Archives par mot-clé : hétérophonie culturelle

Soutenance de thèse Ammar Benkhodja

Ammar BENKHODJA
Langues, littératures et civilisations
Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

L’Errance à l’oeuvre dans la prose et la poésie d’El-Mahdi Acherchour. Regards littéraires et anthropologiques

Soutenance prévue le mercredi 23 novembre 2016 à 14h00
UFR ALL Ile du Saulcy 57000 METZ
salle A208

Jury

M. Jean-Marie Privat, Université de Lorraine, Directeur de thèse
Mme Marie SCARPA, Université de Lorraine, Examinateur
Mme Zineb ALI-BENALI, Université de Paris VIII, Rapporteur
M. Guy DUGAS, Université de Montpellier  III, Rapporteur

Résumé

Mêlant réalisme et merveilleux, temps de la nature et temps de la vie sociale, les textes d’El-Mahdi Acherchour détruisent les frontières entre l’espace sauvage et domestique, rattachent, dans un continuum, le monde des vivants à celui des morts, les temps anciens au présent, les oralités aux pratiques scripturales. Ils s’inscrivent ainsi dans le sillage de l’esthétique postmoderne en ne présentant pas une seule intrigue, mais d’infinis récits enchâssés.
C’est donc dans une perspective qui croise poétique des textes littéraires et anthropologie du symbolique que nous avons voulu interroger le corpus littéraire d’El-Mahdi Acherchour.
Dans la première partie consacrée à l’étude du dernier roman de cet auteur, Moineau (2010), nous avons tenté de souligner les problématiques qui s’y posent. Depuis le paratexte jusqu’aux chronotopes structurant ce roman, en passant par les configurations des personnages, quelques réflexions sur la mise en écriture de logiques plus au moins hétérogènes (une hétérologie culturelle) se sont (im)posées d’elles-mêmes. Des questions liées au sauvage et au domestique, au familier et à l’étrange(r), à l’écriture et à l’oralité, etc. Autant de logiques que l’écriture acherchourienne tend à « métisser ».
Dans la seconde partie, nous avons interrogé, dans la même perspective, les deux autres romans d’El-Mahdi Acherchour : Pays d’aucun mal (2007) et Lui, le livre suivi de l’Autre, l’autre livre (2005). Deux romans qui convoquent les mêmes lieux imaginaires et font appel à une même figure du folklore berbère (Zalgoum) dans un élan esthétique qui « fait le procès de l’Unité ».
La dernière partie a été consacrée à une lecture des cultures mises en œuvre dans la poésie d’El-Mahdi Acherchour, notamment dans L’Œil de l’égaré (1997) et Chemin des choses nocturnes (2003).
Au carrefour de la (des) culture (s) du Même, de la culture et de la langue de l’Autre, l’oeuvre d’El-Mahdi Acherchour prend une position d’ « entre-lieu », d’ »entre-deux » entre « des » cultures, érigeant toute l’œuvre poétique et romanesque en géographie de l’ambivalence et de la cohabitation. En faisant siennes la langue et la culture de l’Autre, elle-même composite et hétérogène, les vers et la prose d’El-Mehdi Acherchour proposent une vision du monde centrée sur sa réalité syncrétique.