Archives par mot-clé : reprise anaphorique

Appropriation de la compétence écrite de jeunes adultes malaisiens en milieu exolingue et endolingue pour une meilleure intégration dans un établissement supérieur français

Problématique de l’écrit dans une situation d’apprentissage du FLE : Difficultés liées à la reprise anaphorique et  la reformulation de textes

Lai Wan Ho
Laboratoire ELLIADD, thèse sous la direction de Mohamed Embarki

iris_logoCe texte compose les actes Eustocchia des doctorales du réseau Iris ayant eu lieu les 7 et 8 juillet 2016 à Montbéliard, Université de France-Comté.

Questions de recherche :

  1.  Comment définir et interpréter la compétence écrite d’un public ?
  2. Comment peut-on calibrer les compétences écrites d’un public à un niveau d’écrit de type universitaire ?
  3. Quels sont les modèles qui privilégient l’écrit :  modèles s’appuyant sur des théories sous-jacentes et des démarches opératoires servant comme prescriptifs et mesures de remédiation aux problèmes soulevés ?

1.0  Pour aborder le sujet ci-contre, nous devons parvenir à expliquer plus profondément les notions qui tournent autour de la compétence écrite.  Ces notions sont notamment les compétence linguistique, discursive et stylistique.  Afin de pouvoir éclairer le cheminement des cours de Linguistique générale de l’époque de Saussure jusqu’à la génération moderne et actuelle, nous ne prenons davantage qu’analyser les notions clés des courants linguistiques de F. de Saussure, E. Benveniste, N.Chomsky, J.M. Adam ainsi que ceux de Georges Molinié et Pierre Cahné.

La compétence linguistique est celle qui renvoie aux définitions du champ linguistique selon Saussure notamment celui du système dont la sémiologie consiste en morphologie,  grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique,stylistique et lexicologie.

F.de Saussure (1916-1972) avait poursuivi une étude sur l’activité langagière comme étant une éspèce d’activité parmi, celle qu’on a appelé la “faculté de langage”, le langage comme capacité propre à l’espèce humaine.  Nous avons défini ailleurs (Schneuwly, Bronckart et al. 1983) les conditions nécessaires à l’apparition du langage.  C’est le résultat d’une fusion de deux fonctions auparavant séparées:  la  représentation et la communication.

D’un autre côté, E. Benveniste a défini et interprété la compétence linguistique comme la distinction entre la langue et la parole et aussi du discours. Selon Benveniste, on parle des champs d’énonciation qui s’articulent sur la sémiotique et la semantique.  La sémiotique traite du système de la langue tandis que dans la sémantique, il s’agit des domaines de l’énonciation et du discours.  Avec le discours, on découvre la pragmatique et le référent ou le contexte. Donc les compétences discursives et référentielles pourront être liées à la compétence linguistique.  Par ailleurs, la compétence linguistique d’après N.Chomsky parle de la compétence et la performance :  la compétence ‘inné’ d’un locuteur et  la capacité de s’exprimer à l’oral et à l’écrit. La grammaire générative en tant que « grammaire philosophique » de N. Chomsky opère sur le système des opérations transformationnelles qui lient les structures profondes aux structures de surface.  Ce qui différencie la grammaire générative de la linguistique structurale de Saussure est que la première s’exprime sous forme de propositions qui ne se limitent pas aux règles linguistiques mais qui amènent les apprenants, par les activités mentales, à découvrir et à construire de nouvelles règles.  Au contraire, la lingusitique structurale fonctionne sur les bases de la segmentation et de la classification.  La structure est limitée et soumise strictement aux règles linguistiques. On appelle ce système « un langage institué ».

Finalement la compétence stylistique selon Georges Molinié et Pierre Cahné dans leur ouvrage ‘Qu’est-ce que le style ? » se sont intérrogés sur la place de la stylistique dans la langue. D’après l’ouvrage,  la stylistique est l’étude des procédés du discours dans leur contexte. Cette première fait partie d’une discipline issue de la rhétorique et de la linguistique

Par ailleurs, J.M Adam (1990) dans son ouvrage ‘Eléments de lingusitique textuelle – théorie et pratique de l’analyse textuelle’ a mis tant de dynamisme sur le champs de la Lingusitique Générale.  L’ouvrage ci-mentionné avait discuté avec profondeur et très largement sur le texte et la textualité étant objet de l’étude.  L’auteur a même expliqué la logique de la comparaison entre texte et discours ainsi que la place de la sémantique et la grammaire dans la linguistique textuelle et enfin “la pragmatique textuelle” dans l’analyse du discours.

Le courant linguistique de J.M. Adam et ses apports s’intéressent énormement aux étudiants de L2 qui poursuivent un parcours d’amélioration à l’écrit.  Les approches proposées par le courant de la linguistique textuelle de J.M. Adam pour le but d’améliorer l’écrit sont celles qui s’appuient sur l’exploitation des textes écrits, l’analyse du discours de textes écrits, des opérations co-textuelles et contextuelles et finalement les opérations mises en place relèvent de processus de linéarisation, de segmentation ainsi que ceux de textualisation.

2.0  Notions de cohérence et cohésion  

Les notions de cohérence et cohésion sont généralement liées aux champs de la Linguistique Textuelle et plus particulièrement à la compétence de l’analyse textuelle.

‘La notion de cohérence est généralement caractérisée par une approche plus large quii souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.’  (M.Charolles et Jauss, 1988)

M.Charolles avait ensuite fait une distinction entre la cohérence et celle de la cohésion. La notion de la cohésion selon Charolles correspond à la fonction intertextuelle et l’interphrastique du texte. La cohésion concerne véritablement la dimension à l’intérieur du texte tandis que la cohérence est plutôt concernée par la dimension extérieure.  La fonction d’intratextuelle et d’intraphrastique sont des phénomènes relévant de la cohérence et le lecteur joue le rôle du recepteur à juger et interpréter le texte ou entre deux ou trois textes.

Un texte qui se proclame d’avoir une structuration thématique dans son organisation textuelle possède une force cohésive et tenue par des traits extralinguistiques tels que des anaphores sous forme de : référence,substitution, permutation, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.   D’ailleurs ce même texte est engendré par une force cohérente et aussi tenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme des enchainements interphrastiques,  connecteurs  logiques argumentatifs aussi bien que la reprise et répartition des éléments  thématiques et  rhématiques au sein du texte.   Exemple de ce type de redaction transformationelle est un résumé.

Cependant, pour aborder  des textes (plus de 2 textes) on procède par  des moyens   linguistiques tels que la progression thématique :  cohérence et cohésion

Il faut rappeller que la notion-clé de la cohérence concerne les textes ou entre les textes qui possèdent une force cohésive et tenus par les  traits extralinguistiques tels que des         anaphores sous forme de  référence, substitution, ellipse,  permutation, conjonctions et cohésion lexicale.   D’autre part, entre les  textes il y existe une fonction de cohérence  et aussi soutenu par des traits extralinguistiques tels que des reprises anaphoriques sous forme  d’enchainements interphrastiques et  intraphrastiques, connecteurs logiques argumentatifs et la reprise et répartition des éléments thématiques et rhématiques entre les textes.

Exemple de ce type de redaction transformationelle est une synthèse.

2.1 Modèles théoriques choisis qui sous-tendent l’étude des notions clés de la cohérence et cohésion textuelle

 Avec pour but d’approfondir l’étude et l’analyse sur les notions de cohérence et cohésion qui correspondent aux critères pour la production des écrits de type universitaire et ainsi pertinentes pour cette thèse, nous avons choisi trois modèles théoriques notamment celui de M.Charolles (1988) « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », celui de l’approche qui élabore l’analyse de la cohésion textuelle de M.A.K Halliday et R. Hasan (1976) « Cohésion in English » et finalement celui du modèle d’analyse textuelle de discours de J.M. Adam (2011) « La Linguistique Textuelle ».

2.2  Fondements du modèle théorique de M.Charolles sur les notions de la cohérence et  cohésion

Selon M.Charolles (1988), une de distinctions majeures entre les notions de la cohérence et la cohésion est celle concernant les rapports avec l’émetteur-recepteur du texte d’une part et d’autre part, l’interprétabilité du recepteur/lecteur du texte.  Comme l’explique M.Charolles dans son ouvrage « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », la notion de la cohésion est généralement mise en rapport avec la linéarité du texte, les enchaînements entre les propositions et les moyens formels dont dispose l’émetteur pour assurer ces enchaînements.  La notion de la cohérence, en revanche, est généralement caractérisée par une approche plus large qui souligne l’importance du rôle du recepteur dans l’interprétation du texte.   Pour la pratique, Charolles nous propose de regarder les distinctions ou les frontières qui divisent les phénomènes théoriques relevant de la cohésion et ceux qui relèvent de la cohérence. Nous avons à amener à démontrer une distinction pertinente par la voie de deux perspectives notamment l’étude sur la dimension thématique du texte et celle sur l’interprétation qui correspond à la vision du monde du recepteur/lecteur du texte.  A vrai dire, M.Charolles (1978) ne fait pas de distinction entre cohésion et cohérence et celui-ci a même proposé quatre règles en ce qui concerne la cohésion et cohérence textuel.

Les apports linguistiques de Charolles aux problèmes relevant de l’organisation textuelle ou du dysfonctionnement d’un texte sont ceux concernant du traîtement techniques qui visent à mieux cerner la mise en page d’un texte au niveau de la cohérence textuelle:  intertextuel et intratextuel par l’emploi des marqueurs de connecteurs logiques notamment de type concession et de l’adjonction. Les opérations interphrastiques et intraphrastiques dans une démarche d’un traîtement textuel doivent être rigoureux afin de mieux organiser un texte:  contenus, localisation et délocalisation des marqueurs temporels et spatiaux, points de ponctuation, la mise en page, etc.  D’autre part, la cohésion représente un moyen d’étudier les relations entre les propositions constitutives d’un texte. Dans cette première, il s’agit éssentiellment d’une analyse à décrire la nature des liens formels perceptibles à la surface textuelle.  Pour entretenir une meilleure compréhension sur la notion de la cohésion d’un texte, nous allons arriver aux études approfondies faites sur ce sujet par M.A.K Halliday et R.Hasan dans leur ouvrage “Cohésion In English” (1976).

2.3  Fondements du modèle théorique de M.A.K Halliday et R.Hasan sur la notion de la  cohésion

Dans leur ouvrage « Cohesion in English » (1976) Halliday et Hasan entreprennent à l’époque, une analyse approfondie des marques linguistiques de continuité textuelle en anglais.  Dans cet ouvrage « Cohesion in English », ces deux auteurs abordent en détails plutôt la notion de cohésion et non plus la « cohérence ». On a amené à étudier le concept du texte avant tout.  Le concept de cohésion renvoie au texte qui pourrait être sous forme d’un discours, oral ou écrit, prosaïque ou poétique, dialogue ou monologue   Un texte est une unité fonctionnelle langagière.  C’est une unité sémantique :  Il ne s’agit pas de forme, mais du sens.

Selon Halliday et Hasan, le fait qu’un récepteur soit capable de reconnaître ‘un texte’ dans une suite de phrases implique l’existence dans ce texte de certains traits linguistiques qui contribuent positivement à cette unité textuelle.   Le concept du “texte” et de la “ textualité” pourrait être expliqué d’une manière appropriée par ses propriétés textuelles.  Un exemple pour exposer cette rationalité est le suivant:

“ Wash and core six cooking apples.  Put them into a fireproof dish.”

Lave et épluche six pommes de cuisson.  Mets-les sur une assiette résistante au feu. » La fonction anaphorique de « les » joue comme élément cohésif de ces deux phrases ci-dessus.   Tandis qu’on les interprète comme étant une unité entière.

Ensuite la textualité de ces phrases est attestée par la relation entre them (les) et six cooking apples (six pommes).

Par ailleurs, on peut parler du sens de la relation cohésive entre « them » et « cooking apples ». Il y existe un co-référent entre les deux éléments.  La nature de la cohésivité de ces éléments attribue à la textualité de ces phrases ainsi attestant la co-référence de « them »et « six cooking apples ».   L’expression de cet élément de co-référencialité est présente sous forme d’un item anaphorique « them » et un item cible « six cooking apples ».

Puisque le concept de la cohésion est une entité semantique au sein du texte, selon Haliday et Hasan, il y existe sans doute, des éléments d’interprétation qui sont interdépendables :  les éléments de la présupposition et présupposé ont été intégrés au texte-dit.  Revenant encore à l’exemple ci-dessus.  Le pronom « them » présuppose ou renvoie à quelque chose outre que celle qui existe.  Ce pré requis en fait est rempli par la phrase précedente « six cooking apples ».  La présupposition donc fournit la cohésion entre les deux phrases et par conséquent, crée un texte.

Les procédés utilisés pour établir des liaisons entre les informations anciennes et nouvelles et ensuite classées grammaticalement et lexicalement sous cinq grandes rubriques :  référence, substitution, ellipse, conjonctions et cohésion lexicale.  On abordera aussi d’une manière approfondie deux catégories de cohésion notamment la cohésion grammaticale et celle de lexicale.

2.3.1  Référence

C’est la relation entre un élément d’un texte et d’une autre chose référentielle qui est interprétable dans un moment donné.  La référence est une relation potentielle cohésive car celle qui sert comme source de l’interprétation pourrait être un élément textuel. Un item référentielle dont l’interprétation est déterminée de cette manière.  L’interprétation se fait dans une de deux formes:  soit identifié avec le référent-dit, soit subi à une comparaison avec le référent-dit.

Nous pourrons resumer ce sens référentiel par utilisant le terme de “CO-INTERPRETATION”.   Il y a une connection semantique entre l’item référentiel et celui qui présuppose:  mais cela ne veut pas dire que les deux possèdent nécssairement le même référent. Ceci veut dire que l’interprétation de cet item référentiel dépend d’une manière ou d’autre de celui du présupposé.  La co-référence se présente comme une forme particulière que la co-interprétation pourrait s’identifier c’est-à-dire que les deux items en effet se référent à la même chose.  En revanche, le concept général qui soutient la relation cohésive de référence et qui véritablement attestent les fonctions cohésives de pronoms personnels (exemples: elle, il, nous etc.), pronoms démonstratifs (exemples, celui, celle, ceux-ci, ces, ce, cet etc.) et les comparatifs (tels que plus bon que, plus mauvais, mieux que  etc.) dans leur capacité textuelle, est celle de la co-interprétation. Un item référentiel est celui qui est interprété par la référence à quelque chose d’autre.  C’est sur ce principe de co-interprétation que définit le rôle de la semantique d’un texte.

2.3.2   Substitution

Le terme « substitution » prend une forme d’une relation cohésive.  C’est un processus simple , selon Halliday et Hasan ‘Cohesion In English’, qui implique le remplacement d’un item par un autre.  La substitution se distingue de la référence par la relation présente dans la graphie plutôt que dans le sens.  Cela pourrait être classifié selon de nombreux types de  relations cohésives. Le processus de la substitution est un phénomène complexe qui correspond souvent aux critères sémantique et grammatical.  Le principe de distinguer la référence de la substitution est clair :  le terme de « substitution » renvoie au niveau lingusitique et cela s’explique par les mots et phrases alors que celui de « référence » est une relation sémantique.  Dans le système linguistique, la « référence » se place au niveau sémantique alors que la « substitution » se trouve au niveau lexicogrammatical, le niveau de la grammaire et vocabulaire/lexique, ou la forme linguistique.

2.3.3    Ellipse

Ellipse (ellipsis en anglais) :  en anglais, les éléments d’éllipse existent assez fréquent dans un discours.  En français, la notion d’éllipse pourra être expliqué par le-non dit ou un présupposé dans un discours.  Cependant, ces non-dits ou présupposés dans un discours renvoient toujours à un référent.  C’est à dire il y a toujours un contexte dans un discours ou une conversation.

Exemples :

Je sais que Natalie viendra.  Je le sais. «  le » renvoie à « que Natalie viendra »

Jeanne a acheté des fleurs, et Catherine, des plantes vertes.  La structure consiste de deux propositions (clauses en anglais).  La structure de la deuxième proposition est celui du sujet et complément.  Le présupposé dans la deuxième proposition pourrait être interprété comme « Catherine a acheté des plantes vertes. Dans ce cas-ci, il possède une quasi-fonction-anaphorique c’est-à-dire, éviter une redondance de dire le verbe « acheter ».

Ellipse est « la substitution à zéro ».  Malgré la similitude entre la substitution et l’éllipse au niveau de la relation fondamentale entre les parties d’un texte (la relation entre mots ou groupes ou phrases comme on la distingue de la « référence », qui est une relation impliquant le sens), elles, ce sont deux types de mécanismes structuraux différents et donc, montrent des patterns, plutôt différents.

Le point du départ d’une discussion de l’éllipse être une notion familière c’est-à-dire « quelque chose non-dit ».  Il n’y a aucun prétexte que le non-dit n’est pas compris ; au contraire, ‘le non-dit’ est ‘compris de toute façon’.

Lorsqu’on parle d’ellipse, on en réfère plus précisément aux phrases, clauses, etc. dont la structure, plus ou moins, présuppose quelques items qui les précèdent.  Un item eclliptical est celui qui laisse des créneaux spécifiques pour être rempli venant de sources diverses.  Cela s’applique également au cas de la présupposition par substitution.  C’est pourquoi on dit que l’ellipse est considérée comme « substitution à zéro ».

2.4  Fondements du modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la  cohérence textuelle, l’analyse textuelle ainsi que les notions du texte et textualité.

Dans cette partie, nous aborderons le modèle théorique de Jean Michel Adam sur les notions de la cohérence textuelle à travers de ses analyses du discours et textuelle.  La linguistique textuelle sera étudié selon le point de vue de ce linguiste. D’autres notions telles que le texte et la textualité seront également traîtées dans cette partie.  Ensuite nous nous intéresserons à un courant qui se caractérise par une approche plutôt pragmatico-cognitive, et qui sera représenté par J.M Adam (1990, 1992 et 1999) notamment).  Nous mettrons en avant la visée pragmatique, concrétisée aussi bien par des « actes de langage » que par une finalité au niveau global du texte.  Nous sommes particulièrement intéressé par un point commun entre ces trois courants : le fait qu’ils mettent l’accent sur l’articulation du texte au contexte bien que celui-ci ne soit pas abordé de la même manière chez les uns et les autres des auteurs consultés.  C’est cet état de choses qui justifie notre choix méthodologique, lequel sera clarifié au fur et à mesure de la présentation de ces courants.  Nous montrerons par ailleurs en quoi ceux-ci nous sont utiles et de quelle manière nous envisageons de les exploiter dans notre recherche.

Comme Michel Charolles qui a privilègié l’écrit par ses recherches sur la cohérence textuelle ainsi que les stratégiés qui tournent autour de la cohésivité de textes écrits, Jean Michel Adam par contre, s’intéresse véritablement sur l’amélioration et l’appropriation de la compétence écrite et cette dernière c’est à dire l’appropriation de la compétence écrite nous amène à analyser plus profondement les productions écrites d’un jeune public malaisien et ces échantillons de travail écrit font partie du corpus bâti pour l’élaboration de cette thèse.  Cette analyse et étude sur ce corpus malaisien a pris de l’ampleur dans cette thèse.  Les recherches et travaux de Jean Michel Adam sur les notions du texte et de la textualité et celles de l’analyse du discours et l’analyse textuelle ont été pris comme étant références et ainsi établis comme instruments de calibrage de niveaux d’écrit aussi bien que ceux de remédiation quant aux problèmes soulevés dans le corpus (de productions écrites) du public malaisien.

2.4.1  Notions du texte et de la textualité

Etant une unité semantique, un texte est réalisé sous forme des phrases et cela interpréte comment la relation d’un texte à une phrase se fait d’une meilleure façon. Une série de phrases relatives reliées à une phrase entière dans un cas limité représente un texte comblé ou realisé.  Alors, l’expression qu’un texte est une unité semantique est liée à la cohésion des phrases dont elles se composent.

La linguistique textuelle de J.M Adam (2005) nous a amené à repenser les rapports entre contexte,co-texte et texte(s).  Dans le « Dictionnaire d’Analyse du Discours » (2002) sous la direction de Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau, le discours est conçu comme l’inclusion d’un texte dans son contexte (= conditions de production et de réception) (Adam 1999 : 39).

Pour aborder le concept de contexte, il est nécessaire de faire une distinction entre texte et discours (Adam 1990 : 23 et 1999 : 39) en penchant sur Discours = Texte + Contexte/conditions de production et de réception-interprétation et de son symétrique alors que Texte = Discours Contexte/conditions de production.   En d’autres termes,il semble que,pour parler du TEXTE, le linguiste soit tenu ou de sortir de sa discipline ou de s’engager dans une redéfinition de son objet.

Un discours est un énoncé caractérisable certes par des propriétés textuelles,mais surtout comme un acte de discours accompli dans une situation (participants,institutions lieu, temps) ; ce dont rend bien compte le concept de « conduite langagière » comme mise en oeuvre d’un type de discours dans une situation donnée.  Le texte en revanche, est un objet abstrait résultant de la soustraction du contexte opérée sur l’objet concret (discours).  Bref, un TEXTE est un objet abstrait.  Par contre, un DISCOURS est un objet concret produit dans une situation déterminée.

3.0  Conclusion sur le cadre théorique de l’analyse des textes

Au début de la partie du cadre théorique jusqu’au présent, nous avons défini la notion de texte, notion centrale dans notre recherche, dont nous avons relevé les caractéristiques.  Celles-ci peuvent être transposées aux textes de notre corpus, mais il faut signaler que les textes d’étudiants n’auront pas la même complexité que ceux produits dans des situations autres que le cadre d’enseignement/apprentissage.  C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à des notions telles que la cohérence, la cohésion, la progression textuelle, les reprises anaphoriques, les types de textes, les processus de linéarisation, segmentation et textualisation,etc.  Ces notions ne s’avèrent pertinentes lorsqu’il s’agit d’analyser des textes d’apprenants dans lesquels on essaie de trouver des traces d’apprentissage, de repérer des dysfonctionnements ou d’élaborer des stratégiés d’apprentissage.  Or, nous ne saurions pas nous contenter de définir quelques notions pour procéder à une telle analyse.  Nous nous devons en outre d’évoquer des courants théoriques, pouvant nous aider à établir une méthodologie et à préciser des outils d’analyse opératoires qui soient adaptés à notre problématique.

Bibliographie et Références

 Adam, J.M. (1990), Eléments de linguistique textuelle :  Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga

Adam, J.M. (2005), Linguistique textuelle, Introduction à la l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin.

Benveniste, E. (1966),’Problèmes de linguistique générale’, Gallimard

Bronckart, J.P.et al. (1985), Le fonctionnement du discours :  Un modèle psychologique et une méthode d’analyse, Paris, Delachaux et Niestlé.

Charolles, M.  (1976a), « Note sur la cohérence des textes », Pratiques, no.10, pp.105-111.

Charolles, M. (1978), « Introduction aux problèmes de la cohérence des textes », Langue française, no.38, pp. 87-100.

Charolles, M. (1988a), « Les études sur la cohérence, la cohésion, et la connexité depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, 10 (2), pp. 45-66.

Charolles, M. (1988b.), « Les plans de l’organisation textuelle : Périodes, chaines, portées et séquences », Pratiques, no.57, pp. 3-13.

Chomsky, N. et Halle, M.,  (1968) ‘Sound Pattern of English’, New York, Harper and Row (1973, trad. franc.., Paris, Seuil).

De Saussure, F. (1967),’Cours de Linguistique Générale’, Payot Paris.

Dictionnaire D’analyse du Discours Editions du Seuil 2002

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1976),’Cohesion In English’, London, Longman Editions

Halliday, M.A.K., Hasan R. (1989), Language, context and text : Aspects of language in social-semiotic perspective, Oxford, Oxford University Press.

Molinié ,G. et Cahné, P.(1993),’Qu’est-ce que le style ?’, Edition puf Linguistique Nouvelle

Scheneuwly, B. (1988), ‘Le langage écrit chez l’enfant’, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.