Archives par mot-clé : représentations

Représentations et pratiques de consommation des légumes

Hélène Burzala-Ory, doctorante (3ème année) sous la direction de Jean-Jacques Boutaud et co-encadrée par Clémentine Hugol-Gential

 

Représentations et pratiques de consommation des légumes

 

                                     Introduction

La situation de « surabondance alimentaire » en France que décrivent Aurélie Kessous et Isabelle Chalamon (2013) implique de nouvelles formes de régulation alimentaire. Le « mangeur hypermoderne » est éclectique mais entre dans un rapport réflexif avec ce qu’il mange (François Ascher, 2005), afin de trouver un nouvel équilibre plaisir/contraintes, dans le cadre des nouvelles normes sociales : exigence de maîtrise de soi et gestion raisonnée de sa santé ; idéal du corps sain, mince,  tonique (David Le Breton, 2008) ou encore émergence d’une valeur éthique de l’alimentation avec la prise en compte des conditions environnementales, sociales voire animales des aliments. Le modèle alimentaire hédonique dans lequel se trouve le mangeur français est donc bousculé et profite à une nourriture saine. A ce titre, il se « végétarise » (Claire Lamine, 2008) et dans ce cadre, les légumes, longtemps « méprisés » (Dominique Michel, 2003 : 223), devraient bénéficier de l’image d’une nourriture perçue comme saine et légère. Effectivement, « le rejet des graisses saturées, souvent d’origine animale et de certains produits carnés, révèle une attractivité générale des produits végétaux » (François Ascher, 2005 : 99), mais cette  image nutritionnelle favorable n’entraîne pas pour autant de hausse significative et générale de la consommation de légumes, qui reste moyenne en France (INSEE, 2015) et a même tendance à baisser selon des études récentes (CREDOC, 2017).

Les déterminants rationnels de la consommation, comme le prix, le manque de praticité ou les difficultés d’approvisionnement, expliquent en partie cette désaffection pour les légumes, mais la dimension économique n’explique pas complètement les difficultés dans l’application des normes (Faustine Régnier, Ana Masullo, 2009). Le mangeur, à la croisée du cadre social dans lequel il évolue et de ses aspirations individuelles, donne un sens à sa consommation de légumes, au-delà de leur seule valeur nutritionnelle et des préférences gustatives elles-mêmes (Jean-Jacques Boutaud, 1998 : 245).

Dans une perspective communicationnelle, il importe alors de comprendre le lien entre l’encadrement des pratiques revendiqué par l’action publique et la recherche de changement, la diffusion des nouvelles normes à travers les médias et les pratiques elles-mêmes.

La question essentielle est donc de savoir au préalable comment le mangeur se représente et se figure les légumes, quelle image de lui-même il cherche à renvoyer en mangeant cet aliment et quelle image lui restitue le social, afin de mieux comprendre les enjeux de la relation  alimentaire et imaginaire aux légumes.

Ainsi, le protocole méthodologique mis en œuvre doit permettre de saisir les représentations des légumes aujourd’hui pour ensuite analyser leur degré de corrélation avec les pratiques réelles des mangeurs, comme pratiques signifiantes et complexes.

  1. Pour une analyse des représentations et pratiques des catégories les plus diplômées de la société

 

  1. L’image des légumes : circulation des discours dans l’espace médiatique et désenchantement 

En préalable de  l’analyse des pratiques alimentaires, un premier protocole d’enquête a été mené pour définir la manière dont les nouvelles normes portées par les autorités publiques, largement relayées dans les médias par l’intermédiaire « d’ « experts »[1], tels les nutritionnistes, diététiciens, psychologues, médecins, grands chefs, célébrités, etc. »[2],  ont impacté l’ensemble des discours médiatiques sur les légumes[3].  En effet, les pratiques alimentaires sont régies par un ensemble de représentations de toute nature (cognitive, sociale et symbolique), et sont construites par plusieurs facteurs, dont les discours circulants dans l’espace médiatique[4]. Ils constituent un niveau d’analyse mésosphérique développé par Jean-Jacques Boutaud (2007),  qui permet de saisir les enjeux des productions symboliques sur les légumes et de poser la question de leur réception par les mangeurs.

Ce travail a invalidé l’hypothèse selon laquelle les légumes, dans le contexte actuel de « nutritionnalisation » des discours alimentaires (Fischler, Poulain), seraient d’abord présentés et perçus comme des aliments fonctionnels à valeur sanitaire. Mais l’omniprésence du discours nutritionnel, développé depuis la mise en place du PNNS en 2001 et sa volonté d’être la seule référence de santé publique pertinente en termes d’alimentation a incité, consciemment ou non, tous les prescripteurs de l’alimentation (nutritionnistes bien sûr, mais aussi journalistes, chefs, etc.) à intégrer plus ou moins d’éléments sanitaires à leur discours. Malgré la nature hétérogène des discours, la tonalité individualisante, responsabilisante et même culpabilisante s’y répand. Le statut de la consommation de légumes reste globalement utilitaire plus qu’hédonique : c’est une responsabilité individuelle et un choix rationnel de la part d’un mangeur réflexif sur ses pratiques.

En ce sens, une nouvelle valeur est apparue,  la naturalité, présente de manière transversale dans la majorité des types de discours. Les thématiques de l’environnement, de la consommation responsable et solidaire, de la santé, du souci de la provenance et des circuits courts, ajoutées à celle du goût et du plaisir qui restent présents, sont toutes reliées, d’une manière ou d’une autre, à cette valeur éthique émergente. Riche de sens, cette notion permet de faire le lien entre différents types de discours, et de réduire la dichotomie entre plaisir et santé. Mais elle peut également être interprétée comme une manière plus insidieuse d’aller à la santé, telle que promue par l’OMS : celle du bien-être et non plus de la seule absence de maladie. Dans cette optique, un glissement thématique s’opère de la nutrition à la naturalité mais le prisme de la santé s’impose malgré tout, à travers la tonalité des discours qui reste souvent prescriptive voire injonctive.

Les nouvelles valeurs qui s’articulent autour de ce noyau axiologique sur la santé (naturalité, transmission, bien-être, éthique alimentaire) posent question sur la manière dont les mangeurs comprennent, perçoivent et intègrent ces discours et les représentations des légumes qu’ils impliquent, à leurs pratiques. Dans un rapport réflexif avec ce qu’ils mangent (Ascher F., 2005), comment trouvent-ils un nouvel équilibre alimentaire dans le cadre des nouvelles normes sociales ?

C’est par une enquête qualitative de terrain que nous avons décidé, dans un deuxième temps,  de répondre à ces questions.

 

  1. De l’intérêt d’enquêter les classes diplômées de la société

« La consommation de légumes apparaît comme une pratique qui dépasse largement les activités liées à la cuisine, mais englobe aussi des éléments de connaissance sur les pratiques en matière de santé, voire des conduites normées socialement (Plessz, 2013 ; Plessz et Gojard, 2013) ». En effet, manger des légumes va au-delà de l’ingestion des qualités nutritionnelles de cet aliment perçu comme léger, dans une société où « l’obésité est en partie un phénomène de classe, la grosseur n’étant plus un signe de richesse aux yeux des pauvres, mais un signe de pauvreté aux yeux des riches »[5].

Au-delà d’un régime de « distinction » (Bourdieu), il paraît essentiel de considérer des formes de vie alimentaires significatives (Fontanille, 1993, 2008),  notamment les pratiques et les représentations des classes les plus diplômées de la société. En effet, si les dernières études montrent une baisse générale de la consommation des légumes, les catégories diplômées de la société sont les seules qui conservent une forte consommation, principalement de légumes frais. Soulignons ici que notre étude porte sur les légumes frais, en conserve ou surgelés, bien que les premiers soient mis en avant, du fait que « les légumes frais sont vecteurs d’un effet de domination sociale : c’est sous forme fraîche que les classes supérieures achètent la plus grande partie de leurs légumes, et les effets du revenu se conjuguent à ceux du diplôme sur ce dernier point. »[6]. Considérant également que ces catégories sont les plus informées et s’intéressent de près aux discours médiatiques, il semble pertinent ici de comprendre leur réception de ces discours en corrélation avec leurs pratiques alimentaires.

Ainsi, « les conduites alimentaires, malgré les tendances à l’uniformisation ou à la « moyennisation » de la consommation, restent, d’après les différentes enquêtes disponibles, conditionnées par l’appartenance à une catégorie sociale ou un niveau de revenu »[7]. La question est alors de savoir si le légume ne serait pas en passe de devenir un nouvel aliment distinctif, concentrant les valeurs dominantes de notre société hypermoderne. Ces valeurs, telles la fraîcheur, la légèreté, le naturel, etc., seraient reprises à leur compte dans une forme de vie émergente par les catégories diplômées. Celles-ci, alors constituées en classe sociale « créative » (François Ascher, 2005), auraient des représentations et des pratiques encore minoritaires, appelées à se diffuser. Suivant par là les théories de l’innovation sociale observées au fil de l’histoire, il semble pertinent de s’intéresser aux freins et leviers, au-delà des conditions matérielles, de la consommation des légumes chez ces mangeurs.

Il s’agit donc ici d’étudier l’imaginaire que les légumes soulèvent chez les mangeurs les plus consommateurs, à savoir les catégories sociales à la fois aisées et éduquées (CREDOC, 2017), car « la consommation (…) déborde largement le cadre de l’achat. Elle se rapporte aux usages et aux interactions familiales, amicales ou professionnelles, aux normes des groupes sociaux, aux contraintes de la vie collective, à la construction sociale du marché, au jeu politique, aux effets d’appartenance sociale et à la mondialisation »[8]. Dans ce cadre, la consommation de légumes est appréhendée comme source de distinction et d’intégration sociale.

Il s’agit alors de comprendre comment les légumes font-ils sens pour ces mangeurs, dans leur triple dimension sensorielle, sensible et symbolique ? L’objectif est ici d’ « appréhender cet espace sensible au travers d’une approche sémio-pragmatique, sémio-sensible, qui a l’avantage d’interroger le sens à trois niveaux et, plus encore, trois plans complémentaires du processus de sa compréhension : esthésique, esthétique, éthique. »[9]. Dans cette perspective,  nous avons constitué un panel de 20 mangeurs sélectionnés selon plusieurs critères : un niveau d’études supérieur, des sorties au restaurant au moins une fois par mois, un âge compris entre 35 et 55 ans. En revanche, nous avons appliqué le principe d’universalité dans le genre des enquêtés (10 hommes et 10 femmes) et leur lieu de vie (7 ruraux et 13 urbains). Enfin, pour prendre en compte la diversité des situations familiales, dont l’influence sur les pratiques est certaine, nous avons intégré 2 célibataires, 1 personne divorcée ayant des enfants, 6 personnes en couple ayant des enfants et 11 personnes vivant en couple sans enfant.

  1. Méthodologies croisées : observation des pratiques de consommation des légumes et circularité des discours 

 

Nous savons que le mangeur moderne est nomade et que les pratiques varient en fonction du contexte de consommation. Dès lors, « doit-on persister dans la tentative de dresser des typologies de mangeurs les décrivant tels qu’ils seraient durablement ? » (Lamine C., 2008). Il nous paraît peu probant de tenter une classification essentialiste des mangeurs de légumes, c’est pourquoi nous avons décidé d’opérer une observation des comportements eux-mêmes. Notre démarche se situe donc ici en partie dans le courant de la théorie des pratiques dont Sophie Dubuisson-Quellier et Marie Plessz ont démontré la pertinence dans toute réflexion sur les pratiques alimentaires. « La théorie des pratiques propose de situer les structures cognitives et symboliques directement au cœur des pratiques sociales nécessitant de placer ces dernières au centre de l’analyse »[10]. Puisqu’il s’agit de « déconstruire une consommation au travers d’une série de pratiques sociales » (Dubuisson-Quellier S., Plessz M., 2013, p. 8), nous avons imaginé plusieurs protocoles d’enquêtes. Le principe est de les croiser, afin d’analyser de manière approfondie la consommation de légumes par les membres de notre panel, dans ce qu’elle a de routinier, impliquant des activités corporelles, mentales, matérielles, discursives sous-jacentes.

La première étape est de recueillir les tickets de courses sur une semaine[11], pour situer les mangeurs dans leurs modes d’approvisionnement en légumes. Puis il est demandé aux enquêtés de remplir des carnets de bord de leurs repas sur un jour travaillé et un jour non travaillé, pour détailler le niveau et les modalités précises de leur consommation de légumes, selon le contexte, le temps, le lieu, les pratiques de commensalité ou encore leurs ressentis émotionnels[12]. Enfin, pour dépasser le recueil de données déclaratives, vient s’ajouter le captage vidéo d’un repas de soir de semaine[13], afin d’analyser les pratiques culinaires et l’acte alimentaire réels relativement aux légumes, dans leurs dimensions matérielles, processuelles, rituelles, interactionnelles et agentielles.

L’analyse des données obtenues, consistant en partie en un repérage des récurrences et divergences pour saisir la grammaire de l’instant, du moment ou de la semaine,  sera ensuite reportée sur la dimension figurative des discours (objets, lieux, moments, situations, relations) reconfigurée lors d’entretiens semi-directifs. Se trouvent ainsi traduits la réflexivité des mangeurs sur leurs pratiques, leur rapport à la norme, pour faire apparaître les dimensions culturelles et collectives de leurs démarches multiples en lien avec leur consommation de légumes.

  1. Résultats premiers : appropriation des discours, mise en pratique des normes et reconfiguration des valeurs liées aux légumes

Les premiers résultats obtenus sont à la fois riches d’enseignements et demandent à être complétés par les autres protocoles et enquêtes de terrain. Les mangeurs observés sont adeptes de la multi-fréquentation des lieux d’achats et ont un parcours de courses diversifié. Or  plus le parcours de courses est diversifié, plus les recommandations du PNNS sont respectées et donc plus l’achat de légumes est fort (Baromètre Santé Nutrition 2008, INPES). Cela se vérifie car les  enquêtés consacrent une proportion importante de leur budget alimentaire aux légumes frais, achetés en grande majorité en supermarché spécialisé dans le frais ou le bio, chez un primeur, au marché et parfois même directement à la ferme. Les conserves et les surgelés sont en revanche quasi-absents, ce qui semble confirmer la  perception des légumes en lien avec les imaginaires macrosociaux de nature, de terroir et de qualité relevés dans les discours médiatiques. L’analyse des carnets de bord des repas atteste de la forte consommation de légumes ; ils sont mangés à tous les repas pour la majorité, bien que leur usage varie : entrée et/ou accompagnement le midi ou lors des repas festifs, plat principal le soir pour beaucoup. Le statut du légume évolue donc puisqu’il constitue, selon le contexte, l’aliment principal du repas ou un adjuvant qualitatif. L’analyse des vidéos de repas des enquêtés permet de prouver que leur relation avec les légumes s’enrichit, comme nous l’avons figuré au sein d’une trinité sensible. Inspirée de l’apport théorique sémio-pragmatique développé par Jean-Jacques Boutaud notamment (2007, 2017), cette grille d’analyse permet de faire apparaître, à partir des vidéos observées, l’éthique sous-jacente des pratiques de préparation culinaires des légumes de nos enquêtés, c’est-à-dire un « système de valeurs conjuguées à des pratiques qui ressortissent, globalement, d’un comportement, d’un ethos ou d’une forme de vie »[14]. Le sens donné aux légumes émerge en effet à partir des sensations éprouvées et concomitamment des sentiments nés pendant leur préparation, dans le cadre de la formation, tout au long du processus d’élaboration du plat, de l’image de leur goût.

Figure 1 : Trinité sensible (Boutaud, Veron, 2007) : Sensations, représentations et forme de vie autour des légumes

Ainsi, dans le cas de l’un des couples observés, la confection d’un velouté de champignons pour le repas du soir, qui en constitue le plat principal, donne lieu à une discussion de 25 minutes sur une durée totale d’une heure en cuisine. Est alors mise en avant l’idée selon laquelle le « sens éprouvé naît d’ajustements réciproques et dynamiques par contagion entre partenaires engagés dans l’expérience vécue » (Parizot, 2013), figuré par des postures, une gestuelle et une communication non-verbale traduisant l’intérêt, la curiosité, l’envie naissante de la dégustation à venir d’une recette nouvelle. Ces mangeurs sont imprégnés des valeurs traditionnelles du modèle alimentaire français que sont le goût[15] et la commensalité. On le voit à leur implication même dans la préparation relativement longue du repas ou à l’importance accordée à la mise en scène du plat[16]. Ils démontrent par leur attitude, leur comportement et leurs interactions qu’ils chargent le sens donné au légume cuisiné de ces valeurs, associées habituellement plutôt à la viande, encore majoritairement au cœur du repas français[17]. La discussion autour de la saveur du velouté montre que le légume est ici un objet de goût et de gourmandise, un aliment à part entière, cuisiné et sujet à l’innovation et à la créativité. Mais ils l’enrichissent également d’un imaginaire centré sur la naturalité. En effet, l’équilibre alimentaire, l’attention au gaspillage[18], le souci de la fraîcheur des produits et de leur provenance, constituent les thèmes privilégiés des propos échangés. De surcroit, le ton de responsabilité parfois employé par celle qui semble être la prescriptrice alimentaire du couple montre l’appropriation et la reconfiguration au quotidien de la tonalité employée dans les discours médiatiques.

 

Conclusion et perspectives

 

L’hypothèse d’une appropriation, par les classes les plus diplômées, de nouvelles valeurs associées aux légumes, autour du noyau axiologique sur la santé (équilibre alimentaire, apports nutritionnels des légumes), reconfigurées, corrélativement aux discours médiatiques circulants, autour de la naturalité, du bien-être, de l’éthique alimentaire, est ici vérifiée. Bien sûr, d’autres membres du panel observé ne rentrent pas tout à fait dans ce schéma d’analyse et dans le même temps, tous les types de repas ne voient pas les légumes se charger du même sens ni occuper le même statut.. Cependant, pour la majorité de nos enquêtés, réflexifs sur leurs pratiques, les légumes s’enrichissent de sens et de valeurs qui favorisent leur forte consommation.

Ce constat soulève un certain nombre de questions sur les déterminants de cette importante consommation et leur poids respectif dans le processus de choix des mangeurs, relié aux dimensions collectives sous-jacentes du changement : quels sont les rôles du goût, de la santé, du plaisir dans ces choix ? De quelle manière les mangeurs enquêtés s’approprient-ils les nouvelles normes portées par l’action publique avec le PNNS ? Quels facteurs influencent leurs représentations des légumes ?

Le déploiement de l’ensemble des protocoles, notamment les entretiens semi-directifs, donnera matière à comprendre les pratiques de consommation corrélativement aux représentations des légumes du groupe investigué, pour replacer le légume dans un cadre sémiotique et symbolique plus large. Cela permettra également de mesurer l’impact des discours médiatiques dans cette reconfiguration de l’image des légumes. L’intérêt est prospectif, puisque les classes les plus diplômées et innovantes sont aux avant-postes de ce qui pourrait se diffuser, au moins aux classes intermédiaires en recherche d’ascension sociale, dans une société en quête de sens et de saveurs, d’expériences et de pratiques plaisantes et réfléchies.

Bibliographie

Ascher F. (2005),  Le mangeur hypermoderne. Une figure de l’individu éclectique, Paris, O. Jacob

Bourdieu P. (1979), La Distinction, Paris, Editions de Minuit

Boutaud J-J. (2005), Le sens gourmand, Paris, Jean-Paul Rocher

Boutaud J.-J., Veron E. (2007)., Sémiotique ouverte. Paris, Hermès Lavoisier

Boutaud J-J., Dufour S., Hugol-Gential C. (2017), « Pour une approche qualitative du sensible », Recherches Qualitatives, n°20, pp. 341-354

Corbeau JP. (dir) (2007), « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES), Université de Tours, http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf

Dubuisson-Quellier S., Plessz M. (2013), « La théorie des pratiques », Sociologie, n° 4

Fischler C. (2001), L’homnivore, Paris, O. Jacob

Fischler C. (2004), « Le paradoxe de l’abondance », Sciences humaines, n°135

Gineste M. (2004), « Soigner, prévenir… éduquer le mangeur : mythe ou réalité ? », XVIIème congrès de l’AISLF. Tours.  CR 17 « Sociologie et anthropologie de l’alimentation », consulté le 15 février 2016 : [Lemangeur-ocha.com].

Kessous A., Chalamon I. (2013), « Représentations mentales de la consommation et des pratiques alimentaires : Approche par le carré sémiotique “bon/mauvais” », La Revue des Sciences de Gestion, n° 261-262, p. 51-58.

Lejeune C. (2014), Manuel d’analyse qualitative, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur

Lamine C. (2008), Les intermittents du bio, Versailles, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Editions Quae

Le Breton D. (2008), Anthropologie du corps et modernité, Paris, Presses universitaires de France

Lochard G., Soulages J-C. (2004), « Une interdisciplinarité autonome est-elle possible ? », Questions de communication, n° 5

Michel D. (2003), « Au fil des siècles, légumes méprisés, légumes anoblis », dans Champ psychosomatique 1, n° 29

Plessz M. (2013), « Les légumes transformés : diversité des produits, diversité des usages sociaux », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, vol. 2103/01

Plessz M., Gojard (2013), “Do processed vegetables reduce the socio-economic differences in vegetable purchases? A study in France”, European Journal of Public Health

Régnier F., Masullo A. (2009),  « Obésité, goûts et consommation – Intégration des normes d’alimentation et appartenance sociale », Revue française de sociologie, n°50

Rozin P. (1994), « La magie sympathique », in Fischler C. Manger magique : aliments sorciers, croyances comestibles, Paris, Autrement

Saint Pol T. (2016), « Les habitudes alimentaires des Français. Une institution sociale entre constance et renouveau », Esprit

 

[1]Selon B. Latour, la crédibilité vient d’alliés déjà légitimes, ce que sont ici les médecins, diététiciens, etc. Latour B. 1995. La science en action, introduction à la sociologie des sciences. Paris : Gallimard.

[2]Corbeau JP. ((dir) 2007). « Impact des discours nutritionnels sur les comportements alimentaires : Une approche socio-anthropologique qualitative auprès de groupes « ciblés », Pour l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES). Université de Tours, http://citeres.univ-tours.fr/p_vst/textes_en_ligne/rapport_inpes.pdf, p. 9.

[3] Article en cours AoF

[4] « Les médias [sont] des déterminants essentiels de construction des imaginaires sociaux » (Lochard, Soulages, 2004).

[5] Ibid., p. 157.

[6] Plessz, Gojard, (2010), La consommation de légumes des ménages français : préparation domestique ou achats de produits transformés ?, p. 19

[7] Céline Laisney (2013), « Les différences sociales en matière d’alimentation », Centre d’Etudes et de Prospective, n° 64, p. 4

[8] Desjeux D. (2006), La consommation, p. ?

[9] Boutaud J-J., Dufour S., Hugol-Gential C. (2017), « Pour une approche qualitative du sensible », Recherches Qualitatives, n°20, pp. 341-354.

[10] Dubuisson-Quellier S., Plessz M. (2013), « La théorie des pratiques », Sociologie, n° 4, p. 3.

[11] Protocole effectué en juin 2016.

[12] Protocole mis en place en octobre 2016.

[13] Protocole réalisé de janvier à mars 2017.

[14] Ibid., p. 348.

[15] Enquêté 1 : « Hummm, ça sent bon ! », Enquêté 2 : « Mouais, je sais pas trop ce que ça va donner », Enquêté 1 : « Oh ! Je pense que ça va être super bon ! « .

[16] E. 1 : »Tu veux un bol ? », E. 2 : « Non je vais le prendre dans une assiette le velouté ».

[17] La viande reste attachée, dans la culture alimentaire française, à l’idée de plaisir, de plus en plus coupable certes, mais toujours comme aliment distinctif (Saint Pol (de) 2016).

[18] E. 1 : « Tu finis ce qui reste dedans ? J’en ai assez moi », E. 2 : « Ben moi aussi j’en ai assez », E. 1 : « Non mais ce qui reste dedans », E. 2 : « Ah, ok », E. 1 : « C’est bête de jeter ».

La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Letz Géraldine,

Centre de Recherche sur les Médiations (EA 3476), ( Université de Lorraine), troisième année de doctorat sous la direction de Sophie Arborio et Jacques Walter.

 

La mise en visibilité médiatique des athlètes Paralympiques appareillés (2012-2016) : de l’importance de l’approche quantitative à la nécessité d’un savoir expérientiel

Avant-propos

        Septembre 2013, au bassin d’aviron du sport nautique de Nancy. C’est une période transitoire. La fin d’une saison riche en performances laisse place au fourmillement de débutants qui viennent s’essayer à ce sport de glisse. Jolie farandole désordonnée de pelles qui volent au-dessus de l’eau et de tubes qui s’enfoncent dans la Meurthe. L’aviron n’est pas un sport facile, surtout pour qui s’initie. Pourtant, au beau milieu de ce cafouillage technique, une jeune femme se démarque. Nouvelle, elle fait du pair oar avec une fille confirmée. Le pair oar ou 2- est un des bateaux les plus instables de l’aviron. Les deux rameuses ont chacune une rame de pointe pour faire glisser la coque. La synchronisation bâbord-tribord et l’équilibre des forces sont obligatoires pour que le bateau se maintienne et que sa trajectoire soit rectiligne.

Le geste est précis, la propulsion harmonieuse, si bien que rien ne laisse présager qu’elle donne ses premiers coups d’aviron.

Alors que les deux rameuses manœuvrent pour apponter, une prothèse de jambe avec un pied artificiel revêtu d’une basket est apportée au ponton. En réalité, la jeune femme débutante a été amputée et rame sans sa prothèse. Cela rend son cas encore plus remarquable dans la mesure où, avec la force d’une seule jambe, elle doit pousser comme celle qui l’accompagne et qui a ses deux pieds dans les cale-pieds.

Au-delà de la dimension sensationnelle de cette prouesse physique et technique, cette athlète handisport ouvre un questionnement sur les limites entre le sport valide et le handisport. Certes, le duo sportif alliant un(e) athlète handicapé(e) et son(sa) guide est bien connu, notamment en ski et en athlétisme, disciplines relayées régulièrement dans les médias, néanmoins, avec la pratique du pair oar, les deux rameuses sont placées sur un même pied d’égalité.

Les deux se complètent et leurs forces doivent être identiques. Sans prothèse, cette jeune femme égale des rameuses valides. Qu’en serait-il si elle ramait avec un appareillage conçu pour la pratique du sport nautique? Sa puissance serait sans doute accrue et dépasserait celle de valides. Ainsi, elle interroge les frontières de l’humain et le cloisonnement catégoriel du champ sportif.

Introduction

Les mouvances de notre société moderne, alimentée par une culture technicienne, marquent le désir de l’Homme de s’élever contre sa finitude. Le champ d’analyse du rapport entre le corps humain et les technologies fait l’objet d’un éclairage médiatique qui ne cesse de croitre. L’ambition humaine d’émancipation de sa condition par le biais d’assistances artificielles s’inscrit dans la réflexion contemporaine de conduites culturelles à la lumière du progrès et de l’exaltation de la performance.

Au-delà de la préservation de la santé et de la réparation de l’individu diminué, les technosciences se traduisent désormais par une logique d’augmentation. Cette tendance à l’excès demeure « la première raison d’être du sport » selon Coubertin. La sphère sportive constitue donc un espace social significatif pour appréhender les enjeux d’une motricité corpo-technique. La combinaison du sport, conformé à ses propres règles et à ses valeurs compétitives, avec l’athlète prothétique soulève un questionnement sociologique et éthique particulièrement fécond et controversé.

Notre propos sera attaché aux représentations du handicap et plus particulièrement à celles du corps sportif amputé, reconfiguré par l’usage de prothèses. Ainsi, l’athlétisme et surtout les disciplines de courses sprint et de sauts demeurent les pièces maitresses de la vitrine du spectacle handisportif. Les mises en lumière de corps hybrides renferment des enjeux et une symbolique forte, liés à la perception de la mécanisation du vivant et à la préservation de la bipédie.

L’utilisation coûteuse de dispositifs d’assistance technologiques dans le sport de haut niveau engendre de nouvelles pratiques motrices qui viennent heurter les fondements catégoriels de l’institution sportive, bouleversent la norme et interrogent les frontières de l’humain. Par son ambivalence, l’hybridité ne répond pas au besoin de classification inhérent au sport et en ébranle la hiérarchie. De même, la machinisation du corps pose des problèmes identitaires : où prend fin le vivant, où commence l’artificiel ? Quel statut conférer à l’assemblage mi-homme, mi- machine ? La mise en visibilité des athlètes appareillés use de la figure du monstre, de la réunion de deux éléments disparates pour filer la métaphore du super-héros. Ce super humain façonné par la science-fiction est aujourd’hui un réel élément moteur du sport et de la discrimination positive. Dans un contexte d’accélération de l’appropriation sociale de la technique, la figure du sportif hybride ouvre un nouveau champ de réflexion sur les capacités supplémentaires au sein de la pratique sportive et le rapport au handicap en tant que terrain de recréation de potentialités.

Par la complexité des singularités liées aux usages, l’analyse ne saurait se restreindre à une étude normative mais également expérientielle. En effet, notre travail s’inscrit dans le champ des Disability studies avec une démarche alliant sociologie-anthropologie et les sciences de l’information et de la communication.

Pour analyser les représentations du sportif appareillé, nous avons établi un corpus de presse audiovisuelle avec un bornage de 2012 à 2016. Avec les Jeux de Londres, l’image du sportif en situation de handicap a connu un essor et une métamorphose. Bien loin de la contre mobilité attachée à l’infirmité, les athlètes paralympiques sont désormais élevés au rang de super-héros. Or, cette nouvelle approche, bien que très féconde quantitativement, répond à des critères de normes sociales, culturelles et économiques.

Afin d’enrichir cette vision conventionnelle, il nous apparait nécessaire d’ériger un savoir expérientiel ou savoir d’expérience. Cette désignation, empruntée aux sciences de l’éducation et au domaine de la santé, notamment avec l’éducation thérapeutique des patients, articule l’expertise des personnes en situation de handicap avec notre cadre théorique. Il s’agit, par des observations participantes, des entretiens et des échanges, de prendre en considération un savoir et une mise en récit construits par l’expérience du vécu et du regard de la situation de handicap. Dans cette configuration, le corps objet qui sert l’image d’un marché technologique redevient un corps-acteur, détenteur d’un savoir qui dépasse la segmentation binaire de la norme.

L’appareillage comme reconstruction du moi morcelé

L’amputation est un état de séparation. Elle morcelle l’entité corporelle par la section d’une partie d’un membre ou de sa totalité. Ses causes peuvent être dues à une affection congénitale, c’est à dire une particularité physique présente dès la naissance ou bien accidentelles. Qu’elle soit innée ou brutale, cette soustraction organique constitue un bouleversement identitaire lié à la perte et l’absence. Au sortir d’une amputation, le patient doit composer avec ce nouveau moi qui s’impose à lui et la reconstruction d’une nouvelle image corporelle s’avère nécessaire. Elle induit un processus de deuil. Selon les individus et le contexte de l’amputation, les différentes phases de deuil n’interviennent pas dans la même logique chronologique et leurs temporalités varient également. Néanmoins, l’acceptation est la condition sine qua non d’un réapprentissage du corps pour diminuer la limitation motrice et tendre vers une complète autonomie. Ainsi, dans la reconquête d’un champ des possibles, l’appareillage prothétique vient se substituer au membre ou à ses segments amputés : le corps fragmenté devient alors réunifié.

L’itinéraire clinique emprunté n’est pas chose aisée. Plusieurs semaines sont nécessaires pour que le moignon du membre résiduel soit cicatrisé. Des soins spécifiques sont mis en place pour permettre la réalisation d’une première prothèse provisoire. Pour ce faire, la circulation sanguine, le tonus musculaire et l’état de santé général du patient doivent être bons, les chairs et les os ne doivent pas être adhérents au niveau de la surface organique qui recevra l’appareillage.

Une fois la cicatrisation établie, un moulage du moignon est effectué. L’empreinte obtenue sert à établir l’emboiture de la prothèse. Tous les éléments sont fabriqués sur mesure pour s’adapter aux spécificités anato-fonctionnelles des individus. La prothèse est une réponse aux besoins du projet de vie de la personne. Pour l’intégrer entièrement dans son quotidien, des ajustements complémentaires sont effectués conjointement à la rééducation et la réadaptation. Se rééduquer permet d’assimiler et d’automatiser l’intégration de la prothèse en tant qu’élément constituant de son schéma corporel. L’individu amputé redevient acteur par la découverte d’un nouveau potentiel acquis par l’apprentissage d’équilibre, l’endurance musculaire, le travail postural et l’établissement de nouveaux repères sensorimoteurs.

La réadaptation intervient en aval, grâce à l’appareillage définitif, quand le moignon est stable et ses éventuelles déformations corrigées. Elle considère la personne en lien avec l’environnement dans lequel elle va évoluer.  L’ensemble des mesures réadaptatives consistent à réinsérer la personne en milieu familial mais aussi socio-professionnel. Une certaine assurance est ainsi retrouvée. L’affranchissement du handicap s’opère dans la conquête d’une autonomie nouvelle. Dans cette logique, le sport apparait comme vecteur de reconstruction et de réaffirmation de soi. En effet, le sport est un facteur de résilience, souligné par Hubert Ripoll, spécialiste de la psychologie des sportifs : « l’idée même qu’une personne handicapée puisse accéder à la résilience en faisant quelque chose de son corps blessé par l’intermédiaire du sport prend tout son sens. […] le sport, parce qu’il permet l’accroissement de la puissance d’agir, l’accomplissement de soi, l’affirmation de sa différence et le partage avec l’autre, s’avère être un terrain particulièrement favorable à l’acte de résilience ». Ces enjeux identitaires liés à une vision capacitaire et dynamique se cristallisent dans les médias.

Les représentations des super-abilities ou la mise en spectacle des nouveaux héros paralympiques des stades

Longtemps absentes du paysage médiatique, les représentations des athlètes paralympiques font désormais l’objet d’un traitement audiovisuel sans précédent. Néanmoins, leur ancrage dans la société ne s’est pas manifesté ex nihilo.

À la suite de recherches quantitatives dans des dimensions diachronique et synchronique avec les bases de données du logiciel HyperBase de l’Institut National de l’Audiovisuel, Sylvain Paillette et Bernard Delforce distinguent trois étapes de la médiatisation des Jeux Paralympiques. La première s’étend de 1960, date des premiers Jeux Paralympiques qui se sont tenus à Rome à 1988 et les Jeux Paralympiques d’hiver d’Innsbruck. Bien que cette période soit la plus longue, elle demeure la moins féconde. En vingt-huit ans, seulement vingt-sept reportages ont été bâtis.  La logique médiatique de cette période est informationnelle puisque seuls les journaux télévisés diffusent les reportages. Cette diffusion sporadique s’inscrit dans la logique dite des « petits sports ». Les journalistes ne sont pas spécialisés et diffèrent d’un reportage à l’autre. Une médiatisation propre aux Jeux Paralympiques n’est pas alors mise en place.

L’irrégularité de la visibilité médiatique est accentuée par les inégalités entre les Jeux d’hiver et d’été. En effet, en 1976, les Jeux Paralympiques d’hiver se tenant à Örnsköldsvik en Suède ont fait l’objet d’un temps de diffusion total d’une heure et trente-trois minutes alors que les Jeux Paralympiques de Toronto se déroulant l’été de la même année, ne comptabilisent que six minutes et trente-sept secondes dans le paysage audiovisuel.

La seconde phase concerne la période allant des Jeux d’été de 1988 à Séoul, aux Jeux d’hiver de 1994 à Lillehammer en Norvège. Durant ces six années, soixante-quinze reportages ont été diffusés, toutes chaines confondues. Cet accroissement est pluriel, il concerne à la fois le nombre de reportages effectués et diffusés mais aussi le nombre d’heures totales de diffusion ainsi que les interviews réalisées. Par conséquent, l’handisport de haut niveau semble se faire une place de plus en plus marquée au sein du paysage médiatique.

La troisième période identifiée par les chercheurs est celle allant 1996 au début des années 2000. Elle marque un accroissement net et une diversification des reportages répertoriés au nombre de cent cinquante-sept. On note néanmoins l’émergence d’une différentiation médiatique entre la couverture des Jeux d’hiver de Nagano et de ceux d’été se déroulant à Sydney. En effet, la compétition hivernale fait l’objet de vingt-six reportages contre pas moins de soixante-cinq pour l’olympiade australienne. De même, une distinction entre les organismes diffuseurs se creuse : les reportages diffusés dans des magazines sportifs sont plus nombreux que les correspondances émises lors de Journaux télévisés.

La décennie des années 2010, point d’ancrage de notre travail, marque un tournant à la fois quantitatif et qualitatif. Plus de quatre milliards de téléspectateurs ont suivi la transmission en direct de la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques de Londres qui s’est déroulée dans un stade qui affichait complet. Une campagne publicitaire inédite a été déployée en Grande Bretagne et les retransmetteurs que sont les réseaux sociaux ne cessent de croitre. Pour les Jeux de Rio, la France a mis en place un dispositif pour retranscrire pas moins de cent heures de direct. De même, les médiums de diffusions se transforment via des sites et des applications. Un relai de l’écran télévisé à l’écran des smartphones s’opère. De Londres à Rio, une mise en visibilité médiatique attachée à la représentation du super-héros se développe. La chaine de télévision Channel 4 a créé deux spots promotionnels « Meet the Superhumans » en 2012, puis « We’re The Superhumans » en 2016. En France, un documentaire de quatre-vingt-cinq minutes intitulé « Les Super-Héros » écrit et réalisé par Elsa Lhéritier et Delphine Valeille a été diffusé en prime time sur France TV avant la cérémonie d’ouverture des Jeux Paralympiques. Il retrace le parcours de Michael, Marie-Amélie, Théo, Sandrine et Mathieu, athlètes paralympiques présentés comme de véritables héros des temps modernes qui accomplissent des efforts surhumains.

Un dépassement de la conception classique du « superhuman » et du manichéisme attaché au super-héros s’opèrent par le « recyclage » et le « contournement », propres à une démarche postmoderne. Avec l’usage de la technologie pour surmonter la déficience physique, une conception du corps mi-homme, mi-machine est entérinée.

Les prothèses, les fauteuils roulants, les appareillages sont présentés comme des assimilations par la machine des attributs humains. La technologie moderne forme ainsi le prolongement des membres ou des organes qui font défaut, créant ainsi des figures d’athlètes hybrides, héritées des productions culturelles attachées au cyborg. Ce dernier est un mélange d’artificiel et de biologique qui donne naissance à un humain différent. (Cf Terminator, Robocop etc..). De plus, le cyborg est historiquement lié à l’armée. Pour les soldats vétérans, la prothèse vient dédommager leur corps, remplacer la perte du sacrifice. Dans le sport, l’héroïsme est la capacité à repousser ses limites, à dépasser sa condition. La réussite se fait au travers de corps établissant une nouvelle norme par des corporalités singulières, peu communes voire anormales. La symbolique et sa mise en spectacle dans le champ sportif gomme les effets de la monstruosité (entendue en tant que monstrum) pour tendre vers une uniformisation de l’image des athlètes en situation de handicap. Ce traitement spécifique mélioratif relève du phénomène de discrimination positive. Il recréé une nouvelle forme de stigmatisation recevable et acceptable par la société via un traitement spécifique. Néanmoins, derrière le faste du spectacle sportif, se jouent des usages et des apprentissages complexes de la technique.

 

La réalité de l’appareillage : la prothèse aux antipodes du sublime

 

« Lorsque j’enlève ma lame de course pour remettre ma prothèse de marche après un entrainement ou une compétition, j’ai l’impression que ma jambe amputée pèse 100kg, je me sens lestée par ma prothèse de ma vie de tous les jours ».

Cet extrait d’un entretien réalisé avec une sprinteuse handisport Lorraine, bien que teinté d’un ton hyperbolique, met en avant un aspect fondamental de la réalité prothétique. En effet, un décalage significatif s’opère entre les représentations médiatiques et les situations vécues par les athlètes.

Pour préciser le contexte des représentations diffusées au travers du prisme des médias, nous avons l’ambition d’établir un savoir d’expérience afin d’explorer la réalité de l’appareillage. Ce travail d’investigation est composé d’observations participantes alliant la mixité handi-valide et d’entretiens semi-directifs auprès d’athlètes paralympiques et de leurs proches. Les observations ont été réalisées dans des centres de rééducation, dans des clubs sportifs ainsi que sur des compétitions handisport et des évènements où athlètes valides et handi concourent sur les mêmes infrastructures, le même jour.

 

Notre pré-analyse met en lumière une acceptation sociale et personnelle bonifiées par la pratique positive.

La confiance en soi, le sentiment de maitrise corporelle et de puissance sont autant de points soulignés par l’échantillon d’athlètes représentatifs des sportifs de haut niveau en situation de handicap. Une vision capacitaire est fortement développée.

Les prothèses sont signalées comme appartenant à un champ hyper spécialisé et couteux. L’absence de prise en charge par la sécurité sociale pose le problème de l’équité d’accessibilité, plus particulièrement pour les enfants dont la croissance nécessite des changements et des ajustements très fréquents.

La lame de course ne représente qu’une partie infime de la réalité du vécu. L’usage est réservé à une épreuve particulière. De la course aux sauts en athlétisme par exemple, la même prothèse ne peut être utilisée. Ce qui complexifie la pratique sportive. De plus, les représentations de prolongement du corps par la machine sont démantelées. L’interface entre l’organique et l’artificiel n’est pas sans souffrances. Des pressions et des frottements s’exercent entre le moignon et l’emboîture de la prothèse. Ces compressions sur les parties molles lorsqu’elles sont répétitives peuvent, à terme, provoquer de vives douleurs voire une boiterie. Aussi, le mouvement du corps avec des lames de course n’est pas inné. Des résultats d’observations menées lors de premiers essais de ce type de prothèses témoignent de chutes répandues et usuelles.

Les schémas de course apparaissent peu naturels avec une tendance à griffer en un mouvement semi circulaire, bien loin de l’imaginaire où l’on revêt la prothèse comme un costume qui sublime l’existence. Un coureur valide peut pousser sur le sol avec la chaîne musculaire de sa jambe. L’ensemble de l’énergie est propulsé au sol dès que le coureur bascule en avant. Le sportif génère sa propre énergie avec ses muscles. A l’inverse, un coureur équipé d’une prothèse a un mode de fonctionnement énergétique qui diffère. Sous la masse corporelle de l’athlète, la prothèse se courbe au contact du sol, stockant ainsi de l’énergie. La phase de restitution de cette énergie se produit lorsqu’à la fin de la foulée, la prothèse se détend, générant une force horizontale à partir de la force verticale initiale. Un coureur prothétique puise au cœur de ses muscles fessiers pour créer son mouvement à l’origine de l’énergie. Par conséquent, les prothèses ne sont que des relais transmetteurs de l’énergie qui les traverse. Une démythification de l’augmentation par la technologie éclot. Il y a donc un déséquilibre des usages musculaires entre le corps d’un coureur valide et d’un coureur appareillé. La comparaison des performances entre ces deux profils d’athlètes est difficilement opérable car ce sont deux modes corporels distincts.

D’autre part, avant de pouvoir courir, il faut aux patients amputés réapprendre à marcher grâce à un parcours de rééducation et de réadaptation en vue de répondre à leur projet de vie et à leurs besoins et attentes. La visée n’est pas performative mais elle est celle d’une instauration d’autonomie durable.

La prothèse s’inscrit moins dans une dynamique d’augmentation que de compensation en vue de l’intégration et du mieux-être du patient.

 

Conclusion

La prothèse est un mécanisme qui rend possible la réappropriation d’un corps brisé au cœur d’un itinéraire thérapeutique. Elle redessine les contours d’un corps morcelé et vient réguler une identité fragmentée pour rouvrir un champ des possibles moteurs et sociaux dont le sport fait partie intégrante. Dispositifs de compensations avant d’être des supports au service de la performance, les appareillages s’insèrent dans une logique réparatrice bénéfique à la construction de représentations collectives positives des personnes en situation de handicap. Depuis 2012, une vision ultra capacitaire empruntée à la culture mainstream entoure les exploits des sportifs paralympiques. Véritables super-héros des stades, ils véhiculent une image de « surhomme » transcendant le handicap. Les frontières entre l’imaginaire cybernétique et la réalité semblent de plus en plus poreuses. Néanmoins l’humain augmenté alimenté par la science-fiction en est encore à un stade expérimental en laboratoires. Il est peu transposable à la vie quotidienne des personnes en situation de handicap par la complexité et le coût de sa fabrication et de son aménagement.

La mise en visibilité des prothèses, actrices d’une course technologique concurrentielle entre les grands fabricants place le corps en tant qu’objet au service d’une performance technologisée. Cet établissement de performance par le soutien mécanique soulève une triangulation d’enjeux entre la transformation, la restauration et l’augmentation. L’amélioration de l’existence est un motif du courant transhumaniste qui considère la condition actuelle de l’Homme comme étant fragile. L’humain est alors améliorable par un couplage avec la machine. L’idée d’un corps-support transformable par des technologies le rendant supérieur est au centre de débats éthiques et sociétaux.

Il s’agit de dégager le degré d’humanité dans l’humain : que faut-il ajouter ou soustraire pour au corps pour façonner un être foncièrement humain ?

Agir sur le monde par le biais de la transformation pose le problème d’accessibilité, d’acceptabilité et de diffusion.  Sommes-nous face à des vertus émancipatrices ou aliénatrices des avancées technologiques ? Dans une transgression évolutive ? Face à cette controverse liée à l’irruption du corps technologisé et transcatégoriel dans l’arène sportive, l’institution garante de l’éthique et des réglementations, le Tribunal Arbitral du sport, semble mener une lutte en faveur de la préservation de l’esprit du sport, de ses normes et valeurs. Un duel entre l’impérialisme technologique et la préservation de la normativité catégorielle est enclanché. Le sport, à la fois miroir de notre société et vaste champ d’expérimentation voire d’anticipation, doit-il changer de paradigme ? L’expansionnisme technologique marque-t-il l’érection d’autres repères ?

Le premier cybathlon s’est tenu le 08 octobre 2016 à Zurich. Véritable coup de projecteurs sur les appareillages les plus évolués, ces Jeux Bioniques composés de six épreuves correspondant chacune à un type de handicap, revêtent un fonctionnement similaire aux Jeux Paralympiques. Est-ce alors une compétition permettant d’endiguer la culture technicienne pour préserver des lignes de démarcations ?

L’objectif revendiqué des appareils d’assistance robotisée utilisés au sein de ces jeux cybernétiques est la capacité de réinvestissement dans la vie de tous les jours.  En ce sens, les prothèses, fauteuil et exosquelettes ne sont pas créés uniquement pour la compétition comme c’est le cas dans le sport paralympique. La possible transposition de la technologisation des corps dans un champ social plus vaste ouvre un questionnement sur le rapport de l’Homme à ses créations techniques. Les usages dépassent ainsi le cadre de la thérapeutique. Cette sortie du domaine médico-sportif fait jaillir l’anthropotechnie, l’« art ou technique de transformation non médicale de l’être humain par intervention sur son corps » (Goffette, 2013). Sa finalité n’étant pas réparatrice, pas une lutte contre une maladie ou une incapacité, elle cristallise d’avantage le débat sur le couplage corps-machine.

 

Bibliographie

Andrieu, Bernard. Devenir hybride, Presses universitaires de Nancy, 2008.

Andrieu, Bernard. Les avatars du corps : une hybridation somatechnique, Liber, 2011.

Barthes, Roland. Mythologies, Paris, Seuil, 1957.

Besnier, Jean-Michel. Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ? Hachette Littérature, coll. « Haute tension », Paris, 2009.

Bruant, Gérard. Anthropologie du geste sportif. La construction de la course à pied. Presses universitaires de France, Paris, 1992.

Diana, Jean-François. Spectacles sportifs, dispositifs d’écritures, Éditions universitaires de Lorraine collection Questions de communication, série actes, 2013.

Gardin, Eve. L’apprentissage du corps après l’accident, Presses universitaires de Grenoble, 2008.

Goffette, Jérôme. « De l’humain réparé à l’humain augmenté : naissance de l’anthropotechnie », pp. 85-106 in Kleinpeter (Edouard) (dir.) : L’Humain augmenté, Paris, CNRS Editions, 2013.

Marcellini, Anne, et al. « « La chose la plus rapide sans jambes ». Oscar Pistorius ou la mise en spectacle des frontières de l’humain », Politix, vol. 90, no. 2, 2010, pp. 139-165.

Mauss, Marcel. « Les Techniques du corps » dans Sociologie et Anthropologie, PUF, Paris, (1936, 1ere ed.), 1950.

Level, Marie, Lesage, Thierry. « Objets sportifs et corps sensibles : entre cultures matérielles et expériences corporelles », Staps numéro 98, 2012/4, pp.23-38.

Paillette, Sylvain, Wille, Fabien, et Delforce, Bernard. « Quelques résultats de la médiatisation du handisport aspects de méthode », Reliance, vol. no 15, no. 1, pp. 68-70, 2005.

Parlebas, Pierre. Eléments de sociologie du sport, Presses universitaires de France, Paris, 1986.

Ripoll, Hubert. La résilience par le sport, Odile Jacob, Paris, 2016, pp. 144-145.

Vigarello, Georges. « Pour une anthropologie culturelle dans le champ des pratiques sportives ». Actes du colloque : Anthropologie du sport, perspectives critiques, 10-20 avril, La Sorbonne, 1991. AFIRSE, Quel Corps ? pp. 146-151.