ce qui pourrait correspondre à cet « émotivisme » de Dewey ou à ce que Deleuze et Guattari nomment « affectivité ». À un second niveau, Dewey soutient qu’il est possible d’objectiver le processus de cette valuation émotiviste de premier niveau par l’observation et l’analyse du contexte.  Cela permet de « soupeser les valuations a posteriori, de les hiérarchiser et de modifier les attachements ultérieurs ». Ce second niveau est alors rapporté par Prairat à un processus évaluatif. Il n’en est pas ainsi avec nos exemples et nous voulons affirmer la valeur autotélique et positive de nos exemples. Nos exemples sont affectés, nous affectent et continuent à nous affecter après analyse, d’une charge par ailleurs uniquement positive. C’est par exemple une joie que de voir tel enfant exécuter tel mime en lien avec la musique. Et son effort de concentration, cette énergie qu’il déploie nous affecte joyeusement d’une joie qui ne s’use pas. Cela implique que la valence positive de l’affect immédiat que génère notre épisode ne soit pas remise en question par l’observation et la réflexion a posteriori. Harmut Rosa (2017) avance le concept de « résonance » qu’il associe à the good life et aux rencontres (encunters) et qu’il dissocie lui aussi de l’évaluation : « if we have to outpace someone, we cannot resonate with him or her at the same time ». Son propos est différent mais il nous semble que la place de l’évaluation est identique dans notre recherche.

La valeur que nous accordons à nos épisodes ne peut s’argumenter en tant que telle, elle se heurte à une certitude. Celle-ci renvoie au fait que, comme l’explique Nathalie Heinich, parfois « la valeur est autotélique, elle est une butée de l’argumentation » (2017). L’auteure ajoute pourtant que si l’on ne peut argumenter, cela n’empêche pas de prendre en compte « les trois dimensions objectale, représentationnelle et contextuelle » de l’expérience. Ainsi il semble possible de soutenir la « valuation positive » génétiquement soudée à nos épisodes enfantins qui nous affectent, en décrivant ce qui nous frappe dans les situations et les manières d’exprimer de ces derniers.

Mais d’où nous vient cette certitude que nos affects sont bons ? L’affect chez Deleuze prend son sens dans sa lecture de Spinoza. L’affect n’est pas l’affect de quelqu’un, il est neutre et traverse les corps. Il éteint l’égo, sa puissance d’affirmation est impersonnelle. Il nait de la rencontre entre des corps et s’évalue selon des modifications de la puissance d’agir. Chantal Delourme et Jean-Jacques Lecercle (2003) écrivent que l’affect apparait comme « puissance de vie, puissance d’affirmation » et dans leur notice les auteurs rappellent le dialogue de Gilles Deleuze avec Claire Parnet : « s’affecter de joie, multiplier les affects qui expriment ou enveloppent un maximum d’affirmation » (p.76).

 

Conclusion

 

Dans notre contexte spécifique, au sein d’un cadre scolaire protégé, mais aussi grâce à notre point de vue infusé par nos lectures de la philosophie vitaliste de Deleuze, nous faisons l’hypothèse que, dans ces conditions, une méthode de recherche « par rencontre » produit une collection d’épisodes dont la valeur positive est intégrée au processus.  Selon Pierre Paillé (2006), interpréter dans le contexte d’une recherche qualitative est à la fois une expérience à laquelle s’expose le chercheur et une œuvre comme « montage d’éléments inédits [constituant] une nouvelle proposition ». Nous pourrions dire que notre exemplier pourra se lire dans deux sens, comme un ruban de Moebius, suivant le versant de la description objectivante des réponses contextualisées, intensives, sensorielles des élèves écoutant la musique, ou bien, suivant le versant de nos propres expériences de rencontre avec les réponses intensives des élèves, sur le mode d’une affirmation contribuant à créer le monde tel qu’on souhaite le voir exister.

Références

 

Astolfi, J.P., 2010, La saveur des savoirs : Disciplines et plaisir d’apprendre. Issy-les-Moulineaux,  esf-éditeur.

Bogue R., 2006, « Violence in Three Shades of Metal », pp. 195-117, in : Buchanan I., Swiboda M., éds., Deleuze and Music, Edinburgh, Edinburgh University Press.

Bogue R., 2007, « L’art du possible », trad. de l‘anglais C. Dosso, Nouvelle revue d’esthétique, 18 (1), pp. 133-144, 2017.    doi :10.3917/nre.018.0133

Boudinet G., 2012, Deleuze et l’anti-pédagogue : Vers une esthétique de l’éducation, Paris, L’Harmattan.

Chabanne J-C., Parayre M. & Villagordo E., éds, 2012, La rencontre avec l’œuvre. Eprouver, pratiquer, enseigner les arts et la culture, Paris, L’Harmattan.

Cislaru G., Claudel C. & Vlad M., 2017, L’écrit universitaire en pratique. 3ème édition, Louvain-La Neuve, De Boeck Supérieur.

Deleuze G., Guattari F., 1980, Mille Plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Éd. De Minuit.

Deleuze G., Guattari F., 1991, Qu’est-ce que la philosophie ? Paris, Éd. De Minuit.

Deleuze G., Parnet C., 1996, Dialogues, Malherbes, Champs Essais Flammarion, 2008.

Delourme C., Lecercle J-J., 2003, « Affect », in : R. Sasso & A. Villani, Le Vocabulaire de Gilles Deleuze, Les cahiers de Noesis, 3, Nice, Centre de Recherche en Histoire des Idées.

Dewey J., 1934, L’art comme expérience, œuvres philosophiques III, trad. de l’anglais par J-P. Cometti, C. Domino & F. Gaspari, Pau, Éd. Farrago, 2010.

Dumez H., 2016, Méthodologie de la recherche qualitative : Les questions clé de la démarche compréhensive, Paris, Ed. Vuibert.

Gaillot B-A., 1997, Arts plastiques : éléments d’une didactique critique, Paris, Presses Universitaires de France.

Heinich N., 2017, « Dix propositions sur les valeurs », Questions de communication, 31, pp. 291-314.

Maizières F., 2011, « L’éducation musicale à l’école primaire : quelles relations avec le rapport personnel à la musique de l’enseignant ? », Les Sciences de l’éducation Pour l’Ere nouvelle, 44, pp. 103-126.    

Maizières F., 2013, « L’éducation musicale à l’école primaire en France. Les représentations professionnelles de professeurs des écoles impliqués », Recherche et Formation, 73, pp. 21-36.

 Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2015, « Programmes d’enseignement de l’école maternelle », Bulletin officiel spécial n°11 du 26 mars 2015.                                                                                                  

Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2015, « Programme d’enseignement du cycle des apprentissages fondamentaux », Bulletin officiel spécial n°11 du 26 novembre 2015.

Paillé P., 2006, « Qui suis-je pour interpréter ? », in : P. Paillé, dir., La méthodologie qualitative : postures de recherche et travail de terrain, Paris, A. Colin.

Paillé P., Mucchielli A., 2012, L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales,                       Paris, A. Colin.

Prairat E., 2014, « Valuation et évaluation dans la pensée de Dewey », Le Télémaque, 46 (2),       pp. 167-176.

Rosa H., 2017, « Dynamic Stabilization, the Triple A. Approach to the Good Life, and the Resonance Conception », Questions de communication, 31, pp. 437- 456.

Ruby C., 2017, « Pédagogie à l’égard du public des arts et de la culture », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Accès : http:/publictionnaire.huma.fr/notice/pedagogie-a-legard-des-arts-et-de-la-culture/.

Sauvagnargues A., 2002, « Art mineur – Art majeur : Gilles Deleuze » in : Espaces Temps, 78 (1), pp.120-132.

Sauvagnargues A., 2004, « Deleuze. De l’animal à l’art », in : F. Zourabichvili, A.

Sauvagnargues & P. Marati, La philosophie de Deleuze, Paris, Presses Universitaires de France.

 

Schaeffer J.M., 2015, L’expérience esthétique, Paris, Gallimard.

 

Simondon, G., 2005, L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, préface de J. Garelli, Grenoble, Millon.

Soulet M.H., 2012, « Les qualités essentielles du chercheur qualitatif » in : Recherches qualitatives, 12, 29-39.

 

Tripier-Mondancin O., Maizières F., 2015, « Anatomie et acceptabilité de la comparaison de deux enquêtes à propos des œuvres musicales écoutées de la maternelle au collège (France) », Recherche en éducation musicale, 32, pp.71- 92.

 

Villani A., 1999, La guêpe et l’orchidée : Essai sur Gilles Deleuze, Paris, Belin.

 

 

LE COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DU FLE DANS LA PERSPECTIVE DU CECRL DANS DES CONTEXTES NON EUROPÉENS

Comité d’édition 

Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine et  maître de conférences à l’Université de Mutah – Jordanie)

Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Fatima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Aurora  FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine et  Post-Doc à l’Université de Bergame, Italie)

Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine)

 

Semdoc 2018 Journées doctorales du réseau Iris Metz, 2-3 juillet 2018 Appel à communications

 

Iris (Interregion, interscience) est un réseau d’unités de recherche fondé sur des intérêts communs et complémentaires dans le domaine scientifique et la formation. Il réunit trois unités du domaine des sciences de l’homme et de la société implantées dans le Grand Est :

  • Cimeos (Communication, médiations, organisations, savoirs, Université de Bourgogne)
  • Crem (Centre de recherche sur les médiations. Communication, langue, art, culture, Université de Lorraine)
  • Elliadd (Éditions, langages, littératures, informatique, arts, didactique, discours, Université de Franche-Comté)

L’ambition est de construire une culture commune en favorisant les échanges et contacts entre doctorant.es et encadrant.es.

Cette rencontre sera l’occasion de confronter les approches scientifiques qui caractérisent les disciplines représentées au sein des unités, notamment les sciences de l’information et de la communication, les sciences du langage, les langues et littératures françaises ou étrangères, la didactique, l’anthropologie et la sociologie.

Les contributions devront porter sur des questions de méthode (à entendre dans un sens plus large que « méthodologie » : construire une problématique, constituer un corpus, etc.) liées à la réalité concrète de la recherche doctorale et sur leur articulation avec les choix théoriques.

Modalités de soumission et sélection

Chacune des unités du réseau Iris sélectionnera quatre propositions de communication émanant de ses doctorants (à partir de la 2e année). Vous êtes donc invité à envoyer votre proposition en une page avant le 7 mai,  par courrier électronique :

en mettant en copie votre directeur/trice de thèse.

L’objet du courriel doit être libellé ainsi :

Semdoc 2018 – Initiale du prénom du doctorant Nom du doctorant – Titre de l’article.

Calendrier

  • 7 mai: fin des dépôts des propositions dans chaque unité
  • fin mai 2018: notification aux auteurs
  • 2-3 juillet: doctorales

exposé de 30 minutes (15 000 signes maximum)

  • septembre 2018: les textes retenus seront publiés dans le carnet de recherche de l’AJC Crem sur Hypotheses.org, dans la rubrique Eustochia[1], Actes des séminaires doctoraux d’Iris

Organisation

  • Lieu: Metz, 2-3 juillet 2018
  • Modalités de participation

Chaque unité proposera les noms des 4 doctorants et des 4 enseignants-chercheurs qui participeront aux journées

Le Crem (l’unité de recherche invitante pour 2018) financera le logement des doctorants et les repas de tous les participants (à savoir 4 doctorants et 4 enseignants-chercheurs par unité).

 

  • Public: si le séminaire est réservé à un nombre restreint de participants, les doctorants et enseignants-chercheurs de l’unité d’accueil pourront tous y assister.

[1] En grec ancien, eustochia désigne la sûreté du coup d’œil. Chez Platon, il s’agit de celle de l’archer qui vise sa cible. Chez Thucydide et Aristote, le mot renvoie aussi à une concentration des forces (finalité) et à une capacité à établir des similitudes entre ce qui est visible et ce qui ne l’est pas à première vue (modalité). Pour en savoir plus : M. Détienne et J.-P. Vernant, Les Ruses de l’intelligence. La Mètis des Grecs, Paris, Flammarion, 1974.

 

 

Les actes du SEMDOC 2017

 

 

Les actes  SEMDOC  ayant eu lieu les 6 et  juillet 2017 à  Université de Bourgogne, sont disponibles en texte intégral. Vous pouvez les retrouver en cliquant sur les liens ci-dessous.

 

  Dispersion et confinement des matériaux d’enquête dans l’analyse d’une controverse environnementale, Vincent Carlino

a mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel,Letz Géraldine

Communication de crise en phase post-accidentelle nucléaire ,Antonin Segault 

Représentations et pratiques de consommation des légumesHélène Burzala-Ory

La radio en Afrique : discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger,Idé Hamani

La Guerre sino-japonaise au cinéma en Chine sous le régime autoritaire de Mao Zedong 1949-1976 : problématisation et élaboration de la méthodologie, Miao  Chi

Un modèle théorique pour éclairer des histoires d’engagement dans la vulgarisation,Lionel Maillot

la didactique des arts,Catherine Dosso

 

Un modèle théorique pour éclairer des histoires d’engagement dans la vulgarisation

Lionel Maillot,

Doctorant en sciences de l’information et de la communication au laboratoire CIMEOS de l’Université de Bourgogne. Sa thèse est dirigée par Éric Heilmann et Dominique Valentin.

Un modèle théorique pour éclairer des histoires d’engagement dans la vulgarisation

 

Introduction

En France, la vulgarisation est inscrite dans les missions des établissements publics scientifiques et techniques. Elle est également une mission du métier de chercheur. Et pourtant, certains vulgarisent et d’autres non. Pourquoi ? Quelles sont les raisons invoquées par les uns ou les autres ; quels sont les contextes, incitations, barrières, croyances ou histoires qui peuvent expliquer qu’un chercheur s’engage[1] ou non dans la vulgarisation ? Nous nous intéressons particulièrement aux facteurs qui pourraient influencer l’engagement de doctorants dans cette pratique de communication. Pour cela, nous utilisons une théorie phare de la psychologie sociale : la théorie du comportement planifié. Sériant plusieurs facteurs, cette théorie offre un classement hiérarchique des influences de l’intention de s’engager. Elle se base sur un questionnaire fermé (utilisant principalement des notations sur échelles), analysé par une procédure statistique. Dans cet article, nous proposons de présenter notre utilisation de cette théorie. Au-delà de la prévision offerte par le processus, nous nous servons de ses résultats pour mieux diagnostiquer des comportements au cas par cas. Il s’agit d’une utilisation qualitative d’une démarche quantitative. Nos analyses contribuent également à aiguiser notre façon d’interviewer des jeunes chercheurs s’engageant ou non dans des pratiques de vulgarisation scientifique.

Contexte

Notre démarche se situe entre deux positionnements : celui de l’ethnologue indigène (Anderson 2011[i]), immergé dans un terrain et profitant de chaque instant pour observer des situations ; d’autre part, une prise de recul vis-à-vis de ce terrain par la mise en place de procédures de prélèvement de données plus quantitatives. Notre immersion de terrain s’appuie sur une hyperproximité avec les doctorants, depuis 17 ans, par la conduite du programme Experimentarium[2] (Maillot, 2002). Une centaine de doctorants vulgarisateurs ont été observés et questionnés via des modalités qualitatives comme l’entretien sur le mode de la « discussion courante » ; une méthode que nous illustrerons en fin d’article. L’approche quantitative se base sur un modèle : la théorie du comportement planifié. Grâce à un questionnaire envoyé à tous les doctorants de l’Université de Bourgogne en 2014, nous avons interrogé un corpus de doctorants vulgarisateurs, mais également des jeunes chercheurs n’ayant aucune expérience dans la vulgarisation. 233 doctorants ont répondu ; parmi eux, 51% n’avaient jamais participé activement à un programme de vulgarisation[3]. Nous avons eu recours à la théorie du comportement planifié pour nous situer en contrepoint d’études précédemment effectuées sur les relations chercheurs – vulgarisation. Ces études étaient de l’ordre d’enquêtes d’opinions. Elles comportaient certains biais d’ajustements déclaratifs, notamment des rationalisations en fonction de ce que le répondant peut imaginer de ce qui sera fait de l’enquête (Maillot, 2012). Par exemple, un chercheur enquêté peut être tenté de « faire passer » un message à son institution[4]. La théorie du comportement planifié permet d’éviter ce type de biais. Les résultats complets de cette étude seront présentés dans un article ultérieur. Au-delà, le propos de cet article est de montrer quelle utilisation nous pouvons faire d’une production de données quantitatives, pour éclairer une démarche qualitative. Avant cela, prenons le temps de comprendre le fonctionnement « mécanique » de cette théorie du comportement planifié et la façon dont nous l’avons mobilisée, dans un premier temps.

 

La théorie du comportement planifié (TCP)

 

La théorie du comportement planifié est dominante dans le domaine de l’étude des changements de comportement en société. Des centaines d’études utilisent ce cadre théorique. Dix ans après sa création par Ajzen en 1991, une revue proposant une méta-analyse statistique (Armittage & Conner, 2001[ii]) répertorie déjà 185 études faisant appel à la TCP. Les champs d’applications sont multiples : santé (arrêter de fumer, porter un préservatif, etc.), risque (port de la ceinture en voiture, consommations risquées, jeux de hasard, délits, etc.), éducation (abandon d’étude, attitudes citoyennes, don du sang, etc.), etc.

En proposant la TCP et la Théorie de l’Action Raisonnée (TAR, 1980, dont la TCP est une extension), Ajzen et Fishbein[5] annoncent leur volonté d’établir une théorie permettant à la fois d’expliquer, de prédire et de modifier le comportement social des individus. Afin de ne pas surestimer de façon illusoire ces ambitions, il convient de bien définir le cadre théorique à l’intérieur duquel fonctionnent ces explications et prédictions. Ces théories s’appliquent à une « conduite sociale envisagée comme le produit d’une prise de décision raisonnée, planifiée et contrôlée. Toutefois, le terme raisonné ne signifie pas pour autant que la décision est rationnelle, non biaisée ou basée sur des règles objectives et logiques. Il indique simplement que l’individu s’engage dans une délibération si minime soit-elle avant d’agir » (Ajzen & Fishbein, 2000). Pour notre cas, la vulgarisation, telle que nous l’avons présentée à notre corpus (en préambule de notre questionnaire), est bien une action « raisonnée ». Ceci étant assuré, la conception du processus consiste à échafauder un système pour découvrir ce qui reste exhaustivement insondable : l’ensemble des raisons pour lesquelles un individu a l’intention de s’engager dans un comportement, si rationnel soit-il. D’une part, on propose une mesure de l’intention, par des échelles de notation de 1 à 7, parsemées dans le questionnaire (demandant ici : « J’ai l’intention de participer à des actions de vulgarisation dans les 12 prochains mois. », là : « Je ne prévois pas de participer à des actions de vulgarisation dans les 12 mois qui viennent »). D’autre part, on imagine des catégories des pensées du répondant, qui seront également mesurées par des systèmes d’échelles. La théorie du comportement planifié consiste à concevoir une « intention théorique » qui sera une combinaison linéaire de ces catégories. L’enjeu est de jauger à quel point cette intention théorique sera proche de l’intention mesurée. À l’intérieur de ce modèle, on peut écrire que l’intention théorique « prédit » (ou « explique ») l’intention mesurée et l’on peut donner un pourcentage révélateur du taux de prédiction[6].

En 1980, Ajzen et Fishbein ont proposé de considérer qu’on pourrait concevoir l’intention théorique avec deux catégories seulement. Ces catégories (ou composantes) sont :

– L’attitude

L’attitude est définie comme l’évaluation favorable ou défavorable envers l’accomplissement du comportement (Ajzen & Fishbein, 1980). Elle peut par exemple recouper une évaluation sur l’usage du tabac (provoque les dents jaunes, le cancer, etc.) et les bénéfices potentiels liés à l’arrêt (mieux respirer, etc.), dans le cas d’un comportement d’arrêt de la cigarette.

 

– Les normes subjectives

Il s’agit des considérations sur l’influence et l’opinion des proches sur le comportement. On parle de pression sociale perçue. Le terme “proches” regroupe l’environnement familial, professionnel, social et/ou culturel. Pour continuer sur l’exemple du tabagisme, ces normes peuvent inclure l’avis de médecins.

 

Plus tard, Ajzen s’est rendu compte que, si l’attitude et les normes subjectives prédisaient l’intention, elles ne prédisaient pas assez une intention qui conduit à un changement de comportement. Par exemple, une personne peut avoir l’intention d’effectuer un comportement comme « partir en voyage », mais peut manquer de moyen, voire de confiance pour le faire. Il a donc proposé l’ajout d’une troisième composante :

– Le contrôle comportemental perçu (CCP)

« Il s’agit de la facilité ou la difficulté perçue à effectuer un comportement. Le “contrôle comportemental perçu” est censé refléter l’expérience passée aussi bien que les empêchements et les obstacles anticipés » (Ajzen, 1987). Dans le cas d’arrêt du tabac, il peut s’agir de la croyance en la capacité de trouver des solutions (se restreindre, utiliser des patchs, etc.) et de les réaliser.

Pour fabriquer la combinaison linéaire « intention théorique », il faut bien choisir les composantes, les unes en fonction des autres. Il faut qu’elles couvrent le plus possible tous les facteurs qui pourraient déterminer l’intention. Ajzen et Fishbein ont à plusieurs reprises défendu le caractère complet de leur modèle. Ils ont jugé que la construction d’autres composantes explicatives (que l’attitude, les normes et le CCP) n’apportait pas plus de prédiction puisque les composantes ajoutées étaient en fait médiatisées (c’est à dire incorporées) par les trois composantes qu’ils avaient déjà imaginées. Si l’intention théorique était un édifice, il ne tiendrait que sur trois piliers !

La méta-analyse de Connor et Armitage (op.cit.) effectuée en 2001 sur 185 études indépendantes montre que les trois composantes (attitude, normes subjectives et contrôle comportemental perçu) expliquent 39% de la variance de l’intention mesurée, à elles-seules[7]. Si ce résultat est fort, il n’a pas empêché de nombreux chercheurs de vouloir aller plus loin, et d’imaginer que plusieurs autres composantes pouvaient aussi contribuer à prédire l’intention. Sans remettre en cause les trois composantes fondamentales, de nombreuses extensions ont été élaborées…

 

Notre utilisation de la TCP

 

Nous inspirant d’une étude réalisée entre 2005 et 2006, sur des chercheurs anglais, utilisant la TCP (Poliakoff & Webb, 2007), nous avons proposé d’ajouter des composantes permettant, soit d’étayer les trois « piliers » du modèle (notamment en renforçant le « contrôle comportemental perçu » par des composantes liées à l’environnement du chercheur), soit de proposer des extensions (notamment un questionnement sur le comportement passé, c’est-à-dire l’expérience récente en vulgarisation).

Au total, nous avons conçu un panel de 15 composantes, illustré par la figure 1.

Figure 1 : Ensemble de composantes choisies pour, à la suite d’une régression hiérarchique « pas à pas » (expliquée infra), déterminer les facteurs principalement prédicteurs de l’intention mesurée de s’engager dans la vulgarisation. Les flèches représentent les composantes les plus prédictives.

Légende :

L’attitude : il s’agit donc d’une évaluation personnelle de l’action de vulgarisation (semble-t-elle agréable, utile, plaisante ? etc.)

Les normes subjectives sont dissociées en deux composantes : l’avis des collègues concernant l’engagement potentiel du doctorant dans la vulgarisation (Normes Collègues), ou bien l’avis de la famille et des amis (Normes Famille/Amis).

Les normes descriptives : il s’agit du nombre de personnes qui pratiquent la vulgarisation dans l’entourage proche du doctorant (mais pas l’opinion de ces personnes, ces normes sont donc supposées indépendantes des normes subjectives).

Les normes morales : il s’agit de la perception du bien-fondé moral de s’engager ou du devoir citoyen.

L’obligation sociale : à quel point le doctorant ressent une pression qui l’oblige à vulgariser ?

La peur : cette composante est couramment considérée comme indépendante de l’attitude et des normes subjectives. Il peut s’agir de la peur des répercussions par exemple.

La complexité de la recherche : il s’agit de mesurer si le doctorant estime que sa recherche est trop compliquée pour être vulgarisée.

Les contraintes de temps : le doctorant considère-t-il qu’il a assez de temps pour vulgariser ?

L’intérêt professionnel : cette composante recoupe la reconnaissance pour la carrière et l’intérêt que peut avoir la vulgarisation pour trouver des financements pour vulgariser.

Les incitations financières : le doctorant participerait-il si l’action de vulgarisation était financée ?

Le souvenir d’enfance : à quel point un souvenir d’enfance lié à la vulgarisation scientifique a pu être important dans la vocation d’un doctorant pour la recherche ?

L’estime de sa recherche : le doctorant trouve-t-il sa recherche épanouissante, la conçoit-il clairement, a-t-il l’intention de poursuivre dans la recherche ?

Le comportement passé : le doctorant s’est-il engagé dans un programme de vulgarisation lors des derniers mois ?

Nous avons opéré une régression hiérarchique « pas à pas » sur ce cocktail de composantes. Il s’agit, lors d’un premier calcul, de déterminer la composante la plus prédictive de l’intention, puis de calculer la composante qui, en complément de la première prédiction, approchera au mieux l’intention et ainsi de suite.

Résultat, la composante dominante est le « comportement passé », puis viennent : l’attitude, les normes subjectives liées aux collègues et dans la même mesure, les contraintes de temps et le contrôle comportemental perçu.

 

Interprétation généraliste des résultats

 

L’influence du comportement passé est cohérente avec les résultats d’études antérieures (même si elles n’utilisent pas la TCP). Pablo Jensen remarque, par exemple, qu’aucun chercheur du grade de DR1 (du CNRS) ne débute une pratique de vulgarisation, s’il n’en a pas déjà effectué avant au cours de sa carrière[8]. Soit un chercheur démarre tôt dans sa carrière, soit il ne fera pas de vulgarisation. Ce résultat confirme l’importance du « premier pas » si l’on veut mobiliser les chercheurs. La seconde composante influente est l’attitude : les individus ayant envie de vulgariser sont ceux qui ressentent que cela leur sera utile et plaisant. C’est un résultat qui paraît banal. Par crainte de répéter des lapalissades, plusieurs enquêtes négligent ce fait (ne serait-ce que parce que les chercheurs interviewés passent aussi à coté de cette évidence). Pourtant, l’information est forte : elle signifie que l’engagement ne se fait pas sous contrainte ou par devoir : ceux qui n’ont pas d’attitude favorable disent qu’ils ne vont pas s’engager. Ce résultat est corroboré par le fait que les normes morales (ou l’engagement citoyen), l’intérêt professionnel, l’obligation sociale, les incitations financières et institutionnelles ne sont pas des facteurs déterminants. Une comparaison entre notre étude sur un corpus de doctorants et l’étude de Poliakoff et Webb effectuée sur des chercheurs de tout grade et âge nous permet de supposer que l’influence des collègues et des contraintes de temps est spécifique aux doctorants.

Ces premiers critères prédictifs (comportement passé, attitude, etc.) sont éclairants. Ils peuvent aider un médiateur scientifique à comprendre les difficultés d’engagement d’un chercheur « sans pratique » ; ils contribuent à bien considérer le rôle de l’affect – notamment du plaisir à vulgariser – dans la motivation ; ils renforcent l’importance de certaines considérations sociales et professionnelles (l’avis des collègues est influent chez les doctorants) et relativisent l’efficacité de critères exclusivement centrés sur la reconnaissance institutionnelle (qui selon notre étude et celle de Poliakoff et Webb ne sont pas efficients).

Cependant, nous considérons que nous ne pouvons pas nous arrêter à une lecture généraliste de ces influences hiérarchiques. Un déterminisme trop primaire conduirait à conclure qu’un chercheur lambda doit déjà avoir fait de la vulgarisation, puis évaluer positivement l’utilité personnelle et le plaisir potentiel pour avoir « tant de pourcents de chances » de s’engager dans une action. Restant dans une production statistiques mais en complément de ces tendances hiérarchisées, nous avons procédé à des analyses multifactorielles qui ont établi des représentations de la façon dont les composantes (c’est-à-dire les facteurs plus ou moins influents) s’articulent les unes en fonction des autres. Nous avons confirmé une tendance qui associe les avis sur l’intention de vulgariser et l’attitude envers la vulgarisation. Ces analyses pointent que les arguments de « manque de temps », de « recherche trop complexe » ou de « peur » ne s’opposent pas significativement à ce positionnement proactif (mêlant attitude positive et intention). Autrement dit, les personnes qui n’ont pas l’intention de vulgariser sont celles qui – avant tout – en ont une attitude défavorable, mais elles ne sont pas significativement en manque de temps, craintives ou handicapées par une recherche trop complexe. Cette tendance forte étant établie, notre analyse nous a permis de distinguer “à intention constante”, les sentiments d’obligation qui s’opposent à une attitude positive envers la vulgarisation et la croyance en sa capacité à faire. Soit, les individus mobilisent des arguments liés à la « propension » (se sentir capable et apprécier la vulgarisation), soit ils se sentent plus « obligés » ou invités. Lorsque l’intention est faible, ressentir l’obligation sans propension à vulgariser va de pair avec la perception de handicaps tels que la peur ou l’impression de conduire une recherche trop complexe pour être communiquée.

Somme toute, l’attitude et l’intention expliquent principalement les réponses des doctorants et une distinction s’ajoute séparant le sentiment d’obligation et la propension à la vulgarisation.

Ces appréciations sont des façons de lire un espace de réponses que 233 personnes ont faites à un questionnaire. Le nombre conséquent de répondants peut conduire à une généralisation. Cependant, nous proposons un usage complémentaire de ces analyses.

 

L’utilisation qualitative des analyses

         Depuis 2001, nous observons des doctorants et des chercheurs s’engageant plus ou moins dans la vulgarisation. La production d’analyses statistiques issues de la TCP permet d’aiguiser cette observation du terrain et de renforcer certaines techniques d’entretiens avec les doctorants.

Nous avons demandé à une doctorante participant à l’Experimentarium de décrire, par écrit, des morceaux de l’histoire de son implication dans ce programme. En voici quelques extraits[9] :

« Je suis doctorante en psychologie et – fait assez rare en sciences humaines – j’ai un très grand bureau sur le campus, que je partage avec une collègue doctorante : Mélanie. C’est grâce à Mélanie que j’ai participé à l’Expérimentarium… programme auquel participaient également d’autres collègues de mon laboratoire. Courageuse, mais pas téméraire, j’ai pu observer discrètement la formation de Mélanie, son évolution et surtout le plaisir qu’elle prenait à participer à l’Expérimentarium. Car il y a une chose à savoir sur moi, c’est que je suis timide, très timide même ! Alors un programme comme l’Expérimentarium, dans lequel il faut parler de sa recherche à des inconnus, sur le papier, ce n’était pas pour moi. Mais ça, c’était sans compter sur l’aura qui entoure l’Expérimentarium.

Le plus dur étant toujours le premier pas, c’est Mélanie qui a contacté Coralie, la personne en charge du programme, pour que je puisse venir assister à l’un de ses ateliers avec une classe. Coralie a évidemment accepté. Pour elle, le meilleur moyen de comprendre ce qu’est l’Expérimentarium, c’est de le vivre. Comme elle le propose à chaque « nouveau », Coralie nous a demandé d’arriver un peu en avance, elle trouvait important que nous partagions le café avec les trois autres doctorants qui allaient faire l’Expérimentarium ce matin-là. Je n’étais pas très à l’aise, mais au contact de ces « jeunes chercheurs » enthousiastes et à la vue de leur « atelier », j’ai décidé de me lancer, moi aussi, dans l’aventure. En plus de pouvoir échanger sur mon travail, j’y voyais l’occasion de découvrir des recherches faites dans de nombreuses disciplines et de rencontrer des doctorants qui vivent les mêmes galères que les miennes. Restait à savoir si je serais capable de faire aussi bien que tous ceux que j’avais vu ce jour-là !

(…)

Grâce à l’Expérimentarium, non seulement je suis devenue plus à l’aise pour communiquer à l’oral, mais j’ai aussi pris du recul sur mon travail, discuter avec des élèves et des enseignants m’a même permis de me rendre compte du potentiel d’application de ma recherche dans l’enseignement.

On dit souvent de la thèse que c’est comme une grossesse, et bien pour moi l’Expérimentarium c’est comme la péridurale, ça rend le travail moins douloureux ! »

Ce verbatim balaye plusieurs facteurs d’influences de l’engagement. Il montre comment les uns peuvent s’articuler en fonction du potentiel des autres. Pour Clémentine, sa croyance en sa capacité de faire (CCP) était faible. L’engagement s’explique alors par une influence plus importante des normes descriptives (le fait d’avoir une collègue proche qui vulgarise), des normes subjectives : cette collègue voyait positivement son engagement, et de l’attitude projetée sur la pratique (l’Experimentarium a une « aura »). En fin de verbatim, Clémentine rapporte un certain nombre de bénéfices personnels conséquents, qui vont influencer son réengagement ; à nouveau, l’attitude (l’évaluation de bénéfices) joue. Plusieurs histoires de doctorants peuvent être ré-analysées par le prisme de ce jeu d’influences. Pour le cas de Philippe, par exemple, sa directrice de thèse n’était pas favorable à la vulgarisation. Aucun collègue de son équipe ne participait. Le potentiel des normes subjectives et descriptives était donc nul. C’est parce qu’il avait une très grande croyance en sa capacité de faire (il était formateur d’animateurs) qu’il s’est engagé. Ce profil est typique de la situation qui privilégie la propension à l’obligation.

Les analyses issues de la théorie du comportement planifié nous servent donc de référence pour diagnostiquer des influences dans des histoires personnelles. Elles peuvent également aiguiser le façonnage du terrain : aider l’enquêteur à moduler sa façon de mener un entretien. En immersion dans le projet Experimentarium, nous avons réalisé des entretiens sur le mode de la discussion courante (Anderson 2011) : par exemple, en 2016, avec une doctorante de l’Experimentarium, Jeanne :

 

« Interviewer : – au fait, comment ça s’est passé pour toi la découverte de l’Expé ?

Jeanne : – ah, ben, j’avais vu une affiche dans mon bâtiment.

Interviewer : – ah bon, mais… des affiches pour des propositions, tu en vois plein !

Jeanne : – oui, mais en fait, j’avais déjà fait de la vulgarisation, des animations sur l’éducation au goût…

Interviewer : – et… [silence]… c’est pareil ?

Jeanne : – en fait, tu sais, quand on avait fait l’atelier « pourquoi on fait l’Expé ?[10] », j’étais la seule à ne jamais eu avoir d’expérience d’Expé et pour moi, j’y allais vraiment dans l’optique : “j’ai besoin de sensibiliser les gens”, comme ma thèse porte sur un problème de santé publique et que c’est important d’en parler autour de moi, parce que tout le monde peut être concerné. Alors que les autres [les autres doctorants qui participaient déjà à l’Experimentarium] avaient vraiment une réaction du type : “ça m’apporte beaucoup”, c’était vraiment très personnel, vraiment pour “Soi”. Au final, à la fin de ma première journée d’Expé, je me suis rendue compte que Oui, le “pour soi” est aussi super important parce que c’est très très valorisant de faire des ateliers d’Expé. On nous dit que c’est bien ce qu’on fait, que c’est utile, que c’est super et du coup ça nous motive et c’est super valorisant.»

 

Lors de cette discussion, un mode d’explicitation a été introduit par le fait de demander : « comment ça s’est passé ? », plutôt que « pourquoi tu as fait l’Experimentarium ? ». Un approfondissement de l’explicitation a été ajouté par la relance : « des affiches pour des propositions, tu en vois plein ! ». La doctorante avait fourni une information : un facteur contextuel avait influencé son engagement. Cependant – au regard de l’éclairage fourni par notre travail sur la théorie du comportement planifié – il ne fallait pas s’arrêter là : il fallait savoir si d’autres facteurs étaient influents (sans revenir à une demande d’explication du type « et il y a d’autres raisons ?»). Ainsi, cette relance mesurait la « force » de ce facteur contextuel : est-ce qu’une affiche suffit à déterminer l’engagement ? Alors, Jeanne a évoqué le facteur « comportement passé » : elle avait déjà fait de la vulgarisation.

Enfin, au cours de cette discussion, marquer un temps de pause avant la troisième question a laissé Jeanne exprimer une situation précise. Sa pensée corrobore les analyses statistiques : les doctorants se réengagent davantage dans l’Experimentarium parce qu’ils en ressentent des bénéfices de développement personnel et professionnel que parce qu’ils auraient une intention politique ou éducative.

Les exemples d’analyse des histoires de Clémentine, Philippe, Jeanne peuvent être multipliés. Les travaux de la TCP et l’analyse multifactorielle font émerger des facteurs et des articulations entre influences qui offrent un outil diagnostic. Cet outil constitue des repères et des atouts pour relancer l’exploration de l’histoire d’engagement que le questionnant et le questionné cherchent tous les deux à comprendre.

 

Conclusion

 

La théorie du comportement planifié est une méthode qui classe des facteurs influençant une intention. Son usage sur la vulgarisation est original et propose une rupture vis-à-vis d’enquêtes trop empiriques ne permettant pas une analyse précise des comportements des chercheurs. Les résultats de la TCP sont généraux : le facteur principal d’engagement est le comportement passé, puis l’attitude envers la vulgarisation, etc. On peut sophistiquer cette détermination hiérarchique grâce des analyses multivariées, positionnant les influences de facteurs les unes par rapports aux autres. Ceux qui ressentent une obligation peuvent aussi mobiliser des arguments de peur ou de complexité de leur recherche. On se rend compte que les statistiques, quand elles tissent, ne sont pas statiques : elles approchent les histoires de chacun. Ainsi prévoir invite à revoir, à distinguer les influences cachées dans un récit. Ce regard aiguisé est également un outil pour récolter les histoires, sonder l’implicite, aider à l’introspection et sortir des consensus prospérant dans les enquêtes d’opinions.

Notre expérimentation a été, à la fois, l’occasion d’intégrer une méthode de psychologie sociale dans le champ des sciences de l’information et de la communication, et de fournir un modèle pour diagnostiquer les histoires d’engagement de chercheurs dans la vulgarisation.

 

 

Références bibliographiques :

 

Ajzen I., Fishbein M., 1980, « A theory of reasoned action. Understanding attitudes and predicting social behaviour”.

 

Ajzen I., 1985 “From Intentions to Actions: A Theory of Planned Behavior”.

Giger JC., 2008, “Examen Critique Du Caractère Prédictif, Causal et Falsifiable de Deux Théories de La Relation Attitude-Comportement”, L’année Psychologique.

Anderson N., 2011, “Le Hobo, Sociologie Du sans Abri”, Armand Colin.

Armitage C., 2001, Conner M., ”Efficacy of the theory of planned behaviour: A meta‐analytic review ».

Jensen P., 2010, “A Statistical Picture of Popularization Activities and Their Evolutions in France.” Public Understanding of Science.

Maillot L., 2002, “Un Experimentarium à l’Université de Bourgogne”, Lettre de l’OCIM.

Maillot L., 2012, “L’engagement des chercheurs dans la vulgarisation scientifique”, Journées Hubert Curien, Actes.

Poliakoff E., Webb T., 2007, “What Factors Predict Scientists’ Intentions to Participate in Public Engagement of Science Activities?”, Science Communication.

 

 

Lionel Maillot

Lionel Maillot est doctorant en sciences de l’information et de la communication au laboratoire CIMEOS de l’Université de Bourgogne. Sa thèse est dirigée par Éric Heilmann et Dominique Valentin. En parallèle, Lionel Maillot et directeur du Réseau des Experimentarium et coordinateur de la Nuit Européenne des Chercheurs en France.

[1] Notre usage du mot engagement n’est pas lié à une connotation militante. Nous utilisons ce mot pour signifier le passage de la non-pratique à la vulgarisation.

[2] L’Experimentarium est un programme de vulgarisation scientifique provoquant des rencontres entre jeunes chercheurs et différents publics. Les doctorants échangent autour de leur activité de recherche lors d’ateliers courts avec des petits groupes de « convives ».

[3] Ce taux constitue un résultat intéressant. En effet, les études utilisant des questionnaires remplis de façon volontaires touchent généralement des personnes intéressées par le sujet. Dans la littérature, ce type d’étude interroge majoritairement des personnes ayant une pratique de vulgarisation. Ce biais de représentativité fragilise les interprétations.

[4] Dans notre thèse, nous évoquons un certain nombre de plaintes qui s’avèrent être des doléances présentées pour évoquer la recherche en général et qui – dans les rapports d’études – se trouvent attribuées à la vulgarisation.

[5] Ajzen et Fisbein ont développé la TAR en 1980 et Ajzen a proposé l’extension à la TCP en ajoutant le “contrôle comportemental perçu” quelques années plus tard.

[6] Plus techniquement, on dit que les composantes « expliquent x % de la variance de l’intention mesurée ».

[7] Dans le domaine de la psychologie sociale une prédiction supérieure à 30% est considérée comme pertinente (Giger, 2008 :118).

 

[8] À propos de chercheurs «DR1» du CNRS, Jensen pointe: « Apparently, even if the outside demand is strong, scientists at this stage of their career will not start popularizing if they have not been active before. » (Jensen, 2010 : 36)

 

 

[9] Les prénoms sont remplacés par des pseudonymes sauf pour Coralie Biguzzi, formatrice en charge de l’Experimentarium.

[10] Groupe focus réalisé cinq moins plus tôt, avec des doctorants de l’Experimentarium.

La Guerre sino-japonaise au cinéma en Chine sous le régime autoritaire de Mao Zedong 1949-1976 : problématisation et élaboration de la méthodologie

Miao Chi,  Centre de recherche sur les médiations, Université de Lorraine

F-57000 yipingqingshui@gmail.com

 

La Guerre sino-japonaise au cinéma en Chine sous le régime autoritaire de Mao Zedong 1949-1976 : problématisation et élaboration de la méthodologie

      La réédition aujourd’hui des films de guerre réalisés à l’époque de Mao

En décembre 2016, le film Railroad tigers (Tigres volants du rail) est à l’affiche des cinémas en Chine puis aux États-Unis. Ce film raconte la résistance des cheminots chinois pendant la Guerre sino-japonaise (1931-1945) et les efforts de ces derniers pour perturber la circulation des trains logistiques du transport des armes et des troupes pendant l’occupation japonaise. Le film est interprété par Jackie Chan, une superstar internationale du kung fu, et par plusieurs stars chinoises. Le film remporte un immense succès au box-office avec un gain d’environ cent millions d’euros (699,078,000 Yuan). Pourtant, ce film est adapté d’un film de guerre de propagande Guérilla du rail, sorti en 1956 à l’époque de Mao Zedong (1949-1976). Même si la technique cinématographique et les effets spéciaux sont beaucoup plus évolués, même si le film est connu comme tous les autres films de Jackie Chan par son style de combat acrobatique, son utilisation d’armes improvisées et ses cascades créatives, Railroad tigers reste cependant un film de propagande. Dans ce film, l’armée japonaise est très fragile, vulnérable ; les soldats japonais des troupes officielles, même s’ils sont bien armés, ne sont pas capables de résister à l’attaque d’une guérilla désorganisée, et sont toujours ridiculisés par les membres de la guérilla du PCC. Dans ce film comédie, la résistance de l’armée japonaise est mise en scène comme une grande fête, le chef cheminot interprété par Jackie Chan et les autres membres de la guérilla sont très joyeux et même conscients qu’ils sont prêts sans aucune hésitation à sacrifier leur vie.

 

Ce film n’est pas la seule réédition d’un film de propagande au sujet de la Guerre sino-japonaise. En effet, au moins la moitié des films réalisés à l’époque de Mao sont réédités en d’autres versions, ou en séries télévisées, voire en dessins animés pour la jeunesse, et certains même à plusieurs reprises. Après la mort de Mao Zedong en 1976, et surtout à partir des années 80, les valeurs transmises dans les films de propagande commencent à être contestées et même remises en question par les chercheurs et intellectuels chinois, puis par certains publics des grandes villes. Par ailleurs, en même temps, un nouveau style de films apparaît. De nombreux films historiques contre l’idéologie communiste, dont le sujet reflète bien cette guerre, sont produits. Cependant, ce nouveau style de film est, soit diffusé dans un réseau bien restreint, soit complètement interdit en Chine continentale. Toutefois, les films de guerre de propagande n’ont jamais disparu aux yeux du public chinois. Surtout, depuis l’année 2000, le message de ces films redevient une source d’inspiration, une matière à façonner l’image de la nation chinoise et à renforcer le patriotisme, et se présente encore une fois comme un courant majeur. Ce style de films s’apparente à une « fleur du mal éternelle » de la société chinoise qui traverse le temps, de l’époque de Mao à nos jours. Comment comprendre ce phénomène ? Comment positionner les films sur la Guerre sino-japonaise au sein de la production culturelle et dans l’ensemble la société chinoise ?

 

En effet, en Chine comme au Japon, la mise en scène de la Guerre sino-japonaise pose une délicate question. Du point de vue de la Chine, cette question représente un enjeu de légitimation pour le pouvoir politique. Le tournant politique pris, lors de la guerre, dans le jeu entre le Parti communiste chinois (PCC) et le Guomindang (Parti nationaliste chinois) a finalement abouti à la prise du pouvoir par le PCC en 1949 (Bianco, 2007). Dès lors, la légitimité du PCC doit se justifier en tant que nouveau parti dirigeant, et le cinéma joue dans cette perspective un rôle primordial ; cette situation apparaît surtout sous le régime totalitaire de Mao Zedong, de 1949 à 1976. Le cinéma est considéré par le PCC comme le véhicule de propagande le plus puissant et le plus accessible par la population chinoise. À ce titre, il est placé au cœur du processus de communication de la société, entre les commanditaires étatiques, les studios cinématographiques, les réalisateurs et les spectateurs. Dans ces conditions, ce type de films de propagande relève d’une dynamique qui engage un rôle très actif, en considération de ses initiateurs, dans la promotion des valeurs communistes et des valeurs de la nation chinoise.

 

Problématisation : analyser la reconstitution cinématographique du passé

 

Ainsi, en choisissant le film de reconstitution historique comme notre objet de recherche, nous voulons nous interroger sur les enjeux politiques et culturels de la mise en scène de l’histoire de la Guerre sino-japonaise pendant l’époque de Mao Zedong. Ce projet s’inscrit dans un champ problématique interdisciplinaire dans les domaines de l’histoire social, politique et culturelle. Nous considérons le film sur la Guerre sino-japonaise à la fois comme processus qui représente un espace de confrontation, de négociation et de jonction, comme produit et objet qui est le reflet d’une imagination sociale chinoise sur la nation et enfin comme agent, vecteur de valeurs orientées aux spectateurs fréquemment en empathie avec le discours même de ce type de film. Nous rejoignons la théorie de l’historien Sylvie Lindeperg :

 

« Pour éclairer la méthode choisie, j’emprunte à la cybernétique la figure de la « boîte noire ». Plutôt que d’appréhender le cinéma comme une entité close et opaque dont on n’observerait que les entrées (le contexte de production) et les sorties (les films réalisés), je suis la voie ouverte […] à se déplacer dans la boîte avant qu’elle ne se ferme pour devenir noires. […] Envisager l’œuvre cinématographique comme un palimpseste consiste à gratter la surface du film pour en retrouver l’épaisseur et les couches d’écriture, en éclairer les bifurcations et les repentirs » (2013 : 12-13)

 

Nous considérons que l’analyse sur « les entrées » et « les sorties » n’est pas satisfaisant, il est indispensable d’étudier le « film-palimpseste », le processus de la création des films. De la sorte, trois séries de questions se posent. En premier lieu, les questions portant sur « les entrées », c’est-à-dire les conditions sociopolitiques de la production et particulièrement sur l’intervention politique dans le cinéma. Quelle est la motivation qui incite l’État à réaliser ces films et quelle position idéologique adoptent-ils ? Quels rapports entretiennent la commémoration de la Guerre sino-japonaise et le cinéma historique de la guerre ? Comment le pouvoir communiste interfère-t-il dans la mise en scène du cinéma de la Guerre sino-japonaise à l’époque de Mao Zedong de 1949 à 1976 ? Quels mécanismes administratifs et quels engagements de politique culturelle et cinématographique sont mis en place ?

 

Martine Godet, l’auteur de l’ouvrage La pellicule et les ciseaux : la censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la Pérestroïka, remarque que la censure sous régime totalitaire est véritablement compliquée et ambigüe :

 

« […] dès que l’on pénètre à l’intérieur du système de censure, on découvre qu’il n’y a pas de règle applicable uniformément et que l’on se trouve face à une multitude de paramètres qui fluctuent avec chaque cas, décourageant toute tentative de modélisation. Et étrangement, cette forte période de censure correspond en outre à un formidable essor et à une exceptionnelle qualité du cinéma soviétique » (2010 : 10).

 

Nous souhaitons également examiner le problème de la censure, rencontré par les films historiques sous le régime communiste en Chine, pour observer s’il est possible d’identifier des règles applicables voire de les modéliser. Nous étudierons également la manière dont les professionnels cinématographiques y réagissent. Comment les professionnels chinois du cinéma ont-ils répondu à toutes ces contraintes ? Peut-on faire l’hypothèse et valider l’existence d’une autocensure chez les cinéastes chinois ?

 

En deuxième lieu, les questions portent sur le processus de la création et la fabrication des films historiques. Quel(s) événement(s) ou quel(s) personnage(s) de la Guerre sino-japonaise sont les plus intéressants pour l’État ? Et chez les réalisateurs et scénaristes ? Nous nous interrogerons sur la confrontation, la négociation et la collaboration entre des représentants politiques et les créateurs cinématographiques, pour défendre un choix ou un autre dans la production des films. Nous analyserons également l’image, le scénario et les séquences qu’ils considèrent comme nécessaires à renforcer ou à éliminer, en fonction de l’idéologie officielle ou de l’appréciation artistique. De la sorte, la version finale des films nous permet de comprendre la logique artistique, historique ou idéologique des créateurs du film, la nature profonde de leurs remarques professionnelles.

 

Enfin, les questions sur le contenu de films, les formes figurées des représentations collectives propres à la société chinoise à l’époque de Mao. Nous voudrions nous interroger sur les créations en tant que telles et nous demander ce qu’expriment les films de propagande sur la guerre et selon quelles modalités le cinéma fait alors usage de la guerre. Ainsi, pour dégager des éléments significatifs et symboliques sur l’influence politique et idéologique dans les films sur la Guerre sino-japonaise, notre analyse se focalisera-t-elle, principalement, sur deux aspects : d’une part, la reconstruction de l’histoire de la guerre, et d’autre part, la représentation, par les images ou les figures, des forces engagées dans la Guerre sino-japonaise, c’est-à-dire les Japonais, les membres du Guomindang et les communistes chinois. Comment interpréter et traduire par le langage cinématographique, les actes de l’agression japonaise sur le territoire chinois, les événements de la guerre, et les efforts déployés pour lutter contre l’armée japonaise ? Les éléments symboliques de continuité et de rupture d’un film à l’autre, les constances et les transformations d’une phase à l’autre et leur signification seront étudiés, en les mettant en lien avec les conditions sociopolitiques de production.

 

Réflexion méthodologique et construction du corpus

 

  1. Une démarche socio-politique sur le contexte de la production cinématographique

 

Avec l’approche socio-politique, nous chercherons tout d’abord à étudier le contexte politique et social dans la mesure où il influence la production du cinéma chinois depuis 1949. Nous analyserons tout particulièrement le rôle joué par trois axes d’influence : l’État, les studios cinématographiques et l’individu (les professionnels du cinéma).

 

Concernant l’État, nous envisagerons de présenter et d’analyser les politiques cinématographiques et le mécanisme administratif du cinéma, du début de la Chine nouvelle jusqu’à 1976, en s’interrogeant plus particulièrement sur les messages que le PCC voulait relayer par le biais du cinéma. Cette analyse s’appuie sur un corpus d’archives variées, qui comprennent les documents officiels des politiques du cinéma fixées par l’État et le Parti, les discours politiques de Mao Zedong et des fonctionnaires attachés à la gestion des productions cinématographique, les documents politiques traitant des plans de production et des thématiques, et les comptes rendus des réunions du Ministère de la Culture. Ils comprennent également les articles publiés dans la presse concernant les orientations officielles du PCC se rapportant au cinéma entre 1949 et 1976. Ce type de documents reflètent de manière générale la vision officielle sur l’industrie cinématographique et exposent le niveau d’intentionnalité des politiques centrales. Ils mettent en évidence certaines règles de fonctionnement des institutions et le cheminement formaté pour produire un cinéma de propagande.

 

Nous étudierons également la commémoration médiatique de la Guerre sino-japonaise pendant l’époque de Mao (1949-1976), au travers du média officiel chinois Le Quotidien du peuple. En tant qu’organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois et premier journal de Chine depuis 1949, Le Quotidien du Peuple est considéré comme le mécanisme essentiel de la construction de la mémoire collective de l’histoire de la guerre sino-japonaise. D’après l’analyse du contenu des éditoriaux (titre, mots clés, thème principal, style etc.), nous pouvons identifier les périodes définies en fonction du choix des thèmes mais aussi du niveau d’ampleur accordé à la commémoration de la guerre. La presse et le cinéma sont considérés par le PCC à l’époque de Mao comme les deux puissants véhicules de propagande accessibles par le public chinois. Cette nouvelle perspective nous permettra de mettre un lien, voire de découvrir, le passage entre ces deux supports médiatiques de masse dans la commémoration collective et la mise en scène de l’histoire de la Guerre sino-japonaise.

 

Ensuite, afin d’apporter un niveau de regard différent sur le dispositif de production, il nous semble nécessaire de connaître la manière dont les studios cinématographiques s’adaptent aux demandes et influencent les décisions. À ce sujet, nous étudierons les studios privés et étatiques et nous identifierons leurs diverses stratégies politiques et artistiques. Nous tentons d’éclairer le rôle qu’ils jouent dans la production des films portant sur la Guerre sino-japonaise. Les ouvrages chinois concernant l’histoire de huit studios cinématographiques, les sources publiées dans les revues cinématographiques concernant les activités des studios et les plans de mesures concrets de films de la guerre sont également étudiés. Ces documents particuliers remplissent le vide des informations laissé par l’État dans le corpus. Ils correspondent au premier niveau de transmissions des décisions et des instructions émises par le gouvernement.

 

Enfin, pour les professionnels cinématographiques, nous essayons de retracer les intentions du pouvoir politique à l’égard du cinéma des scénaristes et des réalisateurs ; puis nous tentons de reconstituer les trajectoires individuelles de quelques professionnels dans leur production de films sur la Guerre sino-japonaise, pour encore une fois, y détecter, l’influence de la demande politique et idéologique de l’État et du PCC. Pour ce faire, nous consulterons un corpus divers, qui comporte notamment des autobiographies, des biographies, des journaux intimes et des lettres de ces gens du cinéma, pour certains témoins de l’époque, des entretiens entre les différents professionnels du cinéma et les fonctionnaires, des articles de presse et des notes de cinéastes publiés dans des revues consacrées au cinéma chinois. À travers ces traces individuelles, nous pourrons accéder aux éléments descriptifs, qui permettent de mieux comprendre le processus interne de réalisation de films sur le thème de la guerre, montrant de façon précise comment les directives se concrétisent dans la pratique. Nous devons souligner que toutes ces sources descriptives doivent être utilisées avec prudence, en les croisant et en les confrontant avec d’autres archives historiques de l’époque de Mao. En effet, sous le régime totalitaire de Mao, et même encore aujourd’hui, le degré de mensonge et de franchise évolue d’une époque à l’autre. Cependant, il est toujours nécessaire de s’interroger sur l’exactitude des informations.

 

La plupart des ouvrages chinois que nous avons consultés sont accessibles à la Cinémathèque nationale de Chine (CNC) et à la Bibliothèque nationale chinoise (BNC). De plus, pour accéder aux documents indiqués ci-dessus, nous consultons deux bases de données chinoises : le CNKI[1] et le Duxiu[2]. Dans la base du CNKI, nous consultons principalement des documents politiques, des articles de presse, des revues scientifiques et des travaux sur le sujet, comme les thèses et mémoires universitaires. Avec le Duxiu, nous cherchons des ouvrages divers sur le cinéma de la Chine nouvelle et l’histoire du pays, des autobiographies, des journaux intimes de professionnels, des notes de cinéastes etc.  

 

Nous avons devant nous une mission difficile, le corpus se révélant en désordre et totalement dispersées. Afin de faciliter notre étude, l’ensemble documentaire est regroupé selon les différents thèmes, puis présenté dans un ordre chronologique. Le croisement de ces archives nous permet de confronter les idées politiques à la pratique de production de films, de cerner la dynamique des idées et des propositions, et ainsi de mieux comprendre comment se nouent les interactions État-monde du cinéma-individu, et surtout les divergences et les convergences entre le processus de réalisation et de diffusion des films portant sur la guerre.

                                                  2. Analyse de films

Après avoir étudié le cadre politique et social de la production cinématographique de cette époque, nous allons étudier le cas plus précis des films traitant de la Guerre sino-japonaise. En premier lieu, il nous faut définir le cadre d’analyse et constituer notre corpus filmique. En 2013 et 2014, nous avons consulté le répertoire cinématographique des Archives du cinéma chinois à Pékin. Nous avons compté 677 films de fiction réalisés pendant le régime de Mao, dont 69 films concernent l’histoire de la Guerre sino-japonaise, ce qui représente 10,2% de ces films. D’après notre analyse, ces films se répartissent en trois catégories.

 

La première catégorie comprend les films dont l’histoire est centrée sur les événements militaires de la Guerre sino-japonaise, ou les films dont la Guerre sino-japonaise constitue la ligne conductrice du début à la fin. Cette catégorie compte 38 films, soit environ 55% du corpus de films.

 

Dans la deuxième catégorie, les films se déroulent dans le cadre de la Guerre sino-japonaise, sans que la guerre soit évoquée au premier plan, ou ils retracent le destin ou la vie des personnages principaux influencés par la guerre. La guerre est dépeinte comme le contexte ou un épisode important qui fait progresser le destin des personnages. Cette partie comprend 29 films, soit environ 42% du corpus.

 

Dans la troisième catégorie, les films portent sur les situations générées par la guerre. Principalement, elles se rapportent aux procès des criminels de guerre, au traitement des prisonniers, à la prise en charge des orphelins et des victimes (comme les femmes de réconfort) et à leur indemnisation, etc. Pourtant, les films réalisés pendant l’époque de Mao ne sont pas du tout concernés par cette situation. En Chine continentale, les films sur les problèmes d’après-guerre, au vrai sens du terme, n’apparaissent qu’à partir des années 90, comme The Tokyo trial (Le Procès de Tokyo, 2006). À l’époque de Mao, le cinéma ne traite qu’un seul sujet : le déclenchement par les nationalistes chinois, après la fin de la Guerre sino-japonaise, d’une guerre civile non voulue par le PCC. L’intérêt de ce sujet est de rejeter la responsabilité de cette guerre sur l’armée nationaliste chinoise, sujet extrêmement propagandiste et idéologique. Seulement deux films sont centrés sur ce thème, mais 7 autres films de la deuxième catégorie abordent aussi l’après-guerre.

 

Cette catégorisation peut fournir un panorama assez significatif du tableau historique de la Guerre sino-japonaise représenté par les films de l’époque de Mao. Plus particulièrement, dans les films de la deuxième catégorie, les séquences sur la guerre, négligées jusqu’ici par toutes les recherches existantes, ont influencé profondément la compréhension et la perception historique des spectateurs chinois de l’époque, voire même encore d’aujourd’hui. Tous les films sélectionnés sont des longs-métrages et constituent un corpus de recherche cohérent et homogène.

 

Pour répondre aux troisième séries de questions, notre analyse tient compte de plusieurs éléments : l’image des personnages principaux et des personnages secondaires (aspect physique, habits, jeu des acteurs, caractéristiques politiques ou idéologiques), les événements de la guerre (époque au cours de laquelle se situe l’action, le déroulement de l’histoire, la narration), le décor (lieu(x) où se déroule l’action), les plans filmés et les séquences essentielles (Aumont, Marie, 1988 ; Jullier, 2007). Par ailleurs, notre recherche portera également sur l’analyse du discours (paroles et dialogues) (Parent-Altier, 1997). Sur ce point, il ne s’agira pas d’étudier l’ensemble des paroles ou dialogues des films, mais de nous concentrer plus particulièrement sur les éléments de langages propres à la rhétorique propagandiste. À titre d’exemple, nous étudierons notamment les expressions politiques et symboliques de l’idéologie communiste. Cette analyse de films nous permettra d’appréhender les interprétations, les réalisations ainsi que la censure autour de la reconstitution de l’histoire de la Guerre sino-japonaise dans le cinéma chinois, mais aussi d’identifier l’évolution des images des membres du PCC, des membres du Guomindang et des armées japonaises sous la domination de Mao.

 

Conclusion

Avec cette étude, nous comprenons le rôle du film de guerre de propagande dans la reconstitution et la transmission du discours historique de la Guerre sino-japonaise, son importance pour les professionnels cinématographiques et pour le PCC. Avec le privilège d’étudier des archives inconnues, nous avons pu mener une recherche initiative approchant les coulisses de production et le processus de mise en scènes d’une histoire de guerre délicate dans le domaine de la recherche sur « le cinéma et l’histoire » dans le monde chinois.

 

 

Références :

Aumont J., Marie M., 1988, L’analyse des films, Paris, A. Colin, 2e éd., 2006.

Bianco L., 1967, Les origines de la révolution chinoise 1915-1949, Paris, Gallimard, 2007.

Godet M., La pellicule et les ciseaux : la censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la   

    Pérestroïka, Paris, CNRS, 2010, p.3

Lindeperge S., 1997, Les écrans de l’ombre. La seconde Guerre Mondiale dans le cinéma

    français (1944- 1969), Paris, Éd. Points, 2e édition, 2013.

Parent-Altier D., 1997, Approche du scénario, Paris, A. Colin, 2e édition, 2014.

 

[1] Le CNKI (China National Knowledge Infrastructure, http://www.cnki.net/), lancé en 1988, est la plus grande base de données dans le monde chinois qui permet d’effectuer des recherches aux différents types de sources d’information scientifique publiées (des articles scientifiques, des thèses et des mémoires universitaires, des articles de presse, des revues scientifiques etc.) dans les domaines de la politique, de l’économie, des sciences humaines et sociales, de la science et de la technologie. Il est aussi un plate-forme adapté pour l’évaluation de l’impact des chercheurs et des revues.

[2] Le Duxiu (http://www.duxiu.com/) est une base de données qui apporte de connaissance scientifique de haute qualité aux différents types de ouvrages publiées en Chine après 1949. Selon la statistique en 2013, il comporte 2,3 millions livres chinois et environs 15 millions des articles des revues scientifiques en renouvelant 100 000 ouvrages par an.

 

La radio en Afrique : discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger

Idé Haman,

Doctorant en Sciences du langage (3ème année) à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, Laboratoire ELLIADD, pôle CCM. Sous la direction d’Andrée Chauvin-Vileno (PRSc. du langage) et de Séverine Equoy-Hutin (MCF Sc. de l’information et de la communication).

La radio en Afrique : discours, langues et contextes de diffusion. Le cas du Niger

 

Depuis leur création, les radios publiques en Afrique ont été considérées comme des médias d’État (Perret, 2010) et ont joué le rôle d’outils de propagande politique (Livingstone et Lunt, 1994). Considérée comme instrument de l’armée coloniale, la radio n’était pas, à ses débuts, destinée à l’information des populations. Pendant longtemps, celles-ci n’ont d’ailleurs pas eu accès au média de façon équitable, notamment à cause de la pauvreté, du niveau d’alphabétisation et de la fragilité, voire de l’absence du réseau électrique dans les territoires (Capitant, 2008).

Dans les années 80, l’apparition des chaînes transnationales échappant au contrôle des autorités a permis aux publics de se passer des médias d’État (Ba, 1996). Cela a conduit à l’expansion des réseaux de diffusion des médias classiques gouvernementaux et à la création de stations régionales. L’avènement de la démocratie au Niger (1991) a permis la création de stations de radios privées (R&M, 1994 ; Radio Anfani, 1995) et le développement de radios communautaires (Bankilaré, 1999 ; Tchintabaraden, 2000). Cet événement majeur a suscité un intérêt certain dans le champ des études sur la radio en Afrique. En effet, des organisations internationales (Unesco, Institut Panos), des chercheurs (Tudesq, 1994 ; Frère, 2000) et des journalistes (Ilboudo, 1992) ont organisé des manifestations scientifiques et publié des travaux sur la radiophonie en Afrique. Des recherches ont ainsi vu le jour, et ont été consacrées par exemple à la pénétration du média et à son développement depuis l’époque coloniale jusqu’à la libéralisation en 1990 (Lenoble-Bart &Tudesq, 2008). D’autres études ont porté sur la radio en Afrique d’un point de vue historique, sous l’angle des conditions de réception, et ont attiré l’attention, par exemple, sur le harcèlement dont ont fait l’objet les journalistes de la part des autorités (Tudesq, 1995, 2002 ; Capitant, 2008 ; Frère, 2015 & 2016). Au Niger, quelques travaux sur le contexte sociopolitique notamment (Maignan, 2000 ; Issa A., 1996) ont été publiés, mais ce pays reste un terrain peu exploré : les conditions de production, de diffusion et d’usage de la radio au Niger de même que le discours radiophonique n’ont pas encore suscité l’intérêt de la recherche en Sciences du Langage et en Sciences de l’Information et de la Communication.

La thèse se propose d’analyser les « aspects du discours radiophonique » (Charaudeau, 1984 et 2011) de la radio d’état, la Voix du Sahel, en relation étroite avec les réalités sociales comme le préconise Tudesq (1999). Cela suppose de tenir compte du contexte politique, économique, sociolinguistique, religieux (Damome 2014), du paysage médiatique dans sa globalité, avec notamment l’émergence des radios privées et communautaires et de nouveaux dispositifs de communication. Ce projet suppose également d’articuler études des discours et analyses des pratiques sociales associées à la radio, de s’intéresser aux instances de production et de réception, qu’il s’agisse de professionnels ou d’usagers. Nos questions de recherche sont les suivantes : dans quelle mesure la radio recouvre-t-elle des enjeux sociétaux au Niger ? Est-il possible d’appréhender une idéologie de la Voix du Sahel ? Quelles places sont réservées aux discours politiques et religieux sur cette station et quelles sont leurs orientations ? Quels sont les enjeux du plurilinguisme à la radio ? Les usages et les services ont-ils changé au fil de l’histoire ? Quelles sont les conséquences des évolutions techniques actuelles et leurs impacts sur la radio et la société nigérienne ?

Dans un premier temps, nous aborderons le cadre théorique et méthodologique sur lequel nous appuyons notre analyse. Dans un deuxième temps nous nous intéresserons au contexte  historique et social des discours radiophoniques de la Voix du Sahel, au statut des radios de service public en Afrique, et enfin nous présenterons l’enquête de terrain visant à analyser les pratiques des professionnels et des publics.

1. Cadre théorique et méthodologique

1.1. Territoire disciplinaire et présentation du corpus

La thèse s’inscrit dans un cadre bi-disciplinaire en Sciences du Langage et en Sciences de l’Information et de la Communication. Cette double appartenance est due à la nature de nos objectifs et de notre objet, le discours radiophonique étant envisagé dans ses relations aux pratiques et aux usages, mais aussi aux nouveaux dispositifs de communication (Kiyindou, 2016 :46). Elle s’intéresse en effet aux évolutions des supports de communication, aux processus de production, au produit médiatique comme aux usages des acteurs, individuels et institutionnels. Notre approche s’oriente dans des champs disciplinaires qui articulent « discours médiatiques », « réception des médias publics » et « usage et appropriation » (Dacheux, 2009). Elle se situe également en Sciences du langage, dans le champ de l’« analyse du discours des médias » (Charaudeau, 2011). Nous nous référons ainsi particulièrement à l’analyse du discours radiophonique (Maury-Rouan, 2012).

Afin de conduire notre recherche sous l’angle d’une complémentarité entre discours et pratique, nous avons composé un corpus hétérogène et inédit. Nous avons souhaité réunir un important corpus d’émissions, ce qui n’avait jamais été mené jusqu’ici au Niger. Ce corpus, recueilli à partir de l’analyse de la grille des programmes et en fonction des ressources mises à notre disposition, est composé de journaux parlés et de programmes thématiques. Nos archives sonores comportent plus de mille cinq cents émissions de 2008 à 2015 en français et en langues nationales. Le corpus a été collecté à la faveur d’une enquête de terrain menée sur trois mois (juin, juillet, août, 2015) dans plusieurs localités du Niger (Copans, 2005). Il contribue ainsi à nourrir notre réflexion sur le fonctionnement des médias au Niger, et plus particulièrement sur la relation entre la radio et le contexte social, politique et religieux dans ce pays.

1.2. Une méthodologie adaptée

A partir de plusieurs sous-corpus issus des émissions transcrites, nous menons une exploration discursive (Catellani & Errecart, 2017), en nous intéressant par exemple aux récurrences lexicales des noms de responsables politiques, et aux valeurs mises en avant par les locuteurs, rapportées à leur contexte d’emploi (Peytard, 2001). Dans ce corpus nous voulons également définir « les mécanismes » du discours de l’information diffusée à la Voix du Sahel et observer les modalités d’implication des publics. Cette prise en compte des publics a été abordée pour la télévision notamment par Jean-Claude Soulages (2015) et Patrick Charaudeau (1983). Nous proposons de transposer leurs techniques d’analyse sur les émissions radiophoniques. Dans la même perspective, les théories d’analyse de discours développées par Charaudeau (1984, 2011) et Maingueneau (1997, 2002) nous servent de cadre interprétatif pour appréhender les pratiques langagières des professionnels. Afin d’aborder la question des variétés linguistiques (Abolou, 2012), nous conduisons une analyse de la répartition des langues (français, langues locales) dans les programmes de la Voix du Sahel et des conditions dans lesquelles se fait le brassage ou l’alternance de ces langues (Bourdieu, 1982). Robert Escarpit (1981) a souligné l’importance de la langue dans la communication en différenciant la langue véhiculaire qui sert à transmettre les informations de l’État de la langue vernaculaire (dominée). Pour développer une analyse interactionnelle de ces émissions nous recourons aux travaux de Kerbrat-Orecchioni (1990 : 220) et Traverso (1999 : 32).

Il faut noter que nos analyses combinent des discours de radio et des données de terrain. Pour la mise en place et l’analyse de l’enquête, nous nous inscrivons prioritairement dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication : le premier volet de l’enquête consiste ainsi à comprendre les pratiques des auditeurs (Glevarec, 2017) et le second nous a permis de rencontrer les professionnels et les responsables des radios d’État, des radios privées et des radios communautaires afin d’obtenir des informations complémentaires sur les pratiques professionnelles (Glevarec, 2001) et de croiser ensuite les résultats.

L’enquête de terrain nous a permis de constituer un deuxième corpus composé d’entretiens et de questionnaires. Pour l’exploration des résultats de l’enquête, nous utilisons les méthodes déployées par Hervé Glevarec (2001, 2017). En outre, pour explorer le terrain des médias sous l’angle organisationnel, nous avons besoin de cerner les fonctions du journaliste et ses rapports avec les autres membres de la société nigérienne (Wolton, 2000, 2003). Pour développer une approche empirique, nous mobilisons les méthodes d’enquête et d’entretiens (Dereze, 2009). D’autres études consacrées à l’analyse de la radio, comme le récent Manuel d’analyse de la radio (Antoine, 2016), mais aussi les travaux portant sur les nouvelles technologies de communication utilisées par les auditeurs (Kiyindou, 2010, 2016) comme le téléphone portable et l’internet (Damome, 2017, à paraître) présentent un intérêt tout particulier : en effet, la deuxième partie de notre thèse est consacrée à la radio et aux nouvelles technologies de communication au Niger.

                                    2. Contextualisation de l’étude

Notre étude ne peut négliger l’histoire politique, institutionnelle et sociale de la radio au Niger notamment au regard de l’avènement du pluralisme médiatique en Afrique, de la particularité de la radio et de la conception de la notion de « service public » en Afrique. Ces éléments sont à articuler étroitement à l’analyse de discours de la Voix du Sahel qui est en cours et aux résultats de l’enquête de terrain, car ils interviennent nécessairement dans l’interprétation des discours et aident au dépouillement des témoignages des enquêtés. L’enquête a été réalisée au moment de l’inauguration de la TNT au Niger, période pendant laquelle ont commencé les préparatifs de l’élection présidentielle de 2016.

La première radio du Niger a été créée le 18 octobre 1958 à la veille de l’indépendance sous le nom de Radio Niger. À l’époque, elle disposait d’un émetteur de petite puissance qui ne permettait de couvrir que la capitale et ses environs (Stemberg-Sarel, 1961). En 1974, à la suite d’un coup d’État militaire, elle change de nom pour devenir la Voix du Sahel. Sur le plan institutionnel, elle fait partie de l’ORTN1, créé le 11 février 1967. L’avènement de la FM sur le continent africain dans les années 80 (Tudesq, 2002 :12) provoque une révolution dans le secteur de la radiodiffusion publique au Niger. En effet, la modulation de fréquence (FM) est introduite en 1983 avec la construction de la Maison de la radio par le projet de coopération allemande GTZ2. Le même projet a permis l’édification de bâtiments dans toutes les provinces pour créer des stations régionales qu’on appelle « radios des régions » ou « radio jahar » en langue haoussa.

2.1 L’avènement du pluralisme médiatique en Afrique

La chute du mur de Berlin (1989) et l’effondrement des pays communistes de l’ancien bloc de l’Est (Ledos, 2012), incitent les Africains à réclamer plus de droits en demandant le pluralisme des partis politiques et la libéralisation des ondes. Le discours du président Mitterrand inspiré par la perestroïka et l’unification de l’Allemagne, prononcé à l’occasion du 16eme sommet France-Afrique (La Baule, juin 1990) marque une date importante pour la démocratisation du continent. À l’issue de ce sommet, des conférences nationales souveraines sont organisées en Afrique francophone, notamment au Niger, et facilitent l’émergence du multipartisme, de journaux indépendants, de radios et de télévisions privées. Depuis l’avènement du pluralisme et la création du premier journal privé au Niger, Haské (1993), le nombre de journaux s’accroit de manière spectaculaire (Frère, 2000). En 2014, on dénombre 90 journaux sur l’ensemble du territoire national tandis qu’à la même période le Niger comptait 134 radios communautaires. En 2015, le Conseil Supérieur de la Communication a reçu 40 dossiers de demande de création de nouvelles stations (Direction des autorisations du CSC, 2015).

2.2. La radio : média clé au Niger

Au Niger, la radio est le média qui pénètre là où la presse et la télévision n’arrivent pas à s’introduire. Conscient de son pouvoir, l’État s’accapare la radio publique et les journalistes qui y travaillent sont considérés comme des fonctionnaires (Frère, 2016 :105 ; Tozzo, 2005). De ce fait, les programmes de la Voix du Sahel sont largement orientés à des fins politiques. Charaudeau (1984 : 13) note que la radio, selon le système d’information dans lequel elle diffuse, peut être instrument de propagande. Étant la principale et presque la seule source d’information au niveau national, la Voix du Sahel reflète l’idéologie gouvernementale dans toutes ses diffusions. En Afrique, quand on évoque l’importance et la place de la radio sur le continent, l’un des rôles essentiels joués par ce média dans les sociétés contemporaines est celui de « média-carrefour » (Capitant, 2008) en ce sens que « la radio fait le lien entre le rural et l’urbain, entre les populations alphabétisées et illettrées, francophones et locutrices des langues nationales. Mais la radio fait aussi le lien entre différents types de médias, notamment avec la presse écrite » (Capitant, 2008 : 209). En outre, des problèmes tels que le manque d’électricité en milieu rural ou les coupures électriques dans les grandes villes constituent des freins pour l’émergence de ce média.

2.3. La notion de service public radiophonique

Depuis leur création, les radios gouvernementales d’Afrique sont qualifiées de « Radio d’État » ou de « Radio nationale ». La plupart d’entre elles porte le nom du pays. Par exemple : Radio Niger, Radio Mali ou Radio Côte d’Ivoire. Mais, dans la foulée des mouvements de démocratisation (1990), elles ont connu une structuration les conduisant à la dénomination de « Radio de service public » (Tozzo, 2005). La notion de « radio publique » en Afrique désigne un média aux ordres du gouvernement supposé servir l’intérêt public. Cependant, la locution « radio de service public » implique son adaptation au contexte de l’évolution sociopolitique et aux besoins sociaux des populations.

Le contexte africain montre le dynamisme du média radiophonique. Si la radio est présentée comme le média le plus important pour son accessibilité en Afrique, comment peut-on comprendre et percevoir les conditions de travail des journalistes et l’appréciation des publics au Niger ? Pour nous, la réalisation d’une enquête de terrain peut apporter quelques éléments de réponse à cette interrogation.

3. L’enquête de terrain au Niger

L’enquête a pour objectif de déterminer les pratiques d’écoute chez les auditeurs et les pratiques professionnelles des journalistes (Glevarec, 2001). Elle est menée dans quatre régions du Niger : Niamey, Tillabery, Dosso et Maradi. Elle est destinée aux professionnels des médias et aux auditeurs urbains et ruraux auxquels des questionnaires de type porte à porte ont été adressés. Des entretiens semi-directifs nous ont été également accordés par des responsables politiques et médiatiques. Les questions sont adaptées en fonction de la situation socioprofessionnelle des enquêtés et de leur lieu de résidence. Par exemple la question « les nouvelles techniques c’est-à-dire la numérisation peut-elle réussir là où la radio analogique a échoué ? » est posée aux professionnels tandis que la question « connaissez-vous la radio numérique ? » est adressée aux auditeurs.

Figure 1 : Carte du Niger avec au premier plan les zones de couverture de la Voix du Sahel (en vert) et des radios communautaires Alternative, Goudel, IFTIC, Albanna, Marahba et de Bankilaré (en rouge).

3.1. Acteurs interrogés

L’inauguration de la TNT au Niger (2015) nous a donné l’opportunité de prendre contact avec des acteurs politiques et institutionnels qui nous ont accordés des entretiens. Aussi, nous nous sommes entretenus avec des directeurs et chefs de programmes de radios publiques et privées pour obtenir des informations sur le financement de leurs stations et les contenus des programmes. Nous avons également bénéficié d’une visite guidée dans les différents studios de la radio nationale qui nous a permis de développer nos connaissances dans le domaine des pratiques des professionnels.

Le dépouillement de l’enquête est en cours de traitement via un logiciel adapté (Sphinx). L’interprétation des résultats requiert la prise en compte de paramètres sociaux. Nous pouvons également opérer un rapprochement entre ce que disent les textes officiels (Ministère de la communication, CSC, IFTIC) et les témoignages des enquêtés, par exemple sur le programme de numérisation des médias. Cela nous aidera à pointer les changements dans les pratiques et les attentes nouvelles des professionnels et des usagers. Cette enquête apportera sa contribution aux recherches scientifiques actuelles sur la radio en Afrique, sur la situation de ce média au Niger et sur la conception des publics dans le contexte plus large de la communication avec les nouvelles technologies de l’information (Kiyindou, 2016).

Conclusion

Pendant longtemps, au Niger comme ailleurs en Afrique, les radios d’État sont restées sous l’autorité gouvernementale. À partir des années 90, elles changent de statut pour devenir des « radios de service public » (Tozzo, 2005). À ce titre, elles informent les populations en tenant compte de la diversité linguistique du pays. Nous avons mis l’accent sur notre démarche et nos méthodes de travail, en évoquant les particularités de la radio au Niger et de la conception africaine d’une radio de service public. L’enquête de terrain et le corpus d’émissions recueillies doivent nous permettre de faire émerger de nouvelles pistes pour analyser la radio (Antoine, 2016) dans un cadre bi-disciplinaire articulant Sciences de l’information et de la communication et Sciences du langage. Au-delà, les éléments recueillis sont destinés à observer les pratiques et les usages de ce média au Niger au moment où le processus de numérisation est entamé dans ce pays. D’autres approches plus spécifiques centrées par exemple sur les pratiques d’écoute des jeunes ou des femmes (Glevarec, 2017) pourront nous permettre de compléter les résultats de notre enquête, au plus près des réalités africaines, et de contribuer ainsi au débat autour du nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (Kiyindou, 2016 :208), primordial dans les pays en voie de développement.

Notes

Office de Radiodiffusion Télévision du Niger

Agence Allemande de coopération technique

Bibliographie :

Abolou C.R., 2012, Les français populaires africains, Paris, L’Harmattan.

Antoine F., 2016, Analyser la radio, méthodes et mises en pratiques, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Barry A.O., 2009, Discours d’Afrique, tome1 : pour une rhétorique des identités postcoloniales d’Afrique subsaharienne (2009), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Bourdieu P., 1982, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Capitant S., 2008,« La radio en Afrique de l’Ouest, un média carrefour sous-estimé ? L’exemple du Burkina Faso », Réseaux2008/4 (n°150), p. 189-217.DOI 10.3917/res.150.0189.

Catellani A., Errecart A., 2017, « Dialogisme et figures de l’autre dans les rapports sur la « Responsabilité sociétale des entreprises » : exploration discursive et sémiotique ». Accès : https://www.cairn.info/revue-mots-2017-2-p-57.htm.

Charaudeau P., 1984, Aspects du discours radiophonique, Paris, Didier Erudition.

Charaudeau P., 2011, Les médias et l’information l’impossible transparence du discours, Bruxelles, Éd. De Boeck Université.

CopansJ., 2005, L’enquête et ses méthodes, Paris, A. Colin.

Dacheux É., 2009, Les sciences de l’Information et de la communication, Collection Les essentielles d’Hermès, Paris, Éd. CNRS.

DamomeÉ., 2014, Radios et religions en Afrique Subsaharienne, dynamisme, concurrence et action sociale, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, Pessac.

Dereze G., 2009, Méthodes empiriques de recherche en communication, Bruxelles, Éd. de Boeck Université.

Escarpit R., 1981, Théorie de l’information et pratique politique, Paris, Seuil.

Frère M. S., 2015, Médias d’Afrique, vingt-cinq années de pluralisme de l’information (1990-2015), Paris, Karthala.

Frère M. S., 2016, Journalismes d’Afrique, Louvain-la-Neuve, De Boéck Supérieur.

Glevarec H., 2001, France culture à l’œuvre : dynamique des professions et mise en forme radiophonique, Paris, CNRS.

Glevarec H., 2017, « Ma radio » Attachement et engagement, Paris, Éd. INA.

Grevisse B., 2016, Déontologie du journalisme, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur.

Ilboudo J.P., 1992, La radio rurale du Burkina dans les années 1980 : étude des conditions de production du discours radiophonique, du contenu du discours radiophonique et de l’auditoire, thèse en sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux 3.

Issa Abdourhamane B., 1996, Crise institutionnelle et démocratisation au Niger, Bordeaux, CEAN.

Kerbrat-Orecchioni C., 1990,  Les interactions verbales t. I, Paris, A. Colin.

Kiyindou A., 2010, Technologies de l’information et de la communication. Enjeux et usages pour le développement, Paris, H. Lavoisier.

Kiyindou A., 2016, Les sciences de l’information et de la communication par-delà les frontières, Paris, L’Harmattan.

Ledos J. J., 2012, Petite contribution à l’histoire de la radio, Paris, L’Harmattan.

Lenoble-Bart A., Tudesq A.J., 2008, Connaître les médias d’Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

Livingstone S., Lunt P., Maigaret É., 1994, «Se faire entendre dans l’espace public. Les femmes, la télévision et le citoyen-téléspectateur ».In: Réseaux, volume 12, n°63, 1994. Télévision et débat social. pp. 59-74; doi : 10.3406/reso.1994.2435 http://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1994_num_12_63_2435.

Maury-Rouan C., 2012, Regard sur le discours, Aix-Marseille, presses universitaires de Provence.

Maignan J.C., 2000, La difficile démocratisation du Niger, Paris, CHEAM.

Maigaret É., 2015, Sociologie de la communication et des médias, Paris, A. Colin.

Maingueneau D., 2014, Discours et analyse du discours, Paris, A. Colin.

Moeschler J., 1985, Argumentation et conversation : éléments pour une analyse pragmatique du discours, Paris, Hatier.

Perret T., 2010, « L’Afrique à l’écoute », Cahiers d’études africaines [En ligne], 198-199-200|2010, mis en ligne le 02 janvier 2013, consulté le 09/O10/2017. URL : http://etudesafricaines.revues.org/16448

Peytard J., 2001, Syntagmes 5, Sémiotique différentielle de Proust à Pérec, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, Besançon, PUFC.

Schmidt B., 2009, « La radio au service de ses auditeurs », Bordeaux 3, CEMIC, GRER.

Soulages J. C., 2015, L’analyse de discours : Sa place dans les sciences du langage et de la communication, Rennes, PU de Rennes.

Sternberg-SarelB., 1961, « La radio en Afrique noire d’expression française »,http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_05888018_1961_num_1_1_920consulté le 17/06/2017

TozzoÉ. A., 2005, La réforme des médias publics en Afrique de l’Ouest. Servir le gouvernement ou le citoyen ?,  in Politique africaine 1/2005, n° 97, p. 99-115

Tudesq A. J., 1994, « Les technologies de l’information, facteur d’inégalité en Afrique subsaharienne ». In: Tiers-Monde, tome 35, n°138, 1994. Technologies de communication et d’information au Sud : la mondialisation forcée. pp. 391-409; doi : 10.3406/tiers.1994.4883 http://www.persee.fr/doc/tiers_0040-7356_1994_num_35_138_4883

Tudesq A. J., 1995, Feuilles d’Afrique : étude de la presse de l’Afrique subsaharienne,Talence, MSHA.

Tudesq A. J., 1999, Les Médias en Afrique, Paris, Ellipses.

Tudesq A. J., 2002, L’Afrique parle, l’Afrique écoute : les radios en Afrique subsaharienne, Paris, Karthala.

Wolton D., 2000,  Internet et après ? Une théorie critique des nouveaux medias, Paris, Éd.Flammarion.

Wolton D., 2003, Hermès 37, L’audience, presse, radio, télévision, internet, Paris, Éd CNRS.

Représentations et pratiques de consommation des légumes

Hélène Burzala-Ory, doctorante (3ème année) sous la direction de Jean-Jacques Boutaud et co-encadrée par Clémentine Hugol-Gential

 

Représentations et pratiques de consommation des légumes

 

                                     Introduction

La situation de « surabondance alimentaire » en France que décrivent Aurélie Kessous et Isabelle Chalamon (2013) implique de nouvelles formes de régulation alimentaire. Le « mangeur hypermoderne » est éclectique mais entre dans un rapport réflexif avec ce qu’il mange (François Ascher, 2005), afin de trouver un nouvel équilibre plaisir/contraintes, dans le cadre des nouvelles normes sociales : exigence de maîtrise de soi et gestion raisonnée de sa santé ; idéal du corps sain, mince,  tonique (David Le Breton, 2008) ou encore émergence d’une valeur éthique de l’alimentation avec la prise en compte des conditions environnementales, sociales voire animales des aliments. Le modèle alimentaire hédonique dans lequel se trouve le mangeur français est donc bousculé et profite à une nourriture saine. A ce titre, il se « végétarise » (Claire Lamine, 2008) et dans ce cadre, les légumes, longtemps « méprisés » (Dominique Michel, 2003 : 223), devraient bénéficier de l’image d’une nourriture perçue comme saine et légère. Effectivement, « le rejet des graisses saturées, souvent d’origine animale et de certains produits carnés, révèle une attractivité générale des produits végétaux » (François Ascher, 2005 : 99), mais cette  image nutritionnelle favorable n’entraîne pas pour autant de hausse significative et générale de la consommation de légumes, qui reste moyenne en France (INSEE, 2015) et a même tendance à baisser selon des études récentes (CREDOC, 2017).

Les déterminants rationnels de la consommation, comme le prix, le manque de praticité ou les difficultés d’approvisionnement, expliquent en partie cette désaffection pour les légumes, mais la dimension économique n’explique pas complètement les difficultés dans l’application des normes (Faustine Régnier, Ana Masullo, 2009). Le mangeur, à la croisée du cadre social dans lequel il évolue et de ses aspirations individuelles, donne un sens à sa consommation de légumes, au-delà de leur seule valeur nutritionnelle et des préférences gustatives elles-mêmes (Jean-Jacques Boutaud, 1998 : 245).

Dans une perspective communicationnelle, il importe alors de comprendre le lien entre l’encadrement des pratiques revendiqué par l’action publique et la recherche de changement, la diffusion des nouvelles normes à travers les médias et les pratiques elles-mêmes.

La question essentielle est donc de savoir au préalable comment le mangeur se représente et se figure les légumes, quelle image de lui-même il cherche à renvoyer en mangeant cet aliment et quelle image lui restitue le social, afin de mieux comprendre les enjeux de la relation  alimentaire et imaginaire aux légumes.

Ainsi, le protocole méthodologique mis en œuvre doit permettre de saisir les représentations des légumes aujourd’hui pour ensuite analyser leur degré de corrélation avec les pratiques réelles des mangeurs, comme pratiques signifiantes et complexes.

  1. Pour une analyse des représentations et pratiques des catégories les plus diplômées de la société

 

  1. L’image des légumes : circulation des discours dans l’espace médiatique et désenchantement 

En préalable de  l’analyse des pratiques alimentaires, un premier protocole d’enquête a été mené pour définir la manière dont les nouvelles normes portées par les autorités publiques, largement relayées dans les médias par l’intermédiaire « d’ « experts »[1], tels les nutritionnistes, diététiciens, psychologues, médecins, grands chefs, célébrités, etc. »[2],  ont impacté l’ensemble des discours médiatiques sur les légumes[3].  En effet, les pratiques alimentaires sont régies par un ensemble de représentations de toute nature (cognitive, sociale et symbolique), et sont construites par plusieurs facteurs, dont les discours circulants dans l’espace médiatique[4]. Ils constituent un niveau d’analyse mésosphérique développé par Jean-Jacques Boutaud (2007),  qui permet de saisir les enjeux des productions symboliques sur les légumes et de poser la question de leur réception par les mangeurs.

Ce travail a invalidé l’hypothèse selon laquelle les légumes, dans le contexte actuel de « nutritionnalisation » des discours alimentaires (Fischler, Poulain), seraient d’abord présentés et perçus comme des aliments fonctionnels à valeur sanitaire. Mais l’omniprésence du discours nutritionnel, développé depuis la mise en place du PNNS en 2001 et sa volonté d’être la seule référence de santé publique pertinente en termes d’alimentation a incité, consciemment ou non, tous les prescripteurs de l’alimentation (nutritionnistes bien sûr, mais aussi journalistes, chefs, etc.) à intégrer plus ou moins d’éléments sanitaires à leur discours. Malgré la nature hétérogène des discours, la tonalité individualisante, responsabilisante et même culpabilisante s’y répand. Le statut de la consommation de légumes reste globalement utilitaire plus qu’hédonique : c’est une responsabilité individuelle et un choix rationnel de la part d’un mangeur réflexif sur ses pratiques.

En ce sens, une nouvelle valeur est apparue,  la naturalité, présente de manière transversale dans la majorité des types de discours. Les thématiques de l’environnement, de la consommation responsable et solidaire, de la santé, du souci de la provenance et des circuits courts, ajoutées à celle du goût et du plaisir qui restent présents, sont toutes reliées, d’une manière ou d’une autre, à cette valeur éthique émergente. Riche de sens, cette notion permet de faire le lien entre différents types de discours, et de réduire la dichotomie entre plaisir et santé. Mais elle peut également être interprétée comme une manière plus insidieuse d’aller à la santé, telle que promue par l’OMS : celle du bien-être et non plus de la seule absence de maladie. Dans cette optique, un glissement thématique s’opère de la nutrition à la naturalité mais le prisme de la santé s’impose malgré tout, à travers la tonalité des discours qui reste souvent prescriptive voire injonctive.

Les nouvelles valeurs qui s’articulent autour de ce noyau axiologique sur la santé (naturalité, transmission, bien-être, éthique alimentaire) posent question sur la manière dont les mangeurs comprennent, perçoivent et intègrent ces discours et les représentations des légumes qu’ils impliquent, à leurs pratiques. Dans un rapport réflexif avec ce qu’ils mangent (Ascher F., 2005), comment trouvent-ils un nouvel équilibre alimentaire dans le cadre des nouvelles normes sociales ?

C’est par une enquête qualitative de terrain que nous avons décidé, dans un deuxième temps,  de répondre à ces questions.

 

  1. De l’intérêt d’enquêter les classes diplômées de la société

« La consommation de légumes apparaît comme une pratique qui dépasse largement les activités liées à la cuisine, mais englobe aussi des éléments de connaissance sur les pratiques en matière de santé, voire des conduites normées socialement (Plessz, 2013 ; Plessz et Gojard, 2013) ». En effet, manger des légumes va au-delà de l’ingestion des qualités nutritionnelles de cet aliment perçu comme léger, dans une société où « l’obésité est en partie un phénomène de classe, la grosseur n’étant plus un signe de richesse aux yeux des pauvres, mais un signe de pauvreté aux yeux des riches »[5].

Au-delà d’un régime de « distinction » (Bourdieu), il paraît essentiel de considérer des formes de vie alimentaires significatives (Fontanille, 1993, 2008),  notamment les pratiques et les représentations des classes les plus diplômées de la société. En effet, si les dernières études montrent une baisse générale de la consommation des légumes, les catégories diplômées de la société sont les seules qui conservent une forte consommation, principalement de légumes frais. Soulignons ici que notre étude porte sur les légumes frais, en conserve ou surgelés, bien que les premiers soient mis en avant, du fait que « les légumes frais sont vecteurs d’un effet de domination sociale : c’est sous forme fraîche que les classes supérieures achètent la plus grande partie de leurs légumes, et les effets du revenu se conjuguent à ceux du diplôme sur ce dernier point. »[6]. Considérant également que ces catégories sont les plus informées et s’intéressent de près aux discours médiatiques, il semble pertinent ici de comprendre leur réception de ces discours en corrélation avec leurs pratiques alimentaires.

Ainsi, « les conduites alimentaires, malgré les tendances à l’uniformisation ou à la « moyennisation » de la consommation, restent, d’après les différentes enquêtes disponibles, conditionnées par l’appartenance à une catégorie sociale ou un niveau de revenu »[7]. La question est alors de savoir si le légume ne serait pas en passe de devenir un nouvel aliment distinctif, concentrant les valeurs dominantes de notre société hypermoderne. Ces valeurs, telles la fraîcheur, la légèreté, le naturel, etc., seraient reprises à leur compte dans une forme de vie émergente par les catégories diplômées. Celles-ci, alors constituées en classe sociale « créative » (François Ascher, 2005), auraient des représentations et des pratiques encore minoritaires, appelées à se diffuser. Suivant par là les théories de l’innovation sociale observées au fil de l’histoire, il semble pertinent de s’intéresser aux freins et leviers, au-delà des conditions matérielles, de la consommation des légumes chez ces mangeurs.

Il s’agit donc ici d’étudier l’imaginaire que les légumes soulèvent chez les mangeurs les plus consommateurs, à savoir les catégories sociales à la fois aisées et éduquées (CREDOC, 2017), car « la consommation (…) déborde largement le cadre de l’achat. Elle se rapporte aux usages et aux interactions familiales, amicales ou professionnelles, aux normes des groupes sociaux, aux contraintes de la vie collective, à la construction sociale du marché, au jeu politique, aux effets d’appartenance sociale et à la mondialisation »[8]. Dans ce cadre, la consommation de légumes est appréhendée comme source de distinction et d’intégration sociale.

Il s’agit alors de comprendre comment les légumes font-ils sens pour ces mangeurs, dans leur triple dimension sensorielle, sensible et symbolique ? L’objectif est ici d’ « appréhender cet espace sensible au travers d’une approche sémio-pragmatique, sémio-sensible, qui a l’avantage d’interroger le sens à trois niveaux et, plus encore, trois plans complémentaires du processus de sa compréhension : esthésique, esthétique, éthique. »[9]. Dans cette perspective,  nous avons constitué un panel de 20 mangeurs sélectionnés selon plusieurs critères : un niveau d’études supérieur, des sorties au restaurant au moins une fois par mois, un âge compris entre 35 et 55 ans. En revanche, nous avons appliqué le principe d’universalité dans le genre des enquêtés (10 hommes et 10 femmes) et leur lieu de vie (7 ruraux et 13 urbains). Enfin, pour prendre en compte la diversité des situations familiales, dont l’influence sur les pratiques est certaine, nous avons intégré 2 célibataires, 1 personne divorcée ayant des enfants, 6 personnes en couple ayant des enfants et 11 personnes vivant en couple sans enfant.

  1. Méthodologies croisées : observation des pratiques de consommation des légumes et circularité des discours 

 

Nous savons que le mangeur moderne est nomade et que les pratiques varient en fonction du contexte de consommation. Dès lors, « doit-on persister dans la tentative de dresser des typologies de mangeurs les décrivant tels qu’ils seraient durablement ? » (Lamine C., 2008). Il nous paraît peu probant de tenter une classification essentialiste des mangeurs de légumes, c’est pourquoi nous avons décidé d’opérer une observation des comportements eux-mêmes. Notre démarche se situe donc ici en partie dans le courant de la théorie des pratiques dont Sophie Dubuisson-Quellier et Marie Plessz ont démontré la pertinence dans toute réflexion sur les pratiques alimentaires. « La théorie des pratiques propose de situer les structures cognitives et symboliques directement au cœur des pratiques sociales nécessitant de placer ces dernières au centre de l’analyse »[10]. Puisqu’il s’agit de « déconstruire une consommation au travers d’une série de pratiques sociales » (Dubuisson-Quellier S., Plessz M., 2013, p. 8), nous avons imaginé plusieurs protocoles d’enquêtes. Le principe est de les croiser, afin d’analyser de manière approfondie la consommation de légumes par les membres de notre panel, dans ce qu’elle a de routinier, impliquant des activités corporelles, mentales, matérielles, discursives sous-jacentes.

La première étape est de recueillir les tickets de courses sur une semaine[11], pour situer les mangeurs dans leurs modes d’approvisionnement en légumes. Puis il est demandé aux enquêtés de remplir des carnets de bord de leurs repas sur un jour travaillé et un jour non travaillé, pour détailler le niveau et les modalités précises de leur consommation de légumes, selon le contexte, le temps, le lieu, les pratiques de commensalité ou encore leurs ressentis émotionnels[12]. Enfin, pour dépasser le recueil de données déclaratives, vient s’ajouter le captage vidéo d’un repas de soir de semaine[13], afin d’analyser les pratiques culinaires et l’acte alimentaire réels relativement aux légumes, dans leurs dimensions matérielles, processuelles, rituelles, interactionnelles et agentielles.

L’analyse des données obtenues, consistant en partie en un repérage des récurrences et divergences pour saisir la grammaire de l’instant, du moment ou de la semaine,  sera ensuite reportée sur la dimension figurative des discours (objets, lieux, moments, situations, relations) reconfigurée lors d’entretiens semi-directifs. Se trouvent ainsi traduits la réflexivité des mangeurs sur leurs pratiques, leur rapport à la norme, pour faire apparaître les dimensions culturelles et collectives de leurs démarches multiples en lien avec leur consommation de légumes.

  1. Résultats premiers : appropriation des discours, mise en pratique des normes et reconfiguration des valeurs liées aux légumes

Les premiers résultats obtenus sont à la fois riches d’enseignements et demandent à être complétés par les autres protocoles et enquêtes de terrain. Les mangeurs observés sont adeptes de la multi-fréquentation des lieux d’achats et ont un parcours de courses diversifié. Or  plus le parcours de courses est diversifié, plus les recommandations du PNNS sont respectées et donc plus l’achat de légumes est fort (Baromètre Santé Nutrition 2008, INPES). Cela se vérifie car les  enquêtés consacrent une proportion importante de leur budget alimentaire aux légumes frais, achetés en grande majorité en supermarché spécialisé dans le frais ou le bio, chez un primeur, au marché et parfois même directement à la ferme. Les conserves et les surgelés sont en revanche quasi-absents, ce qui semble confirmer la  perception des légumes en lien avec les imaginaires macrosociaux de nature, de terroir et de qualité relevés dans les discours médiatiques. L’analyse des carnets de bord des repas atteste de la forte consommation de légumes ; ils sont mangés à tous les repas pour la majorité, bien que leur usage varie : entrée et/ou accompagnement le midi ou lors des repas festifs, plat principal le soir pour beaucoup. Le statut du légume évolue donc puisqu’il constitue, selon le contexte, l’aliment principal du repas ou un adjuvant qualitatif. L’analyse des vidéos de repas des enquêtés permet de prouver que leur relation avec les légumes s’enrichit, comme nous l’avons figuré au sein d’une trinité sensible. Inspirée de l’apport théorique sémio-pragmatique développé par Jean-Jacques Boutaud notamment (2007, 2017), cette grille d’analyse permet de faire apparaître, à partir des vidéos observées, l’éthique sous-jacente des pratiques de préparation culinaires des légumes de nos enquêtés, c’est-à-dire un « système de valeurs conjuguées à des pratiques qui ressortissent, globalement, d’un comportement, d’un ethos ou d’une forme de vie »[14]. Le sens donné aux légumes émerge en effet à partir des sensations éprouvées et concomitamment des sentiments nés pendant leur préparation, dans le cadre de la formation, tout au long du processus d’élaboration du plat, de l’image de leur goût.

Figure 1 : Trinité sensible (Boutaud, Veron, 2007) : Sensations, représentations et forme de vie autour des légumes

Ainsi, dans le cas de l’un des couples observés, la confection d’un velouté de champignons pour le repas du soir, qui en constitue le plat principal, donne lieu à une discussion de 25 minutes sur une durée totale d’une heure en cuisine. Est alors mise en avant l’idée selon laquelle le « sens éprouvé naît d’ajustements réciproques et dynamiques par contagion entre partenaires engagés dans l’expérience vécue » (Parizot, 2013), figuré par des postures, une gestuelle et une communication non-verbale traduisant l’intérêt, la curiosité, l’envie naissante de la dégustation à venir d’une recette nouvelle. Ces mangeurs sont imprégnés des valeurs traditionnelles du modèle alimentaire français que sont le goût[15] et la commensalité. On le voit à leur implication même dans la préparation relativement longue du repas ou à l’importance accordée à la mise en scène du plat[16]. Ils démontrent par leur attitude, leur comportement et leurs interactions qu’ils chargent le sens donné au légume cuisiné de ces valeurs, associées habituellement plutôt à la viande, encore majoritairement au cœur du repas français[17]. La discussion autour de la saveur du velouté montre que le légume est ici un objet de goût et de gourmandise, un aliment à part entière, cuisiné et sujet à l’innovation et à la créativité. Mais ils l’enrichissent également d’un imaginaire centré sur la naturalité. En effet, l’équilibre alimentaire, l’attention au gaspillage[18], le souci de la fraîcheur des produits et de leur provenance, constituent les thèmes privilégiés des propos échangés. De surcroit, le ton de responsabilité parfois employé par celle qui semble être la prescriptrice alimentaire du couple montre l’appropriation et la reconfiguration au quotidien de la tonalité employée dans les discours médiatiques.

 

Conclusion et perspectives

 

L’hypothèse d’une appropriation, par les classes les plus diplômées, de nouvelles valeurs associées aux légumes, autour du noyau axiologique sur la santé (équilibre alimentaire, apports nutritionnels des légumes), reconfigurées, corrélativement aux discours médiatiques circulants, autour de la naturalité, du bien-être, de l’éthique alimentaire, est ici vérifiée. Bien sûr, d’autres membres du panel observé ne rentrent pas tout à fait dans ce schéma d’analyse et dans le même temps, tous les types de repas ne voient pas les légumes se charger du même sens ni occuper le même statut.. Cependant, pour la majorité de nos enquêtés, réflexifs sur leurs pratiques, les légumes s’enrichissent de sens et de valeurs qui favorisent leur forte consommation.

Ce constat soulève un certain nombre de questions sur les déterminants de cette importante consommation et leur poids respectif dans le processus de choix des mangeurs, relié aux dimensions collectives sous-jacentes du changement : quels sont les rôles du goût, de la santé, du plaisir dans ces choix ? De quelle manière les mangeurs enquêtés s’approprient-ils les nouvelles normes portées par l’action publique avec le PNNS ? Quels facteurs influencent leurs représentations des légumes ?

Le déploiement de l’ensemble des protocoles, notamment les entretiens semi-directifs, donnera matière à comprendre les pratiques de consommation corrélativement aux représentations des légumes du groupe investigué, pour replacer le légume dans un cadre sémiotique et symbolique plus large. Cela permettra également de mesurer l’impact des discours médiatiques dans cette reconfiguration de l’image des légumes. L’intérêt est prospectif, puisque les classes les plus diplômées et innovantes sont aux avant-postes de ce qui pourrait se diffuser, au moins aux classes intermédiaires en recherche d’ascension sociale, dans une société en quête de sens et de saveurs, d’expériences et de pratiques plaisantes et réfléchies.

Bibliographie

Ascher F. (2005),  Le mangeur hypermoderne. Une figure de l’individu éclectique, Paris, O. Jacob

Bourdieu P. (1979), La Distinction, Paris, Editions de Minuit

Boutaud J-J. (2005), Le sens gourmand, Paris, Jean-Paul Rocher

Boutaud J.-J., Veron E. (2007)., Sémiotique ouverte. Paris, Hermès Lavoisier

Boutaud J-J., Dufour S., Hugol-Gential C. (2017), « Pour une approche qualitative du sensible », Recherches Qualitatives, n°20, pp. 341-354

Corbeau JP. (dir) (2007), « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES), Université de Tours, http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf

Dubuisson-Quellier S., Plessz M. (2013), « La théorie des pratiques », Sociologie, n° 4

Fischler C. (2001), L’homnivore, Paris, O. Jacob

Fischler C. (2004), « Le paradoxe de l’abondance », Sciences humaines, n°135

Gineste M. (2004), « Soigner, prévenir… éduquer le mangeur : mythe ou réalité ? », XVIIème congrès de l’AISLF. Tours.  CR 17 « Sociologie et anthropologie de l’alimentation », consulté le 15 février 2016 : [Lemangeur-ocha.com].

Kessous A., Chalamon I. (2013), « Représentations mentales de la consommation et des pratiques alimentaires : Approche par le carré sémiotique “bon/mauvais” », La Revue des Sciences de Gestion, n° 261-262, p. 51-58.

Lejeune C. (2014), Manuel d’analyse qualitative, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur

Lamine C. (2008), Les intermittents du bio, Versailles, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Editions Quae

Le Breton D. (2008), Anthropologie du corps et modernité, Paris, Presses universitaires de France

Lochard G., Soulages J-C. (2004), « Une interdisciplinarité autonome est-elle possible ? », Questions de communication, n° 5

Michel D. (2003), « Au fil des siècles, légumes méprisés, légumes anoblis », dans Champ psychosomatique 1, n° 29

Plessz M. (2013), « Les légumes transformés : diversité des produits, diversité des usages sociaux », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, vol. 2103/01

Plessz M., Gojard (2013), “Do processed vegetables reduce the socio-economic differences in vegetable purchases? A study in France”, European Journal of Public Health

Régnier F., Masullo A. (2009),  « Obésité, goûts et consommation – Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale », Revue française de sociologie, n°50

Rozin P. (1994), « La magie sympathique », in Fischler C. Manger magique : aliments sorciers, croyances comestibles, Paris, Autrement

Saint Pol T. (2016), « Les habitudes alimentaires des Français. Une institution sociale entre constance et renouveau », Esprit

 

[1]Selon B. Latour, la crédibilité vient d’alliés déjà légitimes, ce que sont ici les médecins, diététiciens, etc. Latour B. 1995. La science en action, introduction à la sociologie des sciences. Paris : Gallimard.

[2]Corbeau JP. ((dir) 2007). « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES). Université de Tours, http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf, p. 9.

[3] Article en cours AoF

[4] « Les médias [sont] des déterminants essentiels de construction des imaginaires sociaux » (Lochard, Soulages, 2004).

[5] Ibid., p. 157.

[6] Plessz, Gojard, (2010), La consommation de légumes des ménages français : préparation domestique ou achats de produits transformés ?, p. 19

[7] Céline Laisney (2013), « Les différences sociales en matière d’alimentation », Centre d’Etudes et de Prospective, n° 64, p. 4

[8] Desjeux D. (2006), La consommation, p. ?

[9] Boutaud J-J., Dufour S., Hugol-Gential C. (2017), « Pour une approche qualitative du sensible », Recherches Qualitatives, n°20, pp. 341-354.

[10] Dubuisson-Quellier S., Plessz M. (2013), « La théorie des pratiques », Sociologie, n° 4, p. 3.

[11] Protocole effectué en juin 2016.

[12] Protocole mis en place en octobre 2016.

[13] Protocole réalisé de janvier à mars 2017.

[14] Ibid., p. 348.

[15] Enquêté 1 : « Hummm, ça sent bon ! », Enquêté 2 : « Mouais, je sais pas trop ce que ça va donner », Enquêté 1 : « Oh ! Je pense que ça va être super bon ! « .

[16] E. 1 : »Tu veux un bol ? », E. 2 : « Non je vais le prendre dans une assiette le velouté ».

[17] La viande reste attachée, dans la culture alimentaire française, à l’idée de plaisir, de plus en plus coupable certes, mais toujours comme aliment distinctif (Saint Pol (de) 2016).

[18] E. 1 : « Tu finis ce qui reste dedans ? J’en ai assez moi », E. 2 : « Ben moi aussi j’en ai assez », E. 1 : « Non mais ce qui reste dedans », E. 2 : « Ah, ok », E. 1 : « C’est bête de jeter ».

Communication de crise en phase post-accidentelle nucléaire

Antonin Segault, doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication (4ème année) sous la direction de Ioan Roxin, au sein du laboratoire ELLIADD, à l’Université de Franche-Comté.

Communication de crise en phase post-accidentelle nucléaire

Introduction

En 2017, 447 réacteurs nucléaires produisent de l’électricité dans le monde (IAEA, 2017). S’y ajoutent les nombreuses installations dédiées à la production et au retraitement du combustible nucléaire, aux applications médicales des rayonnements, à l’armement nucléaire, à la recherche et à certains domaines de l’industrie. Ces installations connaissent régulièrement des incidents de faibles ampleur (ASN, 2017), sans conséquence sur l’environnement et les populations alentour. Cependant, au cours des dernières décennies, plusieurs accidents nucléaires majeurs ont contaminé de large territoires et affecté les vies de centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, les pays exploitant l’énergie nucléaire – notamment en Europe – doivent se préparer à l’éventualité d’un nouvel accident de ce type (Schaub, 2016).

Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet de recherche SCOPANUM (Stratégies de COmmunication de crise en gestion Post-Accident NUcléaire via les Médias Sociaux) financé par le CSFRS (Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques). SCOPANUM associe des chercheurs du laboratoire ELLIADD (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours) et des experts du CEPN (Centre d’étude sur l’Évaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire) autour des objectifs suivants :

  • analyser les usages des médias sociaux en phase post-accidentelle nucléaire (PAN) ;
  • fournir des préconisations pour l’intégration des médias sociaux dans les stratégies de communication en phase PAN ;
  • réaliser un démonstrateur d’une plateforme sémantique en soutien à la communication de crise de type PAN.

Dans cet article, nous allons présenter le montage méthodologie original mis en œuvre au cours de la thèse. Nous reviendrons tout d’abord sur le cadre théorique de ces travaux avant d’exposer notre problématique de recherche. Nous décrirons ensuite l’articulation des multiples méthodologies employées ainsi que les productions scientifiques qui en ont découlé. Enfin, nous reprendrons les conclusions de la thèse tout en examinant les limites résultant des méthodes employées.

Cadre théorique et problématique

Les situations de crise constituent des moments de rupture, affectant la marche de la société. La gestion de ces situations vise alors à rétablir le fonctionnement normal des organisations touchées (Coombs, 2009). En raison de l’incertitude que génère la survenue d’une crise, les activités de gestion de crise s’accompagnent également d’une « crise de l’information » (Bouzon, 1999). En effet « avoir accès à l’information dont on a besoin en temps opportun permet aux gestionnaires de prendre les bonnes décisions et de réussir leurs opérations et à la population, de se conduire en toute sécurité et de bien appliquer les consignes en connaissance de cause » (Ait Ouarab-Bouaouli, 2008). Par ailleurs, la perception de crises, de leurs gravité et des moyens appropriés pour y répondre diffère fortement selon les individus (Coombs, 2010; Heath, Palenchar, & O’Hair, 2009). La communication de crise, que l’on peut définir comme « la collecte, le traitement et la diffusion de toutes les informations nécessaires à la gestion de la crise » (Coombs, 2010, p20), est par conséquent une composante clef de la gestion des situations de crise. Elle doit prendre la forme d’un dialogue incluant l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise (Covello, 2003).

L’évolution des outils des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) s’est accompagnée d’une transformation progressive des pratiques de communication de crise. Ainsi, au cours des dernières années, les outils du Web – tout particulièrement les médias sociaux (e.g. Twitter, Facebook, Youtube) – ont pris une place croissante lors des situations de crise (Palen, Vieweg, Liu, & Hughes, 2009). Les citoyens y ont développé de nouveaux usages visant à faciliter la gestion collaborative des informations quant au danger ou aux manières d’y échapper (Bruns & Burgess, 2012; Fugate, 2011; Vieweg, Hughes, Starbird, & Palen, 2010), tandis que des outils ont été développés pour appuyer ces nouvelles formes de communication de crise (e.g. Facebook Safety Check, Google SOS Alerts). Les technologies du Web Sémantique se sont également révélées utiles pour l’organisation des connaissances relatives à la crise, favorisant  l’interopérabilité entre l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de crise (Liu, Shaw, & Brewster, 2013).

Les accidents nucléaires majeurs tels que ceux survenus à Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011) sont à l’origine de crises à large échelle (Fairlie & Sumner, 2006; Gorre, 2014; IAEA, 2014). Les personnes vivant dans les larges territoires contaminés par des particules radioactives sont soumis à des contre-mesures (e.g. évacuation, restrictions alimentaires, suivi médical) visant à limiter leur irradiation. Ces personnes doivent pour cela s’approprier de nouvelles connaissances parfois très techniques (e.g. mesure de la radioactivité, gestion des déchets) et changer durablement leurs comportements (SAGE Project, 2005). En cela, la situation post-accidentelle nucléaire (PAN) constitue un défi en matière de communication de crise.

En France, des recommandations ont été développées en prévision d’une situation PAN (CODIRPA, 2012), mais nous semblent inadaptées.. D’une part, les stratégies de communication proposées sont majoritairement descendantes (top-down), à l’initiative des experts, laissant peu de place au dialogue avec les citoyens. Par ailleurs, elles ne s’appuient pas sur le potentiel de TIC pour l’organisation et la diffusion des connaissances – les médias sociaux n’y sont présentés que comme des menaces pesant sur la parole des autorités. La problématique suivante a donc été formulée : « L’usage des technologies de l’information et de la communication peut-il contribuer à la mise en place d’une communication de crise plus adaptée aux spécificités des phases post-accidentelles nucléaires ? »

Montage méthodologique

Pour répondre à cette problématique, nous avons tout d’abord examiné les usages existants des TIC en situation PAN. Nos recherches ont pour cela porté sur les « pratiques informationnelles » qui se sont déployées au lendemain de l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi, seul exemple d’accident nucléaire survenu à l’ère du Web social. La notion de « pratiques informationnelles » désigne « la manière dont l’ensemble de dispositifs, des sources, des outils, des compétences cognitives sont effectivement mobilisés dans les différentes situations de production, de recherche, traitement de l’information » (Chaudiron & Ihadjadene, 2010). L’analyse de ces pratiques s’inscrit au sein du champ des « études d’usages », dans lequel l’« observateur décrit comment les agents se coordonnent entre eux et avec les dispositifs techniques, en habitant de façon durable dans un environnement équipé de technologies. » (Proulx, 2015). Les concepts et outils associés à champ de recherche ont donc constitué la première partie du cadre méthodologique de cette thèse.

Cependant, en raison des objectifs du projet SCOPANUM, une partie des travaux de cette thèse relèvent de la recherche appliquée, notamment pour la conception et l’évaluation de nouveaux outils d’aide à la communication de crise. Nous avons donc également adopté une approche pouvant être qualifiée de « recherche-développement », au cours de laquelle « le chercheur est engagé à la fois dans des activités de développement et dans l’analyse de ces activités » (Loiselle & Harvey, 2007, p,44). Comme la recherche-création dans le domaine de l’art, la recherche-développement repose sur une boucle de rétroaction, articulant deux formes d’activités aux finalités différentes (Bouchardon, 2013). Le chercheur-développeur est amené à adopter un recul critique sur les pratiques de développement qu’il met en œuvre, nourrissant ainsi ses recherches.

Si la recherche-développement peut être constituée de deux phases – développement et recherche –  temporellement distinctes, celles-ci peuvent également être menées en parallèle (Loiselle & Harvey, 2007). La démarche de recherche employée pour cette thèse s’inspire pour cela du cycloïde de « recherche-action » décrivant l’alternance de phases d’étude et de réalisation dans le domaine de l’audiovisuel (Lamboux-Durand, 2016, p,168). Nos recherches ont ainsi pris la forme d’une succession de phase d’étude des usages, de conception d’outils et d’évaluations expérimentales.

Figure 1: Cycloïde de recherche-action (Lamboux-Durand, 2016)

 

Études et résultats

Nos travaux ont en premier lieu porté sur les mesures de la radioactivité, des données indispensables à la gestion d’une situation PAN. À travers une revue de littérature, nous avons étudié le rôle important qu’ont joué les outils du Web dans la production et le partage de mesures après l’accident de Fukushima. Une étude a ensuite été réalisée pour évaluer le potentiel de robots utilisant la plateforme Twitter pour diffuser automatiquement les mesures effectuées à l’aide de radiamètres connectés (Segault, Tajariol, & Roxin, 2015b). Sur la base des résultats fournis par cette première étude, les métadonnées accompagnant les mesures de la radioactivité ont été explorées plus en détail. Ce travail s’est appuyé sur une analyse de traces d’usages collectées sur Twitter mais aussi sur une enquête réalisée auprès d’experts en radioprotection et d’utilisateurs non-experts. Les résultats de cette seconde étude ont permis le développement de recommandations visant à favoriser la qualité des mesures publiées, ainsi que d’un prototype de robot s’appuyant sur ces recommandations (Segault, Tajariol, Ishigaki, & Roxin, 2016; Segault, Tajariol, & Roxin, 2016).

Figure 2: Tweet produit par un robot-radiamètre

 

Dans une seconde série d’études, nous nous sommes plus largement intéressé au bagage de connaissances pratiques que les personnes vivant dans une zone contaminée ont besoin d’acquérir au cours de la situation PAN. En l’absence de base de connaissances synthétisant les connaissances répondant aux besoins des citoyens – et non seulement celles que les experts jugent utiles aux citoyens – un corpus de documents a été constitué afin d’identifier ces connaissances. Des méthodes de traitement automatique des langues et de modélisation sémantique ont été exploitées pour représenter et organiser les connaissances de manière formelle (Segault, Cotfas, & Tajariol, 2015; Segault, Tajariol, & Roxin, 2015a). Les modèles résultants ont servi de base au développement d’un démonstrateur d’application web mobile à destination des personnes affectées par une situation PAN. Ce démonstrateur a ensuite fait l’objet d’une évaluation en vrai grandeur afin d’étudier la pertinence des outils d’accès aux connaissances proposés. Nous avons pu ainsi dégager plusieurs pistes d’amélioration de l’application, ainsi que des indications pour la mise en œuvre d’une évaluation plus complète.

Figure 3: Interface mobile du prototype Ginkgo

L’ensemble de ces travaux peuvent être replacés dans le cycloïde de recherche-action qui a été décrit plus tôt. Les deux série d’études ont débuté par une phase d’étude, que ce soit à travers la revue de littérature, l’analyse de traces ou l’étude des outils existants. Ces études ont ensuite nourri une démarche de conception aboutissement au développement d’outils – logiciels, comme des prototypes d’applications, ou informationnels, comme des recommandations. La phase d’évaluation n’a cependant pu être atteinte que pour l’application mobile, tandis qu’elle reste à faire pour le prototype de robot. Par ailleurs, aucune de ces deux séries de travaux n’a pu boucler un cycle complet et initier une nouvelle phase d’étude portant sur les usages des dispositifs préalablement développés. Divers conclusions peuvent néanmoins en être tirées.

Discussions et conclusions

Les travaux réalisés au cours de cette thèse nous ont permis d’apporter des réponses concrètes – sous la forme d’outils informationnels ou techniques – aux besoins exprimés dans le projet SCOPANUM. Ils ont également été à l’origine de nombreux apports théoriques et méthodologiques quant aux opportunités offertes par les outils du Web pou la communication de crise en situation PAN. En effet « pouvoir être associé en tant que sciences sociales à la production de ces systèmes d’information est souvent la seule chance d’en comprendre les ressorts » (Boullier, 2016, p.319).

Ainsi, nous avons vu que les usages des médias sociaux par les citoyens pouvaient ne pas être adaptés aux spécificités de la situation PAN et nécessiter l’apport de savoir experts, notamment sous la forme d’outils ad-hoc. Plus généralement, les médias sociaux semblent constituer un terrain prometteur pour restaurer le dialogue entre les citoyens et les experts, mais seulement si ces derniers adoptent des stratégies de communication plus ouvertes. Enfin, nos recherches ont confirmé les différences de perception de la crise existant entre les multiples acteurs de la crise et mis en évidence des obstacles mais aussi des pistes de travail pour l’étude des perceptions des citoyens.

Néanmoins, plusieurs remarques peuvent être faites sur la méthodologie mise en œuvre durant ces études. Tout d’abord, les deux axes de recherche-développement que nous avons présenté ont été poursuivis en parallèle, tout au long de la thèse, sans vraiment se rejoindre. Malgré leurs trajectoires différentes – l’un provenant directement des objectifs du projet SCOPANUM, l’autre ayant émergé de nos travaux exploratoires – des passerelles auraient pu être créées afin de mieux combiner leurs résultats. Par ailleurs, les deux cycles de recherche-développement se sont étalés sur plusieurs années, avec des phases d’étude et de conception souvent très longue en raison des objectifs ambitieux que nous avons fixés. La définition d’objectifs intermédiaires, selon une approche plus agile, aurait probablement raccourcit les cycles, nous permettant d’adopter le fonctionnement itératif prescrit dans le schéma du cycloïde de recherche-action. Enfin, le choix de poursuivre ces deux axes de recherches tout au long de la thèse a nécessité d’abandonner d’autres thématiques de recherche, parfois prometteuses, par manque de temps et de ressources. L’adoption d’un fonctionnement plus agile aurait également facilité l’exploration d’un plus grand nombre de pistes.

Ces remarques ne remettent cependant pas en cause le choix d’une démarche de recherche-développement, mais seulement certains aspects de son implémentation dans le cadre de cette thèse. Dans le contexte économique actuel, le financement de la recherche et notamment des thèses dépend de manière croissante du subventionnement de projet à court terme par des organismes publics ou privés – y compris dans le domaine des sciences humaines. Le développement de nouvelles démarches de recherche appliquée est alors impératif pour combiner au mieux les demandes des commanditaires des projets et les objectifs de la recherche scientifique.

Bibliographie

Ait Ouarab-Bouaouli, S. (2008). Pour une équité dans l’accès à l’information en cas de catastrophes. Communication, 26(2), 174‑193.

ASN. (2017). Avis d’incident des installations nucléaires. Consulté à l’adresse https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires

Bouchardon, S. (2013). The research and creation approach in digital literature. Présenté à Electronic Literature Organization (ELO) Conference.

Boullier, D. (2016). Sociologie du numérique. Armand Colin.

Bouzon, A. (1999). Communication de crise et maîtrise des risques dans les organisations. Communication et organisation, (16). Consulté à l’adresse https://communicationorganisation.revues.org/2257

Bruns, A., & Burgess, J. E. (2012). Local and global responses to disaster: #eqnz and the Christchurch earthquake. In Proceedings of the Disaster and Emergency Management Conference (p. 86–103).

Chaudiron, S., & Ihadjadene, M. (2010). De la recherche de l’information aux pratiques informationnelles. Études de communication, (35), 13‑30.

CODIRPA. (2012). Eléments de doctrine pour la gestion post-accidentelle d’un accident nucléaire. ASN. Consulté à l’adresse http://post-accidentel.asn.fr/content/download/53098/365511/version/1/file/Doctrine_CODIRPA_NOV2012.pdf

Coombs, W. T. (2009). Conceptualizing crisis communication. In Handbook of risk and crisis communication (p. 99–118). New York: Routledge.

Coombs, W. T. (2010). Parameters for crisis communication. In The handbook of crisis communication (p. 17–53). Blackwell Publishing Ltd.

Covello, V. T. (2003). Best practices in public health risk and crisis communication. Journal of Health Communication, 8(S1), 5–8.

Fairlie, I., & Sumner, D. (2006). The other report on Chernobyl (TORCH). Altner Combecher Foundation, Berlin.

Fugate, C. (2011). Understanding the power of social media as a communication tool in the aftermath of disasters. Senate Committee on Homeland Security and Governmental Affairs, Subcommittee on Disaster Recovery and Intergovernmental Affairs: Federal Emergency Management Agency. Consulté à l’adresse https://beta.fema.gov/pdf/about/programs/legislative/testimony/2011/5_5_2011_use_of_social_media_in_disasters.pdf

Gorre, F. (2014). Tremblement de terre, tsunami et accident nucléaire de la centrale de Fukushima : état des lieux des conséquences et des actions engagées trois ans après. Consulté à l’adresse http://www.ccr.fr/-/avis-expert-fukushima-3-ans-apres

Heath, R. L., Palenchar, M. J., & O’Hair, H. D. (2009). Community building through risk communication infrastructures. Handbook of risk and crisis communication, 471–487.

IAEA. (2014). Experiences and Lessons Learned Worldwide in the Cleanup and Decommissioning of Nuclear Facilities in the Aftermath of Accidents (IAEA Nuclear Energy Series No. NW-T-2.7). Consulté à l’adresse http://www-pub.iaea.org/books/IAEABooks/10621/Experiences-and-Lessons-Learned-Worldwide-in-the-Cleanup-and-Decommissioning-of-Nuclear-Facilities-in-the-Aftermath-of-Accidents

IAEA. (2017). Operational & Long-Term Shutdown Reactors. Consulté à l’adresse https://www.iaea.org/PRIS/WorldStatistics/OperationalReactorsByCountry.aspx

Lamboux-Durand, A. (2016). Production et usage de l’audiovisuel en contexte scientifique: Les témoignages pour des lieux d’exposition. Éditions universitaires européennes.

Liu, S., Shaw, D., & Brewster, C. (2013). Ontologies for Crisis Management: A Review of State of the Art in Ontology Design and Usability. In ISCRAM 2013 Proceedings of the 10th International Conference on Information Systems for Crisis Response and Management.

Loiselle, J., & Harvey, S. (2007). La recherche développement en éducation: fondements, apports et limites. Recherches qualitatives, 27(1), 40–59.

Palen, L., Vieweg, S., Liu, S. B., & Hughes, A. L. (2009). Crisis in a networked world features of computer-mediated communication in the April 16, 2007, Virginia Tech Event. Social Science Computer Review, 27(4), 467–480.

Proulx, S. (2015). La sociologie des usages, et après ? Revue française des sciences de l’information et de la communication, (6). Consulté à l’adresse http://rfsic.revues.org/1230

SAGE Project. (2005). Guidance on Practical Radiation Protection for People Living in Long-Term Contaminated Territories. Consulté à l’adresse http://www.ec-sage.net/members/wp4_handbook.pdf

Schaub, C. (2016). Il faut imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe. Consulté à l’adresse http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/03/il-faut-imaginer-qu-un-accident-de-type-fukushima-puisse-survenir-en-europe_1437315

Segault, A., Cotfas, L.-A., & Tajariol, F. (2015). A semantic system for knowledge sharing in post-nuclear-accident situations. In Workshop on Semantics and Analytics for Emergency Response (SAFE2015). Kristiansand, Norway.

Segault, A., Tajariol, F., Ishigaki, Y., & Roxin, I. (2016). Sharing Radiation Measurements Through Social Media: A Methodological User-Oriented Proposal Set of Guidelines. International Journal of Information Systems for Crisis Response and Management, 8(2), 17‑30.

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2015a). A SKOS Radiation Safety Thesaurus for People Living in Contaminated Territories. In N. B. B. Saoud, C. Adam, & C. Hanachi (Éd.), Information Systems for Crisis Response and Management in Mediterranean Countries (p. 116‑123). Springer International Publishing. Consulté à l’adresse http://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-319-24399-3_10

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2015b). Twitter, robots et radiamètres : des objets connectés pour la diffusion de l’information après un accident radiologique. In H2PTM 2015, Le numérique à l’ère de l’Internet des objets : de l’hypertexte à l’hyper-objet (p. 100–112). Paris, France: ISTE Editions.

Segault, A., Tajariol, F., & Roxin, I. (2016). Robots-radiamètres, propositions pour la complétude des mesures de la radioactivité. In Nouveaux défis de l’Internet des Objets: Interaction Homme-Machine et Facteurs Humains. Paris, France. Consulté à l’adresse https://ido2016.sciencesconf.org/122772

Vieweg, S., Hughes, A. L., Starbird, K., & Palen, L. (2010). Microblogging during two natural hazards events: what twitter may contribute to situational awareness. In Proceedings of the SIGCHI conference on human factors in computing systems (p. 1079–1088). ACM.

La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Letz Géraldine,

Centre de Recherche sur les Médiations (EA 3476), ( Université de Lorraine), troisième année de doctorat sous la direction de Sophie Arborio et Jacques Walter.

 

La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Avant-propos

        Septembre 2013, au bassin d’aviron du sport nautique de Nancy. C’est une période transitoire. La fin d’une saison riche en performances laisse place au fourmillement de débutants qui viennent s’essayer à ce sport de glisse. Jolie farandole désordonnée de pelles qui volent au-dessus de l’eau et de tubes qui s’enfoncent dans la Meurthe. L’aviron n’est pas un sport facile, surtout pour qui s’initie. Pourtant, au beau milieu de ce cafouillage technique, une jeune femme se démarque. Nouvelle, elle fait du pair oar avec une fille confirmée. Le pair oar ou 2- est un des bateaux les plus instables de l’aviron. Les deux rameuses ont chacune une rame de pointe pour faire glisser la coque. La synchronisation bâbord-tribord et l’équilibre des forces sont obligatoires pour que le bateau se maintienne et que sa trajectoire soit rectiligne.

Le geste est précis, la propulsion harmonieuse, si bien que rien ne laisse présager qu’elle donne ses premiers coups d’aviron.

Alors que les deux rameuses manœuvrent pour apponter, une prothèse de jambe avec un pied artificiel revêtu d’une basket est apportée au ponton. En réalité, la jeune femme débutante a été amputée et rame sans sa prothèse. Cela rend son cas encore plus remarquable dans la mesure où, avec la force d’une seule jambe, elle doit pousser comme celle qui l’accompagne et qui a ses deux pieds dans les cale-pieds.

Au-delà de la dimension sensationnelle de cette prouesse physique et technique, cette athlète handisport ouvre un questionnement sur les limites entre le sport valide et le handisport. Certes, le duo sportif alliant un(e) athlète handicapé(e) et son(sa) guide est bien connu, notamment en ski et en athlétisme, disciplines relayées régulièrement dans les médias, néanmoins, avec la pratique du pair oar, les deux rameuses sont placées sur un même pied d’égalité.

Les deux se complètent et leurs forces doivent être identiques. Sans prothèse, cette jeune femme égale des rameuses valides. Qu’en serait-il si elle ramait avec un appareillage conçu pour la pratique du sport nautique? Sa puissance serait sans doute accrue et dépasserait celle de valides. Ainsi, elle interroge les frontières de l’humain et le cloisonnement catégoriel du champ sportif.

Introduction

Les mouvances de notre société moderne, alimentée par une culture technicienne, marquent le désir de l’Homme de s’élever contre sa finitude. Le champ d’analyse du rapport entre le corps humain et les technologies fait l’objet d’un éclairage médiatique qui ne cesse de croitre. L’ambition humaine d’émancipation de sa condition par le biais d’assistances artificielles s’inscrit dans la réflexion contemporaine de conduites culturelles à la lumière du progrès et de l’exaltation de la performance.

Au-delà de la préservation de la santé et de la réparation de l’individu diminué, les technosciences se traduisent désormais par une logique d’augmentation. Cette tendance à l’excès demeure « la première raison d’être du sport » selon Coubertin. La sphère sportive constitue donc un espace social significatif pour appréhender les enjeux d’une motricité corpo-technique. La combinaison du sport, conformé à ses propres règles et à ses valeurs compétitives, avec l’athlète prothétique soulève un questionnement sociologique et éthique particulièrement fécond et controversé.

Notre propos sera attaché aux représentations du handicap et plus particulièrement à celles du corps sportif amputé, reconfiguré par l’usage de prothèses. Ainsi, l’athlétisme et surtout les disciplines de courses sprint et de sauts demeurent les pièces maitresses de la vitrine du spectacle handisportif. Les mises en lumière de corps hybrides renferment des enjeux et une symbolique forte, liés à la perception de la mécanisation du vivant et à la préservation de la bipédie.

L’utilisation coûteuse de dispositifs d’assistance technologiques dans le sport de haut niveau engendre de nouvelles pratiques motrices qui viennent heurter les fondements catégoriels de l’institution sportive, bouleversent la norme et interrogent les frontières de l’humain. Par son ambivalence, l’hybridité ne répond pas au besoin de classification inhérent au sport et en ébranle la hiérarchie. De même, la machinisation du corps pose des problèmes identitaires : où prend fin le vivant, où commence l’artificiel ? Quel statut conférer à l’assemblage mi-homme, mi- machine ? La mise en visibilité des athlètes appareillés use de la figure du monstre, de la réunion de deux éléments disparates pour filer la métaphore du super-héros. Ce super humain façonné par la science-fiction est aujourd’hui un réel élément moteur du sport et de la discrimination positive. Dans un contexte d’accélération de l’appropriation sociale de la technique, la figure du sportif hybride ouvre un nouveau champ de réflexion sur les capacités supplémentaires au sein de la pratique sportive et le rapport au handicap en tant que terrain de recréation de potentialités.

Par la complexité des singularités liées aux usages, l’analyse ne saurait se restreindre à une étude normative mais également expérientielle. En effet, notre travail s’inscrit dans le champ des Disability studies avec une démarche alliant sociologie-anthropologie et les sciences de l’information et de la communication.

Pour analyser les représentations du sportif appareillé, nous avons établi un corpus de presse audiovisuelle avec un bornage de 2012 à 2016. Avec les Jeux de Londres, l’image du sportif en situation de handicap a connu un essor et une métamorphose. Bien loin de la contre mobilité attachée à l’infirmité, les athlètes paralympiques sont désormais élevés au rang de super-héros. Or, cette nouvelle approche, bien que très féconde quantitativement, répond à des critères de normes sociales, culturelles et économiques.

Afin d’enrichir cette vision conventionnelle, il nous apparait nécessaire d’ériger un savoir expérientiel ou savoir d’expérience. Cette désignation, empruntée aux sciences de l’éducation et au domaine de la santé, notamment avec l’éducation thérapeutique des patients, articule l’expertise des personnes en situation de handicap avec notre cadre théorique. Il s’agit, par des observations participantes, des entretiens et des échanges, de prendre en considération un savoir et une mise en récit construits par l’expérience du vécu et du regard de la situation de handicap. Dans cette configuration, le corps objet qui sert l’image d’un marché technologique redevient un corps-acteur, détenteur d’un savoir qui dépasse la segmentation binaire de la norme.

L’appareillage comme reconstruction du moi morcelé

L’amputation est un état de séparation. Elle morcelle l’entité corporelle par la section d’une partie d’un membre ou de sa totalité. Ses causes peuvent être dues à une affection congénitale, c’est à dire une particularité physique présente dès la naissance ou bien accidentelles. Qu’elle soit innée ou brutale, cette soustraction organique constitue un bouleversement identitaire lié à la perte et l’absence. Au sortir d’une amputation, le patient doit composer avec ce nouveau moi qui s’impose à lui et la reconstruction d’une nouvelle image corporelle s’avère nécessaire. Elle induit un processus de deuil. Selon les individus et le contexte de l’amputation, les différentes phases de deuil n’interviennent pas dans la même logique chronologique et leurs temporalités varient également. Néanmoins, l’acceptation est la condition sine qua non d’un réapprentissage du corps pour diminuer la limitation motrice et tendre vers une complète autonomie. Ainsi, dans la reconquête d’un champ des possibles, l’appareillage prothétique vient se substituer au membre ou à ses segments amputés : le corps fragmenté devient alors réunifié.

L’itinéraire clinique emprunté n’est pas chose aisée. Plusieurs semaines sont nécessaires pour que le moignon du membre résiduel soit cicatrisé. Des soins spécifiques sont mis en place pour permettre la réalisation d’une première prothèse provisoire. Pour ce faire, la circulation sanguine, le tonus musculaire et l’état de santé général du patient doivent être bons, les chairs et les os ne doivent pas être adhérents au niveau de la surface organique qui recevra l’appareillage.

Une fois la cicatrisation établie, un moulage du moignon est effectué. L’empreinte obtenue sert à établir l’emboiture de la prothèse. Tous les éléments sont fabriqués sur mesure pour s’adapter aux spécificités anato-fonctionnelles des individus. La prothèse est une réponse aux besoins du projet de vie de la personne. Pour l’intégrer entièrement dans son quotidien, des ajustements complémentaires sont effectués conjointement à la rééducation et la réadaptation. Se rééduquer permet d’assimiler et d’automatiser l’intégration de la prothèse en tant qu’élément constituant de son schéma corporel. L’individu amputé redevient acteur par la découverte d’un nouveau potentiel acquis par l’apprentissage d’équilibre, l’endurance musculaire, le travail postural et l’établissement de nouveaux repères sensorimoteurs.

La réadaptation intervient en aval, grâce à l’appareillage définitif, quand le moignon est stable et ses éventuelles déformations corrigées. Elle considère la personne en lien avec l’environnement dans lequel elle va évoluer.  L’ensemble des mesures réadaptatives consistent à réinsérer la personne en milieu familial mais aussi socio-professionnel. Une certaine assurance est ainsi retrouvée. L’affranchissement du handicap s’opère dans la conquête d’une autonomie nouvelle. Dans cette logique, le sport apparait comme vecteur de reconstruction et de réaffirmation de soi. En effet, le sport est un facteur de résilience, souligné par Hubert Ripoll, spécialiste de la psychologie des sportifs : « l’idée même qu’une personne handicapée puisse accéder à la résilience en faisant quelque chose de son corps blessé par l’intermédiaire du sport prend tout son sens. […] le sport, parce qu’il permet l’accroissement de la puissance d’agir, l’accomplissement de soi, l’affirmation de sa différence et le partage avec l’autre, s’avère être un terrain particulièrement favorable à l’acte de résilience ». Ces enjeux identitaires liés à une vision capacitaire et dynamique se cristallisent dans les médias.

Les représentations des super-abilities ou la mise en spectacle des nouveaux héros paralympiques des stades

Longtemps absentes du paysage médiatique, les représentations des athlètes paralympiques font désormais l’objet d’un traitement audiovisuel sans précédent. Néanmoins, leur ancrage dans la société ne s’est pas manifesté ex nihilo.

À la suite de recherches quantitatives dans des dimensions diachronique et synchronique avec les bases de données du logiciel HyperBase de l’Institut National de l’Audiovisuel, Sylvain Paillette et Bernard Delforce distinguent trois étapes de la médiatisation des Jeux Paralympiques. La première s’étend de 1960, date des premiers Jeux Paralympiques qui se sont tenus à Rome à 1988 et les Jeux Paralympiques d’hiver d’Innsbruck. Bien que cette période soit la plus longue, elle demeure la moins féconde. En vingt-huit ans, seulement vingt-sept reportages ont été bâtis.  La logique médiatique de cette période est informationnelle puisque seuls les journaux télévisés diffusent les reportages. Cette diffusion sporadique s’inscrit dans la logique dite des « petits sports ». Les journalistes ne sont pas spécialisés et diffèrent d’un reportage à l’autre. Une médiatisation propre aux Jeux Paralympiques n’est pas alors mise en place.

L’irrégularité de la visibilité médiatique est accentuée par les inégalités entre les Jeux d’hiver et d’été. En effet, en 1976, les Jeux Paralympiques d’hiver se tenant à Örnsköldsvik en Suède ont fait l’objet d’un temps de diffusion total d’une heure et trente-trois minutes alors que les Jeux Paralympiques de Toronto se déroulant l’été de la même année, ne comptabilisent que six minutes et trente-sept secondes dans le paysage audiovisuel.

La seconde phase concerne la période allant des Jeux d’été de 1988 à Séoul, aux Jeux d’hiver de 1994 à Lillehammer en Norvège. Durant ces six années, soixante-quinze reportages ont été diffusés, toutes chaines confondues. Cet accroissement est pluriel, il concerne à la fois le nombre de reportages effectués et diffusés mais aussi le nombre d’heures totales de diffusion ainsi que les interviews réalisées. Par conséquent, l’handisport de haut niveau semble se faire une place de plus en plus marquée au sein du paysage médiatique.

La troisième période identifiée par les chercheurs est celle allant 1996 au début des années 2000. Elle marque un accroissement net et une diversification des reportages répertoriés au nombre de cent cinquante-sept. On note néanmoins l’émergence d’une différentiation médiatique entre la couverture des Jeux d’hiver de Nagano et de ceux d’été se déroulant à Sydney. En effet, la compétition hivernale fait l’objet de vingt-six reportages contre pas moins de soixante-cinq pour l’olympiade australienne. De même, une distinction entre les organismes diffuseurs se creuse : les reportages diffusés dans des magazines sportifs sont plus nombreux que les correspondances émises lors de Journaux télévisés.

La décennie des années 2010, point d’ancrage de notre travail, marque un tournant à la fois quantitatif et qualitatif. Plus de quatre milliards de téléspectateurs ont suivi la transmission en direct de la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques de Londres qui s’est déroulée dans un stade qui affichait complet. Une campagne publicitaire inédite a été déployée en Grande Bretagne et les retransmetteurs que sont les réseaux sociaux ne cessent de croitre. Pour les Jeux de Rio, la France a mis en place un dispositif pour retranscrire pas moins de cent heures de direct. De même, les médiums de diffusions se transforment via des sites et des applications. Un relai de l’écran télévisé à l’écran des smartphones s’opère. De Londres à Rio, une mise en visibilité médiatique attachée à la représentation du super-héros se développe. La chaine de télévision Channel 4 a créé deux spots promotionnels « Meet the Superhumans » en 2012, puis « We’re The Superhumans » en 2016. En France, un documentaire de quatre-vingt-cinq minutes intitulé « Les Super-Héros » écrit et réalisé par Elsa Lhéritier et Delphine Valeille a été diffusé en prime time sur France TV avant la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques. Il retrace le parcours de Michael, Marie-Amélie, Théo, Sandrine et Mathieu, athlètes paralympiques présentés comme de véritables héros des temps modernes qui accomplissent des efforts surhumains.

Un dépassement de la conception classique du « superhuman » et du manichéisme attaché au super-héros s’opèrent par le « recyclage » et le « contournement », propres à une démarche postmoderne. Avec l’usage de la technologie pour surmonter la déficience physique, une conception du corps mi-homme, mi-machine est entérinée.

Les prothèses, les fauteuils roulants, les appareillages sont présentés comme des assimilations par la machine des attributs humains. La technologie moderne forme ainsi le prolongement des membres ou des organes qui font défaut, créant ainsi des figures d’athlètes hybrides, héritées des productions culturelles attachées au cyborg. Ce dernier est un mélange d’artificiel et de biologique qui donne naissance à un humain différent. (Cf Terminator, Robocop etc..). De plus, le cyborg est historiquement lié à l’armée. Pour les soldats vétérans, la prothèse vient dédommager leur corps, remplacer la perte du sacrifice. Dans le sport, l’héroïsme est la capacité à repousser ses limites, à dépasser sa condition. La réussite se fait au travers de corps établissant une nouvelle norme par des corporalités singulières, peu communes voire anormales. La symbolique et sa mise en spectacle dans le champ sportif gomme les effets de la monstruosité (entendue en tant que monstrum) pour tendre vers une uniformisation de l’image des athlètes en situation de handicap. Ce traitement spécifique mélioratif relève du phénomène de discrimination positive. Il recréé une nouvelle forme de stigmatisation recevable et acceptable par la société via un traitement spécifique. Néanmoins, derrière le faste du spectacle sportif, se jouent des usages et des apprentissages complexes de la technique.

 

La réalité de l’appareillage : la prothèse aux antipodes du sublime

 

« Lorsque j’enlève ma lame de course pour remettre ma prothèse de marche après un entrainement ou une compétition, j’ai l’impression que ma jambe amputée pèse 100kg, je me sens lestée par ma prothèse de ma vie de tous les jours ».

Cet extrait d’un entretien réalisé avec une sprinteuse handisport Lorraine, bien que teinté d’un ton hyperbolique, met en avant un aspect fondamental de la réalité prothétique. En effet, un décalage significatif s’opère entre les représentations médiatiques et les situations vécues par les athlètes.

Pour préciser le contexte des représentations diffusées au travers du prisme des médias, nous avons l’ambition d’établir un savoir d’expérience afin d’explorer la réalité de l’appareillage. Ce travail d’investigation est composé d’observations participantes alliant la mixité handi-valide et d’entretiens semi-directifs auprès d’athlètes paralympiques et de leurs proches. Les observations ont été réalisées dans des centres de rééducation, dans des clubs sportifs ainsi que sur des compétitions handisport et des évènements où athlètes valides et handi concourent sur les mêmes infrastructures, le même jour.

 

Notre pré-analyse met en lumière une acceptation sociale et personnelle bonifiées par la pratique positive.

La confiance en soi, le sentiment de maitrise corporelle et de puissance sont autant de points soulignés par l’échantillon d’athlètes représentatifs des sportifs de haut niveau en situation de handicap. Une vision capacitaire est fortement développée.

Les prothèses sont signalées comme appartenant à un champ hyper spécialisé et couteux. L’absence de prise en charge par la sécurité sociale pose le problème de l’équité d’accessibilité, plus particulièrement pour les enfants dont la croissance nécessite des changements et des ajustements très fréquents.

La lame de course ne représente qu’une partie infime de la réalité du vécu. L’usage est réservé à une épreuve particulière. De la course aux sauts en athlétisme par exemple, la même prothèse ne peut être utilisée. Ce qui complexifie la pratique sportive. De plus, les représentations de prolongement du corps par la machine sont démantelées. L’interface entre l’organique et l’artificiel n’est pas sans souffrances. Des pressions et des frottements s’exercent entre le moignon et l’emboîture de la prothèse. Ces compressions sur les parties molles lorsqu’elles sont répétitives peuvent, à terme, provoquer de vives douleurs voire une boiterie. Aussi, le mouvement du corps avec des lames de course n’est pas inné. Des résultats d’observations menées lors de premiers essais de ce type de prothèses témoignent de chutes répandues et usuelles.

Les schémas de course apparaissent peu naturels avec une tendance à griffer en un mouvement semi circulaire, bien loin de l’imaginaire où l’on revêt la prothèse comme un costume qui sublime l’existence. Un coureur valide peut pousser sur le sol avec la chaîne musculaire de sa jambe. L’ensemble de l’énergie est propulsé au sol dès que le coureur bascule en avant. Le sportif génère sa propre énergie avec ses muscles. A l’inverse, un coureur équipé d’une prothèse a un mode de fonctionnement énergétique qui diffère. Sous la masse corporelle de l’athlète, la prothèse se courbe au contact du sol, stockant ainsi de l’énergie. La phase de restitution de cette énergie se produit lorsqu’à la fin de la foulée, la prothèse se détend, générant une force horizontale à partir de la force verticale initiale. Un coureur prothétique puise au cœur de ses muscles fessiers pour créer son mouvement à l’origine de l’énergie. Par conséquent, les prothèses ne sont que des relais transmetteurs de l’énergie qui les traverse. Une démythification de l’augmentation par la technologie éclot. Il y a donc un déséquilibre des usages musculaires entre le corps d’un coureur valide et d’un coureur appareillé. La comparaison des performances entre ces deux profils d’athlètes est difficilement opérable car ce sont deux modes corporels distincts.

D’autre part, avant de pouvoir courir, il faut aux patients amputés réapprendre à marcher grâce à un parcours de rééducation et de réadaptation en vue de répondre à leur projet de vie et à leurs besoins et attentes. La visée n’est pas performative mais elle est celle d’une instauration d’autonomie durable.

La prothèse s’inscrit moins dans une dynamique d’augmentation que de compensation en vue de l’intégration et du mieux-être du patient.

 

Conclusion

La prothèse est un mécanisme qui rend possible la réappropriation d’un corps brisé au cœur d’un itinéraire thérapeutique. Elle redessine les contours d’un corps morcelé et vient réguler une identité fragmentée pour rouvrir un champ des possibles moteurs et sociaux dont le sport fait partie intégrante. Dispositifs de compensations avant d’être des supports au service de la performance, les appareillages s’insèrent dans une logique réparatrice bénéfique à la construction de représentations collectives positives des personnes en situation de handicap. Depuis 2012, une vision ultra capacitaire empruntée à la culture mainstream entoure les exploits des sportifs paralympiques. Véritables super-héros des stades, ils véhiculent une image de « surhomme » transcendant le handicap. Les frontières entre l’imaginaire cybernétique et la réalité semblent de plus en plus poreuses. Néanmoins l’humain augmenté alimenté par la science-fiction en est encore à un stade expérimental en laboratoires. Il est peu transposable à la vie quotidienne des personnes en situation de handicap par la complexité et le coût de sa fabrication et de son aménagement.

La mise en visibilité des prothèses, actrices d’une course technologique concurrentielle entre les grands fabricants place le corps en tant qu’objet au service d’une performance technologisée. Cet établissement de performance par le soutien mécanique soulève une triangulation d’enjeux entre la transformation, la restauration et l’augmentation. L’amélioration de l’existence est un motif du courant transhumaniste qui considère la condition actuelle de l’Homme comme étant fragile. L’humain est alors améliorable par un couplage avec la machine. L’idée d’un corps-support transformable par des technologies le rendant supérieur est au centre de débats éthiques et sociétaux.

Il s’agit de dégager le degré d’humanité dans l’humain : que faut-il ajouter ou soustraire pour au corps pour façonner un être foncièrement humain ?

Agir sur le monde par le biais de la transformation pose le problème d’accessibilité, d’acceptabilité et de diffusion.  Sommes-nous face à des vertus émancipatrices ou aliénatrices des avancées technologiques ? Dans une transgression évolutive ? Face à cette controverse liée à l’irruption du corps technologisé et transcatégoriel dans l’arène sportive, l’institution garante de l’éthique et des réglementations, le Tribunal Arbitral du sport, semble mener une lutte en faveur de la préservation de l’esprit du sport, de ses normes et valeurs. Un duel entre l’impérialisme technologique et la préservation de la normativité catégorielle est enclanché. Le sport, à la fois miroir de notre société et vaste champ d’expérimentation voire d’anticipation, doit-il changer de paradigme ? L’expansionnisme technologique marque-t-il l’érection d’autres repères ?

Le premier cybathlon s’est tenu le 08 octobre 2016 à Zurich. Véritable coup de projecteurs sur les appareillages les plus évolués, ces Jeux Bioniques composés de six épreuves correspondant chacune à un type de handicap, revêtent un fonctionnement similaire aux Jeux Paralympiques. Est-ce alors une compétition permettant d’endiguer la culture technicienne pour préserver des lignes de démarcations ?

L’objectif revendiqué des appareils d’assistance robotisée utilisés au sein de ces jeux cybernétiques est la capacité de réinvestissement dans la vie de tous les jours.  En ce sens, les prothèses, fauteuil et exosquelettes ne sont pas créés uniquement pour la compétition comme c’est le cas dans le sport paralympique. La possible transposition de la technologisation des corps dans un champ social plus vaste ouvre un questionnement sur le rapport de l’Homme à ses créations techniques. Les usages dépassent ainsi le cadre de la thérapeutique. Cette sortie du domaine médico-sportif fait jaillir l’anthropotechnie, l’« art ou technique de transformation non médicale de l’être humain par intervention sur son corps » (Goffette, 2013). Sa finalité n’étant pas réparatrice, pas une lutte contre une maladie ou une incapacité, elle cristallise d’avantage le débat sur le couplage corps-machine.

 

Bibliographie

Andrieu, Bernard. Devenir hybride, Presses universitaires de Nancy, 2008.

Andrieu, Bernard. Les avatars du corps : une hybridation somatechnique, Liber, 2011.

Barthes, Roland. Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Besnier, Jean-Michel. Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ? Hachette Littérature, coll. « Haute tension », Paris, 2009.

Bruant, Gérard. Anthropologie du geste sportif. La construction de la course à pied. Presses universitaires de France, Paris, 1992.

Diana, Jean-François. Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures, Éditions universitaires de Lorraine collection Questions de communication, série actes, 2013.

Gardin, Eve. L’apprentissage du corps après l’accident, Presses universitaires de Grenoble, 2008.

Goffette, Jérôme. « De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie », pp. 85-106 in Kleinpeter (Edouard) (dir.) : L’Humain augmenté, Paris, CNRS Editions, 2013.

Marcellini, Anne, et al. « « La chose la plus rapide sans jambes ». Oscar Pistorius ou la mise en spectacle des frontières de l’humain », Politix, vol. 90, no. 2, 2010, pp. 139-165.

Mauss, Marcel. « Les Techniques du corps » dans Sociologie et Anthropologie, PUF, Paris, (1936, 1ere ed.), 1950.

Level, Marie, Lesage, Thierry. « Objets sportifs et corps sensibles : entre cultures matérielles et expériences corporelles », Staps numéro 98, 2012/4, pp.23-38.

Paillette, Sylvain, Wille, Fabien, et Delforce, Bernard. « Quelques résultats de la médiatisation du handisport aspects de méthode », Reliance, vol. no 15, no. 1, pp. 68-70, 2005.

Parlebas, Pierre. Eléments de sociologie du sport, Presses universitaires de France, Paris, 1986.

Ripoll, Hubert. La résilience par le sport, Odile Jacob, Paris, 2016, pp. 144-145.

Vigarello, Georges. « Pour une anthropologie culturelle dans le champ des pratiques sportives ». Actes du colloque : Anthropologie du sport, perspectives critiques, 10-20 avril, La Sorbonne, 1991. AFIRSE, Quel Corps ? pp. 146-151.

Dispersion et confinement des matériaux d’enquête dans l’analyse d’une controverse environnementale

Vincent Carlino

Doctorant en Sciences de l’information et de la communication, 4ème année, sous la direction du Pr Jacques Walter (Université de Lorraine) et du Pr Marc Lits (Université Catholique de Louvain). ATER à l’Université de La Réunion.

 

      Dispersion et confinement des matériaux d’enquête dans l’analyse d’une controverse environnementale

Introduction

         À en juger par l’actualité, le domaine de l’environnement et de l’énergie est marqué par de nombreux conflits. Ceux devenus classiques du barrage de Sivens et de l’aéroport de Notre Dame des Landes arrivent rapidement à l’esprit mais sont rejoints par des affaires plus récentes comme celle des mines de Merléac en Bretagne. Au fondement de chacun de ces projets se trouve un processus simple mais qui pourtant étonne : celui d’un désaccord profond à l’égard de l’État qui autorise ces projets ayant un impact important sur l’environnement. Si bien que ces projets sont avant tout connus pour les vives tensions qu’ils suscitent que pour les risques sanitaires ou les retombées économiques qu’ils représentent pour les territoires. L’aéroport de Notre Dame des Landes renvoie à l’immense occupation des lieux du chantier qui  a inventé une forme d’action collective à part entière, la Zone à Défendre (ZAD), tandis que l’évocation du barrage de Sivens suffit à rappeler la mort tragique de Rémi Fraisse,  jeune militant écologiste, lors d’affrontements avec les autorités. Faut-il pour autant affirmer que le fond des dossiers n’est que peu discuté dans la médiatisation des controverses environnementales ? Ce serait là réduire le raisonnement à une certaine catégorie de discours médiatiques. Ce serait également inverser les termes du problème. Dans le domaine de l’environnement, les dégâts sanitaires ne sont que très peu visibles et de ce fait sont la plupart du temps évalués sous forme de risques. Certains des projets que nous avons cités ne sont d’ailleurs pas sortis de terre. Il n’est donc pas étonnant que les débats portent sur des divergences de position fondées sur des risques pouvant advenir plutôt que sur des catastrophes avérées.

Qu’est-ce qui se joue dans ces conflits environnementaux ? Comment parviennent-ils à s’inscrire dans l’agenda médiatique ? Qui sont ceux qui, sur le terrain, s’opposent à ces projets — souvent peu ou mal connu des populations ? Le travail de recherche présenté ici se concentre sur l’opposition au centre d’enfouissement de déchets nucléaires en projet dans la Meuse et la Haute-Marne. Dans les années 2000, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a construit un laboratoire sous-terrain visant à étudier la structure et la composition du sol à proximité du village de Bure. C’est à proximité de ce site que les autorités envisagent de stocker les déchets radioactifs les plus dangereux dans des galeries sous-terraines construites à 500 mètres sous terre. C’est aussi sur ce territoire que se canalisent les contestations du projet. À travers ce cas, je souhaite analyser les différentes formes que peut prendre un désaccord jusqu’à ce qu’il parvienne à acquérir l’ampleur médiatique qu’il connaît aujourd’hui. Plutôt que de poser a priori la contestation autour de Cigéo comme une controverse, je préfère partir de la situation qui paraît la plus simple, à savoir un désaccord entre des individus qui souhaitent réaliser le centre de stockage de déchets radioactifs et d’autres qui y sont opposés. Pour cela, le choix de l’étude diachronique de la contestation s’impose en cela qu’elle permet de rendre compte des différentes étapes marquantes du désaccord mais aussi de ses formes. La diversité des formes du conflit constitue le cœur de la problématique de recherche. Comment peut-on retracer les différentes étapes d’une controverse écologique majeure telle que Cigéo ? Par quels étapes les acteurs sont-ils passés pour rendre visible un problème qui les concernait personnellement ? Quelles sont les stratégies de communication utilisées pour affirmer et faire connaître ses positions ?

Plutôt que d’exposer le détail de l’opposition au projet Cigéo[1], cet article se concentre sur les enjeux et problèmes méthodologiques que soulève l’analyse d’une controverse environnementale. Ces questions méthodologiques se regroupent sous la forme d’une tension entre dispersion et confinement des matériaux propres aux controverses et plus généralement à l’analyse des accords et des désaccords dans l’espace public.

 

Le désaccord sous toutes ses formes

     À première vue, le repérage des situations de désaccord ne représente pas une difficulté pour le chercheur en sciences sociales que l’on imagine avide de controverses à expliquer et de positions déconstruire. Il est en revanche plus difficile d’analyser les conditions d’apparition des controverses dans le champ social.  Comment et pourquoi apparaissent-elles ? Quelles sont les parties opposés ? Quels sont leurs arguments ? Ces simples questions montrent la nécessité de définir les controverses comme elles apparaissent au chercheur sur le terrain. Il n’existe pas de définition universelle et substantialisée de laquelle descendraient les situations empiriques qu’observent les chercheurs. Ce sont au contraire la variété des terrains qui nourrissent la controverse et rendent difficile sa définition. Le champ des Science and Technology Studies (STS) envisage les controverses comme des lieux d’ouverture de la discussion scientifique. Le développement de grands débats tels que les OGM ou l’énergie nucléaire dans les années 1970 amène de nouveaux acteurs qui analysent, argumentent, contestent les positions des chercheurs dits « experts ». L’image du « forum hybride » (Callon, Lascoumes, Barthe 2001, p. 37) est choisie pour rendre compte de l’ouverture de la discussion scientifique aux acteurs « profanes ». Les controverses socio-techniques sont envisagés comme un apprentissage collectif qui « tolère que les profanes entrent dans les contenus scientifiques et techniques pour proposer des solutions, […] conduit les promoteurs à redéfinir leurs projets et à explorer de nouvelles voies de recherches qui seraient susceptibles d’intégrer des revendications auxquelles ils n’avaient pas songé. » (Callon, Lascoumes, Barthe 2001, p. 61) Cette approche porte une vision normative des participants à la discussion qui seraient de fait concernés par les problèmes et investis dans une recherche active et citoyenne de nouvelles solutions. L’identification de problèmes constituerait le socle du désaccord qui unit les acteurs de la controverse. Les auteurs vont plus loin en affirmant qu’il s’agit d’une première contribution à la recherche de solutions collectives :

 

« C’est dans le travail de mise en évidence des problèmes, d’identification des obstacles, de mise en visibilité de phénomènes étranges et bizarres, que peut se situer une première contribution active des profanes » (Callon, Lascoumes, Barthe 2001, p. 128)

 

La sociologie des sciences et des techniques intègre la question du public à sa définition des controverses socio-techniques. Lorsqu’il n’est pas envisagé comme participant à l’élaboration de la connaissance et des savoirs scientifiques, le public représente une instance régulatrice du débat. En ce sens, Cyril Lemieux (2007, p. 195) souligne qu’« il semble que les conflits qui nous sont présentés comme étant des « controverses » ont toujours une structure triadique : ils renvoient à des situations où un différend entre deux parties est mis en scène devant un public, tiers placé dès lors en position de juge. » La figure du tiers à même d’évaluer les arguments avancés par les deux parties montre que la controverse se produit dans un espace déterminé. Dans le cas d’un débat scientifique, les pairs peuvent endosser ce rôle tiers. Les controverses se produisent donc dans des espaces plus ou moins clos, du cercle restreint de spécialistes aux « forums hybrides ». On parle alors du degré de confinement qui caractérise autant « l’extension et l’importance de la controverse que la nécessité de protéger, voire d’isoler, la discussion et les discutants » (Debaz 2017, p. 159). Loin d’être essentialisée, la controverse s’apparente à un type de conflit et de discussion réglée par un certain nombre de principes. S’ouvre alors la question des basculements vers d’autres formes de désaccord telles que la polémique ou l’affaire.

Si le sens commun qualifie de « controverse » les situations qui donnent lieu à des prises de position ambivalentes et non tranchées, le champ scientifique dispose de nombreuses options pour qualifier ces situations. Ainsi ce que nous appelions controverse peut en réalité s’avérer être une dispute, un débat, une querelle, ou encore une polémique. Plutôt que réduire l’analyse à l’une de ces catégories, je fais le choix de fonder mon raisonnement sur la notion de désaccord. Cette dernière semble représenter la version minimale du conflit, sorte de condition sine qua non aux autres catégories. L’intention n’est alors pas de chercher ce qui fait la singularité de la controverse ou de la dispute mais d’observer comment le désaccord se forme autour d’un sujet donné et vers quelle(s) forme(s) il évolue. Il se dégage alors des observations de terrain ce que je propose d’appeler une « énergie du désaccord ». À partir d’un désaccord, les acteurs se positionnent vis-à-vis d’une question donnée et polarisent les échanges.

 

Schéma 1 –  « L’énergie du désaccord ». Structure minimale des formes de désaccord observées.

 

Une des hypothèses défendues est d’affirmer le caractère « productif » du désaccord sur le plan communicationnel. Lorsque des acteurs s’emparent d’un sujet et font savoir qu’ils sont en désaccord, ils produisent des discours, stabilisent des arguments, choisissent des manières très différentes de manifester leur désaccord. L’analyse des différents échanges d’arguments suppose que les acteurs acceptent de débattre avec leur adversaire. À Bure, des opposants à l’enfouissement des déchets radioactifs fondent leur opposition sur le refus de discuter avec l’adversaire, justifiant que « participer, c’est accepter ». Ils ne se situent donc pas dans une forme de controverse mais cela ne gomme pas pour autant leur désaccord. Ainsi, il paraît important de développer une approche communicationnelle des controverses. Cette approche s’intéresse non seulement aux discours mais également aux conditions matérielles dans lesquelles ils sont formulés et circulent dans l’espace social. Les médias qui véhiculent les arguments ne seraient non pas considérés comme des « extensions des communications ordinaires » mais au contraire comme des dispositifs d’énonciation qui produisent du sens (Marec, Babou 2015, p. 119).

 

Les arènes, lieux de formation des désaccords

Plutôt que de présupposer que le nucléaire est un sujet controversé en lui-même, je dirige la focale sur les situations dans lesquelles on peut observer un désaccord. L’enjeu est d’une part d’éviter le biais qui consisterait à poser le sujet comme controversé par nature, ainsi que de mettre en lumière une série de facteurs à même d’expliquer pourquoi il devient un sujet de débat dont on trouve les échos jusque dans la presse nationale. Un tel projet s’ancre nécessairement dans le temps long puisqu’il n’est rien d’autre qu’une étude diachronique d’un désaccord longuement installé sur un territoire.

À l’évidence, le projet de construction de Cigéo fait l’objet d’un désaccord : des voix s’élèvent pour promouvoir le projet tandis que d’autres manifestent leur opposition. L’enjeu consiste à entrer dans ce désaccord apparent afin de montrer comment les différents acteurs impliqués dans ce qu’il est convenu de nommer indifféremment le « débat » ou la « controverse ». L’observation d’un débat portant à la fois sur des questions scientifiques, techniques et sociales représente un véritable défi. Nul ne peut prétendre à l’exhaustivité en la matière, tant les informations, les acteurs, les situations, les arguments sont nombreux. Le chercheur construit ses instruments, met au point une méthode afin de présenter ce qu’il observe et ce qu’il n’observe pas. Comme tout autre grand débat de société, les discours sur le nucléaire sont prolixes et rendent difficile la constitution d’un corpus d’étude. Il s’agit ici d’un premier biais à éviter, à savoir la formulation hâtive du sujet de recherche. Bien qu’elle porte sur une thématique précise avec ses séries d’acteurs et d’arguments, l’objet de la recherche consiste à rendre compte de l’évolution d’une question socio-technique d’ampleur à l’échelle de la Lorraine. La question de la formulation de l’objet de recherche puis de la problématique peut paraître évidente mais il s’agit d’un facteur de dispersion des matériaux de recherche dans l’analyse de controverses. Ici la délimitation du sujet est à la fois territoriale et thématique : j’analyse l’évolution du débat sur le traitement des déchets radioactifs en Lorraine. Cela n’empêche pas de prendre en compte des discours à l’échelle nationale dès lors qu’ils rendent compte de la situation locale comme c’est le cas dans la presse quotidienne par exemple.

Le travail de recherche repose en partie sur une méthode inductive. Plutôt que de formuler des hypothèses sur la nature du débat sur les déchets radioactifs, j’ai laissé place à une enquête de terrain ainsi que de documents d’archives de presse. L’observation de terrain souligne la diversité des représentations du débat chez les acteurs eux-mêmes. L’opposition à Cigéo ne se résume pas à des désaccords sur les plans technique et scientifique. Pour de nombreux opposants, leur lutte est avant tout politique. Cigéo, tout comme de nombreux autres « Grands projets inutiles et imposés » en France serait représentatif de défaillances du système politique. Ces acteurs dénoncent particulièrement le processus de prise de décisions qu’ils jugent antidémocratique voire autoritaire. Mobilisés depuis plusieurs dizaines d’années, ils sont à l’initiative de plusieurs associations locales visant à s’opposer au projet. Leur action passe par un travail de collecte de données, d’informations qu’ils dénichent dans les documents publics dont ils demandent l’accès. À partir d’une collecte d’informations minutieuse, ces militants extraient les arguments de leurs adversaires dans le but d’y riposter dans des textes qu’ils diffusent dans des communiqués sur leurs sites web. En outre, le réseau d’associations qu’ils construisent leur permet de mettre en commun des compétences diverses qui leur permettent de se mobiliser. La présence d’un juriste permet de vérifier la légalité des travaux menés par l’Andra et ainsi d’engager des recours. De même, les travaux d’Antoine Godinot présenté comme géologue indépendant font entendre un autre discours scientifique que celui des experts de l’Andra. Le travail de ces militants s’apparente à une enquête sociale entendue comme « l’activité grâce à laquelle les publics passifs peuvent retrouver une capacité d’influence sur les conditions de leur existence. » (Zask 2008) D’autres militants se concentrent sur la dimension éthique de l’enfouissement des déchets radioactifs. Il s’agit notamment de Mgr Stenger, évêque de Troyes, ayant pris position sur le sujet à différentes reprises, ainsi que de militants et/ou anticapitalistes qui manifestent leur désaccord par l’occupation du bois Lejuc où doit se construire une partie du futur centre de stockage.

Ces oppositions à Cigéo rendent compte de la dispersion des matériaux d’enquête. Ils montrent que la « controverse » sur la gestion des déchets radioactifs prend des formes très différentes sur le terrain. Pour cette raison, il apparaît plus approprié de se focaliser sur les situations de désaccord et d’observer ce que les acteurs en font. Certains développent des contre-expertises et se situent leur désaccord dans une controverse scientifique, d’autres choisissent de mener des enquêtes sociales dans le but de sensibiliser le public à une cause qu’ils ne jugent pas assez visible. Chaque forme de désaccord se situe dans un contexte déterminé et convoque un ensemble de pratiques et de discours. Dans le cas des « citoyens-enquêteurs », cela consiste à récolter les différents documents produits par les acteurs (tracts, communiqués, rapports, etc.) et à les analyser avec les outils de l’analyse du discours (Charaudeau, Maingueneau, 2002) dans une perspective qualitative. À chaque forme de désaccord correspond une méthode d’enquête et d’analyse. Ils représentent ainsi des sous-corpus qui permettent d’appréhender la diversité des discours et des prises de position.

 

Arène Actions Matériaux / Méthode
Politique Concertations publiques Observation / Analyse des dispositifs de participation (Monnoyer-Smith, 2011)
Scientifique Collecte d’informations, recherche d’arguments Entretiens / Sociologie balistique (Chateauraynaud, 2011)
Justice Recours juridiques Médias / Analyse de discours (Charaudeau, Maingueneau, 2002)
Réseaux sociaux Polémiques entre pro et antinucléaires Twitter / Sociologie du trolling (Casilli, 2010)
Sites web Argumentations, récits de la lutte antinucléaire à Bure Web / Analyse qualitative du web (Barats, 2013)

Tableau 1 : Répartition des matériaux et des méthodes d’enquête en fonction des arènes étudiées.

 

Cette méthode vient à l’encontre de l’idée qu’une controverse est réductible à nombre limité d’arguments. Cette vision pessimiste percevant les controverses comme des « dialogues de sourds » perpétuels (Angenot, 2008) tend à minorer le rôle des lieux où se tiennent les débats. Or l’observation des arènes publiques (Cefaï, 2016) permet de rendre compte de la manière dont les acteurs participent à rendre publiques des situations qu’ils jugent problématiques, ainsi qu’à débattre, s’engager et se mobiliser en leur faveur. Les acteurs s’expriment selon les règles de communication propres à l’arène où ils se situent. Récolter les matériaux de l’analyse à partir des arènes plutôt que des documents permet une meilleure  comparaison des prises de position :

« pour comparer des prises de position, il vaudrait mieux que celles-ci soient représentées par des sous-corpus de même taille et inscrits dans une même situation de communication ou un même genre discursif, tel un forum de discussion, une assemblée délibérative ou encore des quotidiens nationaux. […] Ainsi, on risque moins de confondre ce qui relève de différences de positionnement politique entre les protagonistes du conflit et ce qui tient au fait que, dans des situations de communication distinctes, les énonciateurs expriment leurs points de vue différemment. » (Rennes, 2016)

L’enjeu consiste alors à trouver le juste équilibre entre la constitution de sous-corpus pour gérer la dispersion de matériaux hétérogènes d’une part et leur confinement à des situations précises qui n’autoriserait que très peu de généralisation.

 

Raconter le désaccord

L’analyse des arènes dans lesquelles les désaccords prennent forme permettent de rendre compte des procédés communicationnels qui participent à construire un problème public (Neveu, 2015). Cependant, la construction d’un problème n’implique pas nécessairement qu’il soit rendu visible. Dans ce contexte, les médias jouent un rôle en cela qu’ils relaient les actions et des discours des parties en opposition. Que l’on envisage les médias traditionnels ou les réseaux sociaux en ligne, il est nécessaire de souligner qu’ils agissent comme des instances d’énonciation avec des règles et des contraintes qui leur sont propres. La production de l’information est conditionnée par des contraintes sociotechniques qui influent sur la circulation des discours. Ainsi le rôle des médias ne peut se réduire à celui d’une source documentaire parmi d’autres. Ils représentent une ressource stratégique à la fois pour les promoteurs de l’enfouissement des déchets nucléaires que pour ceux qui s’y opposent. À ce titre, les médias ne se limitent pas aux quotidiens locaux et nationaux mais désignent l’ensemble des moyens qui permettent aux acteurs de la controverse de s’exprimer. C’est pour cette raison que la notion de narration est employée plutôt que celle de médiatisation. En effet, les militants antinucléaires font preuve d’une certaine radicalité à l’égard des « grands » médias. Soucieux de l’image qu’ils renvoient dans l’espace public, ils refusent tout contact avec des journalistes qui viserait à présenter leur action dans les grandes lignes, sans entrer dans le détail de leur action et de leur engagement contre Cigéo.[2]

Cette distance des militants avec les médias est politique. Parce que la plupart sont la propriété de grands groupes, les médias sont perçus comme complices d’un ordre politique et économique que les militants écologistes entendent combattre. Cette distance est également idéologique. Alors qu’un campement antinucléaire, anticapitaliste antiautoritaire s’installait à Bure à l’été 2015, un grand nombre de médias ont qualifié l’action de ZAD. Les militants rejetaient alors cette appellation qui était perçue comme un moyen de décrédibiliser leur action. Jugeant satisfaisant le travail de peu de journalistes, ces militants ont constitué leur propre cellule de média et d’information « Automédia » et publient leurs propres communiqués et articles sur le site internet « VMC ». Militants et sympathisants de la cause écologiste contournent également les médias dominants dans la sphère publique en contribuant à des magazines en ligne qui leur permettent de contourner les formats médiatiques traditionnels. Cette communication s’apparente au médiactivisme (Cardon, Granjon, 2013) en ce sens que les activistes écologistes inventent leurs propres formes d’expression pour faire entendre leur cause. L’attitude à adopter devant et avec les médias devient un sujet de débat autant que celui des déchets nucléaires qui les réunit à la base. Cela passe également par des messages sur Facebook et Twitter en vue d’assurer une visibilité médiatique à leur action. Il est d’ailleurs intéressant de souligner que ces plateformes en ligne ne correspondent pas à l’idéal politique des activistes mais qu’ils constituent un moyen important pour toucher un large public.

La communication sur les réseaux sociaux crée de nouvelles situations davantage proches de la polémique (Amossy, 2014) que de la controverse. En effet, les points de vue sont polarisés et les contenus des messages ne portent pas sur des arguments techniques ou scientifiques mais plutôt sur des prises de position éthiques, morales, ou encore politiques. Ceci s’explique en partie par les contraintes sociotechniques imposées par Twitter dont l’algorithme favorise la visibilité des messages les plus partagés (retweets) ou aimés. Dans ce contexte, un tweet comportant des informations scientifiques ou factuelles a moins de chance d’être mis en avant par la plateforme et lu. Le caractère polémique des messages est donc autant dû à l’engagement des activistes qu’aux contraintes expressives de Twitter. Parce qu’ils portent une forte dimension subjective et sont marqués politiquement, ces messages incitent d’autres utilisateurs à répondre soit pour valider ce qui est dit ou pour au contraire alimenter la polémique.

 

 Image 1 : Capture d’écran d’un tweet d’opposants au projet Cigéo accusant un employé de verser de l’essence sur des individus.

 

I

Image 2 : Réponse d’un individu dénonçant la communication des opposants

 

Cette réappropriation de l’espace médiatique par le numérique est aussi un moyen de raconter la lutte en train de se faire. Au-delà de l’enjeu médiatique, cette narration vise à infléchir le rapport de force avec l’Andra. Parce qu’ils s’affranchissent d’une partie des journalistes, les activistes peuvent diffuser des informations sans attendre de validation extérieure ni risquer des déformations de leurs propos. Ainsi, alors que des employés de l’Andra essayaient d’effectuer des travaux dans le bois Lejuc, des militants se sont mis en opposition pour les en empêcher. Ces derniers ont diffusé des images sur Twitter en affirmant qu’un des employés déversait de l’essence, sous-entendant que l’individu était prêt à les enflammer. Les activistes ont donc lancé une polémique sur Twitter de manière à rendre visible leur action ainsi qu’à contraindre l’Andra à expliquer l’acte de son employé.

On voit donc bien que la « controverse » des déchets radioactifs ne se limite pas aux connaissances scientifiques qui entourent le sujet. À travers diverses formes telles que la polémique ici présentée, les acteurs procèdent à des luttes pour la visibilité (Voirol, 2005) en vue de mobiliser des individus à leur cause. En affirmant que de l’essence a été versée, les opposants ouvrent une polémique à laquelle répond un individu favorable au projet en disant qu’ils prennent leurs sympathisants pour des « demeurés ». En parallèle, une courte filmée montre la scène. L’extrait long d’une minute montre les opposants recroquevillés sur une barricade au pied de laquelle l’employé vide le contenu d’une bouteille. Filmée à la première personne par ce qui est vraisemblablement une caméra discrète, les diffuseurs de la vidéo l’utilisent comme une preuve de leur accusation, sans que l’on puisse toutefois déterminer si l’extrait a fait l’objet d’un quelconque montage. Le fait de filmer la scène, même avec l’angle le plus ouvert possible, sans montage ni retouches constitue déjà en soi une construction. Ce qui doit nous intéresser en revanche est la portée communicationnelle de ce geste. Ainsi, les opposants donnent à l’extrait vidéo la valeur d’une preuve qu’ils ne diffusent pas au plus grand nombre (contrairement aux photographies), mais qu’ils tiennent à disposition de ceux qui doutent de leur bonne foi :

Image 3 : Dénonciation de la communication des opposants et réponse de ces derniers qui administrent la preuve de ce qu’ils affirment par leur extrait vidéo

 

Conclusion

Enquêter sur une controverse environnementale ne constitue pas une expérience linéaire. J’ai voulu montrer ici toute la complexité des acteurs et des prises de position que sous-tend une approche communicationnelle des désaccords. Si toute controverse « se caractérise par sa très grande stabilité argumentative à travers les différents sites où elle se déploie » (Rennes 2007, p. 98), il appartient au chercheur d’identifier les façons dont les acteurs vivent les controverses dans les différentes arènes où elle est discutée. La notion d’arène permet à la fois de qualifier une réalité sociale observée – que les controverses ne sont pas discutées ni en un lieu ni en un temps unique – et permet de résoudre sur le plan méthodologique le problème de l’apparente dispersion des matériaux permettant de documenter la controverse. Le risque d’une focalisation trop importante sur des micro-situations peut se poser. Une piste de résolution consisterait à considérer ces arènes comme révélatrices de tendances plus globales qu’elles seules seraient à même de mettre au jour. De ces cas précis pourraient surgir des hypothèses à tester dans d’autres arènes de la controverse (Becker, 2016). Cela permet de déplacer le regard de la seule arène scientifique où se discutent les controverses environnementales pour prendre la mesure d’une réalité sociale plus riche. Sur le plan épistémologique, la méthode présentée invite à repenser l’utilisation parfois rapide du terme « controverse » pour le sortir des discussions scientifiques et le mettre à l’épreuve du terrain où se déploient les situations de conflit. L’idéal-type de la controverse raisonnée et argumentée ne correspond alors pas nécessairement aux pratiques des acteurs qui se rapprochent alors de la polémique.

Ainsi la réflexion sur la dispersion et le confinement des matériaux permet d’appréhender la pluralité des situations d’une controverse. Elle met en exergue la pluralité de discours et de pratiques de lutte qui vont de la recherche de consensus jusqu’à des discours radicaux. La dimension plurielle des luttes écologistes révèle le caractère politique des conflits et l’importance des valeurs (Heinich, 2017) incarnées et défendues par les acteurs. Réduire le débat à la stricte de mosaïque de positions sur les techniques de stockage des déchets radioactifs masque une grande partie des discours critiques qui se fondent sur la promotion d’autres modèles de société, promeuvent un autre rapport à la nature et aux institutions, etc. La question paraît d’autant plus inévitable qu’elle interroge l’engagement du chercheur sur le terrain qui ne peut se réduire à la figure de l’arbitre rationnel sous couvert de neutralité.

Bibliographie

 

AMOSSY, Ruth, 2014. Apologie de la polémique. Paris : Presses universitaires de France. L’interrogation philosophique.

ANGENOT, Marc, 2008. Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique. Paris : Mille et une nuits. Essai.

BARATS, Christine, 2013. Manuel d’analyse du Web en sciences humaines et sociales. Paris : A. Colin.

BECKER, Howard Saul, 2016. La bonne focale: de l’utilité des cas particuliers en sciences sociales. Paris : la Découverte. Grands Repères Guides. ISBN 978-2-7071-8846-5.

CALLON, Michel, LASCOUMES, Pierre et BARTHE, Yannick, 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris, France : Éd. du Seuil. La Couleur des idées.

CARDON, Dominique et GRANJON, Fabien, 2013. Médiactivistes. Paris : Presses de Sciences Po. Contester, 9.

CASILLI, Antonio A., 2010. Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ? Paris : Seuil. La couleur des idées.

CEFAÏ, Daniel, 2016. Publics, problèmes publics, arènes publiques … Que nous apprend le pragmatisme ? Questions de communication. N° 30, pp. 25‑64.

CHARAUDEAU, Patrick, MAINGUENEAU, Dominique et ADAM, Jean-Michel, 2002. Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil.

CHATEAURAYNAUD, Francis, 2011. Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique. Paris : Pétra. Pragmatismes.

DEBAZ, Josquin, 2017. Entre science et société, les controverses comme enquêtes collectives. Zilsel. 8 septembre 2017. N° 2, pp. 149‑166.

GINET, Pierre (éd.), 2017. L’opposition citoyenne au projet Cigéo, cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux. Cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux. Paris : L’Harmattan.

HEINICH, Nathalie, 2017. Des valeurs : une approche sociologique. Paris : Gallimard.

LE MAREC, Joëlle et BABOU, Igor, 2015. La dimension communicationnelle des controverses. Hermès, La Revue. N° 73, pp. 111‑121.

 

LEMIEUX, Cyril, 2007. À quoi sert l’analyse des controverses ? Mil neuf cent. Vol. 1, n° 25, pp. 191‑212.

MONNOYER-SMITH, Laurence, 2011. Communication et délibération: enjeux technologiques et mutations citoyennes. Paris, France : Lavoisier.

NEVEU, Érik, 2015. Sociologie politique des problèmes publics. Paris : Armand Colin. ISBN 978-2-200-29164-8.

RENNES, Juliette, 2007. Analyser une controverse. Les apports de l’étude argumentative à la science politique. In : Analyse du discours et sciences humaines et sociales. Paris, France : Ophrys. pp. 91‑107.

RENNES, Juliette, 2016. Les controverses politiques et leurs frontières. Études de communication. langages, information, médiations. N° 47, pp. 21‑48.

VOIROL, Olivier, 2005. Les luttes pour la visibilité. Réseaux. N° 129‑130, pp. 89‑121.

ZASK, Joëlle, 2008. Le public chez Dewey : une union sociale plurielle. Tracés. Revue de Sciences humaines. N° 15, pp. 169‑189.

 

 

[1]          Pour un état complet des discours d’oppositions à Cigéo, voir (Ginet 2017).

[2]          Voir notamment le compte-rendu de la conférence de presse à la Maison de la Résistance à Bure en août 2015 : http://vmc.camp/2015/08/04/conf-presse-3-aout/

 

LE COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DU FLE DANS LA PERSPECTIVE DU CECRL DANS DES CONTEXTES NON EUROPÉENS

Problématique

 

Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues (CECRL) est un référentiel qui offre une base commune pour l’élaboration de programmes, d’évaluations, de certifications, de matériels linguistiques… Ce projet, qui s’inscrit donc dans le cadre – politique – européen, a pour objectif principal d’intensifier et de faciliter l’enseignement-apprentissage des langues étrangères pour promouvoir ainsi la mobilité personnelle et professionnelle entre pays et favoriser l’intégration des citoyens en mobilité dans d’autres pays et dans d’autres cultures de l’Union. Cependant, depuis la publication de ce dispositif en 2001, certains pays non européens l’adoptent, et ils le font soit en le reprenant tel quel, soit en adaptant un certain nombre des principes qu’il promeut (Kherra, 2011 ; Sagaz et Ducatel, 2011).

Ces politiques et dispositifs d’adoption et/ou adaptation soulèvent des débats, entre autres, linguistiques et didactiques, qui ne sont en fait pas nouveau. Sans vouloir remonter trop loin dans le temps, par exemple jusqu’à la diffusion « exterritoriale » des méthodes traditionnelles ou audio-visuelles, on rappellera qu’il y a environ un quart de siècle, l’apparition et l’utilisation ensuite massive des approches communicatives dans l’enseignement-apprentissage des langues étrangères ont soulevé des problèmes dont par exemple Le Français dans le Monde s’est fait l’écho dans son numéro 171 « Environnement et enseignement du français » (Août-Septembre 1982). Dans ce numéro est ainsi posée la question de l’« exterritorialité » par Ferenczi (1982 : 33), qu’il oppose donc, comme les autres auteur.e.s du numéro, à l’« environnement », censé « nous attacher à l’univers physique et social, selon les ressources matérielles, les activités humaines et les codes culturels qui caractérisent une aire géographique et politique bien déterminée » (art. cité : 31). Pour autant, Ferenczi concluait, bien avant donc que la notion mondialisation se répande, sur le fait que « l’accroissement des relations économiques, la multiplication des échanges humains et des contacts culturels que connaît notre monde moderne, ne sauraient laisser en l’état la didactique des langues toujours avide de renouvellement » (art. cité : 33).

Une vingtaine d’années plus tard, le « tournant actionnel » des approches communicatives, tel qu’il se présente dans le CERCL, a relancé le débat et sans aucun doute renouvelé les questions ou les problématiques, aussi bien politiques que didactiques, institutionnelles que pédagogiques.

Cette journée d’étude a donc pour objectif de réfléchir ou de revenir sur les enjeux politiques, sociaux, économiques, culturels et didactiques de l’importation (totale ou partielle) du Cadre, ainsi que sur les conditions et les difficultés de l’adoption et de l’application de ses principes ; d’autant que d’une part nombre de chercheurs s’interrogent sur ces principes de standardisation, en proposant des approches diversement « contextualisées » (Blanchet, 2009 ; Blanchet et Chardenet, 2011 ; Coste, 2007 ; Lefranc, 2008 ; Springer, 2011 ; Puren, 2007) ; que d’autre part, le contexte européen pour lequel ce cadre a été élaboré a évolué, ne serait-ce que sous l’effet de l’élargissement de l’Union.

Axes du colloque, chapitres des actes

Les contributions sélectionnées ont été rassemblées selon trois axes :

  1. Adaptabilité/Applicabilité du CECR dans de différents contextes
  • Pourquoi des pays non européens adoptent-ils le CECR ? Et si oui qu’adoptent-ils ?
  • Le CECR est-il « contextualisable » et quelles sont les limites de cette contextualisation ?
  • Comment utiliser le CECR pour créer des curricula dans des contextes non européens ?
  1. Élaboration des manuels dans les pays non européens
  • Quel rôle peut jouer le CECR dans l’élaboration des manuels de FLE dans les pays non européens ?
  • Dans quelle mesure, jusqu’à quel point l’élaboration de manuels en FLE, FLS, FOS, FOU, est-elle inspirée du CECR ?
  • L’approche actionnelle, notamment, y est-elle prise en compte ?
  1. Évaluation et certification
  • De quelle manière le CECR est-il reconnu, hors Europe, comme une référence standard pour l’évaluation des compétences linguistiques ?
  • Dans quelle mesure ce standard fonctionne-t-il pour les mobilités entre pays non européens ?
  • Quel est l’impact du standard européen sur les certifications locales en FLE ?

Bibliographie

BLANCHET, Philippe. 2009. « Contextualisation didactique : de quoi parle-t-on ?», dans Le Français à l’université, n° 2, 14ème année, p. 23. En ligne : http://www.bulletin.auf.org/spip.php?article193 [Consulté le 23 juillet 2010].

CONSEIL DE L’EUROPE. 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Strasbourg : Éditions du Conseil de l’Europe.

COSTE, Daniel. 2007. «Contextualiser les utilisations du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues», dans Rapport de F… Goulier : Forum Intergouvernemental sur les politiques linguistiques. Strasbourg : Conseil de l’Europe.

FERENCZI, Victor. 1982. «Motivation et environnement», dans Le Français dans le Monde, n° 171, pp. 31-33.

KHERRA, Nawel. 2011.  «L’adaptation du CECRL aux besoins d’étudiants arabophones non spécialistes du français : cas des étudiants de l’école préparatoire d’architecture dans le contexte universitaire algérien», Synergies Europe, décembre 2011, n° 6, p. 85-98.

LEFRANC, Yves. 2014. «Le management enchanteur : gouvernement, technologie et double langage du CECRL», dans Les cahiers du GEPE (Groupe d’Études sur le Plurilinguisme Européen), n°6/2014, « Politiques linguistiques en Europe ». En ligne :     http://www.cahiersdugepe.fr/index.php?id=2694

LEFRANC, Yves. 2008. «Faire avec et contre le CECRL», dans Évaluation et Cadre européen de référence pour les langues, Sixième journée d’étude organisée par l’Association Régionale de Français Langue Étrangère dans le cadre du Master de Didactique des langues. 15 février 2008. Strasbourg : Université de Strasbourg,http://fle.u-strasbg.fr/journeeval/lefranc.htm [Consulté le 14 janvier 2017].

LE FRANÇAIS DANS LE MONDE. 1982. «Environnement et enseignement du français», sous la direction de Jacques Cortès et Christian Pellaumail, n° 171.

PUREN, Christian. 2007. «Quelques questions impertinentes à propos d’un Cadre Européen Commun de Révérence» (Journée des langues de l’IUFM de Lorraine, 9 mai 2007. Disponible sur le site de l’APLV en présentation sonorisée à l’adresse, http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article990 [consulté le 14 janvier 2017].

ROSEN, Evelyne. 2006. Le point sur le Cadre européen de références pour les langues, Paris, CLE international.

SAGAZ, Michel. 2011. «Contextualisation du CECR et pratiques méthodologiques locales le cas du Japon», Synergies Europe, n° 6, p. 75-84.

SAGAZ, Michel, DUCATEL, Nicolas. 2011. «Pourquoi adopter le CECR au Japon ?», Synergies Europe,  n° 6, p. 153-163.

SPRINGER, Claude. 2011. « Le CECR : outil de diversification ou de standardisation ? ». Communication au Colloque international de la SCELLF (Société Coréenne d’Enseignement de Langue et Littérature Françaises), « Cadre Européen Commun de Référence et Enseignement du Français en Corée », 8 octobre 2011, Université Ajou, Suwon, Corée. En ligne :      http://french.snu.ac.kr/sites/french.snu.ac.kr/files/board/notice/Programme

                           Références complémentaires sur les universaux du langage 

FRANÇOIS, Jacques. 2013. « Existe-t-il des universaux du langage ? », dans Sciences Humaines, n° 246, p. 36-39.

MARTIN, Robert. 2016. Linguistique de l’universel : Réflexions sur les universaux du langage, les concepts universels, la notion de langue universelle. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

 

LISTE DES COMITÉS

    Liste du Comité Scientifique

Driss ABLALI (Professeur à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine et maître de conférences à l’Université de Mutah – Jordanie)

Nathalie AUGER (Professeure à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Filomena CAPUCHO (Professeure à l’Université Catholique Portugaise)

Fred DERVIN (Professeur à l’Université d’Helsinki)

Mohamed EMBARKI (Professeur à l’Université de Bourgogne & Franche-Comté)

Béatrice FRACCHIOLLA (Professeure à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine et  Post-Doc à l’Université de Bergame, Italie)

Enrica GALAZZI (Professeure à l’Université Catholique de Milan, Italie)

Rana KANDEEL (Professeure ass. à l’Université du Yarmouk)

Dominique MACAIRE (Professeure à l’Université de Lorraine)

Caroline MASSERON (Professeure à l’Université de Lorraine)

Irem ONURSAL (Professeure ass. à l’Université Hacettepe, Ankara)

Ali TARMAL (Professeur à l’Université Al-Zawiya)

 Zhihong PU (Professeur à l’Université Sun Yat-sen, Guangzhou/Canton)

 

Liste du Comité d’Organisation

Guy ACHARD-BAYLE (Professeur en Sciences du Langage à l’Université de Lorraine)

Ayman AL SMADI (Jeune docteur en SdL de l’Université de Lorraine et  maître de conférences à l’Université de Mutah – Jordanie)

Hussain BILHAJ (Doctorant à l’Université de Lorraine)

Fatima Zohra FOURAR (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Aurora FRAGONARA (Jeune docteure en SdL de l’Université de Lorraine et  Post-Doc à l’Université de Bergame, Italie)

Sakina EL KHATTABI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Hadria KHELIFI (Doctorante à l’Université de Lorraine)

Feliciano José PEDRO (Doctorant à l’Université de Lorraine)

ACTES DU COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DU FLE DANS LA PERSPECTIVE DU CECRL DANS DES CONTEXTES NON EUROPÉENS

Les actes issus d’une sélection (en double aveugle) des communications présentées lors du colloque qui a eu lieu les 28 et 29 septembre 2017 à Metz, Université de Lorraine, sont désormais disponibles en texte intégral. Vous pouvez les retrouver au sommaire ci-dessous.

Comité d’édition 

Présentation du colloque (Appel – Bibliographie – Comités) 

 Résumés des contributions

Accès aux textes

Ouverture

AXE 1 : Adaptabilité/applicabilité du CECRL dans de différents contextes

AXE 2 :  Élaboration des manuels dans les pays non européens 

                           Clôture